Vous êtes sur la page 1sur 31

P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université de Tunis

École Nationale Supérieure des Ingénieurs de Tunis

Rapport de projet de fin d’année

Les ouvrages hydrauliques

Ihsen Elmay
ENCADRANT : Mme Hela Ben Ayed

Année universitaire 2019/2020

2019-2020 Page 1
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Remerciement

Je tiens compte de cette occasion de remercier mon professeure et encadreur Hela Ben
Ayed pour sa disponibilité, ses nombreux conseils, son aide et son encadrement rigoureux.
J’aimerais aussi gratifier toutes personnes qui ont contribués, à leurs manières, à réaliser ce
travail.

2019-2020 Page 2
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Table des matières


LISTE DES FIGURES .................................................................................................................................................................................. 4
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................................................................... 4
INTRODUCTION...................................................................................................................................................................................... 5
CHAPITRE 1. CAPTAGE DES EAUX .......................................................................................................................................... 6
A. LES RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE ET DANS LE MONDE ....................................................................................................................... 6
1. En Tunisie ............................................................................................................................................................................. 6
2. L’eau dans le monde ............................................................................................................................................................ 7
B. OUVRAGES DE RETENUES ET HYDROELECTRIQUES EN TUNISIE ET DANS LE MONDE ....................................................................................... 8
1. Les barrages en Tunisie ........................................................................................................................................................ 8
2. Les barrages dans le monde................................................................................................................................................. 9
C. BARRAGES RIGIDES (EN MATERIAUX ASSEMBLES) ............................................................................................................................... 10
1. Barrages poids ou « gravité » (gravity dams) .................................................................................................................... 10
2. Barrage à contreforts (buttress dams) ............................................................................................................................... 10
3. Barrage voûtes (arch dams) ............................................................................................................................................... 11
D. BARRAGES EN MATERIAUX NON ASSEMBLES OU (EMBANKMENT DAMS) ....................................................................... 11
1. Barrages en terre (erath dams).......................................................................................................................................... 11
2. Barrages en enrochements (rock-fill dams) ....................................................................................................................... 12
3. Barrages collinaires ............................................................................................................................................................ 12
E. CLASSIFICATION DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES ET DES BARRAGES .................................................................................................. 13
F. OUVRAGES DE PRISE D’EAU ........................................................................................................................................................... 14
1. Prises d’Eau en Cours d’Eau ............................................................................................................................................... 15
2. Prises d’Eau en Réservoir ................................................................................................................................................... 16
G. LES OUVRAGES D’EPURATION ......................................................................................................................................................... 17
1. Principe de fonctionnement ............................................................................................................................................... 17
2. Dispositifs de Dévasement des Retenues ........................................................................................................................... 18
CHAPITRE 2. LES OUVRAGES DE STOCKAGE (LES RESERVOIRS) ....................................................................................... 19
A. ROLE DES RESERVOIRS .................................................................................................................................................................. 19
B. EMPLACEMENT GEOGRAPHIQUE DES RESERVOIRS............................................................................................................................... 20
CHAPITRE 3. LES OUVRAGES D’ADDUCTION ................................................................................................................... 21
A. DEFINITION ................................................................................................................................................................................ 21
B. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ...................................................................................................................................................... 21
1. Régulation de pression : Le Brise-Charge ........................................................................................................................... 21
2. Pose des conduites ............................................................................................................................................................. 22
3. Chaînage des conduites ..................................................................................................................................................... 25
4. Ouvrages en galerie ........................................................................................................................................................... 25
C. CANAUX ET GALERIES A SURFACE LIBRE ............................................................................................................................................ 26
CHAPITRE 4. LES RESEAUX D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE .......................................................................................... 28
A. TRANSPORT DE L’EAU................................................................................................................................................................... 28
B. STOCKAGE DE L’EAU : .................................................................................................................................................................. 28
C. RESEAU DE DISTRIBUTION ............................................................................................................................................................. 28
1. Définition ........................................................................................................................................................................... 29
2. Structure des réseaux ......................................................................................................................................................... 29
CONCLUSION....................................................................................................................................................................................... 30
BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................................................................... 31

2019-2020 Page 3
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Liste des figures


FIGURE 1 REPARTITION DES PLUIES ANNUELLES MOYENNES SUR LA TUNISIE ........................................................................................................ 6
FIGURE 2 BILAN HYDROLOGIQUE ................................................................................................................................................................... 7
FIGURE 3 CONCEPTION DU BARRAGE DE RENAISSANCE. .................................................................................................................................. 10
FIGURE 4 PRISE D’EAU EN RIVIERE (GINOCCHIO 1959) .................................................................................................................................. 15
FIGURE 5 PRISE D’EAU DANS UNE COURBURE (D’APRES BOUVARD,1984 ET GINOCCHIO 1959) ............................................................................ 15
FIGURE 6 SEDIMENTATION D’UN RESERVOIR EN FONCTION DU TEMPS (D’APRES GINOCCHIO 1959) ...................................................................... 16
FIGURE 7 OUVRAGE DE PRISE ET DE VIDANGE (D’APRES PNUD/OPE ,1987) ................................................................................................... 17
FIGURE 8 SCHEMA D’UN DESSABLEUR DUFOUR (D’APRES GINOCCHIO,1959) .................................................................................................... 18
FIGURE 9 ESSAI DE BUTEE D’EXTREMITE DE LA CONDUITE (D’APRES DUPONT,1971) ............................................................................................ 23
FIGURE 10 POSE SUR PIEUX (D’APRES DUPONT , 1971) ................................................................................................................................. 24
FIGURE 11 POSE SUR TASSEAUX (D’APRES DUPONT,1971) ............................................................................................................................. 24
FIGURE 12 CHAINAGE EN VUE DE LA MISE DE LA CONDUITE EN CANIVEAU (D’APRES DUPONT, 1971) ..................................................................... 25
FIGURE 13 STRUCTURE D’UN REVETEMENT DE GALERIE EN BETON ARME (GINOCCHIO ,1959)............................................................................... 26
FIGURE 14. FORME DE SECTION TYPE DE GALERIE D’AMENEE (D’APRES GINOCCHIO, 1959) .................................................................................. 26
FIGURE 15. ELEMENTS GEOMETRIQUES DE LA SECTION (D’APRES GRAF ,1993) .................................................................................................. 27
FIGURE 16 MODELE SIMPLIFIE DE DISTRIBUTION ........................................................................................................................................... 28

Liste des tableaux


TABLEAU 1 BILAN ANNUEL DES EAUX DU GLOBE .............................................................................................................................................. 7
TABLEAU 2 REPARTITION DE PLUIE ANNUELLE MOYENNE ET QUELQUES STATIONS TYPES EN TUNISIE ......................................................................... 8

2019-2020 Page 4
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Introduction
Les ouvrages qui servent à mettre en œuvre une ou plusieurs branches de l’économie de l’eau s’appellent
ouvrages hydrauliques “Waters Works”.
Suivant que ces ouvrages sont construits en rivières, en lacs ou à la mer, nous distinguons les ouvrages
fluviaux, lagunaires ou maritimes.

Les ouvrages hydrauliques présentent trois particularités :


-L’action permanente de l’eau peut entraîner l’usure mécanique, la cavitation des parties des ouvrages en
contact avec le courant (pile) et à la rupture de certaine structure.

- La construction d’un ouvrage influe considérablement sur l’environnement (inondation, changement


écologique) et entraînent une modification du régime naturel de l’écoulement.

Suivant leur rôle, les ouvrages hydrauliques peuvent être classifiés comme suit :

- ouvrage de retenue (barrage) : prise d’eau, évacuateur et bassin de dissipation

- ouvrage de transport d’eau (canaux, conduites et galerie)

- ouvrages spéciaux .

L’ensemble de ces ouvrages hydrauliques permet de répondre à des objectifs économiques variables
constituent alors un projet intégré de gestion des ressources en eau.

Ce rapport comporte 4 chapitres. Le premier chapitre présente le Captage des eaux. Le deuxième chapitre
expose les ouvrages de stockage. Les ouvrages d’adduction sont détaillés dans le troisième chapitre. Le
dernier chapitre porte sur les réseaux d’alimentation en eau.

2019-2020 Page 5
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Chapitre 1. Captage des eaux

A. Les ressources en eau en Tunisie et dans le monde


1. En Tunisie
La pluie constitue la source d’alimentation des cours d’eau. Ces derniers restituent une quantité
d’eau plus ou moins importante vers la mer. La construction de barrage le long du cours d’eau
permet de stocker cette eau pour satisfaire les demandes en eau pour l’irrigation, l’Alimentation
en Eau Potable, la Protection contre les Crues et la production d’électricité.

Figure 1 Répartition des Pluies Annuelles


Moyennes sur la Tunisie [1]

2019-2020 Page 6
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

2. L’eau dans le monde

➢ Bilan hydrologique

Suivant le Tableau1, les précipitations continentales représentent moins que le quart de


l’évaporation des océans et que 39% de ces précipitations reviennent aux océans (38% comme
ruissellement de surface et 1% comme écoulement souterrain), les 61% qui restent constituent
l’évaporation continentale.

Figure 7 bilan hydrologique [1]

Tableau 7 Bilan annuel des eaux du Globe [1]

Tableau 2 Bilan annuel des eaux du GlobeFigure 8 bilan


hydrologique

Tableau 8 Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques stations types


en TunisieTableau 9 Bilan annuel des eaux du Globe

Tableau 3 Bilan annuel des eaux du Globe

Tableau 10 Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques stations


types en Tunisie
Tableau 4 Répartition de pluie annuelle moyenne et
quelques stations types en TunisieTableau 5 Bilan annuel
des eaux du GlobeFigure 9 bilan hydrologique
Figure 11 Conception du barrage de Renaissance.Tableau 11 Répartition de
2019-2020 pluie annuelle moyenne et quelques stations types en TunisieTableau 12 Page 7
Bilan annuel des eaux du Globe

Tableau 6 Bilan annuel des eaux du GlobeFigure 10


P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Tableau 15 Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques


stations types en Tunisie [1]

Figure 12 Conception du barrage de Renaissance.Tableau 16


Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques stations types
en Tunisie

Figure 13 Conception
B. Ouvrages de retenuesdu barrage de Renaissance. en Tunisie et dans
et hydroélectriques
le monde
✓ définition
Un barrage est ouvrage établi dans le lit d’un cours d’eau dans le but de créer une
dénivellation entreFigure
les plans d’eau d’Eau
14 prise situés en
en amont et (Ginocchio
Rivière en aval . 1959)Figure 15
Conception du barrage de Renaissance.Tableau 17 Répartition de
pluie annuelle moyenne et quelques stations types en Tunisie
1. Les barrages en Tunisie
Les barrages en Terre et les Barrages Poids représentent plus que 80% des barrages existants en
Tunisie . La majorité des nouveaux barrages à construire en Tunisie et dans le Monde sont des
barrages en Terre. Ces types de barrage sont également les plus répandus dans le monde. En
Figure 16 Conception du barrage de Renaissance.Tableau 18
Tunisie la production d’énergie électrique n’est pas l’objectif principal des ouvrages de retenue .
Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques stations types
Cette production vient renforcer la production d’électricité durant les heures de pointes de demande
en Tunisie
d’énergie.

• La vallée de Medjerda :

La principale composante du projet est constitué par le barrage de Sidi Salem qui maîtrise la
Medjerda sur un bassin versant de 18 250 km2. La partie amont du barrage
Sidi Salem comporte quatre barrages : Kasseb, Ben Metir, Bou Heurtma et Mellègue. A
l’aval de Sidi Salem, le principal effluent de la Medjerda est maîtrisé par deux barrages
Seliana et Lakmess. Il reste a maîtrisé les eaux de Khalled, Chafrou, et Rmil (Figure I-2.2).
La qualité des eaux des affluents du gauche de la Medjerda est excellente, celles
des affluents de la rive droite est moins bonne. C’est pour cette raison qu’il a été envisagé
d’améliorer la qualité des eaux du barrage de Sidi Salem par leur mélange avec les eaux
excédentaires de l’Ichkeul.
• Bassin d’Ichkeul :

2019-2020 Page 8
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Il comporte plusieurs barrages : Sedjenane, Ghazala, Mellah, Tine et Djoumine qui


permettent l’irrigation. Djoumine et Sedjnane permet également le transfert d’une quantité
d’eau vers le canal Medjerda Cap-Bon pour améliorer les eaux de Sidi Salem.

• Bassin de Zouara :

Les ressources de ce bassin seront mobilisé par le barrage de Sidi El Barrek, les
eaux retenue seront pompé jusqu’au bassin de Sedjnane puis transféré par le barrage
Sedjenane et ces adductions jusqu’au canal Medjerda-Cap-Bon.

• Bassin de Tebourba :
Les eaux de ce bassin mobilisé par le barrage Moula, El Kebir, Zarga. Une partie de
ces eaux sera utilisé sur place et le reste sera véhiculée vers Sidi El Barak pour être pompé
dans le bassin de Sedjenane.

• Bassin de Barbara :
Les eaux de Barbara qui seront utilisées par les barrages Zouitina et Mellila
compenseront les ressources retenues par les barrages réalisés en Algérie sur la Medjerdah
et amélioreront les qualités des eaux de Sidi Salem.

2. Les barrages dans le monde

Exemple : le barrage de La Renaissance (Ethiopie) :

Le barrage de la Renaissance est situé en Éthiopie, sur le cours du Nil bleu, près de la frontière
avec le Soudan, à une centaine de kilomètres en amont du barrage de Roseires.

Ce sera un barrage poids de 175 m de haut, 1 800 m de long et composé de béton BCR (en). Son
volume sera de 10 000 000 m3, et son réservoir aura une capacité de stockage de 79 km3 pour une
surface d'eau de 1 561 km2, et une élévation normale de 640 m. Le barrage disposera de
3 déversoirs, le principal étant situé à la gauche du barrage, contrôlé par 6 portes et capable
d'évacuer 1 500 m3/s. De chaque côté du barrage se trouveront deux centres de production
d'électricité. À droite, 10 turbines Francis de 375 MW, et à gauche 6 turbines de même puissance
produiront l’électricité11.

Avec une puissance installée de 6 000 MW, il devrait être le plus grand barrage hydroélectrique
d'Afrique9 (près de trois fois la puissance du haut barrage d'Assouan par exemple). Il est
cependant moins puissant que le barrage de Guri (10 200 MW), le barrage d'Itaipu (14 000 MW),
ou le barrage des Trois-Gorges (22 500 MW).

2019-2020 Page 9
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Figure 17 Conception du barrage de Renaissance. [2]


C. Barrages rigides (en matériaux assemblés)
Ils regroupent les barrages poids, contreforts, voûte, et voûtes multiples qui
différent les uns des autres
Figure 18par la forme
prise d’Eaudeenl’ouvrage. La construction
Rivière (Ginocchio de ces barrages
1959)Figure 19 est
presque toujours réalisée en utilisant
Conception le béton
du barrage de Renaissance.

1. Barrages poids ou « gravité » (gravity dams)


Ce sont des barrages en béton ou en maçonnerie qui résistent aux forces auxquelles
Figure 20 prise
ils sont soumis, entièrement d’Eau
par leur poidsenpropres.
RivièreEn (Ginocchio 1959)
pratique, le parement amont
présente un léger fruits (m ≅ = H/V = 0.05) et la somme des fruits des parements amont et
aval est voisine de 0.75. L’engraissement du profil permet l’établissement d’un passage en
crête avec une largeur de 4 à 6 m. Enfin, le parement amont présente, en général, une
forme cylindrique pour éviter que des contraintes de traction ne prennent naissance dans le
béton au voisinage Figure
de ce 21 Prise d’eau
parement ; dansdans une
ce cas courbure
le barrage se (d’après
comportebouvard,1984
comme une voûte
travaillant à la compression. Dans certains cas, le parement aval présente(Ginocchio
et Ginocchio 1959)Figure 22 prise d’Eau en Rivière une forme en
marches d’escalier pour des raisons
1959)Figure de coffragedu
23 Conception et barrage
de construction.
de Renaissance.

2. Barrage à contreforts (buttress dams)


Ce sont des barrages poids évidés pour économiser du béton. Ils sont formés de
membranes imperméables soutenues par des contreforts perpendiculaires à l’axe du
barrage. Bien qu’il existe24
Figure prise d’Eau
plusieurs types en
de Rivière (Ginocchio
contreforts, les deux 1959)Figure
plus importants
25 sont les
Conception du barrage de Renaissance.
murs plats (flat-slab) et les voûtes multiples (multiple-arch). Dans les premiers, la
membrane supportant l’eau est une plaque plane et continue en Béton Armé, s’étalant le
long des contreforts (plots séparés dont la section horizontale a la forme d’une poutre en I
ou en T). Dans les seconds, la membrane est faite d’une série de coûtes elles aussi en béton
armé .

2019-2020 Page 10
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

3. Barrage voûtes (arch dams)


a) Voûte simple
Ce sont des barrage en forme d’arc qui résistent à la poussée de l’eau en prenant
appui sur les rives. Ils se comportent comme un pont en arc. L’ouvrage est constitué par
une voûte de convexité tournée vers l’amont dont l’épaisseur croit depuis le couronnement
jusqu’à la base.
b) Différents types
Les profils en travers ont une forme générale voisine de celle d’un trapèze, avec le
rapport B/hm en générale compris entre 0.10 et 0.20 avec B et hm sont respectivement la
largeur de base et la hauteur maximale du barrage. Cependant, ce rapport est voisin de 0.75
pour un barrage poids. Les deux variantes classiques de la forme générale des barrages
voûtes sont :
- barrages type « voûte épaisse » ou « poids voûte », lorsque la largeur de base est
supérieure à celle strictement nécessaire à l’équilibre d’une voûte pure. Le parement
amont pouvant être cylindrique à axe vertical ou incliné vers l’aval .
- barrage « voûte-coupole », lorsque leur profil en travers présente une forme d’arc ;
cette double courbure permet de leur donner une épaisseur inférieure à celle d’un
barrage voûte classique

D. Barrages en matériaux non assemblés ou (EMBANKMENT DAMS)

Ces barrages sont, soit des digues en terre, soit des digues en enrochements. Ils
comprennent essentiellement deux parties distinctes : un masque d’étanchéité en matériaux
imperméables, et un corps constitué par des massifs perméables (en alluvions ou en
enrochements) qui assure la stabilité de l’ouvrage .

1. Barrages en terre (erath dams)

Les barrages en terre peuvent être construit, pratiquement sans limitation de


hauteurs et sur des fondations pas suffisamment solides comme pour des barrages en béton.
Ils sont pratiquement les seuls qui peuvent être employés lorsque le sol de fondation est
constitué par des matériaux non rocheux, tels que les couches d’alluvions des fonds de
vallées. Le corps de l’ouvrage et le masque d’étanchéité peuvent s’adapter aux
mouvements du sol de fondation (barrages souples).
Ils présentent cependant, l’inconvénient de nécessiter la mise en œuvre de très grandes
quantités de matériaux. Mais les progrès technologiques sur les engins de déplacement des
terres se sont traduits par des coûts de plus en plus réduits des barrages en terre, au moment
même où le prix de main d’œuvre ne cessent d’augmenter et avec eux le coût des barrage
en béton. Ce qui explique les tendances modernes vers les barrages en terres.
Par ailleurs, ils sont très vulnérables à la submersion par les eaux de la retenue .
Celle-ci provoque l’entraînement des matériaux du parement aval et conduit à la ruine de
l’ouvrage. Par suite, le dimensionnement des ouvrages évacuateurs de crue devra être
étudié tout spécialement pour ce genre d’ouvrage.

2019-2020 Page 11
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

2. Barrages en enrochements (rock-fill dams)


En général, ce type de barrages sont composés d’enrochements de volume compris
entre 0.1 et 10 m3 (0.25 à 25 tonnes). La mise en œuvre des enrochements se fait de deux
façons différentes . Ils peuvent être soit rangés à la main ou au moyen d’une grue, soit
déposés en vrac. L’inconvénient de ce dernier procédé est que l’ouvrage est soumis après
achèvement à des tassements importants (de l’ordre de 5% de la hauteur). Ceux-ci peuvent
être réduits en procédant à un arrosage d’eau sous hautes pressions, pendant la
construction. Cet arrosage permettra de chasser les éléments fins d’entre les points de
contact des enrochements et par suite de réaliser un remplissage des intervalles entre
grosses pierres au moyen d’éléments fins. Le compactage du massif étant assuré par la
chute des enrochements de hauteurs pouvant atteindre 50 m .
Les barrages en enrochements sont largement utilisés dans les zones éloignées où le
ciment est coûteux et les matériaux pour un barrage en terre ne sont pas disponibles. Ces
ouvrages peuvent être construits sur un sol de fondation non rocheux, à condition que
celui-ci soit suffisamment résistant pour ne pas provoquer une rupture du masque
d’étanchéité par tassement.
Ils présentent l’inconvénient d’utiliser un volume très important de matériaux (3 à 4
fois celui d’un barrage poids de même volume). Ils sont très vulnérables en cas de
submersion par déversement (comme c’est le cas pour les barrages en terre). Bien que les
fuites y sont fréquentes, les barrages en enrochements sont très stables et ont été submergés
sans dégâts majeurs (d’après la littérature Américaine). Leurs coûts sont bien comparables
à ceux des barrages en béton .

3. Barrages collinaires
Les barrages collinaires sont des petits barrages destinés généralement à améliorer
une agriculture existante par l’irrigation de petits périmètres (quelques dizaines d’hectares)
que les grands barrages ne peuvent atteindre. Ces ouvrages sont caractérisés par :
- hauteur de retenue du barrage < 15 m, à ne pas dépasser que très exceptionnellement
- capacité approximative de la retenue de 50 000 m3 à 1 million m3.
- Caractéristiques mécaniques des sols de fondation acceptables, pour assurer la sécurité
de l’ouvrage.
- Absence de problèmes de fondation qui nécessitent des traitements particuliers ou de
problèmes particuliers d’imperméabilité du réservoir.
Les barrages collinaires ont les avantages suivants :
- Présentent des investissements légers en comparaison avec les grands barrages et
induisent ainsi des intérêts intercalaires moins important.
- Ils entrent en service immédiatement après leur achèvement
- Ils sont d’une conception très simple qui permet une formation aisée des jeunes cadres.
- Ils permettent de faire des économies en devises
- Création des pôles d’activité proches des populations rurales à l’inverse des grands
barrages qui sont à l’origine des déplacements des populations rurales
- Création des emplois pendant la durée du chantier .

2019-2020 Page 12
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

E. Classification des centrales hydroélectriques et des barrages

Centrale de production d'électricité dans laquelle le flux crée par l'eau amenée par écoulement
libre (canaux) ou par des conduites en charge (conduites forcées) actionne la rotation des
turboalternateurs, avant de retourner à la rivière. C'est une forme d'énergie renouvelable, propre
et non polluante.
Une centrale hydroélectrique transforme l’énergie sauvage d’une chute d’eau en énergie
mécanique grâce à une turbine, puis en énergie électrique grâce à un générateur.

Les centrales hydroélectriques peuvent être classés en 5 types, en fonction de la


capacité de la retenue et de leurs utilisations :

a) Centrale hydroélectrique sans stockage, au fil de l’eau (Run-of-River plants


without Storage)
Dans ce cas, la station n’a pas de retenue de stockage. La génération d’énergie
électrique est totalement dépendante du débit du cours d’eau. Une telle station est
généralement construite pour un autre objectif, tel que la navigation, la production
d’énergie n’étant que secondaire. La rentabilité économique de ce type de station dépend
du débit minimum du cours d’eau. Si ce débit est très faible, il est nécessaire de prévoir
d’autre station à vapeur pour la production d’électricité durant les périodes de faibles
débits.
b) Centrales hydroélectriques à charge minimale (base load hydro plants)
Ce type de centrale ne nécessitent pas également de stockage d’eau. Pour ne pas
avoir recours à d’autres sources de production d’énergie pour satisfaire la demande en
électricité, la centrale est installé sur un cours d’eau qui assure un débit d’étiage
minimum suffisant. La capacité garantie de la station est fixée au dessous du débit
minimum probable du cours d’eau. Cette station doit laisser passer non seulement les
grands débits saisonniers, mais aussi les eaux qu’elle ne peut utiliser durant les heures de
faible demande.

c) Centrales hydroélectriques avec stockage (Run-of-river plants with storage)


L’eau non utilisée pour la production d’électricité, durant les heures de faible
demande est stockée puis utilisée durant les heures de pointes. Ce qui augmente de façon
appréciable la capacité de la station hydroélectrique.
Le stockage peut se faire sur un cycle journalier, hebdomadaire ou saisonnier.
• Dans un cycle journalier, la capacité de stockage nécessaire est inférieure au volume
débité dans la journée.
• Dans un cycle hebdomadaire, le volume stocké durant la faible demande des weekends
permet de répondre aux demandes de pointes de la semaine.
• Dans un cycle saisonnier, les débits des crues importantes sont stockés pour être
utilisés durant les périodes d’étiage. L’augmentation de la capacité peut s’avérer non
économique sauf si la retenue est à usages multiples (protection contre les inondations,
alimentation en eau potable ou l’irrigation. en plus de la production de l’énergie

2019-2020 Page 13
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

électrique). C’est le cas des barrages équipés de centrale en Tunisie. Dans ce cas une
partie du coût des investissements sera reprise par les projets d’aménagement
hydroélectrique.

d) Centrales hydroélectriques d’appoint ou de pointes (Peak-load plants)


Ces centrales permettent principalement de satisfaire les demandes pendant les
heures de pointes. Ces demandes peuvent atteindre plusieurs fois celle des heures de la nuit
de consommation minimale, suivant la taille du réseau électrique et du type de
consommateurs desservis. Lorsque la capacité de production est suffisante, une réserve
d’eau relativement faible est suffisante pour répondre à une importante demande durant les
quelques heures de pointes.
Ceci permettra aux sociétés de distribution, comme la STEG (Société Tunisienne
d’Electricité et du gaz), d’utiliser les centrales à vapeur à pleine capacité soit à grand
« capacity factor », là où elles sont les plus rentables, et d’utiliser les centrales
hydroélectriques comme source d’appoint pendant les heures de demandes de pointes.
e) Centrales hydroélectriques avec pompage-turbinage (pumped storage)
Dans ce cas, les grandes quantités d’énergie générées durant les périodes de faibles
demandes quand la capacité de production est disponible sont stockées, pour l’utiliser par la
suite durant les heures de pointes. L’eau est pompée d’un réservoir bas vers un réservoir
plus haut quand la demande est faible suivant la hauteur d’élévation. Au besoin, l’électricité est
produite par une turbine implantée dans un réservoir bas. A cause des pertes par frottement dans
la conduite forcée et les pertes dues aux imperfections du rendement des pompes et des turbines,
les deux tiers seulement, de l’énergie utilisée pour le pompage de l’eau sont récupérée.

F. Ouvrages de prise d’eau


Les ouvrages de prise d’eau ont pour but de prélever dans un cours d’eau ou dans
un réservoir le débit nécessaire à chaque instant à l’utilisation (Irrigation, Station de
Traitement d’Eau Potable ou de Production d’Energie Electrique), en éliminant, dans tous
les cas et dans la mesure du possible, les matières solides transportées par le cours d’eau et
en réduisant les pertes de charge à l’entrée de la prise. Il faut noter que dans beaucoup de
petites retenues, il n’est prévu aucun système de prise. Les prélèvements d’eau se font
grâce à un tuyau (rigide ou souple) muni d’une crépine et simplement plongé dans l’eau,
soit à partir de la digue soit sur une rive. Les ouvrages de prise comportent, en général,
trois parties principales :
- un ouvrage d’entrée muni d’un seuil (S1)
- des dispositifs de réglage du débit dérivé (B), constitués essentiellement par le
barrage mobile qui permet de modifier le niveau du plan d’eau en agissant sur les
bouchures mobiles et, par un déversoir latéral aménagé à l’entrée du canal de dérivation.
- des ouvrages de dégravement, de dessablage (D) et d’élimination des corps
flottants (G1 et G2)

2019-2020 Page 14
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Figure 26 prise d’Eau en Rivière (Ginocchio 1959)


[1]

1. Prises d’Eau en Cours d’Eau


Figure 27 Prise d’eau dans une courbure (d’après
Pour une prise en cours d’eau, le meilleur
bouvard,1984 emplacement
et Ginocchio du débouché
1959)Figure de l’ouvrage
28 prise
de dérivation, est surd’Eau
la rive en
extérieure
Rivière d’une courbe1959)
(Ginocchio de l’oued . Cette
disposition permet, grâce au courant secondaire résultant de la force centrifuge, de limiter
l’entrée des matériaux transportés par charriage dans la prise.

Figure 29 Prise d’eau dans une courbure (d’après


bouvard,1984 et Ginocchio 1959)

Figure 30 Sédimentation d’un Réservoir en Fonction


du Temps (d’après Ginocchio 1959)Figure 31 Prise
d’eau dans une courbure (d’après bouvard,1984 et
Ginocchio 1959)Figure 32 prise d’Eau en Rivière
(Ginocchio
Figure 35 1959)
Prise d’eau dans une courbure (d’après
bouvard,1984 et Ginocchio 1959) [1]

Figure 33 Prise d’eau dans une courbure (d’après


2019-2020 bouvard,1984 et Ginocchio 1959)Figure 34 prise Page 15
Figure 36 Sédimentation d’un Réservoir en Fonction
d’Eau en Rivière (Ginocchio 1959)
du Temps (d’après Ginocchio 1959)Figure 37 Prise
d’eau dans une courbure (d’après bouvard,1984 et
Ginocchio 1959)
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

2. Prises d’Eau en Réservoir

Les prises en réservoir doivent être établis en tenant compte des conditions de
sédimentation des réservoirs. En effet, la construction d’un réservoir modifie les conditions
d’écoulement du débit solide, aussi bien pour le transport par charriage que pour le
transport par suspension .
Les matériaux transportés par charriage (gravier, sable grossier) se déposent en tête
de la retenue, c’est à dire vers l’extrémité amont de la courbe de remous.
Les matériaux en suspension (sable fin, limon, vase) se déposent au fond de la
retenue au pied amont du barrage, pour se consolider avec le temps et acquérir une
cohésion importante. Ils constituent alors une tranche morte du réservoir, laquelle est
surmontée par la tranche utile qu’il convient de conserver libre de toute sédimentation.
La tranche morte peut représenter une fraction importante du volume total de la retenue 25
% pour le barrage d’Aswouan en Egypte par exemple (30 milliards de m3 sur 120 milliards
à raison de 60 Millions de m3/an sur 500 ans).

Figure 44 Sédimentation d’un Réservoir en Fonction du Temps


(d’après Ginocchio 1959) [1]
Les ouvrages de prise d’eau en réservoir sont pratiquement toujours alimenté en
charge. Ce qui permet de modifier le débit de prélèvement sans délais pour répondre aux
fluctuations de la demande (Centrales Hydroélectriques, Irrigation et usines de traitement
d’eau potable). Dans ces cas, la prise ne comporte pas de dispositif de dégravement ou de
45 Ouvrage de Prise et de Vidange (d’après PNUD/OPE ,1987)Figure 46
dessablement :Figure
la retenue elle-même joue le rôle correspondant.
Sédimentation d’un Réservoir
La prise peut se faire soit par galerie enpar
latérale soit Fonction
conduiteduforcée
Temps (d’après
à travers le
Ginocchio 1959)
barrage. Dans le second cas, la prise peut débouchée directement dans la retenue comme
elle peut déboucher à l’intérieur d’une tours de prise (Figure7).
La prise d’eau doit donc être prévu pour alimenter soit une galerie en charge, soit
directement une conduite mais souvent une combinaison des deux, galerie en amont (ayant
servie de dérivation provisoire lors du chantier) et conduite en aval de la digue.
L’adduction peut servir en même
Figure Ouvrage
47temps pourde Prise et du
la vidange de réservoir
Vidange ;(d’après
elle peut être
sous pression ou à surface libre (Figure 7). PNUD/OPE
Si elle est en,1987)
charge, la conduite doit être
parfaitement étanche afin d’éviter tout risque de formation de pressions interstitielles à
l’intérieur du corps du barrage. Le matériaux couramment utilisé est l’acier avec un

2019-2020 Page 16

Figure 48 Schéma d’un Dessableur Dufour (d’après


Ginocchio,1959)Figure 49 Ouvrage de Prise et de Vidange (d’après
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

diamètre > 800 mm et une vitesse < 6-7 m/s. Les canaux à surface libre sont en acier de
diamètre > 1 m et même à des conduites en béton de forme ovoïde qui doivent être bien
aérée afin d’éviter la création de phénomènes de pulsation. Ces canaux sont recommandés
lorsque les risques d’obstruction par des dépôts solides sont à craindre.

Figure 53 Ouvrage de Prise et de Vidange (d’après PNUD/OPE ,1987)


[1]
G. Les ouvrages d’épuration

1. Principe de fonctionnement
Ces ouvrages permettent Figure 54 Schéma d’un
le dégravement, Dessableur
le dessablage Dufour (d’après
et l’élimination des corps
Ginocchio,1959)Figure 55 Ouvrage de Prise et de Vidange
flottants dont chacun doit comporter un dispositif arrêtant les matières solides(d’après
et un
PNUD/OPE
dispositif restituant au cours d’eau les matières ,1987)
arrêtées. Les matières solides à éliminer
sont:
- Les Matériaux transportés par Suspension: Limon (diamètre compris entre 1/100 et
5/100 mm), Sables Fins (5/100 - 0.2 mm).
- Les Matériaux transportés par Charriage : Sable et Galets ( diamètre > 2 mm)
- Les corps Flottants (Arbres, Feuilles,...)
Figure 56 Schéma d’un Dessableur Dufour (d’après Ginocchio,1959)
Le Dégravement est effectué par des dispositifs placés en amont de l’entrée de la
prise, en partie dans le cours d’eau. Les dégraveurs sont de deux types principaux: 1) La
Passe à gravier, un chenal délimiter par le seuil S1 et qui franchit le barrage par un pertuis

2019-2020 Page 17
Figure 57 Essai de butée d’extrémité de la conduite (d’après
Dupont,1971)Figure 58 Schéma d’un Dessableur Dufour (d’après
Ginocchio,1959)Figure 59 Ouvrage de Prise et de Vidange (d’après
PNUD/OPE ,1987)
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

de faible largeur fermé par une vanne V1 (Figure III-1.1).


Le Dessablage (Elimination des Matières en Suspension) est effectué dans des
dispositifs spéciaux placés à l’entrée des ouvrages de transport ou d’amené. Ces ouvrages
sont appelés Chambre de Décantation ou Dessableurs (Figure III-3.1).
L’Elimination des Corps Flottants su fait par une Grille G1 à gros barreaux
disposée à l’entrée du canal de dérivation (au droit du seuil S1) et d’une grille G2
relativement fine à l’entrée du canal d’amenée (Figure III-1.1). Le nettoyage des grilles est
effectué au moyen de râteaux manœuvrés à la main (Prise du Canal MCB du Barrage
Laroussia) ou de dégrilleurs mécaniques dans les grandes installations (Prise Ghdir El
Golla sur le Canal MCB).

Figure 62 Schéma d’un Dessableur Dufour (d’après


Ginocchio,1959) [1]
2. Dispositifs de Dévasement des Retenues
Dans le cas où le dépôt de vase au fond de la retenue est important et réduit la
capacité utile du réservoir, le barrage peut être équipé dans sa partie inférieure de
canalisations montées en dérivation sur les vannes de vidange. Ces canalisations sont
63 Essai de butée d’extrémité de la conduite (d’après
munies de vannettesFigure
qui permettent de mettre en communication le fond de la retenue avec
Dupont,1971)Figure 64 Schéma d’un Dessableur Dufour
l’aval sans manœuvrer les vannes de vidange. Ouvertes au moment opportun pendant et
après les crues, ces (d’après Ginocchio,1959)
canalisations donnent passage aux courants de fond de retenue jusqu’au
barrage; les eaux chargées ainsi évacuées se déversent à l’aval du barrage.

Figure 65 Essai de butée d’extrémité de la conduite


(d’après Dupont,1971)

Figure 66 Pose sur pieux (d’après Dupont , 1971)Figure 67


Essai de butée d’extrémité de la conduite (d’après Dupont,1971)Figure 68
Schéma d’un Dessableur Dufour (d’après
2019-2020 Ginocchio,1959) Page 18
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Chapitre 2. Les ouvrages de stockage (les réservoirs)


A. Rôle des réservoirs
Les réservoirs d'eau sont, en général, nécessaires pour pouvoir alimenter, convenablement,
une agglomération en eau potable. Ils sont principalement imposés par la différence entre le
débit de captage ou de refoulement d'eau (plutôt constant) et le débit d'eau consommé par
l'agglomération (variable en fonction de l'heure de la journée).
En principe, les réservoirs se différencient d'après leur position par rapport au sol
réservoirs enterrés et réservoirs surélevés.
Par rapport au réseau d'approvisionnement, ils peuvent aussi être groupés en deux types :
réservoirs de passage (placés entre le captage et le réseau de distribution de l'eau) et
réservoirs d'équilibre (placés à la fin du réseau de distribution).
On peut regrouper les diverses fonctions des réservoirs sous cinq rubriques principales:
✓ Un réservoir est un régulateur de débit entre le régime d'adduction (déterminé par le
pompage et/ou le traitement) et le régime de distribution (déterminé par la courbe de
consommation). Il permet alors de transformer, de point de vue de la production et du
pompage, les pointes de consommation horaire en demande moyenne. D'où des
économies d'investissement pour tous les ouvrages situés à l'amont du réservoir. D'autre
part, les stations de pompage ne peuvent pas suivre exactement les variations de la
demande en eau.
✓ Un réservoir est un régulateur de pression en tout point du réseau. Il permet de
fournir aux abonnés une pression suffisante et plus ou moins constante,
indépendamment de la consommation. En effet, la pression fournie par les stations de
pompage peut varier: au moment de la mise en marche et de l'arrêt, coupure ou
disjonction du courant, modification du point de fonctionnement par suite de la variation
du débit demandé,...
Si la côte du réservoir ne permet pas de fournir une charge suffisante à toute
l'agglomération, il sera nécessaire de construire un réservoir surélevé (ou château
d'eau).
✓ Un réservoir est un élément de sécurité vis-à-vis des risques d'incendie, de demande
en eau exceptionnelle ou de rupture momentanée de l'adduction (panne dans la station de
pompage, rupture de la conduite d'adduction, arrêt de la station de traitement,...).
✓ Un réservoir a une fonction économique, puisqu'il permet une certaine adaptation du
fonctionnement du pompage de telle façon à optimiser l'ensemble adduction + réservoirs
(moins de consommation d'énergie électrique pendant les heures de pointe, pompes
refoulant un débit constant correspondant au rendement maximum).
✓ Un réservoir est un point test, en volume et en pression, d'un réseau maillé. Il est en
effet un baromètre précis, en permanence et en continu de l'état du réseau (pression) et
de l'évaluation de la demande réelle (variations de niveau).

2019-2020 Page 19
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Compte tenu des multiples fonctions d'un réservoir, il reste très souvent difficile et surtout
coûteux de lui trouver un substitut complet .Certes, l'eau peut être injectée directement dans le
réseau avec des débits variables selon les besoins, avec un système de gestion en temps réel de la
station de pompage (automatisation du fonctionnement). De nombreuses villes d'Europe
et d'Amérique ont des réseaux sans réservoirs (Chicago, Leningrad, Toulouse, Anvers,...). En
Tunisie, actuellement, toutes les villes sont alimentées par des réservoirs.
Un réservoir n'est donc pas indispensable, mais il reste la solution la plus économique.

B. Emplacement géographique des réservoirs


Le réservoir d'eau doit être situé le plus près possible de l'agglomération à alimenter (en limite
de l'agglomération). En effet, compte tenu du coefficient de pointe dont on doit affecter le
débit horaire moyen de consommation pour déduire la consommation horaire maximale (de 1,5
à 3,5), la perte de charge sera généralement plus grande sur la conduite de distribution que sur
la conduite d'adduction. Ceci fait que plus le réservoir s'éloigne de l'agglomération, plus la cote
du plan d'eau doit être élevée (d'où une énergie de pompage plus grande).
La topographie des lieux ou l'emplacement de la source d'eau peuvent parfois modifier le point
de vue établi ci-dessus. On essaye, généralement, d'exploiter le relief à proximité de la ville
pour utiliser un réservoir semi-enterré, qui sera toujours plus économique qu'un réservoir
sur tour.
Quand la ville présente des différences de niveau importantes, on peut adopter une
distribution étagée .
Dans le cas où l'agglomération s'étend dans une direction donnée, un réservoir unique peut
devenir insuffisant et fournir, en extrémité du réseau, des pressions trop faibles aux heures de
pointe. On peut ajouter alors un ou plusieurs réservoirs d'équilibre, situés à l'autre extrémité
de la ville, qui permettent d'avoir une pression acceptable dans leur zone d'action. Ces
réservoirs d'équilibre sont en liaison avec le réservoir principal et se remplissent au moment des
faibles consommations (la nuit principalement).
Dans quelques cas, on peut adopter, en même temps, les deux types de réservoirs: réservoir
semi-enterré et réservoir surélevé (ou château d'eau). Le réservoir semi-enterré est alimenté
par la station de traitement, avec ou sans pompage, avec un débit constant Qhm' Le château
d'eau, situé avant la distribution, est alimenté par une autre station de pompage (SP2) qui
fonctionne à débit variable (voir le schéma ci-dessous). L'adoption de ce type de schéma
permet de limiter le volume nécessaire du réservoir sur tour.
En fait, ce n'est qu'après une étude économique approfondie et compte tenu des conditions
locales (surtout le relief) que l'on pourra déterminer le meilleur emplacement du réservoir
et, éventuellement, de la station de pompage, étude dans laquelle entrerons les coûts des
conduites, du pompage et de construction du réservoir.

2019-2020 Page 20
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Chapitre 3. Les ouvrages d’adduction

A. Définition
Les ouvrages d’Adduction assurent le Transport des eaux depuis son captage
jusqu’à la zone de distribution. Il s’agit soit de conduite en charge (forcée ou sous
pression ), soit de canal à surface libre (la limite supérieure de la géométrie du domaine
constitue une inconnue).
Le choix entre une Adduction à Surface Libre ou en charge dépend des
considérations suivantes : Hydrauliques (débit, charges amonts et aval), Topographiques
(Tracé en Plan et Profils en Long et en Travers), Géotechniques (Nature et Résistance des
Terrains à traversés) et enfin Economique (Coûts).

L’Adduction peut être gravitaire, pompée ou mixte. Dans une adduction


gravitaire, le point de captage (ou réservoir amont) se situe à une altitude supérieure à celle
du réservoir aval. Dans une adduction pompée, la situation est inversée (réservoir aval plus
haut que le réservoir amont). Dans le cas des adductions mixtes, le réservoir amont d’une
adduction gravitaire peut être alimenté par de l’eau refoulée par une station de pompage;
cette eau est ensuite évacuée vers le réservoir bas.
Généralement, les adductions avec stations de pompage sont assurées par des
conduites en charge. Les adductions gravitaires se font soit par conduites à surface libre
(Aqueducs, Canaux, Galeries, Tunnels,...) soit par des conduites en charge. Pour un même
débit, l’écoulement se fait avec des pdc plus importantes dans une conduite forcée que
dans une conduite à surface libre à faible pente de même diamètre, quand le plan d’eau
correspond au passage du débit maximal. Ainsi, si la pente disponible est très faible et,
surtout, s’il s’agit d’un débit important à transiter, l’adduction à surface libre apparaît, a priori,
comme étant la solution la plus indiquée (c’est le cas du canal MCB et du Canal
d’Irrigation de la basse vallée de la Medjerdah, par exemple).
Le Tracé en plan et le profil en long doivent être choisis de sorte à minimiser les
coûts de construction et d’exploitation des adductions et à respecter les contraintes
hydrauliques des installations (pressions et vitesses max et min par exemple).

B. Dispositions Constructives

1. Régulation de pression : Le Brise-Charge

• Principe de fonctionnement :
Un brise charge n’est autre qu’un réservoir intermédiaire dans lequel une partie de
l’énergie du jet d’eau, à son entrée, est brisée par une vanne pointeau V
donnant lieu ainsi a une perte de charge singulière. La partie restante étant transformée en
énergie potentielle avec un niveau en aval .

2019-2020 Page 21
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

• Régulation du débit :

La régulation peut être définie comme étant l’ensemble des dispositifs (robinets vannes)
qui permettent d’agir sur le débit de la conduite pour l’adapter à la consommation .
nous distinguons la régulation par
l’amont et la régulation par l’aval. Dans une régulation par l’amont, les dispositifs de
réglage seront placés à proximité de S (en amont); Ces dispositifs sont implantés près du
réservoir (en aval) pour une régulation par l’aval.
Dans une régulation amont, les lignes piézométriques (lp.) maximale et minimale
dans la conduite sont respectivement décrits par :
- La ligne inclinée SR (vanne en S ouverte)
- La ligne horizontale RA (vanne en S fermée)
Dans une régulation aval, ces lignes correspondent respectivement à :
- La ligne horizontale SC (vanne en R fermée)
- La ligne confondue avec SR (vanne en R ouverte). Ainsi, la pression supporter par la
conduite est plus élevée que celui en régulation amont.
Le temps de réponse dans une régulation amont n’est pas immédiat et il est d’autant
plus grand que la conduite est longue. Dans une régulation aval, la fermeture totale de la
vanne entraîne l’arrêt total et immédiat du réservoir aval.
Du point de vue sécurité d’exploitation, dans une régulation amont, certains
tronçons peuvent fonctionner à surface libre lors d’une réduction importante du débit ; L’entrée
d’air dans ce tronçon peut être assuré par une ventouse en aval de la vanne (permettant également
l’évacuation d’air après la remise en service). S’il existe des points hauts sur le tracé, des
cantonnements d’air peuvent se former. Cependant, dans une régulation aval, la conduite reste
toujours en charge. Dans une régulation amont et suite à une réduction du débit en S, un brise
charge B implanté entre S et A joue le rôle d’un réservoir intermédiaire qui permet d’éviter les
débordements dans l’adduction en évacuant le débit qui y arrive. Pour éviter les débordements
dans le cas d’une régulation aval suite à une manœuvre en R, le brise charge doit être équipé d’un
dispositif de réglage automatique du débit d’arrivée au brise-charge en fonction de celui
demandé en aval (robinet flotteur, brise-charge avec contre-poids liquide).

2. Pose des conduites

Les conduites peuvent être posées en terre, en galerie, en élévation au-dessus du


sol, sur des ouvrages d’art, dans le lit d’une rivière ou dans un sous-sol marin.
La pose en terre comporte les étapes suivantes :
• réalisation d’une tranchée : largeur de 0.60 m minimum, des élargissements au droit
des joints facilite leur mise en place. Le fond de fouille est ensuite recouvert d’un lit de
pose de 0.15 m à 0.20 m d’épaisseur
• mise en place de la conduite dans le fond de fouille.
• essai par tronçons successifs des joints en vue de l’éprouver à la pression : la conduite
est alors remplie d’eau à partir de la partie basse de la canalisation pour faciliter
l’évacuation de l’air vers le point haut à travers une ventouse. La pression d’essai est

2019-2020 Page 22
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

prise égale à la pression à laquelle sera soumise réellement la conduite majorée de 50


%. Cette opération s’effectue à l’aide d’une pompe d’épreuve pour une durée d’au
moins 30 mn.
• essai de butée à l’extrémité des conduites : pour vérifier si le sol peut supporter la poussée de
l’eau de l’épreuve. L’extrémité de la conduite est fermée par une plaque pleine raccordé avec un
joint. La poussée de l’épreuve est exercée par des vérins qui s’appuient d’une part, sur cette
plaque et d’autre part sur les calages disposés contre le sol (Figure 9).

Figure 71 Essai de butée d’extrémité de la conduite


(d’après Dupont,1971) [1]

Ces vérins sont manœuvrés au fur et à mesure que la pression exercée par la pompe
d’épreuve augmente. Si le sol ne peut supporter la poussée de l’épreuve, il faut construire
une butée en massif de Figure 72 Pose
maçonnerie qui,sur
par pieux (d’après
son poids, Dupont
s’opposera ,
à cette poussée.
1971)Figure 73 Essai de butée d’extrémité de la
• remblaiement de la tranchée par couches successives arrosées et bien tassées.
conduite (d’après Dupont,1971)
Lorsque la conduite traverse des terrains marécageux, tourbeux, une semelle
continue en béton armé est disposée sous la conduite et faisant un angle supérieur ou égal à
90° avec la génératrice de la conduite. Cette disposition permet de réaliser un empattement
suffisant, compte tenu de la charge pouvant être supportée par le sol. Les
conduites peuvent Figure Pose
reposées74sur dessur pieux (d’après
tasseaux en bétonDupont , 1971)des têtes de pieux
dans lesquels
seront noyées. Ces tasseaux pourront être au nombre de deux par conduite ou de un . Dans
ce dernier cas, le tasseau sera près du joint (Figure …).

Figure 75 Pose sur tasseaux (d’après


Dupont,1971)Figure 76 Pose sur pieux (d’après
Dupont , 1971)Figure 77 Essai de butée
d’extrémité de la conduite (d’après Dupont,1971)

2019-2020 Figure 78 Pose sur pieux (d’après Dupont , Page 23


1971)Figure 79 Essai de butée d’extrémité de la
conduite (d’après Dupont,1971)
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Figure 80 Pose sur pieux (d’après


Dupont , 1971) [1]

b) Pose en galerie
Il s’agit des canalisations posées, soit dans les égouts, soit dans les caniveaux ou
les galeries spéciales visitables. Cette
Figuredisposition est tasseaux
81 Pose sur rare en milieu urbaine. Si le diamètre
est important, chaque conduite est provisoirement
(d’après posée sur des 82
Dupont,1971)Figure madriers en bois puis calé
suivant le profil en long. Les joints
Pose sur pieux (d’après Dupont , tasseaux définitifs en
sont exécutés parallèlement aux
maçonnerie. Pour les petits diamètres,
1971) la conduite est directement posée sur tasseaux coulés à
l’avance. Quand la conduite passe sur un ouvrage d’art, la pose sur tasseaux s’effectue de la
même façon.

Figure 83 Pose sur tasseaux


(d’après Dupont,1971)

Figure 84 Chainage en vue de la


mise de la conduite en caniveau
Figure 89 Pose sur tasseaux
(d’après Dupont,(d’après Dupont,1971)
1971)Figure 85 [1]
Pose sur tasseaux (d’après
Dupont,1971)Figure 86 Pose sur
pieux (d’après Dupont , 1971)
c) Pose dans le lit d’une rivière et traversée sous-marine
Figure 90 Chainage en vue de la mise de la conduite en caniveau
Lorsqu’il s’agit de franchir
(d’aprèsune rivière,1971)Figure
Dupont, la conduite peut emprunter
91 Pose le caniveau
sur tasseaux (d’après
ordinairement réservé sous le trottoir d’un pont-route, s’il en existe. Elle peut également
Dupont,1971)
être posée sur des ouvrages spéciaux
Figure(aqueduc
87 Poseremplacé par des conduites forcées à la
sur tasseaux
traversée d’une vallée) (d’après Dupont,1971)Figure 88
Quand il s’agit d’alimenter la population
Pose sur d’une
pieux île à partirDupont
(d’après d’installations
,
construites sur le continent, l’immersion
1971) d’une canalisation est nécessaire. Les matériaux
adoptés dépendent de la longueur de traversée et du diamètre des conduites
Figure 92 Chainage en vue de la mise de la conduite en (cecaniveau
qui
conditionne le choix(d’après
des engins de manutention)
Dupont, 1971) : fonte, fonte ductile, acier, béton armé,
2019-2020 Page 24
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

amiante-ciment, matière plastique. Signalons l’utilisation très commode de tuyaux en


polyéthylène (diamètre maximal de l’ordre de 0.300 m), dont la pose s’apparente à celle
des câbles sous-amrin.

3. Chaînage des conduites


Cette opération consiste à maintenir la conduite suspendue pour la mise en place
des tasseaux, pour continuer à assurer le transit de l’eau et pour la construction d’un
ouvrage prévu sous la canalisation en service.
La conduite est d’abord dégarnis sur une largeur suffisante, conditionnée par la
construction d’un caniveau ou d’une galerie, et en arrêtant le dégarnissage en profondeur
au niveau du diamètre . Puis, à l’extrémité de chaque tuyau, on effectue
une saignée sur une largeur de 15 à 20 cm pour pouvoir faire passer une ceinture constituée
par un plat en acier. Celle-ci est relié à des fers I jumelés et reposant sur des massifs en
maçonnerie. La conduite est ainsi solidement suspendue et le caniveau et les tasseaux
peuvent être construits en toute sécurité.

Figure 98 Chainage en vue de la mise de la conduite en caniveau (d’après


Dupont, 1971) [1]

4. Ouvrages en galerie
Les profils type d’une section de forme circulaire ou en forme de fer à cheval sont
illustrés sur la Figure . La galerie peut être soit non revêtue ou revêtue en béton
ordinaire ou en 99.
Figure Eléments
béton armé.géométriques de la section (d’après Graf ,1993)Figure 100 Chainage en
L’épaisseurvueduderevêtement
la mise deenlabéton
conduite
est, enengénéral,
caniveau (d’aprèsentre
comprise Dupont,
10 et 1971)
40 cm. La
représente la structure de revêtement en béton armé. Le revêtement est
destiné à remplir l’une ou plusieurs fonctions suivantes : diminution de la rugosité,
augmenter la résistance mécanique de la galerie si le rocher est de mauvaise qualité et
assurer l’étanchéité pour éviter les pertes d’eau qui peuvent se produire par les fissures du
terrain. Figure 101. Eléments géométriques de la section (d’après Graf ,1993)

Figure 102 Modèle simplifié de distributionFigure 103. Eléments géométriques de la


section (d’après Graf ,1993)Figure 104 Chainage en vue de la mise de la conduite
en caniveau (d’après Dupont, 1971)
2019-2020 Page 25
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Figure 107 Structure d’un revêtement de


Figure 108. Forme de section type de galerie
galerie en béton arme (Ginocchio ,1959) [1]
d’amenée (d’après Ginocchio, 1959) [1]

C. Canaux et galeries à surface libre


Un canal constitue un élément du réseau de transport d’eau à surface libre (soumise
à la pression atmosphérique). L’étude de ces écoulements fait intervenir les éléments
géométriques suivant (Figure15) .

2019-2020 Page 26
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Figure 109. Eléments géométriques de la section (d’après


Graf ,1993) [1]

• la section mouillée S (dans les écoulements en charge, le contour d’une section


était nécessairement fermé et la section est entièrement mouillée)
• le périmètre mouillé, P formé de la ligne de contact entre la surface mouillée et
le lit y compris les berges, mais ne comprenant pas la surface libre,
• La largeur au miroir (ou à la surface libre), B
• le rayon hydraulique .
• la largeur superficielle B, du canal à la surface libre
• la profondeur hydraulique, Dh .
• la profondeur (hauteur ou tirant) d’eau h; puisque la pente du fond est faible, la
profondeur d’eau suivant la verticale et perpendiculaire au fond peuvent être
considérées confondues.

2019-2020 Page 27
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Chapitre 4. Les réseaux d’alimentation en eau


potable

A. Transport de l’eau
Du captage au traitement, l’eau est transportée par des conduites d’adduction.
Du traitement à la distribution, ce sont des conduites de transfert.
Le transport s’effectue sous pression, grâce aux stations de pompage et par écoulement
gravitaire au départ des châ- teaux d’eau.
La désinfection doit être poursuivie durant le transport et la distribution lorsque le réseau est
important. En effet, au fur et à mesure que le temps de transfert augmente, le désinfectant
introduit lors du traitement est consommé.
Cette fonction est assurée par des postes de chloration situés en quelques points du réseau ou sur
les lieux de stockage, évitant la prolifération de micro-organismes.
B. Stockage de l’eau :
Pour pouvoir satisfaire à tout moment la demande en eau potable des abonnés, on crée des
réserves qui permettent de gérer les pointes de consommation.
Elles peuvent être situées sur le lieu de traitement (ce sont souvent des bâches enterrées)
ou en différents points du réseau, ce sont alors des bâches au sol, ou des réservoirs
surélevés (châteaux d’eau).

Figure 110 Modèle simplifié de distribution [3]

C. Réseau de distribution

2019-2020 Page 28
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

1. Définition
Les réseaux de distribution d'eau ont pour objectif de ramener l'eau, à partir du ou des
réservoirs, jusqu'aux consommateurs (ou abonnés) : fournir le débit maximal avec une pression
au sol (ou charge) minimale compatible avec la hauteur des immeubles. Le réseau de distribution
est constitué de conduites partant du réservoir et allant vers les zones d’habitation et les zones
industrielles. Les conduites sont exposées à des dangers divers, provoquant des détériorations
pouvant aller de la fissure à la rupture. La matière qui compose les conduites varie suivant le
diamètre, la pression, la nature du sol, le type d’obstacle à franchir… À proximité de chaque
abonné, une conduite de petit dia- mètre est piquée sur la canalisation principale : c’est le bran-
chement. À l’arrivée chez l’abonné, le compteur installé sur la conduite permet, grâce à des
relevés périodiques, de connaître les volumes d’eau consommés et d’établir la facturation.
La gestion de la distribution d’eau potable est facilitée par la télégestion qui permet de
contrôler et gérer, à distance, les ouvrages de production et distribution.

2. Structure des réseaux


L'eau est distribuée aux consommateurs par des réseaux de conduites locaux, à l'intérieur de la
zone alimentée. Les principaux éléments d'un réseau de distribution sont: les conduites, les
branchements et les pièces spéciales (coudes, raccordements, vannes, compteurs, bouches
d'incendies, ...). Les conduites de distribution doivent suivre les rues de la ville et sont posées
en terre, généralement sous le trottoir.

Selon les liaisons entre les différents tronçons de distribution, on distingue généralement deux
types de réseaux: réseaux ramifiés et réseaux maillés.

✓ Réseau ramifié:

La caractéristique d'un réseau ramifié est que l'eau circule, dans toute la canalisation, dans un
seul sens (des conduites principales vers les conduites secondaires, vers les conduites tertiaires,..).
De ce fait, chaque point du réseau n'est alimenté en eau que d'un seul côté.

✓ Réseau maillé :

Ce type de réseaux présente l'avantage d'être économique, mais il manque de sécurité (en cas de
rupture d'une conduite principale, tous les abonnés situés à l'aval seront privés d'eau).
Ce type de réseaux présente les avantages suivants: plus de sécurité dans l'alimentation (en cas de
rupture d'une conduite, il suffit de l'isoler et tous les abonnés situés à l'aval seront alimentés par
les autres conduites) et une répartition plus uniforme des pressions et des débits dans tout le
réseau. Il est, par contre, plus coûteux et plus difficile à calculer.

2019-2020 Page 29
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Conclusion

Les ouvrages hydrauliques ont pour but la gestion, l'entretien et le transport des cours d'eau. Son
objectif est de restaurer la qualité du milieu naturel dégradé, par manque d'entretien et par les
pollutions, pour améliorer la qualité des eaux , préserver les ressources biologiques et économisez
la consommation d’eau .

2019-2020 Page 30
P.F.A. Ouvrages Hydrauliques E.N.S.I.T.

Bibliographie
[1] : K.Maalel & Z.Hafsia, "Ouvrages Hydrauliques", Polycopie du cours, ENIT, 2012
[2] : Wikipédia
[3] : L’ALIMENTATION EN EAU POTABLE CAHIER N3

2019-2020 Page 31

Vous aimerez peut-être aussi