Vous êtes sur la page 1sur 5

Université de Genève Session d’examens

Département d’économie politique de septembre 2002

EXAMEN DE MACRO-ECONOMIE

COURS DE M. CLAUDIO SFREDDO


SEMESTRE D’ETE 2002

IMPORTANT : Répondez à toutes les questions.


Répondez aux questions A1 à A8 sur la feuille annexée.
Utilisez des feuilles séparées pour les questions B1 et B2 (4 pages maximum par question).
Il n’est pas nécessaire de rendre l’énoncé de l’examen.
Veuillez s’il vous plaît ne pas écrire au crayon.

PARTIE A
QUESTIONS AU CHOIX MULTIPLES

(2 points)

Reportez vos réponses à la feuille annexée.


N’oubliez pas d’y inscrire votre nom!

A1. Dans le modèle nèoclassique sans production ni obligations :

a) la demande nominale de monnaie dépend négativement du niveau des prix ;


b) une hausse équilibrée du budget de l'Etat conduit à une hausse du niveau des prix ;
c) une augmentation des achats de l’État accompagnée d'une baisse de la quantité de biens
disponibles a un effet ambigu sur le niveau des prix ;
d) la demande excédentaire réelle du bien agrégé est toujours égale à la demande
excédentaire réelle de monnaie ;
e) une augmentation de la masse monétaire conduit à une hausse équiproportionnelle du
niveau des prix et de la consommation réelle.

A2. Selon le modèle néoclassique avec obligations et préférences homothétiques, une augmentation
équilibrée permanente du budget de l'Etat a pour effet(s) :

a) une diminution du niveau des prix et du taux d'intérêt ;


b) une diminution du niveau des prix et une augmentation du taux d'intérêt ;
c) une diminution du niveau des prix ; le taux d'intérêt reste inchangé ;
d) une augmentation du niveau des prix ;
e) aucun effet, ni sur le niveau des prix, ni sur le taux d'intérêt.

A3. Considérez le modèle neoclassique avec obligations appliqué au cas d'une petite économie
ouverte en changes flexibles.

a) Un surplus du compte courant implique une entrée nette de capitaux.


b) La masse monétaire devient endogène à long terme.
c) Le solde de la balance des paiments est toujours nul.
d) Le niveau des prix national est prédeterminé car il découle de la parité des pouvoirs
d'achat.
e) Aucune des affirmations ci-dessus n'est correcte.

1
Université de Genève Session d’examens
Département d’économie politique de septembre 2002

A4. Dans le modèle neoclassique d'une économie ouverte en changes fixes sans flux de capitaux,
une dévaluation de la monnaie nationale implique que :
a) à court terme, le stock de réserves de changes diminue ;
b) à long terme, la masse monétaire augmente dans les mêmes proportions que le taux de
change nominal ;
c) à court terme, la consommation des ménage augmente ;
d) à long terme, le niveau des prix et la masse monétaire retrouvent leur niveau initial ;
e) aucune des affirmations ci-dessus n'est correcte.

A5. Quel est l'effet d'une augmentation de la masse monétaire dans le modèle IS-LM ?

a) Le taux d'intérêt diminue et le revenu national augmente.


b) Le taux d'intérêt et le revenu national diminuent.
c) Le taux d'intérêt et le revenu national augmentent.
d) Le taux d'intérêt et le niveau des prix diminuent.
e) Le taux d'intérêt diminue, mais l'effet sur le revenu national est ambigu.

A6. Dans le modèle keynésien d'une économie ouverte en changes fixes et en cas de forte mobilité
internationale des capitaux, un accroissement des achats de l'Etat entraîne :

a) une baisse du revenu national ;


b) une détérioration du compte des capitaux ;
c) une baisse du taux d'intérêt ;
d) une amélioration du compte courant ;
e) une hausse de la consommation des ménages.

A7. Supposez que les anticipations du niveau des prix soient myopes (ou statiques). Ceci implique
nécessairement que les anticipations inflationnistes sont :

a) constantes ;
b) myopes ;
c) adaptatives ;
d) rationnelles ;
e) exactes.

A8. Selon la théorie classique nouvelle, une hausse inattendue du niveau des prix conduit à :

a) une hausse du revenu national réel ;


b) une hausse du taux de chômage ;
c) une baisse de la production ;
d) une expansion de la masse monétaire nominale ;
e) aucun des effets ci-dessus.

2
Université de Genève Session d’examens
Département d’économie politique de septembre 2002

PARTIE B

Utilisez des feuilles séparées.


4 pages maximum par question.

B1. (2 points)

Supposez que la fonction de production nationale soit comme suit :

y = f ( n) = n
1
2

et que la fonction d'offre de main d'œuvre soit de la forme :

n s = n s ( w, τ ) = 9w(1 − τ )

où τ représente le taux d'imposition sur le revenu du travail, taux initialement fixé au niveau de 25%
( τ = 1 4 ).

i) Déterminez la fonction de demande de main d'œuvre.


ii) Calculez le salaire réel d'équilibre.
iii) Calculez le niveau d'équilibre de l'emploi.
iv) Calculez le niveau de la production.
v) Supposez maintenant que le taux d'imposition soit augmenté à τ = 7 9 ; calculez l'effet de
cet accroissement sur le salaire réel, le niveau de l'emploi et celui de la production.

Illustrez tous ces résultats à l'aide de graphiques.

3
Université de Genève Session d’examens
Département d’économie politique de septembre 2002

B2. (2 points)

Répondez à UNE des deux questions suivantes :

QUESTION B2.1

(Ne répondez pas à cette question si vous souhaitez traiter la question B2.2.)

Ceci est un extrait d'un article paru dans la presse le 17 septembre :

" L'Union syndicale suisse (USS) garde sa confiance dans la politique de la Banque
nationale suisse (BNS). L'action de la BNS pour conserver l'euro au-dessus de 1,46
CHF (plus de 1,47 CHF mardi) porte ses fruits, même si le niveau de 1,50 CHF serait
plus satisfaisant. "Il faut poursuivre cette politique expansionniste", a indiqué Serge
Gaillard, secrétaire dirigeant à l'USS [...].

Serge Gaillard estime même que la BNS aurait dû initier cette politique de taux de
change plus tôt. "L'idéal serait de voir le franc s'affaiblir encore, soit 1 euro à 1,50
CHF". Un seuil qui permettra de garantir une reprise économique véritable en Suisse,
selon lui. [...] "

Veuillez commenter cet extrait en répondant aux questions suivantes :

a) Montrez, à l'aide du modèle keynésien d'une économie ouverte en changes flexibles,


comment la BNS peut atteindre le taux de change de 1 euro pour 1,50 CHF proposé par M.
Gaillard. Quelles sont les conséquences d'une telle action sur le revenu national, le taux
d'intérêt et le niveau d'emploi ?

b) Quelles sont, à long terme, les conséquences d'une telle politique sur le revenu national, le
taux d'intérêt, le niveau d'emploi, le niveau des prix et le taux de change ? Répondez en vous
basant sur le modèle néoclassique approprié.

QUESTION B2.2

(Ne répondez pas à cette question si vous souhaitez traiter la question B2.1.)

Qu'est-ce que la courbe de Phillips ? Comment peut-elle expliquer le phénomène de la


stagflation et pourquoi est-elle verticale à long terme selon Friedman ?

4
Université de Genève Session d’examens
Département d’économie politique de septembre 2002

Nom :
Prénom :

MACRO-ÉCONOMIE

COURS DE M. CLAUDIO SFREDDO


SEMESTRE D’ETE 2000

PARTIE A
QUESTIONS AU CHOIX MULTIPLES

IMPORTANT : Un seul choix correct par question.


Reportez vos réponses à cette feuille.
N’oubliez pas de la joindre à votre copie après y avoir inscrit votre nom!

Question Réponse
A1
A2
A3
A4
A5
A6
A7
A8

Vous aimerez peut-être aussi