Vous êtes sur la page 1sur 84

DROIT  DES  SOCIETES  

1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  


 
DROIT  DES  SOCIETES  

C’est  pour  répondre  aux  différents  besoins  des  agents  économiques  que  le  législateur  a  mis  
en  place  des  formes  sociales  différentes.  Les  personnes  qui  souhaitent  créer  une  société  
vont  rechercher  ou  s’attacher  à  differents  critères  :  par  exemple  :  on  accepte  de  voir  notre  
responsabilité  engagée  ou  au  contraire,  on  voudrait  que  notre  resp  soit  limitée  à  l’apport  
engagé.    

Plus  précisément,  on  peut  retenir  3  grdes  classifications  en  droit  des  sociétés  :  

x Sociétés  à  risques  illimité  /  limités  :  


Î Illimités  :  les  associés  sont  responsables  des  pertes  de  la  société  sur  leur  propre  
patrimoine  (  ex  :  la  SNC  )  
Î Limités  :  la  responsabilité  des  associés  est  limitée  à  leurs  apports  (  ex  :  la  SA  )  
x Sociétés  de  personnes  /  de  capitaux  :  
Î De  personnes  :  ce  sont  des  sociétés  où  les  associés  s’unissent  en  considération  de  
leur  personne,  les  associés  se  font  confiance,  on  peut  dire  que  ce  sont  des  sociétés  
qui  ont  un  fort  intuitu  personae.  Dans  ces  sociétés  de  personnes,  un  évènement  qui  
affecte  un  associé  va  rejaillir  sur  la  vie  des  associés.  (  ex  :  la  société  civile  )    
Î De  capitaux  :  ce  sont  des  sociétés  où  la  personnalités  des  associés  est  indifférente.  
L’important  ici  ,  c’est  de  reunir  des  capitaux.  La  forme  sociale  n’est  pas  conçue  pour  
prendre  en  compte  les  personnes  mais  pour  prendre  en  compte  les  capitaux.  Donc  
les  évènement  qui  affectent  les  associés  ont  très  peu  de  csqces  sur  le  sort  des  
associés  (  ex  :  SA  ).  
x Sociétés  qui  «  offrent  leurs  titres  au  public  »  et  «  celles  qui  ne  le  font  pas  »  :  
Î Offre  ses  titres  au  public  :  la  société  ici  essaye  de  se  financer  en  attirant  des  associés  
très  nbx.  Elles  sont  soumises  au  droit  des  marchés  financiers,  au  droit  boursier.  

Ces  caractéristiques  ne  sont  pas  exclusives  l’une  de  l’autre,  d’ailleurs  parfois  on  a  du  mal  
classer  des  sociétés  comme  la  SARL  …  

Faut  savoir  que  ces  sociétés  ne  sont  pas  tjs  isolées  et  parfois,  les  nécéssités  économiques  les  
obligent  à  se  regrouper.  Par  ex,  en  droit  français  y  a  des  groupements  comme  le  GIE  (  
Groupement  d’Interets  Economique  ).  

Partie  1  :  LE  DROIT  COMMUN  DES  SOCIETES  

Partie  2  :  LES  DIFFERENTES  FORMES  SOCIALES  

1  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

TITRE  1  :  les  sociétés  de  personnes    

TITRE  2  :  les  sociétés  à  resp  limitées  

TITRE  3  :  les  sociétés  de  capitaux  

TITRE  1  :  Les  sociétés  de  personnes    

Dans  ces  sociétés,  il  existe  un  fort  intuitu  personae,  ça  veut  dire  qu’il  est  difficile  d’entrer  
dans  ces  sociétés  mais  aussi  qu’il  est  difficile  d’en  sortir.  Dans  ces  sociétés  de  personnes,  on  
fait  entrer  :  la  société  civile  (  I  ),  en  nom  collectif  (II),  en  commandite  simple(III).  

Chapitre  1  :  La  société  civile  1845  ets.  cc  

Le  régime  de  la  société  civile  est  très  souple.  Ce  régime  a  été  modifié  par  une  loi  du  4  Janvier  
1978  et  globalement,  cette  loi  a  eu  pour  csqce  de  rapprocher  le  statut  des  sociétés  civiles  de  
celui  des  sociétés  commerciales.  Y  a  aussi  la  loi  du  31  decembre  1990  qui  a  permis  aux  
sociétés  civiles  d’adopter  le  statut  de  société  d’exercice  libéral.  Ce  qui  importe,  c’est  qu’on  a  
en  qq  sorte  des  sociétés  civiles  à  statut  spécial  ,  qui  cohabitent  avec  des  sociétés  civiles  de  
droit  commun.  

Section  1  :  Les  rdd  commun  de  la  société  civile    

L’art  1845  al2  du  cc  précise  que  :  «  ont  le  caractère  civil  toutes  les  sociétés  auxquelles  la  loi  
n’attribue  pas  un  autre  caractère  à  raison  de  leur  forme,  de  leur  nature  ou  de  leur  objet  ».  

La  resp  des  associés  d’une  société  civile  est  en  ppe  indéfinie  mais  cette  resp  n’est  pas  une  
resp  solidaire.  C’est  logique  car  on  est  en  matière  civile  et  1202  dispose  que  la  solidarité  de  
ne  presume  pas.    

I. La  constitution  des  sociétés  civiles  

Conditions  de  fond  :  la  société  civile  est  un  contrat.  Et  la  constitution  de  la  société  civile  doit  
satifsaire  aux  règles  du  contrat  1108  cc  et  doit  aussi  satifsaire  aux  règles  plus  particulières  du  
contrat  de  société  et  ceci  au  sens  de  l’art  1832cc.  Plus  précisément,  les  associés  doivent  
avoir  la  capacité  civile  et  peuvent  etre  des  personnes  physiques  ou  morales  et  doivent  etre  
au  minimum  2.    

2  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Concernant  le  capital,  aucun  capital  minimum  est  exigé.  Ce  capital  social  est  divisé  en  parts  
sociales  égales  et  la  valeur  nominale  de  chaque  part  sociale  est  fixée  par  les  statuts.  

Concernant  les  apports  ,  on  peut  avoir  des  apports  en  numéraires,  en  nature,  en  industrie.  

Concernant  l’objet  de  la  société  :  il  ne  peut  etre  que  civil.  

Conditions  de  forme  :  les  statuts  sont  rédigés  et  signés  par  tous  les  associés.  Les  conditions  
de  publicité  sont  celles  du  droit  commun  des  sociétés  mais  les  fondateurs  d  une  société  
civile  ont  l’obligation  de  passer  par  un  CFE  (  centre  de  formalités  de  entreprises  )  ou  le  RCS.  

II. Le  fonctionnement  des  sociétés  civiles  

Le  fonctionnement  de  la  société  repose  sur  une  répartition  des  taches.  

A. Les  associés  de  la  société  civile  

Ils  ont  des  droits  :    

x Droit  à  l’information  :  les  associés  ont  le  droit  d’obtenir  au  moins  1  fois  par  an  
communication  des  livres  (  des  documents  comptables  )  et  des  documents  sociaux  (  
des  PV  etc  …  )  (  1855  cc  ).  Lorsqu’ils  prennent  connaissance  des  doc,  les  associés  
peuvent  se  faire  assister  d’un  expert  et  par  ailleurs,  les  associés  ont  le  droit  de  poser  
des  questions  écrites  sur  la  gestion  de  la  société.  
x Droit  de  participer  aux  décisions  collectives  :  les  décisions  sont  prises  par  les  associés  
reunis  en  assemblée  (  1853  cc),  il  est  prevu  que  les  statuts  peuvent  mentionner  que  
les  décisions  resulteront  d’une  consultation  écrite.  Ces  décisions,  en  ppe,  sont  prises  
à  l’unanimité  ,  par  conséquent,  il  est  possible  de  prévoir  dans  les  statuts  une  autre  
majorité  (  toutes  les  majorités  qu  on  veut  pr  éviter  les  blocages  )  pour  la  prise  de  
décisions.  
x Droit  au  retrait  :  un  associé  peut  se  retirer  à  differentes  conditions  :    
Î En  l’absence  de  précision  dans  les  statuts,  le  retrait  d’un  associé  nécessite  une  
décision  unanime  des  autres  associés.  En  revanche,  les  statuts  peuvent  prévoir  
d’autres  conditions  de  retrait.  
Î L’art1869_1  cc  prévoit  que  le  retrait  d’un  associé  peut  etre  autorisé  pour  juste  motif  (  
abus  des  autres  associés  )par  une  décision  de  justice.  L’associé  doit  rembourser  la  
valeur  de  ses  parts.  

Arret  CA  Nancy  1991  :  les  juges  ont  considéré  qu’il  y  avait  un  juste  motif  de  la  part  de  
l’associé  qui  voulait  se  tirer.  Ils  ont  relevé  qu  il  y  avait  un  abus  de  majorité  des  autres  
3  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
associés  et  que  les  autres  associés  tenait  completement  à  l’ecart  l’associé  qui  voulait  se  
retirer.    

Le  retrait  de  l’associé  entraine  une  réduction  du  capital  social  .  

x Droit  de  céder  ses  parts  :  l’art  1861  cc  précise  que  les  parts  sociales  ne  peuvent  etre  
cédées  qu’avec  l’agrément  de  tout  les  associés.  En  ppe,  l’accord  de  tout  les  associés  
est  =t  nécéssaire  pour  une  cession  entre  associés,  entre  conjoints  et  entre  parents.  
Sauf  que  les  statuts  peuvent  convenir  que  l’agrément  à  la  cession  sera  obtenu  à  une  
majorité  determinée  par  les  statuts.  Y  a  meme  des  sociétés  civiles  très  souple  où  il  
est  prévu  que  le  gérant  de  la  société  civile  donnera  son  accord  à  la  cession  de  parts  
sociales.  Dans  la  majorité  des  cas,  faut  un  accord  des  associés  et  le  projet  de  cession  
est  notifié  à  la  société  et  à  ses  membres  avec  la  dde  d’agrément.  Dans  ce  cas,  un  
droit  de  préemption  peut  etre  accordé  au  profit  des  associés  sauf  qu’une  difficulté  se  
pose  :  il  se  peut  que  pls  associés  veuillent  exercer  leur  droit  de  préemption  !  dans  ce  
cas,  sauf  clause  contraire,  les  associés  sont  réputés  acquéreurs  à  proportion  du  
nombre  des  parts  qu’ils  detiennent  dans  la  société  (  1862_2cc).  Y  a  cette  
proportionnalité  car  on  veut  pas  qu  une  cession  change  l’équilibre  des  pvrs  dans  la  
société.  
 Mais  il  se  peut  aussi  qu’aucun  associé  ne  se  porte  pas  acquéreur,  dans  ce  cas,  la  soc  
peut  faire  acquérir  les  parts  par  un  tiers  qui  est  désigné  à  l’unanimité  par  les  autres  
associés  ou  selon  les  modalités  prévues  par  les  statuts.  
Si  on  ne  trouve  pas  de  tiers,  la  société  peut  également  racheter  les  parts  en  vue  de  
leur  annulation  pour  aboutir  à  une  réduction  du  capital  social.  
 
Une  part  sociale  se  rapproche  d’une  créance  donc  la  cession  d’une  part  sociale  va  se  
faire  selon  les  modalités  de  droit  commun  de  la  cession  de  créance,  càd  qu  on  
applique  1690cc  et  cet  art  précise  que  la  cession  se  fait  soit  par  acte  notarié,  soit  faut  
que  cette  cession  soit  notifiée  au  débiteur  pour  être  opposable  au  tiers.  
 
B. La  gérance  et  le  contrôle  de  la  société  civile    

1. La  gérance  

La  nomination  des  gérants  :  la  société  civile  peut  etre  administrée  par  un  ou  pls  gérants  qui  
sont  associés  ou  non.  Il  peut  etre  nommé  par  les  statuts,  un  acte,  une  décision  des  associés  
qui  sauf  clause  contraire,  represente  plus  de  la  moitié  des  parts  sociales.  

4  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
La  révocation  des  gérants  :  se  fait  selon  les  mêmes  modalités  que  leur  nomination.  Il  s’agit  
d’une  révocation  pour  juste  motif  càd  que  si  cette  revocation  est  décidée  sans  juste  motif,  le  
gérant  peut  obtenir  des  dommages  et  intérêts  (  1851  cc).  

Les  pouvoirs  de  gérants  :  

x Pouvoirs  dans  les  rapports  entre  associés  :  le  gerant  peut  accomplir  tout  les  actes  de  
gestion  nécessaires  à  l’interet  social  (1848  cc).  Mais  il  est  possible  que  les  statuts  
prevoient  que  pour  une  decision  necessaire  à  l  interet  social  ,  faut  que  le  gerant  
demande  telle  autorisation  etc  …  mais  sinon  le  gerant  peut  accomplir  tout  les  actes  
de  gestion.  Si  y  a  pas  de  gerants,  ils  exercent  séparement  ce  pouvoir  mais  chaque  
gérant  a  le  droit  de  s’opposer  à  une  opération  avant  que  cette  opération  ne  soit  ccl.  
x Pouvoirs  dans  les  rapports  avec  les  tiers  :  le  gérant  engage  la  société  par  les  actes  qui  
entrent  dans  l  objet  social  et  les  clauses  statutaires  limitant  ses  pouvoirs  sont  
inopposables  aux  tiers,  ceci,  que  le  tiers  en  ait  eu  connaissance  ou  non.  Cela  veut  dire  
que  le  tiers  qui  contracte  avec  une  société  civile  doit  faire  attention  à  ce  que  cet  acte  
entre  dans  l’objet  social.    

Concernant  la  resp  civile  du  gérant,  chaque  gérant  est  resp  civilement  envers  la  société  et  
envers  les  tiers  de  la  violation  des  lois  et  règlements,  de  la  violation  des  statuts  et  de  ses  
fautes  de  gestion.    

Comme  toute  personne,  le  gérant  peut  engager  sa  resp  pénale,  il  n  existe  pas  de  delit  
spécifique  à  la  resp  penale  des  gérant  de  société  civiles  mais  la  jurisp  considère  que  le  gérant  
d  une  société  civile  peut  engager  sa  resp  pénale  sur  la  base  des  textes  de  droits  commun.  

2. Le  contrôle  de  la  gérance  

Le  contrôle  de  la  gestion  du  gerant  se  fait  d  abord  par  les  associés.  On  considère  qu’un  
commissaire  au  comptes  doit  etre  désigné  si  la  société  civile  remplit  2  conditions  :  

-­‐ Si  la  société  civile  a  une  activité  economique  càd  une  activité  qui  tend  à  la  création  ou  
à  la  distribution  de  richesse.  
-­‐ Si  à  la  cloture  de  l’exercice,  elle  depasse  2  des  3  seuils  suivants  :  3  millions  d’€  de  CA  
hors  taxe  ;  1.5  millions  pour  le  total  du  bilan  et  50  salariés.  

Les  conventions  reglementées  sont  des  conventions  pour  lesquelles  il  peut  exister  un  conflit  
d’interet.  Par  exemple,  il  peut  s’agir  des  conventions  passées  entre  la  société  civile  et  un  de  
ses  gérant,  il  peut  s’agir  de  convention  passées  entre  la  société  civile  et  une  société  dont  un  
associé  indéfiniment  responsable,  un  gérant,  un  administrateur,  le  directeur  général,  un  
directeur  général  délégué  ,  un  membre  du  directoire  ou  du  conseil  de  surveillance,  un  

5  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
actionnaire  disposant  d’une  fraction  des  droits  de  vote  supérieurs  à  10%  est  simultanement  
gérant  de  la  société  civile  concernée.  (  L612-­‐5  c.com).  

Æcontrat  avec  risques  de  conflits  d’interets,  on  a  peur  que  le  gérant  n’agisse  pas  dans  
l’interet  social  de  la  société  civile.    

Dans  l’hypothèse  d’un  conflit  d’interets,  le  gérant  ou  le  commissaire  aux  comptes  presentent  
à  l’AG  un  rapport  sur  les  conventions  presentant  un  risque  de  conflit  d’interets.  L’AG  statue  
sur  ce  rapport  ou  elle  n’approuve  pas  une  ou  pls  conventions  listées  sur  ce  rapport.  Dans  ce  
cas,  la  convention  produit  qd  meme  ses  effets  mais  la  société  peut  engager  la  resp  du  gérant  
si  cette  convention  a  des  csqces  préjudiciables  pour  la  société.    

III. La  disparition  des  sociétés  civiles  

Les  sociétés  peuvent  disparaitre  soit  par  transformation,  soit  par  dissolution.    

Transformation  de  la  société  civile  en  société  commerciale  est  possible  et  si  elle  est  
régulière,  cette  transformation  n’entraine  pas  la  création  d’une  personne  morale  nouvelle.  
On  considère  que  la  fusion  d’une  soc  civile  avec  une  autre  soc  est  possible  de  meme  que  la  
scission.  (  1844-­‐3  et  1844-­‐4  cc  ).    

Dissolution  des  sociétés  civiles  :  les  causes  de  dissolutions  de  droit  commun  sont  applicables  
aux  soc  civiles  (  1844-­‐7  cc  ).  En  revanche,  la  survenance  d’un  évènement  personnel  touchant  
l’un  des  associé  n’entraine  pas  la  dissolution  de  la  société.  

Section  2  :  Les  soc  civiles  à  statut  spécial  

On  peut  evoquer  la  soc  civile  de  moyens  et  la  soc  civile  professionnelle.  

I. La  soc  civile  de  moyens  (  SCM  )  

Elle  a  pour  objet  exclusif  (  =  pas  d  autre  objet  )  de  faciliter  à  chacun  des  membres  d’une  
profession  libérale  l’exercice  de  son  activité  par  la  mise  en  commun  des  moyens  utiles  à  cet  
exercice.  La  soc  civile  de  moyen  ne  peut  pas  exercer  elle-­‐même  la  profession,  ce  sont  les  
associés  eux  meme  qui  exercent  l’activité  professionnelle.  (  ex  SCM  d’avocats  qui  deviennent  
associés  mais  qui  ne  peuvent  pas  communiquer  sur  les  dossiers  )  

II. La  soc  civile  professionnelle  (  SCP  )  

Elle  a  pour  objet  exclusif  l’exercice  d’une  profession  libérale  par  l’association  de  pls  
personnes  physiques  habilitées  à  exercer  la  profession  reglementée  concernée.  (  ex  :  SCP  d  
avocat  peut  communiquer  les  dossiers  ).  Chaque  associé  repond  indéfiniment  et  
solidairement  des  dettes  sociales.  
6  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

Chapitre  2  :  La  société  en  nom  collectif  (  SNC  )  

Elle  est  reglementée  par  les  artL221-­‐1  à  L221-­‐16  c  com.  

Cette  société  est  tjs  commerciale  à  raison  de  sa  forme  :  SNC  =  soc  commerciale  (  c  l’achetype  
de  la  soc  commerciale  ).  

Elle  est  marquée  par  un  très  fort  intuitu  personae  et  le  législateur  laisse  une  place  
importante  à  la  volonté  des  parties.  Elle  n  est  pas  si  éloignée  de  ça  de  la  société  civile.  

Mais  la  différence  entre  les  2  c  est  que  l’artL221-­‐1  c  com  prévoit  que  les  associés  en  nom  
collectif  ont  tous  la  qualité  de  commerçant  et  répondent  indéfiniment  et  solidairement  des  
dettes  sociales.  Cette  solidarité  est  d’ordre  public  et  donc  aucune  clause  statut  ne  peut  
permettre  aux  associés  d  echapper  à  cette  solidarité.    

Section  1  :  La  constitution  de  la  SNC  

Elle  obéit  aux  règles  de  droit  commun.  

I. Conditions  de  fond    

Les  associés  :  la  SNC  doit  comprendre  en  ppe  2  associés  et  il  n  y  a  pas  de  maximum  fixé.  Ils  
ont  tous  la  qualité  de  commerçant  et  ça  veut  dire  que  pour  devenir  associé  il  faut  avoir  la  
capacité  commerciale  et  ça  veut  dire  qu’un  mineur  meme  emancipé  ne  pourrait  pas  devenir  
associé  d’une  SNC.    

L’associé(=  le  capital  social  )  :  

 peut  etre  une  personne  morale.  La  loi  n’impose  aucun  capital  minimum,  c  est  normal  car  la  
garantie  des  tiers  c  est  la  resp  indéfinie  et  solidaire.  

 Les  apports  (=  la  dénomination  sociale)  :  peuvent  etre  fait  en  numéraire,  en  nature  ou  en  
industrie  mais  les  apports  en  industrie  ne  participent  pas  à  la  determination  du  capital.la  loi  
de  1966  prévoyait  que  les  SNC  devaient  avoir  une  dénomination  sociale  qui  incorpore  le  
nom  des  associés.  La  loi  a  prevu  cela  car  comme  ça  les  tiers  pouvaient  savoir  qui  étaient  
associés  dans  cette  société  et  donc  les  pers  qui  seront  resp  des  eventuelles  dettes  de  la  soc.  
Par  csq,  cette  obligation  a  disparu  avec  une  loi  du  11  juillet  1985  en  revanche,  la  
dénomination  doit  nécessairement  etre  précédée  ou  suivie  de  la  mention  «  société  en  nom  
collectif  «    ou  du  sigle  «    SNC  »,  toujours  pour  renseigner  les  tiers.  

7  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
L’objet  social  :  les  SNC  sont  tjs  commerciales  q  soit  leur  objet  L210-­‐1_2    ccom.  La  redaction  
de  l’objet  social  est  un  élément  très  important  car  l’objet  social  délimite  le  pvr  des  gérants  à  l  
egard  des  associés  et  des  tiers.  L’objet  social  limite  le  pvr  des  dirigeants.  

II. Les  conditions  de  formes  

La  société  en  nom  collectif  doit  etre  établie  par  un  acte  écrit.  Les  statuts  doivent  comporter  
les  mentions  nécessaires  à  la  constitution  de  toutes  les  sociétés  et  ils  doivent  porter  la  
signature  de  tout  les  associés.  Par  ailleurs,  dans  les  statuts,  svt  on  a  d  autres  mentions  qui  
concernent  la  désignation  des  gérants,  le  pouvoir  des  gérants,  la  modalité  de  consultation  
des  associé…  

Dans  les  SNC,  les  formalités  de  publicités  applicables  à  toutes  les  sociétés  sont  requises  à  
peine  de  nullité  !    

Section  2  :  Le  fonctionnement  de  la  société  en  nom  collectif  

Ce  fonctionnement  repose  bcp  sur  ce  qui  a  été  prévu  dans  les  statuts.    

I. Les  associés  non  gérants  

Comme  dans  la  soc  civile  (  ou  plus  ),  on  est  dans  une  soc  où  y  a  l’intuitu  personae.  

x Droit  à  l’information  :  2  fois  par  an  ,  les  associés  non  gérants  ont  le  droit  de  prendre  
connaisance  et  copie  au  siège  social  de  la  société  des  livres  et  documents  sociaux.  (  
art  L221-­‐8  c  com).  Ils  peuvent  se  faire  assister  d  un  expert  tout  en  etant  present.    

2  fois  /  an  ,  ils  peuvent  poser  par  ecrit  des  questions  sur  la  gestion  de  la  société.  ils  ont  aussi  
un  droit  à  l’info  important  dans  la  période  qui  précèdent  l’AG.  

x Droit  de  participer  aux  décisions  collectives  :  art  L221-­‐7  c  com  prevoit  que  les  
associés  doivent  obligatoirement  se  reunir  en  assemblée  pour  l’approbation  annuelle  
des  comptes  dans  les  6  mois  de  la  cloture  de  l’exercice.  Par  ailleurs,  il  peut  y  avoir  des  
assemblées.  
 L’unanimité  est  d’ordre  public  pour  la  prise  de  certaines  décisions  :  l’unanimité  est  
nécessaire  pour  la  révocation  d’un  gérant  associé  lorsque  tout  les  associés  sont  
gérants  ou  lorsque  le  gérant  associé  révoqué  est  statutaire  (  il  a  des  parts  +  son  nom  
apparait  dans  les  statuts).  L’unanimité  est  aussi  nécessaire  pour  décider  de  la  

8  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
continuation  de  la  soc  lors  de  la  révocation  d’un  gérant  ou  lors  de  la  survenance  
d’une  incapacité.  Elle  est  aussi  nécessaire  pour  la  cession  de  parts  sociales  et  elle  est  
d’ordre  public  pour  la  transformation  de  la  SNC  en  SAS  (  Soc  par  Action  Simplifiée  ).  
Donc  dans  tout  ces  cas,  les  statuts  ne  peuvent  pas  prévoir  une  autre  prise  de  
décision.  L221-­‐12  et  13  c  com).    
 
Pour  les  autres  décisons,  la  règles  est  aussi  l’unanimité  mais  elle  est  pas  d  ordre  
public  et  par  conséquent,  les  statuts  peuvent  prevoir  une  majorité  .  
 
Dans  une  SNC,  chaque  associé  a  une  voix.  Les  statuts  peuvent  prevoir  que  chaque  
part  sociale  donne  droit  à  une  voix.    
De  façon  générale,  ces  prises  de  décisions  sont  des  sources  de  blocages.  
 
x Droit  aux  dividendes  :  après  approbation  des  comptes  sociaux  par  l’assemblée,  
l’assemblée  décide  de  l’affection  du  bénéfice.  Le  bénéfice  peut  servir  à  pls  choses  :  
approvisionner  les  réserves.  Dans  une  SNC,  il  n’est  pas  nécessaire  de  constituer  une  
reserve  légale  (  L232-­‐10  c  com  )  car  le  gage  des  créancier  c  est  la  resp  indéfinie  et  
solidaire  des  asociés.  

Sauf  option  de  la  société  pour  l’impôt  sur  les  société,  les  dividendes  sont  imposés  entre  les  
mains  des  associés  dans  la  catégorie  des  bénéfices  industriels  et  commerciaux.  Mais  si  la  soc  
a  connu  un  déficit,  dans  ce  cas,  les  associés  d’une  SNC  peuvent  imputer  leur  part  de  déficit  
sur  leurs  revenus.  Ceci  est  vrai  même  si  les  associés  n’ont  pas  renfloué  la  soc.  

x Le  droit  de  céder  ses  parts  :  il  est  difficile  de  céder  ses  parts  dans  une  SNC  car  c  est  
une  société  avec  un  fort  intuitu  personae.  La  cession  des  parts  sociales  recquiert  
l’agrément  unanime  des  associés.  Et  cette  nécessité  d’agrément  est  une  règle  
impérative  et  qui  s’applique  aussi  bien  pour  une  cession  à  un  tiers  que  pour  une  
cession  à  un  autre  associé.l’associé  se  retrouve  prisonnier  de  la  société.  Un  associé  
peut  essayer  de  conclure  avec  un  tiers  une  convention  de  croupier  (=  contrat  par  
lequel  un  associé  convient  avec  un  tiers  que  l’on  appelle  le  croupier)  de  partager  les  
bénéfices  et  les  pertes  résultant  de  sa  participation  dans  la  société.  en  d’autres  
termes,  l’associé  cède  ses  droits  patrimoniaux  au  tiers,  au  croupier,  ceci  sans  céder  sa  
qualité  d’associé  car  en  plus,  il  n  a  pas  eu  l’agrément  des  autres.  C  est  un  contrat,  
donc  ça  veut  dire  que  cette  convention  de  croupier  ne  produit  d’effets  qu’entre  
l’associé  et  le  croupier.  La  société  ignore  cette  convention.  Si  la  société  connait  des  
pertes,  c’est  le  croupier  qui  participe  aux  pertes.  Lorsque  la  cession  reçoit  l’acord  de  
tout  les  associés,  elle  nécessite  des  formalités  et  comme  c  est  une  créance,  on  doit  
respecter  les  formalités  prévues  par  1690cc  pour  la  cession  de  créance,  les  conditions  
disent  que  cette  cession  doit  etre  signifiée  par  acte  d’huissier  ou  acceptée  par  la  
société  par  acte  authentique.  Y  aune  2ème  formalité  plus  simple  :  la  signification  peut  
etre  remplacée  par  le  depot  d’un  original  de  l’acte  de  cession  au  siège  social  et  dans  
9  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
ce  cas  là,  le  gérant  de  la  SNC  devra  remettre  une  attestation  de  depot.  De  plus,  pour  
etre  opposable  aux  tiers,  la  cession  doit  etre  publiée  au  RCS.  

x La  transmission  des  parts  :  le  décès  de  l’un  des  associé  entraine  en  ppe  la  dissolution  
de  la  société,  c’est  l’art  L221-­‐15  c  com.  Pour  éviter  cela,  en  pratique,  les  statuts  
prévoient  la  continuation  de  la  société  en  cas  de  décès  d’un  des  associés.  Il  peut  etre  
stipuler  dans  les  statuts  une  clause  de  continuation  entre  les  seuls  associés  
survivants.  Ça  veut  dire  que  l’héritier  ne  devient  pas  associé  mais  il  a  le  droit  à  une  
indemnité  qui  correspond  à  la  valeur  des  parts  sociales.  Il  peut  etre  aussi  stipulée  une  
clause  de  continuation  avec  les  héritiers.  Dans  cette  clause,  y  a  plusieurs  façon  de  la  
rédiger  :  on  prevoit  une  clause  sous  reserve  de  l’agrément  des  autres  associés  ou  
non.  3ème  possiblité,  il  peut  etre  stipulé  une  clause  de  continuation  avec  bénéficiaire  
désigné  par  les  statuts.  L’associé  qui  entre  dans  la  société  en  cours  de  vie  sociale  est  
tenu  du  passif  antérieur  à  son  entrée.  De  meme,  l’associé  qui  sort  de  la  société  reste  
tenu  à  l’égard  des  tiers  du  passif  antérieur  à  son  départ.en  revanche,  pour  les  dettes  
nées  après  son  départ,  il  n’y  est  pas  tenu.  
 

La  gérance  de  la  société  

Dans  une  SNC,  les  dirigeants  s’appellent  les  «  gérants  ».  

L’administration    est  assurée  par  un  ou  pls  gérants  qui  sont  désignés  soit  dans  les  statuts,  soit  dans  
un  acte  ultérieur.  Dans  le  silence  des  statuts,  la  loi  (  plus  précisément  L  221-­‐3  al.1  ccom)  prévoit  que  
tout  les  associés  sont  «  gérants  de  plein  droit  ».  le  mieux  serait  de  désigné  1  ou  2  gérants.  La  
désignation  du  gérant  s’effectue  à  l’unanimité  des  associés  sauf  stipulation  contraire  des  statuts.  Le  
gérant  peut  etre  une  personne  physique  ou  morale  (  se  fera  représentée  par  une  personne  physique)  
et  donc  peut  etre  associé  ou  non-­‐associé.  Si  il  est  associé,  il  doit  avoir  la  capacité  commerciale  car  il  
est  commerçant.  En  revanche,  si  le  gérant  n’est  pas  associé,  il  peut  avoir  que  la  capacité  civile.  Le  
gérant  non  associé  peut  etre  lié  à  la  société  par  un  contrat  de  travail  et  comme  toute  nomination,  
elle  doit  faire  l’objet  d’une  publicité.    

Pendant  la  cessation  des  fonctions  du  gérant  :  les  fonctions  du  gérant  prennent  fin  par  l’arrivée  du  
terme  de  son  mandat,  son  décès,  son  incapacité,  sa  démission  et  sa  révocation.  Les  conditions  et  les  
effets  de  la  révocation  sont  différentes  selon  la  qualité  du  gérant.    

Hypothèse  1  :  quand  le  gérant  est  associé  et  statutaire  :  dans  ce  cas,  sa  révocation  ne  peut  
etre  décidée  qu’à  l’unanimité  des  autres  associés,  c’est  une  règle  impérative  qui  s’applique  
=t  pour  révoquer  un  gérant  lorsque  tout  les  associés  sont  gérants.  Dans  ces  2  cas,  la  
révocation  entraine  la  dissolution  de  la  société  sauf  si  la  continuation  de  la  société  a  été  
prévue  par  une  clause  statutaire  ou  si  la  continuation  est  décidée  par  les  autres  associés  à  
l’unanimité.    

10  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Hypothèse  2  :  quand  le  gérant  est  associé  mais  non  statutaire  :  c’est  simple  puisqu’il  est  
révoqué  dans  les  conditions  prévues  par  les  statuts  ou  à  défaut  sur  décision  des  autres  
associés  prise  à  l’unanimité.  De  plus,  sa  révocation  n’entraine  pas  la  dissolution  de  la  société.    

Hypothèse  3  :  quand  le  gérant  n’est  pas  associé  c’est  un  mandataire  de  la  société  :  il  est  
révocable  dans  les  conditions  prévues  par  les  statuts  ou  à  défaut,  par  une  décision  prise  à  la  
majorité  des  associés  (  art  L221-­‐12  ccom)  

De  façon  générale,  la  révocation  est  prononcée  avec  un  juste  motif,  ce  qui  lui  permettra,  si  
elle  est  prononcée  sans  juste  motif  à  des  dommages  et  interet.  

x Les  pouvoirs  du  gérant  :    


-­‐ Dans  les  rapports  entre  associés  :  le  gérant  unique  peut  faire  tout  les  actes  de  gestion  
dans  l’interet  de  la  société  qui  entre  dans  l’objet  social  (L221-­‐4ccom).  Les  statuts  
peuvent  restreindre  les  pvrs  du  gérant  en  subordonnant  à  l’autorisation  préalable  
des  associés  certains  de  ces  actes.  Si  le  gérant  ne  respecte  pas  cette  clause  qui  vient  
limiter  sa  responsabilité,  il  engage  donc  sa  resp  car  il  a  violé  les  statuts  et  puis  la  
violation  de  cette  clause  constitue  aussi  un  juste  motif  de  révocation.  Dans  ces  
rapports  entre  associés,  on  a  plusieurs  gérants  et  en  cas  de  pluralité  de  gérants,  ceux-­‐
ci  detiennent  séparément  le  pvr  d’engager  seuls  la  société.  pour  cette  raison,  les  
statuts  peuvent  restreindre  le  pouvoir  de  chaque  gérant  d’agir  seuls  et  les  statuts  
peuvent  repartir  les  pouvoirs  entre  les  gérants.  Les  statuts  peuvent  aussi  organiser  un  
«  conseil  de  gérance  »  et  dans  ce  cas,  les  décisions  sont  prises  au  sein  du  conseil  de  
gérance.  Par  ailleurs,  chaque  gérant  a  le  droit  de  s’opposer  à  tte  opération  envisagée  
par  un  autre  avt  qu’elle  ne  soit  conclue.    
-­‐ Dans  les  rapports  avec  les  tiers  (  dans  quelle  mesure  le/les  gérant(s)  peuvent  engager  
la  société  à  l’égard  des  tiers)  :  quand  y  a  un  gérant  unique,  la  société  est  engagée  par  
tout  les  actes  du  gérant  unique  qui  entrent  dans  l’objet  social  (  L221-­‐5  ccom).  En  
revanche,  la  société  n’est  pas  engagée  par  les  actes  qui  depasseraient  l’objet  social  
mais  le  slimitations  statutaires  sont  quant  à  elles  inopposables  aux  tiers  .  en  cas  de  
pluralité  de  gérants,  chaque  gérant  engage  la  société.  en  cas  d’opposition  formée  par  
un  gérant  aux  actes  d’autres  gérants,  cette  opposition  peut  etre  surmontée  par  un  
vote  unanime  des  associés  voire  meme  par  une  décision  de  justice  si  l’acte  n’est  pas  
contraire  aux  statuts.  De  façon  générale,  si  le  gérant  accomplit  un  acte  en  dehors  de  
l’objet  social  ou  s’il  ne  respecte  pas  les  limites  statutaires,  il  engage  sa  responsabilité  
parce  qu’il  a  violé  les  statuts.  
x La  responsabilité  du  gérant  :  chaque  gérant  doit  répondre  personnellement  de  ses  
fautes  à  l’égard  des  tiers.  La  gérant  peut  également  engager  sa  responsabilité  à  
l’égard  de  la  société  ou  des  associés.  Peut  etre  engagée  une  action  ut  singuli  ou  ut  
universali.  

11  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Section  3  :  La  dissolution  de  la  société  en  nom  collectif  (    SNC  )  

x Les  causes  de  la  dissolution  :  La  SNC  peut  etre  dissoute  par  des  causes  de  dissolution  
de  droit  commun  :l’arrivée  du  terme,  extinction  de  l’objet  social  etc…  à  ces  causes  
faut  ajouter  des  causes  de  dissolution  qui  sont  liées  à  des  évènements  qui  touchent  
personnellement  les  associés.  On  a  vu  que  la  société  pouvait  etre  dissoute  en  cas  de  
décès  d’un  associé  sauf  clause  prévoyant  la  continuation  de  la  société.  

Hypothèse  2  :    en  cas  de  révocation  de  l’un  des  gérant,  soit  lorsque  tout  les  associés  sont  
gérants,  soit  lorsque  le  gérant  révoqué  est  un  gérant  statutaire.  

Hypothèse  3  :  lorsqu’une  mesure  d’incapacité  ou  d’interdiction  d’exercer  une  profession  


commerciale  ou  lorsqu’un  jugement  de  liquidation  judiciaire  est  prononcé  à  l’encontre  d’un  
associé,  là  encore,  sauf  clause  contraire  ou  décision  de  continuer  la  société.  

x Les  effets  de  la  dissolution  :  c  est  une  règle  de  droit  commun.  

Chapitre  3  :  La  société  en  commandite  simple  (  SCS)  

Elle  est  régit  par  L222-­‐1  à  L222-­‐11  c  com    et  subsidiairement  par  les  règles  applicables  à  la  
société  en  nom  collectif.  Comme  la  SNC,  la  société  en  commandite  simple  est  tjs  
commerciale.  C’est  une  société  un  peu  particulière  car  c  est  une  société  qui  se  caractérise  
par  une  dissociation  du  pouvoir  et  du  capital.  Y  a  une  dissociation  car  dans  cette  société  ya  2  
catégories  d’associés  :  les  «  commandités  »    ,  elle  comprend  un  ou  pls  commandité(s)  et  
globalement,  leur  statut  est  assimilable  à  celui  des  associés  en  nom  collectif.  Ces  
commandités  sont  commerçants  et  sont  indéfiniment  et  solidairement  resp  des  dettes  
commerciales.  A  coté,  on  a  un  ou  pls  «  commanditaires  »  et  eux,  ne  répondent  des  dettes  
sociales  qu’à  auteur  de  leurs  apports.    

La  SCS  est  la  plus  ancienne  des  formes  de  sociétés.  Aujourd’hui  elle  est  concurrencée  par  les  
SARL  et  la  SCS  a  décliné.  

Section  1  :  la  constition  de  la  SCS  

I. Les  associés  

Elles  doit  etre  consittuée  de  2  associés  au  moins  et  on  doit  avoir  un  commandité  et  un  
commanditaire.  L  associé  commandité  doit  avoir  la  capacité  commerciale  etc  en  revanche  
pour  les  commanditaire,  la  capacité  civile  suffit  (  pas  besoin  d’etre  commerçant  etc  …)  

12  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Les  apports  et  les  capital  social,  les  B  apportés  à  une  société  en  commandite  peuvent  etre  en  
numéraire,  en  nature  ou  en  industrie.  Mais  là,  la  particularité  est  que  l’apport  en  industrie  
est  interdit  aux  commanditaires  qui  doivent  obligatoirement  faire  un  apport  en  capital.    

Les  statuts  et  formalités  publicité  sont  requis  à  peine  de  nullité.  

Le  tribunal  ne  peut  prononcer  la  nulliter  de  la  SCS  que  s’il  constate  une  fraude.  

Les  associés  et  la  société  peuvent  pas  se  prévaloir  de  cette  cause  de  nullité  à  l’égard  des  tiers    

Section  2  :  le  fonctionnement  

Sur  les  droit  des  associés  :  les  commandités  ont  les  mêmes  droits  que  les  associés  en  nom  
collectif.  Les  commanditaires  ont  le  droit  de  participer  à  la  vie  sociale  et  ont  le  droit  au  
partage  des  bénéfices.  Les  décisions  collectives  doivent  réunir  tout  les  associés  (  à  la  fois  
commandités  et  commanditaires).  Concernant  les  parts  des  associés,  elles  ne  peuvent  être  
cédées  qu’avec  le  consentement  de  tout  les  associés.  Cpdt,  les  statuts  peuvent  apporter  des  
assouplissements  qui  touchent  plus  particulièrement  les  parts  des  commanditaires  car  ils  ont  
une  place  moins  importante  que  les  commandités  dans  la  société.  Le  décès  du  commandité  
est  une  cause  de  dissolution  de  la  société  sauf  clause  contraire.  A  l’inverse,  le  décès  d’un  
commanditaire  n’empeche  pas  la  continuation  de  la  société.    

I. La  gérance  de  la  SCS  

Seuls  les  associés  commandités  ou  des  tiers  peuvent  etre  gérants  car  on  considère  que  
l’associé  commanditaire  à  l’interdiction  de  s’immiscer  dans  la  gestion  de  la  société  (=  
conclure  un  acte  pour  la  société).  Le  commanditaire  est  là  pour  apporter  une  certaine  forme  
d’argent  mais  lui-­‐même  ne  peut  pas  gérer  la  société.  si  jamais  le  commanditaire  s’immisce  
dans  la  gestion  de  la  société,  dans  ce  cas,  comme  le  commandité,  il  répond  des  dettes  
sociales  indéfiniment  et  solidairement  sur  son  patrimoine  personnel.  

Section  3  :  La  dissolution  de  la  SCS  

Y  a  les  causes  de  droit  commun  et  3  causes  propres  aux  sociétés  en  commadites  simples.  
d’abord  le  décès  d’un  associé  commandité  sauf  disposition  statutaire  contraire,  le  défaut  de  
transformation  de  la  société  en  commandite  simple  en  en  SARL  ou  en  SA  ou  l’absence  d’un  
nouveau  commandité  dans  le  délai  d’un  an  à  compter  du  décès  du  seul  commandité  lorsque  
ces  héritiers  sont  tous  mineurs.  La  3ème  hypothèse  c’est  l’incapacité,  l’interdiction  
professionnelle  ou  le  redressement  judiciaire  d’un  commandité  sauf  clause  contraire  des  
statuts  ou  vote  unanime  des  associés  de  poursuivre  l’exploitation.  Donc  l’intuitu  personae  
imprime  sa  marque  pour  savoir  quelles  sont  les  dispositions  applicables  à  ces  sociétés.    

13  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

Titre  2  :  La  société  à  responsabilité  limitée  (  SARL)  

Elle  est  définie  à  l’art  L223-­‐3  cocm  comme  étant  une  société  instituée  par  une  ou  plusieurs  
personnes  qui  ne  supporte  les  pertes  qu’à  concurrence  de  leurs  apports.  C’est  aussi  une  
société  commerciale  par  la  forme  et  ce  qu’il  y  a  de  particulier  avec  elle,  c  est  que  le  
législateur,  par  une  loi  du  11  juillet  1985  a  prévu  la  possibilité  de  créer  des  sociétés  
unipersonnelles  à  responsabilité  limitée,  il  s’agit  d’EURL.  

Chapitre  1  :  la  SARL  de  type  pluripersonnelle  

La  SARL  est  une  société  hybride,  on    ne  sait  pas  si  c  est  une  société  de  personnes  ou  de  
capitaux.  La  SARL  a  évolué  et  a  été  introduite  par  une  loi  du  7  ars  1925  et  a  connu  un  grand  
succès  car  on  estime  aujourd’hui  qu’à  peu  près  40%  des  sociétés  sont  sous  forme  de  SARL.  
Elle  est  adaptée  aux  petites  et  moyennes  entreprises.  On  a  une  ordonnance  du  25  mars  2004  
qui  a  apporté  des  modifications  importantes  en  matière  de  SARL  et  qui  a  changé  la  
physionomie  des  SARL.  Par  ailleurs,  la  loi  de  modernisation  économique  du  4  aout  2008  a  
encore  modifié  le  fonctionnement  des  SARL.    

Les  textes  applicables  aux  SARL  sont  L223-­‐1  à  L223-­‐43  du  code  de  commerce.  

Section  1  :  La  constitution  de  la  SARL  

Une  SARL  pluripersonnelle  doit  compter  au  moins  2  associés  au  jour  de  sa  constitution.  Ces  
associés  peuvent  etre  soit  des  personnes  physiques,  soit  des  personnes  morales  et  pour  etre  
associé,  faut  juste  avoir  la  capacité  civile  (  donc  un  mineur  émancipé  pourrait  etre  associé  
d’une  SARL).  Une  SARL  a  un  maximum  de  100  associés.  

Le  capital  social  :  jusqu’à  la  loi  dite  pour  l’initiative  économique  du  1er  aout  2003,  la  SARL  
devait  avoir  un  capital  minimum  de  7500€.  Sauf  que  pour  favoriser  l’initiative  économique,  
on  a  dit  qu’il  n’existerait  plus  de  capital  minimum.  Auj,  le  montant  du  capital  social  est  
librement  fixé  par  les  parties.  La  capital  social  est  representé  par  des  parts  sociales,  le  
montant  est  determiné  par  les  statuts.  Les  parts  sociales  ne  peuvent  pas  etre  representée  
par  des  titres  négociables.    

Des  apports  en  industries  peuvent  etre  fait  dans  les  SARL  (2001).  

Ce  qu’il  y  a  de  particulier  c  est  que  l’ordonnance  du  25  mars  2004autorise  les  SARL  à  émettre  
des  emprunts  obligataires  (=  l’obligataire  d’une  société  est  un  créancier  de  la  société)  càd  
qu’au  terme  de  l’art  L223-­‐11  c  com,  toute  SARL  tenue  de  désigner  un  commissaire  un  
compte  et  dont  les  comptes  des  3  derniers  exercices  ont  été  régulièrement  approuvés  par  
les  associés  peut  émettre  des  obligations  nominatives.  

Emprunt  obligataire  =  proposer  à  des  personnes  de  preter  de  l’argent.  

14  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
En  2004,  les  SARL  ont  pu  émettre  des  obligations  nominatives  (  =  parce  que  ces  creances  ne  
peuvent  pas  facilement  circuler.  

x Formalités  de  constitution  :  les  statuts  sont  par  ecrit,  sous  seing  privé  +  doivent  
comporter  des  mentions  obligatoires  communes  à  toutes  les  sociétés  et  d’autres  
plutot  propres  au  SARL  comme  la  répartition  des  parts  sociales,  par  exemple  
l’évaluation  des  apports  en  nature  +  les  statuts  doivent  etre  signés  de  tout  les  
associés  et  ils  doivent  aussi  etre  enregistrés.  

Section  2  :  L’organisation  de  la  SARL  

I. Les  dirigeants  

La  SARL  est  gerée  par  une  ou  plusieurs  personnes  physiques  qui  prennent  les  nom  de  
«  gerant  »  L223-­‐18  .  

A) Statut  du  ou  des  gérants    

1. La  nomination    

Les  gérants  sont  nommés  par  les  associés  soit  dans  les  statuts,  soit  dans  une  décision  
postérieure  à  la  constitution  de  la  société.  le  nombre  des  gérants  est  librement  fixé  par  les  
statuts.  Ces  gérants  peuvent  etre  choisis  soit  par  les  associés  ou  des  tiers.  En  l’absence  de  
dispositions  contraires,  les  gérants  sont  nommés  pour  la  durée  de  vie  de  la  société.  

2. Cumul  du  mandat  social  avec  un  contrat  de  travail  

Le  gérant  est  un  mandataire  social,  il  a  donc  reçu  un  mandat  pour  agir  pour  le  compte  d’une  
autre  personne.    

Est-­‐ce  qu’à  coté  de  ce  contrat  de  mandat  social,  le  gérant  peut  avoir  un  contrat  de  travail  
avec  la  société  ?    

A  cette  question,  la  juris  répond  qu’il  est  possible  pour  un  gérant  de  SARL  de  cumuler  à  la  
fois  son  mandat  social  et  un  contrat  de  travail.  Mais  ce  n’est  possible  qu’à  certaines  
conditions  cumulatives  :  

-­‐ Le  contrat  de  travail  doit  correspondre  à  un  emploi  effectif  :  càd  que  les  fonctions  
techniques  qui  sont  la  csqce  du  contrat  de  travail  doivent  etre  nettement  distinctes  
de  la  fonction  de  gérance.    
-­‐ Le  gérant  doit  etre  placé  dans  un  état  de  subordination  :  ça  suppose  que  l’interessé,  
s’il  est  associé  de  la  société  soit  un  associé  minoritaire.  

15  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
(pas  tout  à  fait  une  condition  :          -­‐    quand  le  contrat  de  travail  est  consenti  pdt  la  gérance  de  
l’interessé,  ce  contrat  entre  dans  le  domaine  des  conventions  règlementée  et  il  devra  etre  
soumis  à  la  procédure  de  contrôle  de  l’art  L223-­‐19  du  code  de  commerce  ).  

Bien  évidemment,  la  cessation  des  fonctions  de  gérant  ne  met  pas  fin  au  contrat  de  travail,  
càd  qu’on  peut  toujours  garder  son  contrat  de  travail  meme  si  on  est  plus  associé.  

Que  se  passe  t  il  si  les  conditions  du  cumul  ne  sont  pas  remplies  ?    

Dans  ce  cas,  le  contrat  de  travail  est  automatiquement  suspendu  jusqu’à  la  cessation  du  
mandat  social.  La  personne  conserve  ses  droits  de  salarié  car  son  contrat  de  travail  peut  etre  
juste  suspendu.  

3. La  révocation  

Les  fonctions  du  gérant  peuvent  prendre  fin  par  l’arrivée  du  terme  fixé  par  les  statuts,  la  
démission  etc  ...  Le  gérant  peut  etre  revoqué  soit  par  les  associés,  soit  par  décision  de  
justice.  

 La  révocation  du  gérant  de  SARL  peut  elle  etre  décidée  en  assemblée  sans  avoir  été  à  l’ordre  
du  jour  ?    

La  jurisprudence  semble  admettre  dès  lors  que  figure  dans  l’ordre  du  jour  une  mention  
concernant  la  gestion  de  la  société.  

Pourquoi  cette  question  est  importante  ?    

Il  est  rare  dans  les  sociétés  que  tout  les  associés  soient  tous  présents.  Et  si  un  associé  ne  sait  
pas  et  si  la  mention  ne  figure  pas  à  l’ordre  du  jour,  il  ne  pourra  envoyer  de  procuration.    

On  considère  aussi  que  la  révocation  peut  etre  prononcée  au  cours  d’une  assemblée  à  la  
suite  d’incidents  graves  et  imprévus.  On  parle  d’incidents  de  séance  (  le  ton  monte  ).    

La  décision  des  associés  n’a  pas  à  etre  justifiée.  Toutefois,  si  la  révocation  a  été  décidé  sans  
juste  motif,  elle  peut  donner  lieu  au  versemen  de  dommages  et  interets.  

Qu  est  ce  qu’on  entend  par  juste  motif  ?    

On  considère  que  le  juste  motif  existe  dès  lors  que  le  gérant  a  commis  une  faute  d’une  
certaine  gravité  (  violation  des  statuts,  faute  de  gestion  etc  …  ).  La  juris  considère  aussi  que  la  
révocation  peut  etre  justifiée  par  des  motifs  autres  que  la  faute  du  gérant  dès  lors  que  
l’interet  social  l’exige.  Par  exemple,  s’il  y  a  une  mésentente  entre  les  associés  et  le  gérant  et  
que  celle-­‐ci  compromet  l’interet  social,  dans  ce  cas,  on  va  considérer  qu’il  y  a  un  juste  motif  
de  révocation.  En  revanche,  la  perte  de  confiance  des  associés  à  l’égard  du  gérant  ne  
constitue  EN  PRINCIPE  un  juste  motif  de  révocation.  

16  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Procédure  :  lors  de  la  révocation  ,  le  principe  du  contradictoire  doit  etre  respecté  donc  faut  
aussi  écouter  le  gérant.  Par  ailleurs,  les  conditions  dans  lesquelles  se  déroulent  cette  
révocation  ne  doivent  pas  avoir  de  caractère  vexatoire  et  humiliant  pour  le  gérant.  Si  c  est  le  
cas,  le  gérant  a  le  droit  à  des  dommages  et  interets.  

Si  le  gérant  est  un  gérant  associé,  il  peut  prendre  part  au  vote.  La  difficulté  c’est  que  les  
décisions  peuvent  se  prendre  à  une  majorité  simple  et  si  le  gérant  est  un  associé  majoritaire,  
il  ya  peu  de  chance  d’arriver  à  revoquer  ce  gérant  majoritaire  (  sauf  s’il  est  fou  !!  ).  Y  a  donc  
un  blocage,  donc  en  pratique,  un  gérant  associé  majoritaire  sera  difficilement  révoquer  par  
les  associés  et  dans  ce  cas,  les  associés  qui  souhaitent  la  révocation  du  gérant  peuvent  faire  
appel  au  juge.    

La  révocation  par  décision  de  justice  :  quand  le  gérant  est  revoqué  par  décision  de  justice,  c  
est  le  président  du  T  de  commerce,  statuant  en  référé.  Tout  associé  peut  demander  au  pdt  
du  T  de  commerce  la  révocation  du  gérant.  Le  gérant  peut  etre  revoqué  pour  «  cause  
légitime  »  (  =  juste  motif  ).  

4. La  rémunération  du  gérant  

La  loi  n’a  pas  prévu  de  mode  de  fixation  de  la  rémunération  du  gérant.  Son  mode  est  
déterminé  soit  dans  les  statuts  (  cest  rare  ),  soit  le  plus  souvent,  dans  l’acte  de  nomination  
du  gérant.  En  général,  cette  rémunération  comprend  un  traitement  fixe  et  un  %  sur  les  
bénéfices  et  les  chiffres  d’affaires.  C’est  une  forme  d’intéressement.  

5. Statut  fiscal  et  social  du  gérant  

Aujourd’hui,  fiscalement,  le  gérant,  qu’il  soit  majoritaire  ou  minoritaire  est  assimilé  à  un  
salarié.  Sa  rémunération  est  imposée  comme  si  c  était  un  salaire.  Cela  veut  dire  qu’il  
bénéficie  de  la  «  déduction  forfaitaire  pour  frais  professionnels  de  10%  ».    

D’un  point  de  vue  social,  la  distinction  entre  gérant  minoritaire  et  majoritaire  existe  
toujours.  Seul  le  gérant  associé  minoritaire,  égalitaire  ou  non  associé  bénéficie  de  tout  les  
avantages  reservés  au  salarié  et  relève  du  régime  général  de  la  sécurité  sociale.      Ça  veut  dire  
qu’en  cas  de  maladie,  il  peut  bénéficier  de  la  législation  sur  les  maladies  ou  de  la  retraite  de  
cadre  etc  …    

En  revanche,  il  ne  peut  bénéficier  du  régime  d’assurance  chômage  que  si  il  est  lié  à  la  SARL  
par  un  contrat  de  travail.  

 Mais    le  gérant  majoritaire  relève  du  régime  des  travailleurs  indépendants  et  ce  régime  est  
moins  protecteur  que  celui  des  salariés.  

[Retard  au  cours  de  rattrapage]  

17  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
La  cour  de  cassation  a  considéré  que  la  cession  de  l’hebdo  était  de  la  cpt’  des  associés  et  
donc  le  gérant  n’avait  pas  le  pouvoir  de  céder  l’hebdo.  

La  soc  est  engagée  par  tous  les  actes  du  gérant  même  ceux  qui  ne  relèvent  pas  de  l’objet  
social.  

Néanmoins,  la  société  peut  se  dégager  en  prouvant  que  le  tiers  savait  que  l’acte  dépassait  
l’objet  social  ou  qu’il  ne  pouvait  l’ignorer.  La  seule  publication  des  statuts  est  insuffisante  à  
constituer  cette  preuve  donc  dans  les  faits,  il  est  difficile  de  prouver  que  l’acte  dépassait  
l’objet  social.  De  meme,  les  clauses  statutaires  limitant  les  pvrs  des  gérants  sont  
inopposables  aux  tiers  dc  les  tiers  peuvent  ignorer  cette  clause.  En  caas  de  pluralité  de  
gérant,  chaque  gérant  à  le  pvr  d’engager  seul  la  société.  l’opposition  formée  par  un  gérant  
aux  actes  d’un  autre  gérant  est  sans  effet  à  l’égard  des  tiers  à  moins  qu’il  ne  soit  établi  que  le  
tiers  en  ait  eu  connaissance  (  L223-­‐18_7  c  com  ).    

C)les  controles  
 
Gérants  –  associés  
Gestion  de  la  société  en  général  
 
On  distingue  le  contrôle  externe  et  interne.  

Au  titre  du  contrôle  externe,  on  trouve  le  commissaire  au  comptes  :  c  est  un  expert  
comptable  indépendant.  Ces  commissaires  sont  chargés  de  la  vérification  des  comptes  de  la  
société,  il  ne  font  pas  la  comptabilité  mais  procèdent  par  sondage  et  vont  vérifier  que  les  
comptes  de  la  société  sont  bien  fidèles  et  sincères.  Dans  certaines  sociétés  comme  les  SA,  
faut  obligatoirement  un  commissaire.  Dans  une  SARL,  sa  nomination  est  aussi  obligatoire  
lorsque  la  société  dépasse  2  des  3  seuils  suivants  :    

-­‐ Un  total  du  bilan  supérieur  à  1  550  000  €    


-­‐ Un  CA  hors  taxe  dépassant  3  100  000  €  
-­‐ Un  effectif  salarié  moyen  atteignant  50  personnes  

Donc  si  2  de  ces  3  seuils  sont  dépassés,  la  société  doit  obligatoirement  faire  appel  à  un  
commissaire  au  compte.  

Au  titre  des  contrôles  internes,  la  procédure  qui  tend  à  éviter  les  conflits  d’interet  c’est  le  
mécanismes  des  procédures/conventions  reglementées.  Pour  les  procédures  reglementées,  
les  gérants  et  associés  de  la  société  ne  peuvent  pas  etre  librement  partie  à  contrat  avec  la  
SARL  à  laquelle  ils  participent  car  y  a  un  risque  de  conflits  d’interets.    

Il  existe  3  type  de  conventions    

18  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ Interdites  :  il  est  interdit  au  gérant  ou  associé  de  la  SARL  de  contracter  sous  qq  forme  
que  ce  soit  des  emprunts  auprès  de  la  société,  de  se  faire  consentir  par  elle  un  
découvert  en  compte  courant  ou  autrement  ainsi  que  de  faire  cautionner(=  se  porter  
caution)  ou  avaliser(=  cautionnement  d’une  lettre  de  change)  par  elle  leurs  
engagements  personnels  envers  les  tiers  (L223-­‐21  ccom)Æ  les  gérants  ou  associés  ne  
peuvent  donc  pas  se  faire  prêter  de  l’argent  par  la  société  car  cette  trésorerie  doit  
être  mise  à  disposition  de  l’objet  social  et  non  pas  pour  profiter  au  associer.  Quand  
une  telle  convention  est  passée,  elle  est  nulle  d’une  nullité  absolue.  Cette  
interdiction  concerne  les  gérants  et  associés  de  la  SARL  et  les  mêmes  conventions  
passées  avec  les  représentants  légaux  des  personnes  morales  associées,  les  
conjoints,  ascendants  et  descendants  des  dirigeants  ou  associés  de  la  SARL  ainsi  que  
toute  personne  interposée.  Toutefois,  la  loi  prévoit  2  exceptions  :    
x La  convention  n  est  plus  interdite  dès  lors  que  la  SARL  contracte  avec  l’un  de  ses  
gérants  ou  associé  personne  morale.  
x L’interdiction  ne  joue  pas  quand  la  SARL  exploite  un  établissement  financier  et  que  
les  conventions  peuvent  être  analysées  comme  des  conventions  courantes  conclues  
à  des  conditions  normales.  
 
-­‐ Libres  :  sont  totalement  libres  les  conventions  qui  s’analysent  en  des  opérations  
courantes  au  regard  de  l’activité  sociale  dès  lors  qu’elles  sont  conclues  à  des  
conditions  normales  (=  conditions  du  marché)  =  notamment  au  regard  des  conditions  
du  marché  (  L223-­‐20).    
 
-­‐ Règlementées  :  toutes    les  autres  conventions  (=  celles  où    y  a  un  risque  de  conflit  
d’interet  càd  celles  ccl  avec  un  gérant,  un  associé,  coinjoint,  descendant  etc  …)  
doivent  suivre  la  procédure  prévue  à  L223-­‐19  c  com  Æ  par  ex  une  convention  
portant  sur  une  modification  du  contrat  de  travail  d’un  gérant.  La  gérant  décide  
d’augmenter  son  salaire  =  risque  de  conflit  d’interet.  Concernant  la  procédure,  la  
convention  n’  a  pas  à  faire  l’objet  d’une  autorisation  préalable  mais  le  gérant  ou  s’il  
en  existe  un,  le  commissaire  au  comptes,  présente  à  l’assemblée  un  rapport  sur  les  
conventions  intervenues  directement  ou  indirectement  entre  la  société  et  l’un  de  ses  
gérant  ou  associé.  Après  cette  presentation,  l’assemblée  doit  approuver  ou  non  cette  
convention.  Lors  de  ce  vote  concernant  l’approbation  des  conventions  reglementées,  
le  gérant  ou  l’associé  interessé  ne  prend  pas  part  aux  votes.  si  l’assemblée  
n’approuve  pas  la  convention,  la  convention  produit  t  out  de  meme    ses  effets  mais  
le  gérant  ou  l’associé  interéssé  doit  supporter  les  csqces  préjudiciables  de  l’acte.  Si  y  
a  pas  nullité  de  la  convention  c  est  par  ce  qu’on  est  pas  dans  un  système  
d’autorisation  préalable.  

d)  responsabilité  

 
19  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Les  gérants  de  SARL  sont  civilement  responsables,  individuellement  ou  solidairement  (  cest  
le  juge  qui  décide)  envers  la  société  ou  les  tiers  soit  des  fautes  commises  dans  leur  gestion,  
soit  de  la  violation  de  la  loi,  des  règlements  et  des  statuts.  

Responsabilité  pénale  :  le  gérant  encours  une  responsabilité  pénale  au  titre  de  sa  gestion,  
par  ex  en  cas  de  distribution  de  dividendes  fictifs,  de  présentation  de  faux  bilans,  ou  d’abus  
de  biens  sociaux  (  L241-­‐1  à  9  c  com)  

II. Les  associés    

En  contrepartie  de  leurs  apports,  les  associés  reçoivent  des  parts  sociales  et  elles  leur  
ouvrent  droit  à  des  prérogatives,  des  droits  pécuniaires  et  politiques  au  sein  de  la  société.  

A) Droits  pécuniaires  

Au  titre  de  ces  droits,  les  associés  ont  droit  aux  dividendes,  aux  reserves  et  aux  boni  de  
liquidation.  Dans  les  SARL,  à  peine  de  nullité  de  toute  délibération  contraire,  il  doit  etre  fait  
sur  le  bénéfice  de  l’exercice  un  prélèvement  de  20%  au  moins  affecté  à  la  formation  de  ce  
que  l’on  appelle  «  la  réserve  légales  ».  ce  prélèvement  cesse  d’etre  obligatoire  quand  la  
réserve  légale  atteint  le  10ème  du  capital.  

B) Droits  politiques  

Les  droits  d’information  :  un  certain  nombre  de  droits  sont  prevus  à  L223-­‐26  c  com.  Cet  
article  fait  référence  à    la  fois  à  un  droit  d’information  permanent(  =  la  possibilité  de  
consulter  les  comptes  annuels,  les  rapports  de  gestion,  PV  des  assemblées  de  3  dernières  
années.).  à  coté  de  ce  droit,  il  existe  un  droit  d’info  occasionnel  et  plus  précisement,  avant  la  
réunion  des  assemblées.  Les  associés  doivent  consulter  les  rapports  du  gérant  et  si  il  en  
existe  un,  celui  du  commissaire  au  compte.  Autree  droit,  les  associés  peuvent  aussi  poser  
des  questions  écrites.  Ils  peuvent  aussi  diligenter  une  expertise  de  gestion  (  L223-­‐37  c  com)  
(=  un  ou  des  associé  representant  au  moins  le  10ème  du  capital  social  peuvent  soit  
individuellement  ou  en  groupe,  dder  en  justice  la  désignation  d’un  ou  plusieurs  expert  
chargé  de  présenter  un  rapport  sur  une  ou  pls  opérations  de  gestion.  Faut  savoir  que  les  
comité  d’entreprise  et  le  ministère  public  peuvent  uassi  demander  cette  expertise,  c  est  pas  
reservé  qu’aux  associés.).  Le  juge  peut  refuser  cette  expertise  ou  faire  droit  à  la  demande  
des  associés  et  dans  ce  cas,  le  juge  détermine  l’étendue  de  la  mission  et  les  pouvoirs  de  
l’expert  en  vertu  du  principe  de  non  immixtion  des  tiers.    

Réunion  en  assemblée  :  depuis  la  loi  de  modernisation  de  l’economie  du  4  aout  2008,  la  
participation  des  assemblées  peut  se  faire  par  visio  conférence  mais  y  a  des  conditions  à  ça.  
En  effet,  la  visio  conférence  est  soumise  à  2  conditions  :  

20  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ Elle  ne  peut  pas  etre  utilisée  qd  il  s’agit  d’assemblée  relative  à  l’approbation  des  
comptes  annuels.    
-­‐ L’emploi  de  moyens  de  telecom  doit  etre  prévu  par  les  statuts  sinon  c  est  interdit.  

Le  droit  de  vote  :  il  revient  au  gérant  de  convoquer  les  associés  en  assemblée.  Si  le  gérant  ne  
le  fait  pas,  tout  associé,  qq  soit  sa  participation,  a  le  droit  de  dder  en  justice  la  désignation  
d’un  mandataire  qui  sera  chargé  de  convoquer  l’assemblée  et  de  fixer  son  ordre  du  jour.  
Concernant  les  assemblées,  la  loi  ne  distingue  pas  les  assemblées  ordinaires  et  
extraordinaires.  Les  décisions  qui  n’entrainent  pas  de  modifications  des  statuts  ou  qui  n’ont  
pas  pour  objet  l’agrément  de  nvx  associés  ne  sont  adoptées  lors  de  la  1ère  réunion  ou  de  la  
1ère  consultation  écrite  que  si  elles  réunissent  plus  de  la  moitié  de  parts  sociales  composant  
le  capital.  (  =  1ère  convoc  =  majorité  simple).  Si  cette  majorité  n  est  pas  obtenue,  une  2de  
consultation  doit  avoir  lieu  et  la  décision  doit  etre  prise  à  la  majorité  des  votes  émis  qq  soit  
le  nombre  des  votants  (L223-­‐29).  Mais  les  statuts  peuvent  prévoir  une  majorité  plus  élevée.  
En  revanche,  les  décisions  qui  entrainent  une  modif  des  statuts  sont  prises  par  les  associés  
representant  les  ¾  des  parts  sociales  et  toute  clause  statutaire  aggravant  est  réputée  non  
écrite.  Il  existe  des  exceptions  à  ces  règles  de  majorité  :  l’unanimité  est  requise  pour  le  
changemt  de  nationalité    de  la  société,  pour  la  transformation  de  la  société  en  SNC  et  pour  
toute  autre  décision  entrainant  l’augmentation  des  engagements  des  associés.    

Attention  !  pour  les  SARL  constituées  après  la  loi  du  2  aout  2005,  l’assemblée  ne  délibère  
valablement  que  si  les  associés  présents  ou  représentés  possèdent  au  moins  sur  1ère  
convocation  le  quart  des  parts  sociales  et  sur  2ème  convocation,  le  5ème  des  parts  sociales.  De  
plus,  les  modifications  des  statuts  sont  décidées  à  la  majorité  des  2/3  des  parts  sociales  et  
toujours  pour  les  sociétés  constitués  après  la  loi  2005,  les  statuts  peuvent  prévoir  une  
majorité  +  élevée  sans  pour  autant  prévoir  l’unanimité.  

Section  3  :  les  mutations  affectant  la  SARL  

I. Mutations  concernant  les  parts  sociales  

En  contre  partie  de  leurs  apports  dans  la  SARL,  les  associés  reçoivent  des  parts.  Ils  disposent  
librement  de  ces  parts  et  peuvent  donc  les  céder,  sauf  les  parts  en  industries,  ui  elles,  sont  
incessibles.    

A) Cession  de  parts  sociales  

Depuis  la  loi  du  2  aout  2005  en  faveur  des  PME,  les  associés  peuvent  aussi  louer  leurs  parts  
sociales.  

21  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Les  parts  sociales  ne  sont  pas  des  valeurs  mobilières,  donc  elles  ne  sont  pas  négociables  et  
donc,  il  faut  respecter  un  formalisme  pour  la  cession  des  parts  sociales  et  plus  précisément,  
la  cession  doit  etre  constatée  part  écrit  (  acte  sous  seing  privé  ou  authentique).  

La  cession  des  parts  sociales  peut  conduire  à  la  mise  en  œuvre  d’une  procédure  d’agrément  
càd  que  dans  certains  cas,  il  est  possible  que  les  associés  déjà  présents  acceptent  qu’un  tiers  
cessionnaire  vienne  faire  partie  de  la  société.    

On  distingue  3  hypothèses  :    

x Si  la  cession  est  réalisée  au  profit  d’un  tiers  étranger  à  la  société,  càd  au  profit  d’une  
personne  qui  n  est  pas  déjà  associée,  dans  ce  cas,  la  cession  n’est  valable  que  si  elle  
est  approuvée  par  la  majorité  des  associés  représentant  au  moins  la  moitié  des  parts  
sociales  (L223-­‐14_1  c.com)  :  faut  une  double  majorité.  Si  la  société  ou  associés  ont  
refusé  de  consentir  à  la  cession,  les  associés  sont  tenus  dans  le  délai  de  3  mois  à  
compter  du  refus,  d’acquérir  ou  de  faire  acquérir  les  parts  les  sociales.  La  société  
peut  également,  avec  l’accord  de  l’associé  cédant,  réduire  son  capital  du  montant  de  
la  valeur  nominale  des  parts  et  racheter  les  parts  au  prix  convenu  par  l’expert.    La  
valeur  nominale  et  le  prix  convenu  par  l’expert  peuvent  ne  pas  etre  les  memes.  Cette  
possibilité  doit  se  faire  dans  un  délai  de  3  mois.  Si  aucune  de  ces  2  solutions  n’a  été  
arreté  dans  le  délai  de  3  mois,  l’associé  peut  réaliser  librement  la  cession  initialement  
projetée.    
x Si  la  cession  est  projetée  au  profit  d’un  associé,  elle  est  libre.    
x Si  la  cession  est  réalisée  au  profit  d’un  conjoint,  d’un  ascendant  ou  descendant  de  
l’associé,  elle  est  libre  aussi  (L223-­‐13  c.com).    

B) La  location  et  le  crédit  bail  des  parts  sociales  

La  possibilié  de  louer  ou  de  donner  en  crédit  bail  des  parts  sociales  date  de  la  loi  du  2  aout  
2005  en  faveur  des  PME.  

Crédit  bail  de  parts  sociales  :  cette  opération  consiste  en  une  location  de  parts  sociales  
assortie  d’une  PUV  moyennant  un  prix  convenu  tenant  compte  au  moins  pour  partie  des  
versements  effectués  à  titre  de  loyer  (313-­‐7  c.monétaire  et  financier).  

Cependant,  certaines  conditions  doivent  etre  respectées  pour  louer  ou  donner  en  crédit  bail  
des  parts  sociales  :  

x Cette  possibilité  doit  avoir  été  prévue  par  les  statuts  


x Le  locataire  doit  etre  nécessairement  une  personne  physique  

La  loi  établit  un  partage  des  droits  dans  la  société  entre  le  bailleur  et  le  locataire.  Dans  les  
assemblées  statuant  sur  les  modifications  statutaires  ou  le  changement  de  nationalité  de  la  

22  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
société,  le  droit  de  vote  appartient  au  bailleur.  En  revanche,  dans  les  autres  assemblées,  le  
droit  de  vote  appartient  au  locataire.    

Les  dispositions  légales  ou  statutaires  prévoyant  l’agrément  du  cessionnaire  de  parts  sociales  
sont  applicables  dans  les  mêmes  conditions  au  locataire.  Ça  se  comprend,  le  locataire  est  un  
associé.    

II. Mutation  de  la  structure  sociétaire  

La  transformation  du  SARL  en  une  société  à  risque  illimité  ou  en  SAS  exige  l’accord  unanime  
des  associés.    

La  dissolution  peut  etre  à  due  à  des  causes  de  droits  commun,  des  causes  spécifiques  (  le  
dépassement  du  nombre  d’associés  pendant  plus  de  2  ans).  en  revanche,  le  décès  d’un  
associé,  son  incapacité  ou  son  interdiction  de  gérer  n’entrainent  pas  la  dissolution  de  la  
société  sauf  si  y  a  une  clause  statutaire  contraire.    

Chapitre  2  :  L’entreprise  unipersonnelle  à  responsabilité  limitée  (EURL)  

Jusqu  en  1985,  il  existait  des  sociétés  avec  des  «  prête  nom  ».  par  la  loi  du  11  juillet  1985,  le  
législateur  a  institué  une  EURL.  Cette  entreprise  a  eu  un  certain  succès  inspirée  du  droit  
allemand.  La  caractéristique  de  cette  société  c  est  qu  elle  ne  comprend  qu’un  seul  associé.  
Son  régime  de  base  est  celui  de  la  SARL  sous  réserve  des  adaptations  rendues  nécessaires  
par  le  fait  qu’il  n  existe  qu’un  seul  associé.  Pour  autant,  l’EURL  n’est  pas  une  société  qu’avec  
un  seul  associé  et  n  est  pas  une  société  commerciale  et  son  objet  peut  etre  un  objet  civil.  Par  
exemple,  des  activités  libérales,  artisanales,  agricoles,  peuvent  etre  exercées  sous  la  forme  
d’EURL.    

Le  rapprochement  du  régime  SARL  et  EURL  a  permis  au  législateur  de  ne  pas  dessiner  
entièrement  une  nouvelle  forme  sociale.  Le  2ème  avantage  est  que  ce  rattachement  simplifie  
le  passage  de  l’unipersonnalité  à  la  pluri  personnalité  et  vice  versa.  Donc  avec  ce  système  il  
suffit  qu’une  personne  en  EURL  s’associe  avec  une  personne  pour  devenir  une  SARL.  

Cependant,  faut  noter  qu’avec  l’adoption  de  l’EURL  ,  le  législateur  a  malmené  la  théorie  
traditionnelle  de  la  société.    

Autre  limite  quand  l’EURL  a  été  adoptée  :  on  s’est  demandé  si  l’EURL  ne  risquait  pas  d  etre  
un  instrument  facile  de  fraude  et  si  notamment  s’associer  en  EURL  tout  seul,  ne  pouvait  pas  
etre  une  possibilité  d’echapper  à  une  responsabilité  ou  de  contourner  une  interdiction  
commerciale.  

Section  1  :  La  constitution  de  la  l’EURL  

L’EURL  peut  etre  créée  par  décision  unilatérale  soit  d’une  personne  physique  ou  morale.  
Donc  l’associé  unique  d’une  EURL  peut  etre  une  personne  morale.  De  plus,  une  meme  

23  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
personne  physique  peut  créer  plusieurs  EURL.  En  revanche,  les  EURL  ne  peuvent  pas  
engendrer  d’autre  EURL  car  risques  de  fraudes  trop  importants.  

L’associé  unique  n’a  pas  la  qualité  de  commerçant,  ça  peut  etre  une  personne  incapable  
juridiquement  comme  un  mineur.  Siun  parent  décède  et  si  on  veut  que  l’entreprise  soit  
transmise  à  son  fils  mineur,  on  transforme  l’entreprise  en  EURL  pour  que  100%  des  parts  
soient  transmises  au  fils  avec  une  personne  tiers  qui  gère  l’entreprise  pendant  que  l’enfant  
est  mineur.  

Depuis  la  loi  du  4  aout  2008  de  modernisation,  la  personne  qui  veut  créer  une  EURL  dispose  
de  statuts  types.  Ces  statuts  types  s’appliquent  automatiquement  sauf  volonté  contraire  de  
l’associé  unique.  L’interet  c  est  d’éviter  d’etre  face  à  un  vide  juridique.  

Section  2  :  Le  fonctionnement  de  l’EURL  

I. La  gérance  

Elle  peut  etre  confiée  à  l’associé  unique  ou  à  un  tiers.  

A) La  gérance  confiée  à  l’associée  unique  

L’associé  peut  se  confier  à  lui-­‐même  la  fonction  de  gérant.  Pour  autant,  bien  qu’il  soit  seul  
maitre  à  bord,  l’associé  unique  doit  respecter  la  séparation  qui  doit  exister  entre  les  affaires  
de  la  société  et  ses  affaires  personnelles.  Il  ne  doit  surtout  pas  confondre  le  patrimoine  de  
l’EURL  avec  son  patrimoine  propre.  Par  exemple,  l’associé  unique  doit  voter,  décider  de  ses  
appointements  (=  sommes  qu’il  décide  de  se  verser).  Cette  décision  doit  apparaitre  sur  le  
registre  de  la  société.  si  l’associé  unique  ne  respecte  pas  cette  règle  de  séparation  des  
patrimoines,  il  pourrait  etre  condamné  pour  abus  de  biens  sociaux.  

En  revanche,  en  cas  de  redressement  ou  de  liquidation  judiciaire  de  la  société,  l’associé  
unique  se  verra  étendre  la  procédure  collective  càd  que  dans  ce  cas,  il  devra  payer  les  
créanciers  sociaux  avec  ses  biens  propres  et  dans  donc  dans  ce  cas,  il  perd  tout  l’interet  
d’avoir  payer  une  EURL.    

B) La  gérance  confiée  à  un  tiers  

Sur  le  plan  juridique,  le  tiers  a  la  qualité  de  mandataire  et  sur  le  plan  fiscal,  il  est  imposé  
comme  un  salarié  et  dispose  des  10%  de  ses  titres  aux  frais  réels.    

La  gérance  d’une  EURL  ne  peut  pas  etre  confiée  à  une  personne  morale.    

II. L’assemblée  

Les  pouvoirs  de  l’assemblée  sont  exercés  par  l’associé  unique  (L223-­‐31  c.com).  il  appartient  
à  l’associé  unique  d’approuver  les  comptes  sociaux,  de  décider  de  la  distribution  des  
24  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
bénéfices  et  éventuellement,  de  modifier  les  statuts.  Ces  décisions  doivent  être  consignées  
sur  le  registre  des  décisions  et  ceci  à  peine  de  nullité  parce  que  s’il  ne  le  fait  pas,  on  
considéra  que  la  distribution  de  bénéfices  est  nulle.    

Concernant  les  conventions  réglementées,  l’associé  unique  approuve  les  conventions  qu’il  
passe  avec  la  société  et  concernant  ces  conventions,  l’associé  unique  doit  respecter  les  
mêmes  interdits  légaux  que  dans  les  autres  sociétés.    

Section  3  :  La  dissolution  de  l’EURL  

L’EURL  peut  etre  dissoute  pour  les  memes  causes  que  la  SARL.  Faut  savoir  que  sauf  clause  
contraire  des  statuts,  le  décès  de  l’associé  unique  n’entraine  pas  la  dissolution  de  l’EURL.  
Dans  ce  cas,  l’EURL  va  continuer  avec  le/les  héritiers  de  l’associé  unique.    

La  dissolution  de  l’EURL  n’est  pas  suivie  de  la  liquidation  de  la  société.    

Or  la  dissolution  de  l’EURL  entraine  la  transmission  à  l’associé  unique  de  l’ensemble  du  
patrimoine  de  la  société  dissoute.  On  est  alors  en  présence  d’une  transmission  
«  universelle  »  sans  liquidation.  Cette  règle  a  posé  un  pb  si  l’EURL  fait  l’objet  d’une  
liquidation  judiciaire.  Une  société  peut  etre  dissoute  par  un  jugement  de  liquidation  
judiciaire  et  dans  ce  cas,  l’ensemble  du  patrimoine  de  la  société  passe  à  l’associé  unique.  
Sauf  qu’en  pratique,  si  la  société  fait  l’objet  d’une  liquidation  judiciaire  c  est  que  son  passif  
>actif.  Donc  là,  le  passif  de  la  société  passerait  dans  le  patrimoine  de  l’associé  de  l’  EURL.  
Pour  éviter  cela,  le  législateur,  depuis  2001,  il  est  précisé  à  l’art.1844-­‐5_3  cc.y  a  pas  
transmission  universelle  du  patrimoine  de  la    société  à  l’associé  unique  si  cet  associé  unique  
est  une  personne  physique.  Ça  veut  dire  qu’en  cas  de  liquidation  judiciaire  de  l’EURL  y  a  pas  
transmission  du  passif  donc  ça  veut  dire  que  la  limitation  est  respectée.  

Titre  3  :  Les  sociétés  de  capitaux  

Les  sociétés  de  capitaux  sont  des  sociétés  dans  lesquelles  la  personne  de  l’associé  importe  
moins    que  les  capitaux  apportés.  Ce  qui  importe  c  est  de  rassembler  des  capitaux  en  
quantité  suffisante  pour  financer  une  activité  économique  qui  demande  bcp  de  capitaux.  Ces  
sociétés  de  capitaux  sont  des  sociétés  dans  lesquelles  la  responsabilité  de  chaque  associé  est  
limitée  au  montant  de  son  apport.  Dans  les  sociétés  de  capitaux,  le  capital  social  est  divisé  
en  actions  et  non  en  parts  sociales  car  l’action  est  un  titre  négociable.    

Ces  sociétés  de  capitaux  sont  très  diverses  et  meme  si  on  regroupe  ces  sociétés,  elles  ne  
repondent  pas  toutes  aux  memes  objectifs  et  n’ont  pas  toutes  la  meme  structure.  Par  ex,  

25  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
parmi  les  sociétés  de  capitaux,  on  a  la  société  en  commandite  par  action  et  dans  cette  
société,  le  statut  des  commandités  reste  très  proche  de  celui  des  associés  en  nom  collectif.  
Ces  sociétés  sont  très  diverses  :  par  ex,  la  SA  est  très  réglementée  et  au  contraire,  la  SAS  se  
caractérise  par  sa  souplesse  de  fonctionnement.  On  a  regroupé  au  sein  de  cette  catégorie  
des  sociétés  très  diverses.  

Sous  titre  1  :  La  Société  anonyme  

Elles  sont  importantes  car  elles  representent  1/5  sociétés  en  France.  

Cette  société  a  pour  avantage  de  pouvoir  rassembler  des  capitaux  très  importants.  En  
France,  toutes  les  très  grandes  entreprises  sont  sous  forme  de  SA.  Mais  il  existe  des  SA  qui  
restent  familiales,  des  PME  etc  …  

Ces  sociétés  sont  source  de  risques  importants  et  notamment  pour  les  petits  porteurs  
d’actions  qui  peuvent  difficilement  prendre  part  aux  assemblées  et  de  ce  fait,  ce  sont  des  
sociétés  très  réglementées.  Les  SA,  lorsqu’elles  répondent  à  certaines  conditions,  peuvent  
«  offrir  leurs  titres  au  public  »  avant  on  disait  «  appel  public  à  l’épargne  »  (OPE  ).  Ça  a  disparu  
en  2009  au  profit  de  la  première  expression  qui  vient  du  droit  communautaire.  Pour  les  
sociétés  qui  offrent  leurs  titres  au  public,  la  réglementation  relevant  du  droit  des  sociétés  est  
complétée  par  la  réglementation  relevant  du  droit  financier.  Par  ex,  les  sociétés  qui  offrent  
leurs  titres  au  public  sont  contrôlées  par  une  institution  :  l’AMF  (autorité  des  marchés  
financiers).    

Chapitre  1  :  La  constitution  des  SA  

Section  1  :  Les  conditions  de  fond  

Les  associés  :  ils  doivent  etre  au  minimum  7  et  y  a  pas  de  maximum  car  ce  sont  des  sociétés  
qui  ont  pour  vocation  d  avoir  bcp  de  capitaux  (  100  max  ).  Y  a  pas  de  capacité  particulière.  

Les  apports  :  les  apports  en  industrie  sont  interdis  car  au  sein  de  la  SA,  les  associés  ne  sont  
responsables  que  dans  la  limite  de  leurs  apports.  Les  apports  en  numéraires  et  natures  sont  
possibles.  

Le  capital  social  :  son  montant  doit  etre  de  37  000  €  au  minimum  et  ceci  que  la  société  offre  
ses  titres  au  public  ou  pas.  Ce  capital  doit  etre  intégralement  souscrit  lors  de  la  constitution  
de  la  société.    

Section  2  :  Les  conditions  de  formes  

I. Constitution  avec  une  société  qui  offre  ses  titres  au  public    
 

offre  au  public  :  les  opérations  constitutives  d’une  offre  au  public  se  répartissent  en  2  
grandes  catégories  :    

26  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐  les  communications  adressées  sous  qq  formes  que  ce  soit  et  par  qq  moyen  que  ce  soit  à  
des  personnes  et  présentant  une  information  suffisante  sur  les  conditions  de  l’offre  et  sur  les  
titres  à  offrir.  A  la  suite  de  cette  com,  un  investisseur  peut  acheter  des  actions.    

-­‐  le  placement  de  titres  financiers  par  des  intermédiaires  financiers    

Les  apporteurs  en  numéraires  doivent  obligatoirement  signer  un  bulletin  de  souscription  et  
doivent  libérer  au  moins  la  moitié  du  montant  nominal  des  actions  (L225-­‐3_2  c.com).  

La    liste  des  souscripteurs  et  les  fonds  correspondant  sont  déposés  dans  les  8  jours  de  leur  
réception  auprès  d’une  banque,  d’un  notaire  ou  de  la  caisse  des  depot  et  consignation.  Ces  
personnes  constatent  les  souscriptions  et  leur  versement  par  un  «  certificat  du  dépositaire  ».    

En  cas  d’apport  en  nature,  un  ou  pls  commissaires  aux  apports  sont  désignés  par  décision  de  
justice  et  ces  commissaires  apprécient  sous  leur  responsabilité  la  valeur  des  apports.  

II. Constitution  sans  offre  au  public  

Dans  cette  hypothèse,  la  procédure  de  constitution  est  allégée.  Par  ex,  il  n  est  pas  nécessaire  
d  établir  de  bulletin  de  souscription  ni  d  assemblée  constitutive.  Simplement,  les  statuts  
doivent  etre  signés  par  les  associés  et  doivent  etre  déposés  au  tribunal  de  commerce.  Dans  
tout  les  cas,  la  constitution  de  la  société  doit  faire  l’objet  de  formalité  de  publicité  (  avis  de  
constitution  insérées  dans  un  JAL,  publicité  de  la  constitution  au  BODAC,  RCS  …  ).  

Aucune  condition  de  forme  n’est  sanctionnée  par  la  nullité  de  la  société.    

Chapitre  2  :  Organisation    

Les  SA  reposent  sur  un  ppe  de  hiérarchie  des  organes  sociaux.    

Comme  dans  toutes  les  sociétés,  l’organe  souverain  est  l’AG  des  actionnaires.  Ce  sont  les  
actionnaires  ou  associés  qui  investissent  dans  la  société,  qui  prennent  des  risques,  donc  ils  
ont  le  pouvoir  dans  la  société.  Pourtant,  les  organes  d’administration  et  de  gestion  de  la  
société  se  voient  reconnaitre  par  le  législateur  des  pouvoirs  propres.    

La  Cassation  considère  que  les  règles  d’organisation  de  pvr  dans  la  SA  sont  d’ordre  public.  Il  
en  résulte  que  un  organe  meme  plus  élevé  dans  la  hiérarchie  ne  peut  pas  se  substituer  à  
l’organe  d’administration  (  arret  La  Motte  1946  dans  lequel  a  été  décidé  que  meme  si  dans  la  
société  le  pouvoir  appartient  aux  associés,  ceux  là  ne  peuvent  pas  décider  de  s’octroyer  un  
pouvoir  dont  le  législateur  dit  qu’il  appartient  au  conseil  d’administrationÆ  cela  est  une  
façon  de  protéger  les  tiers.).    

Au  cours  des  années,  la  SA  a  connu  différentes  réformes  qui  vont  soit  vers  plus  de  
transparence,  plus  de  souplesse,  plus  de  contrôle  etc  …    

27  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Section  1  :  Les  dirigeants  

La  loi  a  prévu  2  modes  d’administration  de  la  SA.  On  a  un  mode  d’inspiration  française  :  
«  administration  monocéphale  »  et  dans  ce  cas,  la  société  est  dirigée  par  un  conseil  
d’administration  et  un  directeur  général.  un  autre  mode  d’inspiration  
allemande  «  administration  bicéphale  »  dans  ce  cas,  les  2  organes  sont  le  directoire  et  le  
conseil  de  surveillance.    

I. SA  à  conseil  d’administration  ou  monocéphale  

Jusqu’en  2001,  au  sein  de  ces  SA,  le  pouvoir  de  direction  était  concentré  dans  les  memes  
mains  et  c’était  celles  du  conseil  d’administration  et  de  son  président  qui  était  également  
directeur  général.  aujourd’hui,  le  pouvoir  peut  etre  moins  centralisé  depuis  une  loi  
importante  en  matière  de  société  :  celle  sur  les  nouvelles  régulations  économiques  du  15  
mai  2001.  Cette  loi  autorise,  lorsque  les  statuts  l’ont  prévu,  le  conseil  d’administration  à  
confier  l’administration  générale  de  la  société  au  Pdt  du  conseil  ou  à  une  autre  personne  
physique  portant  le  titre  de  directeur  général(  L225-­‐51  c.com).  

Dès  lors,  aujourd’hui,  la  direction  des  SA  de  forme  classique  ,  monocéphale,  peut  emprunter  
2  voies  :  

x  soit  un  direction  générale  confiée  au  Pdt  du  conseil  d’administration  qui  dans  ce  cas  
prend  le  titre  de  PDG.  Dans  ce  cas,  le  PDG  assume  seul  la  direction  générale  de  la  
société  et  assume  =t  la  présidence  du  conseil  d’administration.    
x Soit  une  direction  générale  dissociée  avec  des  prérogatives  attribuées  à  2  personnes  
différentes  :  une  personne  dirigeant  la  société  et  l’autre  personne,  organisant  les  
travaux  du  conseil  d’administration  :  le  PDT  du  conseil  d’administration.    
A) Les  administrateurs  et  le  CA  

1.  Les  administrateurs  
-­‐ Le  conseil  d’administration  est  composé  au  minimum  de  3  administrateurs  et  au  
maximum  de  18  (L225-­‐17  c.com).  cependant,  dans  certaines  circonstances,  le  
nombre  d’administrateur  peut  dépasser  18  :  ex  :  en  cas  de  fusion  entre  2  sociétés,  le  
nombre  d’administrateurs  peut  aller  jusqu’à  24  pdt  3  ans.    
-­‐ Qualité  des  administrateurs  :  ils  peuvent  être  des  personnes  physiques  ou  morales.  
S’il  s’agit  de  personnes  morales,  elles  sont  tenues  de  désigner  un  représentant  
permanent.  Jusqu’en  2009,  la  personne  qui  voulait  devenir  administrateur  devait  
etre  actionnaire  (  c’  était  dans  le  but  de  les  rendre  responsables)  et  cette  condition  a  
disparu  avec  la  loi  de  modernisation  du  4  aout  2008.  Dans  des  sociétés  de  tailles  
moins  importantes,  si  on  voulait  bénéficier  des  compétences  de  personnes  comme  

28  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
administrateur  on  était  obligés  de  le  faire  entrer  dans  le  capital  social.  Les  admi  
doivent  respecter  des  conditions  d’age  et  la  loi  interdit  que  plus  du  tiers  des  
administrateurs  ait  dépassé  l’age  de  70  (L225-­‐19  c.com).  un  salarié  peut  aussi  etre  
nommé  administrateur  sans  perdre  le  bénéfice  de  son  contrat  de  travail  dès  lors  que  
son  contrat  de  travail  correspond  à  un  emploi  effectif.  Sauf  que  là  encore,  le  nombre  
d’administrateur  lié  à  la  soc  par  un  contrat  de  travail  ne  peut  pas  dépasser  le  tiers  des  
administrateurs  en  fonction.  Pendant  le  temps  du  mandat  d’administrateur,  le  
contrat  de  travail  se  trouve  suspendu  sauf  stipulation  contraire  prévoyant  son  
maintien.    
-­‐ Toute  nomination  intervenue  en  violation  de  ces  règles  est  nulle.    
-­‐ Un  administrateur  en  place  ne  peut  pas  se  faire  octroyer  un  contrat  de  travail  et  ceci  
sous  peine  de  nullité  absolue  du  contrat  de  travail.  
-­‐ La  loi  du  15  mai  2001  a  restreint  les  possibilités  de  cumul  des  mandats  :  une  meme  
personne  physique  sauf  dérogation,  ne  peut  exercer  simultanément  plus  de  5  
mandats  d’administrateur  de  SA  ayant  leurs  siège  sur  le  territoire  français  (  L225-­‐21  
c.com).  Si  qqun  se  trouve  en  infraction  face  à  cette  règle,  elle  doit  lacher  un  de  ses  
mandat  dans  les  3  mois.  A  l’expiration  de  ce  délai,  si  elle  ne  l  a  pas  laché,  elle  est  
«  démissionaire  d’office  ».    
x nomination  et  fonction  d’administrateur  

-­‐ Les  premiers  sont  nommés  par  les  statuts  lorsque  la  société  n’offre  pas  ses  titres  au  
public.  Ils  sont  nommés  par  l’assemblée  constitutive  lorsque  la  société  offre  ses  titres  
au  public  (L225-­‐18).    
-­‐ En  cours  de  vie  sociale,  les  administrateurs  sont  nommés  par  l’AGO  (  assemblée  
générale  ordinaire  des  actionnaires).  La  durée  de  leur  mandat  est  déterminée  par    les  
statuts  mais  en  aucun  cas  cette  durée  ne  peut  excéder  6  ans.  leur  mandat  est  
renouvelable.  

    *statut  des  administrateurs  

-­‐  ils  jouissent  du  «  droit  à  l’information  ».  avant  la  loi  de  2001,  ce  droit  était  
jurisprudentiel.  Aujourd’hui,  L225-­‐35  c.com  dispose  que  «  chaque  administrateur  reçoit  
otutes  les  infos  nécessaires  à  l’accomplissement  de  sa  mission  et  peut  se  faire  communiquer  
tout  les  documents  qu’il  estime  utile.  ».  

-­‐  il  peuvent  etre  rémunérés  par  des  «  jetons  de  présence  ».  

-­‐  dans  les  sociétés  cotées,    il  est  prévu  que  le  rapport  annuel  de  gestion  mentionne  la  
rémunération  totale  et  les  avantages  de  toute  nature  versés  durant  l’exercice  à  chaque  
mandataire  social.      

*  responsabilité  des  administrateurs  

29  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐  responsabilité  civile  :  il  sont  responsables  individuellement  ou  solidairement  (  ça  depend  de  
ce  qui  leur  est  reproché)  envers  la  société  ou  les  tiers  soit  des  infractions  aux  dispositions  
legislatives  ou  reglementaires  applicables  au  SA  soit  de  la  violation  des  statuts  soit  des  fautes  
commises  dans  leur  gestion.  

-­‐  en  atière  pénale  :  ils  encourt  une  mise  en  cause  de  leur  responsabilité  soit  sur  le  fondement  
de  l’infraction  relevant  du  droit  commun  (  escroquerie,  abus  de  confiance  etc  …  ),  soit  sur    le  
fondement  de  texte  spécifique  (  les  abus  de  biens  sociaux).    

2.Le  conseil  d’administration  

-­‐  cest  un  organe  collégial  càd  que  les  administrateurs  ne  peuvent  exercer  leurs  fonctions  que  
quand  le  conseil  est  réuni  càd  que  sauf  cas  particulier,  un  administrateur  n  a  pas  de  pouvoir.  
Il  n  a  de  pouvoir  qu  avec  les  autres.  L’initiative  de  la  convocation  du  conseil  appartient  
normalement  à  son  président  (  L225-­‐51  c.com)  mais  peut  également  intervenir  à  la  dde  d’un  
tiers  des  administrateurs  quand  le  conseil  n  a  pas  été  réuni  depuis  plus  de  2  mois  ou  à  la  
demande  du  directeur  général  de  la  société.  

-­‐  le  conseil  ne  délibère  valablement  que  si  la  moitié  au  moins  de  ses  membres  sont  présents  
et  toute  clause  contraire  est  réputée  non  écrite  (L225-­‐37  c.com)Æ  on  veut  pas  que  les  
statuts  permettent  que  des  délib  du  conseil  soient  prises  alors  que  y  a  meme  pas  la  moitié  
des  membres  au  conseil.  

-­‐  le  conseil  statut  à  la  majorité  simple  sachant  que  chaque  administrateur  dispose  d’une  
seule  voie.  

*  pouvoir  du  conseil  

-­‐  au  terme  de  L225-­‐35  c.com,  le  conseil  d’administration  détermine  les  orientations  de  
l’activité  de  la  société  et  veille  à  leur  mise  en  œuvre.  Il  procède  aussi  au  contrôle  et  aux  
vérifications  qu’il  juge  opportuns.    

-­‐  à  coté  de  ses  pouvoirs  généraux,  le  conseil  a  des  prérogatives  spéciales  :  il  convoque  les  
assemblées  (L225-­‐103),  il  nomme  et  révoque  le  président  du  conseil  ainsi  que  le  directeur  
général  et  les  directeurs  généraux  délégués  

-­‐  le  conseil  établit  les  comptes  sociaux  et  rédige  le  «  rapport  de  gestion  »  (document  
important)  

-­‐  il  autorise  dans  les  sociétés  qui  n  exploitent  pas  d  établissement  bancaire  ou  financier  les  
cautions,  avals  (cautionnement  par  lettre  de  change)  et  garanties  donnés  (actes  dangereux).  
au  profit  de  tiers  par  les  dirigeants  au  nom  de  la  société.    

B)  le  conseil  d’A  

30  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Le  président  est  une  personne  physique  désignée  par  les  membres  de  l’administration  et  
cette  personne  physique  est  elle-­‐même  administrateur.  Sauf  disposition  statutaire  contraire,  
le  pdt  du  conseil  ne  peut  etre  agé  de  +  65  ans.  son  mandat  prend  fin  par  une  révocation  «    ad  
nutum  »(sans  justification)  ou  du  fait  du  conseil  qui  peut  à  tout  moment  lui  retirer  sa  
confiance,  soit  du  fait  de  l’AGO  qui  lui  retire  son  poste  d’administrateur  et  donc  n  est  plus  
président.  S’il  n  est  que  président,  son  role  se  limite  à  organiser  et  à  diriger  les  travaux  du  
conseil.  Il  doit  =t  s’assurer  que  les  administrateurs  sont  en  mesure  de  de  remplir  leurs  
fonctions.  Il  rend  compte  à  l’AG  du  bon  fonctionnement  du  conseil  d’administration.    

C)le  directeur  général  et  les  directeurs  généraux  délégués  

Le  directeur  général  pt  se  faire  assister  de  directeurs  généraux  délégués  (L225-­‐53  c.com).  le  
nombre  de  ces  directeurs  généraux  est  fixé  par  les  statuts  mais  il  ne  peut  pas  dépasser  5.  Le  
DG  et  les  DGD  ne  sont  pas  nécessairement  administrateurs  et  ne  sont  pas  actionnaires  de  la  
société.  le  DG  et  les  DGD  sont  révocables  par  le  conseil  d’administration  mais  contrairement  
aux  administrateurs,  ils  sont  révocables  pour  «  juste  motif  ».    

Le  Dg  et  les  DGD  sont  responsables  civilement  et  pénalement(  escroquerie,  abus  de  biens  
sociaux  etc  )  dans  les  memes  termes  que  les  administrateurs.  

1. Directeur  général  (DG)  

Sa  rémunération  est  fixée  par  le  conseil  d’administration.  Elle  comprend  en  général  une  
partie  fixe  à  laquelle  souvent  est  adjointe  une  partie  variable  assise  sur  le  résultat  de  la  
société  ou  sur  le  cours  de  bourse.  Les  stocks  option  font  parties  de  la  partie  variable  lorsque  
la  société  est  cotées.    

Il  existe  un  code  de  déontologie  concernant  la  rémunération  mais  les  sociétés  ne  sont  pas  
obligées  de  l’appliquer.    

Le  directeur  assume  sous  sa  responsabilité  la  direction  générale  de  la  société  qu’il  
représente  à  l’égard  des  tiers.  Par  conséquent,  il  dispose  «    des  pouvoirs  les  plus  étendus  »  
pour  agir  en  toute  circonstance  au  nom  de  la  société  sous  réserve  de  ceux  que  la  loi  attribue  
expressément  aux  autres  organes  de  la  société.    

La  société  est  engagée  même  par  les  actes  du  DG  qui  ne  relèvent  pas  de  l’objet  social  ou  qui  
outre  passent  les  clauses  statutaires  limitant  ses  pouvoirs  ou  les  délibérations  du  conseil  qui  
les  restreindraient.  

Exception  :  si  le  tiers  savait  que  l’acte  du  DG  dépassait  l’objet  social,  dans  ce  cas,  la  société  
n’est  pas  engagée.  La  seule  publication  des  statuts  ne  suffit  pas  à  prouver  que  le  tiers  avait  
connaissance  de  ce  dépassement.    

2. Les  directeurs  généraux  délégués  

31  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Leurs  pouvoirs  sont  déterminés  par  le  conseil  d’administration  en  accord  avec  le  DG.  

A  l’égard  ddes  tiers,  les  DGD  disposent  des  memes  pouvoirs  que  le  DG  et  leur  sort  est  lié  à  
celui  du  DG  puisqu’il  est  prévu  que  si  le  DG  vient  à  cesser  ses  fonctions  pour  quelque  cause  
que  ce  soit,  le  mandat  du  DGD  n’est  maintenu  que  jusqu’à  la  nomination  du  prochain  
directeur  général.  

II.  la  SA  à  directoire  et  conseil  de  surveillance  

cette  forme  sociale  est  un  mode  inspiré  du  droit  allemand  et  qui  a  été  importé  en  France  à  
l’occasion  de  la  loi  du  24  juillet  1966  (  loi  importante  en  droit  des  société  surtout  pour  les  
SA).  Ellee  st  novatrice  mais  n  a  pas  eu  bcp  de  succès  en  France.  

Schématiquement,  le  statut  des  membres  du  directoire  est  calqué  sur  celui  du  DG  et  le  
statut  des  membres  du  conseil  de  surveillance  sur  celui  des  administrateurs.    

A) Le  directoire  

Le  statut  des  membres  du  directoire  est  calqué  sur  celui  du  DG.  En  ppe  c  est  un  organe  
collégial  de  5  membres  maximum  quand  la  société  n  est  pas  cotée  et  7  membres  si  elle  est  
cotée.  Cpdt,  dans  les  SA  dont  le  capital  social  est  inférieur  à  150  000  euros,  les  fonctions  
dévolues  au  directoire  peuvent  etre  remplies  par  une  seule  personne  que  l’on  appelle  le  
«  directeur  général  unique  »  (L225-­‐58  c.com).    

Les  membres  du  directoire  sont  nécessairement  des  persones  physiques  qui  peuvent  etre  
actionnaires.  Ces  membres  sont  choisis  par  le  conseil  de  surveillance  et  attention,  car  c  est  
également  le  conseil  de  surveillance  qui  désigne  le  président  du  directoire  !  le  conseil  de  
surveillance  peut  aussi  révoquer  le  pdt  du  directoire  «  ad  nutum  ».  

C’est  l’acte  de    nomination  qui  fixe  le  mode  et  le  montant  de  la  rémunération  de  chacun  des  
membres  du  directoire  (L225-­‐63  c.com).  la  durée  du  mandat  des  membres  du  directoire  est  
fixée  par  les  statuts  et  doit  etre  comprise  entre  2  et  6  ans  et  si  les  statuts  ne  précisent  rien,  la  
durée  du  mandat  est  nécessairement  de  4  ans.  

La  fonction  du  president  du  directoire,  comme  celle  de  membre  du  directoire,  n’est  pas  en  
ppe  incompatible  avec  la  détention  d’un  contrat  de  travail  dans  la  société  et  ce  contrat  de  
travail  peut  etre  ccl  avant  ou  après  le  mandat  social.    

Les  membres  du  directoire  peuvent  etre  révoqués  pour  «  juste  motif  »  par  le  conseil  de  
surveillance  comme  par  l’assemblée  générale.    

32  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Concernant  les  pouvoirs,  le  directoire  a  les  pouvoirs  les  plus  étendus  pour  agir  en  tte  
circonstance  au  nom  de  la  société.  bien  évidemment,  il  exerce  ses  pouvoirs  dans  la  limite  de  
l’objet  social  et  de  ceux  que  la  loi  attribue  expressément  au  conseil  de  surveillance  et  aux  
assemblées  d’actionnaires.  Par  ailleurs,  le  directoire  arrete  les  «  orientations  stratégiques  »  
de  la  société  càd  que  c  est  lui  qui  décide  de  la  politique  économique  de  la  société.  

Le  président  du  directoire  ou  le  directeur  général  unique  représente  la  société  envers  les  
tiers,  toutefois,  ce  pouvoir  peut  également  etre  confié  à  un  ou  plusieurs  autres  membres  du  
directoire  qui  prennent  alors  le  titre  de  «  directeurs  généraux  »  (L225-­‐66  c.com).  

Le  directoire  est  un  organe  collégial  et  donc  il  faut  que  des  règles  soient  adoptées  pour  
organiser  les  modalités  de  prise  de  décisions  et  il  est  précisé  que  «  c  est  au  statuts  qu  il  
revient  de  choisir  et  d  adopter  ces  règles  »  (L225-­‐64  c.com).    

Le  responsabilité  tant  civile  que  pénale  des  membres  du  directoire  est  calquée  sur  celle  des  
administrateurs.  

B) Le  conseil  de  surveillance  

3  à  18  membres.  

On  applique  les  memes  règles  que  les  administrateurs  concernant  leur  rémunération.  Ils  
peuvent  cumuler  leurs  fonctions  avec  un  contrat  de  travail,  que  ce  contrat  de  travail  soit  
conclu  avant  ou  après  leur  entrée  en  fonction  de  membre  de  surveillance  (  L225-­‐85  c.com).  

Au  sein  du  conseil  est  désigné  un  président  et  un  vice  président.  Ces  personnes  sont  
chargées  de  convoquer  les  conseil  et  ils  dirigent  les  débats  au  sein  de  ce  conseil.  Le  président  
et  le  vice  président  sont  révocables  «  ad  nutum  »,  ils  peuvent  etre  révoqués  par  le  conseil  de  
surveillance  qui  va  leur  retirer  leur  qualité  de  président  et  vice  président  et  ils  peuvent  aussi  
etre  révoqués  par  l’AG  qui  peut  leur  retirer  leur  qualité  de  membre  du  conseil  de  
surveillance  (  ne  peuvent  donc  plus  présider).  

En  revanche,  les  pouvoirs  du  conseil  de  surveillance(L225-­‐68  c.com)  sont  différents  de  ceux  
du  conseil  d’administration.  Ce  dernier  article  précise  que  le  conseil  de  surveillance  exerce  le  
contrôle  permanent  de  la  gestion  de  la  société  par  le  directoire  et  peut  par  conséquent  à  tte  
époque  de  l’année  opérer  les  modifications  et  les  controles  qu’il  juge  opportuns  et  se  faire  
communiquer  les  documents  qu’il  estime  utile  à  l’accomplissement  de  sa  mission.  Par  
ailleurs,  le  conseil  de  surveillance  reçoit  au  moins  une  fois  par  trimestre  un  rapport  du  
directoire  et  dans  les  3  mois  de  la  clôture  de  l’exercice,  il  vérifie  et  contrôle  les  comptes  
sociaux.  Par  ailleurs,  la  cession  d’immeubles,  totale  ou  partielle  de  participation  (=  quand  
une  société  détient  au  moins  10%  du  K  dans  une  autre),  la  constitution  de  suretés  doivent  
impérativement  faire  l’objet  d’une  autorisation  du  conseil  de  surveillance.  Le  conseil  de  
surveillance  a  =t  des  pouvoirs  spéciaux  :  nomination  des  membres  du  directoire  et  de  son  

33  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
président,  fixation  de  leur  rémunération,  convocation  des  AG  et  autorisation  des  
conventions  réglementées.    

Section  2  :  Les  droits  des  actionnaires  

Ces  dernières  années  on  s  est  posé  la  question  sur  les  roles  des  actionnaires  dans  les  
entreprises.  En  effet,  on  s  est  rendus  compte  que  y  avait  des  actionnaires  qui  ne  jouaient  pas  
leur  rôle.  Si  ils  ne  jouent  pas  leur  rôle  et  si  le  conseil  d’administration  non  plus,  finalement,  c  
le  DG  qui  contrôlait  la  société  sans  aucun  contrepouvoir.  C’est  ennuyeux  pour  la  société  et  
aussi  pour  l’intérêt  des  actionnaires  minoritaires.  y  a  eu  une  reflexion  sur  :  où  doit  etre  le  
pouvoir  au  sein  d’une  société  ?  c  est  la  reflexion  du  gouvernement  d’entreprise.  il  est  apparu  
à  travers  elle  que  le  pouvoir  des  actionnaires  devait  etre  renforcé.  

I. Le  gouvernement  d’entreprise  «    corporate  governance  »  

On  peut  dire  que  le  gouvernement  d’entreprise  est  une  réflexion  sur  les  règles  de  bons  
comportements  des  dirigeants  sociaux  et  les  questions  de  répartition  des  pouvoirs  au  sein  
de  la  société.  le  débat  sur  la  «  corporate  governance  »  est  né  au  USA  plus  chez  les  
économistes  que  les  juristes.  Friedrich  Von  Hayek  (  économiste  de  l’école  de  Chicago  assez  
libéral)  a  bcp  réfléchi  de  façon  très  libérale  et  l’idée  est  souvent  de  supprimer  la  règle  de  
droit.  Il  est  parti  de  la  question  :  au  service  de  quels  intérêts  une  société  commerciale  
fonctionne  t  elle  effectivement  et  au  service  de  quels  interets  doit  elle  fonctionner  ?  il  a  
réfléchi  à  cette  question  et  il  considère  que  la  société  doit  exclusivement  fonctionner  dans  
l’interet  des  actionnaires  et  par  conséquent,  la  tache  principale  des  dirigeants  doit  être  de  
maximiser  le  profit  des  actionnaires.  Hayek  fait  le  constat  que  dans  les  sociétés  cotées,  la  
direction  (management  )  et  que  les  dirigeants  ne  souhaitent  pas  à  maximiser  le  profit  des  
actionnaires  mais  ils  poursuivent  d’autres  objectifs  qui  correspondent  à  leurs  propres  
intérêts  comme  l’amélioration  de  leur  rémunération  ou  l’accroissement  de  leur  prestige.  Il  a  
été  démontré  par  cette  école  qu’un  certain  nombre  de  fusions  de  sociétés  ont  été  faites  
dans  l’intérêt  des  dirigeants  pour  augmenter  leur  prestige.  A  partir  de  là,  Hayek  fait  une  
réflexion  sur  les  conséquences  de  la  dissociation  entre  propriété  du  capital  et  exercice  du  
pouvoir.  Il  propose  de  revenir  à  un  système  qui  renforce  le  contrôle  de  l’actionnariat  sur  les  
dirigeants  de  la  société.  Il  est  dit  qu’il  faut  que  les  actionnaires  aient  plus  d’informations,  
qu’il  faut  accroitre  les  contre  pouvoirs  et  une  déconcentration  des  pouvoirs.    

En  France,  le  CNPF  (  Centre  national  du  partenariat  français)Æaujourd’hui  le  MEDEF  et  l’  
AFEP  (  association  française  des  entreprises  privées)  ont  chargé  un  comité  de  réfléchir  au  
gouvernement  d’entreprise.  ce  comité  a  rendu  2  rapports  :  un  en  juillet  1995  et  actualisé  en  
1999.  Ce  rapport  s’appelle  «    rapport  Viénot  »  et  on  y  trouve  que  les  rapporteurs  insistent  
sur  le  role  du  conseil  d’administration  dans  le  contrôle  de  la  gestion  de  la  société  et  =t  sur  la  
qualité  de  l’information  fournie  aux  actionnaires  et  au  marché.  Il  est  fait  plusieurs  

34  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
recommandations  comme  le  fait  de  nommer  des  administrateurs  indépendants  pour  la  
représentation  des  actionnaires  minoritaires,  propose  de  constituer  un  comité  de  selection  
des  administrateurs,  propose  un  comité  des  rémunérations  et  une  charte  de  l’administrateur  
qui  impose  certaines  obligations  aux  administrateurs.  On  a  eu  un  rapport  sur  l’institut  
Montaigne  etc  …  il  faut  noter  que  ces  rapports  et  toute  cette  réflexion  sur  le  gouvernement  
d’entreprise  ont  influencé  la  loi  française.  

II. Le  droit  à  l’information  des  actionnaires  

Ce  droit  s’est  énormément  développé  au  point  que  mtn  y  a  presque  trop  d’informations  et  y  
a  un  risque  que  les  actionnaires  soient  submergés  d’informations.  Parmi  les  informations  
reçues  par  les  actionnaires,  elles  peuvent  prendre  5  formes  différentes.  

A) L’information  permanente  de  l’actionnaire    

Il  dispose  en  permanence  d’informations  et  elles  sont  décrites  à  L225-­‐117  «  tout  actionnaire  
peut  à  toute  époque  mais  dans  le  respect  de  l’interet  social  consulter  au  siège  social  de  la  
société  les  documents  suivants  :  les  comptes  annuels  des  3  derniers  exercices  et  le  cas  
échéant  les  comptes  consolidés  (=  comptes  établis  quand  la  société  appartient  à  un  groupe  
de  sociétés),  la  liste  des  administrateurs  ou  des  membres  du  directoire  ou  du  conseil  de  
surveillance,  les  rapports  de  gestion  des  organes  sociaux  établis  lors  des  3  derniers  exercices  
et  les  PV  et  feuilles  de  présences  des  assemblées  tenus  lors  des  3  derniers  exercices.    Tout  
refus  de  la  société  de  communiquer  ces  documents  l’exposerait  à  verser  des  dommages  et  
interets  et  surtout  le  refus  de  la  société  peut  justifier  que  l’associé  sollicite  en  référé  une  
mesure  d’injonction  judiciaire  sous  astreinte(=  le  juge  va  ordonner  à  la  société  de  
communiquer  les  documents  non  communiqués)  ou  la  nomination  d’un  mandataire  chargé  
de  procéder  à  la  communication  des  documents  (L238-­‐1  c.com).  

B) L’information  occasionnelle  (=  préalable  à  la  tenue  d’une  assemblée)  

1. La  consultation  au  siège  social  

A  compter  du  jour  de  la  convocation  à  l’AGO,  l’actionnaire  est  autorisé  à  consulter  divers  
documents  et  s’il  le  souhaite,  lors  de  cette  consultation,  il  peut  se  faire  assister  d’un  expert.  
Ces  documents  sont  listés  à  L225-­‐115  c.com.  parmi  ces  documents,  on  trouve  l’inventaire  ,  
les  comptes  annuels  (bilan  et  compte  de  résultats),  les  rapports  du  conseil  d’administration  
et  du  commissaire  au  comptes,  les  projets  de  résolution,  éventuellement  des  notices  
relatives  aux  candidats  aux  fonctions  d’administrateurs  et  enfin  la  liste  des  actionnaires.  
L’actionnaire  peut  faire  une  photocopie  de  tous  ses  documents  sauf  de  l’inventaire  car  faut  
pas  que  les  documents  comptables  soient  mis  à  la  disposition  d’un  concurrent.  L’actionnaire  
peut  demander  la  communication  des  renseignements  suivants  :  

35  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ Le  montant  global  des  rémunérations  versées  au  5  ou  10  personnes  les  mieux  
rémunérées  selon  la  taille  de  l’entreprise.  
-­‐ La  liste  des  actions  de  parrainages  et  de  mécénats  et  montants  des  sommes  versées  à  
ce  titre.  
-­‐ La  liste  et  objets  des  conventions  courantes  conclues  à  des  conditions  normales.  

2. La  récéption  des  documents  

L’actionnaire  reçoit  ces  documents  soit  parce  qu  ils  les  a  demandé,  soit  parce  que  la  société  
a  adressé  des  formules  de  votes  par  correspondance  ou  procuration  et  dans  ce  cas,  cet  envoi  
doit  s  accompagner  de  diverses  informations  afin  qu  il  puisse  exercer  son  droit  de  vote  
defaçon  éclairée.  Parmi  ces  documents,  on  trouve  tout  les  documents  consultables  sur  place  
à  l’exception  de  l’inventaire  et  de  la  liste  des  actionnaires.  

3. Sanctions  du  défaut  d’information  

En  cas  de  défaut,  le  Pdt  du  T  de  commerce  statuant  en  référé  peut  soit  prononcer  une  
injonction  de  faire  sous  astreinte,  soit  désigner  un  mandataire  chargé  de  procéder  à  ces  
communications.  On  a  une  autre  sanction  plus  grave  :  l’assemblée  peut  etre  annulée  si  il  est  
prouvé  qu’un  actionnaire  n’a  pas  pu  exercer  son  droit  d’information.  C’est  prévu  à  L225-­‐121  
c.com.    

C) Les  questions  

Dès  qu’il  est  convoqué,  tout  actionnaire  à  la  possibilité  jusqu  à  l  ouverture  de  l’assemblée  de  
poser  au  dirigeant  des  questions  écrites  en  rapport  avec  l’ordre  du  jour  de  l’assemblé.les  
dirigeants  doivent  répondre  à  ces  questions  au  cours  des  débats  et  les  réponses  à  ces  
questions  sont  portées  sur  le  PV  de  l’assemblée  Æ  ça  peut  éclairer  d  autres  actionnaires  sur  
la  suspicion  que  peuvent  avoir  d  autres  actionnaires  (L225-­‐108).  Cette  possibilité  de  poser  
des  questions  doit  respecter  l’interet  social.    

Par  ailleurs,  ce  droit  de  poser  des  question  écrites  n’interdit  pas  aux  actionnaires  de  poser  
des  question  orales  au  cours  de  l’assemblée.  Les  questions  écrites  sont  un  préalables  à  la  
désignation  d’un  expert  de  gestion.  

D) La  procédure  d’alerte  

Les  actionnaires  représentant  au  moins  5%  du  K  ont  le  droit  de  poser  des  question  écrites  eu  
Pdt  du  conseil  d’admi  ou  au  directoire.  Le  texte  dit  :    «  sur  tout  fait  de  nature  à  
compromettre  la  continuité  de  l’exploitation  »(L225-­‐232  c.com).  

Dans  les  faits,  quand  y  a  une  question  posée  sur  le  fondement  de  l’art  L225-­‐232  Æc’est  que  
qqch  risque  de  compromettre  l’activité  de  l’exploitation.  

36  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
E) Les  demandes  d’expertise  

1. L’expertise  de  gestion  (L225-­‐231  c.com)  

«  une  association  d’actionnaires  où  1  ou  plusieurs  actionnaires  représentant  au  moins  5%  du  
K  social  soit  individuellement,  soit  en  se  regroupant  peuvent  poser  par  écrit  au  Pdt  du  
conseil  d’administration  ou  au  directoire  des  questions  sur  une  ou  plusieurs  opérations  de  
gestion  de  la  société  ».  

«  à  défaut  de  réponse  dans  un  délai  d’un  mois  ou  à  défaut  de  communication  d’éléments  de  
réponses  satifaisants,  ces  actionnaires  peuvent  demander  en  référé  la  désignation  d’un  ou  
plusieurs  experts  chargés  de  présenter  un  rapport  sur  une  ou  plusieurs  opération  de  
gestion.  »  

L’expertise  de  gestion  a  pour  objectif  de  donner  à  l’actionnaire  minoritaire  un  avis  
indépendant  sur  l’opportunité  d’une  opération  de  gestion.    

x Les  conditions  pour  demander  une  expertise  de  gestion  

La  nomination  d’un  expert  de  gestion  peut  etre  sollicitée  par  un  ou  plusieurs  actionnaires  
représentants  au  moins  1  ou  5  %  du  capital,  par  le  comité  d’entreprise,  par  le  ministère  
public,  par  l’AMF  qui  offrent  leurs  titres  au  public.  

L’objet  de  l  expertise  :  la  dde  doit  explicite  les  actes  de  gestion  que  les  demandeurs  
veulent  voir  controler.  On  peut  dire  que  la  jurisprudence  pose  des  limites  :  

-­‐ Il  est  impossible  d’obtenir  une  expertise  générale  sur  la    situation  de  la  société  càd  
que  les  ddeurs  doit  viser  des  actes  précis  et  seuls  ces  actes  pourront  etre  controlés.    
-­‐ La  jurisprudence  retient  une  définition  restrictive  de    la  notion  de  gestion  qui  exclut  
tout  contrôle  comptable.  En  fait,  la  juris  considère  que  l’expert  degestion  ne  doit  pas  
empiéter  sur  les  prérogatives  du  commissaire  aux  comptes.  C  est  une  justification  qui  
n  est  pas  bonne  car  le  commissaire  au  compte  vérifie  la  comptabilité    mais  la  
régularité  de  la  comptabilité  et  pas  l’opportunité.    
-­‐ L’expertise  de  gestion  ne  peut  pas  porter  sur  un  acte  émanant  de  l’assemblée  des  
actionnaires.    
 
x La  mission  de  l’expert    

C’est  le  Pdt  du  T  de  commerce  qui  définit  la  mission  et  l’étendue  du  pouvoir  de  l’expert  et  
l’expert  apprécie  en  opportunité  les  actes  qu  il  est  chargé  de  controler.  La  juridiction  saisie  
peut  mettre  les  honoraires  de  l  expert  à  la  charge  de  la  société  et  à  défaut,  le/les  
demandeur(s)  les  supporte(nt).  

37  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
x La  publicité  de  l’expertise  

Le  rapport  de  l’expert  fait  l’objet  d’une  publicité  importante.  D  abord,  il  est  communiqué  au  
demandeur  et  à  l’ensemble  des  personnes  et  institutions  qui  ont  le  droit  de  solliciter  une  
telle  nomination.  Par  ailleurs,  le  rapport  est  communiqué  au  conseil  d’administration  (  
société  à  forme  classique  monocéphale)  ou  au  directoire  de  conseil  de  surveillance  (  si  on  est  
dans  une  société  de  forme  bicéphale).  Le  rapport  est  adressé  aux  actionnaires  à  l’occasion  
de  la  prochaine  AG.  

2. L’expertise  in  futurum  (  art  145  CPC  )  

Cet  article  dispose  :  «    s’il  existe  un  motif  légitime  de  conserver  ou  d’établir  avant  tout  
procès  la  preuve  de  faits  dont  pourrait  dépendre  la  solution  d’un  litige,  les  mesures  
d’instruction  légalement  admissibles  peuvent  etre  ordonnées  à  la  demande  de  tout    
intéressé,  sur  requête  ou  en  référé.  »  Æil  se  situe  en  l’absence  de  procès  au  fond.  Cet  article  
permet  de  solliciter  du  juge,  ceci  en  l  absence  de  procès,  une  expertise  destinée  à  conserver  
la  preuve  des  faits  susceptibles  d’etre  invoqués  dans  un  litige  futur.  Rien  ne  s’oppose  à  ce  
que  cette  expertise  conserve  la  gestion  d’une  société.    

En  pratique,  le  recours  à  145  CPC  est  rare  car  cette  expertise  présente  2  défauts  par  rapports  
à  L  225-­‐231  c.com  :  

-­‐ Le  rapport  de  l’expert  n’est  communiqué  qu’aux  parties    


-­‐ Dans  le  cadre  de  145  CPC,  les  frais  d’expertise  sont  toujours  à  la  charge  du  
demandeur.  Dès  que  cette  expertise  repose  sur  le  demandeur,  il  y  a  des  risques  que  
ca  coute  très  cher.    

III. Le  droit  de  vote  des  actionnaires  

Le  legislateur  a  cherché  à  developper  des  techniques  qui  permettent  aux  actionnaires  de  
voter  sans  se  déplacer.    

L’actionnaire  peut  recourir  à  la  technique  de  la  représentation  (1),  cela  se  fait  par  une  
procuration,  une  personne  présente  votera  à  sa  place.    

Les  actionnaires  peuvent  voter  par  correspondance  L225-­‐107  c.com  (2).    

Les  actionnaires  peuvent  participer  aux  assemblées  par  des  moyens  de  télécommunication  
et  dans  ce  cas,  ils  peuvent  voter  par  l’internet  (3).  

A) L’exercice  du  droit  de  vote    

38  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Chaque  action  donne  droit  à  une  voie  au  moins.  Ce  ppe  est  d’ordre  public  puisque  toute  
clause  contraire  est  réputée  non  ecrite.  Toutefois,  il  est  possible  de  limiter  le  droit  de  vote  
d’un  actionnaire  et  cela  peut  se  faire  soit  par  une  suspension  du  droit  de  vote,  soit  parce  que  
l’actionnaire  à  renoncer  à  son  droit  de  vote  (2)  et  à  l’inverse,  la    loi  a  permis  l’emission  
d’action  à  droit  de  vote  double  (3).  

1. La  suspension  du  droit  de  vote  

Elle  peut  etre  prononcée  à  titre  de  sanction,  on  prive  l  actionnaire  de  son  droit  de  vote  parce  
qu  il  n  a  pas  rempli  une  de  ses  obligation.  Par  exemple,  L228-­‐29  c.com  dit  que  l  actionnaire  
qui  n  a  pas  libéré  son  apport,  s  il  n  a  pas  effectué  les  versements  exigibles,  est  privé  de  son  
droit  de  vote.  

La  suspension  du  droit  de  vote  occasionnelle  :  

La  suspension  peut  être  étendue  qd  l  actionnaire  est  dans  une  situation  de  conflit  d’intérêt.    

2. La  renonciation  conventionnelle  au  droit  de  vote  

C  est  le  problème  de  la  validité  des  conventions  de  vote.    

Dans  quelle  mesure  un  actionnaire  peut  il  s  engager  par  contrat  soit  à  ne  pas  voter  soit  à  
voter  dans  un  sens  ?    

La  renonciation  au  droit  de  vote  ne  peut  émaner  ni  des  statuts,  ni  de  la  volonté  préalable  des  
actionnaires.  On  estime  que  l’actionnaire  doit  pouvoir  garder  sa  liberté.    

En  principe,  les  conventions  de  vote  sont  interdites  et  ceci  parce  qu  elles  faussent  la  règle  de  
proportionnalité  au  sein  de  la  société  et  faussent  le  jeu  démocratique  de  l’assemblée.  En  
pratique,  la  jurisprudence  opère  des  distinctions.  Elle  considère  comme  nulle  les  conventions  
de  vote  passées  dans  un  interet  purement  egoiste,  par  ex,  elle  considère  qu  un  actionnaire  
ne  peut  pas  s  engager  par  avance  à  voter  en  faveur  d’un  administrateur.  En  revanche,  dans  d  
autres  arrets,  elle  a  admis  que  dans  un  groupe  de  sociétés  un  protocole  d’accords  puisse  
valablement  prévoir  une  répartition  égalitaire  des  sièges  d’administrateurs  afin  de  
permettre  un  contrôle  paritaire  dans  une  filiale  commune.  Le  sjuges  ont  relevé  que  cette  
convention  était  conforme  à  l’interet  social  et  donc  elle  est  valable.    

3. Les  actions  à  droit  de  vote  double  

La  loi  admet  l’emission  d’action  à  vote  double  dans  le  but  de  fidéliser  les  actionnaires.    Le  
régime  est  prévu  à  L225-­‐123  c.com.  d’abord,  le  droit  de  vote  double  doit  etre  attribué  par  les  
statuts  ou  par  des  assemblées  générales  extraordinaires  en  cours  de  vie  sociale.  Dans  ce  
second  cas,  le  droit  de  vote  double  ne  peut  etre  accordé  qu’aux  actions  pour  lesquelles  est  
justifiée  une  inscription  nominative  depuis  au  moins  2  ans  au  nom  du  meme  actionnaire.  Ce  

39  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
droit  de  vote  double  permet  une  fidélisation  des  actionnaires.  Ça  peut  etre  très  interessant  
pour  les  sociétés  d’OPA  inamicales.    

B) La  tenue  des  assemblées  

La  loi  reconnait  à  tout  actionnaire  le  droit  de  participer  et  d’assister  à  l’assemblée  et  toute  
clause  statutaire  contraire  est  réputée  non  écrite  (L225-­‐112  c.com).  mais  la  question  se  pose  
quand  l  action  fait  l’objet  d  un  démembrement  de  propriété.  Dans  ce  cas  là,  le  droit  de  vote  
appartient  à  l’usufruitier  dans  l’AGO  et  au  nu  propriétaire  dans  l’AGExtraordinaire  ceci  sauf  
disposition  statutaire  contraire  (  L225-­‐110  c.com).  

Le  droit  de  participer  aux  assemblées  est  protégé  pénalement  et  par  conséquent,  celui  qui  
sciemment  aura  empeché  un  actionnaire  de  participer  à  une  assemblée  pourra  voir  sa  
responsabilité  pénale  engagée  (L242-­‐9  c.com)  

1. L’AGO  
x Cpt’  :  

Elle  est  compétente  pour  prendre  toute  décision  qui  n  entraine  pas  la  modification  des  
statuts.  De  façon  plus  précise,  l’AG  se  prononce  sur  les  questions  relatives  aux  comptes  de  la  
société,  elle  décide  de  l’affectation  du  résultat  et  elle  se  prononce  aussi  sur  les  questions  
relatives  à  l’organisation  interne  de  la  société.  

L’AGO  est  compétente  pour  autoriser  certains  actes  de  gestion  et  elle  approuve  les  
conventions  réglementées  et  par  ailleurs,  les  statuts  peuvent  prévoir  que  certains  actes  de  
gestion  ou  certaines  opérations  devront  etre  autorisées  par  l’AGO  (=  pouvoir  revient  aux  
associés).  

x Le  fonctionnement  
-­‐ Initiative  de  la  convocation  :  en  ppe,  seul  le  conseil  d  admi  ou  le  directoire  peut  
valablement  convoquer  l’AGO.  A  défaut,  l’AGO  peut  etre  convoquée  par  les  
commissaires  aux  comptes,  par  le  liquidateur,  par  un  mandataire  désigné  en  justice.  
-­‐ Forme  et  délai  de  convocation  :  un  avis  de  convocation  doit  etre  publié  dans  un  JAL  
du  département  du  siège  social  ou  etre  adressé  par  lettre  aux  actionnaires  détenant  
des  titres  nominatifs(=  actions  dont  on  connait  le  titulaire)  au  moins  15  jours  avant  la  
tenue  de  l’assemblée.  L’avis  de  convocation  doit  indiquer  le  jour,  l’heure  et  le  lieu  de  
l’assemblée  ainsi  que  les  modalités  du  vote  par  correspondance.  Par  ailleurs,  l’avis  
doit  indiquer  l’ordre  du  jour,  et  l’assemblée  ne  peut  pas  délibérer  sur  des  questions  
qui  n’auraient  pas  été  inscrites  à  l’ordre  du  jour.  La  sanction  serait  la  nullité  de  la  
délibération  et  les  dirigeants  encourent  des  sanctions  pénales.  La  seule  exception  au  
principe  de  fixité  de  l’ordre  du  jour  concerne  la  révocation  «  ad  nutum  »  des  
administrateurs  ou  des  membres  du  conseil  de  surveillance.  
-­‐ Tenue  de  l’assemblée  :  en  ppe,  tout  actionnaire  possédant  un  droit  de  vote  peut  
participer  aux  assemblées  d’actionnaires  et  l’actionnaire  peut  se  faire  representer  
40  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
par  un  mandataire  et  en  ppe,  ce  mandataire  ne  peut  etre  qu’un  autre  actionnaire  ou  
eventuellement  son  conjoint.  L’actionnaire  peut  )t  donner  procuration  mais  faut  faire  
attention  à  la  pratique  de  la  procuration  en  blanc  car  dans  ce  cas,  on  considère  qu  il  
revient  au  président  de  l’assemblée  d’exercer  le  droit  de  vote.l’actionnaire  peut  voter  
par  correspondance  ou  par  l’internet.  D’autres  personnes  que  lui  peuvent  aussi  
assister  à  l’assemblée  comme  des  commissaires  aux  comptes,  les  titulaires  
d’obligations  qui  doivent  désigner  leur  représentant  à  l’assemblée  générale  des  
actionnaires.  La  loi  ne  prévoit  pas  que  le  comité  d’entreprise  puisse  envoyer  un  
representant  à  l’AG.  
-­‐ Conditions  de  validité  et  de  majorité  :  la  tenue  de  l’assemblée  exige  à  peine  de  nullité  
l’établissement  d’une  feuille  de  présence.  Toujours  à  peine  de  nullité,  l  assemblée  ne  
peut  délibérer  que  sous  respect  des  conditions  de  «  quorum  »  (=  nombre  minimal  de  
personnes  qui  doivent  etre  présentes  dans  une  assemblée).  Sur  première  
convocation,  l’assemblée  ne  délibère  valablement  que  si  les  actionnaires  présents  ou  
représentés  possèdent  au  moins  le  5ème  des  actions  ayant  le  droit  de  vote,  autrement  
dit,  les  actionnaires  presents  doivent  representer  au  moins  20%  des  droits  de  vote.  
Sur  la  2ème  convocation,  aucun  quorum  n’est  requis.  Les  décisions  sont  prises  à  la  
majorité  des  voies  des  actionnaires  présents  ou  représentés.    
-­‐ Sanctions  des  règles  de  convocation  :  faut  distinguer  les  nullités  obligatoires  et  
facultatives.  Concernant  les  sanctions  de  convocation,  la  nullité  est  obligatoire  en  cas  
de  violation  des  dispositions  régissant  l’ordre  du  jour.  En  revanche,  la  nullité  n’est  
que  facultative(=  lorsque  le  texte  dit  que  le  juge  peut  annuler  càd  qu  on  est  en  
présence  de  circonstances  où  le  juge  a  un  pouvoir  d’appréciation)  concernant  toute  
irrégularité  dans  la  convocation.  
-­‐ Sanctions  des  règles  de  tenue  de  l’assemblée  :  l’art  L225-­‐121  c.com.  énumère  
différents  cas  des  nullités  des  délibérations  des  assemblées  d’actionnaires.  Parmi  ces  
cas,  doivent  etre  obligatoirement  annulés  les  délibérations  prises  en  violation  des  
règles  relatives  à  la  cpt’,  au  quorum  ou  à  la  majorité.  A  l’ordre  du  jour  ou  à  la  feuille  
de  présence  ainsi  que  les  délibérations  prises  en  l’absence  du  rapport  du  conseil  
d’administration  et  du  rapport  du  directoire  et  du  conseil  de  surveillance  et  du  
rapport  du  commissaire  aux  comptes.  Par  ailleurs,  l’assemblée  peut  également  etre  
annulée  en  cas  de  fraude.  L’action  en  nullité  se  prescrit  par  3  ans  à  partir  du  jour  où  
la  nullité  est  encourue.  
   
2. L’AGE    
x Cpt’  :  en  ppe,  l’AGE  est  le  seul  organe  habilité  par  la  modification  des  statuts  (  L225-­‐
96  c.com).  ce  pouvoir  est  d’ordre  public.  Par  ailleurs,  il  s’agit  de  ses  fonctions  
normales  mais  rien    n’empeche  l’AGE  de  prendre  des  décisions  qui  normalement,  
appartiennent  à  l’AGO.  
Exceptions  :  l’AGE  ne  peut  pas  prendre  de  décisions  dans  certains  domaines.  En  
premier  lieu,  elle    ne  peut  pas  priver  un  actionnaire  de  l’un  de  ses  droit  propre  ni  

41  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
augmenter  l’engagement  des  actionnaires.  Par  exemple,  l’AGE  ne  peut  pas  obliger  
des  actionnaires  à  faire  des  apports  supplémentaires.  De  meme,  l’AGE  ne  peut  pas  
décider  la  transormation  de  la  SA  en  SNC  car  ça  reviendrait  à  augmenter  
l’engagement  des  associés,  ils  seront  tenus  indéfiniement  et  solidairement.  En  
second  lieu,  l’AGE  ne  peut  changer  la  nationalité  de  la  société  en  transférant  le  siège  
social  de  la  société  à  l’etranger  si  le  pays  d’accueil  n’a  pas  conclu  avec  la  France  une  
convention  spéciale  permettant  à  la  société  d’acquérir  sa  nationalité  sans  perdre  sa  
personnalité  juridique.  (L225-­‐978  c.com).  Æ  le  lieu  du  siège  social  est  un  élément  des  
statuts.  Sauf  qu  au  regard  du  droit  français,  ce  qui  permet  de  determiner  la  
nationalité  de  la  société  c  est  le  lieu  du  siège  social.  Donc  si  on  transfert  le  siège,  la  
nationalité  est  changée.  Mais  si  aucune  convention  n  est  prévue  entre  les  parties,  on  
aboutit  à  des  csqces  au  niveau  fiscal  etc  …  
 
x Le  fonctionnement  
 
1. L’accès  à  l’AGE  

L225-­‐113  c.com  prévoit  que  tout  actionnaire  peut  participer  au  AGE  et  ceci,  quelque  soit  sa  
participation  au  capital.  Toute  clause  contraire  est  réputée  non  écrite.  

2. Quorum  et  majorité  

L’AGE  ne  délibère  valablement  que  si  les  actionnaires  présents  ou  représentés  possèdent  au  
moins  sur  1ère  convocation  le  quart  des  actions  ayant  le  droit  de  vote  et  sur  2ème  
convocation,  le  5ème  des  actions  ayant  le  droit  de  vote.  

Pour  la  majorité,  l’AGE  statut  à  la  majorité  des  2/3  des  voies  des  actionnaires  présents  ou  
représentés.  Æ  ça  veut  dire  qu’une  minorité  qui  détient  +  d’1/3  des  voies  peut  s’opposer  à  
toute  modification  des  statuts.  Cette  minorité  est  appelé  «    la  minorité  de  blocage  »,  elle  
peut  parfois  conduire  à  des  «  abus  de  minorité  ».  donc  ,  sous  certaines  conditions,  la  
minorité  de  blocage  peut  se  voir  reprocher  un  abus  de  minorité.  

3. Publicité  

Toute  modification  des  statuts  doit  faire  l’objet  d’une  publicité.  Il  existe  une  publicité  dans  
un  JAL,  au  gref  du  T  de  commerce,  et  au  RCS.  Ces  publicités  sont  absolument  nécéssaire  pour  
rendre  la  modification  des  statuts  opposables  aux  tiers.  

IV. Les  droits  patrimoniaux    

42  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
x Le  droit  aux  dividendes  :  comme  tout  participant  au  K  d’une  société,  l’actionnaire  a  
droit  aux  dividendes.  Pour  qu  il  y  ait  distribution  de  dividendes  il  faut  qu  il  y  ait  un  
bénéfice  à  distribuer  sinon  il  y  aurait  «    distribution  des  dividendes  fictives  ».  par  
ailleurs,  le  bénéfice  de  la  société  peut  etre  utilisé  au  moins  en  partie  pour  constituer  
ce  que  l’on  appelle  des  «  reserves  »  (  =  ce  qui  fait  partie  des  capitaux  propres)    qui  
peuvent  etre  des  «    reserves    légales  »  ou  des  «  reserves  statutaires  »  (  =  qui  
apparaissent  sur  les  statuts).  
x Le  droit  aux  reserves  /  sur  les  réserves  :  ce  droit  se  traduit  tout  particulièrement  par  
le  droit  préférentiel  de  souscription  dont  disposent  les  actionnaires  lors  d’une  
augmentation  de  capital  et  par  la  prime  d’émission  qui  augmente  le  prix  des  actions  
nouvelles.  Les  actionnaires  ne  profitent  pas  de  ces  reserves  mais  quand  les  société  
est  dissoute,  ils  vont  pouvoir  recevoir  les  reserve  mais  les  donner  aux  créanciers.  
Mais  au  sein  d’une  société  peut  etre  décidée  une  augmentation  de  capital  car  il  y  a  
présence  de  reserves.  
x Le  droit  au  boni  de  liquidation  :  à  la  dissolution  de  la  société,  lorsque  le  passif  est  
réglé  et  quand  l’actif  est  réalisé,  chaque  actionnaire  reçoit  une  part  égale  au  nominal  
et  de  l’action.  Le  boni  de  liquidation  (  argent  qui  reste  une  fois  que  chaque  
actionnaire  à  recuperer  l  argent  investi)  est  réparti  entre  les  actionnaires  dans  les  
memes  proportions  que  leur  participation  au  capital  social.    

Section  3  :  Les  controles  

Controles  internes  càd  exercés  par  les  organes  de  la  société  et  les  controles  externes  ,  càd  
ceux  exercés  par  des  personnes  physiques  ou  moral  qui  interviennent  dans  la  société  mais  
qui  ne  sont  pas  des  organes  de  la  société.  

I. Les  controles  internes  

Pb  :  les  conventions  passées  entre  la  société  et  certaines  personnes  en  raison  du  risque  de  
conflit  d’interet  qui  les  caractérise.  

Notion  de  convention  reglementée  :  certaines  conventions  sont  soumises  à  un  régime  
particulier  car  une  partie  à  la  convention  est  placée  dans  une  position  privilégiée  par  rapport  
à  la  société  et  l’on  craint  qu’elle  profite  de  cette  position  pour  conclure  un  contrat  avec  la  
société    à  des  conditions  qui  sont  très  avantageuses  pour  elle.  La  loi  LRE  du  15  mai  2001  a  
élargi  le  champ  d’application  des  conventions  règlementées  et  a  ainsi  renforcé  le  contrôle  
des  actionnaires,  exercés  par  les  actionnaires  au  sein  de  la  société.    

A) Les  conventions  réglementées  stricto  sensu    

43  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

1. Définition  

La  SA  classique  (  L225-­‐38  c.com  )  :  il  s  agit  de  toute  convention  intervenant  directement  ou  
par  personnes  interposées  entre  la  société  et  son  DG,  l’un  de  ses  DGD,  l’un  de  ses  
administrateur,  l’un  de  ses  actionnaire  disposant  d’une  fraction  des  droit  de  vote  supérieure  
à  10%  ou  s’il  s’agit  d’une  société  actionnaire,  la  société  la  controlan.  

La  SA  avec  directoire  :  sont  visées  les  conventions  intervenant  entre  la  société  et  un  membre  
du  directoire  ou  un  membre  du  conseil  de  surveillance.  

L225-­‐38  al.2  :  «    les  personnes  visées  par  les  conventions  reglementées  sont  les  mandataires  
sociaux  de  la  SA,  les  actionnaires  détenant  une  fraction  des  droits  de  vote  supérieure  à  10%  
ainsi  que  les  sociétés  qui  controlent  une  société  actionnaire  disposant  d’une  fraction  de  droit  
de  vote  supérieure  à  10%.  Par  ailleurs,  le  domaine  d’application  des  conventions  
reglementées  s’étend  aux  conventions  auxquelles  ces  memes  personnes  sont  indirectement  
intéressées  ou  dans  lesquels  elles  contractent  par  personnes  interposées.  (Æ  ça  veut  dire  
que  si  la  convention  n  est  pas  passée  par  le  DG  mais  avec  son  épouse,  dans  ce  cas  on  
applique  la  procédure  des  conventions  réglementées.)  

Le  procédure  des  conventions  réglementées  (  L225-­‐38  al.3)  est  aussi  applicable  aux  
conventions  conclues  entre  la  société  et  une  entreprise  si  le  DG,  l’un  des  DGD  ou  l’un  des  
administrateur  de  la  société  est  propriétaire  associé  indéfiniment  responsable,  gérant,  
administrateur,  DG,  membre  du  conseil  de  surveillance  ou  de  façon  générale,  dirigeant  de  
l’entreprise.  

2. Champ  d’application  de  la  procédure    

La  procédure  des  conventions  reglementées  ne  s  applique  pas  aux  opérations  qui  font  l’objet  
de  garanties  légales  spécifiques.  Si  y  a  fusion  entre  2  sociétés,  on  verra  que  y  a  bcp  de  
dispositions  applicables  à  la  fusion.  Les  rémunérations  du  Pdt  Du  CA  et  du  DG  ne  sont  pas  
soumises  à  la  procédure  des  conventions  reglementées  ce  qui  est  regretable.  Les  lois  Breton  
(  Juillet  2005  )et  la  loi  TEPA  (  Travail  Emploi  et  Pouvoir  d’  Achat,  Aout  2007  )  soumettent  les  
modalités  de  départ  des  dirigeants  des  sociétés  (  cotées  en  bourses  )  à  la  procédure  des  
conventions  reglementées  (L225-­‐42-­‐1  c.com).  plus  précisément,  les  textes  visent  les  
engagements  pris  au  bénéfice  leur  président  directeurs  généraux  ou  directeurs  généraux  
délégués,  par  la  société  elle-­‐même  ou  par  toute  société  controlée  ou  qui  la  contrôle  et  
correspondant  à  des  éléments  de  rémunération,  des  indemnités  ou  des  avantages  dus  ou  
susceptibles  d’etre  dus  à  raison  de  la  cessation  ou  du  changement  de  ses  fonctions  ou  
postérieurement  à  celle-­‐ci.  Æ  ici  ,  ce  qui  est  visé  c  est  :  les  parachutes  et  dorés  et  les  
retraites  chapeaux    .    

3. La  procédure  des  conventions  reglementées  

44  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

x 1ère  étape  :    la  personne  interessée  doit  informer  le  conseil  d’administratin  ou  le  
conseil  de  surveillance  (  si  on  est  dans  une  société  avec  directoire  )  de  la  convention  
projetée.  
x 2ème  étape  :  le  conseil  d’administration  ou  le  conseil  de  surveillance  donne  alors  son  
autorisation  préalable  à  la  conclusion  de  la  convention  et  là,  l’interessé  ne  prend  pas  
part  aux  votes.    
x 3ème  étape  :  le  PDT  du  CA  ou  Conseil  de  surveillance  doit  informer  le  commissaire  aux  
comptes  de  la  conclusion  de  la  convention.  
x 4ème  étape  :  le  commissaire  aux  comptes  fait  un  rapport  spécial  qui  précise  les  
caractéristiques  essentielles  de  la  convention  et  l’identité  des  personnes  intéressées.  
Dans  ce  rapport,  il  y  a  des  informations  objectives.  
x 5ème  étape  :  après  audition  du  rapport  spécial,  l’AG  statut  sur  la  convention  càd  qu  
elle  va  l’approuver  ou  non  et  là  encore,  l’intéressé  ne  prend  pas  part  au  vote.  

4. Sanctions  en  cas  de  non  respect  de  la  procédure  

Convention  conclue  sans  autorisation  préalable  du  conseil  d’administration  :  la  convention  
est  nulle  si  elle  entraine  des  conséquences  dommageables  pour  la  société  (  L225-­‐42  c.com).  
maisi  la  nullité  peut  etre  couverte  par  un  vote  de  l’AG  intervenant  sur  rapport  spécial  des  
commissaires  aux  comptes  qui  exposent  les  raisons  pour  lesquelles  la  procédure  
d’autorisation  n  a  pas  été  suivie.  Cette  action  en  nullité  se  prescrit  par  3  ans  à  compter  de  la  
date  de  la  convention  ou  de  la  révélation  de  l’existence  de  cette  convention  si  la  convention  
était  dissimulée.    

Convention  non  approuvée  par  l’AGO  :  L225-­‐41  c.com  précise  que  les  conventions  qu’elles  
soient  ou  non  approuvées  par  l’AG  produisent  leurs  effets  à  l’égard  des  tiers  sauf  lorsqu’  
elles  sont  annulées  pour  fraude.  de  façon  générale,  on  dit  que  la  fraude  corrompt  tout  donc  
y  aurait  nullité.  La  sanction  est  qu’en  l’absence  de  fraude,  les  csqces  préjudiciables  à  la  
société  des  conventions  réglementées  qui  ont  été  désapprouvées  peuvent  être  mises  à  la  
charge  de  la  personne  intéressée  et  éventuellement  de  l’ensemble  du  conseil  
d’administration.  

Si  la  convention  n  a  p  as  été  soumise  à  l’assemblée,  dans  ce  cas,  l’absence  de  vote  de  
l’assemblée  n’entraine  pas  la  nullité  de  la  convention  mais  la  responsabilité  de  la  personne  
intéressée.  La  solution  est  la  meme  si  on  ne  demande  pas  au  commissaire  aux  comptes  de  
faire  un  rapport  ou  alors  si  ce  rapport  a  été  fait  mais  n  a  pas  été  transmis  à  l  assemblée.  

B) Les  conventions  libres  

45  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Au  terme  de  L225-­‐39  c.com  :  «  une  convention  est  libre  lorsqu’elle  porte  sur  des  opérations  
courantes  et  conclues  à  des  conditions  normales.  »  les  opérations  courantes  sont  les  
opérations  qui  sont  effectuées  de  manière  habituelles  dans  le  cadre  de  son  activité  par  la  
société.    

Les  conditions  normales  sont  les  conditions  dans  lesquelles  sont  habituellement  conclues  
des  conventions  semblables  aussi  bien  dans  la  société  concernée  que  dans  les  sociétés  
intervenant  dans  le  meme  secteur  d’activité.  

Le  législateur  impose  à  l’intéressé  l’obligation  de  communiquer  l’information  au  Pdt  du  
conseil  d’admi.  L’objet  et  la  liste  d’une  convention  libre  sont  communiqués  par  le  pdt  aux  
membres  du  conseil  d’admi  et  au  commissaire  aux  comptes.  

C) Les  conventions  interdites    

Ces  conventions  sont  visées  à  L225-­‐43  c.com  qui  précise  que  :  «  les  conventions  interdites  
sont  celles  par  lesquelles  les  administrateurs,  le  DG  (=  directeur  général)  ,  les  DGD  (  
directeurs  généraux  délégués)  contractent  des  emprunts  auprès  de  la  société,  se  font  
consentir  par  elle  un  découvert  ou  encore,  se  font  cautionner  ou  avaliser  par  elle  leurs  
engagements  envers  les  tiers.  »  La  meme  interdiction  s’étend  aux  conjoints,  ascendants  et  
descendants,  de  ces  personnes  au  représentant  permanent  de  personnes  morales  
administrateurs  ainsi  qu’aux  personnes  interposées.  La  sanction  du  non  respect  de  cette  
interdiction  c  est  la  nullité  absolue  de  l’opération.  

Il  existe  quand  meme  des  exceptions  (les  memes  que  la  SARL  )  :    

-­‐ L’interdiction  de  conclure  des  conventions  interdites  ne  s  applique  pas  aux  
administrateurs  personnes  morales  car  ainsi,  la  convention  de  prêt,  d’avance  ou  de  
découvert  est  autorisée  entre  sociétés  d’un  meme  groupe.  On  entre  dans  ce  cas  dans  
le  cadre  d’une  convention  reglementée  car  la  convention  n’est  pas  tout  à  fait  libre.  
-­‐ Cette  interdiction  ne  s’applique  pas  entre  un  administrateur  et  une  société  
établissement  de  crédits  si  l’opération  est  courante  et  conclue  à  des  conditions  
normales.  Dans  ce  cas,  on  entre  dans  le  cas  des  conventions  libres  car  y  a  pas  de  
contrôle.  

II. Les  contrôles  externes  

A) Les  commissaires  aux  comptes  

46  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Ils  sont  apparus  dans  les  SA  en  raison  de  l  absence  des  controles  de  fait  des  actionnaires  sur  
la  société  et  aussi  pour  se  protéger  de  l’incompétence  de  certains  actionnaires.  

Le  législateur  s  est  aperçu  de  l’incapacité  des  associés  à  approuver  les  comptes.  Mais  par  une  
loi  de  1867,  pour  rendre  plus  efficace  le  contrôle  des  assemblées,  le  législateur  a  prévu  la  
nomination  de  commissaires  chargés  de  vérifier  les  comptes.  Pendant  longtps,  leurs  mission  
était  restreinte  mais  avec  le  temps  et  une  législation  sur  la  réglementation  des  sociétés,  les  
commissaires  aux  comptes  vérifient  la  régularité  de  la  vie  juridique  de  la  société  en  plus  des  
comptes.  Le  commissaire  aux  comptes  aujourd’hui  exerce  leurs  fonctions  de  manière  
permanente.  Pour  exercer  ces  fonctions,  les  commissaires  aux  comptes  sont  dotés  de  
pouvoir  d’investigation  importants.  au  début,  ils  intervenaient  dans  la  vie  sociale  pour  aider  
les  associés  dans  l’approbation  des  comptes  mais  aujourd’hui,  ils  sont  meme  importants  
pour  les  tiers,  pour  un  banquier  (  qui  par  exemple  accorde  un  prêt  à  une  société  et  qui  veut  
etre  rassuré)  et  meme  pour  les  dirigeants  (  ils  peuvent  s  appuyer  sur  les  commissaires  aux  
comptes).  Le  statut  et  les  missions  des  commissaires  aux  comptes  ont  fait  l’objet  
d’importantes  modifications  avec  la  loi  du  1er  aout  2003  relative  à  la  sécurité  financière.    

1. Statuts  des  commissaires  aux  comptes  

Ils  sont  soumis  à  un  double  statut  en  tant  que  membre  d’une  profession  libérale  d’une  part  
et  en  tant  qu’organe  sociaux  chargés  d’une  mission  de  surveillance  des  comptes  d’autre  
part.    

Dans  la  loi  de  1867,  les  commissaires  étaient  considérés  comme  des  «  mandataires  
sociaux  ».  Mais  on  ne  peut  pas  dire  que  ce  sont  des  mandataires  sociaux  car  de  façon  
générale,  un  mandataire  conclu  des  actes  juridiques  au  nom  et  pour  le  compte  de  son  
mandat  :  autrement  dit,  le  mandataire  représente  son  mandant.  Aujourd’hui,  on  a  tendance  
à  dire  malgré  tout  que  le  commissaire  au  compte  est  un  «  organe  de  la  société  »  (  doute  sur  l  
expression  car  il  n  est  pas  dans  la  société),  certains  parlent  d  organe  «  supra  social  de  
contrôle  »  =  organe  qui  ne  fait  pas  partie  de  la  société.  

-­‐nomination  :  toutes  les  SA  doivent  avoir  un  commissaire  aux  comptes.  Si  elles  publient  des  
«  comptes  consolidés  »,  elles  doivent  en  avoir  2.  Le  défaut  de  désignation  d’un  commissaire  
au  compte  constitue  une  «  faute  de  gestion  »  et  le  dirigeant  qui  aurait  du  en  nommé  un,  
s’expose  à  une  sanction  pénale.  Par  ailleurs,  la  loi  frappe  de  nullité  toutes  les  délibérations  
prisent  à  défaut  de  désignation  régulière  du  commissaire  aux  comptes.  En  tant  qu’organe  
social,  le  commissaire  aux  comptes  est  nommé  soit  par  les  statuts  lors  de  la  constitution  de  
la  société,  soit  par  l’AG  en  cours  de  vie  sociale.  Par  ailleurs,  la  loi  a  édicté  un  certain  nombre  
d’incompatibilités  (ex  :  un  commissaire  ne  peut  pas  devenir  dirigeant  de  la  société  à  la  fin  de  
ses  fonctions  de  commissaire  au  compte  (  et  inversement  )  )  visant  à  garantir  leur  
indépendance  vis-­‐à-­‐vis  de  la  société.  la  loi  sur  la  sécurité  financière  a  renforcé  cette  exigence  
d’indépendance.  Les  commissaires  sont  désignés  pour  «  6  exercices  »  et  donc  leur  mandat  
expire  après  la  réunion  de  l’AGO  qui  statut  sur  les  comptes  du  6ème  exercice  (  L225-­‐229  

47  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
c.com).  sauf  qu’ils  sont  en  ppe  immédiatement  et  indéfiniment  rééligibles.  Il  s  agit  d  un  ppe  
mais  on  peut  toujours  décider  le  contraire.  D  ailleurs  le  non  renouvellement  d’un  
commissaire  au  compte  n  a  pas  à  etre  motivé  toutefois,  lorsqu  à  l’expiration  de  ses  fonctions  
il  est  proposé  de  ne  pas  le  renouveler,  le  commissaire  aux  comptes  doit  etre  entendu  par  
l’AG  s’il  le  demande  car  y  a  le  risque  que  des  dirigeants  décident  de  ne  pas  le  renouveler  car  
ils  estiment  que  le  commissaire  est  trop  pointilleux  etc  …    

-­‐  cessation  des  fonctions  :  elle  peut  prendre  la  forme  d’une  démission,  d’une  récusation  ou  
d’une  révocation  en  justice  :  

    *  démission  :  le  commissaire  peut  démissionner  avant  l’expiration  normale  de  


ses  fonctions  mais  cette  démission  ne  doit  pas  porter  préjudice  à  la  société  (  ex  :  respect  d  
un  délai  de  préavis  etc  …)  

    *  récusation  :  elle  a  pour  objet  d’écarter  de  ses  fonctions  un  commissaire  aux  
comptes  dont  la  cpt’  ou  l’indépendance  serait  suspectés  (  ex  :  un  commissaire  qui  épouse  la  
fille  d’un  dirigeant  etc  …).  La  récusation  est  toujours  judiciaire  donc  c  est  le  juge  qui  récuse  et  
elle  est  soumise  à  des  conditions  strictes.  Elle  ne  peut  etre  prononcée  que  pour  juste  motif  
càd  qu  il  faut  apporter  la  preuve  que  certaines  circonstances  permettent  de  suspecter  
sérieusement  sa  cpt’,  son  honorabilité  ou  son  indépendance.    

    *  révocation  :  elle  a  aussi  lieu  en  justice,  on  parle  nécessairement  de  
«  révocation  en  justice  »  et  on  dit  qu  il  est  «  rellevé  de  ses  fonction  ».  la  révocation  est  
prononcée  quand  on  est  en  présence  d’une  faute  ou  d’un  empechement  du  commissaire  au  
compte.    

(  la  prof  a  supprimé  la  rémunération)  

2. Les  attributions  des  commissaires  aux  comptes    

x La  mission  permanente  de  contrôle  des  comptes  L225-­‐235  al.1  c.com  «    …  que  les  
comptes  sont  réguliers  et  sincères  et  donnent  une  image  fidèle  du  résultat  des  
opérations  de  l’exercice  écoulé  ainsi  que  de  la  situation  financière  et  du  patrimoine  
de  la  société  à  la  fin  de  l’exercice  ».  le  commissaire  aux  comptes  n  a  pas  pour  mission  
de  certifier  l’exactitude  des  compte  mais  seulement  leur  sincérité  et  leur  régularité.  
Une  fois  son  contrôle  effectué,  le  commissaire  est  tenu  d’une  stricte  mission  :    
-­‐ Il  informe  les  dirigeants  sociaux  du  résultat  de  ses  contrôles    
-­‐ Il  prend  la  décision  de  certifier  les  comptes  avec  ou  sans  réserve  ou  de  ne  pas  les  
certifier  (  cest  très  rare  )  

48  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ Il  présente  un  rapport  à  l’AG  chargée  d  approuver  les  comptes  de  l’exercice  et  dans  
ce  rapport  il  va  dire  pk  il  a  mis  des  réserves  ou  pk  il  a  refusé  de  certifier  les  comptes.  

L’AG  qui  arrêterait  les  comptes  sociaux  en  l’absence  d’un  rapport  du  commissaire  au  
comptes  serait  nulle  parce  qu’on  aura  estimé  qu  elle  ne  se  sera  pas  exprimée  de  manière  
«  éclairée  »  mais  attention,  l’assemblée  n  est  pas  liée  par  l’avis  du  commissaire  aux  comptes.  

x Les  missions  occasionnelles  du  commissaire  aux  comptes  :  mission  d’information  et  
devoir  d’alerte.  
 
-­‐ La  mission  d’information  :  elle  s  est  beaucoup  développée  ces  dernières  années.  La  
loi  de  sécurité  financière  l  a  fait  pour  les  sociétés  qui  offrent  leurs  titres  au  public.  Le  
comité  d’entreprise  peut  convoquer  le  commissaire  aux  comptes  afin  que  lui  soient  
données  des  informations  sur  les  comptes  et  la  situation  financière  de  l’entreprise.  
par  ailleurs,  le  commissaire  aux  comptes  doit  révéler  au  procureur  de  la  République  
les  faits  délictueux  dont  il  aurait  pu  prendre  connaissance  au  cours  de  
l’accomplissement  de  sa  mission.  Si  il  ne  le  fait  pas,  il  s  expose  à  des  sanctions  
pénales.      
-­‐ Le  devoir  d’alerte  :  au  terme  de  L234-­‐1  c.com,  dès  lors  qu’il  a  relevé  à  l’occasion  de  
l’exercice  de  sa  mission  des  faits  de  nature  à  compromettre  la  continuité  de  
l’exploitation,  le  commissaire  aux  comptes  doit  en  informer  les  dirigeants  sociaux.    

B) Le  comité  d’entreprise    

Ce  comité  peut  convoquer  les  commissaires  aux  comptes  pour  dder  les  explications  sur  les  
différents  documents.  Il  peut  demander  en  justice  la  récusation  d’un  commissaire  aux  
comptes.  Ce  comité  peut  initier  la  procédure  d’alerte  lorsqu’il  a  connaissance  de  faits  de  
nature  à  affecter  la  situation  économique  de  l’entreprise.  

De  façon  générale,  y  a  d  autres  prérogatives  issues  de  la  loi  NRE  du  15  mai  2001,  elles  se  
développent  d’années  en  années.  L’idée  est  de  dire  qu’il  faut  que  le  salarié  puisse  etre  
informé  de  la  situation  de  son  entreprise.  Parmi  ces  nvelles  prérogatives,  le  comité  peut  dder  
la  désignation  en  justice  d’un  mandataire  chargé  de  convoquer  l’AG  en    cas  d’urgence  et  il  
peut  dder  à  ce  que  soient  inscrit  des  projets  de  résolution  à  l’ordre  du  jour  de  l’AG.  Par  
ailleurs,  la  loi  accorde  un  pouvoir  important  aux  comités  d’entreprises  en  cas  d’OPA  (  
sociétés  cotés  …  ).    

C) Autorité  des  marchés  financiers  

C’est  une  institution  qui  a  un  pouvoir  d’enquete  important,  un  pouvoir  reglementaire.  L’AMF  
peut  édicter  des  règles  de  caractère  général  qui  vont  s’appliquer  aux  sociétés.  Par  ailleurs,  
elle  peut  prendre  des  décisions  individuelles  (  ex  :  elle  octroi  des  visas…).  Elle  a  aussi  un  

49  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
pouvoir  d’investigation  renforcé,  elle  a  un  droit  de  visite  dans  les  sociétés  et  peut  saisir  les  
documents  qu’elle  estime  utiles.  Elle  agira  si  elle  pense  qu’il  y  a  des  délits  d’initiés  (  =  un  
dirigeant  a  des  informations  confidentielles  et  en  a  profiter  pour  vendre  ou  acheter  des  
actions)  car  il  faut  la  transparence  sur  le  marché.  

L’AMf  peut  aussi  prononcer  des  sanctions  pécuniaires.  Elles  ne  doivent  pas  dépasser  1,5  
millions  d’euros.  

Chapitre  3  :  les  mutations  de  la  SA  

Les  mutations  les  plus  courantes  portent  sur  le  montant  du  capital  :  on  parle  de  variations  du  
capital  social.  

Au  cours  de  la  vie  sociale,  certaines  sociétés  peuvent  se  restructurer  :  2  sociétés  peuvent  
fusionner  entre  elles.  

Certaines  mutations  mettent  en  cause  l’existence  meme  d’une  société.  

   

 Section  1  :  les  variations  de  capital  

C’est  en  fonction  de  la  part  de  capital  détenue  par  un  actionnaire  que  l’on  détermine  son  
nombre  de  droits  de  vote  et  donc  cela    détermine  son  pouvoir  au  sein  de  la  société.    

I. L’augmentation  de  capital  

Si  une  société  connait  un  passage  difficile  et  si  elle  veut  faire  appel  à  un  nouvel  investisseur,  
ce  dernier    va  accepter  d’investir  que  s’il  peut  obtenir  une  part  substantielle  du  capital  voire  
meme  s’il  peut  contrôler  cette  société.  

Parfois,  il  arrive  qu’un  établissement  bancaire,  avant  de  faire  un  prêt,  exige  que  le  capital  
soit  renforcé.  

Sur  le  plan  fiscal,  l’augmentation  de  capital  ne  pose  pas  de  problème.    Il  donne  lieu  à  un  droit  
de  375  €  et  ce  droit  est  porté  à  500€  pour  les  sociétés  ayant  un  capital  de  moins  de  125  000  
€.    

Cette  augmentation  peut  se  faire  par  :  

A) L’augmentation  de  capital  par  rapport  aux  nouveaux  

50  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

1. …en  numéraire  

En  général,  une  société  qui  se  developpe  à  besoin  de  liquidité  (  =  d’argent).  Elle  a  soit  un  
capital  ou  peut  emprunter  de  l’argent  mais  y  a  un  moment  où  faudra  un  équilibre  entre  les  
ressources  qui  proviennent  d’un  capital  et  des  emprunts.  

x Formalités  :  l’augmentation  de  capital  est  emprunte  d’un  formalisme  qui  est  destiné  
à  protéger  les  actionnaires  en  place  (  L  225-­‐129  et  s.  c.com).  une  société  ne  peut  
émettre  de  nouvelles  actions  en  numéraire  que  si  son  capital  est  entièrement  libéré.  
L’AGO  est  en  ppe  seule  cpt’  pour  décider  de  l’augmentation  du  capital.  Cependant,  
elle  peut  déléguer  ce  pouvoir  soit  au  conseil  d’administration,  soit  au  directoire.  
 
x Le  droit  préférentiel  de  souscription  :  en  cas  d’augmentation  du  capital  en  numéraire,  
les  actionnaires  ont  un  droit  de  priorité  pour  souscrire  aux  actions  nouvelles,  ceci  
proportionnellement  au  montant  de  leurs  actions.  Ce  droit  préférentiel  de  
souscription  à  une  fonction  «  égalitaire  »  c.à.d.  qu’il  va  permettre  que  l’augmentation  
de  capital  n’entraine  pas  nécessairement  un  changement  de  contrôle  dans  la  société.  
ce  droit  préférentiel  laisse  la  possibilité  pour  chaque  actionnaire  de  pouvoir  souscrire  
à  l’augmentation  du  capital  proportionnellement  à  la  part  qu’  ils  ont  de  ce  capital.    
 
Exceptions  :  l’art  L225-­‐135  c.com  prévoit  pour  l’AGE  de  décider  la  suppression  du  
droit  préférentiel  de  souscription.  La  suppression  peut  etre  faite  au  profit  de  
bénéficiaires  nommés.  Elle  peut  aussi  etre  faite  au  profit  de  personnes  répondant  à  
des  caractéristiques  déterminées.  Par  ex,  si  la  société  connait  des  difficultés  
importantes,  elle  peut  faire  appel  à  un  nouvel  investisseur  qui  va  vouloir  prendre  le  
contrôle  de  la  société.  dans  ce  cas  l’  AGE  va  supprimer  le  droit  préférentiel  comme  ça  
les  actionnaires  ne  pourront  pas  souscrire  à  l’augmentation  de  capital  mais  juste  le  
nouvel  actionnaire.  
 
Quand  le  droit  est  supprimé,  l’AMF  prévoit  pour  les  sociétés  cotées  la  reconnaissance  
d’un  délai  de  priorité  au  profit  des  actionnaires  leur  permettant  de  souscrire  en  avant  
première.  L’avantage  engendré  par  ce  délai  peut  etre  l’objet  d’une  cession.    
 
Quand  le  droit  n’a  pas  été  supprimé  pour  les  sociétés  cotées,  les  actionnaires  ont  un  
délai  de  5  jours  de  bourses  au  moins  pour  souscrire  à  l’augmentation  de  capital.  
Cette  souscription  n’est  pas  obligatoire  et  les  actionnaires  peuvent  céder  leurs  droits  
préférentiels  de  souscription.    
 
Un  droit  préférentiel  de  souscription  permet  d’entrer  dans  le  capital  d’une  société  à  
un  prix  défini.  Ce  droit  peut  avoir  une  «  valeur  »  et  dc  il  pt  etre  céder  à  un  tiers.    

51  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 
Dans  certains  cas,  il  se  pt  que  ce  droit  soit  supprimé  et  y  aura  une  faveur  pour  les  
actionnaires  qui  auront  une  priorité  pour  le  rachat  des  actions.  
 
Si  tout  les  actionnaires  exercent  leur  droit  préférentiel,  l’augmentation  de  capital  est  
souscrite.  S’il  y  a  des  renonciations,  afin  que  l’augmentation  de  capital  soit  
toytalement  souscrite,  les  actionnaires  en  place  peuvent  souscrire  à  un  nombre  
supérieur.  La  souscription  est  alors  dite  à  titre  réductible  par  différence  avec  celle  à  
titres  irréductibles  qui  elle  procède  de  l’emploi  du  droit  préférentiel  de  souscription.  
Si  les  souscriptions  à  titre  irréductibles,  et  le  cas  échéant  à  titre  réductibles,  n’ont  pas  
absorbés  la  totalité  de  l’augmentation  de  capital,  le  conseil  d’administration  ou  le  
directoire  peuvent  utiliser  plusieurs  options  :-­‐  le  montant  de  l’augmentation  de  
capital  peut  etre  limité  au  montant  des  souscriptions  mais  si  toutefois,  le  montant  de  
l’augmentation  ne  peut  en  aucun  cas  etre  inférieur  au  ¾  de  l’augmentation  décidée.  
–  les  actions  non  souscrites  peuvent  etre  offertes  au  public  quand  l’assemblée  à  
expressément  admis  cette  possibilité.    
Au  final,  l’augmentation  de  capital  n’est  réalisée  que  quand  le  montant  des  
souscriptions  reçu  atteint  au  moins  ¾  de  l’augmentation  prévue.  
 
x La  prime  d’émission  

Elle  est  destinée  à  éviter  que  l’élargissement  de  la  population  des  actionnaires  diminue  le  
droit  des  anciens  actionnaires  sur  les  réserves.  Globalement,  cette  prime  d’émission  est  =  au  
montant  des  réserves.  C  est  une  somme  d  argent  qui  est  là  pour  protéger  les  droits  qu’ont  
les  anciens  actionnaires  sur  les  réserves  avant  l’augmentation  de  capital.  

L225-­‐128  c.com  prévoit  que  la  prime  d’émission  est    facultative.    

Capital  de  la  société  +  reserves  =  capitaux  propres  

2. L’augmentation  de  capital  par  apport  en  nature  

Il  faut  désigner  un  commissaire  aux  apports  (  L225-­‐147  c.com).  evidemment,  il  y  a  une  
décision  de  l’AGE  et  si  l  apporteur  est  déjà  actionnaire,  il  ne  peut  pas  prendre  part  aux  votes.  
l’augmentation  de  capital  par  apport  en  nature  ne  donne  droit  à  aucun  droit  préférentiel  de  
souscription  car  en  général,  l’apport  en  nature  concerne  un  bien  particulier.  En  revanche,  il  
existe  une  prime  d’emission  quon  appelle  «    prime  d’apport  »  

B) Augmentation  du  capital…  

52  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
 

1. L’interet  de  la  capitalisation  et  des  reserves  

Les  réserves  sont  le  fruit  de  la  politique  d’épargne  de  la  société.  

Le  capital  social  et  les  réserves  constituent  les  capitaux  propres  d’une  entreprise  et  que  le  
droit  des  actionnaires  portent  sur  les  capitaux  propres  d’une  entreprise.  

Ces  réserves  peuvent  par  la  suite  etre  distribuées.  Elles  n’ont  pas  la  meme  «  intangibilité  »  
que  le  capital  :  on  ne  peut  pas  distribuer  dans  une  société  la  capital.  

Il  peut  arriver  qu’une  société,  pour  mieux  consolider  son  assise  financière,  peut  décider  
d’incorporer  au  capital  tout  ou  partie  de  ses  réserves.    

2. …  

La  décision  de  capitaliser  les  réserves  appartient  à  l’AGE  mais  les  conditions  de  quorum  et  de  
majorité  sont  celles  des  AGO.  On  ne  prend  pas  de  majorité  de  tiers  car  le  nouvel  
aménagement  des  capitaux  propres  est  sans  incidence  sur  l’équilibre  politique  des  
actionnaires  en  place.  A  la  suite  de  l’incorporation  des  réserves,  le  capital  se  trouve  
augmenté  au  profit  de  l’ensemble  des  actionnaires  proportionnellement  à  leur  part  dans  le  
capital.  Pour  qu’il  y  ait  correspondance  entre  la  valeur  nominale  des  actions  et  le  nouveau  
capital  soit  on  élève  la  valeur  nominale  de  chaque  action,  soit  on  émet  de  nouvelles  actions  
qui  sont  distribuées  gratuitement  aux  actionnaires  en  proportion  des  actions  qu’ils  
détiennent  déjà.    En  général,  on  préfère  la  2ème  solution.  

3. la  fiscalité  des  réserves  

Actionnaires  :  la  distribution  d’actions  gratuites  échappe  à  toute  imposition  (  contrairement  


à  la  distribution  de  dividendes).  

Société  :  la  capitalisation  des  réserves  est  soumise  à  un  droit  fixe  de  375€  et  ce  droit  est  
porté  à  500  €  pour  les  sociétés  qui  ont  un  capital  d’au  moins  225  000  €.  La  fiscalité  n  est  pas  
un  frein  à  la  capitalisation  des  réserves.  

C) L’augmentation  de  capital  par  incorporation  de  compte  courant  

Compte  courant  :  il  représente  une  créance  de  l’associé  contre  la  société,  il  résulte  de  prêts  
consentis  par  la  société  aux  associés.  

Les  comptes  courants  ne  font  pas  partie  des  fonds  propres.  

53  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
La  société  peut  avoir  interet  à  incorporer  les  comptes  courants  au  capital  car  ainsi,  elle  va  
augmenter  ses  fonds  propres.    

L’augmentation  de  capital  peut  alors  ter  réalisée  selon  2  techniques  :    

-­‐ Apport  en  nature  d’une  créance  :  une  créance  constitue  une  valeur  patrimoniale  et  
elle  peut  etre  céder  et  elle  peut  faire  l  objet  d’un  apport  en  nature.  Il  est  plus  simple  
de  recourir  à  la  technique  de  l’apport  en  numéraire  libéré  par  compensation  (=  fin  de  
2  obligations  réciproques).  Dans  ce  cas,  il  n  est  pas  nécessaire  de  recourir  à  une  
procédure  de  vérification  des  apports  et  il  suffit  que  les  autres  actionnaires  
renoncent  à  leur  droit  préférentiel  de  souscription  et  que  le  conseil  d’administration  
procède  à  un  arreté  de  comptes  certifié  exact  par  le  commissaire  aux  comptes.  

[…]  

-­‐ Apport  en  numéraire  qui  dans  ce  cas  est  libéré  par  compensation.  

[…]  

A  l’occasion  de  cette  réduc,  les  actionnaires  doivent  etre  traités  de  façon  égale  ou  tout  les  
actionnaires  auront  à  supporter  la  réduction  du  nombre  des  actions  en  circulation.  

Les  créanciers  ne  peuvent  pas  s’opposer  à  la  réduction  du  capital  puisque  leur  «  droit  de  
gage  »  n’est  pas  entamé.  L’administration  fiscale  se  contente  de  percevoir  un  droit  fixe  de  
125€  au  moment  de  l’enregistrement  de  l’acte.    

2.la  réduc  par  coup  d’accordéon  

Il  est  fréquent  d’associer  une  réduction  et  une  augmentation  du  capital  :  c  est  le  coup  
d’accordéon.  

Dans  un  premier  temps,  les  pertes  comptables  sont  imputées  sur  le  capital  social.  Cette  
réduction  du  capital  entraine  une  annulation  des  actions  existantes  et  dans  un  second  
temps,  le  capital  social  est  augmenté  par  émission  d’actions  nouvelles  en  numéraire.  Cette  
opération  permet  d’une  part  de  nettoyer  le  bilan  en  faisant  disparaitre  les  pertes  
comptables  et  permet  d’autre  part  de  recapitaliser  la  société  grace  à  un  apport  de  liquidité  
qui  se  fait  avec  l’augmentation  du  capital  en  numéraire.  La  réduction  du  capital  à  0  élimine  
les  anciens  actionnaires  sauf  s’il  font  jouer  leur  droit  de  préférence…  l’augmentation  de  
capital  permet  l’entrée  dans  la  société  de  nouveaux  actionnaires  qui  sont  prets  à  investir  
pour  son  redressement.  Pendant  longtps,  on  s  est  demandé  si  c  était  un  technique  valable,  
elle  a  ensuite  été  admise  par  la  jurisprudence.  

54  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
B)  
 

Lorsque  la  société  prospère,  elle  peut  en  profiter  pour  restituer  aux  actionnaires  une  partie  
de  leurs  apports.  Concrètement,  la  société  propose  à  ses  actionnaires  de  leur  racheter  leurs  
actions  et  de  réduire  la  capital  d’autant.  Cette  réduction  pose  problème  car  cela  réduit  les  
fonds  propres  et  porte  atteinte  aux  droits  de  gage  des  créanciers.  Pour  cette  raison,  les  
créanciers  peuvent  exercer  un  doit  d’opposition  devant  le  tribunal  de  commerce  s’ils  
estiment  que  leur  garantie  se  trouve  sacrifiée  (  L225-­‐205  c.com).  la  réduction  du  capital  
entraine  une  modification  des  statuts  et  nécessite  une  modification  de  l’AGE.  Cette  
réduction  du  capital  ne  doit  pas  porter  atteinte  à  l’égalité  des  actionnaires.  Elle  peut  se  faire  
selon  2  modalités  différentes  :    

-­‐  
-­‐ Elle  est  proposée  à  chacun  des  actionnaires  et  dans  ce  cas,  le  ppe  d’égalité  est  
respecté.    

-­‐ La  réduction  de  capital  est  reservée  à  certains  actionnaires  et  la  rupture  d’=té  
implique  l’accord  unanime  de  tout  les  actionnaires.  
 
III.L’amortissement  du  capital  

Définition  :  l’amortissement  du  capital  consiste  en  un  remboursement  anticipé  du  montant  
des  apports  sans  que  cela  entraine  une  réduction  du  capital.    

Les  actionnaires  récupèrent  le  montant  de  leurs  apports  mais  gardent  quand  meme  leurs  
qualité  d’associés  càd  que  leurs  actions  deviennent  des  actions  de  jouissance.  Cela  signifie  
que  les  actionnaires  perdent  leur  droit  aux  dividendes  et  perdent  le  droit  au  remboursement  
du  nominal  à  la  dissolution  de  la  société.  les  actionnaires  perdent  leurs  droits  pécuniaires  
mais  conservent  leur  droit  politique  :  le  droit  de  vote.  

L’amortissement  doit  etre  réalisé  par  prélèvement  sur  les  bénéfices  et  sur  les  réserves  càd  
que  le  capital  social  reste  intact.    Seul  est  entamé  le  montant  des  capitaux  propres.    

IV.Le  rachat  par  une  société  de  ses  propres  actions  

Pdt  longtps,  le  ppe  a  été  l’interdiction  absolue  pour  une  société  de  racheter  ses  propres  
actions.  Cette  interdictions  était  justifiée  par  plusieurs  considérations  :  

-­‐ L’impossibilité  pour  une  personne  d’etre  à  la  fois  créancière  et  débitrice  d’elle-­‐même.    

55  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ L’irréalité  d’un  capital  souscrit  par  la  société  elle-­‐même  càd  que  la  partie  du  capital  
détenu  par  la  société  elle-­‐même  ne  représente  concrètement  aucune  somme  
d’argent  puisque  la  société  est  à  la  fois  créancière  et  débitrice.  Le  fait  pour  une  
société  de  détenir  ses  propres  actions  était  pénalement  sanctionné,  c  t  comme  ci  
qu’une  partie  du  capital  était  fictif.    Y  a  eu  des  exceptions  à  ce  ppe.  

Aujourd’hui,  le  ppe  reste  l’interdiction  pour  une  société  de  souscrire  ses  propres  actions.  
Il  existe  des  exceptions  à  ce  ppe  :  

Le  rachat  par  une  société  de  ses  actions  est  permis  lorsque  la  société  est  cotée  en  bourse  
et  quand  le  rachat  est  fait  à  des  fins  de  gestion  financière.  Le  rachat  peut  etre  fait  dans  
certaines  conditions  pour  soutenir  le  cours  de  bourse  de  la  société  en  période  de  
déprime  boursière.  Ce  rachat  peut  etre  fait  aussi  pour  utiliser  un  excédent  de  trésorerie.  

Ce  rachat  doit  etre  autorisé  par  l’Assemblée  ordinaire  et  est  effectué  par  le  directoire  ou  
le  DG.  

Section  2  :  les  restructurations  

Les  opérations  de  restructuration  d’une  société  sont  la  fusion,  la  scission  et  l’apport  
partiel  d’actifs.  Ces  opérations  sont  utilisées  quand  la  société  souhaite  rationnaliser  son  
organisation.    

La  scission  :  au  terme  de  l’art  L236-­‐1  c.com,  la  scission  se  définie  comme  l’opération  par  
laquelle  une  société  transmet  l’intégralité  de  son  patrimoine  à  plusieurs  sociétés  
existantes  et/ou  nouvelles.  La  scission  se  caractérise  par  la  dissolution  sans  liquidation  de  
la  société  scindée  et  la  transmission  universelle  de  son  patrimoine  aux  autres  sociétés.  La  
scission  est  traitée  par  référence  à  la  «  fusion  »  càd  qu’on  applique  les  règles  de  la  fusion  
pour  la  scission.  

I. La  fusion    

A) Définition    

La  fusion  :  elle  se  définie  comme  la  transmission  par  une  ou  plusieurs  sociétés  de  leur  
patrimoine  à  une  société  existante  (  fusion  par  «  absorption  »)ou  à  une  société  nouvelle  
qu’elle  constitue.    

La  fusion  emporte  la  dissolution  sans  liquidation  de  la  société  absorbée  ainsi  que  la  
transmission  universelle  de  son  patrimoine  à  la  société  nouvelle  ou  absorbante.  

De  ces  opérations,  on  peut  relever  plusieurs  caractéristiques  de  la  fusion  :    

56  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐elle  se  définit  par  ses  effets  légaux,  càd  qu’il  y  a  donc  dissolution  sans  liquidation  de  
l’absorbé.    

-­‐  la  transmission  universelle  du  patrimoine  de  l’absorbé  à  l’absorbante.  

-­‐  l’acquisition  de  la  qualité  d’associé  de  l’absorbante  part  les  associés  de  l’absorbé.  

Æla  dissolution  entraine  la  disparition  de  lapersonnalité  morale  de  l’absorbé  (  disparition  
totale  et  immédiate  ).  

Æla  fusion  entraine  la  transmission  universelle  du  patrimoine  de  l’absorbé  à  l’absorbante,  
cela  veut  dire  concrètement  que  l’absorbante  se  substitue  à  l’absorbé  dans  tout  ses  droits,  
biens  et  obligations.    

B) Régime  de  la  fusion    

Elle  connait  une  phase  de  préparation  importante.    

1. La  préparation    

L’art.L236-­‐6al.2  c.com  impose  la  rédaction  d’un  «  projet  de  fusion  »  par  chacun  des  sociétés  
parties  à  l’opération.  Ce  projet  marque  le  point  de  départ  officiel  du  projet  de  l’opération  de  
fusion.  Il  est  rédigé  par  les  organes  d’administration  de  l’entreprise  et  le  comité  d’entreprise  
doit  être  consulté  sur  le  projet  de  fusion.  Le  contenu  de  ce  projet  est  détaillé  à  l’art  .254  du  
23  mars  1967  sur  les  sociétés  commerciales  :  on  a  la  forme  de  la  société,  la  dénomination  et  
le  siège  social  des  sociétés  participantes,  les  motifs  de  la  fusion,  les  conditions  de  la  fusion  
(l’évaluation  de  l’actif  et  du  passif  de  chacune  des  sociétés).    

En  matière  de  fusion,  on  n’a  pas  de  prime  d’émission  mais  une  prime  de  fusion,  c’est  à  peu  
près  la  même  chose.  

Double  de  contrôle  du  projet  :    

-­‐ Il  est  contrôlé  par  le  ou  les  commissaires  à  la  fusion  :  ces  commissaires  sont  nommés  
par  le  président  du  tribunal  de  commerce  du  lieu  du  siège  de  chaque  société  et  en  
général,  le  président  du  tribunal  nomme  le  ou  les  commissaires  aux  comptes  d’une  
sociétés  car  ils  connaissent  bien  la  société.  le  commissaire  à  la  fusion  établit  un  
rapport  qui  porte  sur  les  méthodes  d’évaluation  utilisées  pour  la  détermination  du  
rapport  d’échange  des  actions.  
-­‐ Les  opérations  de  fusion  peuvent  conduire  au  déclenchement  de  procédures  de  
contrôle  externe  par  exemple  de  la  part  de  l’autorité  de  la  concurrence  ou  de  la  
commission  européenne.  pour  les  sociétés  qui  offrent  leur  titres  au  public,  un  
contrôle  de  l’AMF  est  fait  afin  de  veiller  à  ce  que  le  droit  des  actionnaires  
minoritaires  soit  protégé.  

57  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Ce  projet  de  fusion  fait  l’objet  de  nombreuses  mesures  de  publicités  communiqué  au  
différents  sièges  sociaux,  adressé  aux  représentants  du  personnel,  déposé  au  gref  du  
tribunal  de  commerce  du  siège  social  de  chacune  des  sociétés  concernées.  Enfin,  il  doit  etre  
inséré  dans  un  JAL.  

2. Réalisation  de  la  fusion    

Il  ya  2  procédures  :  

-­‐ La  procédure  normale  :  pour  passer  du  stade  de  «  projet  de  fusion  »  à  celui  de  
«  réalisation  effective  de  la  fusion  »,  les  associés  doivent  approuver  l’opération.  
Toutefois,  par  exception,  le  projet  peut  nécessiter  une  approbation  à  l’unanimité  
lorsque  l’opération  en  cause  a  pour  effet  d’augmenter  les  engagements  des  associés.    

-­‐Le  procédure  simplifiée  pour  les  filiales  à  100%  :  l’art  L236-­‐11  du  code  de  commerce  
institue  une  procédure  simplifiée.  Cependant,  le  bénéfice  de  cette  dérogation  est  
soumis  à  2  conditions  :  l’opération  doit  intervenir  entre  les  SA  et  les  SARL  et  la  2ème  
condition  est  que  la  société  absorbante  doit  avoir  détenu  en  permanence  la  totalité  
du  capital  de  la  société  ou  des  sociétés  absorbées,  ceci  depuis  le  depot  au  gref  du  
projet  de  fusion  jusqu’à  la  réalisation  de  l’opération.  Quand  ces  conditions  sont  
reunies,  il  n  y  a  pas  lieu  à  l’approbation  de  la  fusion  par  l’AGO  de  la  ou  des  absorbés,  
il  n’y  a  pas  lieu  à  l’établissement  d’un  rapport  des  org  d’administration  et  il  n  y  a  pas  
lieu  à  la  nomination  d’un  commissaire  à  la  fusion.  
 
C) Officialisation  de  la  fusion  

Elle  prend  la  forme  d’une  publicité  et  d’une  déclaration  de  conformité.  

x La  publicité  :    chaque  société  doit  publier  les  conséquences  résultant  de  la  fusion  au  
RCS  et  au  BODAC.  Quand  la  fusion  fait  une  création  d’une  société  nouvelle,  toutes  les  
formalités  liées  à  cette  création  doivent  etre  respectées  :  insertion  dans  un  JAL,  
depot  au  gref  du  tribunal  de  commerce  des  statuts  de  la  société,  immatriculation  de  
la  société  au  RCS  pour  acquérir  la  personnalité  morale.  
x La  déclaration  de  conformité  :  l’art  L236-­‐6  c.com  impose  aux  sociétés  participant  à  
une  opération  de  fusion  la  rédaction,  la  signature  et  le  depot  au  gref  du  tribunal  de  
commerce  d’une  «  déclaration  de  conformité  ».  c  est  une  condition  substantielle  car  
sinon,  la  fusion  est  nulle.  Dans  cette  déclaration,  les  sociétés  doivent  d’une  part,  
relater  l’ensemble  des  actes  qui  ont  été  effectués  en  vue  de  procéder  à  la  fusion  et  
elles  doivent  aussi  déclarer  que  l’opération  a  été  réalisé  conformément  à  la  loi  et  à  

58  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
ses  règlements.  Cette  déclaration  est  déposée  au  gref  du  tribunal  de  commerce  du  
siège  de  la  société  absorbante  ou  nouvellement  créée.  

D) Les  effets  de  la  fusion    

1. Les  effets  à  l’égard  des  dirigeants  


 
Les  dirigeants  de  la  société  absorbée  disparaissent  avec  la  société  elle-­‐même.    Dans  
la  société  absorbante  ou  nouvellement  créée,  le  nombre  d’administrateur  ou  de  
membres  du  conseil  de  surveillance  peut  etre  poté  pendant  3  ans  de  18  à  24.  En  
général,  les  dirigeants  de  la  société  absorbée  vont  rejoindre  ceux  de  la  société  
absorbante  pas  forcément  pour  leur  interet  (  meme  si  ça  arrive  souvent  ).  
 
2. Les  effets  à  l’égard  des  associés  

Les  associés  des  sociétés  qui  disparaissent  deviennent  automatiquement  associés  de  la  
société  absorbante  ou  nouvelle  ceci  sous  réserve  du  respect  des  seuils  légaux.  

Pour  les  sociétés  cotées,  dans  l’interet  des  actionnaires  minoritaires,  l’art.5-­‐6-­‐6  du  règlement  
général  du  Code  des  Marchés  Financiers  (  CMF  )  disposent  :  «  les  personnes  controlant  une  
société  cotée  qui  décident  du  principe  de  la  fusion-­‐absorption  de  cette  dernière  doivent  en  
informer  l’autorité  de  marché  (  autrement  dit,  l’AMF)  ».  dans  ce  cas,  l’AMF  examine  les  
conséquences  de  l’opération  sur  les  droits  et  interets  des  minoritaires  et  si  ces  droits  et  
interets  n’apparaissent  pas  assez  protégés  dans  le  projet  souumis  à  l’AMF,  elle  peut  
enjoindre  au  titulaire  du  contrôle  de  mettre  en  œuvre  «    une  offre  publique  de  retrait  »  (  
OPR=  une  proposition  par  laquelle  on  offre  aux  minoritaires  de  leur  racheter  leurs  titres  ).  

3. Les  effets  à  l’égard  des  tiers  

Il  faut  se  rappeler  que  la  fusion  emporte  transmission  universelle  du  patrimoine  de  la  société  
absorbée  à  la  société  absorbante.  Par  conséquent,  l’absorbante  se  substitue  activement  et  
passivement  dans  tout  les  droits  et  obligations  contractuels  et  delictuels  des  sociétés  
absorbées,  ceci  sans  qu’il  soit  nécessaire  de  recourir  par  exemple,  aux  formalités  de  1690  cc  
ou  encore,  d’appliquer  les  mesures  de  publicité  nécessaires  en  cas  de  transmission  d’un  FDC.  

Que  se  passe  t  il  en  cas  de  fusion  de  sociétés  pour  la  caution  ?    

Hypothèse  1  :  si  la  société  absorbée  a  une  dette  vis-­‐à-­‐vis  d’un  tiers  et  que  cette  dette  est  
garantie  par  une  caution  :  

59  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Est-­‐ce  que  la  caution  est  encore  tenue  après  la  fusion  alors  que  la  société  qu’elle  a  cautionné  
a  disparu  ?    

Sur  ce  point,  on  a  eu  des  arrets  qui  ont  mis  les  choses  au  clair.  On  a  2  arrets  du  8  novembre  
2005.  

-­‐ Arret  cassation  commerciale  8  novembre  2005  2ème  espece  :  «  les  juges  ont  considéré  
que  la  caution  est  tenue  des  dettes  nées  avant  la  fusion  ».on  dit  dans  ce  cas  que  la  
caution  est  tenue  d’une  obligation  de  règlement.  En  revanche,  elle  n’est  pas  tenue  
pour  les  dettes  nées  après  la  fusion.  Cette  distinction  en  pratique,  peut  avoir  de  
l’importance.  

Hypothèse  2  :  si  un  cautionnement  a  été  donné  au  profit  d’une  société  créancière  et  que  
cette  société  créancière  est  absorbée  par  une  société  tiers.    

Est-­‐ce  que  la  caution  reste  tenue  vis-­‐à-­‐vis  de  la  société  absorbante  ?    

-­‐ Arret  du  8  novembre  2005  Selectibail  :  la  Cour  a  posé  comme  principe  que  :  «  en  cas  
de  fusion-­‐absorption  d’une  société  propriétaire  d’un  immeuble  donné  à  bail,  le  
cautionnement  garantissant  le  paiement  des  loyers  est,  sauf  stipulations  contraires,  
transmis  de  pleins  droits  à  la  société  absorbantes.  »  cela  veut  dire  que  la  caution  
reste  tenue  vis-­‐à-­‐vis  de  la  société  absorbante.  

Il  faut  remarquer  que  les  créanciers  des  sociétés  fusionnées  et  ceux  des  sociétés  
bénéficiaires  vont  entrer  en  concours  et  cela  risque  d’amoindrir  leurs  droits  de  gage.  Pour  
cette  raison,  le  législateur  a  organisé  leur  protection.  Dans  certains  cas,  la  fusion  peut  se  
reveler  une  opération  dangeureuse  et  pour  protéger  les  créancier,  L236-­‐14  c.com  dispose  
que  :  «    les  créanciers  sociaux  ont  le  droit  de  former  opposition  à  l’opération  de  fusion.  »  
l’application  de  cette  disposition  a  beaucoup  de  freiner  d’opération  de  fusion  alors  qu’elle  
n’en  a  pas  le  droit.  

Le  jurisprudence  a  réduit  le  champ  d’application  de  L236-­‐14  c.com  en  exigeant  des  
créanciers  qui  souhaitent  former  opposition  d’une  part,  qu’ils  disposent  d’une  créance  
certaine,  liquide  et  exigible  et  d’autre  part,  qu’ils  soient  titulaires  d’une  créance  de  somme  
d’argent  et  donc,  ça  exclut  les  obligations  de  faire  et  de  donner.  

Le  juge  du  tribunal  de  commerce  saisi  d’une  opposition  a  le  choix  entre  2  choses  :    

-­‐d’une  part,  rejeter  la  demande  d’opposition  s’il  estime  que  l’opération  ne  menace  pas  
l’interet  des  créanciers    

-­‐  accepter  la  demande  d’opposition  s’il  estime  que  les  droits  des  créancier  de  la  société  
absorbé  sont  compromis  et  peut  imposer  2  choses  à  la  société  :  

60  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
°  soit  de  rembourser  les  créanciers  avant  la  fusion  

°  soit  de  constituer  des  garanties  suffisantes  comme  mettre  en  place  de  suretés  en  
accordant  des  hypothèques  etc  …  

II. L’apport  partiel  d’actifs  

A) Définition  

L’apport  consiste  pour  une  société  à  faire  apport  à  une  autre  société  nouvelle  ou  
préexistante  d’une  partie  de  ses  éléments  d’actifs  et  à  recevoir  en  contrepartie  des  droits  
sociaux  de  la  société  bénéficiaire.  Cela  fait  penser  aux  opérations  d’apport  car  c  est  une  
simple  opération  d’apport  qui,  du  coté  de  la  société  bénéficiaire  est  soumise  au  régime  des  
augmentations  de  capital  par  apport  en  nature.  Concrètement,  cette  accord  peut  etre  
motivé  par  la  constitution  de  filiale  commune  entre  des  sociétés  différentes.  Il  peut  etre  
utilisé  comme  prévention  ou  riposte  à  une  offre  publique.  par  exemple,  on  a  une  société  qui  
cherche  à  prendre  le  contrôle  d’une  autre  société  car  ce  qui  l’intéresse  est  une  activité  
particulière.  

Par  rapport  à  la  fusion,  il  existe  2  différences  importantes  :    

-­‐ La  non  disparition  de  la  société  qui  réalise  l’apport    


-­‐ Les  titres  émis  en  contre  partie  de  l’apport  sont  remis  à  la  société  qui  effectue  
l’apport  et  non  à  ses  associés.  

B) Modalités  de  l’apport  partiel  d’actifs  

L’apport  partiel  d’actifs  peut  connaitre  2  régimes  différents  :    

En  effet,  les  art  L236-­‐22  et  L236-­‐24  c.com  ouvrent  aux  opérations  réalisées  entre  2  sociétés  
anonymes  et  SARL  la  faculté  de  suivre  le  régime  des  scissions.    

-­‐ L’application  des  régimes  des  scissions  :  si  cette  option  est  exercée,  l’opération  
d’apports  n’est  plus  une  opération  à  titres  particuliers  mais  devient  une  opération  à  
titres  universels  qui  entraine  la  transmission  des  éléments  actifs  et  passifs.  Pour  
profiter  de  ce  régime  plus  simple,  il  est  nécessaire  que  l’apport  partiel  d’actifs  porte  
sur  une  branche  complète  d’activités.  Là,  y’a  pas  transmission  d’un  patrimoine  
complet.    

61  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐Si  ces  conditions  ne  sont  pas  réunies,  l’apport  suit  le  régime  des  augmentations  de  
capital  sous  forme  d’apport  en  nature.    
 
 
C) Effets  de  l’apport  partiel  d’actifs  

Si  l’apport  partiel  d’actifs  n’est  pas  soumis  au  régime  des  scissions,  il  va  entrainer  plusieurs  
effets  :  

-­‐ Si  l’apport  comporte  la  transmission  de  créances,  il  faut  signifier  la  cession  de  
créance  au  débiteur  cédé    selon  les  formes  prévues  à  1690  cc  (  soit  un  acte  d’huissier,  
soit  l’accord  du  débiteur  cédé)  
-­‐ S’agissant  de  l’apport  d’un  FDC,  il  faut  suivre  l’ensemble  des  procédés  de  publicité  
prévus  par  la  loi  du  17  mars  1909  et  le  décret  du  29  juin  1935  (  noter  le  CA  des  3  
dernières  années  etc  …  )  
 
-­‐ La  transmission  des  éléments  passifs  dus  par  la  société  qui  effectue  l’apport  s’analyse  
en  une  délégation  imparfaite,  qui  ne  décharge  pas  le  débiteur,  ceci  sauf  renonciation  
expresse  du  créancier  et  accord  de  sa  part  sur  la  novation  du  débiteur.    
 
-­‐ IL  Y  A  TRANSMISSION  UNIVERSELLE  de  tout  les  éléments  objets  de  l’apport  (  actifs  et  
passifs  )  c’est  simple  car  c’est  transmis  de  façon  universelle.  
 

Section  3  :  La  transformation  et  la  dissolution  de  la  SA    

I. La  transformation  

Il  était  rare  qu’une  SA  se  transforme  en  une  société  d’autre  forme.  Mais  actuellement,  ce  
que  l’on  observe,  ce  sont  des  SA  qui  se  transforment  en  SAS.  

La  transformation  de  la  SA  en  une  société  d’une  autre  forme  ne  fait  pas  apparaitre  un  etre  
moral  nouveau,  càd  que  c  est  la  meme  personne  qui  se  poursuit  mais  sous  une  enveloppe  
juridique  différente.  

La  transformation  ne  peut  se  faire  que  si  la  société  a  au  moins  2  ans  d’existance  et  si  elle  a  
établi  et  fait  approuver  par  ses  actionnaires  le  bilan  de  ses  2  premiers  exercices.  

62  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Par  ailleurs,  la  décision  de  transformation  nécessite  l’intervention  du  commissaire  aux  
comptes  de  la  société  et  le  commissaire  aux  comptes  doit  attester  que  les  capitaux  propres  
sont  bien  au  moins  égaux  au  capital  de  la  société.  

La  décision  de  transformation  est  de  la  cpt’  de  l’AGE  mais  souvent  il  existe  des  conditions  de  
majorité  particulières  (  ne  pas  toujours  s’en  tenir  au  2/3).  

x Transformation  de  la  SA  en  SNC  :  il  faut  l’accord  de  tout  les  actionnaires  car  ils  vont  
voir  leurs  engagements  augmentés.    
x Transformation  de  la  SA  en  commandite  :  il  faut  l’accord  collectif  de  l’AGE  (  donc  des  
2/3)  mais  également  l’accord  individuel  des  actionnaires  qui  acceptent  de  devenir  
associés  commandités  dans  la  nouvelle  structure.  
x Transformation  de  la  SA  en  SARL  :  il  faut  réunir  une  majorité  qui  correspond  à  celle  
de  la  SARL,  càd  les  ¾  des  associés  ou  les  2/3  des  associés  pour  les  sociétés  consituées  
après  la  loi  du  2  aout  2005.  
x Transformation  de  la  SA  en  SAS  :  il  faut  l’unanimité  des  actionnaires    
x Transformation  d’une  SA  en  société  civile  :  il  faut  l’accord  unanime  des  associés  cela  
se  comprend  car  dans  la  société  civile  la  responsabilité  des  associés  est  illimitée  !    

II. La  dissolution  de  la  société  anonyme  

La  dissolution  suit  le  régime  de  droit  des  dissolutions  de  sociétés.  Elle  peut  etre  dissoute  
pour  les  causes  communes  à  toutes  sociétés.  Elle  peut  aussi  etre  dissoute  pour  des  causes  
spécifiques  aux  SA  comme  avoir  moins  de  7  actionnaires,  ou  avoir  un  capital  inférieur  au  
minimum  légal.  

Chapitre  4  :  Le  financement  des  SA  

L’originalité  des  sociétés  de  capitaux  et  donc  des  SA,  est  qu’elles  sont  les  seules  à  etre  
autorisées  à  émettre  des  titres  financiers  négociables.  Ces  titres  négociables  sont  facilement  
transmissibles.    

Ripert  est  un  des  grand  commercialiste  du  19ème  siècle  et  à  propos  des  sociétés  de  capitaux  
et  surtout  par  actions,  il  disait  que  :    «    la  possibilité  d’émettre  des  titres  pour  les  sociétés  par  
actions  est  un  merveilleux  instrument  du  capitalisme  moderne.  »  

63  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Depuis  une  ordonnance  du  8  janvier  2009  relative  aux  instruments  financiers,  on  distingue  2  
grandes  catégories  d’instruments  financiers  en  droit  français  :    

-­‐ Les  titres  financiers  


-­‐ Les  contrats  financiers  

Cette  distinction  est  faite  à  L211-­‐1  CMF  (  Code  des  Marchés  Financiers  ).  

Le  code  enonce  3  catégories  de  titres  financiers  :  

-­‐ Les  titres  de  capital  émis  par  les  sociétés  par  actions  (  =  actions  )    
-­‐ Les  titres  de  créances  à  l’exclusion  des  effets  de  commerces  et  des  bons  de  caisse.Les  
titres  de  créances  vont  etre  constituées  par  les  obligations  
-­‐ Les  parts  ou  actions  d’organismes  de  placements  collectifs  et  les  organismes  de  
placements  collectifs  sont  les  fonds  communs  de  placement  et  les  sociétés  
d’investissement  à  capital  variable  (  SICAV  =  ce  sont  des  entités  qui  qui  recueillent  
des  sommes  d’argents  des  particuliers  qui  vont  les  placer  soit  en  action,  soit  en  
obligation).    

A  coté  des  titres  financiers,  on  a  les  contrats  financiers  qui  sont  des  contrats  à  termes  utilisés  
sur  les  marchés  financiers.  Parmi  ces  contrats,  ce  sont  toujours  des  instruments  à  terme.  On  
a  parmi  eux  des  contrats  d’option,  càd  qu’on  n’a  pas  acheté  une  action  mais  par  un  contrat,  
on  pourra  obtenir  d’une  personne  qu’à  telle  date  elle  accepte  de  me  vendre  une  action  à  un  
prix  fixé.  

Parmi  les  titres  financiers,  on  trouve  les  «    valeurs  mobilières  ».  il  faut  savoir  que  ce  terme  
n’est  plus  utilisé  en  droit  financier.  En  revanche,  on  trouve  toujours  ce  terme  dans  le  code  de  
commerce.  Lorsqu’on  parle  d’émission  des  titres,  là,  on  va  appliquer  le  droit  commercial  et  
donc,  là  on  peut  parler  de  valeur  mobilière.  En  revanche,  quand  il  ne  s’agit  plus  de  l’émission  
du  titre  mais  quand  on  parle  de  la  circulation  du  titre,  on  entre  dans  le  droit  financier  et  là,  
toutes  les  règles  concernant  les  échanges  de  titres,  on  les  trouve  dans  le  CMF  et  ce  dernier  
utilise  l’expression  «  titres  financiers  ».  

 Définition  de  la  valeur  mobilière  :  ce  sont  des  titres  émis  par  des  personnes  morales,  
publiques  ou  privées,  transmissibles  par  inscription  en  compte  ou  tradition    (=  de  la  main  à  la  
main.  Les  titres  opporteurs  sont  des  titres  qui  se  transmettent  de  la  main  à  la  main.  )  qui  
confèrent  des  droits  identiques  par  catégorie  et  donnent  accès  directement  ou  
indirectement  à  une  quotité  du  capital  de  la  personne  émettrice  ou  un  droit  de  créance  
général  sur  son  patrimoine  (  =obligation).  

La  plus  importante  des  valeurs  mobilières  est  l’action.  Ces  titres  peuvent  etre  cotés  en  
bourse,  on  parle  alors  d’  «  actions  admises  aux  négociations  sur  un  marché  réglementé  ».  

64  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
seules  les  sociétés  autorisées  par  la  loi  peuvent  émettre  des  valeurs  mobilières.  Ce  sont  les  
sociétés  par  actions  (  SA  )  ,  les  sociétés  en  commandites  par  actions  et  les  SAS.  Depuis  
l’ordonnance  de  2004,  les  SARL  peuvent  émettre  des  obligations.  

Il  faut  savoir  que  cette  notion  de  valeur  mobilière  a  pris  une  grande  importance  à  la  fin  du  
19ème  siècle.  Si  on  avait  pas  imaginé  cet  instrument  juridique  qu’est  l’action,  il  n  y  aurait  pas  
eu  un  essor  de  l’industrie  (  voir  formule  de  Ripert).  L’action  a  été  un  outils  important  pour  
obtenir  et  rassembler  des  capitaux  et  permettre  leur  circulation.  Au  cour  du  20ème  siècle,  
l’actionnariat  s’est  beaucoup  développé  à  partir  des  années  1980  où  un  certain  nombre  de  
choses  ont  été  mises  en  place  pour  que  presque  tout  les  particuliers  puissent  acquérir  des  
valeurs  mobilières.  Notamment,  pour  certaines  grosses  entreprises  en  1982,  beaucoup  
d’entre  elles  ont  été  nationalisées  et  ont  été  privatisées  en  1987,  donc  il  a  fallu  trouver  des  
personnes  qui  rachètent  ces  sociétés  qui  ont  été  d’abord  nationalisées.  Avec  cette  vague,  
chacun  des  particuliers  est  entré  à  investir  en  valeur  mobilière.  

L’apparition  des  SICAV  ont  facilité  la  possibilité  pour  les  particuliers  d’investir  en  bourse.  

Du  coté  de  l’offre,  on  a  des  opérateurs  de  services  financiers  qui  ont  créé  des  services  de  
plus  en  plus  compliqués  avec  la  difficulté  liée  aux  créances  des  banques  sur  certains  
débiteurs  américains  qui  ont  acheté  de  l’immobilier  .  

Section  1  :  le  droit  commun  des  valeurs  mobilières  

I. Les  caractéristiques  des  valeurs  mobilières  

Ces  titres  ont  2  caractéristiques  :  

-­‐ Ce  sont  de  stitres  négociables  


-­‐ Ce  sont  des  titres  dématérialisés  

A) Négociabilité  des  valeurs  mobilières  

On  dit  qu’elles  sont  «  négociables  »  car  cela  signifie  qu’elles  sont  librement  transmissibles.  
En  ppe,  elles  sont  librement  transmissibles  et  cette  libre  transmission  est  assurée  par  des  
procédés  plus  rapides  et  plus  surs  que  ne  l’est  la  cession  de  parts  sociales.  

65  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Par  assurer  cette  négociabilité  de  la  valeur  mobilière,  il  existe  3  avantages  :  

-­‐ Un  mode  de  cession  simplifié  :  pour  céder  une  part  sociale  et  qu  elle  soit  opposable  
au  tiers,  il  faut  respecter  les  formalités  de  la  cession  de  créance  (  art.1690  cc  )assez  
lourdes.  En  revanche,  les  valeurs  mobilières  se  transmettent  simplement  par  une  
inscription  en  compte.  Autrement  dit,  la  société  emettrice  ou  un  intermédiaire  
habilité  vont  inscrire  le  changement  d’actionnaires  dans  un  compte.  
-­‐ Une  véritable  sécurité  juridique  :  lanégociabilité  présente  l’avantage  d’assurer  au  
titulaire  d’un  titre  négociable  une  importante  protection  juridique  qui  est  
l’  «  inopposabilité  des  exceptions  »  càd  que  en  vertu  de  cette  règle,  le  cessionnaire  (  
celui  qui  achete  l  action)  acquiert  lors  de  la  transmission  du  titre  un  droit  autonome  
qui  est  distinct  de  celui  du  cédant.  Par  conséquent,  la  société  ne  peut  plusopposer  au  
cessionnaire  les  exceptions  personnelles  qu  elles  pouvaient  opposer  au  cédant.    
-­‐ Une  fiscalité  allégée  :  le  cession  de  parts  sociales  rend  exigibles  des  droits  
d’enregistrement  au  taux  de  5%.  En  revanche,  une  cession  de  valeurs  mobilières  
rtend  exigible  un  droit  d’enregistrement  à  hauteur  de  seulement  1,1%.  Comme  il  faut  
que  les  titres  négociables  circulent,  le  taux  est  moindre.  

B) Dématérialisation  des  valeurs  mobilières  

-­‐ Le  principe  de  dématérialisation  :  il  est  posé  à  l’art  L  211-­‐4  du  code  monétaire  et  
financier.  Avant  la  dématérialisation,  on  distinguait  nettement  les  titres  au  porteur  et  
les  titres  nominatifs.  Après  la  dématérialisation,  l’expression  «    titres  au  porteur  »  a  
été  conservée  mais  la  notion  de  titre  au  porteur  a  perdu  toute  signification  du  fait  de  
la  dématérialisation  du  titre.  Le  principe  de  la  dématérialisation  a  été  posé  dans  la  LF  
du  30  décembre  1981.  Parmi  les  titres  négociables  avant  1982  il  existait  2  titres  :  
-­‐ Titre  nominatifs  :  ils  résultaient  de  l’inscription  du  nom  de  leur  titulaire  sur  un  
registre  de  la  société  émettrice.  Par  exemple,  si  je  suis  proprio  de  500  actions  de  
Danone,  mon  droit  de  propriété  resulte  du  fait  que  sur  le  registre  de  Danone,  
j’apparais  comme  titulaire  de  ces  titres.    
-­‐ Titres  au  porteur  :  ils  étaient  représentés  par  un  document  matériel  dans  lequel  
s’incorporaient  les  droits  des  porteurs  aux  titres.    Le  porteur  du  titre  était  réputé  etre  
le  propriétaire  du  titre.  Les  avantages  pour  les  porteurs  de  titres,  c  est  qu  avec  ce  
système  on  ne  savait  pas  qui  était  propriétaire  du  titre  :  c  est  pratique  pour  des  
raisons  fiscales  car  on  pouvait  échapper  à  l’impot  etc…  toujours  pour  des  raisons  
fiscales,  on  a  arreté  l’anonymat  des  personnes  titulaires  de  titres.  Depuis  1982  et  sa  
LF,  toutes  les  valeurs  mobilières  émises  sur  le  territoire  français  et  soumises  à  la  
legislation  française  ne  peuvent  plus  etre  représentées  matériellement  par  des  

66  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
formules  imprimées  dans  lesquelles  viendrait  s’incorporer  les  droits  du  titulaire  de  la  
valeur.  
Donc  depuis  1982,  toutes  les  valeurs  mobilières  doivent  etre  inscrites  en  compte  
compte  tenu  soit  par  la  société  émettrice  ou  par  un  intermédiaire  habilité  affilié  à  
Euroclear  et  on  est  alors  en  présence  d’un  titre  au  porteur  et  le  transfert  de  propriété  
des  titres  resulte  de  leur  inscription  en  compte  au  nom  de  l’acheteur.  Donc  si  ce  titre  
papier  n’existe  plus,  on  peut  dire  que  les  valeurs  mobilières  sont  aujourd’hui  
devenues  toutes  des  droits  mobiliers  incorporels  d’où  l’expression  de  
dématérialisation  des  valeurs  mobilières.    
 
-­‐ Les  titres  nominatifs  :  les  valeurs  mobilières  nominatives  résultent  d’une  inscription  
au  nom  de  leur  propriétaire  dans  un  compte  tenu  par  la  société  émettrice.  Ces  
valeurs  ont  pour  avantage  de  permettre  à  la  société  de  connaitre  l’identité  de  ces  
actionnaires  ou  obligataires.  Les  titres  des  sociétés  par  action  qui  ne  sont  pas  cotées  
doivent  en  ppe  revetir  la  forme  nominative.  Ce  sont  les  plus  nombreuses.    

Dans  les  sociétés  cotées,  l’actionnaire  a  la  choix  entre  la  forme  nominative  et  la  forme  au  
porteur  (  en  principe  ).  

Quel  est  le  régime  juridique  de  ces  valeurs  nominatives  ?    

Æleur  cession  :  la  transmission  du  titre  nominatif  s’opère  à  la  suite  d’un  ordre  de  virement  
signé  par  le  cédant.  Quand  elle  a  reçu  cet  ordre,  la  société  procède  alors  au  virement  des  
actions  du  compte  du  cédant  à  celui  du  cessionnaire.  

x La  location  :  en  2005,  le  législateur  a  consacré  la  location  d’actions.  C’est  un  dispositif  
qui  vise  à  faciliter  la  reprise  des  petites  entreprises  par  des  particuliers.  De  meme,  les  
actions  peuvent  faire  l’objet  d’un  crédit-­‐bail(  =  location  d’action  assortie  d’une  PUV  
moyennant  un  prix).  Les  conditions  sont  les  memes  que  pour  la  SARL.  

-­‐ Titres  au  porteur  :  aujourd’hui,  le  titre  au  porteur  est  un  titre  inscrit  en  compte  chez  
un  intermédiaire  affilié  à  EUROCLEAR  (  banque,  société  de  bourse  etc  …  ).  Le  principal  
interet  de  ce  titre  est  son  caractère  anonyme  mais  ce  n  est  pas  le  cas  vis-­‐à-­‐vis  de  
l’administration  fiscale.  

Transmission  de  ces  titres  :  la  transmission  des  titres  au  porteur  s’effectue  par  virement  de  
compte  à  compte  à  la  suite  d’un  ordre  de  mouvement  donnéà  l’intermédiaire  financier  qui  
tient  le  compte.  

67  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Dans  quelle  mesure  une  valeur  mobilière  peut  devenir  un  titre  au  porteur  et  inversement  ?    

En  principe,  tout  propriétaire  dont  les  titres  font  partie  d’une  émission  comprenant  à  la  fois  
des  titres  au  porteur  et  des  titres  nominatifs  a  la  faculté  (  en  principe  )  de  convertir  ses  titres  
dans  l’autre  forme.  

Identification  des  actionnaires  par  la  société  :  pour  les  titres  au  porteur  (  qui  doivent  etre  en  
principe  anonymes),  la  société  émettrice  a  la  possibilité  de  demander  aux  intermédiaires  
l’identité  des  propriétaires  des  titres.  Pour  les  titres  nominatifs,  elle  peut  demander  
l’identité  du  titre  à  l’intermédiaire.  

II. Le  placement  des  valeurs  mobilières  dans  le  public    

A) La  notion  d’offre  au  public  de  titres  financiers    

Depuis  2009,  la  notion  d’offre  au  public  de  titres  financiers  remplace  celle  d’  «  appel  public  à  
l’epargne  ».  cette  notion  est  définie  à  L411-­‐1  code  monétaire  et  financier.  Aux  termes  de  cet  
article,  l’offre  au  public  de  titres  financiers  peut  prendre  2  formes  :    

-­‐ La  communication  adressée  sous  quelque  forme  et  par  quelque  moyen  que  ce  soit  à  
des  personnes  de  manière  à  conduire  un  investisseur  à  acheter  ou  à  souscrire  des  
titres  financiers.    
-­‐ Le  placement  de  titres  financiers  par  des  intermédiaires  financiers  (  une  banque  etc  
…)  

B) L’organisation  des  marchés  financiers  

Pdt  longtemps,  la  négociation  des  valeurs  mobilières  sur  un  marché  réglementé  a  fait  l’objet  
du  monopole  des  «  agents  de  change  ».  aujourd’hui,  il  y’a  une  évolution  et  notamment  en  
1988,  avec  la  loi  du  22  janvier  1988,  les  anciennes  charges  d’agent  de  change  ont  été  
remplacées  par  des  sociétés  de  bourse.  Aujourd’hui,  la  négociation  des  valeurs  mobilières    
(acheter  et  vendre)  est  essentiellement  effectuée  par  des  entreprises  d’investissement  et  
par  des  établissements  de  crédits  qui  font  l’objet  d’un  agrément.  

Par  ailleurs,  les  personnes  ou  les  organismes  qui  interviennent  sur  les  marchés  sont  
controlés  par  l’AMF  (  Autorité  des  Marchés  Financiers  ).  Cette  autorité  reglemente  
l’organisation  et  le  fonctionnement  des  marchés,  elle  a  un  réel  pouvoir  réglementaire.  Puis  
elle  veille  à  la  régularité  des  opérations  effectuées  sur  des  titres  faisant  l’objet  d’une  offre  au  

68  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
public.  Par  exemple,  il  y  a  une  règle  qui  veut  que  dans  le  cadre  d’une  OPA,  les  sociétés  
doivent  faire  des  «  déclarations  de  seuil  »  càd  qu  elles  doivent  informer  du  seuil  du  contrôle  
sur  la  société  sur  laquelle  elles  veulent  faire  une  Opa.  Ici,  l’AMF  va  vérifier  que  les  
déclarations  de  seuil  ont  bien  été  remplies  pour  valider  une  OPA.  L’AMF  est  aussi  cpt’  en  
matière  de  délit  d’initiés.  

Distinctions  entre  les  marchés  non  réglementés  dits  de  «  gré  à  gré  »  et  ceux  qui  sont  
réglementés.  

Pour  etre  reconnu  comme  un  marché  réglementé,  un  marché  doit  etre  validé  par  un  arreté  
du  ministre  chargé  de  l’économie.  Avec  cet  agrément,  le  ministre  garantie  le  
fonctionnement  régulier  des  négociations  sur  ce  marché.  En  France,  il  n’existe  plus  qu’un  
seul  marché  reglementé  :  Eurolist  (  qui  appartient  à  Euronext).  

Comment  une  société  peut  elle  entrer  dans  un  marché  réglementé  ?  

Î L’admission  d’instruments  financiers  aux  négoc  sur  un  marché  réglementé  est  décidé  
par  l’entreprise  de  marchés  et  donc  par  Euronext.  L’AMF  peut  quand  meme  
s’opposer  à  cette  admission.  Bien  evidemment,  quand  des  sociétés  sont  admises  sur  
un  march  réglementé,  on  leur  impose  des  contraintes  particulières  et  elles  sont  
soumises  à  un  contrôle  étroit  de  l’AMF.    

Section  2  :  les  régimes  spéciaux    

[…]  il  existe  4  titres  …  

I. Les  actions    

Bien  évidemment,  seules  les  sociétés  par  actions  sont  autorisées  à  émettre  des  actions.  Les  
sociétés  par  action  sont  la  SA,  la  SAS  et  les  SCA  (  sociétés  en  commandite  par  actions).  

Pdt  longtps,  la  loi  n’a  consacré  qu’une  catégorie  d’actions  et  1  action  donnait  
nécessairement  accès  au  meme  droit.  Mais  dans  la  pratique,  sont  apparues  différentes  
catégories  d’actions  qui  ne  donnaient  pas  nécessairement  accès  au  meme  droit.  Par  xemple,  
pour  fidéliser  ses  actionnaires,  il  y  a  des  sociétés  qui  ont  émis  des  actions  à  droit  de  vote  
double,  des  actions  à  dividendes  prioritaires  (  redistribué  d’abord  aux  actionnaires  ayant  
telle  catégorie  d’action).  Cette  possibilité  d’inégalité  a  été  consacrée  par  une  ordonnance  du  
24  juin  2004  qui  a  consacré  les  «  actions  de  préférence  ».  

69  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
A) Les  actions  ordinaires  

Les  actions  sont  des  titres  fongibles  à  l’intérieur  d’une  meme  émission.  L’action  est  aussi  un  
titre  d’associé  :  elle  va  donner  droit  à  des  droits  individuels  et  en  ppe,  les  droits  auxquels  
donne  droit  l’action  sont  égaux.    

1. Les  actions  sont  des  titres  négociables  

Ppe  :  dans  les  sociétés  de  capitaux,  peu  importe  la  personne  des  associés  et  par  csq,  les  
actions  sont  en  ppe  négociables  et  donc,  en  ppe,  elles  peuvent  etre  cédées  facilement.  
Toutefois,  il  existe  des  restrictions  au  principe  de  libre  négociabilité  des  actions.  En  effet,  
certaines  actions  peuvent  etre  déclarées  inaliènables  soit  par  la  législateur,  soit  
conventionnellement.  De  plus,  meme  si  leur  négociabilité  n  est  pas  remise  en  cause,  elle  
peut  etre  limitée.  

-­‐ Les  restrictions  prévues  par  la  loi  :  dans  les  sociétés  anonymes,  certaines  actions  
perdent  leur  caractère  négociable  et  cessible  par  le  fait  de  la  loi.  par  exemple,  des  
sociétés  peuvent  mettre  en  place  des  plans  de  participation  des  salariés  qui  peuvent  
acquérir  des  actions  à  un  tarif  préférentiel.  Mais  sont  déclarées  inaliénables  les  
actions  souscrites  ou  achetées  par  le  personnel  dans  le  cadre  de  l’actionnariat  des  
salariés  et  les  actions  attribuées  au  salarié  au  titre  de  la  participation  au  résultat  de  
l’entreprise.    
-­‐ Les  restrictions  conventionnelles  :  art  900-­‐1  cc,  dans  certaines  hypothèse  une  
inaliénabilité  conventionnelle  peut  etre  prévue  à  l’encontre  d’un  ou  plusieurs  
actionnaires.  Cette  inaliénabilité  est  soumise  à  des  conditions  :  elle  ne  peut  etre  
imposées  que  pour  une  durée  limitée  et  elle  doit  répondre  à  un  interet  social,  sérieux  
et  légitime.  Ce  procédé  d’inaliénabilité  a  été  utilisé  lors  de  la  privatisation  de  
certaines  sociétés  (  fins  des  années  1980  ).  Quand  l’état  a  voulu  privatiser  ces  
sociétés,  il  ne  voulait  pas  qu’elles  tombent  dans  les  mains  de  n’importe  quel  
actionnaire.  Il  a  donc  reservé  des  actions  à  certaines  sociétés  lui  ayant  donné  des  
garanties  mais  pour  qu  elles  acceptent,  ces  sociétés  ont  eu  ces  actions  à  des  tarifs  
préférentiels.  De  plus,  la  négociabilité  des  actions  peut  etre  limitée  par  l’insertion  
dans  les  statuts  des  SA  de  clauses  particulières.  Certaines  clauses  peuvent  également  
figurer  dans  des  actes  extra  statutaires.  Si  la  clause  est  insérée  dans  les  statuts,  on  
parle  de  clause  statutaire  mais  si  elle  figure  dans  un  document  qui  n’est  pas  rattaché  
au  statut,  on  parle  de  clause  extra  statutaire.  Ces  clauses  permettent  de  réintroduire  
un  certain  intuitu  personae  dans  les  sociétés  anonymes.  Y  a  2  hypothèses  :  
x Les  fondateurs  d’une  SA  souhaitent  se  préserver  contre  l’intrusion  de  tiers  (  par  
exemple  dans  une  société  familiale  ).  Dans  ce  cas,  les  actionnaires  peuvent  insérer  
une  clause  d’agrément  dans  les  statuts.    

70  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
La  jurisprudence  a  admis  cette  restriction  à  la  libre  négociabilité  des  actions  mais  à  
certaines  conditions.    
x Les  actionnaires  peuvent  vouloir  maintenir  un  équilibre  entre  les  forces,  les  groupes  
existant  au  sein  de  la  société  et  dans  ce  cas,  ils  peuvent  insérer  une  «  clause  de  
préemption  ».      

Æles  clauses  d’agrément  :  elle  impose  aux  associés  qui  désirent  vendre  leurs  actions  de  
demander  à  la  société  d’agréer  (  de  donner  son  accord  )  l’entrée  du  ou  des  nouveaux  
associés.  Dans  ce  cas,  la  cession  ne  sera  effective,  possible  que  si  la  société  accepte  la  
personne  du  cessionnaire.    

Principe  :  dans  les  sociétés  dont  les  titres  sont  admis  en  négociation  sur  un  marché  
réglementé,  l’insertion  d’une  clause  d’agrément  dans  les  statuts  de  la  société  n’est  pas  
possible.  En  revanche,  en  ppe,  l’insertion  d’une  clause  d’agrément  est  possible  dans  une  
société  qui  n’est  pas  cotée.  En  général,  de  telle  clause  d’agrément  donnent  cpt’  à  un  organe  
de  la  société  comme  le  Conseil  d’Admi  ou  de  Surveillance  ou  l’AG.  Cet  organe  a  cpt’  pour  
statuer  sur  l’entrée  d’un  nouvel  actionnaire  dans  la  société.    

Conditions  :  -­‐  la  clause  d’agrément  n’est  valable  que  dans  les  sociétés  non  cotées.  Par  
ailleurs,  les  action  concernées  doivent  etre  des  actions  nominatives.  

-­‐ L’agrément  doit  etre  prévu  par  les  statuts  


-­‐ Puisque  la  clause  d’agrément  constitue  une  exception  à  la  règle  de  la  libre  cessibilité  
des  actions,  cette  clause  doit  s’interpreter  strictement.    
-­‐ L’art.  L228-­‐23  c.com  prévoit  que  la  clause  d’agrément  est  écartée  «  en  cas  de  
succession,  de  liquidation  du  régime  matrimonial  ou  de  cession  soit  à  un  conjoint,  
soit  à  un  ascendant  ou  à  un  descendant.  »  cela  veut  dire  qu’une  clause  d’agrément  
ne  peut  pas  s’appliquer  aux  cessions  entre  membres  de  la  famille  du  cédant  et  ceci  
quelque  soit  la  nature  de  la  transmission.  

Une  clause  d’agrément  qui  imposerait  l’agrément  en  cas  de  cession  au  profit  d’un  aiutre  
actionnaire  est  elle  valable  ?  

Î Cas  dit  NON  :  arret  1976,1987  etc  …  


Î Sauf  qu’en  2004,  la  rédaction  de  l’art.L228-­‐23  c.com  a  changé.  Cet  article  dispose  que  
«  la  cession  de  titres  de  capital  ou  de  valeurs  mobilières  donnant  accès  au  capital  à  
quelque  titre  que  ce  soit  peut  etre  soumise  à  l’agrément  de  la  société  par  une  clause  
des  statuts  ».  dans  cet  article,  il  n’est  pas  dit  que  l’insertion  d’une  clause  d’agrément  
est  impossible  pour  une  cession  entre  associés.  

La  juris  antérieure  est  elle  encore  valable  après  la  modification  de  l’art.  L  228-­‐23  ?  OUI.  

71  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
La  clause  d’agrément  peut  elle  jouer  à  l’occasion  d’un  transfert  de  titres  réalisé  lors  de  la  
transmission  universelle  du  patrimoine  de  la  société  détentrice  des  actions  ?  (  par  exemple  
en  cas  de  fusion  ).  

Î La  chambre  commerciale  a  considé&ré  que  la  clause  d’agrément  peut  jouer  meme  
lors  de  la  transmission  universelle  du  patrimoine  de  la  société  détentrice  d’actions.  

Que  se  passe  t  il  lorsqu’une  société  dont  les  actions  sont  librement  négociables  est  
actionnaire  d’une  société  dont  les  statuts  comportent  une  clause  d’agrément  ?    

Î Dans  ce  cas,  il  suffit  que  les  tiers  indésirables  prennent  le  contrôle  de  la  société  X  
pour  entrer  dans  le  capital  de  la  société  Y.  voir  l’affaire  du  Midi  Libre  13  décembre  
1996  ch.  Commerciale.-­‐-­‐>  dans  cette  affaire,  la  Cassation  a  considéré  que  la  prise  de  
participation  majoritaire  dans  le  capital  d’une  société  actionnaire  d’une  autre  ne  
constitue  pas  en  elle-­‐même  (  si  la  prise  de  participation  ne  constitue  pas  en  elle-­‐
même  une  fraude,  en  revanche,  la  prise  de  participation  peut  s’insérer  dans  un  
montage  frauduleux,  il  pourrait  y  avoir  nullité),une  fraude  aux  droits  issus  de  la  
clause  d’agrément.  Æpar  des  moyens  licites  on  contourne  la  clause  d’agrément.  
 
Procédure  d’agrément  :    
 
1) La  demande  d’agrément  est  présentée  par  lettre  recommandée  à  la  société  par  le  
cédant  ou  le  cessionnaire.    L’organe  cpt’  accorde  ou  pas  l’agrément  (  CA,  CS  ou  
AG  ).  Le  cédant  n’est  pas  interdit  de  vote.  
2) L’agrément  peut  etre  accordé  de  façon  explicite  mais  aussi  de  façon  implicite    si  la  
société  n’a  pas  répondu  à  la  demande  dans  un  délai  de  3  mois.  
3) Le  refus  d’agrément  est  une  décision  qui  n’a  pas  à  etre  motivée  car  personne  n’a  
un  droit  à  entrer  dans  une  société.    

Toutefois,  dans  certains  cas,  les  tribunaux  peuvent  condamner  au  versement  de  dommages  
et  intérêts  les  associés  qui  auraient  refusé  l’agrément  de  façon  abusive.  Dans    ce  cas,  l’abus  
nécessite  l’  «  intention  de  nuire  ».    

S’il  y  a  «  refus  »  c’est  une  difficulté  pour  le  cédant.  Afin  qu’il  ne  reste  pas  prisonniers  des  ses  
actions,  la  société  est  tenue  de  faire  racheter  les  actions  par  un  tiers  soit  de  les  racheter  elle-­‐
même  et  dans  ce  cas,  elle  devra  réduire  son  capital.  Mais  la  difficulté  sera  aussi  l’entente  sur  
le  prix.  Dans  ce  cas,  si  les  parties  n’arrivent  pas  à  se  mettre  d’accord,  la  société  peut  
demander  que  le  prix  soit  fixé  «  à  dire  d’expert  »  càd  par  un  expert.    

Les  parties,  en  cas  de  refus  d’agrément,  bénéficient  elles  d’un  «  droit  de  repentir  »  ?  

Î La  position  de  la  société  et  celle  du  cédant  ne  sont  pas  les  memes.  Plus  précisement,  
si  la  société  a  refusé  l’agrément,  elle  n’est  pas  autorisé  à  revenir  sur  sa  décision.  Cela  

72  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
veut  dire  que  si  le  cédant  le  souhaite  toujours,  la  société  est  tenue  de  lui  racheter  ses  
actions.    
Î A  l’inverse,  le  cédant  peut  retirer  son  offre  si  le  cessionnaire  qu’il  a  choisi  n’est  pas  
agréé  et  la  société  ne  peut  pas,  dans  ce  cas,  lui  imposer  de  racheter  ses  actions.    

Le  cédant  peut  il  se  rétracter  si  le  prix  fixé  par  le  tiers  évaluateur  ne  lui  convient  pas  ?    

Î L’ordonnance  du  24  juin  2004  est  completée  par  L228-­‐24  c.com  qui  précise  que  :  «  le  
cédant  peut  à  tout  moment  renoncer  à  la  cession  de  ses  titres  de  capital  ou  valeurs  
mobilières  donnant  accès  au  capital  ».  avec  ce  texte,  on  se  dit  que  si  le  prix  de  
l’expert  ne  lui  convient  pas,  le  cédant  peut  renoncer  à  la  cession.    

Quelle  est  la  sanction  en  cas  de  violation  de  la  clause  d’agrément  ?    

Î L’art.L228-­‐23  c.com  précise  «  toute  cession  effectuée  en  violation  d’une  clause  
d’agrément  figurant  sur  les  statuts  est  nulle  ».    

ÆLa  clause  de  préemption  :  il  s’agit  d’une  stipulation  en  vertu  de  laquelle  tout  
actionnaire  qui  veut  céder  ses  actions  doit,  par  priorité,  proposer  cette  cession  à  
certaines  personnes  désignées  (  soit  l’ensemble  ou  certains  autres  actionnaires).  
 
Remarque  sur  les  différences  entre  clause  d’agrément  et  de  préemption  :  la  clause  
d’agrément  est  statutaire.  De  plus,  cette  clause  établit  un  contrôle  au  profit  de  la  
société  d’ailleurs  ce  sont  les  organes  sociaux  de  la  société  qui  décident  ou  non  
d’accorder  l’agrément.  En  revanche,  la  plupart  du  temps,  la  clause  de  préemption  est  
extra  statutaire  :  c  est  un  mecanisme  contractuel  et  la  clause  de  préemption  joue  
entre  associés  et  non  concerne  que  les  rapports  entre  les  associés.      
 
Dans  la  loi  de  1966,  il  n’était  rien  dit  concernant  les  clauses  de  préemption,  sont  elles  
valables  ou  non  ?    
 
Î Arret  CA  Paris  14  mars  1990  Chargeurs  réunis  contre  Hersant  :  la  CA  s’est  prononcée  
sur  la  validité  d’une  clause  de  préemption.  La  particularité  était  que  la  clause  était  
insérée  dans  les  statuts.  On  s’est  dit  que  les  clauses  d’agréments  étaient  valables  
meme  si  elles  étaient  insérées  en  dehors  des  statuts.    

Quelle  est  la  sanctions  d’une  violation  d’une  clause  ?    

73  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Î Pendant  longtemps,  il  était  admis  que  la  violation  d’une  clause  de  préemption  n’était  
pas  sanctionnée  par  la  nullité  de  la  cession  sauf  en  cas  de  complicité  de  fraude  de  la  
part  du  tiers  acheteur.  Mais  un  revirement  de  jurisprudence  de  la  chambre  mixte  du  
26  mai  2006  change  les  choses.  Dans  cet  arret,  la  chbre  mixte  a  jugé  que  le  
bénéficiaire  d’un  pacte  de  préférence  peut  demander  l’annulation  du  contrat  et  sa  
substitution  à  l’acquéreur  à  une  double  condition  :  
-­‐ Il  faut  que  l’acquéreur  ait  eu  connaissance  du  pacte  de  préférence  lorsqu’il  a  
contracté.  
-­‐ Il  faut  que  l’acquéreur  ait  su  que  le  bénéficiaire  du  pacte  voulait  se  prévaloir  de  son  
droit.    

Quand  ces  2  conditions  sont  remplies,  cette  jurisprudence  permet  l’annulation  des  
cessions  conclues  en  violation  d’une  clause  de  préemption.    

Si  ces  conditions  ne  sont  pas  réunies,  la  violation  de  la  clause  de  préemption  emporte  2  
conséquences  :    

-­‐ Si  la  clause  est  statutaire,  la  cession  sera  inopposable  à  la  société  et  donc  par  
conséquent,  l’acheteur  ne  sera  pas  reconnu  actionnaire.    
-­‐ L’  associé  irrespectueux  de  la  clause  de  préemption  pourra  etre  condamné  au  
versement  de  dommages  et  interets.    

En  pratique,  les  mécanismes  d’agrément  et  de  préemption  sont  forcément  subsidiaires  l’un  
par  rapport  à  l’autre.  Cela  veut  dire  que  quand  un  actionnaire  veut  céder  ses  actions,  en  
principe,  c’est  d’abord  la  clause  de  préemption  qui  fonctionne.  A  défaut  de  préemption  par  
les  actionnaires  bénéficiaires  de  la  clause,  les  actions  risquent  d’etre  cédées  à  un  tiers  mais  
dans  ce  cas,  il  est  important  de  pouvoir  agréer  ou  non  ce  tiers  et  donc  c’est  la  clause  
d’agrément  qui  va  jouer.    

2.  titres  conférant  des  droits  individuels    

Les  droits  individuels  attribués  aux  actionnaires  sont  les  memes  que  ceux  attribués  aux  
associés  (  ont  le  droit  de  participer  à  la  vie  sociale,  le  droit  de  céder  leurs  titres  et  ont  des  
droits  à  l’information  renforcée  etc…).  de  meme,  les  actionnaires  ont  un  droit  aux  
dividendes.  

-­‐ Le  droit  de  rester  actionnaire  :  

74  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Ppe  :  comme  tout  associé,  l’actionnaire  a  le  droit  de  rester  actionnaire  càd  que  
concrètement,  il  ne  peut  pas  etre  exclu  de  la  société  par  les  dirigeants  ou  par  une  décision  
de  l’assemblée  générale.    

Exceptions  :  dans  certains  cas,  une  exclusion  peut  etre  prévue  par  la  loi.  cette  exclusion  peut  
se  justifier  soit  comme  la  sanction  d’une  faute,  soit  pour  les  besoins  de  la  vie  sociale.  Par  
exemple,  peut  etre  exclu  de  la  société  l’actionnaire  qui  n’aura  pas  libéré  toutes  ses  actions.  
Dans  ce  cas,  l’actionnaire  s’expose  à  ce  que  l’on  appelle  la  procédure  d’exécution  en  bourse  
càd  que  l’on  met  l’actionnaire  en  demeure  de  libérer  ses  actions.  Peut  également  etre  exclu  
l’actionnaire  qui  n  a  pas  présenté  ses  actions  dans  une  opération  d’echanges.    

Sauf  si  on  se  situe  dans  les  exceptions  au  ppe,  toute  mesure  qui  aboutirait  à  l’exclusion  d’un  
actionnaire  devrait  en  ppe  etre  annulée.    

Le  droit  de  se  groupe  en  association  d’actionnaires  :  depuis  le  1er  mars  1984,  le  législateur  a  
rendu  possible  le  groupement  d’actionnaires  sous  quelque  forme  que  ce  soit  et  donc  sous  
forme  d’association.  Depuis  1984,  les  associations  d’actionnaires  n’ont  cessé  de  voir  leurs  
prérogatives  s’étendre.  Par  exemple,  une  loi  de  1989  permet  aux  associations  de  défenses  
des  investisseurs  …  d’agir  en  justice  dès  lors  que  ces  associations  sont  agréées.  Simplement,  
en  droit  français,  les  «  class  actions  »  ne  sont  pas  autorisées  =  groupement  de  personnes  qui  
agit  contre  une  société  par  exemple.    

Ces  associations  d’actionnaires  ont  un  véritable  pouvoir  :  elles  peuvent  convoquer  une  AG,  
récuser  un  commissaire  aux  comptes,  poser  des  questions  écrites  etc…  

-­‐ Titres  conférant  des  droits  égaux  :    

Ppe  :  les  droits  attachés  à  la  propriété  des  actions  sont  égaux  :  chaque  action  donne  en  ppe  
les  memes  droits  sur  des  bénéfices  sociaux  et  est  assortie  d’un  droit  de  vote.  De  meme,  en  
cas  de  réduction  du  capital,  il  ne  peut  jamais  etre  porté  atteinte  à  l’égalité  des  actionnaires.  
Il  faut  savoir  que  ce  ppe  d’égalité  des  actionnaires  inspire  les  actions  de  l’AMF.  L’AMF  vérifie  
l’utilisation  abusive  d’informations  privilégiées  par  les  initiés  (  =  vérifie  qu’il  n’existe  pas  de  
délit  d’initiés).  De  meme,  l’AMf  vérifie  que  l’égalité  des  actionnaires  est  respectée  en  cas  
d’OPA.  Le  ppe  d’=té  des  actionnaires  n’est  pas  d’ordre  public  et  à  certaines  conditions,  les  
statuts  peuvent  l’écarter  par  la  création  d’actions  spéciales  :  les  actions  de  préférences.  

B) Les  actions  de  préférence  

Le  terme  et  le  régime  de  ces  actions  résultent  d’une  ordonnance  du  24  juin  2004.  Le  
législateur  a  essayé  de  simplifier  les  choses.  

75  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Définition  :  les  actions  de  préférence  sont  des  catégories  d’actions  qui  donnent  un  avantage  
particulier  à  leurs  détenteurs  par  rapport  aux  actions  classiques.  La  préférence  accordée  aux  
actions,  le  plus  souvent,  est  d’ordre  pécunière.  

Ex  :  l’avantage  peut  consister  au  versement  de  dividendes  préférentiels  ou  au  droit  de  vote  
double.  

Les  actions  de  préférences  peuvent  etre  émises  lors  de  la  constitution  de  la  société  ou  au  
cours  de  son  existence.  Mais  dans  tout  les  cas,  les  droits  particuliers  attachés  aux  actions  
sont  définis  par  les  statuts.  

Les  porteurs  d’actions  de  préférences  sont  constitués  en  assemblée  spéciale  et  ils  ont  la  
possibilité  de  demander  au  commissaire  aux  comptes  d’établir  un  rapport  spécial  sur  «  le  
respect  par  la  société  des  droits  particuliers  attachés  aux  actions  de  préférence  »  L228-­‐19  
c.com.  

Ces  actions  de  préférences  ne  vont  pas  tout  tps  rester  comme  telles.  Elles  peuvent  etre  
converties  en  actions  normales.  Les  opérations  de  conversions  sont  soit  prévues  par  les  
statuts  ou  soit  décidées  par  l’AGE  après  étude  d’un  rapport  spécial  des  commissaires  aux  
comptes.  

II. Les  obligations  

Elles  sont  apparues  dans  le  seconde  moitié  du  19ème  siècle  et  jouent  un  role  important  dans  
le  financement  de  l’economie  et  des  sociétés.  

Définition  :  il  s’agit  de  titres  négociables  constatant  une  créance  sur  le  société.  ces  titres  
confèrent  à  leurs  titulaires  que  l’on  appelle  les  «  obligataires  »  les  memes  droits  de  créances  
pour  une  meme  valeur  nominale  (  L228-­‐38  c.com).  

Les  porteurs  d’obligations  sont  les  «  préteurs  ».  ils  prêtent  de  l’argent  à  la  société  en  
échange  d’un  titre  qui  est  l’obligation,  c’est  un  titre  négociable,  cela  veut  dire  qu’ils  vont  
pouvoir  le  revendre.  

Ces  porteurs  n’ont  pas  la  qualité  d’associé  et  ne  participent  donc  pas  à  la  gestion  de  la  
société.  

Les  obligations  sont  des  titres  négociables  qui  peuvent  etre  soit  nominatifs,  soit  au  porteur.  

76  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
L’avantage  pour  une  société  de  recourir  à  l’emprunt  obligataire  est  que  cet  emprunt  
n’entraine  aucune  perturbation  dans  la  répartition  du  capital  ou  le  partage  du  bénéfice.    

La  difficulté  est  qu’en  s’endettant,  la  société  devient  débitrice  de  remboursement.  Donc  
chaque  année,  la  société  devra  rembourser  cet  emprunt.  

L’obligataire  a  l’avantage  d’etre  assuré  qu’il  recevra  annuellement  un  interet  ainsi  que  le  
remboursement  de  son  prêt.  En  revanche  l’obligataire  n’a  le  droit  qu’au  remboursement  de  
la  valeur  nominale  du  titre.  

D’un  point  de  vue  juridique,  la  créance  de  l’actionnaire  est  nécessairement  de  nature  
commerciale  alors  que  la  créance  de  l’obligataire  est  de  nature  civile.  L’actionnaire  perçoit  
un  dividende  alors  que  l’obligataire  a  droit  au  versement  d’interets  et  au  remboursement  de  
son  obligation.  

Il  existe  une  grande  variété  d’obligations  :  la  diversité  des  obligations  peut  affecter  par  
exemple,  le  mode  de  calcul  de  l’interet.  Il  existe  des  obligations  à  interets  fixe  (  chaque  
année  3%  de  la  somme  pretée)  ou  des  obligations  indexées.  

L’échéance  de  remboursement  de  l’obligation  peut  varier.  

Le  régime  des  obligation  se  trouve  à  L228-­‐38  à  L228-­‐90  c.com.  

Quels  sont  les  droits  des  obligataires  ?    

Outre  le  droit  au  paiement  de  l’interet  et  le  droit  au  remboursement  de  la  valeur  nominale  
de  l’obligation,  les  obligataires  ont  aussi  le  droit  de  s’organiser  en  une  «  masse  »  (  =  
personnes  qui  avaient  les  memes  droits  avant  la  réforme  de  1985).    

La  masse  est  un  groupement  des  obligataires  doté  de  la  personnalité  civile  qui  a  pour  
mission  de  défendre  les  interets  que  les  obligataires  ont  en  commun.  Cette  masse  comprend  
tout  les  obligataires  d’une  meme  émission  et  seulement  euxÆ  réunir  des  obligataires  qui  
ont  les  memes  droits.  

La  masse  est  dotée  par  la  loi  de  représentant,  elle  a  la  personnalité  morale.  Ces  
représentants  vont  représenter  les  obligataires  lors  de  l’AG,  ils  vont  faire  valoir  les  droits  des  
obligataires  au  sein  de  la  société.  Tous  les  obligataires  qui  appartiennent  à  la  meme  masse  
vont  se  réunir  en  AG.    

77  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
III. Les  valeurs  mobilières  donnant  accès  au  capital  ou  donnant  droit  à  l’attribution  
de  titres  de  créances  

A  coté  des  obligations  classiques  s’est  développée  l’émission  d’obligations  «  composées  »  


qui  permettent  à  leurs  titulaires  d’acquérir  des  actions  ou  des  obligations  à  des  conditions  
préférentielles.  Parmi  ces  titres,  il  faut  distinguer  «  titres  composites  »  et  les  «  titres  
autonomes  ».  

Titres  composites  :  ils  sont  constitués  d’un  élément  primaire  qui  peut  etre  une  action  ou  une  
obligation  auquel  est  amarré  un  titre  secondaire  qui  permet  à  terme  d’accéder  au  capital  
social.  

Ex  :  il  existe  des  obligations  à  bons  de  souscription  d’action    

Titres  autonomes  :  titres  qui  donnent  accès  par  eux-­‐mêmes  au  capital  social.    

Ex  :  un  bon  autonome  de  souscription  ou  bon  de  souscription  d’action.  

Sous  titre  2  :  La  société  en  commandite  par  action  (  SCA  )  (L226-­‐1à  226-­‐14  c.com)  

c’est  une  société  de  forme  hybride  car  elle  emprunte  aux  régimes  de  2  autres  formes  
sociales  :  SCS  et  SA.  

Elle  est  réglementée  par  L226-­‐1  et  s.  du  c.com.  et  ces  articles  renvoient  soit  au  
fonctionnement  de  la  SA  ou  de  la  SCS.  

Cette  SCA  était  en  vogue  à  la  première  moitié  du  19ème  siècle  amis  elle  est  l’est  moins  
aujourd’hui.  

Elle  a  pour  intérêt  mtn  de  constituer  un  outil  contre  les  OPA.  

Pourquoi  ?    

Ædans  la  SCA,  les  commandités  conservent  la  gestion  de  la  société  meme  s’ils  ne  détiennent  
pas  la  majorité  du  capital  détenue  par  les  commanditaires.    

Section  1  :Constitution    

Les  associés  :  lors  de  sa  constitution,  la  SCA  peut  réunir  un  ou  plusieurs  commandités  ayant  
nécessairement  la  qualité  de  commerçant  mais  impérativement  3  associés  commanditaires.  

78  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Le  capital  social  est  donc  divisé  en  actions  négociables.  Il  doit  etre  d’au  moins  de  37  000  €  et  
le  SCA  est  la  seule  société  qui  peut  etre  cotée  en  bourse  avec  la  SA.  

Section  2  :  L’organisation    

I. Les  dirigeants    

La  SCA  est  gérée  par  une  ou  plusieurs  personnes  physiques  ou  morales  ayant  la  capacité  
commerciale  et  ces  personnes  prennent  le  nom  de  «  gérant  ».    

Fréquemment,  le  gérant  est  un  associé  commandité,  cpdt  dans  certains  cas,  il  peut  s’agir  
d’un  tiers.    

En  revanche,  le  gérant  ne  peut  pas  etre  un  commanditaire.    

Le  gérant  doit  avoir  moins  de  65  ans  sauf  si  les  statuts  indiquent  le  contraire  (  L226-­‐3  c.com).  

La  SCA  laisse  une  grande  place  à  la  liberté  statutaire  :  les  conditions  de  renouvellement  du  
mandat  sont  déterminées  par  les  statuts  etc  …    

Dans  les  rapports  avec  les  tiers,  la  société  est  engagée  meme  par  les  actes  du  gérant  qui  ne  
relèvent  pas  de  l’objet  social  sous  réserve  que  les  tiers  aient  eu  connaissance  du  
dépassement.    

Le  gérant  assume  les  memes  obligations  que  le  CA  dans  la  SA  :  cela  signfie  que  c  est  lui  qui  va  
convoquer  les  assemblées  etc  …  

II. Les  controles    

L’assemblée  générale  doit  désigner  un  ou  plusieurs  commissaires  aux  comptes.  

La  procédure  des  «  conventions  réglementées  »  est  applicables  aux  conventions  susceptibles  


de  renfermer  un  conflit  d’interet  comme  dans  les  SA.  

Il  est  obligatoire  pour  l’AGO  de  nommer  un  conseil  de  surveillance.  Ce  conseil  est  composé  
d’au  moins  3  actionnaires  (  commanditaires  ).  Ce  conseil  assume  de  façon  permanente  le  
contrôle  de  la  gestion  de  la  société.  

Ce  conseil  de  surveillance  dispose  des  memes  pouvoirs  que  les  commissaires  aux  comptes.    
79  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Pour  les  commanditaires,  la  société  est  une  société  de  capitaux  en  revanche,  les  
commandités  ont  la  qualité  de  commerçant,  sont  responsables  solidairement  des  dettes.  

Section  3  :  les  mutations  de…  

I. Les  mutations  des  droits  sociaux  

Les  commanditaires  disposent  d’actions  qu’ils  peuvent  librement  négocier  surtout  lorsque  la  
société  est  cotée.  Toutefois,  tout  comme  dans  la  SA,  des  restrictions  à  cette  libre  
négociabilité  sont  possibles  dès  lors  que  la  société  ne  souhaite  pas  offrir  ses  titres  au  public  (  
clauses  d’agrément,  de  préemption,  d’inaliénabilité…).  

Les  commandités  disposent  de  parts  sociales  qui  ne  sont  pas  des  titres  négociables.    

Pour  la  cession  des  parts  sociales,  il  faut  respecter  la  cession  de  créances.  

Par  ailleurs,  la  cession  des  parts  sociales  doit  faire  l’objet  d’une  publicité  au  RCS  de  plus,  le  
cession  doit  recueillir  l’accord  unanime  des  commandités  et  commanditaires.    

II. …  

La  SCA  peut  se  transformer  en  une  société  d’une  autre  forme.  Comme  il  s’agit  d’une  modif  
des  statuts,  l’accord  unanime  des  associés  commandités  est  nécessaire  sauf  clause  contraire.  
Il  faut  l’accord  de  la  majorité  des  associés  commanditaires.  

Sous  titre  3  :La  société  par  actions  simplifiées  (  SAS  )  

Société  récente  :  loi  du  3  janvier  1994.    

En  1994,  cette  société  présentait  2  caractéristiques  :    

-­‐ C’est  une  société  placée  sous  le  signe  de  la  liberté  contractuelle  notamment  pour  la  
direction  de  la  société.  

80  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐ Cette  société  était  une  forme  sociale  réservée  aux  opérateurs  avertis  puisque  en  
1994,  ces  actionnaires  ne  pouvaient  etre  que  des  sociétés  ayant  un  capital  d’au  
moins  225  000  €.  

Une  loi  du  12  juillet  1999  a  supprimé  la  double  condition  de  personnalité  morale  et  de  
capital  minimum  que  devait  auparavant  réunir  les  actionnaires  d’une  SAS.  Donc  à  partir  de  
1999,  toute  personne  peut  devenir  associé  (  selon  Aubry,  c’est  dangereux).  

La  loi  du  4  aout  2008  dite  de  «  modernisation  économique  »  est  venue  apporter  de  
nouveaux  assouplissements  notamment  concernant  le  capital  social.  Aujourd’hui,  certains  
parlent  de  «  sociétés  par  actions  très  simplifiées  »  car  tout  est  possible  avec  une  SAS.    

Le  législateur,  dès  1994,  a  prévu  que  la  SAS  pouvait  être  unipersonnelle,  on  parle  de  SASU  
(Société  par  Action  Simplifiée  Unipersonnelle).  

Quand  la  SAS  est  unipersonnelle,  son  régime  juridique  connait  qq  particularité  et  là  encore,  
le  régime  juridique  de  la  SASU  a  été  simplifié  par  la  loi  du  4  aout  2008.  

Ex  :  la  SASU  est  soumise  à  des  formalités  de  publicité  allégées.    

Ex  :  en  présence  d’une  convention  intervenue  directement  ou  indirectement  entre  la  société  
et  son  dirigeant,  il  n’est  pas  nécessaire  qu’un  commissaire  aux  comptes  intervienne.  Cette  
convention  sera  inscrite  au  registre  des  décisions.    

En  pratique,  la  SASU  peut  etre  utilisée  par  un  groupe  de  sociétés  qui  veut  filialiser  leurs  
activités.  

La  SAS  est  régie  par  peu  d’articles  (  L227-­‐1  à  L227-­‐20  c.com).  

L227-­‐1  c.com  précise  «    lorsqu’elles  sont  compatibles  avec  les  dispositions  propres  à  la  SAS,  
les  règles  concernant  la  société  anonyme,  à  l’exception  de  celles  relatives  à  la  direction  de  la  
société  sont  applicables  à  la  SAS  ».  ÆDonc  soit  il  existe  des  règles  propres  à  la  SAS  qu’on  doit  
lui  appliquer,  soit  il  s’agit  d’une  question  sur  la  direction  de  la  société  et  dans  ce  cas,  il  faut  
appliquer  les  règles  de  la  SAS  et  les  statuts.  

Section  1  :  Constitution    

-­‐création  d’une  SAS  société  nouvelle  

-­‐transformation  d’une  société  en  SA  

81  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
  I.  création  d’une  SAS  société  nouvelle  

Concernant  les  formalité  de  publicité  :  voir  règles  de  la  SA.  

En  revanche,  concernant  les  conditions  de  fond,  la  SAS  présente  certaines  particularités  :  

x Les  associés  :  toute  personne  peut  devenir  associé  d’une  SAS  .  la  responsabilité  des  
associés    est  limitée  à  leurs  apports  donc  il  est  nécessaire  qu’ils  aient  une  capacité  
civile.  Il  n  y  a  pas  de  contrainte  concernant  le  nombre  des  associés  (  1  seul  associé  
pour  une  SASU  ).  
x Le  capital  :  jusqu’à  la  loi  du  4  aout  2008,  la  SA  devait  avoir  un  capital  social  d’au  
moins  37  000  €.  Depuis  cette  loi,  il  n’existe  plus  de  capital  minimum  et  donc,  le  
capital  est  librement  fixé  par  les  statuts  (L227-­‐2  c.com).  depuis  cette  loi,  les  associés  
peuvent  effectuer  des  apports  en  industrie.  Mais  les  actions  résultant  d’apports  en  
industrie  sont  inaliénables  càd  qu’elles  ne  pourront  pas  etre  cédées.  De  plus,  les  
statuts  déterminent  les  modalités  de  souscription  et  de  répartition  de  ces  actions  (  
L.227-­‐1  c.com).  les  associés  d’une  SAS  reçoivent  des  actions  négociables.  Par  ailleurs,  
la  SAS  peut  emettre  des  obligations.  En  revanche,  la  SAS  ne  peut  pas  offrir  ses  titres  
au  public  (  donc  ne  peut  pas  etre  cotée  en  bourse)  car  elle  a  un  intuitu  personae.  

II.transformation  d’une  société  en  SAS  

Il  y  ‘a  2  dispositions  particulières  qui  s’appliquent  dans  ce  cas  :    

-­‐l’art  L227-­‐3  c.com  impose  que  la  décision  de  transformation  d’une  société  en  SAS  soit  prise  
à  l’unanimité  des  associés  de  la  société  qui  souhaite  se  transformer.  Cela  se  comprend  car  c  
est  une  société  considérée  comme  dangereuse.  

CA  Versailles  24  février  2005  :    

L’unanimité  des  associés  concernent  tout  les  associés  ou  l’unanimité  des  associés  présents  
lors  de  l’assemblée  générale  ?    

Î La  cour  dit  qu’en  cas  de  transformation  en  SAS,  ‘unanimité  s’entend  nécessairement  
de  la  totalité  des  associés  liés  par  le  pacte  social  et  pas  seulement  des  associés  
présents  ou  représentés  à  l’assemblée.    

L’unanimité  est  =t  nécessaire  en  cas  de  fusion  absorption  d’une  société  par  une  SAS  (  arret  
19  décembre  2006  cassation  commerciale  ).  

82  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
-­‐L224-­‐3  c.com  concerne  toutes  les  sociétés  par  action.    Au  terme  de  cet  article  «  lorsqu’une  
société  de  quelque  forme  que  ce  soit,  qui  n’a  pas  de  commissaire  aux  comptes  souhaite  se  
transformer  en  SAS,  il  doit  etre  procéder  à  la  nomination  d’un  ou  pls  commissaires  à  la  
transformation  qui  auront  pour  mission  d’apprécier  sous  leur  responsabilité  la  valeur  des  
biens  composant  l’actif  social  ».  

Section  2  :Organisation  de  la  SAS  

I. La  direction  de  la  société  

Au  terme  de  l’article  L227-­‐5  c.com,  il  revient  aux  statuts  de  fixer  les  conditions  dans  
lesquelles  la  société  est  dirigée.    

A) Le  statut  des  dirigeants  

La  durée  des  fonctions  des  dirigeants  et  les  conditions  de  cessation  de  leurs  fonctions  sont  
fixées  par  les  statuts.    

C’est  =t  aux  statuts  de  déterminer  les  conditions  pour  devenir  dirigeant.  

La  liberté  des  associés  n’est  pas  totale  car  les  associés  doivent  impérativement  désigner  un  
président.  Il  peut  etre  une  personne  morale  et  sera  chargé  de  représenter  la  société  (  L227-­‐7  
et  L227-­‐6).  

Au  plan  fiscal  et  social,  le  statut  des  dirigeants  de  SAS  est  le  meme  que  celui  des  dirigeants  
de  SA  càd  que  le  dirigeant  peut  avoir  la  qualité  de  salarié  et  etre  affilié  au  régime  de  sécurité  
sociale.  

B) Pouvoir  des  dirigeants  

Le  président  a  les  pvrs  les  plus  étendus  pour  agir  en  tte  circonstances  au  nom  de  la  société  
dans  la  limite  de  l’objet  social.  Mais  vis-­‐à-­‐vis  des  tiers,  il  engage  la  société  meme  pour  les  
actes  qui  ne  relèvent  pas  de  l’objet  social.    

83  
 
DROIT  DES  SOCIETES  
1er  mars   [Tapez  le  titre  du  document]  
 
Si  des  clauses  statutaires  peuvent  venir  limiter  les  pouvoirs  du  dirigeants  dans  l’ordre  
interne,  ces  clauses  sont  inopposables  au  tiers.  Cela  veut  dire  que  dans  les  statuts,  on  peut  
prévoir  une  clause  où  le  dirigeant  doit  dder  l’autorisation  à  un  comité  de  suveillance  etc  …  

Les  statuts  peuvent  ils  doter  d’autres  personnes  que  le  président  des  pouvoirs  de  représenter  
et  d’engager  la  société  vis-­‐à-­‐vis  des  tiers  ?    

Chbre  commerciale  arret  2  juillet  2002  :  la  Cour  a  répondu  par  la  négative  à  cette  question  et  
a  considéré  que  seul  le  président  avait  le  pouvoir  de  représenter  la  SAS  à  l’égard  des  tiers.  

Cette  décision  est  surprenante  car  les  délégations  de  pouvoir  sont  possibles  dans  la  SA.  

Cette  décision  a  été  critiquée  et  le  législateur  a  pris  conscience  de  la  difficulté  de  cette  
jurisprudence.  Il  a  donc  contredit  cette  jurisprudence  à  l’occasion  de  la  loi  de  sécurité  
financière  du  1er  aout  2003.  

Désormais,  l’alinéa  2  de  L227-­‐6  c.com  dispose  que  :  «  les  statuts  peuvent  prévoir  les  
conditions  dans  lesquelles  une  ou  plusieurs  personnes  autres  que  le  président  portant  le  
titre  de  DG  ou  DGD,  peuvent  exercer  les  pouvoirs  confiés  à  ce  dernier  par  le  présent  
article.  »    

Désormais,  le  pouvoir  de  représentation  de  la  SAS  peut  etre  partagé  entre  plusieurs  
personnes  qui  sont  le  président,  les  DG  et  les  DGD.  

Concernant  les  pouvoirs  des  dirigeants,  l’art  L.227-­‐12  c.com  précise  que  :  «  à  peine  de  nullité  
du  contrat,    

84