Vous êtes sur la page 1sur 76

MAGAZINE DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS - Semestriel n°0010 - Edition spéciale CREDAF - Juin 2019

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 1


“Il est indispensable que nous fassions davantage pour intégrer les progrès du numérique dans le
fonctionnement de nos services publics et de notre économie. La société digitale qui s’annonce
n’attendra pas les retardataires”.

Extrait du discours de S. E. Paul BIYA le 31 décembre 2018.

2
S.E. Paul BIYA
Président de la République du Cameroun

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 3


M. Joseph Dion NGUTE
Premier Ministre - Chef du Gouvernement

4
M. LOUIS PAUL MOTAZE
Ministre des Finances

M. YAOUBA ABDOULAYE
Ministre Délégué auprès du
Ministre des Finances

M. EDOA GILBERT DIDIER


S.G. Ministère des Finances

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 5


Sommaire
BIENVENUE AU CAMEROUN 9
I- PLEINS FEUX SUR CREDAF 13
Présentation du CREDAF
LES MEMBRES DU CREDAF
Les activités du CREDAF
Historique de la participation du Cameroun aux travaux du CREDAF
Bref rappel des thématiques abordées par le CREDAF ces cinq dernières années
Souvenirs du 33e Colloque International du CREDAF, Haïti 2018
Bureau exécutif CREDAF : le nouveau président prend fonction

II- LA CONFERENCE INTERNATIONALE DE YAOUNDE 23


Le numérique au service de l’élargissement de l’assiette fiscale
Points de vus des rapporteurs
o Atelier 1 : Le numérique pour identifier et suivre les contribuables.
o Atelier 2 : Le numérique pour faciliter les obligations fiscales.
o Atelier 3 : Le numérique pour recenser la matière fiscale.
Présentation du guide méthodologique du CREDAF sur la sécurisation des recettes en période de crise
La KSP-TA : la plateforme de partage de connaissances pour les administrations fiscales
L’évaluation des dépenses fiscales : vers des réformes portées par le numérique

III- LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE DE LA DGI 41


Le numérique au service de l’administration de l’impôt : l’expérience de la DGI-Cameroun
Parole aux partenaires de la DGI

IV- ZOOM SUR LES TÉLÉ-SERVICES À LA DGI 49


La dématérialisation des procédures par fonction fiscale
- Immatriculation : le fichier des contribuables désormais en ligne
- Fonction gestion, place à la télé-déclaration
- Fonction recouvrement, place à l’automatisation des procédures
- Fonction contrôle, des procédures dématérialisées
- Remboursement des crédits de TVA

V- LE NUMÉRIQUE VU D’ICI 59
CENAF 2019 : un colloque tourné vers l’avenir
Quelle fiscalité pour le Cameroun à l’ère de l’économie numérique
Les enjeux de l’imposition du numérique dans les pays du CREDAF : l’exemple du Cameroun

VI- CLIN D’OEIL 71


Présentation du futur immeuble siège et du Club Impôts de la DGI

IMPÔTS INFOS
Directeur de publication : Secrétariat de rédaction : F. MVO MVO, Pascale EBONGUE & J. P. EVINA EVINA
Modeste MOPA FATOING Rédaction : Maximilien NOMO, Gérard AMIA, Faycal ABDOULAYE, Daniel BICKOE, Bertrand
Conseillers à la rédaction : EBUNE, Bernard Fils NTONGA, Dieudonné TONGA, Corine BOMA, Yolande ZOMBO, Pierre
Adrien TOCKE & Roland ATANGA Manfred BOUMAM, Franck Roger BINELI, Jean-Marie EKOBENA ONDOUA, Didier MOTTO, Henri
FOTUE, Dorothée ESSOLA, HADJA DOUNGOUSSIA, Dorothy NGONJANG, Christine NGONO,
Rédacteur en chef :
Christine AMOUGOU, Eric ONANA, Mathias BIHENG, Georges POTCHAMYOU, Thomas NDONGO.
WELL Gaëlle épse MESSINA
Réalisation : Direction Générale des Impôts
Infographie & Impression : BMA CONSULT SARL

6
Programme

Lundi 10 juin 2019


Matin
8h15 : accueil et installation des participants

9h15 - 10h00 : Cérémonie d’ouverture


− Allocution du Directeur général des Impôts du Cameroun,
− Allocution du Président du CREDAF,
− Allocution du Secrétaire général du CREDAF,
− Allocution de l’Ambassadeur de France,
− Discours d’ouverture du Ministre des finances,

10h00 - 10h30 : photo de groupe et pause


10h30 - 12h15 : Panorama des enjeux et problématiques de la conférence (Table ronde)
12h15 - 14h00 : Déjeuner

Après-midi
14h00 - 14h30 : Retour sur le Colloque Economie numérique et administrations fiscales du 21ème siècle
14h30 - 15h30 : Session plénière : «Le système d’information, moteur de modernisation : les enjeux
de la Maîtrise d’Ouvrage Applicative » - Retour sur le GT dédié

15h30 - 16h00 : Pause

16h00 - 17h00 : Présentation de la KSP et opportunités du E-Learning


17h00 - 17h30 : Intervention Forum Mondial sur la Transparence Fiscale (échange de renseignements)

20h30 : Cocktail dînatoire de bienvenue

Mardi 11 juin 2019 


Matin
08h30 - 10h00 : Assemblée générale du CREDAF
10h00 - 11h00 : Session avec les partenaires
11h00 - 13h30 : Travaux en ateliers
o Atelier 1 : Le numérique pour identifier et suivre les contribuables.
o Atelier 2 : Le numérique pour faciliter les obligations fiscales.
o Atelier 3 : Le numérique pour recenser la matière fiscale.

13h30 - 15h00 : Déjeuner  

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 7


Programme

Après-midi
15h00 - 17h30 : Travaux en ateliers (suite)

Mercredi 12 juin 2019


Matin
09h30 - 12h00 : Travaux en ateliers (suite)

12h00 - 14h00 : Déjeuner

Après-midi
A partir de 14h00 : Visite de la Direction des Grandes Entreprises ou Visite du Centre des Impôts des
Moyennes Entreprises de Yaoundé-Est

20h00 : Dîner de gala

Jeudi 13 juin 2019


Matin
9h30 - 10h00 : présentation guide CREDAF sur la Sécurisation des recettes fiscales en période
de crise
10h00 - 10h20 : présentation du guide d’évaluation des dépenses fiscales (FERDI)
10h20 - 10h30 : présentation de la Guinée, pays d’accueil de la conférence en 2020

10h30 - 11h00 : Pause

11h00 - 11h45 : restitution des travaux


11h45 - 12h30 : Cérémonie de clôture
− Passation des pouvoirs entre les présidents sortant et entrant du CREDAF,
− Allocution du Secrétaire Général du CREDAF,
− Discours de clôture du Ministre des finances,
− Photo de famille

12h30 - 14h15 : pause déjeuner

Après-midi
14h30 – 18h30 : activités socio culturelles ou visite du musée national.

8
IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 9
10
Bienvenue au Cameroun

L’ÈRE DU
NUMÉRIQUE

Modeste MOPA
Directeur Général des Impôts

L
’organisation à Yaoundé au Cameroun du Conférence du CREDAF posera donc les bases des
10 au 13 juin 2019 de la 34ème Conférence transformations nécessaires des administrations
du Cercle de Réflexion et d’Echange des fiscales qui, dans un souci d’efficacité, devront
Dirigeants des Administrations Fiscales impérativement adapter leurs méthodes de travail et
(CREDAF) sur le thème : « le numérique au service changer nombre de leurs paradigmes.
de l’élargissement de l’assiette fiscale  » est un
Enfin, la qualité du pays hôte.
évènement multidimensionnel à plusieurs égards.
La 34ème Conférence internationale du CREDAF
D’abord en ce qui concerne l’institution se tient dans un pays en phase avec la révolution
CREDAF elle-même. numérique. Du sommet de l’Etat, le Président de la
Née à Yaoundé, en 1982 sous l’appellation de République du Cameroun Son Excellence PAUL BIYA
« Centre de Rencontres et d’Etudes des Dirigeants a toujours rappelé à ses compatriotes l’importance
des Administrations Fiscales  », le CREDAF opère stratégique du numérique dans le nouveau monde
de nouveau sa mue dans la capitale camerounaise en construction. Cette vision s’est encore traduite
à l’occasion de la Conférence annuelle de 2019. de façon éloquente dans une de ses déclarations
En effet, la dernière assemblée générale de cette les plus récentes, notamment son discours à la
organisation tenue à Haïti en nation du 31 décembre 2018.
mai 2018 lui donne la nouvelle Dans cette allocution, le Chef de
dénomination de «  Cercle de l’Etat a réitéré son attachement
Réflexion et d’Echange des à la transformation numérique
Dirigeants des Administrations de notre pays en soulignant
Fiscales  ». L’acronyme CREDAF que : « il est indispensable
reste inchangé. Au fond cependant, que nous fassions davantage
l’institution connait une profonde pour intégrer les progrès
mutation. Cette mutation se traduit du numérique dans le
par des changements majeurs apportés aux statuts fonctionnement de nos services publics et de
de l’association, qui ambitionnent tous de la rendre notre économie. La société digitale qui s’annonce
plus efficace et plus proche des préoccupations de n’attendra pas les retardataires ».
ses membres. En même temps, globalisation oblige,
En faisant écho au discours présidentiel,
l’association se veut désormais plus ouverte sur le
l’Administration fiscale camerounaise a pris depuis
monde, elle qui est restée longtemps un « Cercle »
quelques temps et de façon résolue le chemin de
de la France et des pays francophones.
sa digitalisation. Elle a dans ce cadre compris
Ensuite le thème même du Colloque. que la révolution digitale présentait un potentiel
inestimable pour améliorer notre système fiscal.
«  Le numérique au service de l’élargissement de
Progressivement, la façon dont la Direction
l’assiette fiscale  » est non seulement un sujet
Générale des Impôts enregistre les contribuables,
d’actualité, au regard de la révolution digitale en
collecte, contrôle et recouvre les impôts et taxes se
cours dans nos sociétés, mais également un enjeu
transforme sous nos yeux. Il ne s’agit là que d’un
d’amélioration de la mobilisation des ressources
début car, en matière de numérique au service de la
internes des Etats, préoccupation constante
fiscalité, le champ des possibles ne fait que s’ouvrir.
de toutes les autorités publiques. La 34ème

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 11


12
34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET
D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

Pleins feux sur


le CREDAF

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

Maroc Mauritanie Niger RCA RDC Sao Tomé et Principe Sénégal Tchad Togo Tunisie
IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 13
Pleins feux sur le CREDAF

LE CREDAF

A
lors que la France et une dizaine de loques et séminaires) et diffuse une documenta-
pays de la zone africaine francophone tion sur les systèmes fiscaux des différents pays.
se réunissent de manière informelle
Le Bureau Exécutif du CREDAF est composé de
depuis 1972, c’est en 1982, à Yaoundé,
sept pays.
que naît l’association issue de ces rencontres,
le CREDAF (Centre de Rencontres et d’Études Le Secrétariat général est basé à Paris.
des Dirigeants des Administrations Fiscales). En
2018, le CREDAF devient le Cercle de Réflexion
et d’Echange des Dirigeants des Administrations Présidence Haïti
fiscales.
Vice-présidence Cameroun
Association non gouvernementale et à but non
Belgique, Canada,
lucratif, le CREDAF organise des échanges d’ex- Administrateurs
périences entre les responsables des administra- France, Gabon,Togo
tions fiscales de ses pays membres.
Le CREDAF est le trait d’union entre tous ces Secrétaire général : Jean-Marc NIEL
pays. Il organise des rencontres annuelles (col-
Secrétaire général adjoint : Ismaïla DIALLO

LES MEMBRES DU CREDAF


Le CREDAF réunit à ce jour 30 pays répartis sur 4 continents :
- 24 pays d’Afrique ;
- 2 pays d’Amérique ;
- 2 pays d’Europe ;
- 2 pays d’Asie.

Les pays membres :


Algérie, Belgique, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada,
Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, France, Gabon, Guinée, Guinée Bissau,
Haïti, Liban, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, République Centrafri-
caine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Tchad,
Togo, Tunisie.

14
Pleins feux sur le CREDAF

LES ACTIVITÉS DU CREDAF

C
haque année, le CREDAF d’ateliers et de commissions organisés en
organise près d’une dizaine sous-groupes, qui permettent des échanges
d’événements internationaux : plus nourris.
conférence, séminaires de La conférenceest également l’occasion de
directeurs, groupes de travail et autres réunir chaque année l’Assemblée générale
réunions thématiques. du CREDAF.

Ces événements sont organisés tour à tour


- Les séminaires de directeurs
dans chacun des pays membres.
Le CREDAF organise chaque année des
séminaires de Directeurs.
- La conférence annuelle
Le format de ces événements est différent
La conférence est le moment de l’année où de celui de la conférence. En effet, les sémi-
se retrouvent tous les dirigeants des admi- naires alternent les séances plénières et les
nistrations membres du CREDAF et les re- travaux en ateliers sur un thème précis retenu
présentants de nombreuses organisations par l’Assemblée Générale, sur proposition du
internationales, d’universitaires ou encore Bureau Exécutif.
d’experts dans le domaine de la fiscalité.
Généralement réservés aux membres du
Pendant trois jours, les participants réflé- CREDAF, ils s’adressent aux cadres diri-
chissent, échangent, débattent autour du (ou geants et à leurs collaborateurs.
des) thème(s) retenu(s).
Pour favoriser la réflexion, des tables rondes
- Les groupes de travail
et des exposés, auxquels participent des
membres du CREDAF et des experts ex- Ces groupes sont composés par une équipe
ternes, précèdent les débats. restreinte d’experts issus de pays membres
du CREDAF.
Les travaux prennent également la forme

- Le programme des activités du CREDAF en 2019

EVENEMENT DATE LIEU THEME


Recherche de la matière imposable,
Groupe de travail 11-12 mars Bruxelles
recoupements et contrôle informatisé
Groupe de travail 25-26 mars Paris Les prérequis d’une bonne maîtrise d’ouvrage

Colloque CENAF 13-16 mai Montréal Economie numérique


Réunion du Bureau exécutif 16 mai Montréal
Le numérique au service de l’élargissement de
Conférence 10-13 juin Yaoundé
l’assiette fiscale
Assemblée générale 10 juin Yaoundé

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 15


Pleins feux sur le CREDAF
HISTORIQUE DE LA PARTICIPATION DU
CAMEROUN AUX TRAVAUX DU CREDAF

HADJA
DOUNGOUSSIA
Chargée d’Etudes Assistant
Cellule des Relations Fiscales et Internationales

D
ésireux de mutualiser roun participe régulièrement aux activités
leurs connaissances qu’organise cette institution. Le pays justifie
et expériences tout en d’une longue tradition en matière d’accueil
développant la coopé- et d’organisation des actions de cet orga-
ration dans l’espace francophone, nisme. On pourrait ainsi citer  : une Confé-
quinze pays d’expression fran- rence, trois (03) séminaires et un (01) groupe
çaise (Bénin, Burkina Faso, Ca- de travail.
meroun, Côte-d’Ivoire, Djibouti,
France, Gabon, Liban, Mali, Ma- La Conférence est l’évènement majeur du
roc, Niger, Sénégal, Tchad, Togo et Tunisie) CREDAF. C’est le moment de l’année où
ont fait le choix de réunir leurs dirigeants se retrouvent tous les dirigeants des admi-
d’administrations fiscales pour la première nistrations membres. C’est en 2002 que le
fois en 1972 à Paris afin de partager et Cameroun a abrité pour la dernière fois ce
d’échanger sur les sujets d’intérêt commun. qui était alors la 17ème Conférence annuelle.
Cette rencontre fut suivie par celle de 1980 Les participants avaient, à l’occasion, plan-
qui posa les bases du CREDAF actuel et ché sur le thème « l’administration fiscale au
celle de 1982, à Yaoundé au Cameroun, qui service des contribuables ».
vit la naissance de l’acte constitutif et des
En 2003 le Cameroun a supervisé le groupe
statuts de ce qui était appelé alors Centre de
de travail sur le thème «  la mise en place
Rencontres et d’Etudes des Dirigeants des
d’un schéma directeur informatique ».
Administrations Fiscales1.
Au rang des séminaires que le Cameroun a
Ayant pour projet fondateur « pérenniser et
accueillis, le séminaire sur le thème « la ges-
organiser les relations des services fiscaux
tion des redevables de la TVA et le contrôle
des pays et compléter l’échange d’expérience
des défaillants » en 2005, en 2012 celui sur le
par un échange documentaire », le CREDAF
thème  « le pilotage dans une administration
organise chaque année une dizaine d’évé-
informatisée  » et, le dernier en date, d’oc-
nements internationaux : colloque doublé de
tobre 2015, avec pour thème «  le contrôle
l’Assemblée Générale, séminaires des direc-
de la TVA : Impôts-Douanes ».
teurs, groupes de travail, séminaires de for-
mation de formateurs et autres réunions thé- Le Cameroun déroule donc le tapis, pour la
matiques, organisés tour à tour dans chacun deuxième fois, à une Conférence annuelle
de ses pays membres. du CREDAF, la 34ème du genre, et cette fois
sur un thème d’actualité : « le numérique au
Membre fondateur du CREDAF, le Came-
service de l’élargissement de l’assiette ».

1- Le CREDAF est devenu depuis 2018 le Cercle de Réflexion et d’échange des Dirigeants des Administrations Fiscales

16
Pleins feux sur le CREDAF
SOUVENIRS DU 33E COLLOQUE INTERNATIONAL
DU CREDAF, HAÏTI 2018
Au cours des travaux qui se sont déroulés du 30 avril au 02 mai 2018 à l’hôtel Royal Decameron à Mon-
trouis, MOPA Modeste FATOING, Directeur Général des Impôts du Cameroun avait été désigné vice-pré-
sident du bureau exécutif, en sa qualité de représentant du pays organisateur de la conférence et de
l’Assemblée générale de l’année 2019.

Marthe Pascale
EBONGUE B.
Chargée d’Etudes Assistant à la Cellule
de l’Information et de la Communication

L
es travaux du 33e Colloque de mement au cours de l’AG, l’ouverture mandations ont été formulées pour ren-
l’ancien Centre de Rencontres progressive du Cercle à d’autres enti- forcer le civisme fiscal et améliorer la
et d’Etudes des Dirigeants des tés, notamment les pays anglophones, qualité de service ainsi que l’exempla-
administrations Fiscales (CRE- hispaniques et autres partenaires, pour rité de l’administration fiscale. Il s’agira
DAF) couplé à la tenue de l’Assemblée mieux adresser les problématiques liées de travailler à favoriser l’émergence
Générale (AG) de ladite association ont à la fiscalité au sein de tous les pays et d’une culture du civisme fiscal, fondée
été un succès. Organisé sur le thème : instaurer des courroies de communi- sur les droits et les obligations en ma-
« consentement à l’impôt et redevabilité cation favorisant la mutualisation des tière d’éducation du contribuable, de
», l’évènement a enregistré la partici- expériences et la définition du CREDAF concevoir une offre de services adaptés
pation, outre des autorités haïtiennes comme Cercle de réflexion, en lieu et aux besoins des usagers, rechercher
en charge des finances, 89 délégués place de Centre de rencontre l’efficience et l’efficacité en matière de
issus des administrations fiscales de bonne gouvernance fiscale, de garantir
S’agissant des travaux du Colloque
16 pays membres et de 8 organisations l’intégrité des agents du fisc et, enfin,
proprement dits, les participants ont,
internationales, partenaires du CREDAF d’instaurer la confiance des contri-
pendant 3 jours, mené des discus-
(OCDE, CIAT, MEAE, FERDI, OIF, NTO, buables et du public.
sions fructueuses en vue d’adresser
France Diplomatie)...
les problématiques et les enjeux rela- Au total, les travaux du 33e colloque du
En ce qui concerne les travaux de l’AG, tifs au consentement à l’impôt et à la « CREDAF auront été riches en partage
deux points essentiels sont à retenir, redevabilité ». Au cour des échanges, d’expériences qui, de l’avis des partici-
entre autres. D’abord le réaménagement un accent particulier a été mis sur les pants, vont contribuer au renforcement
du bureau exécutif du CREDAF, avec la préoccupations des administrations fis- des différents systèmes fiscaux et à
désignation des DG des impôts de Haïti cales des pays membres. l’amélioration des performances des
et du Cameroun respectivement Pré- administrations fiscales.
En substance, les travaux se sont arti-
sident et vice-président, conformément
culés autour d’une table ronde introduc- Rendez-vous a été pris du 10 au 13 juin
aux statuts et usages de l’association.
tive de 4 ateliers axés sur l’éducation 2019, à l’hôtel Hilton de Yaoundé au
Ensuite, l’adoption de la nouvelle straté-
des contribuables, l’amélioration de la Cameroun, à l’occasion du 34e colloque
gie du CREDAF qui repose sur l’identité,
qualité de service, la gouvernance et la sur le thème : « le numérique au service
la gouvernance, les activités et le bud-
« redevabilité » et, enfin, l’exemplarité de de l’élargissement de l’assiette fiscale ».
get de l’association.
l’Administration fiscale.
(Source : site internet du CREDAF)
Entre autres mesures prises unani-
Au terme des échanges, des recom-

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 17


Pleins feux sur le CREDAF

BREF RAPPEL DES THÉMATIQUES ABORDÉES


PAR LE CREDAF CES CINQ DERNIÈRES ANNÉES

L
e Centre de Rencontres et mettent des échanges entre dirigeants
d’Etudes des Dirigeants des Ad- des Administrations fiscales, représen-
ministrations Fiscales, devenu tants de nombreuses organisations in-
Cercle de Réflexion et d’Echange ternationales ou encore experts, sur les
des Dirigeants des Administrations Fis- thèmes du domaine de la fiscalité. Ces
cales (CREDAF) lors de son Assemblée cinq dernières années, des thématiques
Générale tenue à Haïti en 2018, organise variées ont été abordées, à savoir :
chaque année des colloques qui per-

Haïti 2018, le consentement République Démocratique du


de l’impôt et la redevabilité ; Congo 2015, la TVA, enjeux et
problématiques ;
Togo 2017, la mobilisation des
ressources fiscales ; Côte d’Ivoire 2014, Audit
et contrôle interne des
Gabon 2016, quelles stratégies Administrations fiscales.
des ressources humaines pour
une administration moderne et
efficace ?

Le choix des thèmes découle d’un numérique au service de l’élargissement


processus d’enquêtes auprès des de l’assiette », obéit à cette démarche.
administrations fiscales. Celles-ci, en
Pendant trois jours, les participants vont
fonction des problématiques et défis
réfléchir, échanger et débattre autour
auxquels elles font face, suggèrent
dudit thème. Ils pourront partager chacun
des sujets de réflexion et d’échanges.
l’expérience de son pays en matière de
Le Secrétariat du CREDAF fait le tri et
dématérialisation des procédures fiscales.
sélectionne le thème le plus consensuel.
Le choix du thème de Yaoundé, « le (Source : site internet du CREDAF)

18
Pleins feux sur le CREDAF

Togo 2017 : la mobilisation


des ressources fiscales

Gabon 2016 : quelles stratégies


des ressources humaines pour une
administration moderne et efficace ?

République Démocratique du
Congo 2015 : la TVA, enjeux et
problématiques

Côte d’Ivoire 2014 : Audit


et contrôle interne des
Administrations fiscales

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 19


Pleins feux sur le CREDAF

PRÉSIDENT SORTANT DU BUREAU EXÉCUTIF


CREDAF : MAI 2018 - JUIN 2019

Miradin
MORLAN
DGI-Haïti

Agé de 54 ans et diplômé de l’Institut Na- aura su apporter sa touche personnelle au


tional d’Administration de Gestion et des rayonnement du CREDAF.
Hautes Etudes Internationales (INAGHEI),
Celui qui cède la place à son compère du
MIRADIN MORLAN est porté à la tête du
Cameroun est un manager qui ambitionne
bureau exécutif du CREDAF en mai 2018 à
d’ici 2021 de faire de la DGI Haïtienne, « une
l’issue des travaux de l’Assemblée Générale
DGI 2.0 c’est-à-dire une institution qui en-
tenue à Haïti.
tend
Pétri d’expérience, performant, compétent
améliorer ses services en utilisant les outils
et discret, ce haut cadre de l’administration
de la technologie de la communication »

20
Pleins feux sur le CREDAF

BUREAU EXÉCUTIF CREDAF :


LE NOUVEAU PRÉSIDENT PREND FONCTION

Modeste
MOPA
A
gé de 44 ans, Modeste Mopa Fa-
toing est diplômé de l’Enam (Ma-
jor de sa Promotion) et de l’ENA
de Paris.

Sous son impulsion, la Direction Générale


des Impôts se modernise et répond au ren-
dez-vous de la performance depuis 2013.

Conformément aux textes et usages du


CREDAF, il revient au pays hôte du colloque
de présider le bureau executif de l’organisa-
tion. Pour la période 2019-2020, le Directeur
Général des Impôts du Cameroun va assurer
cette fonction.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 21


Bienvenue au Cameroun

22
34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET
D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

La conférence
internationale
de Yaoundé

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

Maroc Mauritanie Niger RCA RDC IMPÔTS-Infos


Sao Tomé et Principe N°0010
Sénégalspécial Tchad
CREDAF - Juin 2019
Togo 23
Tunisie
La conférence internationale de Yaoundé

LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE
L’ÉLARGISSEMENT DE L’ASSIETTE FISCALE

I - CONTEXTE ET JUSTIFICATIONS

L
e Cercle de Réflexion et tion.
d’Echange des Dirigeants
des Administrations fiscales Au-delà de cette démarche «  dé-
(CREDAF) organise sa fensive  », le second défi à relever
34ème conférence internationale du consiste à saisir les opportunités of-
10 au 13 juin 2019 sur le thème fertes pour une meilleure appréhen-
«  Le numérique au service de sion de la matière imposable.
l’élargissement de l’assiette
fiscale ». A cet égard, dans les pays en déve-
loppement, dont la plupart des pays
Conformément à la méthode de membres du CREDAF, le manque de
travail adoptée dans le cadre de la diversification des recettes, le faible
nouvelle stratégie du Cercle, ce sujet niveau de la fiscalité des particuliers
constitue le premier axe de travail et la part importante de l’économie
de son programme triennal 2019- informelle dans la formation du PIB
2021 qui porte sur l’élargissement (40% en moyenne, pour les pays
de l’assiette fiscale dans les pays africains à faibles revenus et 35%
membres. pour les pays africains à revenus
intermédiaires)constituent des diffi-
Dans un contexte où le développe- cultés largement partagées.
ment très rapide et la distribution
massive des technologies de l’in- Celles-ci conduisent très souvent à
formation et de la communication faire porter une charge fiscale ex-
contribuent à transformer radica- cessive sur certains secteurs d’acti-
lement les comportements de l’en- vité ou sur certaines catégories de
semble des agents économiques, contribuables et, par voie de consé-
les administrations fiscales sou- quence, à freiner les investissements
cieuses de préserver et/ou amélio- ou à rendre le niveau de rentrées
rer leur efficacité doivent impérati- budgétaires particulièrement sen-
vement adapter leurs méthodes de sible à des données économiques
travail et leur mode de pensée. Cet exogènes telles que le cours des
impératif concerne, bien entendu et matières premières.
en premier lieu, la sécurisation des
recettes fiscales compte tenu des Sur la base de ce constat, les
possibilités offertes par la dématé- marges de progrès potentielles of-
rialisation des transactions tant en fertes par les technologies numé-
termes de vitesse d’exécution que riques pour élargir l’assiette fiscale
de localisation des bases d’imposi- sont particulièrement significatives

24
La conférence internationale de Yaoundé
tant en termes d’identification et de Elle constitue un facteur important
suivi des contribuables que d’appré- de maintien et de consolidation du
hension de la matière imposable. La consentement à l’impôt en rendant
facilitation des obligations fiscales plus simple les obligations décla-
qu’elles soient déclaratives ou de ratives et de paiement. La dématé-
paiement constituent également un rialisation des procédures permet
axe de progrès important. des gains significatifs de producti-
vité pour les contribuables comme
La mise en place de solutions inno- pour les administrations et permet
vantes permettant également de ré- donc d’abaisser le coût de collecte
aliser des gains en termes de coût de l’impôt pour les administrations
de collecte de l’impôt, c’est donc et les coûts administratifs pour les
bien sur l’ensemble du triptyque de entreprises. Enfin, les possibilités of-
mesure de la performance de l’ac- fertes en matière de traçabilité et de
tion publique qualité / efficacité / dématérialisation des déclarations
efficience que les progrès sont pos- comme des paiements peuvent
sibles. contribuer très significativement à
la maîtrise des risques les plus cou-
L’identification et le suivi des ramment rencontrés dans les admi-
contribuables constituent le pre- nistrations financières.
mier maillon de la chaîne de gestion
de l’impôt. Une identification rigou- L’appréhension de la matière
reuse et exhaustive de l’ensemble imposable constitue elle aussi un
de la population fiscale s’appuyant enjeu majeur pour l’élargissement
sur des informations complètes et de l’assiette fiscale. Elle reflète
fiables constitue un préalable à une la capacité des administrations à
correcte mise en œuvre de la législa- collecter et exploiter les informations
tion fiscale. Elle permet notamment nécessaires pour un contrôle
de cibler les défaillants et de mettre efficace des déclarations déposées
en œuvre rapidement les procédures par les contribuables préalablement
de relance et de taxation prévues par identifiés. Sur ce point également,
les textes. Elle permet également les l’apport des technologies
échanges d’informations et les re- numériques doit permettre de
coupements de toute nature, qu’ils mobiliser et d’utiliser de manière
soient internes ou externes. Au- optimale les renseignements
jourd’hui, les possibilités qu’offrent détenus par l’administration
dans ce domaine les technologies elle-même mais aussi par les
numériques (identification unique, différents intervenants nationaux
géolocalisation, interconnexions de (entreprises, administrations,
fichiers, etc.) peuvent constituer un banques, collectivités locales…)
premier levier d’action pour élargir voire internationaux. Les processus
l’assiette fiscale. mis en œuvre (classement des
informations, recoupements,
La simplification/facilitation analyses et croisements de
des procédures entre dans le données…) constituent autant
cadre global de l’amélioration de la d’activités où l’apport du numérique
qualité des services aux usagers. peut, et doit, être déterminant.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 25


La conférence internationale de Yaoundé

II - OBJECTIFS POURSUIVIS ET RÉSULTATS ATTENDUS

Evènement-phare de l’agenda du CREDAF, ensuite d’approfondir les travaux qui seront


la conférence annuelle s’inscrit dans le cadre suivis de séances plénières de restitution et
des activités du Cercle qui visent l’accom- d’échanges.
pagnement des pays membres dans leurs
réformes, le renforcement de leurs capacités, Ces ateliers portent sur les thèmes suivants :
l’échange d’expériences et la mutualisation
• Atelier 1 : le numérique pour identifier
des meilleures pratiques, ainsi que le déve-
et suivre les contribuables ;
loppement de la coopération régionale et in-
• Atelier 2 : le numérique pour faciliter
ternationale.
les obligations fiscales ;
De façon plus spécifique, la présente confé- • Atelier 3 : le numérique pour recenser
rence vise à identifier les meilleures pratiques la matière imposable.
actuelles et les pistes les plus prometteuses
pour l’avenir pour développer et promouvoir La conférence permettra également d’abor-
des solutions numériques à même de contri- der les travaux menés en collaboration avec
buer à l’élargissement de l’assiette fiscale. les différents partenaires du CREDAF, notam-
ment l’OCDE et la FERDI afin que les pays
Précédés d’un séminaire introductif qui s’est membres du Cercle puissent en tirer le meil-
tenu à Alger en novembre 2018 et de ré- leur parti.
flexions menées en sous-groupes à Bruxelles
Les échanges devront permettre de mutuali-
et à Paris en mars 2019, les travaux de la
ser les expériences, d’identifier les difficultés
conférence s’articuleront autour d’un premier
auxquelles les administrations sont confron-
panorama global des enjeux spécifiques du
tées et de dégager les solutions concrètes
développement des technologies numériques
pouvant être mises en œuvre.
pour le continent africain.
Ils doivent également permettre d’identifier
Une table ronde et trois ateliers animés par
les sujets sur lesquels le CREDAF devra axer
des experts des administrations fiscales ou
ses travaux 2019/2020.
d’organisations internationales, permettront

26
La conférence internationale de Yaoundé

CREDAF 2019
Top départ
Press briefing du vendredi 7 juin

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 27


La conférence internationale de Yaoundé
Les travaux en atelier

LE NUMÉRIQUE POUR IDENTIFIER ET SUIVRE LES


CONTRIBUABLES : L’EXPÉRIENCE CAMEROUNAISE

Fayçal
ABDOULAYE
Inspecteur Principal des Impôts
Chef Cellule de la Législation Fiscale

L
’identification et le suivi ment prétendre à la modernité.
des contribuables sont
Conscientes de ces enjeux, toutes les admi-
des éléments décisifs
nistrations fiscales cherchent à optimiser
d’une bonne adminis-
ces fonctions fiscales fondamentales en
tration de l’impôt. Pour em-
s’appuyant notamment sur le numérique,
prunter au langage biblique, on
qui permet de réaliser d’énormes gains de
pourrait dire qu’au commen-
productivité tout en minimisant les coûts de
cement (de toute vie fiscale)
conformité pour les contribuables. Avec le
se trouve l’identification (d’un
numérique donc, identifier et suivre les contri-
contribuable, d’une matière
buables deviennent des tâches automatisées
imposable) qui donne lieu
conformément aux standards de bonne ad-
à l’attribution d’un identi-
ministration fiscale qui recommandent « l’in-
fiant et, généralement, à
dustrialisation des tâches de masse ». L’idée
une carte de contribuable
étant que, l’exécution de celles-ci ne requé-
tenant lieu d’acte de nais-
rant pas un travail d’analyse particulière, il est
sance. Une fois identifiés, les contribuables
profitable à l’organisation de les automatiser
doivent être suivis. Un suivi permanent, par-
afin d’en optimiser la gestion.
fois de tous les instants, grâce aux possibili-
tés qu’offre le numérique. Un suivi qui ne doit Dans les administrations fiscales des pays
cesser qu’avec leur disparition définitive. Et en développement, on observe une volonté
comme la réincarnation est une réalité bien réelle de migration vers le numérique. Une
vivante en matière fiscale, le suivi des mor- sorte de transition numérique qui accom-
tels fiscaux doit pouvoir aller bien au-delà de pagne et sous-tend la transition fiscale. Il en
la première mort déclarée, laquelle, bien sou- est ainsi de l’administration fiscale camerou-
vent, peut être artificielle. naise dont la vision est ainsi résumée : « une
administration qui capitalise les Nouvelles
Dès lors, les enjeux des fonctions d’identi-
Technologies de l’Information et de la Com-
fication et de suivi fiscal des contribuables
munication (NTIC) pour accroître la mobilisa-
sont majeurs. Par leur vocation à la maîtrise
tion des ressources et la qualité des services
et à l’encadrement de la population fiscale,
offerts aux contribuables ».
ces fonctions déterminent grandement
l’efficacité des systèmes fiscaux. En effet, Comment le numérique peut-il être capitalisé
que vaudrait une administration fiscale qui par les administrations fiscales pour optimi-
n’aurait pas une bonne connaissance de sa ser les fonctions « identification » et « suivi »
population fiscale  ? Et qui faillirait dans le des contribuables  ? L’expérience camerou-
suivi du respect des obligations primaires naise présente une palette de solutions inno-
de celle-ci, à savoir celles de se déclarer, de vantes et efficaces déjà mises en œuvre, bien
s’identifier, et de s’acquitter de ses impôts ? que celles-ci ne constituent qu’une étape qui
Une telle administration ne saurait assuré- en appelle bien d’autres, en perspectives.

28
La conférence internationale de Yaoundé

Le numérique comme outil tère qui conditionne, entre autres, la boration de la stratégie de recou-
d’optimisation de l’identifica- réalisation des opérations douanières, vrement, etc.) ;
tion des contribuables la soumission à la commande publique,
• la dématérialisation du dossier
et le bénéfice de modalités d’imposition
L’obligation d’identification et son co- fiscal du contribuable, jadis phy-
allégées.
rollaire qui est celle d’immatriculation, sique, conduisant au concept de
est consacrée dans toutes les législa- Le numérique comme instru- compte fiscal en ligne ;
tions fiscales. Elle est d’ailleurs la toute ment d’amélioration du suivi
• le suivi électronique des
première des obligations fiscales. His- des contribuables
facturations, permettant la maî-
toriquement, l’administration de cette
La principale fonction d’une adminis- trise de l’assiette à travers la
obligation s’est toujours appuyée sur
tration fiscale est le suivi du respect de transmission automatique et en
des applications informatiques aux
leurs obligations par les contribuables. temps réel des données à l’admi-
fonctionnalités variables selon les pays.
Il s’agit de s’assurer que les obligations nistration fiscale.
Minimalement, elles assurent l’enregis-
déclaratives et de paiement sont effec-
trement des informations sur le contri- A l’exception du suivi électronique des
tivement accomplies, et dans les délais
buable et son activité ainsi que leur facturations en cours de conception,
prescrits.
mise à jour, la génération des numéros toutes les autres solutions sont appli-
d’identifiants uniques et la production A l’analyse, la surveillance de cette quées avec succès par l’administration
des cartes de contribuables. Dans ces discipline fiscale serait bien difficile à fiscale camerounaise.
cas, les diligences incombant au contri- garantir sans utilisation de l’outil infor-
buable (dépôt d’une demande) et la S’agissant de la gestion automatisée
matique. En effet, le suivi efficace d’une
localisation physique du lieu d’exploi- des arriérés fiscaux, elle s’est révélée un
population fiscale de plus en plus im-
tation, sont gérées de façon manuelle précieux instrument de civisme fiscal.
portante en volume requiert une grande
pour l’essentiel. Pour l’essentiel, le dispositif repose sur
réactivité et l’exécution de tâches ré-
trois piliers : un principe : l’attestation
pétitives ne requérant en général pas
Pour une gestion plus optimale de de non-redevance (ANR) est désormais
d’analyse. Il s’agit donc de tâches qui
l’identification fiscale, le numérique l’unique document fiscal justifiant de
se prêtent aisément à l’industrialisation
offre la possibilité d’une dématéria- la situation fiscale d’un contribuable  ;
sus évoquée, dans la mesure où leur
lisation complète de la relation entre une obligation  : l’ANR est exigée pour
exécution suppose un simple croise-
le service et le contribuable. Celui-ci toute démarche administrative et pour
ment de données préalablement stoc-
pourrait alors effectuer la démarche en les opérations de transfert de fonds
kées dans une base. Bien plus, au-delà
ligne jusqu’à l’obtention de son numéro à l’étranger  ; une modalité  : l’ANR est
des gains de productivité qu’elle per-
d’identifiant, sans avoir à se déplacer délivrée instantanément en ligne sur le
met, l’automatisation des processus
physiquement auprès d’un guichet fis- site web de la DGI, sans aucune inter-
de suivi des contribuables apporte une
cal. vention humaine.
plus-value certaine en termes d’objec-
La bonne administration de l’identifi- tivité et de transparence dans le traite- Ce dispositif, qui a permis d’apurer
cation fiscale consiste également en ment des situations fiscales. d’importants stocks d’arriérés fiscaux
la tenue du fichier des contribuables, à (plus de 30 milliards F CFA en 2018)
Au plan pratique, plusieurs modalités
savoir une liste répertoriant l’ensemble n’aurait sans doute pas produit ce
d’utilisation du numérique dans le suivi
des contribuables et affichant les in- résultat en l’absence de son informati-
des contribuables peuvent être citées :
formations essentielles à leur gestion sation, gage d’efficacité, de qualité de
fiscale (régime fiscal, adresse, centre • la gestion informatisée des dé- service et de transparence.
de rattachement, etc.). Pour y parvenir, faillants et reliquataires, pouvant
le recours au numérique s’impose une Au total, l’apport du numérique dans
aller de la simple génération au-
fois de plus. C’est ainsi que, le Came- l’optimisation des fonctions fiscales
tomatique de la liste des contri-
roun publie depuis 2014 sur son site d’identification et de suivi des contri-
buables concernés à la relance
web (www.impots.cm) le fichier à jour buables, est indéniable et décisif. Les
automatique dès la constatation
de ses contribuables actifs. solutions qui viennent d’être présen-
de la défaillance ;
tées, expérimentées avec succès par
Capitalisant les acquis de cette bonne • la gestion automatisée des arrié- l’administration fiscale camerounaise,
pratique, la loi a érigé l’appartenance rés fiscaux,  permettant l’iden- pourraient utilement inspirer d’autres
au fichier des contribuables actifs en tification, à diverses fins, des administrations sœurs.
critère de citoyenneté fiscale. Un cri- débiteurs fiscaux (sanction, éla-

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 29


La conférence internationale de Yaoundé
Les travaux en atelier

LE NUMÉRIQUE POUR FACILITER LES OBLIGATIONS


FISCALES : L’EXPÉRIENCE CAMEROUNAISE

Max
NOMO
Inspecteur Principal des Impôts
Chargé d’Études

L
’informatisation est, depuis L’administration fiscale camerounaise
plusieurs décennies, au n’est pas en marge de ces évolutions. Le
centre des préoccupations processus d’automatisation du traitement
des administrations fiscales, de l’information en son sein remonte à
soucieuses d’opérer un saut qualitatif vers la décennie 1980 avec l’introduction des
la modernité, la performance et l’efficience. versions successives de l’application
Elle débarrasse les services fiscaux TRINITE dédiées à la gestion des impôts,
des tâches purement matérielles, voire droits et taxes de l’Etat. La mise en place
manuelles, et les oriente vers une gestion des téléprocédures fiscales a pris le relais
plus axée sur les risques d’indiscipline en 2014 avec de nouveaux applicatifs
fiscale. dédiés à la gestion des procédures et
fonctions fiscales (FISCALIS, MESURE,
La digitalisation des procédures fiscales est FUSION, etc). L’objectif de cet ambitieux
aussi largement perçue comme un facteur programme étant d’aboutir à un système
de diminution du coût de la discipline d’information plus intégré à l’horizon 2020.
fiscale, d’amélioration de l’environnement
des affaires et, subséquemment, du Parmi les nombreuses vertus reconnues
civisme fiscal. au numérique, figure en bonne place
la facilité dans l’accomplissement et la
Dans le même temps, le développement
gestion des obligations fiscales. A ce
rapide de l’économie numérique fait naître
titre, l’appréciation du chemin parcouru
des opportunités tout en soulevant de
dans notre contexte devrait prendre
nombreux défis pour les administrations
en compte le tout premier critère
fiscales1, toutes choses qui appellent une
d’évaluation d’une administration fiscale,
adaptation des règles fiscales.
à savoir la mobilisation des recettes

1- OCDE «Les défis fiscaux soulevés par la numérisation de l’économie», rapport intérimaire 2018

30
La conférence internationale de Yaoundé

fiscales non pétrolières sans pour autant L’efficacité de MESURE a été récemment
négliger la qualité de service rendu aux renforcée grâce à la consécration de
contribuables. De ce point de vue, il est l’attestation de non-redevance comme le
aisé de constater que la digitalisation a document unique attestant de la situation
contribué à l’accroissement des capacités du contribuable et l’automatisation de
des services dans le suivi des obligations sa délivrance. Cette réforme associée à
fiscales et à l’amélioration du service au la publication en ligne du fichier national
contribuable, tout en conservant encore des contribuables a considérablement
des marges de progression. contribué au respect des obligations
déclaratives et de paiement. En ce sens
Accroissement des capacités des ser- que l’attestation de non-redevance dont
vices dans la gestion et le suivi des la durée de validité est de trois (03) mois
obligations fiscales renouvelable, est requise dans toutes les
formalités administratives et délivrée en
L’administration fiscale a vu ses capacités principe aux seuls contribuables à jour
s’accroître notamment dans la gestion et de leurs obligations déclaratives et de
le suivi des obligations déclaratives et la paiement.
maîtrise des obligations de paiement.
Le suivi des obligations déclaratives
Trois applicatifs permettent à la DGI est d’autant plus améliorée que
d’assurer une gestion optimale et un l’administration fiscale vient de mettre
meilleur suivi des obligations déclaratives, en place avec l’appui de la coopération
à savoir FISCALIS, MESURE et FUSION. allemande une plateforme d’échanges de
Concrètement, les déclarations effectuées données entre les administrations fiscale
en ligne par les grandes et moyennes et douanière (FUSION) dont les résultats
entreprises sont réceptionnées dans des croisements constituent, depuis 2017,
l’application FISCALIS accessible à partir une importante source de programmation
du portail web de la DGI (www.impots.cm). des contrôles fiscaux. A titre d’illustration,
La déclaration électronique est assortie le croisement des fichiers Douanes-Impôts
d’un avis d’imposition transmis à la banque a permis de détecter 4 320 importateurs
sur la base duquel le paiement est effectué. non actifs à la DGI. L’exploitation de ces
Les données traitées dans cet applicatif données par les services opérationnels a
sont basculées automatiquement dans permis de fidéliser à date 546 contribuables
l’application dédiée à la gestion des pour un rendement fiscal de plus de FCFA
impôts et taxes (MESURE). trois (03) milliards.

L’application MESURE a vocation à Amélioration du service aux contri-


assurer une bonne maîtrise du fichier buables
(identification, localisation, informations
patrimoniales), l’amélioration de la gestion L’offre de téléservices fiscaux disponibles,
des données relatives aux déclarations, 24 heures/24, à travers le portail web
aux opérations de relance des défaillants de la DGI ne cesse de se diversifier au
déclaratifs et au suivi des reliquataires. Cet fil des ans pour le plus grand bien des
applicatif assure également la production contribuables. L’objectif étant de faciliter
des états comparatifs par type d’impôt le respect volontaire de leurs obligations
et par secteur d’activité et constitue un par les contribuables.
outil d’aide au suivi des procédures de
recouvrement. 2 A cet égard, aux services de déclaration
et de paiement en ligne évoqués plus haut

2- René OSSA, Administrer l’impôt : les nouveaux enjeux de la fonction de gestion dans les pays en développement, IROKO éditions 2007, p. 83

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 31


La conférence internationale de Yaoundé
s’ajoutent des services de paiement par • en matière de déclaration par voie
téléphone portable (Mobile Tax) pour les électronique des impôts et taxes :
petites et micro entreprises, de délivrance
en ligne des documents fiscaux et − l’extension de la télédéclaration
d’information des contribuables. des impôts et taxes de droit com-
mun aux Centres Divisionnaires
Le paiement par téléphone portable de la des Impôts (CDI) rénovés pour fa-
taxe foncière est effectif depuis 2015. Le ciliter l’accomplissement de leurs
Mobile Tax permet aux petits contribuables obligations déclaratives par les
et aux particuliers d’effectuer le paiement petites et micro-entreprises;
par téléphone portable de la taxe foncière,
quel que soit le type de téléphone. Ce − la déclaration par téléphone
service est disponible sur toute l’étendue portable des impôts et taxes des
du territoire camerounais, grâce au petites et micro entreprises et des
partenariat entre l’administration fiscale et particuliers ;
les opérateurs de téléphonie mobile. − la dématérialisation de la
La délivrance en ligne des documents procédure d’enregistrement des
fiscaux intègre, outre l’attestation de décisions de justice.
non redevance déjà évoquée plus haut, − la dématérialisation de la
les quittances de règlement des impôts déclaration statistique et fiscale
et taxes, les lettres de relance ainsi que pour les grandes et moyennes
les mises en demeure. L’objectif étant entreprises.
de rendre facultatif le déplacement du
contribuable vers les services et d’éviter • en matière de paiement en ligne des
autant que possible le contact physique impôts et taxes :
entre l’administration fiscale et les
− la mise en place du télépaiement
usagers. Pour ce faire, un service interactif
des impôts et taxes au profit des
de courrier électronique a été développé
grandes et moyennes entreprises ;
dans le compte de chaque contribuable
pour la mise à disposition de ce dernier − la dématérialisation de la
de la documentation et de l’information procédure de délivrance du
fiscales. sursis de paiement en matière
contentieuse, afin de faciliter
Le numérique a largement facilité
l’obtention de cette mesure et de
l’information des contribuables,
l’attestation de non-redevance
qui peuvent librement accéder aux
aux contribuables ayant des
documents de portée mis à disposition
dettes fiscales.
du public à travers le site web de la DGI
(guides de procédure, lois, règlements, • en matière de renforcement du suivi
instructions, circulaires et communiqués) des obligations fiscales :
ou aux informations confidentielles les
concernant à travers les comptes qui − la mise en place d’un système de
leur sont dédiés dans la plateforme de suivi électronique des facturations
téléservices fiscaux (dettes fiscales, des entreprises (secteurs de
relances, mises en demeure, omissions ou la téléphonie mobile et de la
insuffisances déclaratives, etc.). distribution) ;

Vers une offre plus diversifiée de télé- − la mise en service du système


services fiscaux intégré de gestion des impôts et
taxes.
Pour aller plus loin, l’administration fiscale
entend mettre en place, à court et moyen
termes, les mesures ci-après :

32
La conférence internationale de Yaoundé
Les travaux en atelier

LE NUMERIQUE POUR RECENSER


LA MATIERE IMPOSABLE

Gérard
AMIA MOUNAMBA
Inspecteur Principal des Impôts
Chargé d’Études à la Division des Etudes, de
la Planification et des Réformes fiscales

L
a première décennie du XXIe recensement de la matière imposable est
siècle a fait entrer le monde de donc une étape importante du processus
plain-pied dans l’ère du numé- d’imposition. Elle repose en grande partie
rique, avec l’explosion de la sur le renseignement fiscal et permet de
consommation de technologies de l’infor- corriger les insuffisances ou omissions de
mation et de la communication (TIC). Cette déclaration éventuelles du contribuable.
mutation profonde se traduit par un bascu-
Par le passé, la Direction Générale des
lement vers l’économie numérique.
Impôts (DGI) obtenait ces renseignements
Le numérique se retrouvant dans tous les dans un environnement insuffisamment
domaines d’activités, les administrations numérisé et ce, par le biais du droit clas-
publiques et privées sont contraintes de sique de communication et des informa-
repenser leurs méthodes. Il en est ainsi, tions obtenues auprès des services des
pour l’administration fiscale, des méthodes douanes, des divers clients et des four-
de recensement de la matière imposable. nisseurs, ou auprès des établissements
financiers. Les supports papiers par les-
Dans un système déclaratif, comme celui
quels l’Administration obtenait ces rensei-
du Cameroun, la matière imposable est
gnements rendaient leur exploitation fas-
d’abord évaluée par le contribuable lui-
tidieuse.
même qui souscrit librement sa déclaration,
celle-ci étant « présumée exacte par l’Ad- Depuis quelques années, l’Adminis-
ministration jusqu’à la preuve contraire tration fiscale camerounaise a entre-
apportée par elle au moyen de la mise en pris des réformes visant à améliorer ses
œuvre de ses compétences de contrôle performances et à rehausser la qualité
et de rectification  »1. La recherche ou le de ses services. D’où l’introduction des

1- J.J. Bienvenu et T. Lambert, Droit fiscal, 3ème éd revue et augmentée, PUF, 1987, p.122.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 33


La conférence internationale de Yaoundé
télés procédures, notamment les marge d’erreur possible, la matière - créant des plateformes d’ac-
télés déclarations d’impôts et taxes imposable. cord de partenariat, de col-
à la Direction des Grandes Entre- lecte et d’échanges de ren-
prises (DGE) et dans les Centres Avec la démocratisation de l’internet
seignements avec d’autres
Spécialisés des Impôts (Centre des haut débit, des milliards de données
entreprises ;
Impôts des Moyennes Entreprises, sont déversées par les particuliers,
Centres Spécialisés des Professions les entreprises et les administrations - développant des applicatifs de
Libérales et de l’Immobilier, Cellules publiques sur le Net. Ce phénomène, traitement des données reçues
Spéciales d’Enregistrement, Centres baptisé  ‘’Big Data’’, «  concerne les en temps réel.
Spécialisés des Impôts des Etablis- données collectées par les entre-
sements Publics Administratifs). De prises auprès de leurs clients, dont
même, depuis la loi de finances pour les informations relatives à des per- L’expérience camerounaise
l’exercice 2015, le dépôt des DSF se en matière de recensement
sonnes physiques que ces dernières
fait sous forme magnétique via les de la matière imposable à
livrent à chaque transaction com-
clés USB et les CD-ROM.
merciale, qu’il s’agisse de l’utilisation l’ère du numérique
Au demeurant, le numérique pré- des cartes de crédit, des navigations
Le Cameroun s’est engagé depuis
sente des avantages certains pour la sur internet, d’informations relevées
plusieurs années à la digitalisation de
collecte de la matière imposable. Le par des objets connectés, de don-
Cameroun expérimente ce procédé ses pratiques.
nées liées à l’utilisation de moyens
actuellement par le biais de l’applica- de communication mobiles  3». L’on Pour recenser la matière imposable,
tif FUSION.
note également le développement du la DGI s’est dotée depuis janvier
commerce électronique, tant pour les 2015 d’un outil de traitement infor-
biens que pour les services. matique des données provenant de
Les avantages du
numérique pour la collecte plusieurs administrations et parte-
Le recensement de la matière impo-
de la matière imposable naires. Le point de départ aura été la
sable peut paraître, de prime abord,
signature d’un protocole d’accord de
plus difficile à l’ère du numérique, en
La fiscalité actuelle est inadaptée à partenariat entre les administrations
raison notamment de la non-localisa-
l’économie numérique puisqu’elle des Douanes et celle des Impôts.
tion des activités, du rôle central des
repose sur la notion d’établisse- Les échanges d’informations se font
plates-formes, de l’importance des
ment physique stable et ne tient pas via un système informatique de col-
effets réseau et de l’exploitation des
compte des modes de communica- lecte, de traitement, d’analyse risque
données.
tion récents2. et de partage de données dénommé
Mais en réalité, avec le numérique, «  FUSION  », outil mis sur pied avec
Le numérique pose deux types de
les Administrations fiscales peuvent la coopération allemande GIZ Came-
défis aux administrations fiscales. Le
obtenir des données massives pour roun. Cet outil a pour but de prévenir
premier est celui de la fiscalisation
cerner la matière imposable, à condi- et de réduire les déperditions de re-
des entreprises du numérique, qui
tion de modifier leurs modes et tech- cettes fiscales. L’un des objectifs de
pratiquent souvent de l’optimisation
niques de collecte des renseigne- FUSION est d’aider la DGI et la DGD
fiscale par les prix de transfert. Le
ments, notamment en : à identifier les entreprises à contrôler
second est l’utilisation du numérique
et à faciliter la gestion des risques.
pour la collecte, l’exploitation, l’ana- - digitalisant elles-mêmes pour
lyse et le croisement des données en simplifier leurs procédures ; L’applicatif FUSION dispose actuel-
vue de déterminer, avec le moins de lement de plusieurs indicateurs

2- C. Duhigg et D. Kocieniewski, « quand les firmes du net échappent à l’impôt », Problèmes économiques, N°3062, février 2013, p.11.
3- E. Baltassis et C. Umhoefer, « le big data face au défi de la concurrence », Problèmes économiques, N° 3109, première quinzaine d’avril 2015, p.33.

34
La conférence internationale de Yaoundé
de recensement des données sur la
matière imposable.

En définitive, l’Administration fiscale


camerounaise met tout en œuvre
pour capitaliser les nouvelles tech-
nologies de l’information et le numé-
rique afin d’accroitre la mobilisation
des ressources et la qualité des ser-
vices offerts aux contribuables.

Au cours de  » l’exercice 2019, la


fonctionnels, portant entre autres notamment le croisement des fichiers Direction Générale des Impôts envi-
sur la conformité des données des Douanes-Impôts, a permis, à date : sage aller plus loin encore, en mettant
exportations et des importations, le en place le droit de communication
- la localisation et la fidélisation
suivi des déclarations mensuelles et automatique, en élaborant des proto-
de 546 importateurs non actifs,
annuelles de TVA, et le suivi du chiffre coles de collaboration avec d’autres
pour un rendement fiscal de
d’affaires. Le système dispose égale- administrations  et en assurant aux
plus de trois (03) milliards de
ment d’un algorithme qui permet de services opérationnels la transmis-
francs CFA ;
classer les entreprises en fonction sion mensuelle des risques issus des
de leur risque de non-conformité par - des rappels de droits d’accises croisements. L’administration doit
rapport à un indicateur qui compare de plus d’un (01) milliard de donc identifier tous les partenaires
les champs de données dans au francs CFA ; susceptibles de lui communiquer des
moins deux « datasets ». données sous tous les pans, notam-
- la mise en œuvre des déclara- ment les institutions financières, les
L’exemple ci-dessous montre un tions pré remplies ; entreprises de téléphonies, les entre-
indicateur comparant le montant
- le reclassement des contri- prises de transfert d’argent.
exporté, tel que déclaré dans le
système douanier SYDONIA, avec buables dans les régimes d’im- Le numérique devrait également
celui déclaré par la société dans sa position correspondant à leur permettre, plus que par le passé, de
DSF comme ventes à l’étranger. Ici, niveau réel d’activité ; recueillir en temps réel les données
l’entreprise a déclaré 0 dans la DSF, - la transmission des renseigne- sur les chiffres d’affaires, les rémuné-
l’écart étant de 100 %. ments à la DGE et aux centres rations et la situation de l’économie.

Quatre étapes sont importantes pour régionaux des impôts. L’efficacité des administrations fis-
le bon fonctionnement de FUSION  : Dans l’ensemble, par le biais de FU- cales résidera dans leur capacité
Il s’agit de la collecte des données, SION, des avancées ont été opérées à faire du numérique un véritable
et «upload  » dans FUSION, du lan- en matière de gestion, de contrôle et instrument de collecte, d’analyse et
cement des indicateurs, de l’analyse de recouvrement. de traitement en temps réel des don-
des résultats et des profils de risques nées et informations tant pour les
et de l’exploitation des données. Toutefois, des marges de manœuvres personnes morales que pour les per-
subsistent pour faire de cet applica- sonnes physiques.
La numérisation à travers FUSION et tif un véritable instrument numérique

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 35


La conférence internationale de Yaoundé
Présentation du guide méthodologique du CREDAF

SÉCURISATION DES RECETTES EN PÉRIODE


DE CRISE : L’OFFRE DU CREDAF

S
elon Christine Lagarde1, la sur la sécurisation des recettes fiscales en
mobilisation des recettes est période de crise».
l’un des éléments les plus
Quels sont les objectifs visés par le
déterminants pour la réussite
Guide ? 
d’une économie au XXIe siècle. Ainsi, le
renforcement des capacités fiscales d’un Le Guide sur la sécurisation des recettes
pays se trouve au cœur de toute stratégie fiscales en période de crise a pour objectif
pertinente de développement.
de dégager les principes opérationnels
La nécessité d’une mobilisation accrue d’une stratégie cohérente à mettre en
des recettes publiques se heurte œuvre par les administrations fiscales
cependant à d’importantes difficultés pour assurer, au moindre coût, une
liées, aux capacités administratives des sécurisation aussi efficace que possible
administrations fiscales à la structuration des recettes fiscales lorsque des chocs
de l’économie et à des chocs macro- macroéconomiques et des évènements
économiques exogènes (fluctuation de crise affectant les recettes fiscales
des cours des produits de base) et surviennent.
sociopolitiques (crises sécuritaires).
En raison de leur importance dans la
Pour faire face à ces chocs, les mobilisation des recettes fiscales, deux
organisations internationales et les objectifs prioritaires des stratégies de
partenaires au développement ont sécurisation ont été identifiés :
proposé des possibilités d’actions aux
administrations fiscales, en s’inspirant - préserver l’intégrité des données
souvent des bonnes pratiques en matière fiscales (sécurisation du lieu de
de fiscalité et d’administration fiscale. centralisation des informations et
généralisation des télé-procédures) ;
C’est du reste dans cette perspective que
le CREDAF a, en décembre 2007, mis - sécuriser le fonctionnement des
en place un Groupe de Travail appelé à Directions des Grandes Entreprises,
réfléchir et proposer des solutions pour qui collectent généralement plus de
la sécurisation des recettes fiscales en 80 % des recettes fiscales internes.
période de crise. Constitué d’experts-
animateurs de la DGFIP (France), du Que propose le CREDAF dans le Guide ?
Pôle PNUD de Dakar, de la FERDI et
Au terme d’un diagnostic détaillé des
d’experts indépendants mis à disposition,
différentes catégories de risques ci-dessus
cette unité de réflexion a vu ses travaux
évoquées (chocs macroéconomiques
couronnés par l’élaboration d’un, « Guide
et autres évènements de crise) pouvant

1- Discours : « Mobilisation des recettes et fiscalité internationale : atouts essentiels pour les économies du XXI »
Christine Lagarde, Abu Dhabi le 22 février 2016.

36
La conférence internationale de Yaoundé

affecter la sécurisation des recettes de survenance d’une crise, de superviser et


fiscales, le guide propose d’une part, un de coordonner l’application des mesures
dispositif institutionnel visant à promouvoir de sécurisation des recettes définies ex-
la sécurisation des recettes et d’autre part, ante par le Service de sécurisation des
détaille les instruments opérationnels de recettes.
sécurisation desdites recettes.
Les instruments opérationnels de
Le dispositif institutionnel sécurisation des recettes fiscales
Bien qu’il soit évident que la configuration Afin d’établir des protocoles opérationnels
structurelle des administrations doit en vue de sécuriser les recettes, le guide
répondre aux exigences et caractéristiques propose trois instruments essentiels à
propres de chaque pays, face aux enjeux mobiliser :
cruciaux de la sécurisation des recettes
notamment en temps de crise, les • une cartographie des risques relatifs
Etats doivent adapter leurs dispositifs au recouvrement des recettes
institutionnels de sécurisation des recettes fiscales, qui vise à donner une
à travers les trois structures ci-après : vision synoptique de l’ensemble
des risques susceptibles d’affecter
La Cellule de politique fiscale, qui a
la mobilisation des recettes et leur
vocation à fournir aux autorités l’ensemble
probabilité d’occurrence ;
des informations et analyses nécessaires
à la définition des grandes orientations • une cartographie des processus de
de la politique fiscale. Compte tenu de travail de l’administration fiscale,
sa compétence transversale, la Cellule qui permet à l’administration de
de politique fiscale est le plus souvent déterminer le dispositif opérationnel
rattachée au Ministre des Finances ou à à mettre en place pour pallier les
son Cabinet. risques recensés dont la cotation a
été effectuée ;
Le Service de sécurisation des recettes,
implanté au sein de l’administration fiscale, • un organigramme fonctionnel des
a pour mission de définir le dispositif services fiscaux, permettant de
opérationnel de sécurisation des recettes.
définir le rôle et les attributions au
Ce service doit aussi assurer la mise en
sein d›un service, et d’identifier
œuvre opérationnelle du dispositif de
l’application informatique dédiée à
sécurisation des recettes.
l’exécution des tâches identifiées.
La Cellule de crise, dirigée par le Directeur Synthèse Bertrand EBUNE
Général des Impôts, a pour objectif, en cas Inspecteur Principal des Impôts

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 37


La conférence internationale de Yaoundé
Présentation du KSP-TA

LA PLATEFORME DE PARTAGE
DE CONNAISSANCES POUR
LES ADMINISTRATIONS FISCALES

L
e CREDAF a été conçue pour sou- dans les communautés de pratiques. Les
tenir les efforts de renforcement des utilisateurs de la KSP-TA proviennent de 22
capacités fiscales dans les écono- des 30 pays membres du CREDAF.
mies émergentes, une plateforme
Pour s’inscrire dans cette plateforme
dénommée KSP-TA qui vise à améliorer
d’échanges, les étapes suivantes sont
l’accès aux connaissances et à l’expertise en
requises :
matière fiscale. Cette plateforme est acces-
sible aux fonctionnaires des administrations 1- Aller à www.ksp-ta.org
fiscales nationales et des organisations fis- 2- Sélectionner la langue,
cales internationales et régionales. 3- Cliquer sur connexion.
La KSP-TA est à l’origine une plateforme Une fois l’inscription effectuée, les
numérique intégrée qui comprend quatre composantes de la plateforme s’affichent.
caractéristiques principales, à savoir  : On peut y voir les menus «  recherche  »,
l’apprentissage électronique (cours en ligne), «  bibliothèque », «  Hubs », «  évènements »,
une bibliothèque disposant de documents «  apprentissage électronique  », «  porte-
de référence, la gestion des évènements documents  ». Concernant l’apprentissage
internationaux (réunions, ateliers) et une électronique, neuf (9) cours interactifs en
communauté de pratiques intégrant ligne télévisés sont disponibles en 2019. Ils
l’échange de connaissances. portent sur des sujets fiscaux internationaux
et donnent droit à la délivrance d’un certificat.
Elle est en réalité une sorte d’université virtuelle Quant à la bibliothèque, on y retrouve un
des agents du fisc, donnant à ces derniers matériel de référence en divers formats,
accès à des ressources pédagogiques et notamment les documents et rapports, les
constituant un soutien à la mise en œuvre vidéos présentations ou encore des liens
d’initiatives fiscales mondiales. Elle concourt essentiels vers le web.
par ailleurs à une plus grande coordination
des efforts et à un partage de connaissances L’onglet «  évènement  » renseigne sur
pouvant s’effectuer en plusieurs langues l’organisation de séminaires, de réunions,
(anglais, français, espagnol) et à l’aide de de webinaires et d’ateliers. L’onglet
tout genre de support (téléphone portable, «  communauté de pratique  » permet
desk top, lap top). d’engager des discussions avec des experts,
favorise la collaboration en continu et donne
La KSP-TA a été conçue comme un prototype, la possibilité de s’inscrire aux notifications
mais son utilisation s’est rapidement par courriel.
accrue. Au 8 mai 2019, elle comptait 5 388
utilisateurs actifs représentant 180 pays et 16 Ainsi se présentent les fonctionnalités de
organisations internationales et régionales. la plateforme d’échange de connaissances
En tant que Hub mis en place en 2018, la KSP-TA conçue par le CREDAF. Pour les
KSP-TA permet de téléverser du contenu renseignements sur l’inscription et l’accès,
pour l’apprentissage électronique en ligne il est préférable de communiquer avec info@
et la bibliothèque, gérer les évènements ksp-ta.org du lundi au vendredi de 12h à 20h
internationaux et faciliter la collaboration (Temps Universel).

38
La conférence internationale de Yaoundé
Présentation du guide méthodologique FERDI

L’ÉVALUATION DES DÉPENSES FISCALES :


VERS DES RÉFORMES PORTÉES PAR
LE NUMÉRIQUE

Une dépense fiscale est un transfert de ressources


publiques résultant d’une réduction des obligations
fiscales relativement à une norme, plutôt que d’une dépense
directe ’’ (OCDE, 2010).

La dépense fiscale est une alternative à la susceptibles d’induire.


dépense publique directe.  L’évaluation du coût budgétaire
Caractéristiques des dépenses constitue une étape préliminaire in-
fiscales dispensable à la rationalisation des
dépenses fiscales.
 Un écart par rapport à la norme fis-
cale qu’il convient de définir : le Sys-  Celle-ci nécessite l’adoption d’une
tème Fiscal de Référence (SFR). approche rigoureuse afin d’éviter
erreurs et illusions.
 Une perte de recettes pour l’Etat.
Objectifs de leur évaluation
Guide méthodologique (Ferdi,
 Améliorer la transparence budgétaire
Anne-Marie GEOURJON 2018)
(FMI, 2007),
(FERDI)
 Evaluer le coût budgétaire des avan-
 Prolongement du guide du CREDAF :
tages fiscaux accordés,
des principes à la pratique.
 Apprécier la pertinence de ceux-ci
 Basé sur des expériences concrètes,
quant aux objectifs recherchés,
répond à des questions pratiques.
 Eclairer les choix de politique fiscale,
 Traite de l’aspect institutionnel et des
rationnaliser le système fiscal,
principales étapes de la démarche
 Inciter à la création d’une structure
o Identification des dépenses fis-
dédiée à la politique fiscale au sein
cales
du ministère des finances (Unité de
politique fiscale, UPF). o Evaluation du coût budgétaire

 Estimer les dépenses fiscales n’en- o Rédaction du rapport final


traîne pas une suppression systéma-  Identifie les principaux arbitrages
tique des avantages accordés mais et choix rencontrés et propose des
Emilie CALDEIRA
va dans le sens d’une rationalisation orientations (ex. : SFR, cas d’un IS
(CERDI)
de la politique fiscale et d’une prise à taux multiples ; dépenses fiscales
de conscience du risque de fragilisa- « négatives »).
tion de l’administration et de hausse
 N’aborde pas la méthodologie d’ana-
des taux standards qu’elles sont
lyse d’impact des dépenses fiscales.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 39


La conférence internationale de Yaoundé
 Une démarche numérique pour nées fiscales,  Définie à partir de la matrice
la conduite de la politique fis- des mesures dérogatoires
 Inadéquation des outils infor-
cale
matiques ou des supports/  Objectif : assurer la cohérence
 Une démarche numérique formulaires et des systèmes dans le référencement des exo-
interne au ministère des fi- d’information, nérations et faciliter l’extraction
nances…. et l’exploitation des données
 Absence de stockage des don-
 Processus qui consiste à ex- nées,  Résultat : améliore l’application
traire de l’information afin de des mesures dérogatoires en
 Mauvaise organisation des
tirer des conclusions sur l’effi- harmonisant les pratiques entre
missions et des compétences
cience de la politique fiscale. les deux administrations.
entre et dans les administra-
 Traitement des données : col- tions.
lecte/extraction des données
 L’exercice d’évaluation de la Systématisation des
(textes légaux, données fis-
dépense fiscale initie un cercle extractions et mise à
cales et douanières, données
vertueux pour la mobilisation disposition des données
économiques et sociales), mise
des recettes
en relation/fusion de plusieurs
 L’élargissement de l’assiette, A la douane, la requête pour l’ex-
bases de données, transforma-
traction à partir de SYDONIA de
tion de l’information du qualita-  L’accroissement des perfor- toutes les informations contenues
tif en quantitatif. mances des administrations, dans les déclarations pour une
 Analyse des données à partir  L’amélioration du consente- année devrait systématiquement
de logiciels informatiques (Sta- ment à l’impôt et du civisme être effectuée au cours du premier
ta, Excel, R, SAS….). fiscal : via l’amélioration de la trimestre de l’année suivante, et la
 Systématisation de la produc- transparence, celle de l’effica- base constituée mise à disposition
tion et du partage de données. cité des dépenses fiscales, et des services concernés par l’ana-
plus globalement celle de la lyse des données fiscales (UPF).
L’utilisation d’informations internes
gouvernance.
dans le cadre de cet exercice, per- Aux impôts, la même démarche
met de limiter les risques associés au  Une incitation à la promotion systématique devrait aboutir à la
développement du numérique. du numérique création de bases détaillées pour
 Trois orientations prioritaires les différents impôts.
Une démarche numérique pour la
conduite de la politique fiscale révélées par l’exercice d’éva- Au-delà des orientations prioritaires
luation des dépenses fiscales
…qui permet de réduire les asymé-  La systématisation des extrac-
tries informationnelles entre le déci- tions et la mise à disposition
deur de la politique fiscale et les La numérisation des textes des données ouvrent la voie
administrations en charge de son fiscaux au développement d’interfaces
application (modèle Principal-Agent)  A partir de l’inventaire des pour échanger et partager ces
 Comprendre l’application des textes réalisés données et à la création d’en-
politiques, identifier les chan- trepôts de données.
 Actualisation permanente de la
gements souhaitables, suivre base d’informations obtenue  Plus généralement, la péren-
leurs effets et éventuellement nisation de l’exercice d’éva-
 Organisation de l’accessibilité à
les ajuster. luation des dépenses fiscales
la base pour les différents ser-
 Outil de diagnostic de l’en- encourage la mise en place de
vices concernés de l’adminis-
semble du système fiscal. réseaux d’échange et de par-
tration, les contribuables et les
tage d’expériences plus orien-
Au-delà des réformes de politique investisseurs potentiels (mise
tés sur les différentes com-
fiscale, celles des administrations fis- en ligne).
posantes de l’exercice (ex :
cale et douanière arbitrage pour la définition d’un
Un révélateur de dysfonctionnements L’adoption d’une SFR, méthodologies d’analyse
dans les administrations codification commune d’impact).
 Non disponibilité des textes fis- des exonérations entre la => Particulièrement important au
caux, douane et les impôts sein d’une zone d’intégration
 Manque de traçabilité des don- régionale.

40
La conférence internationale de Yaoundé

34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET


D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

La révolution
numérique de
la DGI

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

Maroc Mauritanie Niger RCA RDC IMPÔTS-Infos N°0010


Sao Tomé et Principe spécial CREDAF
Sénégal Tchad - JuinTogo
2019 41Tunisie
La révolution numérique de la DGI
LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE
L’ADMINISTRATION DE L’IMPÔT :
L’EXPÉRIENCE DE LA DGI-CAMEROUN

Max
NOMO
Inspecteur Principal des Impôts
Chargé d’Études

d’optimisation de plus en plus complexes


et difficiles à cerner, un classement
perfectible en matière de paiement des
impôts et taxes dans les rapports Doing
Business. D’où la vision des autorités
de faire de la DGI « une administration
qui capitalise les nouvelles technologies
de l’information (NTIC) pour accroître la
mobilisation des ressources et la qualité
des services offerts aux contribuables
». Cette vision découle du Programme
271 du ministère des Finances intitulé

L
« Mobilisation des recettes fiscales non
a Direction Générale des Impôts pétrolières et amélioration du climat des
(DGI) est, depuis plusieurs affaires ». Sa mise en œuvre opérationnelle
décennies, le premier poste de étant portée par le plan triennal de
mobilisation des recettes de modernisation de la DGI.
l’Etat. Au cours de l’exercice 2018, la DGI a
ainsi mobilisé FCFA 2 027,9 milliards dont Les bénéfices attendus de la
FCFA 1 940,9 milliards de recettes fiscales dématérialisation des procédures fiscales
non pétrolières et FCFA 87,0 milliards sont bien connus et concernent à la fois
représentant l’impôt sur les sociétés les contribuables et l’administration elle-
pétrolières. même.

Les grandes et moyennes entreprises, Pour les contribuables, la digitalisation


dont les démarches fiscales sont pour est un facteur de simplification des
l’essentiel digitalisées, contribuent à ce procédures, de réduction du coût de la
rendement à 90% environ et représentent discipline fiscale, d’amélioration de la
une population fiscale de 13 487 à fin 2018. qualité de service et de l’environnement
fiscal des affaires.
L’administration fiscale camerounaise
comme la plus part de ses consoeurs Pour l’administration fiscale, elle contribue
d’Afrique Sud-saharienne fait face à des à l’élargissement de l’assiette et à la
nombreux défis : un secteur informel sécurisation des recettes, la rationalisation
peu fiscalisé, la montée en puissance du des tâches à travers la suppression
commerce intragroupe aux stratégies des tâches manuelles et le recentrage
sur l’administration des risques. Enfin,

42
La révolution numérique de la DGI
la dématérialisation permet une des Moyennes Entreprises (CIME) immobilières et de véhicules
amélioration du civisme fiscal, la lutte dans les dix régions du Cameroun, d’occasion est assortie d’une
contre les mauvaises pratiques et c’est approximativement 90% du évaluation administrative (mercuriale)
l’accroissement des performances. rendement annuel de la DGI qui fait tenant compte de la localisation de
l’objet d’un suivi par voie électronique. l’immeuble et des caractéristiques
Progressivement généralisée, cette
L’analyse de conformité des du véhicule. Toutefois, la gestion
digitalisation a un impact perceptible
déclarations réceptionnées en ligne des droits prélevés au titre des
sur le niveau des performances de
est effectuée de façon automatique, mutations immobilières relève des
l’administration fiscale qui incite à la
grâce à la plateforme d’échange de Centres Spécialisés des Impôts
parachever.
données Douanes-Impôts (FUSION) des Professions Libérales et de
mise en place en 2016. l’Immobilier (CSIPLI), tandis que les
UNE DIGITALISATION Cellules Spéciales d’Enregistrement
- Le dépôt en ligne des Décla-
PROGRESSIVEMENT sont compétentes en matière de
rations Statistiques et Fiscales
GÉNÉRALISÉE gestion des droits de mutation des
(DSF)
véhicules d’occasion.
Au cours des dernières années, la Dès le 30 juin 2019, le dépôt des
digitalisation des activités de la DGI La numérisation du paie-
DSF se fera uniquement par télé
s’est progressivement étendue (1) ment des impôts et taxes
déclaration. Cette importante réforme
aux procédures déclaratives, (2) visera dans un premier temps les En matière de paiement des impôts et
aux procédures de paiement et (3) contribuables relevant du régime taxes, la DGI a premièrement ciblé les
à l’ensemble des fonctions fiscales du réel et rattachés à la Direction petites et micro entreprises ainsi que
ainsi qu’aux activités de coordination des Grandes Entreprises ou aux les particuliers qui peuvent, depuis
et de pilotage. Centres des Impôts des Moyennes 2015, procéder au paiement de la
La numérisation des procé- Entreprises. taxe foncière par téléphone portable,
dures déclaratives avant d’entamer la digitalisation des
- La déclaration en ligne des
paiements effectués par les grandes
En matière de déclaration des impôts droits d’enregistrement sur la
et moyennes entreprises.
et taxes, l’offre de télé services commande publique
à travers le portail web de la DGI - Le Mobile Tax
La déclaration en ligne de la
(www.impots.cm) couvre (1) les commande publique est effective Le paiement par téléphone portable
impôts et taxes de droit commun, depuis 2016 pour les droits de la taxe foncière est effectif
(2) la commande publique, (3) d’enregistrement et de timbre dus depuis 2015. Après une phase pilote
les mutations immobilières et de par tous les adjudicataires et autres réussie, circonscrite aux villes de
véhicules d’occasion. attributaires de marchés publics. Yaoundé et Douala, le service a été
- La déclaration en ligne des im- Cette nouvelle procédure est étendu à l’ensemble des dix régions
pôts et taxes de droit commun obligatoire pour tous les fournisseurs du Cameroun, grâce au partenariat
et prestataires de l’Etat, des entre le ministère des Finances et les
La déclaration électronique des collectivités territoriales décentralisés opérateurs de téléphonie mobile. Le
impôts et taxes de droit commun et des Etablissements publics, quel service de paiement par téléphone
est opérationnelle depuis 2014 au que soit leur régime d’imposition. portable de la taxe foncière est
profit des grandes entreprises dont Les droits d’enregistrement sur la couplé à la déclaration pré remplie
tous les impôts et taxes à versement commande publique relèvent de la de cet impôt.
spontané sont exclusivement compétence des Cellules Spéciales
déclarés par ce moyen. Cette - Le paiement par virement ban-
d’Enregistrement (CSE) installées
catégorie de prélèvements regroupe caire
dans les dix régions du pays.
la TVA, les acomptes mensuels IS La plupart des grandes et moyennes
et IRPP, l’impôt sur les revenus des - La déclaration en ligne des
entreprises peuvent d’ores et déjà
capitaux mobiliers, la taxe spéciale droits d’enregistrement sur
procéder au paiement par virement
sur les revenus versés à l’étranger et la mutations immobilières et mo-
de leurs impôts et taxes en un clic,
patente. La déclaration électronique bilières
grâce aux services bancaires en ligne.
s’est étendue à partir de 2016 à toutes La formalité d’enregistrement des Aussi, afin de faciliter l’obtention
les moyennes entreprises et aux mutations immobilières et des de la quittance à ces entreprises,
Centres Spécialisés des Impôts. Avec véhicules d’occasion, est digitalisée en attendant la mise en service de
le parachèvement de l’implantation depuis 2016 et 2017 respectivement. la plateforme de télépaiement de la
en 2018 des Centres des Impôts La télédéclaration des mutations DGI, en cours de développement, un

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 43


La révolution numérique de la DGI
système de transmission électronique d’imposition et son adresse. programmation à l’exécution des
des quittances a été mis place depuis opérations matérielles de contrôle
- La fonction recouvrement
2017. par les inspecteurs vérificateurs,
La digitalisation de la fonction y compris les notifications de
Parallèlement, de nombreux autres
recouvrement a été entamée en redressements.
prélèvements ont été dématérialisés
2017 avec l’informatisation de l’Avis
; c’est le cas notamment du timbre - Le contentieux fiscal
de Mise en Recouvrement (AMR)
fiscal, du titre de patente, des droits
et l’automatisation de la délivrance La digitalisation du contentieux
de timbre automobile et du timbre
de l’Attestation de Non Redevance fiscal, intègre quant à elle à la fois
d’aéroport.
(ANR). L’informatisation de l’AMR les réclamations contentieuses et les
La numérisation des fonc- permet de pallier les insuffisances demandes de remboursement des
tions fiscales liées à sa gestion manuelle. Elle crédits de TVA. C’est depuis 2017 que
renforce notamment la traçabilité de les contribuables relevant de la DGE
La numérisation des fonctions fiscales
l’AMR depuis son initiative jusqu’à ont la possibilité de suivre en ligne,
est effective depuis l’exercice 2017 et
sa prise en charge dans l’optique de bout en bout, le traitement de
touche la gestion, le recouvrement, le
de sécuriser les créances fiscales. leurs demandes de remboursement
contrôle et le contentieux fiscal.
Quant à l’automatisation de l’ANR, des crédits de TVA, de l’introduction
- La fonction gestion elle permet de retracer, en un clic, la de la demande par voie électronique
La digitalisation de la gestion des situation du contribuable au regard de jusqu’au remboursement proprement
contribuables a été amorcée avec l’ensemble des impôts et taxes dont dit. Cette mesure, couplée à la mise
la mise en place de la déclaration il est redevable. Le contribuable peut en place du compte séquestre TVA,
électronique évoquée plus haut. La donc dorénavant obtenir lui-même apporte en effet plus de transparence
réception en ligne des déclarations son ANR générée automatiquement et de célérité dans le traitement des
fiscales facilite les opérations de à partir de son compte dans le demandes de remboursement des
détection, de relance et mise en système informatique de la DGI. crédits de TVA.
demeure des défaillants déclaratifs. - La fonction contrôle Le même objectif est à la base
Elle s’est poursuivie avec la publication de la digitalisation du suivi des
La digitalisation du contrôle fiscal s’est
du fichier national des contribuables réclamations contentieuses. Cette
faite en deux phases. Premièrement
professionnels relevant des régimes réforme, entrée en vigueur au 1er
à travers la mise en place de la
du réel et simplifié sur le site web de juin 2019, permet au contribuable
plateforme d’échanges de données
la DGI depuis le 1er décembre 2014. qui conteste les impositions mises
entre la DGI et la DGD (FUSION)
Outil d’élargissement de l’assiette, à sa charge d’obtenir le sursis de
dont les résultats des croisements
le fichier électronique renseigne sur paiement automatiquement par
constituent, depuis 2017, une source
le statut de chaque contribuable en voie électronique et suivre, par le
importante de programmation des
précisant son centre gestionnaire, même moyen, toutes les étapes de
contrôles fiscaux. Plus récemment,
son nom ou sa raison sociale, son traitement de sa réclamation, jusqu’à
depuis le début de l’exercice 2019,
numéro d’identifiant unique (NIU), la saisine du juge de l’impôt.
toute l’activité de contrôle fiscal fait
son activité principale, son régime l’objet d’un suivi informatisé, de la

44
La révolution numérique de la DGI
Un impact perceptible sur
les performances de la DGI
des recettes. A cet égard, le croise- dits droits, qui sont passés de FCFA
ment des fichiers Douanes-Impôts, 28,9 milliards en 2016 à FCFA 37,0
grâce à la plateforme FUSION, a milliards en 2018, soit une hausse de
permis d’identifier 4 320 importa- FCFA 8,1 milliards en valeur absolue
teurs non actifs à la DGI dont l’ex- et une variation positive de 28% en
ploitation par les services opération- valeur relative.
nels de la DGI a permis de fidéliser
Au plan qualitatif, la mise en place de
à ce jour près de 546 contribuables
la télédéclaration a permis une meil-
pour un rendement fiscal de plus de
leure fidélisation des contribuables
FCFA trois (03) milliards.
avec un taux de déclaration dans les

I
Par ailleurs, la digitalisation de l’AMR délais avoisinant 100% à la DGE et
l semble difficile, a priori, d’iso- et l’automatisation de la délivrance 90% dans les CIME. Dans le même
ler l’impact de la digitalisation de l’ANR, couplées à la solidarité de ordre d’idées, l’informatisation de
des procédures fiscales, d’autres paiement, ont entraîné une évolution l’AMR couplée à l’automatisation de
réformes de politique et d’admi- à la hausse du nombre de plans de la délivrance de l’ANR ont permis un
nistration fiscale ayant une incidence règlements conclus en 2018 dans le meilleur suivi de l’action en recou-
sur les performances de la DGI. Tou- secteur forestier, soit 11 moratoires vrement et la fiabilisation des états
tefois, l’impact de certaines réformes pour une dette globale moratoriée de restes à recouvrer. Enfin la digita-
peut être perceptible au double plan de FCFA 5, 6 milliards. lisation du fichier national des contri-
quantitatif et qualitatif. buables a permis un accroissement du
Quant à la dématérialisation des
portefeuille des moyennes entreprises
Au plan quantitatif, certaines mesures modalités d’enregistrement de la
et, d’une manière générale, l’améliora-
ont eu un impact positif sur l’élargis- commande publique, son impact
tion du civisme fiscal.
sement de l’assiette et la sécurisation est significatif sur le rendement des-

Les prochaines étapes


à travers : taxes à travers :
− l’extension de la télédéclaration − la mise en place à court terme
des impôts à versement spon- du télépaiement et du suivi
tané aux petites et micro-entre- automatisé des paiements des
prises ; impôts et taxes ;
− le développement d’une solu- − l’extension à brève échéance de
tion de déclaration par télé- la procédure de paiement par
phone portable des impôts et téléphone portable (Mobile Tax
taxes des petits contribuables 2) à d’autres impôts et taxes.
des CDI (Mobile Tax 2) ;

L
− la dématérialisation de la décla- 3La diversification de l’offre de
a stratégie à court et moyen ration statistique et fiscale pour télé-services fiscaux grâce à :
termes de la DGI en matière les grandes et moyennes entre-
de dématérialisation des − la mise en place d’un recueil de
prises ;
procédures s’articule autour doctrine fiscale électronique ;
de la poursuite de la télédéclaration, − la digitalisation de la procédure
− l’interfaçage entre le fichier et
la consolidation de la dématérialisa- d’enregistrement des actes et
les applicatifs métiers ;
tion du paiement et la diversification décisions de justice.
− la mise en place d’un système
de l’offre de télé services fiscaux. La consolidation de la numérisa-
plus intégré de gestion des im-
La poursuite de la télédéclaration tion du paiement des impôts et
pôts et taxes (SIGIT).

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 45


La révolution numérique de la DGI
PAROLE AUX PARTENAIRES : LEUR AVIS SUR
LA DÉMATÉRIALISATION DES PROCÉDURES À LA DGI

Daniel Claude
ABATE
Président Exécutif du MECAM
(Mouvement des Entreprises du
Cameroun)

Ces réformes ont déjà


permis entre autres
d’établir un dialogue
plus constructif et un
partenariat apaisé entre
le secteur privé et la DGI.

L
es chefs d’entreprises J’apprécie tout particulièrement De manière plus générale, nous
apprécient à sa juste l’enregistrement et le suivi en ligne apprécions et encourageons le
valeur la dématérialisation des demandes de remboursement vaste travail de réformes et de
des procédures à la DGI des crédits de TVA qui en résulte. Il modernisation de l’administration
et fondent beaucoup d’espoir est désormais possible de se faire fiscale engagé depuis quelques
sur l’impact positif que cela va enregistrer et de suivre sa demande années déjà à la DGI. Ces réformes
entraîner tant en termes de célérité de remboursement de crédits de TVA ont déjà permis entre autres d’établir
des opérations de déclaration ou depuis son domicile et même via son un dialogue plus constructif et un
requête mais aussi en termes de lutte téléphone portable, ce qui évite les partenariat apaisé entre le secteur
contre la corruption par la réduction encombrements dans les bureaux de privé et la DGI. Mais malgré les
des possibilités de collusion ou de la DGI  et permet au contribuable de bonnes avancées apportées par
contact direct entre les contribuables ne plus subir les désagréments des ces réformes, il restait toujours un
et les agents des impôts. Au-delà lenteurs administratives. De même, vent de suspicion ou de méfiance
de ces deux principaux avantages, la délivrance en ligne aujourd’hui et même du stress de la part des
c’est un pas de plus, mais un pas très de l’attestation de non redevance usagers ou contribuables, chaque
significatif, qui est fait dans le sens constitue une vraie facilité pour le fois qu’ils devaient avoir affaire avec
de l’amélioration de l’environnement contribuable résidant hors de la l’administration fiscale du fait du
des affaires au Cameroun. La capitale qui n’est plus obligé de se poids du passé et de la résistance
dématérialisation des procédures a déplacer à Yaoundé pour l’obtenir. Il de mauvaises habitudes ici ou là.
en effet permis d’aller plus loin dans lui suffira désormais de se rendre sur Nul doute que la dématérialisation
la modernisation et la transparence la plateforme digitale de la DGI. Pour des procédures va soulager les
de l’administration de l’impôt en ne prendre que ses deux exemples contribuables de ce stress et de ces
renforçant davantage la confiance là. En tout cas, l’accroissement des craintes par la transparence et le gain
des contribuables qui ne craignent télé-procédures a permis de rendre de temps qu’elle engendre.
plus de savoir à quelle sauce ils un meilleur service aux entreprises,
seront mangés comme quand ils grâce à une circulation plus fluide Propos recueillis par
étaient obligés de se rendre auprès de l’information et un accès simplifié C. BOMA et D. NGONJANG
de leurs centres d’impôts. aux procédures fiscales.

46
La révolution numérique de la DGI

Guy Honoré
TCHENTE
Conseil Fiscal Agréé, membre du Conseil Exécutif de
l’American Chamber of Commerce Cameroon et Ancien
Président de l’Ordre National des Conseils Fiscaux

La densification des télé-procédures


permet de rendre un meilleur service
aux usagers.

U
n succès indéniable et aura une importante base de
bientôt je l’espère un très données facilement exploitable
grand succès dont les pour accompagner la migration des
empreintes marqueront à contribuables du secteur informel
jamais le système fiscal camerounais. vers le secteur formel.
En effet, le défi est et demeure
l’arrimage de notre système fiscal Nous gardons l’espoir qu’un palier
aux standards internationaux. Depuis supplémentaire sera bientôt atteint
un peu moins d’une décennie, avec l’avènement tant attendu de
nous avons noté la détermination la dématérialisation complète des
de notre Administration Fiscale Déclarations Statistiques et Fiscales
à dématérialiser ses relations (DSF). Nous espérons aussi que
avec les contribuables  ; ce qui l’élargissement de l’assiette qui
résultera de la dématérialisation à l’élaboration de ces réformes, nous
progressivement, a permis à ces
permettra de relancer la décrue des pouvons anticiper et préparer les
derniers, une fois qu’ils ont compris
taux affichés d’imposition. Il vaut contribuables, à la seule condition,
et se sont appropriés lesdites
mieux avoir des taux d’imposition cela va s’en dire mais mieux encore
réformes, de consacrer moins de
faibles et attractifs que la quasi- en le disant, qu’un minimum de
temps à l’accomplissement de
majorité des contribuables accepte délai soit laissé entre la publication
leurs obligations déclaratives et de
d’appliquer plutôt que d’afficher des officielle de la réforme et son entrée
paiement des impôts.
taux élevés que seule une minorité en vigueur. Ainsi, nous pourrons
La densification des télé-procédures de contribuables subit effectivement. efficacement participer à la noble
permet de rendre un meilleur service tâche de promotion du civisme fiscal.
aux usagers grâce à la fluidité de Cependant, il faut tout de même
Certes, il y aura toujours des
l’information et à la réduction des relever les difficultés pratiques
ajustements à faire tout au long de
comportements déviants constatés que rencontrent les contribuables
la mise en œuvre de la réforme car
lorsqu’il y a systématiquement un au début de la mise en œuvre de
aucune œuvre humaine n’est parfaite.
contact direct entre le contribuable ces réformes. Ces difficultés de
Les désagréments que nous vivrons
et l’Agent des Impôts. C’est ainsi notre point de vue relèvent plus
ne devront pas nous amener à décrier
que le contribuable camerounais, de l’insuffisante sensibilisation et
ou freiner le processus. Il faut plutôt
aujourd’hui plus que par le formation des contribuables qui
écouter et proposer les correctifs
passé, souscrit plus facilement n’ont pas souvent le temps de
nécessaires pour aller de l’avant. Ce
ses déclarations et apure plus s’approprier ces réformes avant leur
faisant, nous assumerons pleinement
rapidement les impôts dus. implémentation  ; d’où l’importance
notre responsabilité sociétale dans le
L’Administration fiscale de son côté du rôle de Conseil que nous sommes.
domaine de la fiscalité.
peut alors mieux se concentrer sur Dès lors que nous, professionnels de
les mesures d’élargissement de la fiscalité exerçant dans la légalité, Propos recueillis par
l’assiette de l’impôt parce qu’elle sommes associés à la conception et P. EBONGUE et C. NGA

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 47


La révolution numérique de la DGI

Jean Faustin
NGUEYEP NJOSSU
Opérateur économique,
DG SEFECCAM/SIENCAM

La dématérialisation
des procédures place
l’administration fiscale parmi
les administrations les plus
modernisées pour ne pas
dire la plus modernisée du
Cameroun.

D
epuis la réforme fiscalo- chaque contribuable et remplace une
douanière de l’UDEAC de longue liste des documents qui étaient
1994, dont l’objectif principal délivrés chacun sur demande timbrée.
visait à éliminer les faiblesses Il s’agit de la patente, du certificat
des instruments fiscaux et douaniers d’imposition, du bordereau de situation
préjudiciables pour l’économie de la fiscale, de l’attestation d’assujettie au
sous-région et à moderniser le système, régime de TVA, du Quitus fiscal…
après le chemin parcouru, nous qui avons
eu le privilège de vivre cette grande Au-delà de la simplification, de l’efficacité,
réforme et toutes ses évolutions, de la de la rentabilité, d’énormes gains de
genèse jusqu’à ce jour, pouvons sans temps, des économies substantielles de
ambages affirmer que le grand chantier consommables et fournitures de bureaux,
de la dématérialisation des procédures de la dématérialisation est aussi une sécurité
déclaration et de paiement des impôts et et une garantie contre les suspicions
taxes place l’administration fiscale parmi alimentées parfois simplement à cause
les administrations les plus modernisées de la proximité entre le contribuable et
pour ne pas dire la plus modernisée du son interlocuteur fiscal.
Cameroun.
Vivement donc que la dématérialisation
Nous citerons quelques exemples évolue de manière permanente pour
pour mieux illustrer ce constat  : les faire de l’administration fiscale, une
déclarations spontanées en ligne depuis administration véritablement efficace et
2015, les demandes de remboursement performante au service du développement
de crédit de TVA, désormais faites en de notre cher pays le Cameroun.
ligne, l’attestation de non redevance, (le Propos recueillis par
must), qui, aujourd’hui, est imprimée par Y. ZOMBO et C. NTONGA

48
La révolution numérique de la DGI

34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET


D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

Zoom sur les


télé-services à
la DGI

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

Maroc Mauritanie Niger RCA RDC IMPÔTS-Infos N°0010


Sao Tomé et Principe spécial CREDAF
Sénégal Tchad - JuinTogo
2019 49Tunisie
Zoom sur les télé-services à la DGI
IMMATRICULATION : LE FICHIER DES
CONTRIBUABLES DÉSORMAIS EN LIGNE

François
MVO MVO
Chargé d’Etudes Assistant à
la Cellule de l’Information et
de la Communication

doit nécessairement se livrer une adresse. Publié sur le site Internet


administration de mobilisation des de la DGI et faisant l’objet de mise
ressources. à jour régulière, au gré des entrées
et sorties des contribuables, le fichier
Le processus de modernisation de la
des contribuables est accessible
DGI, qui a permis à celle-ci d’opérer
aux partenaires publics et privés
des changements majeurs, touchant
intéressés.
pour l’essentiel à la numérisation de
nombreux services et procédures, Un fichier digitalisé, et donc maîtrisé,
n’a heureusement pas épargné la n’est pas seulement bénéfique
gestion du fichier. pour l’administration fiscale à
laquelle permet d’élaborer de
En rappel, l’article L1 du livre
bonnes stratégies de mobilisation
des procédures fiscales (LPF) du

L
des recettes. En effet, figurer sur le
Code Général des Impôts (CGI) fait
a Direction Générale fichier en ligne de la DGI est pour
obligation, à toute personne morale ou
des Impôts (DGI) gère le contribuable un indicateur de
physique, en sa qualité de redevable
une population fiscale citoyenneté fiscale auquel sont
légal ou réel au paiement d’un
cosmopolite, organisée attachées des facilités aménagées
impôt, droit ou taxe ou d’acompte
par centre de rattachement. Cette par la loi : possibilité de soumissionner
d’impôt, de souscrire une demande
population fiscale fait l’objet de à la commande publique, d’être
aux fins d’immatriculation auprès du
recensement dans le cadre d’un fournisseur des grandes Entreprises,
service des impôts territorialement
document appelé  «Fichier des de bénéficier de ristournes s’il
compétent, dans les quinze (15)
Contribuables ». est en relation d’affaires avec les
jours ouvrables qui suivent le début
sociétés brassicoles, d’être éligible
Le fichier des contribuables est de ses activités. Au terme de cette
aux mesures de dépenses fiscales
à l’administration fiscale ce que procédure, et après souscription
et, enfin, effectuer des opérations
le portefeuille clientèle est à de ses obligations déclaratives,
d’importation et/ou d’exportation.
l’entreprise. Sa parfaite maîtrise est le contribuable est enrôlé dans le
donc indispensable à l’élaboration fichier des contribuables, lequel est Il est donc intéressant pour
des plans d’actions et autres désormais publié électroniquement, le contribuable de figurer en
stratégies pertinents de mobilisation et de façon mensuelle. permanence sur ce fichier, en
des ressources. Elle constitue même remplissant régulièrement ses
Ce fichier unique renseigne sur le
un indicateur de la gouvernance obligations déclarations et de
statut fiscal de chaque contribuable,
fiscale. Pendant longtemps, ce paiement, sachant qu’une défaillance
en précisant son centre fiscal de
fichier a fait l’objet d’une gestion en la matière, observée sur trois (03)
rattachement, son nom ou raison
manuelle qui ne favorisait pas une mois consécutifs, entraînerait la
sociale, son numéro identifiant
telle maîtrise, rendant ainsi malaisé sortie du fichier et, donc, la perte des
unique (NIU), son activité principale,
le travail de projection auquel facilités sus évoquées.
son régime d’imposition et son

50
Zoom sur les télé-services à la DGI
LES E-SERVICES PAR FONCTION FISCALE
Fonction gestion, place à la télé-déclaration

Franck Roger
BINELI
Chargé d’Etudes Assistant à la Division des Etudes, de
la Planification et des Réformes Fiscales

Commande publique, mutations mobilières


et immobilières, déclarations statistiques
et fiscales : l’arrimage au numérique.

L
a déclaration en ligne de la ration a été instituée par la loi de fi-
commande publique, des mu- nances 2015 et implémentée pour la
tations mobilières et immobi- déclaration des impôts et taxes de
lières, et le dépôt en ligne des droit commun.
déclarations statistiques et fiscales
En 2017, la télé déclaration fait l’objet
s’inscrit dans le vaste mouvement de
d’une extension relative aux décla-
dématérialisation engagé au sein de Fiscales a considérablement simplifié
rations de la commande publique et
l’administration fiscale camerounaise. les procédures en matière fiscale, elle
des mutations mobilières et immobi-
Elle présente des effets bénéfiques la réduit le coût de la discipline fiscale,
lières. Le 1er juin 2017 marque l’entrée
partagés entre le contribuable et ladite amélioré la qualité de service rendu à
en vigueur de son implémentation au
administration. l’usager et, donc, l’environnement fis-
niveau des Cellules Spéciales d’Enre-
cal des affaires.
Une réforme en droite ligne gistrement à Yaoundé et à Douala.

du processus de dématéria- Cette dématérialisation au sein de la Pour l’administration fiscale, les enjeux
tournent autour de la sécurisation des
lisation en cours fonction gestion s’est poursuivie en
novembre 2018, avec le projet de la bases d’impositions, source d’optimi-
télé déclaration des Déclarations Sta- sation des recettes, la rationalisation
Depuis 2013, la DGI est résolument
tistiques et fiscales et dont le livrable des tâches ( suppression des tâches
engagée dans une ère de moderni-
a été rendu disponible en février 2019. manuelles et recentrage sur l’admi-
sation qui fait une place de choix au
Pour une appropriation satisfaisante nistration des risques), l’amélioration
numérique. Placé au cœur du dispositif
par le public cible, une phase de du civisme fiscal, l’accroissement des
d’amélioration de l’offre de services au
pilotage a été initiée à la DGE, avec performances, la lutte contre les mau-
contribuable, le numérique a vocation
vingt-sept entreprises recensées pour vaises pratiques…. 
à se généraliser dans l’exécution de
toutes les fonctions fiscales. l’expérimentation ; elle s’achèvera par La mise en œuvre de la télé décla-
une phase de sensibilisation des diffé- ration, s’agissant de la commande
Cette dynamique est également indis-
rents acteurs. publique, des mutations mobilières
pensable pour l’optimisation du rende-
et immobilières et des Déclarations
ment fiscal, au moment où les pouvoirs
Des bénéfices partagés Statistiques et Fiscales, couplée aux
publics font face au double défi du
autres réformes de dématérialisation,
développement économique et sécu- La mise en place de la télé déclaration
fait du Cameroun le leader en Afrique
ritaire. de la commande publique, des muta-
Centrale en matière de numérisation de
tions mobilières et immobilières ainsi
C’est dans cette optique, qu’au niveau l’administration de l’impôt.
que des Déclarations Statistiques et
de la fonction gestion, la télé décla-

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 51


Zoom sur les télé-services à la DGI
LES E-SERVICES PAR FONCTION FISCALE
Fonction recouvrement, place à l’automatisation
des procédures

Henri
FOTUE
Inspecteur Principal des Impôts
Sous-Directeur de la Curatelle

Délivrance automatique de l’Attestation de Non-Redevance (ANR)

J
usqu’au 31 décembre 2014, Après une brève période de délivrance buables qui contestent le bien fondé
une panoplie de documents manuelle de ce nouveau document, des impositions mises à leur charge,
était exigée du contribuable ayant, elle aussi, révélé la persistance ou qui bénéficient d’un moratoire pour
dans un seul et même but  : de certains dysfonctionnements, la le règlement de leurs impôts et taxes,
pour prouver qu’il figurait bien dans le loi de finances pour l’exercice 2017 a peuvent aussi l’obtenir.
fichier de la DGI et était à jour de ses consacré le principe de l’automatisation
Par ailleurs, la réforme permettant la dé-
obligations fiscales. Il s’agissait, notam- de sa délivrance. Ainsi, depuis 2017,
livrance automatique de l’ANR a offert
ment, du bordereau de situation fiscale, toute personne physique ou morale re-
la possibilité à la Direction Générale des
du certificat d’imposition, du certificat devable d’un impôt, droit ou taxe, à jour
Impôts de mettre en place un applica-
de non-imposition, de l’attestation de de ses obligations déclaratives et de
tif dont la base de données rassemble
régime TVA, et du titre de patente… paiement desdits impôts, peut s’auto
toutes les créances fiscales à l’encontre
délivrer une Attestation de Non Rede-
L’obtention de ces documents était des contribuables des structures opé-
vance à partir du site internet de la DGI
source de nombreuses tracasseries qui rationnelles informatisées, c’est-à-dire
(www.impots.cm).
déteignaient sur le climat des affaires les plus importantes. Ainsi, à chaque
et impactaient négativement le classe- Outre la garantie de la gratuité et de contribuable, sont rattachées toutes les
ment du Cameroun dans le Doing Busi- l’objectivité qui découlent naturellement dettes fiscales émises à son encontre.
ness. de l’élimination des contacts humains, Ces dettes lui sont récapitulées et syn-
l’automatisation de la délivrance de l’at- thétisées dans un tableau qui lui est
Sur la base de ces constats, et dans
testation de non-redevance présente délivré, tout aussi automatiquement,
la perspective d’améliorer l’environ-
l’avantage de la célérité, le document chaque fois qu’il cherche à obtenir une
nement fiscal des affaires, la loi de
pouvant être obtenu instantanément et Attestation de Non Redevance sans les
finances pour l’exercice 2015 a réduit
à tout moment, sans les contraintes des avoir préalablement acquittées.
de manière spectaculaire le nombre de
jours ouvrables.
documents à exiger du contribuable Avec la réforme en cours des Centres
pour attester sa conformité fiscale. On L’Attestation de Non-Redevance certi- Divisionnaires des Impôts, cette ré-
est en effet passé de quatre (4) à un seul fie que le contribuable n’est redevable forme salutaire devrait s’étendre aux
document : l’Attestation de Non-Rede- d’aucune dette fiscale exigible à la petits contribuables qui continuent
vance (ANR). date de sa délivrance. Ainsi, les contri- d’obtenir leur Attestation de Non Rede-
vance en mode manuel.

52
Zoom sur les télé-services à la DGI
Transmission électronique des quittances

E
n application de l’article L54 du Ainsi par exemple, s’agissant de la Direc- après les opérations d’apurement des
Code Général des Impôts, une tion des Grandes Entreprises (DGE) et paiements effectués par les contri-
quittance doit être délivrée au des Centres des Impôts des Moyennes buables, d’éditer d’abord les quittances
contribuable après le paiement d’un im- Entreprises (CIME), où les paiements sur les imprimés normalisés fournis par le
pôt, droit ou taxe prévus par ledit Code. se font exclusivement par virement Trésor public ; ensuite, de procéder à leur
bancaire, le contribuable est parfois numérisation en les scannant ; enfin, de
Ce document, qui constitue l’une des
contraint, une fois le virement effectué, transmettre cette version numérisée par
pièces justificatives exigées des Rece-
de se rendre à la Recette des Impôts internet aux contribuables qui peuvent
veurs des Impôts lors du dépôt de leur
muni de l’attestation ou du détail de vi- toujours passer à la Recette pour récu-
comptabilité auprès de leur comptable
rement pour l’obtention de la quittance. pérer le document imprimé.
de rattachement, est mis à leur disposi-
Or, le Receveur ne se fie pas toujours au Cette procédure, qui est sans doute
tion sous forme d’imprimé normalisé et
document présenté par le contribuable encore lourde dans ses modalités ac-
sécurisé par l’Administration du Trésor. Il
et privilégie la confirmation du virement tuelles, devrait certainement être consi-
en est ainsi, que l’on se trouve en envi-
qu’il constate par lui-même sur les plate- dérablement améliorée avec l’entrée en
ronnement informatisé ou manuel.
formes dédiées (SYSTAG ou SYGMA) de vigueur, cette année, du télépaiement
Or, les procédures de constatation des la banque centrale (la BEAC) qui héberge dont l’un des objectifs est de parvenir à
paiements effectués par les contri- le compte unique du Trésor public. l’automatisation de l’ensemble du pro-
buables sont parfois complexes, rendant cessus de paiement et de justification
Aussi, pour éviter que les contribuables
impossible la délivrance immédiate, à des paiements des impôts et taxes, avec
ne se rendent inutilement dans les Re-
leur profit, ou dans un délai raisonnable, au bout de la chaine une transmission
cettes des Impôts, la DGI a t-elle mis en
de la quittance de paiement. Toutes automatique de la quittance au contri-
œuvre la transmission électronique des
choses qui découragent les contri- buable, sans intervention du Receveur
quittances.
buables et les plongent parfois dans un des Impôts.
véritable désarroi. En pratique, il s’agit pour le Receveur,
H.F.

Paiement en espèces auprès des guichets de banques

L
a sécurisation des recettes Toutefois, le paiement en espèces des En pratique, le contribuable qui entend
fiscales collectées demeure impôts et taxes, même s’il est résiduel acquitter ses impôts et taxes en es-
une préoccupation majeure et aujourd’hui au Cameroun, comporte pèces auprès d’un guichet de banque
constante pour la DGI. d’importants coûts de gestion liés aux se présente auprès de l’établissement
transferts vers le Trésor, mais aussi des bancaire de son choix, muni de son
A cet effet, plusieurs mesures sont mises
risques de distraction des sommes avis d’imposition obtenu en ligne à
en œuvre dont le virement bancaire. Ce
mobilisées qui sont parfois observés l’adresse www.impots.cm ou émis par
mode de paiement permet un approvi-
dans les centres. son centre des impôts de rattache-
sionnement certain et traçable du compte
ment, ou encore de son Avis de Mise
unique du Trésor. Il est, pour l’heure, ex- La DGI entend adresser ce risque en
en Recouvrement (AMR) suite à un
clusif à la Direction des Grandes Entre- ouvrant la possibilité aux contribuables
contrôle ou un retard de paiement.
prises (DGE) et aux Centres des Impôts des structures opérationnelles, où ce
des Moyennes Entreprises (CIME) et mode de paiement a encore cours, de Au vu de l’avis d’imposition ou de
contribue à la sécurisation de plus de procéder au paiement de leurs impôts, l’AMR, la banque procède à l’encais-
98% des recettes fiscales. droits et taxes en espèces auprès des sement des sommes et délivre immé-
établissements bancaires de leur choix. diatement au contribuable un reçu de
La proportion restante demeure en
versement d’espèces, puis, dans un
partie acquittée en espèces dans les Pour ce faire, nul besoin pour eux
délai de quarante-huit (48) heures, une
Recettes des Impôts, notamment les de disposer d’un compte dans ces
attestation de virement dans le compte
Recettes des Impôts des Centres Divi- banques, le compte du Receveur des-
du Receveur des Impôts destinataire
sionnaires des Impôts et du Centre des tinataire du paiement suffisant à cet
du paiement, que le contribuable a pris
Impôts des entités publiques de Yaoun- effet. E n effet, la banque qui reçoit le
le soin de renseigner.
dé dont les contribuables ne sont pas paiement a la charge de virer le montant
autorisés à détenir des comptes dans reçu dans le compte indiqué du Trésor Ce virement est ensuite dénoué et
les banques commerciales, comptes public, moyennant le prélèvement des apuré par le Receveur dans les mêmes
qui faciliteraient les virements. frais et charges prévus à l’article L8 bis formes que les virements classiques.
al.3 du CGI.
H.F.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 53


Zoom sur les télé-services à la DGI
Le Mobile Tax

D
ans le souci de promouvoir - fournir une meilleure qualité Yaoundé et de Douala.
le civisme fiscal, la Direction de service au contribuable afin
La phase pilote du Mobile Tax achevée,
Générale des Impôts s’est d’améliorer le civisme fiscal ;
l’Administration fiscale envisage de :
engagée dans un mouve-
- réduire le coût de la discipline fis-
ment de simplification des procédures - l’étendre cette année à tous les
cale en limitant les déplacements
fiscales et d’allégement du coût de la impôts et taxes encore payés en
physiques des contribuables au-
discipline fiscale au profit des contri- espèces ;
près des guichets fiscaux ;
buables. - l’étendre à toutes les autres ré-
- fluidifier et simplifier les procé-
L’institution du paiement électronique gions du pays ;
dures de paiement afin de faciliter
à la faveur de la loi de finances pour - mettre en place le télépaiement
aux usagers l’accomplissement
l’exercice 2014, procède de cette dé- pour les contribuables de la
de leurs obligations fiscales ;
marche de simplification du paiement DGE, en lieu et place du virement
dont la première étape s’est matériali- - sécuriser les recettes fiscales par
bancaire. Cette évolution leur
sée à travers le Mobile Tax. l’élimination de la manipulation
permettra d’effectuer leur paie-
des espèces.
Le Mobile Tax est un mode de paiement ment par Internet comme dans le
des impôts et taxes via le téléphone Au total, le Mobile Tax permet à l’Admi- cadre d’un système E-TAX.
mobile. Ce service, qui est offert par nistration fiscale de garantir au contri-
Pour utiliser le service Mobile Tax, le
les opérateurs de téléphonie mobile, buable un service moderne qui allie
contribuable doit satisfaire aux exi-
notamment MTN et ORANGE, est dis- proximité et confort.
gences ci-après :
ponible 24 h/24 et 07 jours sur 7. Dans son principe, le Mobile Tax est
- ouvrir un compte mobile mo-
La gestion moderne de l’impôt place destiné au paiement de tous les impôts,
ney (MTN) ou orange money
la relation avec l’usager au centre des droits et taxes prévus par le Code Gé-
(ORANGE)
préoccupations de l’Administration fis- néral des Impôts.
cale. La satisfaction du contribuable - avoir reçu une déclaration pré-
Toutefois, pour une bonne maîtrise de
est donc une exigence fondamentale à remplie
la solution, l’Administration fiscale a
laquelle le Mobile Tax tente de répondre opté pour une mise en œuvre progres- Après réception de la déclaration pré
à travers ses atouts ci-après : sive. C’est ainsi qu’une phase pilote a remplie, le contribuable peut immédia-
- moderniser l’administration de eu cours dès l’exercice 2014. Celle-ci tement procéder au paiement en sui-
l’impôt en proposant plusieurs a visé exclusivement le paiement de la vant les étapes indiquées par l’opéra-
modes alternatifs de paiement taxe sur la propriété foncière due sur teur de téléphonie.
des impôts aux contribuables ; les propriétés situées dans les villes de H.F.

54
Zoom sur les télé-services à la DGI
LES E-SERVICES PAR FONCTION FISCALE
Fonction contrôle, des procédures dématérialisées

Pierre Manfred
BOUMAM
Inspecteur Principal des Impôts
Chef de la Cellule de Programmation
et de Suivi du Contrôle Fiscal

La digitalisation des procédures de contrôle


fiscal à la DGI : un atout majeur face aux
exigences managériales

D
epuis quelques années, l’Admi- fiscal, partant de la programma-
nistration fiscale camerounaise tion, passant par l’exécution,
a fait de l’optimisation de son pour finir par le suivi-évaluation, en
rendement et de l’amélioration connexion étroite avec les autres fonctions
de l’environnement fiscal des affaires, des fiscales.
piliers majeurs de sa quête de performance.
Relativement à la programmation en contrôle
Ce dyptique se traduit par un accroissement
fiscal, la saisie des propositions se fait au fil
progressif des recettes mobilisées, de même
de l’eau et après analyse –risque, via l’inter-
que par la simplification et dématérialisation
face MESURE3 Web par l’ensemble des ac-
des procédures fiscales.
teurs gestionnaires et vérificateurs relevant
Le contrôle fiscal, en tant que l’une des des structures opérationnelles, ainsi que
quatre fonctions essentielles de la DGI1, a par la Cellule de la Programmation, sur la
bénéficié de cette dynamique des réformes base des informations recueillies auprès de
mise en œuvre d’abord au travers de la ra- la hiérarchie ou des services en charge des
tionalisation des interventions2 des services enquêtes fiscales.
opérationnels auprès des contribuables,
Ces propositions sont réceptionnées, conso-
dans le but non seulement d’alléger le coût
lidées et traitées au niveau de ladite Cellule,
de la discipline fiscale, mais aussi de renfor-
avant la pré-validation par le Chef de la Divi-
cer l’efficacité et la cohérence de leur action.
sion des Enquêtes, de la Programmation et
Le Directeur Général des Impôts, M. MOPA du Suivi du Contrôle Fiscal, puis la valida-
Modeste FATOING, a voulu, dès le début tion définitive par le Directeur Général des
de l’exercice 2019, aller plus loin dans les Impôts, compte bien tenu des instances de
réformes en matière de contrôle fiscal en l’exercice précédent et du seuil d’encadre-
dématérialisant les procédures en vue d’en ment des affaires de chaque structure de
assurer un suivi resserré et une meilleure lisi- production. Un numéro de validation unique
bilité, tout en améliorant la qualité de service est automatiquement généré pour chaque
rendu aux contribuables. affaire et ce dernier est à reporter sur cha-
cune des pièces de procédure liées à ladite
La digitalisation a donc à cet effet touché
affaire, jusqu’à extinction de la dette fiscale.
toutes les étapes du processus de contrôle
Par ailleurs, les structures de production des-

1- DGI : Direction Générale des Impôts.


2- Cf. Circulaire-cadre n° 011/MINFI/DGI/DEPSCF du 03 juin 2016 fixant les modalités des interventions des services fiscaux auprès des entreprises dans
le cadre des contrôles et investigations fiscaux.
3- MESURE : application mise en place à la DGI en vue d’un meilleur suivi du rendement.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 55


Zoom sur les télé-services à la DGI
tinataires desdits programmes peuvent Quant à la cohérence entre les redres- introduits dans l’applicatif automatisé
consulter de manière instantanée et sements envisagés, qui partent de à savoir :
à tout moment, les programmes ainsi l’analyse – risque du dossier par l’agent
les tableaux de suivi des procé-
validés et répartis semestriellement et du fisc et ceux notifiés au contribuable,
dures (VGC5, VP6, CP7, CSP8,
par type d’intervention fiscale. elle est retracée par la production suc-
DEC9) ;
cessive du tableau synoptique des
L’exécution du programme est l’un des
axes de recherche validés, de celui des le tableau de suivi des procé-
segments les plus impactés par la digi-
redressements notifiés et, enfin, de ce- dures d’enquête et de constata-
talisation, ceci en vue de garantir le res-
lui des redressements maintenus suite tion des stocks ;
pect et la célérité des procédures d’une
aux observations que le contribuable
part, de même que la cohérence entre le tableau de suivi de l’appui au
peut également servir à l’Administra-
les redressements envisagés et ceux recouvrement et des dégrève-
tion par voie électronique.
notifiés d’autre part. ments ;
Le suivi-évaluation du contrôle fiscal,
Concernant le respect et la célérité le tableau récapitulatif de suivi
tant au niveau de l’encadrement inter-
des procédures, toutes les étapes ont des procédures et du recouvre-
médiaire qu’au niveau central, a aussi
été prises en compte avec notamment ment ;
été digitalisé en vue d’une transmission
l’introduction préalable des acteurs
automatique des données statistiques, le tableau de suivi de l’impact du
dédiés dans l’applicatif, en vue de
d’une plus grande lisibilité de l’activité renseignement sur le rendement ;
s’assurer de la qualité de ceux qui sont
du contrôle fiscal au sein de chaque
affectés à l’exécution du programme le tableau de suivi des recouvre-
structure de production et d’une fiabi-
validé. Aussi, la digitalisation permet- ments par nature d’impôt ;
lité des informations produites.
elle de procéder à :
Ainsi, les émissions et recouvrements le tableau de suivi du rendement
- la répartition des affaires par véri- par affaire ;
devront-elles être automatiquement
ficateur et selon un plan d’action
générés par les AMR4 émis par les
détaillé semestriellement ; le tableau comparatif des indica-
acteurs du contrôle, rendus exécu-
teurs de suivi du contrôle fiscal ;
- la génération automatique des toires par les chefs de structures, puis
avis de vérifications ; pris en charge et apurés par les agents le tableau de suivi consolidé des
de recouvrement, ceci afin d’éviter les interventions fiscales à la DGI.
- la saisie des axes de recherches écarts statistiques entre les données is-
et des chefs de redressements ; sues des Recettes des Impôts et celles En définitive, la digitalisation du
produites par les Brigades de contrôle contrôle fiscal telle que décrite vise
- la saisie des procès-verbaux de prioritairement à améliorer la qualité
début et de fin des travaux sur et de vérification. Bien plus, lesdites
informations sont instantanément dis- de service rendu aux contribuables en
place ; réduisant le coût de la discipline fis-
ponibles, via l’interface cité plus haut,
- la saisie de la fiche de collecte à toute la chaîne hiérarchique habilitée cale, en amenant les agents du fisc au
des informations sur les éléments au suivi du contrôle fiscal, de même respect scrupuleux des délais et pro-
patrimoniaux des entreprises vé- qu’aux partenaires au développement. cédures, et en organisant la lisibilité et
rifiées ; la traçabilité des opération de contrôle
Le suivi de l’exploitation des renseigne- fiscal en vue d’éviter au maximum les
- la génération automatique de la ments fiscaux transmis aux structures contentieux de faits. L’automatisation
notification des bases de redres- opérationnelles sera également amé- des procédures vise également, en
sements et de la notification défi- lioré du fait de la digitalisation par l’in- interne, à sécuriser les recettes fiscales
nitive aux contribuables assortie troduction en ligne des comparables, issues du contrôle, à fiabiliser l’infor-
de l’Avis de Mise en Recouvre- mais aussi de ce que de nombreux mation relative à l’activité du contrôle
ment (AMR). destinataires finaux ne reconnaissent fiscal, de même qu’à mieux évaluer les
pas toujours avoir reçu lesdits rensei- performances des structures et des
Le respect des délais contenus dans
gnements au moment du déroulement acteurs en charge du contrôle fiscal.
le livre des procédures fiscales a été
de la procédure de contrôle ou disent
consacré par un système d’alertes en
les avoir reçus hors délais.
même temps que l’obligation de suivre
les étapes de procédure, à peine de Pour un suivi et une évaluation effi-
tomber sous le coup des facteurs blo- caces, les tableaux ci-après ont été
quants.

4- AMR : Avis de Mise en Recouvrement.


5- VGC : Vérification Générale de Comptabilité.
6- VP : Vérification Partielle.
7- CP : Contrôle Ponctuel.
8- CSP : Contrôle Sur Pièces.
9- DEC : Droit d’Enquête et de Constatation.

56
Zoom sur les télé-services à la DGI
LES E-SERVICES PAR FONCTION FISCALE
Remboursement des crédits de TVA

Suivi en ligne des dossiers


de remboursement des
crédits de TVA

L
a consécration d’un système de
remboursement fluide et rapide des Dorothée
crédits de TVA constitue une des
conditions pour garantir la neutralité YAPELE
de cet impôt de base. Chargé d’Etudes
Assistant à la CRRIT
A l’aune de ce constat et en droite ligne du
processus de dématérialisation des procé-
dures fiscales liées aux réformes de 3ème
génération engagées depuis 2014, la Direc-
tion Générale des Impôts Camerounaise a, - le traitement rapide des demandes à
depuis 2017, mis en place un système de travers le respect des délais légaux ;
suivi en ligne des dossiers de rembourse-
ment des crédits de TVA. - l’évaluation automatique du respect
des délais à chaque niveau de traite-
Ce dispositif s’inscrit en outre dans le cadre ment ;
général de l’amélioration des services rendus
aux contribuables à travers la modernisa- - la mise à disposition des données
tion des procédures fiscales. Il fait suite aux utiles aux prévisions en matière de
plaintes répétées des contribuables en situa- remboursement des crédits de TVA,
tion de crédits de TVA, portant sur les délais, dans la perspective de l’amélioration
jugés anormalement longs, de traitement de du système ;
leurs dossiers de remboursement. - l’amélioration de la gouvernance dans
Mis en place sous l’impulsion du Directeur la gestion des demandes de rembour-
Général des Impôts, ce dispositif vise, pour sement par la suppression de tout
l’essentiel, la gestion modernisée de la pro- contact humain entre les contribuables
cédure de traitement des demandes de rem- et les agents de l’administration.
boursement des crédits de TVA avec pour Désormais, grâce à ce dispositif, le contri-
objectifs spécifiques : buable peut introduire en un « clic » son dos-
sier de demande de remboursement en ligne
- la facilitation de l’introduction de la
en suivant les trois principales indications
demande de remboursement par le
suivantes :
contribuable avec le remplissage, la
1- remplissage de la demande en ligne ;
souscription en ligne de celle-ci et,
éventuellement, la transmission dé- 2- souscription de la demande ;
matérialisée de toutes les pièces de 3- suivi de la demande.
procédure requises par la règlemen-
Le dispositif de suivi en ligne des dossiers
tation en vigueur ;
de demande de remboursement des crédits
- la possibilité donnée au contribuable de TVA procure ainsi un soulagement aux
de suivre en ligne le niveau de traite- contribuables qui, désormais, voient leurs
ment de sa demande à chaque stade dossiers traités dans des délais raisonnables.
du circuit ;

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 57


58
34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET
D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

Le numérique
vu d’ici

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

RDC Sénégal Tchad Togo Tunisie


Maroc Mauritanie Niger RCA Sao Tomé et Principe
IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 59
Le numérique vu d'ici

CENAF 2019
UN COLLOQUE TOURNÉ VERS L’AVENIR
L’économie numérique était au centre des travaux du colloque. Une opportunité pour les administra-
tions fiscales de s’inspirer des avancées à l’international en vue de faciliter l’inclusion économique,
financière et fiscale des citoyens.

Bernard Fils
NTONGA NTONGA
Inspecteur Principal des Impôts
Chargé d’Etudes Assistant à la Division des Etudes, de la Planification
et des Réformes Fiscales

A
vec la participation du Cercle conférence) a permis d’explorer toutes les
de Réflexion et d’Echanges des facettes de l’économie numérique. Il s’agit
Dirigeants des Administrations entre autres de la transformation de l’éco-
Fiscales (CREDAF) et la colla- nomie et de la société, des services du XXe
boration de la Fondation Canadienne de siècle, de l’économie dans le contexte des
la Fiscalité, Revenu Québec (Agence du pays en développement, de l’essor et des
Gouvernement Québécois chargée de enjeux du commerce électronique, du dia-
la perception des impôts et taxes) a logue avec l’industrie, des grands enjeux de
organisé, du 13 au 16 mai 2019 à l’hô- société et les impacts sur les organismes,
tel Westin Montréal, dans la province de l’intelligence artificielle et l’informatisa-
du Québec au Canada, un colloque tion à la rescousse des organisations, de la
conjoint sur l’économie numérique technologie « chaîne de blocs ». Il s’agissait
et les administrations fiscales (CE- d’examiner la possibilité pour les adminis-
NAF 2019). trations fiscales de tirer profit de ces avan-
cées en vue d’améliorer leurs services et
Y ont pris part, outre l’Administration
lutter contre l’évasion fiscale tout en rele-
fiscale camerounaise représentée
vant le défi de l’encadrement des contri-
par Modeste MOPA FATOING, Directeur
buables…
Général des impôts, JOHN KINYUY Chef de
la Division Informatique, les délégués inter- Un tour d’horizon des différents thèmes
nationaux du CREDAF, les partenaires, ainsi susmentionnés, effectué par des experts
que les représentants des secteurs publics de tous les milieux internationaux, a été
et privés. l’occasion pour les participants de parta-
ger des idées, de mettre en commun des
Ces participants ont échangé sur les
réflexions dans l’optique de contribuer à
grands enjeux résultant des phénomènes
l’enrichissement des connaissances et au
fiscaux émergents et évalué les initiatives
perfectionnement des pratiques en matière
et les avancées mondiales dans ce do-
d’économie numérique.
maine de l’économie numérique. La dizaine
de thématiques abordée (sous forme de (Source : site internet du CREDAF)

60
Le numérique vu d'ici

QUELLE FISCALITE POUR


LE CAMEROUN A L’ÈRE DE
L’ECONOMIE NUMERIQUE

Jean Marie
ONDOUA EKOBENA
Inspecteur des Impôts
Chargé d’Etudes Assistant à la Division des Etudes,
de la Planification et des Réformes Fiscales

L
e début du 21e siècle est problématique se pose avec autant
caractérisé par la numérisation d’acuité. Au regard de la place de plus en
de l’économie, c’est-à-dire par plus grandissante qu’occupe le numérique
l’introduction des nouvelles dans notre économie, la question du
technologies de l’information et de la déplacement de la création de la valeur
communication (NTIC) dans la sphère ne manque pas de susciter la réflexion. Si
économique. Cette nouvelle donne a mis l’impact du numérique sur la fiscalité ne se
en évidence de nouveaux défis et a fait discute plus, force est aussi de reconnaître
naître des enjeux majeurs en matière de que la digitalisation de l’économie appelle
fiscalité. En effet, l’un des paris pour le nécessairement un changement de nos
système fiscal est de pouvoir déterminer modes de pensée, de nos institutions
où est créée la valeur alors que la présence et bien plus encore, une redéfinition de
physique est de moins en moins nécessaire la perception que nous avons de notre
voire nulle. C’est pourquoi l’OCDE a dans système fiscal3.
son dernier rapport intérimaire sur le BEPS
Dans cette perspective, l’enjeu
(Base Erosion and Profit Shifting)1 souligné
majeur auquel l’Administration fiscale
qu’« il est essentiel de bien comprendre
camerounaise doit faire face a trait à
les conséquences de la numérisation de
la prise en compte des innovations
l’économie sur la façon dont les entreprises
qui découlent du développement de
exercent leurs activités et créent de la
l’économie numérique. En d’autres
valeur afin de s’assurer que le cadre fiscal
termes, elle est appelée à identifier les
répondra bien aux défis posés.»2
axes de réforme du cadre fiscal actuel
Pour les pays en voie de développement pour le conformer aux nouveaux objectifs.
comme le Cameroun, la même Pour ce faire, un double défi se présente à

1- Les pratiques BEPS font références aux stratégies qui exploitent les failles et les différences dans les règles fiscales en vue de transférer des
bénéfices dans les territoires où ceux-ci seront peu ou pas imposés.
2- Cf. OCDE : Les défis posés par la numérisation de l’économie Rapport intérimaire, cadre inclusif sur les BEPS, 30 mai 2018.
3- BOUVIER (M), Editorial de la RFFP mai 2019, n°46, p.5

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 61


Le numérique vu d'ici
elle. Le premier se rapporte à sa capacité leur est le plus favorable, prêtant ainsi le
de résilience face aux risques d’évitement flanc à des possibilités d’évasion fiscale.
de l’impôt développé par les entreprises
de l’économie numérique. Le second L’autre aspect essentiel de l’économie
porte sur son aptitude à opérer sa mue, numérique est la place réservée aux
à faire évoluer ses outils traditionnels et à plateformes. Une plateforme est une zone
mettre en œuvre des instruments fiscaux d’échange où les offres et les demandes se
nouveaux lui permettant d’intégrer les rencontrent sous une forme dématérialisée.
changements associés. Les entreprises du numérique jouent
souvent un rôle de plateforme mettant
La présente réflexion essaie de répondre en relation une population hétérogène
à ce double challenge en empruntant une
d’utilisateurs (vendeurs ou d’annonceurs).
triple démarche. Dans un premier temps,
Quant aux effets de réseaux, ils découlent
elle se propose de présenter les spécificités
du fait que les entreprises du numérique
de l’économie numérique (1). Elle analyse
permettent de rapprocher une masse
ensuite les conséquences induites sur la
considérable d’utilisateurs créant ainsi un
fiscalité (2) et enfin, elle esquisse les pistes
effet de réseau ou effet « boule de neige »,
d’adaptation que pourraient emprunter la
car plus il y a d’intervenants, plus l’intérêt
fiscalité face à la digitalisation croissante
des utilisateurs pour le réseau s’accroît.
de l’économie. (3)
L’une des activités phares des entreprises
Les particularités de l’économie du numérique c’est aussi de collecter
numérique et exploiter les données auprès de leurs
utilisateurs pour fournir aux annonceurs
L’économie numérique présente des espaces publicitaires ciblés, créant
des spécificités qui la distinguent de ainsi de la valeur tout en tirant des revenus
l’économie traditionnelle, en particulier par de ce ciblage.
la modification des chaînes de création
des valeurs qu’elles induis. On lui attache Les conséquences du numérique
généralement quatre caractéristiques à sur la fiscalité
savoir : la non-localisation des activités, le
Dans un système fiscal largement influencé
rôle central des plateformes, l’importance
par les mutations d’un ordre économique
des effets de réseaux et de l’exploitation
et social mondial en pleine métamorphose,
des données.4
il est essentiel de bien comprendre les
La non-location des activités constitue conséquences de la numérisation de
l’un des éléments de démarcation de l’économie. L’avènement du numérique a
l’économie numérique grâce auquel les l’inconvénient d’exposer le système tout
entreprises peuvent offrir des services entier aux risques d’optimisation fiscale,
à distance par l’intermédiaire d’internet. d’érosion des recettes et d’aggravation
La difficulté à localiser les activités du de la concurrence fiscale. Face à cette
numérique remet en cause le principe de situation, il est indispensable d’adapter
territorialité et la notion d’ « établissement les instruments fiscaux actuels pour tenir
stable  » qui avaient jusqu’ici structuré compte des nouvelles conditions créées
le droit fiscal des Etats5. A cause des par l’économie numérique.
difficultés liées à la localisation de ces
La révolution de l’internet et du numérique
activités, il devient très facile pour ces
provoque l’érosion des bases taxables
entreprises d’effectuer leurs déclarations
et favorise les pratiques d’optimisation
dans les territoires où la règlementation

4- CHARRIE (J) et JANIN (L) : Fiscalité du numérique. France Stratégie, mars 2015, n°26, pp. 2-3
5- ROBERT (E) : « Le numérique et la numérisation de l’ensemble de l’économie ». RFFP, mai 2019, no°46, pp 89-90

62
Le numérique vu d'ici
fiscale. Il faut donc constamment garder à Notre pays doit nécessairement trouver de
l’esprit que le déplacement de la création nouvelles solutions pour appréhender une
de valeur des biens tangibles vers des fraction de la création de richesse générée
productions intangibles ou immatérielles par la numérisation de l’économie. Pour
aboutit à la disparition de l’assiette de cela, des pistes de solutions à l’instar de
l’impôt. A cet égard, la difficulté pour celles proposées par MICHEL COMBE
l’Administration fiscale de pouvoir définir pourraient lui servir de boussole pour mieux
le territoire concerné par les opérations capter les revenus issus de l’économie
de production laisse des failles que numérique6. La première consiste à revoir
peuvent exploiter les entreprises pour la définition de la notion d’ « établissement
éluder l’impôt. Par ailleurs, les conflits stable  » en y incluant des aspects qui
de lois pouvant surgir entre différentes permettent d’appréhender une fraction
législations aboutissent à une compétition de la valeur créée par l’économie digitale.
fiscale entre les États mais aussi à des La seconde consisterait en la création
pratiques fiscales qui ne correspondent d’une notion « d’établissement permanent
pas nécessairement à l’esprit des textes. virtuel  »7, reposant sur des éléments tels
Ces pratiques et mécanismes permettent que la localisation des noms de domaine,
aux entreprises numériques de s’imposer la présence de serveurs, l’existence de
face aux entreprises classiques, grâce à paiements locaux, mais pourrait aussi
un avantage comparatif indéniable. s’appuyer sur le nombre d’utilisateurs, le
volume des données collectées auprès
La nécessaire adaptation des des utilisateurs locaux, tous ces éléments
règles fiscales pouvant permettre de constituer des
critères de présence numérique, source
Dans la quête d’une meilleure fiscalisation
d’imposition. Une troisième approche
des profits des activités numériques,
pourrait être basée sur le franchissement
un constat s’impose  : les Etats en
d’un certain seuil de revenu, qui, généré
développement sont encore plus exposés,
dans un Etat par un opérateur donné de
que les autres Etats, aux conséquences
l’économie numérique, conduirait à une
de la croissance des activités numériques.
présence taxable.8
Ils sont des importateurs nets de services
numériques, ne disposant pour la plupart En définitive, pour réduire l’ampleur
pas encore dans leurs économies de des externalités négatives induites par
grands acteurs du monde digital, alors que la numérisation de l’économie, il est
leurs populations sont consommatrices nécessaire que notre pays élabore à court
des biens et services produits par terme un plan d’actions qui aura pour
ces acteurs. L’Administration fiscale objectif de lui donner des instruments
camerounaise a un énorme chantier devant lui permettant de faire mieux coïncider
elle. Si le débat est déjà suffisamment ses droits d’imposition avec l’activité
avancé au sein des pays de l’OCDE, les économique réelle. Ainsi pourra-t-il
pays en développement devraient aussi se maintenir une trajectoire positive dans sa
pencher sur la question, au risque de se quête d’une plus grande mobilisation des
voir priver d’une part des recettes fiscales ressources.
qui leur revient légitimement.

6- COMBE (M) : « Fiscalité et économie numérique ». In Lettres Professionnelles, décembre 2017.


7- Ibid
8- Ibid

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 63


Le numérique vu d'ici
LES ENJEUX DE L’IMPOSITION DU
NUMERIQUE DANS LES PAYS DU CREDAF :
L’EXEMPLE DU CAMEROUN

Maurice Didier
MOTTO
Inspecteur Gestionnaire
à la Direction des Grandes Entreprises

L
« Loin d’être un sujet
technique, le numé- a 34ème Conférence annuelle du Cercle de Réflexion et d’Echange des
rique est une urgence Dirigeants des Administrations Fiscales (CREDAF) s’ouvre à Yaoundé
politique » du 10 au 13 juin sur le thème : « Le numérique au service de l’élargisse-
Jacques Attali,
ment de l’assiette ». Le choix d’une telle thématique n’est pas anodin,
Préface du Rapport de Terra
Nova sur le numérique (2012). au regard des transformations induites par le numérique dans la société. Ces
changements touchent à la fois les sphères économique, sociale et même po-
« Rien n’est plus puis-
litique ; leur dénominateur commun étant la disparition de contacts physiques
sant qu’une idée dont
l’heure est venue » et une plus grande circulation des informations, la fluidité des échanges via
Victor Hugo. les réseaux de communication électronique1, engendre autant d’opportunités
que de défis pour la société dans son ensemble. La révolution technologique
« La fiscalité repose
créée par les autoroutes de l’information et de la communication, contribue à
sur un ensemble de
principes fondamen- la « mort de la distance ». L’Afrique aussi est embrassée dans cette dynamique
taux qui sont totale- nouvelle dont le sens et la portée bouleversent ses valeurs et son économie.
ment ébranlés par La contraction de l’espace et du temps perturbent considérablement l’axiolo-
le commerce électro- gie des sociétés africaines, qui subissent sans filtre le flot continu et incessant
nique »
Revue fiscalité européenne et de produits technologiques et culturels en provenance de l’Occident. Si les
droit international des affaires, aspects socio-anthropologiques conservent un intérêt heuristique en raison
n°1999/4.
de leur impact, le problème crucial qui retient notre attention se décline plutôt
sous l’angle fiscal.

1- «  On entend par communication électronique, une communication dans laquelle les informations sont transmises à l’aide de signaux produits par
des équipements électroniques. Le support physique peut etre aussi bien un support métallique (communication basée sur la transmission de signaux
électriques), une fibre optique (communication basée sur la transmission de signaux optiques), ou encore l’air ou le vide (transmission radio par ondes
électromagnétiques) » Wikipedia.org

64
Le numérique vu d'ici

Pour les administrations fiscales, il la numérisation de l’économie, pro- TIC dans leur activité et gagnent
s’agit de saisir cette opportunité pour cessus inéluctable portant sur tous en productivité grâce à elles
à la fois offrir un service de qualité les biens matériels et sur tous les (banques, assurances, automo-
aux usagers-contribuables, et conci- services. Comme ces biens imma- bile, aéronautique, distribution,
lier la réduction du coût de la disci- tériels sont des créations de l’esprit administration et tourisme…).
pline fiscale avec les exigences d’une de nature artistique ou intellectuelle,
4- Les particuliers et les ménages qui
mobilisation accrue des recettes. Ce l’économie numérique apporte de
utilisent les TIC dans leurs activi-
faisant, le principal défi demeure la nouveaux modèles et de nouvelles
tés quotidiennes, pour les loisirs,
captation des recettes fiscales issues possibilités pour l’économie de la
la culture, la santé, l’éducation, la
de la création de valeur générée par connaissance pour et l›économie
banque, les réseaux sociaux.
la nouvelle économie, car cette pro- de la culture2.  » Compte tenu de
digieuse avancée du génie humain a la difficulté à définir et quantifier Cette économie se distingue des mo-
donné naissance à un monde virtuel, l›économie numérique, l›INSEE3 l’as- dèles traditionnels et se développe
un monde à part, organisé autour simile aux secteurs producteurs des sur la base d’un modèle économique
d’une économie particulière  : l’éco- technologies de l’information et de la dont les singularités sont les sui-
nomie numérique. communication. Or, «  le secteur des vantes :
TIC regroupe les entreprises qui pro-
Le présent article s’interroge sur la • la complexité de la localisation
duisent des biens et services suppor-
capacité de notre administration géographique de l’activité (Les
tant le processus de numérisation de
fiscale à saisir les recettes fiscales entreprises du numérique uti-
l’économie, c’est-à-dire la transfor-
découlant de l’économie numérique, lisent l’internet pour dissémi-
mation des informations utilisées ou
au-delà de la dématérialisation des ner leurs activités à travers le
fournies en informations numériques
procédures. monde et échapper à la sur-
(informatique, télécommunications,
électronique) ». veillance des Administrations
De prime abord, il importe de sou-
fiscales) ;
ligner que l’expression «  économie
D’après la systématisation faite par
numérique  » ne fait pas l’objet • le rôle central joué par des pla-
l’INSEE, l’économie numérique met
d’une définition standardisée. Afin teformes qui favorisent un mar-
en interaction quatre acteurs princi-
de dissiper les incompréhensions ché biface mettant directement
paux :
éventuelles, quelques précisions ter- en lien l’entreprise et l’inter-
minologiques s’imposent. « L’écono- 1- Les entreprises des secteurs pro- naute (En réalité elles jouent
mie numérique au sens scientifique ducteurs des technologies de l’in- le rôle d’intermédiaire entre les
du terme est l’étude des biens im- formation et de la communication internautes et les entreprises,
matériels  qui sont par définition des (TIC) dont les activités s’exercent et brisent la distance grâce à la
biens non rivaux à coût marginal nul. dans les domaines de l’informa- configuration des sites)4 ;
Cette définition induit de nouvelles tique, des télécommunications et
relations, de nouveaux modèles de l’électronique. • la création d’un effet réseau se-
d’échange/partage, uniquement lon lequel plus le nombre d’uti-
2- Les entreprises dont l’existence lisateurs est grand et plus s’ac-
possible par Internet, un nouveau
est liée à l’émergence des TIC croît leur intérêt pour le réseau
concept de propriété privée. Il s’agit
(services en ligne, jeux vidéo, e- (Le nombre d’utilisateurs d’un
d’un sous-domaine complet de
commerce, médias et contenus réseau aiguise l’appétit des
l’économie, à ne pas confondre avec
en ligne…). autres et favorise l’extension et
le  secteur du numérique  qui relève
de l›économie classique, ni avec la densification de celui-ci) ;
3- Les entreprises qui utilisent les

2- Wikipedia.org
3- Institut national de la statistique et des études économiques. C’est un organisme qui est chargé de la production, de l’analyse et de la publication des
statistiques officielles en France.
4- Fiscalité du numérique, Julia charrié et Lionel Janin, www.stratégie.gouv.fr

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 65


Le numérique vu d'ici
• la collecte, par l’intermédiaire Shifting), lequel renvoie aux straté- exemple, les ventes de smartphones
de services souvent gratuits, gies de planification fiscale agres- représentent plus de la moitié de
puis l’exploitation marchande sives développées par les multina- l’activité d’Apple : elles ne seront pas
de la donnée5 (Les données tionales pour loger leurs profits en prises en compte.
personnelles collectées sont dehors des lieux où les activités éco-
ensuite retraitées afin de profi- Au Cameroun, la fiscalité du numé-
nomiques se déroulent et où la valeur
ler les utilisateurs et vendre ces rique renvoie aux diverses opérations
est créée.
ressources à d’autres entre- réalisées par les entreprises du sec-
prises). Le Plan de lutte y dédié6 consacre en teur des nouvelles technologies de
effet à l’économie numérique son ac- l’information et de la communication
Très tôt, la spécificité du cyberespace tion17 dont, du rapport de 20158 au et aux entreprises basées sur le numé-
avait été identifiée comme pouvant Rapport intérimaire de mars 2018 (où rique, telles que celles opérant dans
créer des difficultés dans la percep- plus de 100 pays s’accordent pour le secteur audiovisuel, auxquelles est
tion de l’impôt. Traditionnellement en travailler ensemble vers une solution appliquée la fiscalité directe et indi-
effet et de façon triviale, le droit d’im- de consensus pour faire face aux dé- recte de droit commun, avec certes
poser se fonde sur une matière phy- fis fiscaux posés par la numérisation des particularités.12 Il n’existe donc
sique ou sur une activité se déroulant d’ici à 2020)9, le constat est clair que pas un dispositif normatif spécifique
dans un espace bien défini régi par les règles fiscales actuelles semblent à l’économie numérique pour capter
des normes. En réalité, les codes fis- inadaptées dans le contexte du cy- de façon optimale les ressources fis-
caux africains ont été élaborés pour berespace. cales supplémentaires susceptibles
adresser les problématiques fiscales d’être engendrées par la digitalisa-
de la post-indépendance, époque Et pour ajouter à la difficulté, chaque
tion de l’économie. En effet, en l’ab-
caractérisée par la coexistence d’un pays essaie de sécréter des règles
sence d’une action ciblée, les activi-
capitalisme d’Etat avec des initia- propres pour faire face au phéno-
tés économiques nouvelles telles que
tives privées louables dans le secteur mène, en attendant l’adoption d’une
le commerce électronique, l’achat de
marchand, et la concentration des solution internationale consen-
services en lignes via les plateformes
fortunes dans l’immobilier, c’est-à- suelle, à l’instar de la France où il
numériques telles que Netflix, des
dire par une localisation aisée de la a été débattu le 08 avril dernier à
sites spécialisés de Google (booking.
matière imposable l’Assemblée Nationale, de la «  Taxe
com) ne sont pas fiscalisées.
GAFA10 ». Dans son principe, il s’agit
Or, le cyberespace est « un lieu sans d’une imposition de 3% du chiffre Au total, il subsiste de par le monde
lieu », les repères classiques d’espace d’affaires numérique s’il dépasse 25 des difficultés à dégager un consen-
et de temps étant modifiés par la millions d’euros en France, 750 mil- sus sur l’imposition de l’économie
technique. Ici, l’espace d’échanges lions dans le monde. La définition de numérique. Le lobbying des géants
économiques devient transnational, cette taxe est d’ores et déjà sous le du numérique retarde l’adoption
dématérialisé et atemporel. Toutes feu des critiques des organisations d’une solution internationale. Cepen-
choses qui accentuent le phénomène non gouvernementales, telles que dant, plusieurs solutions sont évo-
d’érosion des bases d’imposition et «  ATTAC  »11 pour laquelle les pra- quées çà et là :
de transfert indirect de bénéfices, tiques d’optimisation fiscale agres-
plus connu sous son acronyme an- - la révision du concept d’éta-
sive des GAFA dépassent large-
glais BEPS (Base Erosion and Profit blissement stable à la lumière
ment leurs activités numériques. Par

5- Economie numérique et fiscalité : un chantier de long terme, Joévin, www.orange-businnes.com


6- « Le terme « modernisation » renvoie aux objectifs affichés par les pouvoirs publics pour accréditer l’idée d’une amélioration des services aux
citoyens, aux usagers, et ici aux contribuables » Marc Leroy, « la modernisation de la bureaucratie fiscale ».
7- Voir article de M. NOMO Maximilien dans le présent journal. 8- En 2013, les pays de l’OCDE et du G20 ont adopté un plan d’action en 15
points à l’élaboration duquel ils ont œuvré de concert et sur un pied d’égalité, pour lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de
bénéfices.
9- Relever les défis posés par l’économie numérique
10- www.oecd.org, « Relever les défis posés par l’économie numérique. Action 1 Rapport final 2015)
11- Communiqué de presse de l’OCDE du 18 mars 2018. M. Angel Gurria, son Secrétaire Général déclarait à cette occasion, tout optimiste : « la
communauté internationale a fait un pas important aujourd’hui vers la résolution des défis fiscaux posés par la numérisation de l’économie ».
12- L’acronyme GAFA désigne quatre des entreprises les plus puissantes du monde de l’internet (et du monde tout court !) à savoir : Google, Apple,
Facebook et Amazon.

66
Le numérique vu d'ici
du modèle économique des réseaux sociaux. tifs, notamment les immobilisations,
entreprises du numérique. les ventes ou le chiffre d’affaires. On
En toutes hypothèses, quelle que
obtient alors le bénéfice imposable
il est évident que «  les dispositifs soit la voie empruntée, le Pr Fréderic
total dans le pays et on applique le
actuels de partage de bénéfices Douet estime que la fiscalité doit être
taux d’imposition en vigueur sur le
entre les différentes localisations à la fois efficace et intelligente  :effi-
territoire pour déterminer les impôts
des entreprises multinationales, cace afin d’éviter l’évaporation des
à prélever ».
fondées sur les prix de transfert et la recettes fiscales et, dans le même
localisation territoriale des activités, temps, l’exposition des entreprises Au regard des enjeux et des acteurs
sont obsolètes pour les entreprises traditionnelles à une concurrence en présence, les pays en développe-
du numérique  »13, aussi la notion d’ fiscale déloyale ; intelligente afin que ment comme le Cameroun peuvent-
«  activités numériques entièrement l’économie du numérique ne soit pas ils, de manière unilatérale, légiférer
dématérialisées  »14 permettrait de sclérosée par la pression fiscale, un avec succès sur la question ou alors
caractériser un établissement stable système fiscal trop complexe, des attendre la réponse des instances
«  si elles dépassent certains seuils obligations fiscales trop lourdes et la internationales  ? Dans le premier
révélateurs d’une interaction subs- crainte de sanctions fiscales16. cas, il serait périlleux de s’engager
tantielle et continue avec l’économie dans une voie solitaire pour un sujet
Par ailleurs, des ONG comme «  At-
où se situe le marché ».15 qui concerne et mobilise toute la
tac  » demandent que soit mise en
communauté internationale. Dans le
- l’instauration d’une retenue à œuvre, dès maintenant, une «  taxa-
second, qui nous semble plus favo-
la source faite par les institu- tion unitaire des multinationales17  »,
rable, il serait utile que soient prises
tions financières à l’occasion seul moyen selon elles, d’avancer
en compte les spécificités des Etats
des paiements faits pourrait véritablement vers l’éradication de
qui sont en marge de cette évolution
permettre de stabiliser les res- l’évasion fiscale : « la taxation unitaire
technologique, afin que le droit à la
sources. consiste à considérer chaque entre-
taxation ne soit exclusivement réser-
prise multinationale, non pas comme
- dans le même sens, le modèle vé à ceux qui en sont les principaux
une somme d’entités juridiques
suggéré par l’OCDE qui préco- acteurs. Et c’est le lieu ici de se rap-
séparées (les filiales), mais comme
nise une taxation de la bande peler ces mots d’Aimé Césaire  : «  Il
une unité unique. La démarche est
passante à partir du franchis- y a deux façons de se perdre  : par
simple et comporte deux étapes. La
sement d’un certain seuil défini ségrégation murée dans le particu-
première est de déterminer le béné-
par la réglementation présente lier ou par dilution dans l’  «  univer-
fice global à l’échelle mondiale de
une certaine originalité et une sel » ».18
chaque groupe multinational à partir
aisance dans la mise en œuvre. de ses comptes consolidés. Ensuite,
- Par ailleurs, l’imposition de la ce bénéfice mondial est réparti entre
publicité sur les marchés bi- les pays où le groupe réalise son
faces virtuels est un gisement activité, avec une pondération calcu-
de recettes eu égards au flux lée sur la base de trois facteurs  : le
d’annonces diffusées en per- travail, mesuré par les effectifs em-
manence sur les sites et les ployés ou la masse salariale, les ac-

13- Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne.
14- ATANGA FONGUE (R), TOCKE (A.T), Eléments de la fiscalité des affaires au Cameroun, PP129 et suivantes. 15- Fiscalité du numérique, Julia
charrié et Lionel Janin, op.cit.
16- Relever les défis fiscaux posés par l’économie du numérique, OCDE, 2015
17- Relever les défis fiscaux posés par l’économie du numérique, op.cit.
18- FREDERIC DOUET, Fiscalité 2.0 fiscalité du numérique, LexisNexis, 2018, 304p.

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 67


68
34ÈME CONFÉRENCE ANNUELLE DU CERCLE DE RÉFLEXION ET
D’ÉCHANGE DES DIRIGEANTS DES ADMINISTRATIONS FISCALES (CREDAF)

Clin d’oeil

Algérie Belgique Bénin Burkina Faso Burundi Cambodge Cameroun Canada Comores Congo

Côte d’Ivoire Djibouti France Gabon Guinée Guinée Bissau Haïti Liban Madagascar Mali

Maroc Mauritanie Niger RCA RDC IMPÔTS-Infos N°0010


Sao Tomé et Principe spécial CREDAF
Sénégal Tchad - JuinTogo
2019 69Tunisie
Clin d'oeil

Au cours de l’année 2018, la Direction


Générale des Impôts s’est investie dans
l’amélioration des conditions de travail
de son personnel par l’accélération des
travaux de construction de son nouvel
immeuble, du Club Impôt et par des
récompenses à ses meilleurs agents.

Vue de face du futur immeuble de la DGI

De la construction d’un nouvel avec une réalisation moyenne de deux - une clôture de sécurité entourant
immeuble siège de la DGI dalles par mois. Au regard de cette les 11,5 hectares de terrain avec
évolution, le planning de l’entreprise guérites monumentales ;
Le complexe immobilier devant abri-
adjudicataire prévoit l’achèvement du - un hôtel de 53 chambres de
ter les services centraux de la DGI,
projet courant 2019 tel qu’initialement luxes au standard 5 étoiles ;
conçu pour une surface bâtie totale
prévu.
de 19821m , se construit autour d’un
2
- un grand stade de football avec
bâtiment central (tour) de type R+11 et De la construction du Club Impôts gradins pour 700 places et un
trois sous-sols, rattaché via une gale- petit stade de football pour en-
La première phase des travaux de
rie à un bâtiment secondaire de type traînements ;
construction du Club Impôt a débuté
R+4 (extension) avec trois sous-sols. - cinq cours de tennis ;
le 14 janvier 2017. Cet espace multi-
Au plan technique, ce projet a connu fonctionnel est situé à NTOUN, une - deux piscines dont une pour en-
d’importantes avancées. Au terme localité du Département de la Méfou- fants ;
des travaux de fondation, l’exercice et-Akono, Région du Centre, non loin - un bois de promenade ;
2018 a été marqué par une intense de l’aéroport International de Yaoun- - des voiries et réseaux divers
activité s’illustrant par une montée dé-Nsimalen. Le club a pour compo- (VRD).
en puissance du rythme d’exécution sante :

70
Clin d'oeil

Modernisation de
la DGI en images

Maquette du futur immeuble de la DGI Maquette de l’Hôtel du Club IMPÔTS

Maquette du futur immeuble de la DGI Chantier de construction de l’Hôtel du Club IMPÔTS

Chantier de construction du futur immeuble de la DGI Une vue du projet du stade du Club IMPÔTS

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 71


Clin d'oeil

Maquette du futur Centre de Perfectionnement de la DGI

Chantier de construction du restaurant Club IMPÔTS

72
Clin d'oeil

Vue de l’entrée principale du club MUNDI Une vue du bois de promenade

Stade de Football

Chantier de construction des piscines Une vue des VRD

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 73


Carnet du voyageur

HOTELS RESTAURANTS
HILTON HÔTEL HÔTEL LE DÉPUTÉ HÔTEL FRANCO COMPLEXE ONGOLA
Boulevard du 20 Mai - TEL : +(237) 222 236 383 / TEL : +(237) 222 226 055 7 COLLINE
B.P. : 11852 Yaoundé-Cameroun 222 226 385 +(237) 22 22 60 39 / 22 23 37 20 - Snack Bar –Restaurant
Tél. : +(237) 222 233 646 FAX : +(237) 222 233 710 FAX : (237) 22 22 60 40 (face Meli Melo Hotel-
FAX : (237) 222 223 210 Email : hotel.deputes@ Sis à Nlongkak, face Union Quartier)
E-mail : reservation.yahoo.@hilton.com iccnet.cm Européenne, Fouda-BP 34029 YAOUNDE
www.hôteldeputes.com B.P. : 5347 Yaoundé TEL : +(237) 699 458 542 /
MONT FEBE HÔTEL Tél. : +(237) 222 201 308 694850427 / 670 130 139 /
B.P. : 711 Yaoundé–Cameroun : +(237) 222 201 309 677 064 056
HÔTEL LA FALAISE
Tél. : +(237) 222 214 002 FAX : +(237) 222 201 311 Email : afriserv@yahoo.fr
Avenue Marechal Foch.-
: +(237) 699 009 932 Email : hotelfranco@iccnet. Braise d’or BAR –
B.P. : 1430 Yaoundé-
Fax : +(237) 222 216 070 net RESTAURANT ; Situé au
Cameroun
E-mail : info@hotel-montfebe.com virage de l’ancienne SNEC
Tél. : +(237) 222 220 626
: +(237) 222 220 627
TOU’NGOU HOTEL Essos- vers Mairie Yaoundé V
DJEUGA PALACE HOTEL Fax.: +(237) 222 225 615
Carrefour Etoa-Meki Tél (6966 76 47)
YAOUNDE AVENUE NARVICK, B.P. : 2659 E-mail : info@lafalaiseho-
B.P. : 3626 Yaoundé - Ouvert tous les jours
Yaoundé-Cameroun Tél. : +(237) 222 201 025 Spécialistes : Kanga du Nyong
tels.com
Tél. : +(237) 222 224 646 : +(237) 222 204 210 Crocodile-Porc-épic-Pangolin
Site web: lafalaisehotels.com
: +(237) 222 226 457 FAX : (237) 22 20 10 26 Mets européens
FAX : +(237) 222 224 700 Email : info@toungouhotel
MERINA HOTEL
+(237) 222 226 426 Web : www.toungouhote
AVENUE EL HADJ AMA-
Email : sale@djeuga .com DOU AHIDJO, B.P. : 14304
www.djeuga.com Yaoundé-Cameroun
SAFARI HOTEL
Spécialité : KANGA
Tél. : +(237) 222 222 131
Situé entre Garanti Express
: +(237) 699 890 220
et SCDP - B.P. : 33 30 NSAM
: +(237) 677 500 915
Yaoundé
FAX : +(237) 22 22 21 61
Tél. : +(237) 222 007 990
: +(237) 699 31 3 701
Email : safarihotel1@yahoo.fr
Web : www.toungouhote.com

SOMATEL HOTEL CENTRAL HOTEL LEWAT HOTEL WHITE HOTEL


MONTE AURORE; B.P. : 4252 Situé au cœur de Yaoundé, Tél. : +( 237) 33 40 00 24 Tél. : +(237) 243 431 095
Yaoundé-Cameroun B.P. : 06 Yaoundé
Tél. : +( 237) 222 219 618 Cameroun
: +( 237) 222 209 536 Tél. : +(237) 222 226 598
FAX : +(237) 222 211 642 : +(237) 222 222 844
Email : somatelhotel@yahoo.fr : +(237) 222 222 679
Email : centralhotel41@
yahoo.fr

HOTEL SAWA PRESTIGE HOTEL PLANETE HOTEL LE CABANON


(Rue Verdun, bonandjo) MESS OFFICIERS, BP (Rue Boué, Akwa) Tél. : +(237) 243 422 000
DOUALA Tél. : +(237) 243 420 866 2697 YAOUNDE Tél. : +(237) 243 433 131
: +( 237) 677 934 532 Tél. : +(237) 243 420 866 +(237) 696 858 707
+(237) 677 934 532

HOTEL LE MERIDIEN HOTEL AKWA PALACE HOTEL LA RESIDENCE LA BAGUETTE D’OR


Tel. : ( 237) 33 42 90 44 PULLMAN FALAISE Tél. : +(237) 243 423 549
(Akwa centre) Tél. : +(237) 243 420 445
HOTEL IBIS Tél. : +(237) 243 422 601
(Rue Pierre Lotti, Bonandjo) : +(237) 243 420 540
Tél. : +(237) 243 425 760
: +(237) 699 295 945 HOTEL LA FALAISE
Tél. : +(237) 33 421 171

HOTEL SEME NEW BEACH FINI HOTEL ATLANTIC BEACH HOTEL RESTAURANT DE SEME
B.P. : 63 Limbe Atlantic BEACH
Tél. : +(237) 243 332 769 Tél. : +(237) 243 332 697
Beach Hotel-Limbe
LIMBE Tel. : +(237) 233 332 332
BOTANIC GARDEN
: +(237) 676 101 626
: +(237) 679 271 366

74
Carnet du voyageur
CONDITIONS D’ENTRÉE AU CAMEROUN NUMEROS ET ADRESSES UTILES
- Commissaire de Police Principal NDEMA : +(237) 695 228 026
Pour entrer au Cameroun, il faut simplement obtenir un visa
- Capitaine EYONG : +(237) 693 264 409
des représentations diplomatiques du Cameroun en présen-
tant entre autres un passeport en cours de validité. le visa
VILLE DE YAOUNDE
est accorde au plus tard 48 heures a compter de la date de
Police : 1 500
dépôt de la demande, selon l’article 31(alinéa 1) du Décret
Gendarmerie : 1 501
n° 2000/286 du 12 octobre 2000. Cependant, des visas sont
Pompiers : +(237) 222 23 99 08
délivrés aux aéroports et autres postes frontières pour les
Aéroport : +(237) 222 23 36 08 / 22 23 06 11
touristes qui arrivent en voyages organises.
Hôpital Général : +(237) 222 20 28 02
Les voyageurs doivent en outre présenter des vaccinations
internationales (notamment contre la fièvre jaune) et il est
VILLE DE DOUALA
recommandé de se prévenir de la malaria.
Police : 1 500
Gendarmerie : 1 501
Sécurité publique : +(237) 243 43 65 72
L’INFOS DU CAMEROUN SUR... Commandement opérationnel : a partir d’un téléphone
1- Cameroon-Tribune: www.cameroon-tribune.net portable uniquement 112
2- Cameroon Radio Television : www.crtv.cm Pompiers : 118 et +(237) 233 42 52 52
3- Canal 2 international: www.canal2international.net Aéroport : +(237) 233 42 49 49
4- L’Anecdote: www.groupelanecdote.net Hôpital Général : +(237) 233 37 02 50 / 233370253 / 233 37
5- La Nouvelle Expression: www.anouvelleexpression. 02 54 / 233 37 02 55
6- Le Jour : www.ejourquotidien.info
7- Le l’apali : www.lepapcli.com
8- Le Messager : www.lemessager.net
BESOIN D’INVESTIR AU CAMEROUN ?
9- Mutations : www.quotidienmutations.info
- SNI (Société Nationale d’investissement du Cameroun).
10- STV : www.stvgroup.com
Contacter nous : place Ahmadou Ahidjo
P.O. Box 423 Yaoundé
VISITEZ
Tél. : +(237) 222 224 422 / 222 233 409 / 222 234 095
1- Camerfeeling: www.camerfeeling.net
Email : sni@sni.cm
2- Cameroon Voice: www.cameroonvoice.com
3- Cameroon Online: www.cameroon-online.com
4- GICAM: www.legicam.org
5- Royaume Bamoun. Com. : www.royaumebamoun.com

vous souhaite
bons travaux et
un agréable séjour !

Boulevard du 20 Mai
B.P. : 11852 Yaoundé –Cameroun
Tél.  : +(237) 222 233 646
FAX  : +(237) 222 223 210
Email  : reservation.yahoo.@hilton.com

IMPÔTS-Infos N°0010 spécial CREDAF - Juin 2019 75


76

Vous aimerez peut-être aussi