Vous êtes sur la page 1sur 12

Partie 2:

Les théories de l’urbanisme


N NAIT AMAR
Amphi 1
1. Le modèle progressiste: être fonctionnel et efficace

Le modèle se tourne vers l'avenir. Le model progressiste nous a été légué par
les socialistes-utopistes Fourier et Owen et leurs disciples. « Les urbanistes
progressistes qui se qualifient eux-mêmes, à partir de 1920, de modernes, ont
en commun d'adopter une démarche qui se veut rationnelle.

Ce modèle est représentatif par l’image d’un homme-type qui exprime


l’universalité de la raison. Ses valeurs pratiques sont l’hygiène et le rendement.

Parmi les représentants de l'urbanisme progressiste est Ildefonso Cerda (1815-


1876), connu pour son projet : l'ensanche (l'extension) de Barcelone (1858). Le
premier à revendiquer un statut pour L'urbanizacion.

Il fut le seul à avoir été à la fois un grand théoricien et le responsable de


l'aménagement d'une des plus grandes villes d'Europe.
Extension de Barcelone, Espagne
Cerdà propose pour Barcelone une trame carrée, coupée aux angles afin de
dégager des carrefours de forme octogonale. Chaque ilot carré doté de rues
de 20, 30 et 60 mètres de large. Ce fut à l’époque le plus grand quadrillage
d’Europe.

Le plan repose principalement sur un système de voies et d’ilots organisés


hiérarchiquement c’est à dire que les rues les plus petites se jettent dans des
rues plus grandes. Les ilots sont les espaces compris entre les voies (ilots
d’habitations, parcs, places publiques…).

Dans la lignée de Cerdà et Haussmann, ses tenants dont Le Corbusier est le


plus connu, considèrent que la ville doit être un ensemble fonctionnel et
harmonieux adapté aux besoins de l'Homme moderne et universel.
A cette fin, elle est divisée en zones spécialisées : habitat, travail, loisirs,
..., tandis qu'est créé un maillage de circulation différenciant les voies :
voies rapides jusque dans les centres-villes, voies de desserte, voies
piétonnes, ... L'automobile est privilégiée.

C'est toute la ville traditionnelle qui est rejetée. Il faut faire table rase du
passé. A la rue bordée d'immeubles est préférée une nouvelle forme
urbaine de constructions en hauteur entourées de verdure.

Le deuxième exemple est celui du Corbusier : Le Plan Voisin, est un projet


pour le centre de Paris, dessiné entre 1922 et 1925 par Le Corbusier. Il
marque le début d’un projet sur lequel l’architecte travaillera
épisodiquement jusqu’au milieu des années 1940. À partir de cette
réorganisation du centre de la capitale, c’est une refonte complète de
l’organisation territoriale de la France.
Le plan de 1925 semble être une transposition directe du schéma de la
Ville contemporaine de trois millions d’habitants dessinée en 1922.
On y retrouve les immeubles cruciformes et leur disposition régulière
dans une trame orthogonale occupant une part très importante de la
rive droite de la Seine.
L’espace est fortement structuré par deux nouvelles artères de
circulation percées à travers la ville, l’une sur l’axe est-ouest, l’autre
sur l’axe nord-sud. Leur rôle n’est pas limité à l’organisation de Paris,
comme l’ont été les percées d’Haussmann : celles-là traversent les
fortifications et les banlieues, elles ont l’ambition de relier la capitale
aux quatre coins du pays, aux grandes villes françaises et
européennes. Le carrefour au croisement de ces deux avenues est au
centre du plan, au centre de la ville, au centre de la France. Cette
question de la centralité est au cœur du projet de Le Corbusier.
Proposition de Le Corbusier pour Paris en 1925. Il s’oppose à l’idée de la construction d’une nouvelle cité
administrative en périphérie (ce que sera La Défense) et propose de
bâtir au pied de Montmartre, face à l’île de la Cité, le nouveau centre
de commandement qu’il juge nécessaire à la vitalité du pays.
Un Troisième exemple celui
de l'urbaniste Lucio Costa,
qui a gagné le concours du
plan de Brasilia (1957),
proposant une ville ayant la
forme d'un oiseau en vol.
Les ailes sont occupées par
les quartiers d'habitations
(les quadras), le corps par
les bâtiments publics, tous
réalisés par l'architecte
Oscar Niemeyer.
L'urbanisme progressiste se veut moderne, mais également universel. Il
reprend en cela la conception de l'homme type universel. Pour le
Corbusier, "Les besoins humains (..) Sont identiques pour tous les
hommes, les hommes étant tous faits sur le même moule..." . Pour le
courant progressiste, la ville doit aussi développer l'hygiène et la santé.

Les principaux penseurs qui peuvent être rattachés à ce courant sont :


• Charles Fourier (1772-1837): employé de commerce
• Robert Owen (1771-1858): Ouvrier devenu Propriétaire d'une
fabrique de coton
• Etienne Cabet (1788-1856): Professeur puis avocat
• Pierre Joseph Proudhon (1809-1865): Typographe
• Benjamin Ward Richardson (1828-1896): Médecin
2) Le modèle culturaliste :

• Alors que le courant progressiste est surtout français, le courant


culturaliste est exclusivement anglais. La ville est le reflet d'une
culture, la cité et ses habitants constituent une unité organique.

• Le courant culturaliste se distingue par son respect de la ville, de ses


traditions et de ses habitants. Chaque ville est unique, chaque ville a
une âme différente. Elle n'est pas homogène, chaque particularité
l'enrichie.
• L’initiateur de l’urbanisme culturaliste, était à la fois architecte et historien
d’art : Camillo Sitte (1843-1903). Ce courant se développe essentiellement à
travers trois auteurs :
• a) Augustin Welby Northmore (1812-1852): est un architecte britannique
resté célèbre pour ses travaux sur diverses églises et surtout sur le Palais de
Westminster. Il a écrit un bon nombre de textes sur l'architecture,
principalement à propos de l'architecture gothique et de la décoration.

• b) John Ruskin (1819-1900): Il critique l’architecture de son époque mais


aussi la société industrielle. Il dénonce également les thèses des progressistes.

• Il prône la dissymétrie, et le respect de la tradition.


• Ruskin définit l'architecture comme un être humain qu'il faut soutenir (en le
restaurant le moins possible) mais qu'il faut aussi laisser mourir.
• En réponse à l’industrialisation il veut un retour à la nature.
C) William Morris (1843-1896) :
• Il se réclame de l’influence de Ruskin, mais est aussi marqué par son
engagement social démocrate, puis socialiste.
• News from Nowhere (1890) : Il expose sous forme d’un roman futuriste sa
conception de la société et de la ville, critique de la grande ville industrielle.

• Le modèle culturaliste n'a exercé son influence que sur un espace limité: La
Grande Bretagne avec Ebenezer Howard (1850-1928) et l'association de cités
jardins qu'il a fondée.

• Howard était un petit journaliste, militant socialiste, il part d'une critique de la


ville industrielle. Mais le modèle de la cité jardin qu'il propose dans son livre
Tomorrow: A Peaceful Path tu Real Reform (1898) : une ville autosuffisante de
30 000 habitants avec une ceinture verte ou 2000 agriculteurs procurent la
nourriture nécessaire.
Les différents domaines de l’urbanisme :
b. Urbanisme opérationnel
L’urbanisme opérationnel consiste à mettre en
a. Urbanisme réglementaire
place les actions nécessaires à la réalisation
Il s'agit de créer un document d’un projet urbain. Il regroupe ainsi «
d'urbanisme respectant le droit de l’ensemble des actions conduites ayant pour
l'urbanisme local pour l'action à
entreprendre. Ce travail peut dans objet la fourniture de terrains à bâtir, la
certains cas concerner des construction de bâtiments ou le traitement de
conurbations, plusieurs communes, quartiers et d'immeubles existants
afin d'obtenir une cohérence sur (recomposition urbaine, réhabilitation,
l'ensemble d'une agglomération (tel résorption de l’habitat insalubre) ». Par cela, il
qu'en France pour le Schéma de se différencie de l’urbanisme réglementaire
cohérence territoriale SCOT ou le
Plan local d'urbanisme communal qui regroupe l’ensemble des documents
ou intercommunal). thématiques et réglementaires de planification
stratégique et de programmation.

Vous aimerez peut-être aussi