Vous êtes sur la page 1sur 4

I — LA MÉTHODE, LA MÉTHODOLOGIE 

:
Le premier traité systématique et complet de méthode est celui de René Descartes, Le discours de la méthode, paru
en 1632 et qui préconise comme base de la méthode le doute (doute cartésien). Il faut douter de toute chose avant
d'en avoir fait la preuve évidente et irréfutable. Cela est devenu le souci majeur de toute approche scientifique
positiviste. Pour ce faire, il s'imposequatre préceptes:

• Ne recevoir aucune chose pour vraie tant que son esprit ne l'aura clairement et distinctement
assimiléepréalablement
• Diviser chacune des difficultés afin de mieux lesexaminer et lesrésoudre ;
• Établir un ordre de pensées, en commençant par les objets les plus simples jusqu'aux plus complexes et divers,
et ainsi de les retenir toutes et enordre ;
• Passer toutes les choses en revue afin de ne rienomettre ;
• Descartes l'appliqua d'abord à l'arithmétique avant de l'appliquer à laphilosophie.
A – La méthode
C'est la procédure logique d'une science, c'est-à-dire l'ensemble des pratiques particulières qu'elle met en œuvre pour
que le cheminement de ses démonstrations et de ses théorisations soit clair, évident irréfutable

 Les principales méthodes en sciences sociales :


Par méthode, nous entendons donc les façons de procéder, les modes opératoires directs mis en jeu dans le travail de
recherche. Nous retiendrons six grands types de méthodes, détaillées comme suit:

1 – La méthode déductive : Elle consiste à analyser le particulier à partir du général, à lire une situation concrète
spécifique à l'aide d'une grille théorique générale préétablie
 C'est un raisonnement orienté vers l'application des connaissances existantes à des contenus particuliers
2 – La méthode inductive :est plus courante que la première, elle consiste, au contraire, à tenter des généralisations
à partir de cas particuliers. C'est la succession observation-analyse- interprétation-généralisation. Elle est très usitée
en sciences sociales et s'appuie beaucoup sur les techniques d'inférence statistique (tests pour mesurer le risque
d'erreur et l'étendue des possibilités de généralisations-extrapolations). Le sondage d'opinion, l'étude de marché...
relèvent de cette méthode.

 C'est un raisonnement orienté vers la construction de connaissances .


3 – Dans la méthode analytique on décompose toutes les parties élémentaires pour ensuite reconstituer le
schéma d'ensemble.On la retrouve par exemple en linguistique ou dans les laboratoires, pour l'étude
d'objets inertes ou de phénomènes non susceptibles de transformations rapides.
4 – La méthode clinique :est une méthode empirique qui consiste à observer directement l'objet à étudier et
à le suivre pas à pas tout en notant toutes ses modifications, ses évolutions. On la retrouve, en dehors de la
médecine, dans l'ethnologie,les monographies, les observations participantes...

5 – La méthode expérimentale : Plus exacte, elle est née en physique et dans les sciences de lanature.
Elle consiste à mener une expérimentation (en laboratoire ou sur le terrain) suite à un arrangement
préalable de la part du chercheur et tente de dégager des lois généralisables à partir de l'analyse des
observations recueillies durantl'expérimentation.
6 – La méthode statistique : tente de concilier les démarches qualitatives et quantitatives, le rationnel et le
sensoriel, le construit et l'observé pour en faire des données chiffr
ées et manipulablesmathématiquement.
B – L'approche :
Est une démarche intellectuelle qui situe l'arrière-fond philosophique ou métathéorique du chercheur ou
de larecherche et qui n’implique ni étapes, ni cheminement systématique, ni rigueur particulière

1– Le rationalisme :C'est un sous-produit de l'idéalisme philosophique qui donne la primauté à l'idée, à la


pensée, à l'esprit, au détriment du corps, du matériel.
2 – L'empirisme : Il s'agit de mettre la raison au niveau du fait observé, de la soumettre à
l'évidenceexpérimentale à travers l’induction.

3– Le matérialisme :c'est la vie pratique concrète et quotidienne qui fonde l'esprit et la raison et cherche
donc à expliquer les phénomènes qui se passent dans une réalité quelconque à partir des éléments
concrets (matériels)

4– Le fonctionnalisme : Sa démarche globale en sciences sociales se présente comme une approche qui
dégage d'abord le mode de fonctionnement des systèmes étudiés (leurs fonctions) et ensuite ce qui gêne
ce fonctionnement (les dysfonctions) et enfin trouver les moyens de rétablir la fonctionnalité de
l'ensemble.
C-La technique :est un moyen précis pour atteindre un résultat partiel, à un niveau et à un moment
précis de la recherche sondage, interview, sociogramme (diagramme des liens sociaux), jeux de rôle,
tests...

D-La recherche scientifique est un processus dynamique ouune démarche rationnelle qui permet d’examiner
des phénomènes, des problèmes à résoudre, et d’obtenir des réponses précises à partird’investigations. Ce
processus se caractérise par le fait qu’il estsystématique et rigoureux et conduit à l’acquisition de nouvelles
connaissances.

E-la méthodologiepeut se définir comme étant l'étude du bon usage des méthodes, approches
ettechniques conduisant le chercheur à aboutir à ses objectifs fixés
F -la méthodologie de recherche :Établir une méthodologie de recherche pour un projet donné implique
de nombreuses décisions auxquelles sont confrontées n’importe quel chercheur tels que :le choix du
typed’investigation, le choix du moded’échantillonnage, et les mesures appropriées etdes instruments
de collecte dedonnées
 Les étapes d’une recherche pour structurer le raisonnement
1. La question de départ :afin de se donner un but à atteindre et cela en se basant sur des : de sociales,
observations occasionnelles et des résultats antérieurs.

2. L’exploration :avec comme but : préciser la question et cela à travers des sources tels que : l’analyse
bibliographique, entretiens exploratoires, observations exploratoires et la description objective de la
situation

3. La problématique et l’hypothèsepour définir l'approche théorique adoptée et cela en trois


temps :Répertorier des approches du problème antérieur pour en construire une et à la fin poser et
justifier l’hypothèse générale (directrice), autrement prévoir des relations entre faits observables qui
confirment ou non la théorie.

4. La construction du dispositif d’observation : Tout en imaginant une situation dans laquelle un


facteur (la condition) varie et fait varier à lui seul un comportement donné (effet) et donc distinguer
entres les variables dépendantes qui varient en fonction de l’indépendantes et parasites neutres. Cela
s’opère à travers 3niveaux de recherche à savoir : la description, la classification et l’explication

5. L’observation ou recueil de données


6. L’analyse des données

7. Discussion

Les modes d’investigation sont déterminés par les paradigmes de recherche et les objectifs du chercheur. Ce
dernier a le choix entre trois modes : l’étude quantitative, vise à recueillir des données observables et
quantifiables (données chiffrées), et s’appuie sur techniques de recherche quantitatives dont en principe la
fidélité et la validité sont assurées. Dans le but de faire des analyses descriptives, des analyses statistiques, des
analyses de corrélation ou d’association. L’étude qualitative, fournit des données de contenu, et non des
données chiffrées. Dans ce cas, le chercheur vise à comprendre et non pas de démontrer, de prouver ou de
contrôler. Et recourt à des techniques de recherche pertinentes telles que, études de cas, observation, entretiens
semi-structurés ou non-structurés…L’étude mixte, est une combinaison des deux études précédentes (étude
qualitative dans une phase exploratoire et quantitative dans une phase empirique), cette conduite aide à
maitriser le phénomène dans toutes ses dimensions.

Les types de variables : une variable qualitative, si ses diverses modalités ne sont pas mesurables
numériquement. Une variable quantitative, si ses diverses valeurs sont mesurables numériquement, elle peut
être soit discrète (prendre des valeurs isolées) ou continue (valeur dans un intervalle donné).

Application des différents types d’étude : Les études exploratoires et explicatives, La recherche exploratoire-
explicative consiste à décrire, nommer ou caractériser un phénomène, de sorte qu’il apparaisse familier. Dans
ce sens, le chercheur peut utiliser : la recherche documentaire valorise les écrits et les comptes rendus
conservés qui rendent compte de la vie de l’entreprise. La démarche historique est basée sur la recherche
documentaire, l’entrevue de groupe permet d’éveiller des réactions internes à un groupe et de favoriser le
brainstorming et l’analyse de cas. Les études descriptives et corrélationnelles, (rendent compte de l’actualité)
consistent à décrire comment les variables ou les concepts interagissent et comment ils peuvent être associés.
Les techniques utilisées, l’analyse longitudinale permet de visualiser par exemple les effets des actions
marketing, commerciales ou stratégiques sur une période temporelle, à travers le Panel, qui est échantillon fixe
servant à plusieurs enquêtes successives à l’aide des prises photographiques. La coupe instantanée, c’est
l’enquête traditionnelle par questionnaire. Les entretiens exploratoires, pour découvrir quelque chose
d'inconnu et doit être mené avec un minimum d’organisation. Les études corrélationnelles-explicatives, le
chercheur veut savoir s'il y a une association entre les facteurs et vérifier si les facteurs agissent ou varient
entre ensemble (associations positives, si les facteurs varient dans la même direction, sinon associations
négatives). Les études expérimentales, explicatives et prédictives, visent àvérifier les hypothèses causales, les
prédire, les expliquer, et les contrôler, tout en agissant sur l’une des variables pour étudier son effet sur
l’autre. Ces variables peuvent être soit dépendantes, dont les variations sont logiquement présumées et
causées par des changements de valeur d’une ou des variables indépendantes. Les variables indépendantes,
sont celles qui présument à un effet sur la variable dépendante, Donc, cette dernière étant la conséquence
des premières. La variable modératrice, dont le niveau est susceptible d’influencer la relation anticipée entre
la variable indépendante et la variable dépendante. Les études qualitatives, sont menées par des spécialistes,
est le plus souvent réalisée par des entretiens collectifs (focus group) ou individuels auprès d’un échantillon
réduit. Afin de préparer les études quantitatives.

Les stratégies de vérification, est le choix que l’on fait par rapport au nombre de cas à utiliser et au type de
recherche à réaliser pour assurer la vérification la plus complète possible de l’hypothèse. On distingue,
l’observation, qui consiste à observer le fait et à découvrir tous les facteurs qui le composent ou qui
l’influence.La stratégie expérimentale,est une observation provoquée dans laquelle le chercheur contrôle et
manipule à la fois la variable indépendante et la variable dépendante.La stratégie quasi-expérimentale, ici le
chercheur ne vérifie que la variable indépendant et vérifie ses conditions d’intervention. L’enquête,est une
quête d’informations réalisée par interrogation systématique de sujets d’une population déterminée, c’est la
plus sollicitée dans les sciences sociales. L’étude de cas, dont,l’objectif est de comprendre en profondeur une
situation sociale, un fait social, un groupe de personnes, un individu… La recherche-action, ouLe chercheur
exerce une action de modification de conduite sur les sujets impliqués.

Le processus de recherche, il comporte trois grandes phases, la phase de conception / construction de l’objet
d’étude, pour mener à bonne fin une recherche, il faut choisir et formuler un problème de recherche, énoncer
les questions, les objectifs, les hypothèses de recherche, éventuellement la position de la thèse, définir les
variables avec leurs indicateurs, recenser les écrits (revue de littérature) et autres travaux pertinents, et élaborer
un cadre de référence. La phase méthodologique ou de découverte et collecte des données, permettant le
choix des méthodes et des instruments de collectes des données, la définition de la population et de
l’échantillon d’étude, la description de déroulement de la collecte des données, la présentation du plan
d’analyse des données recueillies, et la collecte des données. La phase de traitement: analyse/ présentation et
interprétation/ discussion des résultats, consiste en l’analyse et la présentation des données, ainsi que
l’interprétation et la discussion des résultats.

La structure détaillée du PFE, voir cours.

Vous aimerez peut-être aussi