Vous êtes sur la page 1sur 10

P a g e | 77

Tp n° 2 MATHEMATIQUES – INTEGRATIONS
Exercice 1
On admet que lim cos( x) e px  0 et lim sin( x)e px  0 , pour tous réels   0 et p  0 .
x  x 
x x
1. Calculer l’intégrale J ( x )   sin(t )e pt dt et en déduire la valeur de I ( x )   cos(t )e  pt dt ,
0 0
  pt   pt
En déduire l’intégrale J   sin(t )e dt et l’intégrale I   cos(t )e dt
0 0
x x
2. Calculer l’intégrale I ( x )   cos(t )e  pt dt , puis l’intégrale J ( x )   sin(t )e  pt dt
0 0
 p 
Vérifier que 0 cos(t )e  pt dt   sin(t )e  pt dt .( on posera u '  cos t et v  e pt )
 0
 
En déduire la valeur de I   cos(t )e  pt dt et de J   sin(t )e  pt dt .
0 0
x x x  pt x 2
3. Calculer A( x )   t e  pt dt , B( x)   t 2e pt dt . En déduire lim te dt et lim t e  pt dt .
0 0 x  0 x  0
x  n
Peut-on généraliser ces résultats ? I n ( x)   t n e  pt dt et Fn ( p )   t e pt dt
0 0
Exercice 2.
On considère le signal électrique représenté par la fonction numérique  de la variable réelle t , paire ,
périodique de période 2 et telle que :  (t )   2  2 t si t [0; / 2] et  (t )  0 si t ] / 2;  ] .
et dont la courbe représentée ci-dessous sur l’intervalle t [ 5 / 2;5 / 2] .

1°. Tracer, dans un plan muni d'un repère orthonormal (O; i; j ) unité graphique1 cm), la courbe
représentative de f sur [ 5 / 2;5 / 2]
 /2
2°. Soit n  N* . à l’aide d’une intégration par parties, calculer en fonction de n : I   ( 2  2 t ) cos  nt  dt .
0

3°. a. on donne bn   ( 2  2 t ) sin  nt  dt Pour n  1 , donner la valeur de bn .

1  1 
b. on donne a0    (
2
 2 t )dt et an    (
2
 2 t )cos  nt  dt .Calculer a0 et an pour n  N* .
2  2 

1  (1) p
c. Montrer que, pour p  1 on a : a2 p  .
p2
d. En déduire , pour k  0 , la valeur de a4k et de a4 k  2 en fonction de k .
e. Calculer a2 p 1 en fonction p .
Exercice-3
 f est impaire et de période 2
Soit la fonction numérique f de la variable réelle t telle que : 
 f (t )  1  cos 2t si 0  t  

1) Etudier les variations de f sur [0 ; π]. Tracer, dans un plan muni d'un repère orthonormal (O; i; j ) unité
graphique1 cm), la courbe représentative de f sur [2π ; 2π].
2) Calculer la valeur efficace, E f , de la fonction f.
3) On admet que, pour tout réel t, les nombres a0 , an et bn sont définies par :
1  1 
an 
   f (t ) cos  nt  dt

; bn 
   f (t ) sin  nt  dt

a) Calculer a0 . Justifier que, pour n  0 , an  0


b) Calculer b2 .
c) Calculer bn pour n  1 et n  2 . (on précisera le résultat suivant la parité de n).
d) Calculer b1 ; b3 ; b5 et b7
P a g e | 78

Exercice 4
 
1°) Soit n entier naturel non nul. On pose : I n   (t   ) 2 cos(nt )dt et J n   (t   )sin(nt )dt
0 0
 2
Montrer en intégrant par parties, que : J n   et I n  2
n n
2°) On considère un signal périodique modélisé par la fonction t  u (t ) , de période 2 ,paire et
2
définie par : u (t )   t    pour t [0; ]

a) Tracer dans un repère orthogonal (O; i; j ) la représentation graphique de la fonction u, pour t variant
entre 2 et 6 .
1  1 
b) Calculer a0   u (t )dt ; an   u (t ) cos(nt )dt .
2   
3°) On suppose désormais que le signal u est une tension appliquée aux bornes d'un circuit électrique.
2 1  2
Le carré de la tension efficace est donnée par la formule : U eff   u (t )dt
2 

Calculer U eff et donner une approximation décimale à 10 près.
Exercice 5
 /2
1- Soit n un entier naturel. On appelle I n l'intégrale : I n   sin t cos  2nt dt
0
1
Calculer I n . Vérifier que I n  .
1  4n2
2 - On considère un signal modélisé par la fonction u définie sur R par u (t )  sin t .
a) Montrer que la fonction u est  -périodique et paire.
b) Tracer, dans un repère orthonormal, la représentation graphique de la fonction u , pour t [ , 2 ]
(unité graphique : 2 cm).
2  /2 2  /2
c) On note an   u (t ) cos  2nt  dt et bn   u (t ) sin  2nt  dt . Prouver, sans calcul, que bn  0 .
  / 2   / 2
Calculer a0 et an .
3 - On suppose que le signal u est une tension appliquée aux bornes d'un circuit électrique.
1  /2 2
On note U eff la tension efficace associée à u . Le carré de U eff est alors : U 2eff  u (t )
  / 2
Calculer U eff .
Exercice 6
 f (t )  t  1 pour t  0;2
Soit la fonction f de la variable réelle t définie par : 
1° Représenter graphiquement f sur [ 2, 6[.  f est paire
1 2 2  f est périodique de période 4
2° soit f e 2  f (t )dt .Calculer fe la valeur efficace de f. 
4 2
1 2 1 2  n t 
3° On donne an   (t  1) cos ntdt et bn   (t  1) sin   dt
2 2 2 2  2 
a) Donner la valeur de bn .
b) Calculer a0 et, pour n  1 , an ( Préciser les valeurs de a2 p et de a2 p1 ).
P a g e | 79

Corrigé

Exercice 1
x x x  px  pt x
J ( x)   sin(t )e pt dt   cos(t )e pt   p cos(t )e pt dt . J ( x)   cos( x)e 1  p cos(t)e dt 
0  0 0 0
x x x x
I ( x )   cos(t )e  pt dt  sin(t )e  pt   p  sin(t )e pt dt  sin( x )e  px  p  sin(t )e pt dt
0  0 0 0
x  pt  px  px 2 x  pt
0 cos(t )e dt  sin( x)e  p cos( x)e  p  p 0 cos(t )e dt
x 
1  p2  0 cos(t )e pt dt  sin( x)e px  p cos(x)e px  p  1  p2  0 cos(t)e pt dt  p
x 1
0 cos(t )e
 pt

dt  sin( x )e px  p cos( x )e  px  p   2
p 1
.

 x   1
lim 
x   0 cos(t )e
 pt
dt  

0 x 

cos(t )e  pt dt  lim sin( x)e  px  p cos( x)e  px  p   p 1 2

 1 p
x 
 
Or lim sin( x)e  px  0 et lim  p cos( x)e px  0 . Donc
x
  0 cos(t )e  pt dt   p   2  2
p 1 p 1
x x
Soit p  0 . l’égalité I ( x )   cos(t )e  pt dt  sin( x)e  px  p  sin(t )e  pt dt
0 0
   1 p 1
donc 0 cos(t )e  pt dt  p  sin(t )e pt dt , on en déduit : 0 sin(t )e pt dt   2  2
0 p p 1 p 1
x
x  pt  1  p x 1  px 1 p x  pt
J ( x)   sin(t )e dt   cos(t )e pt    cos(t )e pt dt . J ( x)   cos(x)e   0 cos(t)e dt
0
  0  0   
x
x  pt 1  p x 1 p x
I ( x )   cos(t )e dt   sin(t )e  pt    sin(t )e  pt dt  sin(x )e  px   sin(t )e pt dt
0
 0  0   0
x 1 p p p2 x
0 cos(t )e  pt dt  sin(x )e  px  2 cos(x )e px  2  2 0 cos(t )e
 pt
dt
   
 p2  x 1 p p 2  p 2  p
1  2  0 cos(t )e pt dt  sin(x )e px  2 cos(x )e  px  2  0 cos(t )e  pt dt 
      2 2
 
x 1 p p  2
 cos(t )e pt dt   sin(x)e  px  2 cos(x )e px  2   2
0
    p  2
 x   1 p p  2
lim  cos(t )e  pt dt  
 cos(t )e  pt dt  lim  sin(x)e  px  2 cos(x )e px  2   2

x   0  0 x       p  2
1   p    p  2 p
Or lim  sin(x )e  px   0 et lim   2 cos(x)e px   0 . Donc cos(t )e  pt dt   2   2 2
 2 
x     x    0
  p  p  2
Soient   0 et p  0 . l’égalité
x 1 p x  p 
I ( x )   cos(t )e  pt dt  sin(x )e  px   sin(t ) e pt dt donc  cos(t )e  pt dt   sin(t )e  pt dt ,
0   0 0  0
  p  
on en déduit :  sin(t )e pt dt   2 2
et  sin(t )e pt dt  2 .
0 p p  0 p  2
 1  1 
c.  cos(t )e  pt dt   (eit  e it )e  pt dt   e  ( p i)t  e  ( p i)t dt
0 2 0 2 0
1 1 1  1 p  i   p  i 1 2 p p
   2 2
 2 2
 2
2  p  i p  i  2 p  2 p  p  2
P a g e | 80

 1  it 1 
0 sin(t )e  pt dt 
 (e  e it )e  pt dt   e  ( p i)t  e  ( p i)t dt
2i 0 2i 0
d.
1 1 1  1 p  i  p  i 1 2i 
    2 2
 2 2
 2
2i  p  i p  i  2i p  2i p   p  2


 t  pt 1    1  ( p 1)t  1
e.  e e dt   e (1 p )t dt   e  ( p 1)t dt   e   avec Re( p)  1
0 2 0 0
 p  1 0 p  1


 t  pt  1  ( p 1)t 
  ( p 1) t 1
f .  e e dt   e dt    e   .
0 0
 p  1 0 p  1
 1  1 
3. a. f (t )  cos t :  cos(t )e  pt dt   (eit  e  it )e  pt dt   e  ( p i ) t  e  ( p i )t dt pour Re ( p)  0
0 2 0 2 0
  pt 1 1 1  1 p i  p i 1 2p p
0 cos(t )e dt  2  p  i  p  i   2 p2  1  2 p 2  1  p2  1
 1  1 
b. g (t )  sin t :  sin(t )e  pt dt   (eit  e it )e  pt dt   e  ( p i )t  e ( p i )t dt pour Re ( p)  0
0 2i 0 2i 0
  pt 1 1 1  1 p  i  p  i 1 2i 1
0 sin(t ) e dt     2
 2
 2 .
2i  p  i p  i  2i p 1 2i p  1 p  1
Fonctions puissances t  t n ( n  N * )

n=1 Considérons la fonction f1 (t )  t U (t ) , on obtient : 0 t e  pt dt

On peut procéder à une intégration par parties, en posant : u (t )  t et v '(t )  e pt , on obtient : u '(t )  1 et
x x
1 x  te  pt  1 x  te pt 1 e  pt  
 px  x 1  1
v(t )   e  pt d’où ( si p  0 ).  te  pt
dt      e  pt
dt     e   2  2 .
p  0 p  p p  p
p  p p p 
0 0
 0  
 1
On obtient pour p  0 :  t e pt dt  .
0 p2
 2  pt
n= 2 :  t 2 e  pt dt . On peut procéder à une intégration par parties, en posant : u (t )  t et v '(t )  e , on
0
1
obtient : u '(t )  t et v (t )   e  pt d’où ( si p  0 ).
p
x x
x 2  pt  t 2 e pt  2 x  pt  t 2 e pt  2 x  pt
0 t e dt    

te dt     te dt  , on remarque que lim x 2e  px  0 et
 p  p 0  p  p 0 x 
0 0
x  pt 1  2  pt 2
lim te dt  d’où : .
x  0 0 t e dt 
p2 p3
1 1 2
On sait déjà que pour p  0 , F0 ( p )  ; F1 ( p)  2
et F2 ( p)  .On peut procéder à une intégration par
p p p3
1
parties, en posant : u (t )  t n et v '(t )  e pt , on obtient : u '(t )  nt n1 et v (t )   e  pt d’où ( si p  0 ).
p
x
x n  pt  t n e pt  n x n 1  pt  x n e  px n x n 1  pt
I n ( x)  0 t e dt    

t e dt   t e dt  ; si p  0 lim x n e px  0
 p  p 0 p p 0 x
0

Donc l’intégrale Fn ( p )   t n e  pt dt est convergente et lim I n ( x )  Fn ( p) .
0 x 
n n2 n2
supposons désormais p  0 . Fn ( p)  Fn 1 ( p ) et Fn 1 ( p )  Fn  2 ( p ; Fn 2 ( p )  Fn 3 ( p ,…………
p p p
P a g e | 81

3 2 2
F3 ( p)  F2 ( p) et F2 ( p) 
F1 ( p)  donc on déduit de proche en proche que
p p p3
n (n  1) (n  2) 3 2 n (n  1) (n  2) 3 2 1
Fn ( p )      F1 ( p ) , donc pour tout p  0 , Fn ( p)      
p p p p p p p p p p p2
On admet que n(n  1)(n  2).....3  2 1  n ! ( factoriel n ). Nous admettrons qu’on obtient ainsi de proche
n!
en proche les transformées de Laplace des fonctions t  t n .On conclut que Fn ( p)= .n N .
p n1
n! ; p  a  0 n   et n  1 : F1 ( p  a )  1 .
Fn ( p  a )  n 1
( p  a) ( p  a)2
Exercice 2
1°.



            

sin( nt )
2°. On pose u (t )   2  2 t ; u (t )  2 et v '(t )  cos(nt ) ; v '(t ) 
n
 /2
 /2  ( 2  2 t ) sin( nt )  1  /2
I (  2 t ) cos  nt  dt  
2
 ( 2 )(sin( nt ))dt
n 0

0
 n  0
 /2
1  /2 2   cos(nt )  2   n  
I  0   2 sin( nt )dt      1  cos  
n 0 n  n 0 n 2   2  
3°. La fonction f est paire donc bn  0 .Or  (t )  0 si t [  ;  / 2[] / 2; ] ,
1  1  / 2 1 0 1  /2 1 
b. a0    (t ) dt    (t ) dt    (t ) dt    (t )dt   (t ) dt
2  2  2  / 2 2 0 2  / 2
2  /2 2 1  /2 2 1 2 2
 /2 1  3  3   2
a0  (  2 t ) dt  (   2 t ) dt   t   t    
2 0  0  0   2 4  4
1 1
 (t ) cos( nt ) dt    (t ) cos( nt ) dt 
  / 2 0  /2 
c. an     (t ) cos(nt )dt       (t ) cos(nt ) dt    (t ) cos( nt ) dt  
    / 2 0  /2 
2  /2 2  /2 2 2 2 2   n  4   n 
an   ( 2  2 t ) cos(nt ) dt  (  2 t )cos(nt )dt  I   2 1  cos     2 1  cos 
 0
 
 0   n   2  n   2 
4 1
d. Si n est pair on a : a2 p 
(2 p) 2  p

1  cos  p   2 (1  ( 1) p )

4 4   4k  2   1 2
e. a4k 
(4k ) 2
1  cos  
2 k    0 et a4 k  
2  
2 
(4k  2) 
1  cos 
 2
  

  (2k  1)
2
1  cos  (2k  1)  
(2k  1) 2
 
4   2 p 1  4     4
f. a2 p 1  2 
1  cos      1  cos  p     .
(2 p  1)   2   (2 p  1) 
2
 2   (2 p  1)2
Exercice 3
1. f est dérivable sur [0; ] et f '(t )  2sin(2t )
P a g e | 82

 
f '(t )  0 équivaut à sin 2t  0  k avec k  Z donc t  sur [0; ] .
sin 2t  sin 0 t
2 2
Si t [0; / 2] 2t  [0;  ] et sin(2t )  0 sur [0; ] donc sin(2t )  0 sur [0;  / 2] .
Si t [ / 2;  ] 2t  [ ;2 ] et sin(2t )  0 sur [ ;2 ] donc sin(2t )  0 sur [ / 2;  ]
t 0  /2 
f '(t ) 0 +  0
2
f (t )
0 0
Courbe représentative sur [2π ; 2π].
y

-2 -3/2 - -/2 0 /2  3/2 2 x

-1

-2

1 2 1  1  2 1  1  1  cos 4t 

2. E 2f  f 2 (t )dt  f 2 (t )dt 
0 1  cos 2t   1  2cos 2t  cos 2t  dt    1  2cos 2t  2  dt
2
2 
0   0 
dt 
 0 0


1  1  cos 4t  1 3 1  1 3 3 3
E 2f   1  2 cos 2t   dt   t  sin(2t )  cos 4t     donc E f  .
 0  2    2 8 0  2 2 2

1  1  1  1 1   1 1
3. I 
2  0
f (t )dt 
2  0
f (t )dt 
2 0 1  cos 2t  dt   t  2 sin 2t 
 0

2
 
2
1  1 0 1  1 0 1  1  1 
a0 
2 

f (t )dt 
2 
f (t )dt 
2 0
f (t )dt 
2  f (t )dt 
2  0
f (t )dt  
2 
0
f (t )dt 
2 
0
f (t )dt  0

f est une fonction impaire donc tous les an sont nuls.


1  2 
b. bn 
   f (t )sin  nt  dt   
 0
f (t )sin  nt  dt

2  2  2  2  2  sin  4t 
b2   (1  cos(2t ))sin  2t  dt   sin  2t  dt   cos(2t )sin  2t  dt   sin  2t  dt   dt
 0  0  0  0  0 2
 .
2 1 1  2  1 1 1 1 
b2   cos(2t )  cos(4t )         0
 2 8 0   2 8 2 8 
1
c. soit n  1 et n  2 : sin(nt ) cos(mt )  sin(( n  m)t  sin( n  m)t 
2
P a g e | 83

2  2  2 
bn   (1  cos(2t ))sin  nt  dt   sin  nt  dt   cos(2t ) sin  nt  dt
 0  0  0
2  1 
bn   sin  nt  dt   sin(n  2)t  sin( n  2)t  dt
 0  0

1  2 1 1 
bn    cos( nt )  cos(( n  2)t )  cos((n  2)t ) 
  n (n  2) (n  2) 0
2  1  1 1 1  1 1 1 
bn   (cos(n )  1)    cos(n  2)  cos(n  2)    cos0  cos0 
 n    ( n  2) (n  2)    (n  2) ( n  2) 
 n  2 
 1   1  1  1 
n 2
2  1  1  1
bn  
 n

n

1  1      
   ( n  2) (n  2)    (n  2) (n  2) 

 
 
2  1  1  1 
Si n est pair b2 p  
  2p




2p
1  1   
    
1

1
  
1

1
0
(2 p  2) (2 p  2)    (2 p  2) (2 p  2) 
    
 0  0

Si n est impair n  2 p  1
 1   1
2 p3 2 p 1 
2  1  1
  1   1 2 2 
b2 p 1  
  (2 p  1)
 1 
2 p 1
1    
   2p 3

1

1

 
4
   
2 p  1    (2 p  3) (2 p  1)  (2 p  1)   2 p  3 2 p  1 


4 1  2(2 p  1)  2(2 p  3)  4 1  4 p  2  4 p  6)  4 4 2 p 1 
         
(2 p  1)    2 p  3 2 p  1  (2 p  1)    2 p  3 2 p  1  (2 p  1)    2 p  3 2 p  1 
     
2 2
4  2 p  3 2 p  1 4  2 p  1
 2 p  3 2 p  1   2 p  1 4 p 2  4 p  3  4 p2  4 p  1
  4 4
(2 p  1)  2 p  3 2 p  1  (2 p  1)  2 p  3  2 p  1  (2 p  1)  2 p  3  2 p  1  (2 p  1)  2 p  3  2 p  1 
16
b2 p 1 

(2 p  1) (2 p  1) 2  4 
16 16 16 16 16 16 16 16
4. b1   ; b3   ; b5   ; b7  
 1  4  3 3  9  4  15 5  25  4  105 7  49  4  315
Exercice 4

1. Soit n un entier naturel non nul . I n   (t   ) sin( nt )dt . on effectue une intégration par parties :
0
1
u (t )  t   ; u '(t )  1 et v '(t )  sin(nt ) ; v (t )   cos( nt ) , donc pour tout n  1 , on a :
n

  (t   ) cos(nt )  1   1   
In   (t   )sin( nt ) dt      0 cos(nt )dt  0   2 sin( nt )  0   . In   .
0
 n 0 n n n n n

An   (t   ) 2 cos(nt ) dt . on effectue une intégration par parties :
0
2 1
u (t )   t    ; u '(t )  2  t    et v '(t )  cos(nt ) ; v (t )  sin(nt ) , donc pour tout n  1 , on a :
n

 2
 (t   ) 2 sin( nt )  1  2 2
An  
0
(t   ) cos(nt ) dt     0 2(t   ) sin( nt ) dt   I n , donc An  2 .
 n  0 n n n
2.a ) pour la représentation graphique de la fonction u sur [ 2 ;6 ] , on trace d’abord l’arc de la parabole
correspondant à l’intervalle [0; ] sur lequel u (t ) est un polynôme du second degré du type x 2 avec x  t   .
u étant paire , on obtient par symétrie par rapport à l’axe des ordonnées l’arc de parabole correspondant
P a g e | 84

à l’intervalle [  ;0] . u admettant pour période 2 , par translation de vecteur 2 i on passe de l’intervalle
[  ;  ] à [   2 ;   2 ] = [ ;3 ] puis de [ ;3 ] à [3 ;5 ] et on complète jusqu’à 6 .

De même par translation de vecteur 2 i on passe de [0; ] à [ 2 ;  ] .
y

2

-2 - 0  2 3 4 5 6 x

a T
1  1
b/ a0   u (t )dt . on lit sur le formulaire : a0   f (t )dt pour une fonction périodique, de période T.
2  T a
0  2  1 
ici T  2 et a   ; u étant paire donc  u (t ) dt   u (t ) dt , donc a0   u (t )dt   u (t )dt
 0 2 0  0

1  2 1 1 3 1 3 2 2
Donc a0         .d’où .
 0
(t ) dt (t ) a 
  3  0
0  3 3 3
2 
On calcule de même an  u (t )cos( nt )dt .pour tout entier non nul .
2 
1  2 
an   u (t ) cos( n t ) dt ; an   u (t )cos( nt ) dt , car les fonctions u et cos sont paires, il en est de même
   0
2 
pour t  u (t )cos nt .donc an   (t   ) 2 cos(nt )dt car u (t )  (t   ) 2 sur l’intervalle [0; ] .
 0
2 2 4
Donc an  An où An  2 d’après 1°. Donc an  2 pour tout n entier naturel n  1 .
 n n
La fonction u étant paire , bn  0 pour tout n entier naturel n  1 .
2 1  2
3. U eff  u (t )dt , la fonction u étant paire , il en est de même de la fonction u 2 .donc

2 

2 1  2 1  1  ( t  ) 5  5 4
(t  )4 dt  
2
U eff  
u (t )dt      ; U eff  19, 483 .
 0  0  5  5 5
 0
Exercice 5
 /2
1
1.) I n   sin x cos 2nx dx , ( n  N ). on sait que : sin(mx ) cos(nx)  sin((m  n) x  sin(m  n) x 
0
2
 /2  /2  /2
1 1
In   sin x cos 2nx dx    sin(1  2n) x  sin(1  2n) x  dx   2  sin(1  2n) x  sin(2n  1) x  dx
0 0
2 0
 /2  /2
1    1   1  
In   sin x cos 2nx dx     cos(1  2n) x    cos(2n  1) x  
0
2   1  2n   2n  1  0
1   1    1      1   1  
I n     cos(1  2n)    cos(2n  1)      cos(1  2n)0    cos(2n  1)0  
2   1  2n  2  2n  1  2    1  2n   2n  1  
     
cos(1  2 n)  cos   n   cos cos n  sin sin n  0 
2  2  2 2   
  cos(1  2n )  cos(2n  1)  0
     2 2
cos(2n  1)  cos  n    cos n cos  sin n sin  0 
2  2 2 2 

1    1   1    1  1 1  1 2n  1  (2n  1) 1 2 1
In               .
2    1  2n   2n  1    2  2n  1 2n  1  2 (2n  1)(2n  1) 2 4n  1 1  4n 2
2
P a g e | 85

2. u (t   )  sin(t   )   sin t  sin t  u (t ) et u ( t )  sin(t )   sin t  sin t  u (t ) ; Donc u est


bien   périodique et paire.
b. lorsque t [0; ] : u (t )  sin t  sin t puisque sin t  0 sur [0; ] .sur cet intervalle la courbe C associée à u
est la courbe représentative de la fonction sinus .comme u est   périodique, la courbe représentative sur
 
[  ; 2 ] est obtenue par translation de  i puis de  i de l’élément C.
y

-2 -7/4-3/2-5/4 - -3/4 -/2 -/4 0 /4 /2 3/4  5/4 3/2 7/4 2 x

c. comme la fonction u est paire , on a donc bn  0 .


  
1 2 1 1  1 2
a0   sin t dt   sin tdt   sin tdt    cos t 0  1  1  puisque la fonction f est paire
2 
2 0  0   
 /2  /2
2 2 
an  sin t cos  2 nt  dt  2 sin t cos  2 nt  dt  puisque la fonction à intégrer est paire .
 / 2   0



4 1
Donc an   .
 1  4n 2
2 4 1 4 4 1 4 4 1 4
b. a0  ; a1    ; a2    ; a3   
  1  4 3  1  16 15  1  36 35
4 1 4
a4    .
 1  64 63
 /2  /2
1 1  /2  1  cos 2t  1  t sin 2t  1    2 1
3. U e2   sin 2 tdt   / 2  2 dt   2  4     0   0   .
  / 2     / 2   4 4  4 2
Exercice 6
soit f la fonction numérique définie par :

 f (t )  t  1 pour t  0;2

 f est paire
 f est périodique de période 4
2°)  y

2 1
1 2 2 2 1 2 1 1  1
f e   f 2 (t )dt   f 2 (t )dt   (t  1) 2 dt   (t  1)3   .
2
4  2 4 0 2 0 2 3 0 3
3°) a. puisque f est une fonction paire, bn est nul. -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 x
2
1 2 1  (t  1) 2  1
b. on a : a0   2  (t  1)dt     (1  1)  0 .
40 2  2  4 -1
0

1 2  n t  2  n t 
Soit n   , an   (t  1) cos n   dt   (t  1) cos   dt .
2 2 0
 2   2 
 n  2  n 
On intègre par parties, en posant : u (t )  t  1 ; u '(t )  1 et v '(t )  cos  t , v(t )  sin  t .
 2  n  2 
P a g e | 86

2 2
2     2(t  1)     2 2    2  2    4
an   (t  1) cos  n t  dt   sin  n t    0 sin  n 2 t  dt  0  n   n cos  n 2 t    n2 2  cos(n )  1
 n  2   0 n
0
 2   0
Deux cas :
4
1. n est pair, on pose n  2 p où n  N a2 p 
n 2
2  cos(2 p )  1  0 .
2. n est impair, on pose n  2 p  1 où n  N
4 4 8
2 2 
a2 p 1  cos((2 p  1) )  1  2 2
( 1  1)   .
(2 p  1)  (2 p  1)  (2 p  1) 2  2

Vous aimerez peut-être aussi