Vous êtes sur la page 1sur 6

Thème : Séries de Fourier TP MATHEMATIQUES BTS1 INDUSTRIEL 2008/2009

Exercice 1. bts-2005
1. Soit la fonction numérique g définie sur 0 ;   par g (t )  (1  cos 2t ) sin 2 t .
(a) Montrer que g '(t )  4sin t cos3 t .
(b) En déduire les variations de g sur 0 ;  
2. Soit la fonction numérique f définie sur R, paire, périodique de période 1 telle que :
 f (t )  1/ 2   si 0  t   
 où est un nombre réel tel que 0    2
 f (t )   si   t  1/ 2
1
(a) Uniquement dans cette question, on prendra   .
6
Représenter la fonction f sur l'intervalle [-1; 1] dans un repère orthonormal.
(b) On admet que la fonction f satisfait aux conditions de Dirichlet.
Soit S le développement en série de Fourier associé à la fonction f .

1
Montrer que : S (t )   sin(2n )cos(2 nt )
n 1
n
3. On décide de ne conserver que les harmoniques de rang inférieur ou égal à 2.
1 1
Soit la fonction numérique h définie sur R par : h(t )  sin(2 ) cos(2 t )  sin(4 ) cos(4 t )
 2
On désigne par Eh2 le carré de la valeur efficace de h sur une période.
(a) A l'aide de la formule de Parseval, déterminer Eh2 .
1
(b) Montrer que Eh2  g (2 ) .
2 2
4. Déterminer la valeur de  rendant Eh2 maximal.
Exercice 2-bts-2003
  /2
A. Pour tout entier naturel n , on considère les intégrales : I n   cos(nx)dx et Jn   x cos(nx ) dx .
 /2 0

1 n
1°) Montrer que I n  sin .
n 2
  n  1  n  1
2°) A l’aide d’une intégration par parties , montrer que J n  sin    2 cos   2
2n  2  n  2  n
3°) Déterminer I1 ; I 2 et I 3 , puis J1 ; J 2 et J 3
 2E 
B. Soit f la fonction numérique définie sur R , paire, périodique de période 2 telle que  f (t )   t si 0  t  2

où E est un nombre réel donné, strictement positif.  f (t )  E si   t  
1°) Tracer, dans un repère orthogonal, la représentation graphique de la fonction f sur  2
l'intervalle   ;3  .
( on prendra E = 2 uniquement pour construire la courbe représentant f ).
2°) Soit a0 et pour tout entier naturel n supérieur ou égal à 1, an et bn les coefficients de Fourier associés f .
a) Calculer a0 .
b) Pour tout n  1 , donner la valeur de bn .
2E
c) En utilisant la partie A, vérifier que pour tout n  1 , an 
2
 2Jn   In  .
Partie C
1°) Déterminer les coefficients a1 , a2 , a3 .
2°) Calculer F 2 , carré de la valeur efficace de la fonction f sur une période.
T
2 2
On rappelle que dans le cas où f est paire, périodique de période T, on a: F  2 f 2 (t )dt
T 0

an2  bn2
3°) On sait par ailleurs que la formule de Bessel-Parseval donne : F 2  a02  
n 1 2
1

Soit P le nombre défini par P  a02  a12  a22  a32 .
2

P
Calculer P , puis donner la valeur décimale au millième du .
F2
Ce dernier résultat très proche de 1 justifie que dans la pratique , on peut négliger les harmonique
d’ordre supérieur à 3.
Exercice 3 -Toutes spécialités 2006. Les parties A et B sont indépendantes.
Partie A
Soient  et  deux nombres réels.
Soit f une fonction périodique de période 1, définie sur l'intervalle [0; 1[ par f (t )   t   .
On appelle a0 , an et bn les coefficients de Fourier associés à la fonction f.

1. Montrer que a0    .
2

2. Montrer que bn  pour tout nombre entier naturel n non nul.
n
On admet que an  0 pour tout entier naturel n non nul.
3. On se propose de déterminer les nombres réels  et  pour que le développement S en série de

1
Fourier de la fonction f soit défini pour tout nombre réel t par S (t )   sin  2 nt  .
n 1
n
1
(a) Déterminer les nombres réels  et  tels que a0  0 et bn  .
n
En déduire l'expression de la fonction f .
(b) Représenter la fonction f sur l'intervalle [-2 ; 2] dans un repère orthogonal.
Partie B
On veut résoudre l'équation différentielle : s "(t )  s(t )  f (t )
On admet que l'on obtient une bonne approximation de la fonction s en remplaçant f(t) par les premiers
termes du développement en série de Fourier de la fonction f obtenus dans la partie A, c'est-à-dire par :
1
f (t )  sin(2 t )  sin(4 t )
2
1
Soit (E) l'équation différentielle ; s "(t )  s(t )  sin(2 t )  sin(4 t )
2
1 1
1. Vérifier que la fonction s1 définie pour tout nombre réel t par : s1 (t )  sin(2 t )  sin(4 t )
1  4 2 2(1  16 2 )
est solution de l'équation différentielle (E).
2. Résoudre l'équation différentielle (E).
Correction
Exercice 1-2005 -bts
1. Soit la fonction numérique g définie sur 0 ;   par g (t )  (1  cos 2t ) sin 2 t .
g '(t )  2sin t cos t sin ²t  (1  cos ²t )2sin t cos t  2sin t cos t ( sin ²t  1  cos ²t )
(a) Calculons g '(t ) :
 2sin t cos t (cos ²t  cos ²t )  4sin t cos3 t
(b) Sur 0 ;   ,la fonction sinus est positive, par conséquent g '(t ) est du signe de cos t .
   
Si t  0;  : g '(t )  0 donc g est strictement croissante sur 0; 
 2  2
   
Si t   ;  : g '(t  0 donc g est strictement décroissante sur  ; 
2  2 
1  1 1 1 1 
2. (a) Dans cette question, on a : f (t )  sur 0;  et f (t )   sur  ; 
3  6 6 6 2
 1 1
Avec la parité de la fonction f, on peut tracer la courbe sur l’intervalle   ;  en utilisant la symétrie par
2 2  
rapport à l’axe des ordonnées. De plus, la fonction f 1
est périodique de période 1, donc on obtient la
représentation ci-contre :
(b) Calculons les coefficients de Fourier de la fonction f :
1 T /2 2 T/2 1/3
a0 
T T / 2 f (t )dt  T 0 f (t ) dt

  1  1/ 2 
 2

0  2    dt      dt  -1 -1/2 -1/6 0
-1/6
1/6 1/2 1

 1  1 
 2     .  (  ).       0
 2  2  
2 a T 2 T/2 4 
Pour n  1 , on a : an  
f (t ) cos ntdt  T / 2 f (t ) cos 2n t dt  0 f (t ) cos 2n tdt
T a T T
 1 
 sin 2n t  
1/ 2
 1      sin 2n t 
an  4  0     cos 2n tdt  0  
 cos 2 n tdt   4  
 2
  
2n  0
  (  ) 
2n  
 
 2       
 1 
 sin 2n t   2
1/ 2
  sin 2n t   1  
an  4         (  )        sin 2n   sin n  sin(2n ) 
 2   2n  0  2n   n  2  
 
2  1   1
     sin 2n  sin(2n )   sin 2n
n  2   n

Pour n  1 , on a bn  0 car la fonction f est paire .On obtient donc S (t )   an cos(2 nt )
n 1

1
S (t )   n sin(2n )cos(2 nt ) .
n 1

an2  bn2
3. Ecrivons la formule de Parseval : E 2  a02   .On sait que a0  0 ; calculons a1 et a2 :
n 1
2
1 1
a1  sin(2 ) et a2  sin(4 ) . On a donc :
 
1 1 1  1  1 
Eh 2   2 sin ²(2)  2 sin ²(4)   2 sin ²(2)  sin ²(4)  , de plus, on sait que : sin(2u)  2sin u cos u .
2  4  2  4 
Donc on peut écrire : sin 2 (4 )  4sin 2  2n  cos 2  2n  .
1  1  1 1
Eh 2  2 
2 
sin ²(2)  sin ²(4)   2 sin ²(2)  sin ²(2) cos 2 (2t )   2 sin ²(2 ) 1  cos 2 (2t )  .
4  2   2    
1 1
2   
Eh 2  2 sin ²(2) 1  cos 2 (2t )   2 g (2) .

 2


4. D’après la question 1 . b) , l’expression g (t ) est maximum pour .
2
 1
Par conséquent Eh 2 est maximum pour : 2  , d’où   .
2 4
Exercice-2 –bts-2003
 
1  1 1  1 n
1.Calculons I n : I n   cos( nx ) dx   sin nx   sin   sin n   sin .
 /2 n  / 2 n n 2 n 2
 1 1 3 1
On obtient : I1   sin  1 ; I 2   sin   0 et I 3   sin  .
2 2 3 2 3
1
On intègre par parties, en posant : u ( x )  x u '( x)  1 ; v '( x )  cos nx v( x)  sin(nx) avec n  N
n
 
2  /2 2  /2  /2
Donc : J n   x cos nx dx   x sin(nx)  1 x  1 
 sin nx dx   sin(nx)    2 cos nx 
0
n 0 n 0 n 0 n 0

2
 n 1 n 1  n 1 n 1
Jn   x cos nx dx  2n sin( 2 )  0  n2 cos  2 cos 0  sin( )  2 cos 
2 n 2n 2 n 2 n2
0
 n 1 n 1    
D’où : J n  sin( )  2 cos  2 . On obtient : J1  sin( )  cos  1   1
2n 2 n 2 n 2 2 2 2
 1 1 1  3 1 3 1  1
J 2  sin( )  cos     ; J 3  sin( )  cos    .
4 4 4 2 6 2 9 2 9 6 9
Partie B y
1.représentation graphique de la fonction f .
2
2.a. Calculons a0 :
1 a T 1  1 
a0  a f (t )dt   f (t )dt   0 f (t ) dt , car f est
T 2
paire et 2 -périodique ; donc : 1

1  / 2 2E  /2 
a0  0 t dt  0 Edt  .
   
 /2
1  2E t 2  1  2E  2   1  3E  3E - -3/4 -/2 -/4 0 /4 /2 3/4 5/4 3/2 7/4 2 9/4 5/2x
a0    Et    E   

   2     8 2    4  4
0
b. la fonction f est paire donc pour tout entier n  1 , on a bn  0 .
2 a T 1  2 
c. Calculons an , pour n  1 : an  a f (t ) cos ntdt   f (t ) cos nt dt  0 f (t ) cos ntdt .
T  
2  / 2 2E 2  4E
2E
Car t  f (t ) cos nt est paire ; donc an  0 t cos ntdt   / 2 E cos ntdt   2 J n 
In
   
2E 2E 1 4 p 1
et an 
 2  2J n   I n  .Calculons 2
a4 p  
2 J 4 p   I 4 p  0 , puisque I 4 p  
4p
sin
2

4p
sin 2 p  0

 1 1 1 1
et J 4 p  sin(2 p ) 
2
cos 2 p 
2
0
2
 0.
8p 16 p 16 p 16 p 16 p 2
Partie C
   
1. calculons a1 , a2 , a3 : a1 
2E
2  2 J1   I1   2 E2  2  2  1      4E2
      
2E   1   2 E      
a2   2    0 
 2   2   2
et a3 
2E
 2  2 J3   I3   2 E2  2   6  19   3   2 E2   3  92  3    94E2 .
      
2
Calculons F :
 /2
2 2 T /2
2 1  /2 1  4E 2  / 2 2  / 2 2  4E 2  t3  1  2  / 2
F  V eff  f (t )2 dt 
 f (t )2 dt    t dt  E dt    
   E t
T 0  0   2 0 0   3
 3     0
  0
4 E 2 3 1 2  E 2 E 2 2E 2
  E   
24 3  2 6 2 3

1 2  9E 2  1  16 E 2   4 E 2   16 E 2   9 E 2 818 E 2
3.Calculons P : P  a02 
2
a1  a22  a32  
 16

    4
 2  

 4 
     81 4
 
  16

81 4
.
     
P P  9 E 2 818E 2  3 37 409
Calculons :        0,999 .
F2 F 2  16 81 4  2E
2
32 27 4
Exercice 3-BTS-2006
1
1 T  t2  
1. a0 
T
 t   dt     t     avec T  1 .

0  2  0 2
2 T 1
2. La pulsation est   2 bn 
T 0
 t    sin(2 nt )dt  2
 0  t    sin(2 nt )dt avec T  1 .
1
On intègre par parties en posant : u (t )   t   , alors u '(t )   ; v '(t )  sin(2 nt ) , alors v(t )   cos(2 nt )
2 n
  1 
   t    cos(2 nt ) 
1   1 
bn  2  t    sin(2 nt )dt  2  
  cos(2 nt )dt  
0
  2 n  2 n 0

D’où  0  et b  2    0    .
n  
 1 1   2 n  n
           sin(2 nt ) 
bn  2  
 2 n   2 n  2 n  
 0


    0   
1 2 
3.a. On veut que a0  0 et bn  , donc d’après 3. on a :    .
n    1   2

 n n
 y
L’expression de f est alors f (t )   t  .
2
/2
b. on construit alors la courbe représentative de f sur [ 2; 2] .
Partie B
1 1
1.a on a : s1 (t )  2
sin(2 t )  sin(4 t ) ; x
1  4 2(1  16 2 ) -2 -1 0 1 2

2 4
s '1 (t )  cos(2 t )  cos(4 t )
2
1  4 2(1  16 2 ) -/2

4 2 16 2
s "1 (t )   2
sin(2 t )  sin(4 t ) .
1  4 2(1  16 2 )
4 2 16 2 1 1
s1 "(t )  s1 (t )   2
sin(2 t )  2
sin(4 t )  2
sin(2 t )  sin(4 t )
1  4 2(1  16 ) 1  4 2(1  16 2 )
.
1  4 2 1  16 2 1
 2
sin(2 t )  2
sin(4 t )  sin(2 t )  sin(4 t )
1  4 2(1  16 ) 2
Par conséquent s1 est une solution particulière de l’équation différentielle ( E ).
2. Il faut chercher la solution générale de l’équation différentielle homogène associée à ( E ) : s "(t )  s(t )  0 .
L’équation caractéristique associée est r 2  1  0 , dont le discriminant est égal à -1 . cette équation
possède deux racine complexes conjuguées qui sont j et  j .
La solution générale de l’équation homogène est alors : s0 (t )   sin t   cos t avec  R et  R .
La solution générale de ( E ) est donnée par la somme entre une solution particulière de l’équation
complète et la solution générale de l’équation homogène associée , d’où :
s (t )  s0 (t )  s1 (t )
s0 (t )   sin t   cos t 1 1 .
s (t )   sin t   cos t  2
sin(2 t )  sin(4 t )
1  4 2(1  16 2 )