Vous êtes sur la page 1sur 16

1

Plan :
1-Introduction :
2-Developpement au cours de la vie :
2-a-au cours de la vie embryonnaire ;
2-b-a la naissance ;
2-c- a la puberté ;
2-d- grossesse et allaitement ;
2-e- a la ménopause ;
3-Anatomie descriptive :
3-a- situation ;
3-b-forme et dimensions ;
3-c-poids et consistance ;
3-d-structure ;
4-Vascularisation :
4-a- artérielle ;
4-b- drainage veineux ;
4-c- drainage lymphatique ;
5- Innervation :
6- Conclusion.

2
1-INTRODUCTION :
C’est une glande annexée à la paroi antérieure du thorax. On
la décrit chez la femme en période d’activité génitale. Ce tissu
glandulaire existe aussi chez l’homme et chez l’enfant mais de
façon réduite. Il se développe à la puberté mais involue à la
ménopause (suit les étapes hormonales de la vie de la femme).
La structure anatomique fonctionnelle, permettant la lactation
n’est atteinte qu’au moment de la lactation.

3
2-Développement au cours de la vie:

2-a-Au cours de la vie embryonnaire:

L’embryologie montre que le sein est une unité cutanée et glandulaire.


Son développement commence à la 4eme semaine de la vie
embryonnaire, et s’achève au 8eme mois en intra utérin. En fin de
période fœtale, le sein est représenté par un léger relief cutané où se
situent les orifices des canaux galactophores.

2-b-A La naissance:
La structure de la glande mammaire est inachevée. La glande reste au
repos jusqu’à la puberté. Chez le garçon, la glande mammaire reste à
ce stade toute la vie.
Deux à trois jours après la naissance, on peut observer chez le garçon
ou la fille, une crise génitale due à la suppression brutale des
œstrogènes maternels (arrêt du fonctionnement placentaire). Elle se
traduit par un état congestif des seins avec une pigmentation de
l’aréole et la saillie du mamelon. On peut observer une sécrétion
lactée transitoire (hist. Lait de sorcière) due à la ramification des
canaux galactophores primordiaux.

2-c-A la puberté :
En période pré pubertaire se produit une légère augmentation de la
ramification des canaux galactophores et de la lobulation à partir du
tissu conjonctif.
La puberté génère des modifications morphologiques significatives :
● L’augmentation du volume mammaire par augmentation du tissu
mammaire et du tissu graisseux périphérique,
● La saillie du mamelon, l’élargissement et la pigmentation rosée de
l’aréole.
Les sécrétions hormonales liées aux premiers cycles ovulatoires
stimulent la croissance et la multiplication des canaux sous l’action
des œstrogènes.
4
2-d-En période de gestation et de lactation:
L’état gravide entraîne une modification du sein. Il augmente de
volume. Le mamelon devient saillant, l’aréole se pigmente et prend un
aspect grenu. Cet aspect grenu résulte de la saillie des tubercules de
Morgagni, dénommés tubercules de Montgoméry au cours de la
grossesse et de la lactation.

2-e-A la ménopause:
La glande mammaire s’atrophie mais le volume du sein ne diminue
pas toujours, compensé par l’augmentation des tissus graisseux.

5
3-Anatomie descriptive:
3-a-Situation du sein:

Les seins occupent la partie antéro-supérieure du thorax, de part et


d’autre du sternum en avant des muscles pectoraux, en regard de
l’espace compris entre la 3ème et la 7ème côte, le mamelon se situant
au niveau de la 9ème vertèbre dorsale. En position debout, sous
l’influence de son propre poids, le sein tombe légèrement, ce qui créé
le sillon infra mammaire entre la moitié inférieure du sein et le thorax.

3-b-Forme et dimensions:

6
Elle est semi-sphérique chez les femmes européennes et asiatiques,
plutôt conique chez les femmes africaines. La taille est d’environ 12
cm en hauteur et largeur. Les 2 mamelons sont distants d’environ 20
cm.
Les seins sont fréquemment asymétriques.

3-c-Poids et consistance:
Le poids du sein varie selon la morphologie de la femme et la
grossesse et la lactation : de 200 g chez la jeune fille, il peut atteindre
500 g chez la femme allaitante et 900 g dans certains cas.

La consistance est irrégulière, en particulier lors de la grossesse et de


l’allaitement. En comprimant le sein contre la paroi thoracique, la
consistance est plus homogène.

7
3-d-Structure du sein:

La peau et la plaque aréolo-mamelonnaire:


Le revêtement cutané est épais en périphérie et s’amincit au voisinage
de l’aréole.
*Le mamelon est cylindrique, pigmenté, séparé de l’aréole par un
sillon. A la surface du mamelon, les orifices d’abouchement (les
pores) des canaux galactophores sont disposés de façon
circonférentielle. Chacun est bordé d’un épithélium kératinisant. En
période de
repos, hors grossesse et allaitement, ils sont habituellement comblés
de kératine.
Les variations de forme du mamelon sont nombreuses :
● Mamelon plat ou court
● Mamelon invaginé mais érectile lors de la contraction du muscle
aréolaire
● Mamelon ombiliqué non érectile
● + Variations de largeur et de volume.

L’aréole

8
Est un disque cutané, de 15 à 30 mm de diamètre plus ou moins
pigmentée.
Sa surface est irrégulière, on y observe de petites saillies (12 à 20) les
tubercules de
Morgagni : ce sont des glandes sébacées qui, pendant la grossesse sont
plus volumineuses et plus nombreuses : les tubercules de
Montgoméry.

La peau

Adhère intimement à la glande par les ligaments de Cooper.


Elle ne glisse pas sur les tissus sous-jacents car dépourvue de tissu
adipeux sous-jacent.
Elle est séparée de la glande par le muscle mamillaire, constitué
essentiellement de fibres circulaires. La contraction de ce muscle sous
l’influence du froid, de stimulations sexuelles, de la succion, réduit la
surface aréolaire et projette le mamelon en avant, c’est lethélotisme.
Le mamelon et l’aréole forment une unité, la plaque aréolo
mamelonnaire.

La glande mammaire:
Dans chaque sein, la glande mammaire est une masse de densité
variable, discoïde aplatie d’avant en arrière, de contour irrégulier. Elle
est organisée en une vingtaine de lobes.
Chaque lobe est composé de 20 à 40 lobules et chaque lobule contient
10 à 100 alvéoles.
● L’unité de base est l’acinus ou alvéole. L’alvéole est une cavité
arrondie en forme de cul de sac qui constitue la partie sécrétrice de la
glande.
● Chaque acinus se draine par un canal intra lobulaire ou alvéolaire ou
canal de troisième ordre.
● Les acini et les canaux intralobulaires forment un lobule qui se
draine par un canal interlobulaire (canal galactophore de deuxième
ordre)
● Plusieurs lobules se réunissent pour former un lobe glandulaire qui
se draine par un canal galactophore de premier ordre.

9
Les canaux galactophores convergent vers le mamelon, ils
s’élargissent pour former les sinus lactifères, puis se rétrécissent et
débouchent au niveau des pores du mamelon.

Le tissu adipeux et conjonctif :

Etroitement liée au tissu glandulaire, la quantité de tissu adipeux est


en grande partie responsable du volume des seins, lequel n’a aucun
effet sur la production et la qualité du lait.

4-Vascularisation de la glande mammaire :


4-a-La vascularisation artérielle : Provient de trois troncs
artériels :
● L’artère thoracique interne, artère principale issue de la
subclavière aborde par ses collatérales les 2ème, 3ème, 4ème espaces
10
intercostaux et la face postérieure de la glande. Elle vascularise un peu
plus de la moitié supérieure de la glande.

● L’artère axillaire vascularise la glande par l’artère thoracique


latérale et ses propres collatéraux. Elle aborde la glande mammaire à
partir du creux axillaire dans sa partie externe et inférieure. Elle est
visible en superficie.

● Les artères intercostales se ramifient le long du grand pectoral et


abordent la glande par sa face postérieure.

4-b-Les veines :
Le réseau veineux assure un drainage :
● Médian vers les veines thoraciques internes
● Latéral vers la veine axillaire
● Postérieur vers les veines intercostales
Le réseau superficiel péri-aréolaire et péri-mamelonnaire constitue le
réseau de Haller particulièrement visible.
Le réseau profond, non visible, chemine entre les lobes.

11
4-d-Drainage Lymphatique :

Le sein est divisé en 4 cadrans :


2 cadrans externes vont être drainés ver le dehors. On trouve des
lymphocentres le long de l’artère thoracique externe puis le courant
remonte vers le creux axillaire : ganglion de Sorgius pour finir dans le
ganglion sus claviculaire.
2 cadrans internes ont leur lymphocentres dans la profondeur :
gravité des tumeurs, car dépistage difficile : drainage sous le sternum
par ganglion intrathoracique annexés à l’artère thoracique interne. Le
courant lymphatique rejoint ensuite le relais sus claviculaire.

5-Innervation:
Deux groupes de nerfs :
● Nerfs superficiels, cutanés issus des plexus cervical, brachial et des
nerfs intercostaux
● Nerfs profonds qui suivent le trajet des vaisseaux dans la glande
Tous ces nerfs envoient de nombreuses ramifications vers l’aréole et le
mamelon, zones extrêmement sensibles.

12
L’excitation de ces nerfs entraîne l’érection du mamelon et la
contraction des canaux galactophores à leur extrémité.

6-Conclusion:
*cancer du sein : signe rétraction du mamelon par interposition avec le
tissu glandulaire
*manoeuvre de Tilliaux : vérification de la mobilité de la glande vis-à-
vis du grand pectoral
*signe de la peau d’orange : rétraction en profondeur de la peau : la
tumeur à envahit les travées fibreuses.
*Observation des relais ganglionnaires : région creux axillaire et sus
claviculaire
Traitement
Ablation du sein et lymphonoeuds : gros bras
L’extension du cancer peut se faire par voie lymphatique et sanguine :
métastase.

13
14
15
16