Vous êtes sur la page 1sur 19

RDV du Préparation du TEF

Expression Ecrite – Section B


29/03/2021
Par : Elize Zen

Section B – La lettre argumentative

Table des matières

1. Description de la lettre argumentative : ............................................................................................. 2


2. Structure de la lettre argumentative :................................................................................................. 3
3. Atelier et conseils : .............................................................................................................................. 4
4. Modèles d’intro : ................................................................................................................................. 4
4.1. Position en faveur de l’affirmation (pour) :.................................................................................. 4
4.2. Position à l’encontre de l’affirmation (contre) : ........................................................................... 4
4.3. Position nuancée plutôt pour : ..................................................................................................... 4
4.4. Position nuancée plutôt contre : .................................................................................................. 4
5. Modèle de la lettre : ............................................................................................................................ 5
5.1. Position à l’encontre de l’affirmation (contre) : ........................................................................... 5
5.2. Position en faveur de l’affirmation (pour) :.................................................................................. 5
6. Exemples de lettres argumentatives structurées :.............................................................................. 6
Exemple 1 : « L’accès à la culture doit être gratuit. »  Contre......................................................... 6
Exemple 2 : « Le lieu d'exposition des œuvres d'art. »  Opinion nuancée ...................................... 7
Exemple 3 : « La femme n’a pas changé depuis cent ans »  Contre................................................ 8
Exemple 4 : « Le travail domestique des enfants doit être rémunéré »  Opinion nuancée............ 9
7. Mes essais :........................................................................................................................................ 10
Sujet 1 : « Supprimer la lecture des romans dans les écoles » ......................................................... 10
Sujet 2 : « Réduire les commerces pour réduire la consommation » ............................................... 11
Sujet 3 : « De nos jours, il n’est pas nécessaire d’avoir du talent pour être une star ». ................... 12
Sujet 4 : « L’art est beau mais il est inutile » ..................................................................................... 13
Sujet 5 : « La télévision, c’est l’appauvrissement intellectuel » ........................................................ 14
Sujet 6 : « L’écologie est un luxe » .................................................................................................... 15
Sujet 7 : « Le plus important c’est la vie professionnelle » ............................................................... 16
Sujet 8 : « En ville, deux-roues, c'est un véritable danger pour les autres » .................................... 17
Sujet 9 : « L’expérience de la vie et les voyages sont plus importants que les diplômes » .............. 18
Sujet 10 : « Les ONG sont les mieux placées pour lutter contre la pauvreté » ................................. 19

Page 1 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

1. Description de la lettre argumentative :

Pour réussir la lettre argumentative, il y a lieu d’écrire une réponse à une affirmation pour un journal
en 200 mots, en 40 min, rédigée en plusieurs paragraphes, avec 3 arguments, qui doivent aller dans le
sens de la thèse (en accord, en désaccord ou avis partagé).

Pour trouver rapidement des arguments, il est utile de réfléchir aux volets économique, culturel,
social, politique, psychologique etc. et de placer un argument par volet. Ensuite, il suffit de les classer
en position pour/ contre, et opter pour une opinion définitive selon les arguments les plus cohérents,
et les exemples les plus précis.

Pour ne pas perdre de temps, commencer la rédaction du développement argumentatif directement,


puis ajouter l’introduction et la conclusion personnalisées.

Aussi, la lettre argumentative requiert l’utilisation de certaines caractéristiques linguistiques :


 Le présent. Il est majoritairement utilisé pour décrire notre opinion.
 Le passé composé. Il peut être utilisé occasionnellement pour illustrer les exemples avec des
évènements qui se sont passés.
 Le conditionnel présent. Il peut également être utilisé occasionnellement pour exprimer ses idées
sans être trop virulent.
 Les connecteurs logiques. Ils permettent au texte d’être cohérent et agréable à lire, mais aussi
d’exprimer des rapports causes-conséquences.
 Les synonymes. Ils sont indispensables pour éviter les répétitions dans un texte court.

Les critères d’évaluation sont :

a. La conformité à la consigne donnée :


 La longueur du texte et la mise en page sont respectées.
 Le style d’écriture est formel.
 L’argumentation est claire et logique.
 Les liens entre les idées et les paragraphes sont bien faits.
b. Le niveau de français global :
 Le vocabulaire est riche et adapté au contexte.
 Le texte ne contient pas de fautes d’orthographe et de conjugaison et de ponctuation.
 Le récit contient des phrases simples, mais aussi complexes.
 Les temps et les modes et les connecteurs logiques utilisés sont variés et justifiés.

Page 2 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

2. Structure de la lettre argumentative :

Introduction Phrase d’accroche Fidèle lectrice de votre rubrique « xxx », je vous


(en un seul écris aujourd’hui en réaction à l’article paru
paragraphe) dans l’édition 15 juin 2018.
Rappel du sujet / Définition du Ou bien :
mot clé Suite à votre article indiquant que
(reformulation ou citation de l’affirmation), je
me permets de réagir.
Prise de position (pour/ contre/ Je me permets de vous écrire pour vous afficher
partagée) mon soutien total.
Permettez-moi de vous exposer mon point de
vue, qui s’avère être opposé au votre.
Effectivement, je suis partagée sur la question.
Courte présentation du plan de Ce qui nous amène à apporter une lumière sur
la lettre/ éléments de le sujet de point de vue social, économique et
développement psychologique

Développement Argument 1 Présentation Pour commencer, tout d’abord, en 1er lieu


(en 3 (plus faible) Développement En effet, Sans aucun doute
paragraphes) (Contre) Illustration Par exemple
Ce constat a été confirmé par une enquête
réalisée dans …
Argument 2 Présentation Ensuite, outre cela, cependant, en 2ème lieu
Développement C’est pourquoi, il est vrai que
Illustration Tout comme, selon le dernier rapport de
l’OMS
Argument 3 Présentation Enfin, en plus de tout ce qui est dit
(Plus fort) Développement Effectivement
(Pour) Illustration Cela est illustré par le fait que

Conclusion Prise de Voilà pourquoi, je pense que


(en un seul position claire
paragraphe) Appel à Je comprends néanmoins que d’autres lecteurs ne partagent pas
poursuivre le mon avis, cependant, j’aimerais voir ma lettre publiée dans votre
débat journal, dans le but de développer une réflexion sur le sujet, qui
sera certainement un riche débat.
Formule de politesse En vous remerciant par avance pour l’intérêt que vous porterez à ma
lettre, je vous prie d’agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l’expression
de mes sentiments dévoués.

Page 3 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

3. Atelier et conseils :

https://www.lefrancaisdesaffaires.fr/section-b-expression-ecrite-tef/
https://www.youtube.com/watch?v=j5YXjoDrTY4
https://www.youtube.com/watch?v=BPLzp46aZ9Q
https://tefistes.com/lettre-au-journal-modele-a-suivre/

4. Modèles d’intro :

4.1. Position en faveur de l’affirmation (pour) :


Pour ma part, je suis littéralement d'accord avec l’auteur.
Certes…, toutefois, … Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.

4.2. Position à l’encontre de l’affirmation (contre) :


Pour ma part, je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’auteur.
Certes…, toutefois, … Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.

4.3. Position nuancée plutôt pour :


Pour ma part, je suis partiellement d'accord, et je pense qu'il serait plus rationnel de nuancer
plutôt que de se prononcer de façon catégorique.
Certes…, toutefois, … Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.
Tout d’abord, je soutiens l’affirmation pour deux raisons principales.
D’une part,
D’autre part,
Cependant, je m’oppose partiellement à cette affirmation.

4.4. Position nuancée plutôt contre :


Pour ma part, je suis partiellement d'accord, et je pense qu'il serait plus rationnel de nuancer
plutôt que de se prononcer de façon catégorique.
Certes…, toutefois, … Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.
Tout d’abord, je m’oppose à l’affirmation pour deux raisons principales :
D’une part,
D’autre part,
Cependant, je partage l’avis de l’auteur.

Page 4 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

5. Modèle de la lettre :

Monsieur le Rédacteur en chef,


En feuilletant votre journal, et plus exactement le numéro paru le 15/03/2021, l'article où vous disiez
que ... a retenu mon attention. Et après lecture des diverses réactions de la part des lecteurs, je
voudrais à mon tour apporter ma modeste réflexion au sujet afin d'alimenter le débat.
Pour ma part, je suis littéralement d'accord / pas tout à fait d'accord avec l'auteur.
Certes .... toutefois,... Permettez-moi donc, de vous exposer mes arguments ci-après.
D'abord, ….
Ensuite, ….
Enfin, ….
Pour conclure, j'estime que, ….
C'est pourquoi, j'affiche mon soutien total à votre article/ je m’oppose à votre article /je reste sur
une opinion nuancée.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal afin de développer d'autres idées.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Exemple : " Le tourisme de masse est un danger pour les traditions locales "
(Depuis Youtube)

5.1. Position à l’encontre de l’affirmation (contre) :


Suite à votre article paru le 31/01/2021 dans lequel vous déclariez que le tourisme de masse était un
danger pour les traditions locales, je voudrais apporter quelques réflexions à ce sujet.

Certes [Argument pour], comme l'a écrit votre journaliste G.D, les touristes peuvent influencer
quelque peu les habitudes des autochtones, notamment à cause de leurs attentes qui n'ont parfois
pas de véritable rapport avec les coutumes de ces derniers. Toutefois [Argument contre], le tourisme,
même de masse est dans la plupart des cas bénéfique pour les populations locales et permet bien
souvent de préserver et de diffuser leurs traditions.
[+ 3 Arguments contre]

5.2. Position en faveur de l’affirmation (pour) :


Suite à votre article paru le 31/01/2021 dans lequel vous déclariez que le tourisme de masse était un
danger pour les traditions locales, et après lecture des réactions quelque peu outrées de nombre de
vos lecteurs, je voudrais à mon tour apporter quelques réflexions.

Certes [Argument contre], comme l'a écrit Monsieur Bernard Marine dans le courrier des lecteurs, le
tourisme est un facteur de croissance et de développement indéniable. Il permet bien souvent de
générer des emplois, et de dynamiser l'économie. Toutefois [Argument pour], il a engendré depuis
plusieurs décennies un certain nombre de phénomènes qui nuisent non seulement aux traditions
locales, mais également au bien-être des autochtones.
[+ 3 Arguments pour]

Page 5 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

6. Exemples de lettres argumentatives structurées :

Exemple 1 : « L’accès à la culture doit être gratuit. »  Contre


(Depuis PMF) :

a. Apprendre à structurer les paragraphes


b. Apprendre à utiliser les connecteurs logiques

Madame la rédactrice en chef,


Introduction
Phrase d'accroche : Fidèle lectrice de votre rubrique « culture et société », je vous écris aujourd’hui en
réaction à votre article paru dans l’édition 15 juin 2018. Rappel du sujet : En effet, je m’oppose
totalement à votre argumentation en faveur d’un accès gratuit à la culture Présentation du plan : et
ce, pour trois raisons principales.
Argument n°1
Présentation : Pour commencer, la gratuité d’accès aux organismes culturels signerait la perte d’une
source de financement.
Développement : Le prix des billets d’entrée constitue sans aucun doute une entrée d’argent non
négligeable. Celle-ci permet d’assurer la rémunération des salariés, l’entretien des locaux ou encore le
bon accueil des artistes.
Exemple : Sans l’apport financier des visiteurs, il est possible qu’un musée manque de fonds pour
accueillir une nouvelle exposition par exemple et, de fait, en prive ceux qui le visitent.
Argument n°2
Présentation : Outre cela, imposer l’achat d’un billet pour accéder à certaines œuvres culturelles
participe grandement à la valeur ou au prestige de celles-ci.
Développement : Tout comme le Champagne est plus renommé qu’un Pol Carson de Leclerc, un
musée, un théâtre ou un cinéma payant aura une image de marque plus forte que s’il est gratuit.
Exemple : C’est pourquoi les grands musées tels que le Louvre ne peuvent pas se permettre d’être
entièrement libres d’accès : le prix d’entrée renforce leur statut de haut lieu de la culture.
Argument n°3
Présentation : Enfin, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la gratuité ne permet pas une
diffusion plus large de la culture.
Développement : Le problème de la non-fréquentation des organismes culturels par certains types de
population est effectivement loin de se limiter à la question du coût de l’entrée.
Exemple : Cela est illustré par le fait que ce ne sont pas les ouvriers, les non-diplômés et ceux ayant
des bas revenus qui profitent le plus des journées portes ouvertes, mais ceux ayant des hauts revenus
et les personnes déjà adeptes de la culture.
Conclusion
Prise de position claire : Voilà pourquoi, madame, je pense que l’accès à la culture ne doit pas être
gratuit. Appel à poursuivre le débat : Je comprends néanmoins que d’autres ne soient pas du même
avis que moi. Je serai donc ravie de vous voir publier un sondage à ce sujet.
Phrase de politesse
Veuillez croire, chère madame, à mes sentiments cordiaux et respectueux.
Gabrielle Levesque

Page 6 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Exemple 2 : « Le lieu d'exposition des œuvres d'art. »  Opinion nuancée


(Depuis PMF) :

a. Apprendre la structure de la lettre nuancée


b. Apprendre à utiliser les connecteurs logiques

Madame la rédactrice en chef,


Je me présente, je m’appelle Paul Lama et je suis un fidèle lecteur de votre journal. En effet, celui-ci me
permet de m’enrichir quotidiennement, notamment grâce à la rubrique de culture générale.
Aujourd’hui, je vous écris cette lettre pour vous faire part de mon point de vue concernant l’article
publié par Alain Paul dans votre édition du 10 Mai 2020 au sujet des œuvres d’art. L’affirmation
suivante a attiré mon attention : les œuvres d’art doivent rester dans leurs pays
d’origine. Effectivement, je suis partagée sur la question : d’une part j’adhère au sujet mais d’autre
part, je m’y oppose. Je vous explique pourquoi.

Tout d’abord, il y a deux raisons principales qui me laissent soutenir cette affirmation. D’une part,
cela permet de préserver l’identité d’un pays, autrement dit de conserver son héritage historique et
culturel. À titre d’exemple, quand nous pensons à la sculpture, le premier pays qui nous vient à l’esprit
est l’Italie. C’est un pays qui a vu naître de nombreux sculpteurs et qui compte aujourd’hui à travers
ses différents musées la majorité des œuvres d’art sculptées.
D’autre part, conserver ses œuvres d’art permet au pays d’origine d’enrichir ses collections et
de développer son tourisme culturel à travers des expositions variées qui présentent des œuvres d’art
antique ou d’art contemporain par exemple. Cela joue un rôle important dans la promotion du
tourisme et augmente les recettes budgétaires comme c’est déjà le cas pour de nombreuses
capitales européennes telles que Paris, Rome ou encore Vienne.
Cependant, je m’oppose partiellement à cette affirmation, la raison principale de cette nuance est que
l’art n’a pas de frontières. Autrement dit, c’est un moyen de véhiculer l’histoire et la culture d’un pays
donné en le faisant connaître à une large population de voyageurs. De plus, c’est une façon de s’ouvrir
à d’autres cultures ou civilisations en passant quelques heures à contempler ces chefs d’œuvres riches
et témoignant d’un passé glorieux.

Pour conclure, je comprends que d’autres lecteurs ou lectrices ne soient pas du même avis que moi,
cependant, j’aimerais voir ma lettre publiée dans votre journal dans le but de développer une réflexion
sur le sujet, qui sera certainement riche d’enseignements.
Veuillez agréer, madame la rédactrice en chef, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Page 7 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Exemple 3 : « La femme n’a pas changé depuis cent ans »  Contre


(Depuis Youtube)

a. Apprendre l’argumentation par volet


b. Apprendre à utiliser les connecteurs logiques

Monsieur,
Introduction
C’est avec un grand intérêt que je lis vos publications invitant à réfléchir. Et c’est dans ce cadre que je
vous écris pour émettre quelques réflexions sur l’article paru le 15/01/2021 et dans lequel vous
affirmiez que « la femme n’a pas changé depuis cent ans ». De ma part, je suis radicalement contre
cette idée et ce, pour maintes raisons.
Argument n°1
Tout d’abord, au niveau éducatif, la femme a réussi à avoir l’accès à l’éducation. En fait, si hier
l’éducation était seulement une faveur du genre masculin, heureusement ce n’est plus le cas
aujourd’hui vu que la femme peut, elle aussi, rejoindre l’école et décrocher des diplômes. Au Maroc,
par exemple, les données statistiques témoignent d’un essor indéniable concernant le taux
d’analphabétisme chez les femmes, qui a baissé de 50 %.
Argument n°2
Ensuite, au niveau scientifique, le progrès est en partie, réalisé grâce au genre féminin. En effet,
maintes recherches ont été réalisées suite à sa persévérance, sa patience, voire sa volonté de changer
le monde. Et pour illustrer cela, nombreuses ont marqué l’histoire comme Marie Curie qui fut la
première scientifique à recevoir un prix Nobel.
Argument n°3
Enfin, au niveau social, elle a bien su remplir sa fonction en tant que maman malgré les nouvelles
tâches qu’elle s’est attribuée. En effet, elle a bien assumé ses responsabilités envers sa famille ce qui
peut par conséquent, avoir un effet positif sur la société. Une étude récente a dévoilé que 90 % des
mamans, même ayant de brillantes carrières professionnelles, restent vigilantes quant à l’éducation
de leurs enfants.
Conclusion
Ainsi, dans tous les domaines, la femme a prouvé son existence. Voilà pourquoi je pense qu’elle a bien
changé depuis cent ans. Mais peut-on dire que le regard de la société est toujours présent pour la
dévaloriser ?
Enfin, je vous remercie pour l’intérêt que vous porteriez à ma lettre et je vous prie d’agréer, Monsieur,
l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Page 8 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Exemple 4 : « Le travail domestique des enfants doit être rémunéré »  Opinion nuancée
(Depuis PMF)

a. Apprendre la structure de la lettre nuancée


b. Apprendre à utiliser les connecteurs logiques

Monsieur le rédacteur en chef,


Suite à votre tribune, parue le 14 mai dernier, dans lequel vous exprimiez votre souhait d'échanger de
l'argent pour le travail domestique des enfants, je voudrais alimenter le débat en vous livrant quelques
réflexions.

Certes, la rémunération des enfants pour assurer le travail domestique pourrait leur enseigner
comment être plus autonome par rapport à l'argent. Par exemple, ils auraient la possibilité de prendre
des décisions concernant la manière dont il convient de dépenser leur argent.

Toutefois, la banalisation du travail des enfants dans notre quotidien représente un danger effectif. De
fait, si la possibilité de travailler à la maison peut donner le sens de l'indépendance économique aux
enfants, elle risque également de ne les motiver qu’uniquement pour la récompense monétaire. Cela
aura des conséquences définitives, comme, par exemple, l'absence d'intérêt pour les études - qui n'ont
pas de récompense directe - ou, pire, le manque d’empathie.

En outre, si les enfants sont motivés par la pure logique économique, ils n'auront pas, une fois adultes,
le réflexe d'aider leur propre famille. Selon une étude effectuée en 2012, seulement 5% des enfants
antérieurement rémunérés pour avoir effectué des tâches ménagères prennent la décision de
les faire volontairement, sans une quelconque récompense. Cela provoque l'accroissement de
l’individualisme et de l'absence de responsabilité sociale et familiale. Nous élèverions, ainsi, des êtres
incapables d'un quelconque altruisme.

Enfin, le travail rémunéré des enfants représente une réelle menace à leur développement. Si
l'adolescent a, en général, le goût pour apprendre des concepts importants du monde du travail,
l'enfant n'apprendrait que la concurrence et l'individualisme dans cette situation. Il est, donc,
nécessaire qu'ils fassent des apprentissages ludiques et légers, pour qu'ils puissent profiter d'une
éducation psychologiquement saine et libre de stress.

Pour conclure, rémunérer des enfants pour leur aide domestique peut leur permettre une certaine
compréhension de la valeur du travail et de l’argent. Cependant, c’est à double tranchant car cela
engendre des conséquences néfastes sur son développement psychologique et social.
Je comprendrais que d’autres lecteurs ou lectrices ne soient pas du même avis que moi, cependant,
j’aimerais voir ma lettre publiée dans votre journal afin de développer une réflexion sur le sujet, qui
sera certainement riche d’enseignements.
Salutations distinguées,
Votre fidèle lectrice, Amanda Andes

Page 9 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

7. Mes essais :

Sujet 1 : « Supprimer la lecture des romans dans les écoles »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 15/03/2021, dans lequel vous disiez que la lecture des romans n'était pas
importante dans les écoles. Cette affirmation a attiré mon attention, et je voudrais alimenter le débat
en apportant une lumière sur le sujet d'un point de vue pédagogique, psychologique et
scientifique. Pour ma part, je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’auteur.
Certes, la lecture des romans consomme un temps précieux à l’école qui serait mieux exploité par
d’autres matières, toutefois, les bienfaits de la lecture des romans sur les enfants sont si bénéfiques
que nous ne pouvons pas les sacrifier. Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.

Au premier abord, sur le volet pédagogique, il convient de dire que la suppression de la lecture des
écoles constituerait une perte d'un outil d'apprentissage assez efficace. En effet, la lecture permet aux
écoliers d'enrichir leur vocabulaire et d'apprendre l'orthographe des mots, mieux qu'une méthode
pédagogique conventionnelle comme la dictée ou la projection d'un documentaire. D'ailleurs, une
étude a démontré que la lecture des romans en particulier expose les enfants à 50 % de mots en plus
qu'une émission télévisée à titre d'exemple.

Puis, sur le volet psychologique, la lecture des romans est l'unique moyen qui permet aux enfants de
comprendre la vie. Il est vrai qu'un roman a le pouvoir de faire voyager les enfants et de nourrir leur
imaginaire. De plus, la lecture leur permet de décrypter les émotions et de comprendre les sentiments
des autres. Ces bienfaits seront donc mieux exploités à l'école quand les enfants sont réunis et aptes
à partager leurs expériences, qu'à la maison par exemple quand l'enfant se retrouve tout seul.

Enfin, sur le volet scientifique, la lecture a aussi un bénéfice sur le cerveau. Au fait, elle fait travailler la
mémoire et aide à développer l'intelligence des petits par la stimulation du réseau des
neurones. Comme l'enfant passe le tiers de son temps à l'école et que son cerveau est en construction
jusqu'à l'âge de 18 ans, c'est exactement à l'école qu'il devrait savourer son roman favori pour ainsi
associer son apprentissage de la langue avec les autres matières comme les mathématiques et la
géographie. Aussi, une autre étude a démontré que la lecture des romans permet de réduire la
détérioration cognitive de 30 %. Ce qui veut dire que même les troubles cognitifs observés chez les
enfants peuvent être traités à travers un simple roman.

Ainsi, l'utilisation des romans à l'école a démontré son efficacité sur divers volets, c'est pourquoi je
pense que l'abandonner serait une erreur.
Je comprends, néanmoins, que d'autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de vous
voir publier ma lettre dans votre journal afin de développer d'autres arguments.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 10 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 2 : « Réduire les commerces pour réduire la consommation »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 15/03/2021, dans lequel vous déclariez que la réduction des commerces était une
solution envisageable pour la réduction de la consommation. Cette affirmation a attiré mon attention,
et je voudrais animer le débat en apportant une lumière sur le sujet, d'un point de vue économique,
social et psychologique. Pour ma part, je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'auteur.

Certes, la réduction des locaux commerciaux va engendrer la baisse de la consommation


énergétique, et mettre un terme au gaspillage généré par les enseignes lumineuses publicitaires.
Toutefois, la surconsommation est un grand fléau dont l'éradication nécessite l'implication de
plusieurs acteurs, et l'adoption de plusieurs politiques autres que la réduction des
commerces. Permettez-moi donc de vous exposer mes arguments ci-après.

Tout d'abord, il faut savoir que le déterminant majeur de la consommation des ménages est le
facteur économique. En effet, c’est la hausse du pouvoir d’achat et la baisse du taux d’inflation qui
engendrent une surconsommation des ménages, et ce, indépendamment de l’abondance des
commerces. Selon les chiffres avancés par les économistes, l’évolution annuelle de la consommation
est estimée à 3 % par habitant.

Puis, il y a un autre déterminant important, c’est le facteur social. Il convient de dire que le
comportement d’achat des individus est fortement influencé par leur appartenance à diverses classes
sociales, ce qui les pousse à consommer pour satisfaire l’entourage. A l’exemple des rappeurs qui
s’identifient par leur tenue vestimentaire.

Enfin, et sur un plan psychologique, le syndrome de la fièvre acheteuse est aussi responsable de
l’augmentation de la consommation. Il s’agit d’un trouble lié à l’achat compulsif dont souffre 40 % des
ménages, selon le dernier bilan de la banque centrale. Cette partie de la population ne résiste à aucun
achat même si elle n’éprouve aucun besoin réel. Par conséquent, réduire les commerces ne peut pas
être une solution envisageable.

Pour conclure, selon moi, la responsabilité dans ce contexte revient au citoyen en premier lieu, qui
doit avoir une culture de consommation adaptée à son mode de vie.
C'est pourquoi, je pense que la réduction des commerces ne pourrait pas avoir un impact efficace
sur la lutte contre la surconsommation.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal pour un meilleur débat.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 11 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 3 : « De nos jours, il n’est pas nécessaire d’avoir du talent pour être une star ».

Monsieur le Rédacteur en chef,


En feuilletant votre journal, et plus exactement le numéro paru le 15/03/2021, l'article dans lequel
vous déclariez qu'avoir un talent n'était pas nécessaire pour devenir une star, a attiré mon
attention. Et après lecture des diverses réactions de la part des lecteurs, je voudrais à mon tour
apporter ma modeste réflexion afin d'alimenter le débat. Pour ma part, je suis littéralement d'accord.
Certes, il est difficile de juger le talent d’un individu qui peut être un don ou une capacité remarquable
à exercer dans un domaine particulier, toutefois, se faire connaître n’est pas forcément associé à un
quelconque talent. Permettez-moi donc et vous exposer mes arguments ci-après.

D'abord, de nos jours, il suffit d'un simple buzz pour devenir célèbre. En effet, le chemin le plus rapide
vers la gloire serait de trouver une idée originale et de la publier sur les réseaux sociaux. Comme les
gens ont besoin de divertissement, ce genre d'initiative serait toujours applaudi. Prenons l'exemple
de Mickaël Vendetta, rendu célèbre par son blog où il prônait le concept de "Bogossitude", qui se
résumait à des conseils pour devenir un beau gosse. Rien d'extraordinaire et pourtant, il avait réussi à
enflammer Internet et devenir l'invité tant attendu par divers plateaux télévisés.

Ensuite, il est clair que la célébrité peut se gagner par d'autres moyens que le talent, à savoir
: l'argent. Effectivement, si nous sommes riches et que nous désirons se faire connaître, aucun talent
n'est nécessaire. Il suffira d'acheter un grand yacht et d'organiser une soirée mondaine pour faire les
premiers pas vers le monde des stars. Tout comme les Kardashian.

Enfin, la beauté demeure l'ingrédient le plus magique qui trace le chemin de la notoriété. C'est vrai
que cette dernière est basée sur l'apparence, les gens aiment ce qui est beau et par conséquent, ils
seront nombreux à nourrir la popularité de ceux qui ont du charme sans donner de l'importance à un
quelconque talent. Cela est illustré par les concours de beauté qui forment les futures stars, il convient
de dire que le seul talent de Miss Univers n'est autre que son charisme.

Ainsi, pour se faire connaître selon moi, il existe différents moyens qui resteront pratiques de nos
jours. C'est pourquoi je pense qu'être talentueux a toujours été, et il sera toujours insignifiant dans le
monde de la gloire.
Je comprends néanmoins que d'autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de vous
voir publier un sondage à ce sujet.
Veuillez agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 12 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 4 : « L’art est beau mais il est inutile »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 15/03/2021, et dans lequel vous déclariez que l'art était inutile. Cette affirmation
a attiré mon attention, et je voudrais animer le débat en apportant une lumière sur le sujet d’un point
de vue spirituel, scientifique et historique. Permettez-moi donc de vous exposer mon avis qui s’avère
être opposé au vôtre, et ce, via les arguments ci-après.

Tout d'abord, au niveau spirituel, il convient de dire que l'art constitue un moyen d'aide à la réflexion
par la musique, la poésie ou la peinture. En effet, les œuvres artistiques sont un outil incontournable
pour attirer l'attention du public à se poser des questions sur son quotidien. De plus, il s'agit d'un
moyen de divertissement inséparable de la notion du bien-être. Il est vrai que c'est un réel plaisir que
d'aller au cinéma, au théâtre ou à une exposition.

Ensuite, au niveau scientifique, la neuroscience affirme que l'art stimule des émotions intimes et
profondes. D'ailleurs, la pratique de l'art permet de développer, les capacités cérébrales chez les
enfants. Une étude récente a montré que l'art aurait des effets positifs auprès des enfants provenant
de milieux défavorisés et les enfants chez qui on a observé un trouble autistique.

Enfin, au niveau historique, l'art est considéré comme la partie intégrante de l'histoire des
civilisations. En fait, c'est grâce aux œuvres d'art héritées de nos ancêtres, que nous avons réussi
aujourd'hui à étudier notre planète et à élucider ses mystères. A l'exemple des gravures rupestres que
l'Homme avait réalisé sur des rochers, qui ne sont d'autres que des messages transmis à travers des
siècles afin de nous relater l'histoire de l'humanité.

Ainsi, dans tous les domaines, et selon moi, l'utilité de l'art a bien été démontrée. C'est pourquoi je
pense que l'art n'est pas seulement beau mais également utile.
Je comprends néanmoins, que d'autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de vous
voir publier un sondage à ce sujet.
Veuillez agréer, Monsieur de Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments les plus distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 13 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 5 : « La télévision, c’est l’appauvrissement intellectuel »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 15/03/2021, et dans lequel vous déclariez que la télévision était un
appauvrissement intellectuel. Cette affirmation a attiré mon attention, et je voudrais alimenter le
débat en apportant une lumière sur le sujet d'un point de vue social, culturel et scientifique. De ma
part, je suis partiellement d'accord.
Certes, et comme toute autre technologie, c’est l’utilisation qu’on en fait qui détermine sa bienfaisance
ou sa malfaisance. Toutefois, je pense qu'il est plus rationnel de nuancer que de se prononcer de façon
catégorique. Permettez-moi donc, de vous exposer mes arguments ci-après.
Tout d'abord, il y a trois raisons principales qui me laissent soutenir votre affirmation.
D'une part, il convient de dire que la télévision est un divertissement chronophage. Ainsi, ce loisir par
excellence nous empêcherait de bouquiner, ou d'assister à un club de lecture, où nous pourrions
animer un débat riche et instructif. Une étude a démontré que les citoyens accros à la télévision sont
deux fois plus indolents que ceux qui ne regardent pas la télévision du tout, ce qui expliquerait son
effet négatif sur l'envie d'apprendre et de faire des échanges intellectuels avec les autres.
D'une autre part, la télévision est considérée comme une propagande déguisée et une manipulation
marketing réussi. En effet, c'est un moyen d'endoctrinement et un outil de lavage de cerveaux par le
biais de la suggestion des idées et des façons de penser étudiées, et par la transmission d'un faux
savoir. Par conséquent, ce média passif n'incite pas à la réflexion et pousse les téléspectateurs à
s'abrutir.
Outre cela, et sur le volet scientifique, une étude a démontré que la mémoire est mal stimulée par la
télévision. Paradoxalement, les informations reçues par ce petit écran noir seraient volatiles quand
elles sont présentées dans un cadre déstructuré ou interrompu par les annonces publicitaires. L'étude
affirme que notre cerveau retient mieux la même information qui a été lue dans un livre.
Cependant, je m'oppose partiellement à cette idée, car la télévision reste tout de même un excellent
vecteur d'information. Il est vrai que les programmes diffusés sont par ailleurs intéressants sur le plan
économique, politique et culturel. 70 % des téléspectateurs avouent avoir obtenu une culture générale
assez riche rien que par le biais de leurs programmes télévisés préférés.
En somme, je pense qu’on devrait être en mesure de filtrer les informations reçues de la télévision, et
faire preuve d'une citoyenneté civilisée et instruite. C'est pourquoi je reste sur une opinion nuancée.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal pour développer une réflexion sur le sujet.
Veuillez agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.

Page 14 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 6 : « L’écologie est un luxe »

Monsieur le Rédacteur en chef,


En feuilletant votre journal, et plus exactement le numéro paru le 15/03/2021, l'article dans lequel
vous déclariez que l'écologie était un luxe a attiré mon attention. Et après lecture des diverses
réactions de la part des lecteurs, je voudrais à mon tour apporter ma modeste réflexion afin
d'alimenter le débat. Pour ma part, je suis littéralement d'accord.
Certes, le respect de l'environnement et de la biodiversité nécessite le déploiement d'une stratégie
écologique visant à se passer de l'énergie fossile et de réduire les factures d'électricité à long
terme. Toutefois, et à court terme, ces investissements coûtent excessivement cher et sont
difficilement amortissables. Permettez-moi donc, de vous exposer mes arguments ci-après.

Tout d'abord, il convient de dire que la production de l'énergie propre coûte cher à l'économie d'un
pays. En effet, le budget réservé à la mise en place des éoliennes par exemple, ne se résume pas aux
frais d'installation uniquement, mais aux frais d'entretien, de la maintenance et de la main d'œuvre
qualifiée également. Par conséquent, il serait difficile pour un pays émergent de sacrifier une part du
budget dans le but s'offrir le luxe de l'écologie.

Puis, d'un point de vue individuel, manger bio coûte cher pour les ménages. Il est vrai que les fruits et
légumes bio cultivés dans un cadre écologique dépourvu de pesticides, ainsi que les aliments bio
vendus dans les magasins, ne sont pas à la portée de tout le monde. Selon le dernier rapport de
l'association de la protection des droits de consommateurs, les produits bio coûtent deux fois plus cher
que les autres produits.

Enfin, construire une maison écologique est un investissement lourd pour un simple citoyen. Il faut
savoir que pour isoler une habitation, il est nécessaire d'employer des matériaux de qualité moins
toxiques et d'utiliser les énergies renouvelables alternatives comme par exemple, le chauffe-eau
thermodynamique et les panneaux solaires sur les toits et d'autres équipements onéreux.

En somme, diverses solutions écologiques (énergie propre, consommation bio, éco habitation) pèsent
lourd sur l'économie et sur la bourse des citoyens. C'est pourquoi, je pense que l'écologie reste une
alternative luxueuse.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal afin de développer d'autres arguments.
Je vous prie, d'agréer, Monsieur de Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 15 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 7 : « Le plus important c’est la vie professionnelle »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 25/03/2021, dans lequel vous déclariez que la vie professionnelle était plus
importante que tout. Cette affirmation a attiré mon attention, et je voudrais alimenter le débat en
apportant une lumière sur le sujet d'un point de vue personnel. Pour ma part, je ne suis pas tout à fait
d'accord avec l'auteur.
Certes, la carrière professionnelle permet de réussir dans la vie et ainsi renforcer l'estime de soi,
toutefois, le travail n'est pas le seul acteur responsable du bonheur. Permettez-moi donc, de vous
exposer mes arguments ci-après.

D'abord, il convient de dire que passer beaucoup d'heures dans le lieu de travail nous éloigne de notre
famille. En effet, les enfants ont besoin de la présence de leurs parents pour les accompagner dans la
vie et partager ces moments de bonheur en famille. Une étude récente a démontré que 60 % des
écoliers qui échouent à l'école ont des parents absents à cause de leur travail.

Puis, se consacrer à sa vie professionnelle nous empêche de profiter des plaisirs de la vie. Il est vrai
que lorsqu'on n'a pas de vie privée, on sacrifie les voyages, les sorties entre copains, les excursions et
les activités physiques. Il a été prouvé que la majorité des personnes qui réussissent sur le plan
professionnel, échouent donc sur le plan social.

Enfin, travailler dur nuit également à notre santé. Effectivement, la sédentarité et l'adoption de la
position assise toute la journée devant l'ordinateur provoquent de sérieux problèmes de santé, tels
que le surpoids, l'hypertension, les maux de dos ou des tendinites. La pression du travail et les délais
d'exécution des projets génèrent des troubles de sommeil et du stress au quotidien.

En somme, j'estime que l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée est essentielle pour
entretenir une vie saine et heureuse.
C'est pourquoi, je pense que le travail ne devrait pas occuper trop de place dans notre vie.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal afin de développer d’autres arguments.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 16 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 8 : « En ville, deux-roues, c'est un véritable danger pour les autres »

Monsieur le Rédacteur en chef,


C'est avec un grand intérêt que je viens par la présente lettre, émettre quelques réflexions au sujet de
votre article paru le 15/03/2021, dans lequel vous affirmiez que les deux-roux étaient un véritable
danger pour les citadins. Cette affirmation a retenu mon attention, et je voudrais alimenter le débat
en apportant une lumière sur le sujet, d'un point de vue social et écologique. Pour ma part, je suis
partiellement d'accord, et je pense qu'il serait plus rationnel de nuancer plutôt que de se prononcer
d'une façon catégorique.
Certes, de nos jours, les motards ont la réputation d'être irrespectueux envers le code de la route, et
d'être irresponsables envers les citadins, ce qui provoque chaque année des accidents mortels,
toutefois, je pense que les deux-roues ont autant d'avantages et je m'appuie sur ce qui suit :

Tout d'abord, il y a deux raisons principales qui me laissent perplexe à l'égard de cette affirmation :
D'une part, il convient de dire que les deux-roux permettent de réduire les embouteillages en ville. En
effet, il suffit de constater que les voitures entassées sur les routes sont pour la plupart occupées par
une seule personne, qui aurait pu conduire une moto à la place. On pourrait également réduire les
places de stationnement, les files d’attente dans les stations de service et de rapprocher les rendez-
vous d’entretien chez les garagistes, ce qui serait avantageux pour les automobilistes qui ne peuvent
pas s'en passer de la voiture. Selon des statistiques publiées par le magazine "Santé routière", nos
routes peuvent être désengorgées à hauteur de 60 % si un citoyen sur deux, optera pour une moto au
lieu d'une voiture.

D'une autre part, l'utilisation des deux-roues non motorisés en ville tels que les vélos est un acte de
civisme d’un point de vue écologique. D'ailleurs, ils sont moins polluants, moins nuisibles et ils ne
produisent pas de CO2. Ainsi, ils jouent un rôle important dans la protection de l'environnement qui
ne peut qu'être bénéfique pour les autres. À cet égard, une récente étude a démontré que l'émission
des substances nocives par les deux-roues motorisés est estimée à 50 % de moins par rapport aux
voitures.

Cependant, je suis plutôt d'accord avec l'auteur à cause de l'aspect sécuritaire. En effet, les motos sont
responsables de 40 % des accidents de la route selon le dernier bilan de la gendarmerie nationale pour
l'année en cours, les chiffres qui sont hélas, en augmentation chaque année.

Pour conclure, je pense que les deux-roues sont d'un côté avantageux pour les citadins, mais ils
représentent tout de même un danger qui pourrait être réduit par le respect du code de la route et la
mise en place des voix réservés aux deux-roues partout dans nos villes. C'est pourquoi, je reste sur une
opinion nuancée.

Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal afin de développer d'autres arguments.
Je vous d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice.

Page 17 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 9 : « L’expérience de la vie et les voyages sont plus importants que les diplômes »

Monsieur le Rédacteur en chef,


Fidèle lectrice de votre journal, et comme l’indique l’objet du présent courrier, je voudrais réagir à
l’article paru le premier septembre dernier, où vous déclariez que "l’expérience de la vie et les voyages
sont plus importants que les diplômes". Après lecture des réactions positives, je voudrais à mon tour
apporter quelques réflexions.

Pour ma part, je ne suis pas du tout d'accord avec l'auteur.


Certes, les voyages sont agréables et sont une source de bonheur, toutefois, il ne s'agit pas d'une
question de comparaison, je m'appuie sur ce qui suit :
Au premier abord, étudier et décrocher des diplômes font toutes les deux parties intégrantes de
l'expérience de la vie. En effet, les voyages ne constituent pas l'unique ingrédient qui valorise la vie et
lui donne un sens. Chaque individu a le choix de mener sa vie selon ses convictions, il y a les
pragmatistes qui optent pour un apprentissage académique à l'école et il y a les nomades qui préfèrent
errer dans la nature et apprendre de leurs aventures.

Ensuite, il convient de dire que ni les voyages, ni les diplômes ne peuvent être classifiés comme "les
plus importants" dans une vie.
Il est clair que nous avons également besoin de travailler, d'être utile en société et de prendre soin de
notre famille au même temps, comme l'a décrit Maslow dans sa pyramide des besoins.

Enfin, profiter de la vie ne peut être qu'une association des éléments prérequis à notre bonheur.
L'idéal, donc, serait d'étudier et de voyager et d'acquérir de l'expérience dans la vie au même niveau.

Pour conclure, j'estime qu'on ne peut pas comparer l'incomparable.


Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée dans votre journal pour développer d'autres arguments.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Imen B.

Page 18 / 19
RDV du Préparation du TEF
Expression Ecrite – Section B
29/03/2021
Par : Elize Zen

Sujet 10 : « Les ONG sont les mieux placées pour lutter contre la pauvreté »

Monsieur le Rédacteur en chef,


En feuilletant votre journal, et plus exactement le numéro paru le 15/03/2021, l'article dans lequel
vous déclariez que "Les ONG sont les mieux placées pour lutter contre la pauvreté" a attiré mon
attention. Et après lecture des diverses réactions de la part des lecteurs, je voudrais à mon tour
apporter ma modeste réflexion afin d'alimenter le débat. Pour ma part, je ne suis pas tout à fait
d'accord avec l'auteur.
Certes, la pauvreté a toujours été la priorité des ONG, et de par leur caractère non gouvernemental,
ils sont plus flexibles, moins bureaucratiques et par-dessus tout, capables d'atteindre rapidement les
populations. Toutefois, leurs efforts et leur bonne volonté ne suffisent pas pour éradiquer un fléau
d’une telle ampleur. Permettez-moi de vous exposer mes arguments ci-après.
D'abord, il est nécessaire de préciser que les indicateurs de pauvreté ne se limitent pas au revenu d'un
individu, mais plutôt à un ensemble de précarités telles que le logement, la santé et le chômage. Par
conséquent, les aides humanitaires attribuées par les ONG aux plus démunis ne sont que provisoires.
A l’exemple de la Somalie qui n’arrive pas à faire face à l’insécurité alimentaire dans le pays malgré
toutes les actions menées par les ONG depuis plus de 20 ans.
Ensuite, il convient de dire que la responsabilité majeure envers la pauvreté revient aux
gouvernements. Comme l'autorité des ONG demeure limitée dans certains climats politiques
tendus, leurs actions philanthropiques ne peuvent pas réussir sans l'assistance des gouvernements et
une bonne volonté politique. La preuve est là, les ONG n'arrivent même pas à faire bénéficier les pays
en guerre des aides vu l'interdiction de circuler sur leur territoire.
Enfin, et sur le plan financier, il est clair que les ONG ne peuvent pas à elles seules satisfaire les besoins
des personnes défavorisées à travers le monde du moment qu'elles sont financées d'une manière
arbitraire. À cet égard, selon un rapport publié par le magazine "Mon Économie", 14 % des ONG ont
quitté la scène durant les 3 dernières années.
Pour conclure, j'estime que la lutte contre la pauvreté est un combat qui doit être mené par divers
acteurs dont les ONG et les gouvernements. C'est pourquoi, je ne partage pas l'affirmation de votre
article.
Je comprends, néanmoins, que les autres lecteurs ne partagent pas mon avis, je serai donc ravie de
voir ma lettre publiée afin de partager d'autres arguments.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de mes sentiments distingués.
Une fidèle lectrice

Page 19 / 19

Vous aimerez peut-être aussi