Vous êtes sur la page 1sur 133

Rappel en

Mécanique des sols I


Introduction à la
géotechnique
Projets géotechniques typiques

Laboratoire de Bureau d’études


Paramètres de calcul
Géotechnique ~ Conception et calcul
~ essais géotechniques

2
SIVA Copyright  2001 Site du projet
Fondations superficielles
~ Transmission des charges au terrain sous-jacent
~ Conçues pour des sols portants ou pour
transmettre des faibles surcharges

Terrain de bonne résistance

SIVA Copyright  2001


Bed-rock 4
Fondations superficielles

SIVA Copyright  2001


Fondations profondes
~ Transmission des charges au terrain sous-jacent
~ Conçues pour les sols mous ou pour transmission
de fortes surcharges
PIEU

Sol de
faible
résistance

Bed-rock 6
SIVA Copyright  2001
Fondations profondes

Pieux en bois battus dans le projet d’autoroute 7


SIVA Copyright  2001 Pacific Highways
Murs de soutènement
~ Conçu pour soutenir le sol sous forme de déblai ou
de remblai

Mur de
soutènement

Rail de
train

8
SIVA Copyright  2001
Barrages en terre
~ Conçus pour le retenue d’eau

réservoir
Noyau
d’argile Parement

sol

9
SIVA Copyright  2001
Barrages en béton

réservoir Barrage en
béton

sol

10
SIVA Copyright  2001
Exemple de barrage en béton

Barrage Three Gorges, Hong Kong


11
SIVA Copyright  2001
Travaux de terrain
~ Préparer le terrain avant les travaux de réalisation de
l’ouvrage

Travaux routiers dans un projet d’autoroute (site: Pacific Highway) 12


SIVA Copyright  2001
Géotextiles
~ utilisés pour le renforcement, la séparation, la filtration
et le drainage dans les projets routiers, de murs de
soutènement et de remblais,00

14
SIVA
Géotextiles utilisés dans le projet d’autoroute Pacific Highway
Copyright  2001
Murs en terre armée
~ On peut utiliser les géotextiles pour renforcer la
résistance du sol

15
SIVA Copyright  2001
Clouage des sols
~ Tiges en acier placés dans des trous forés dans
le mur et injectés par coulis

16
SIVA Copyright  2001
Rideaux de Palplanches
~ Parois en profilés de palplanches en acier, ou
en bois battus dans le sol, formant ainsi une paroi
continue de soutènement

Hangar

bateau

Rideau

17
SIVA Copyright  2001
Rideaux de palplanches
~ Résistent aux pressions latérales du sol soutenu
~ utilisés dans le soutènement des fouilles, des quais
portuaires0.

18
SIVA Copyright  2001
Rideaux de palplanches
~ utilisés dans les travaux temporaires sur site

19
SIVA Copyright  2001
Batardeaux
~ Ce sont des rideaux de palplanches encadrant
une aire afin d’interdire l’écoulement dedans

20
SIVA Copyright  2001
Glissement de terrains

21
SIVA Copyright  2001
Parois moulées
Soutenir des sols en résistant aux pressions
latérales sur des hauteurs importantes

22
SIVA Copyright  2001
Travaux de tunnel

23
SIVA Copyright  2001
Renforcement du sol

Compacteur à impact
24
SIVA Copyright  2001
Instrumentation
~ Pour le suivi du comportement du sol et des
ouvrages

~ Pour mesurer les forces, les pressions, les


déformations,00

25
SIVA Copyright  2001
Essais géotechniques

Essai de pénétration statique – Lavarach Barracks, Townsville


SIVA Copyright  2001
Essais géotechniques

Essai scissométrique Essai de pénétration standard


SIVA Copyright  2001
SPT
Essais géotechniques

Essai triaxial au laboratoire sur un échantillon de sol 28


SIVA Copyright  2001
Essais géotechniques in-situ

29
SIVA Copyright  2001
Certains héros méconnus du génie civil….

fondations Reconnaissance
de sol

Travaux
de tunnel

… creusent et travaillent sous tes pieds ! 30


SIVA Copyright  2001
Les grands contributeurs au
développement du génie géotechnique
WJM Rankine
1820-1872 A.Casagrande
C.A.Coulomb
Karl Terzaghi 1736-1806 1902-1981
1883-1963

L. Bjerrum A.W.Skempton G.F.Sowers G.A. Leonards


1918-1973 1914- 1921-1996 1921-1997
Relation entre les
différentes phases
Copyright©2001

Objectifs
Calcul des masses (ou poids) et des
volumes des trois phases du sol.

Va air Ma=0
Notation Vv
M = masse ou poids Vw Eau Mw
V = volume Vt Mt
s = grains du sol
w = eau
a = air Vs sol
v = vide
Ms
t = total

SIVA Diagramme des Phases 2


Copyright©2001

Définitions
Teneur en eau (w%) est une mesure de
la quantité d’eau présente dans le sol.

Va air Ma=0
MW
w= X 100% Vv
MS Vw eau Mw
Vt Mt
Exprimée toujours en
pourcentage (%)
Vs sol Ms
Intervalle = 0 – 100%.

SIVA
Diagramme des Phases
3
Copyright©2001

Définitions
L’indice des vides (e) est une mesure des
vides dans un volume du sol.

Va air Ma=0
VV
e= Vv
VS Vw eau Mw
Vt Mt

Vs sol Ms

SIVA
Diagramme des Phases
4
Copyright©2001

Définitions
La porosité (n) est aussi une mesure des
vides dans un volume unitaire du sol.

Va air Ma=0
VV
n= X 100% Vv
VT Vw eau Mw
Vt Mt
Exprimée en pourcentage
Vs sol
Intervalle théorique: Ms

0 – 100%

SIVA
Diagramme des Phases
5
Copyright©2001

Définitions
Degré de saturation (Sr) est le pourcentage des
vides remplis par l’eau dans un volume du sol.

Va air Ma=0
VW
Sr = X 100% Vv
VV Vw eau Mw
Vt Mt
Marge: 0 – 100%
Vs sol Ms
Sec
Saturé

SIVA
Diagramme des Phases
6
Un simple exemple….
Copyright©2001

Dans ce diagramme :
e=1 air

n = 50% eau

Sr = 50%
sol

SIVA 7
Copyright©2001

Définitions
Masse volumique apparente (ρm) est la masse
totale des trois phases dans un volume unitaire
du sol.
MT
ρm = Va air Ma=0
VT Vv
Vw eau Mw
Unité: t/m3, g/m3, kg/m3 Vt Mt

Vs sol Ms

SIVA
Diagramme des Phases 8
Copyright©2001

Définitions
Masse volumique saturée (ρsat) correspond à la masse
volumique quand tous les vides sont remplis de
l’eau.
Masse volumique déjaugée (ρ’) correspond à la
masse volumique effective du sol en cas de
saturation.
ρ’ = ρsat - ρw

SIVA 9
Copyright©2001

Définitions
La masse volumique séche
La densité sèche (ρd) est la densité du sol en état sec.

MS
ρd = Va air Ma=0
VT Vv
Vw eau Mw
Unités: t/m3, g/m3, kg/m3 Vt Mt

Vs sol Ms

SIVA
Diagramme des Phases
10
Copyright©2001

Définitions
Les poids volumiques (γ) apparent, saturé, sec et
déjaugé sont définis d’une manière analogue à la
mase volumique.
On utilise ici le poids (kN) au lieu de la masse (kg).
γ = ρg

N/m3 kg/m3 m/s2

La densité spécifique des grains du sol (Gs)


varie typiquement entre 2.6 et 2.8.

SIVA 11
Relations entre les phases
Copyright©2001

Considérons une fraction du sol ayant un volume


unitaire, soit Vs = 1.
Les volumes des
différentes phases
peuvent s’obtenir des air
définitions précédentes. e
Se eau Seρw
Les masses peuvent
s’obtenir de la relation:
Masse = Masse volumique x soil
Volume 1 Gsρw

volumes masses
SIVA Diagramme des Phases
Copyright©2001

Relations entre les phases


Des définitions précédantes, on obtient:
M W Se
w= =
M S GS
air
VV e e
n= = Se eau Seρw
VT 1 + e

1 sol Gsρw

Diagramme des Phases


SIVA 13
Copyright©2001

Relations entre les phases

M T GS + Se
ρm = = ρW
VT 1+ e
air
M T GS + e e
ρ sat = = ρW Se eau Seρw
VT 1+ e

MS GS 1 sol
ρd = = ρW Gsρw
VT 1+ e

SIVA
Diagramme des phases
14
Le compactage
Copyright©2001

Compactage ?

Il s’agit d’une simple technique d’amélioration du sol par


densification du sol sous un effort de compactage.

Effort de
Compactage

+ Eau =

2
SIVA
Copyright©2001

Masse volumique sèche (ρd) Courbe de compactage

- Grains du sol très denses

- Bonne résistance et rigidité


Ma

ρd, max - Faible perméabilité

Teneur en eau
Teneur en
eau optimum 3
SIVA
Copyright©2001

Courbe de compactage
Que se passe-t-il aux trois phases lors du compactage
avec ajout de l’eau ? air
Eau
( d)

Sol
che (ρ
Masse volumique sèche

Difficulté d’expulser
tout l’air

Indice des vides


minimal et densité
sèche maximale avec
une teneur en eau wopt
4
wopt Teneur en eau
SIVA
Copyright©2001

Courbe de saturation
- correspond à 100% de saturation
mique sèche (ρd)

Courbe de volume nul d’air (Sr =100%)


Gs ρ w
ρd =
1 + wGs
Sr <100%
Masse volumique

Sr >100% (impossible)

Toutes le courbes de
compactage doivent être à
gauche de la courbe de
saturation

Teneur en eau 5
SIVA
Copyright©2001

Effet de l’effort de compactage


L’augmentation de l’effort de
umique sèche (ρd)

compactage Fc conduit à :
Diminution de la teneur
en eau optimale
E2 (>E1)
Augmentation de la
Masse volumiqu

densité sèche maximale

E1

Teneur en eau 6
SIVA
Copyright©2001

Compactage et structure de l’argile

Une teneur en eau plus élevée


cture plus dispersée
ou un effort de compctage élevé
sèche (ρd)

conduisent à une structure plus


dispersée.
ue sè

Structure
Masse volumique

Structure plus dispersée

Teneur en eau 7
SIVA
Copyright©2001

Ligne d’optimum

Courbes de compactage pour differents


efforts
sèche (ρd)
e sèch
Masse volumique

Ligne d’optimum

Teneur en eau 8
SIVA
Copyright©2001

Compactage in-situ
Différents types de compacteurs :

Compacteur à rouleau lisse


Compacteur vibreur
Compacteur à rouleau pneumatique
Compacteur à
rouleau à dents

SIVA
Copyright©2001

Compactage in-situ
Compacteur à rouleau lisse

Compactage effectif sur 200-300 mm. Le sol doit ainsi


être déposé en couches superficielles minces
10
SIVA
Copyright©2001
Compactage in-situ
Compacteur vibreur

Adapté au compactage des faibles surfaces

Adapté aux sols granulaires (sables, graviers,…)


11
SIVA
Copyright©2001

Compactage in-situ
Cpmacteur à rouleaux à dents

Permet d’effectuer un malaxage


Adapté aux sols argileux
12
SIVA
Copyright©2001

Compactage in-situ
Compacteur à impact

Permet un compactage plus profond (2-3m) 13


SIVA
Copyright©2001

Contrôle du compactage
Le contrôle se fait intervalles réguliers
pour vérifier que le compactage est
conforme aux spécifications.

• Densité sèche maximale


ex: 1 test pour •Marge de teneur en eau
1000 m3 de sol
compacté

Mesures in-situ de ρd obtenues des essais :


• Essai au cône de sable
• Essai au Gamma-densimètre
14
SIVA
Copyright©2001

Essai de compactage au laboratoire


Obtenir la courbe de compactage et déterminer la
teneur en eau optimum et la densité sèche maximale
correspondante, et ce pour un effort de compactage
spécifié.

Essai Proctor standard Essai proctor modifié


• 3 couches • 5 couches

• 25 coups par couche • 25 coups par couche

• Dame de 2.7 kg • Dame de 4.9 kg

• Compactage à une •Compactage à une


hauteur de 300 mm hauteur de 450 mm

15
SIVA
Copyright©2001

Essai de contrôle de compactage


ρd Spécification du
compactage
Comparaison !
ρd,in-situ= ?
w
Win-situ = ?

Terrain compacté

16
SIVA
Copyright©2001

Compactage dynamique
- Pilonnage du terrain par une masse lourde
Adapté aux sols granulaires, remblais
et terrains Karstiques comportant des
cavités souterraines

Pilon (Dame)

Cratère créée par l’impact


(à remblayer)

SIVA
Copyright©2001

Compactage dynamique

Pilon (Dame)
Masse = 5-30 tonne
Hauteur = 10-30 m
SIVA
Copyright©2001

Compactage dynamique

SIVA
Copyright©2001

Vibroflotaison ou Vibrocompactage
Adapté aux sols granulaires
Pratiquée sous différentes
formes :
vibro–compactage
colonnes ballastées
vibro-remplacement

Vibreur
Longueur = 2 – 3 m
Diamètre = 0.3 – 0.5 m
Masse = 2 tonnes
(foncé dans le sol et vibré )
SIVA
Copyright©2001
Vibro-Compactage

SIVA
Copyright©2001
Vibro-Compactage

SIVA
Copyright©2001
Vibro-Compactage

SIVA
Copyright©2001
Vibro-Compactage

SIVA
Copyright©2001
Vibro-Compactage

SIVA
Copyright©2001

Colonnes ballastées

Le vibreur s’enfonce en ..et compacté par Colonne ballastée


Forage rempli
créant un forage dans vibration finie
par ballast 26
le sol mou
SIVA
Copyright©2001

Compactage par explosion


Pour la densification des
sols granulaires

Explosion Post-explosion

27
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Excavateur géant (voir le mini-bus à gauche


pour comparaison !) 28
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Destiné à l’Etalement du sol


29
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Bulldozer pour l’étalement du sol


30
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Chargeur

31
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Backhoe
32
SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Excavateur hydraulique monté sur grue 33


SIVA
Copyright©2001

Equipement d’excavation

Briseur des roches

34
SIVA
La consolidation des
argiles
Consolidation ?

Quand un sol argileux saturé subit une charge,

T.N

Argile saturée

l’eau est expulsée des vides du squelette argileux


pendant un certain temps (à cause de la faible
perméabilité de l’argile ).
SIVA Copyright©2001 2
Consolidation ?

Un tel phénomène conduit à des tassements pendant un


temps plus ou moins important,
ment
tassemen

temps

et qui peut être des fois de plusieurs années !

SIVA Copyright©2001 3
Dans les sols granulaires…

Les sols granulaires sont perméables et autorisent ainsi un


drainage instantané de l’eau. Le tassement est ainsi
instantané.
Tasseement

temps

SIVA Copyright©2001 4
Durant la consolidation…

A cause de la surcharge q appliquée en surface, les contraintes


effectives et pressions interstitielles varient au point A,

q kPa

GL
et, varient dans le temps.
∆σ Contrainte totale
∆u Pression interstitielle
A
∆σ’ Contrainte effective
Argile saturée

SIVA Copyright©2001 5
Durant la consolidation…
∆σ reste inchangée (=q) durant la consolidation.
∆u diminue (à cause du drainage) alors que ∆σ’ augmente,
transférant la charge de l’eau aux grains du sol.
q kPa ∆σ
∆u
GL
∆σ ∆σ’
∆u
A
∆σ’
Argile saturée q

SIVA Copyright©2001 6
Consolidation unidimensionnelle (1D)

~Le drainage et les déformations sont verticaux(non latéraux)


~ Il s’agit d’une simplification pour la résolution des équations
de la consolidation q kPa
GL

Eau expulsée
simplification
acceptable si la
Argile saturée surcharge s’applique
sur une grande
surface

SIVA Copyright©2001 7
Relation entre ∆H et ∆e

∆H
Déformation verticale =
Ho
q kPa
T.N q kPa
∆H
T.N

Ho
Argile saturée
Argile saturée
e = eo
e = eo - ∆e

Temps= 0+ Temps= ∝
SIVA Copyright©2001 8
Relation entre ∆H et ∆e

Considérons un élément ayant un volume des grains solides


Vs = 1:
∆e
eo

Temps=0+ Temps= ∞

∆e
La déformation verticale=
1 + eo
SIVA Copyright©2001 9
Relation entre ∆H et ∆e

En égalisant les deux équations précédentes, on obtient :

Tassement de Variation de l’indice


consolidation des vides
∆H
∆H ∆e
=
Ho 1 + eo
Indice des vides
Epaisseur initiale
initial
de la couche

SIVA Copyright©2001 10
Coefficient de compressibilité volumique

~ Noté par mv

~ C’est la déformation volumique dans un échantillon


d’argile par augmentation unitaire des contraintes
Pas d’unité !

Variation de volume
=
Volume initial ∆V
C’est à dire :
mv = V
∆σ
kPa-1 ou MPa-1 kPa ou MPa
SIVA Copyright©2001 11
Essai de consolidation

~ Simulation au laboratoire de la consolidation 1-D


d’un terrain argileux
T.N
Pierre
poreuse

Echantillon intact du sol


Anneau métallique
Dia = 50-75 mm
(oedomètre)
Hauteur = 20-30 mm

Terrain argileux Laboratoire

SIVA Copyright©2001 12
Essai de consolidation oedométrique

Chargement par incréments


Atteindre une consolidation complète avant l’incrément suivant de charge

∆q1 ∆q2
∆H1
H o eo eo- ∆e1 eo- ∆e2

∆H1 ∆H 2
∆e1 = (1 + eo ) ∆e2 = (1 + eo )
Ho Ho

SIVA Copyright©2001 13
Essai de consolidation oedométrique

Déchargement

SIVA Copyright©2001 14
Courbe de compressibilité e – log σv’
- A partir de l’ essai de consolidation oedométrique

Chargement :
σv augmente &
e diminue
Indice des vides e

Déchargement :
σv’ diminue &
e augmente

log σv’
SIVA Copyright©2001 15
Indices de Compression et de gonflement

Cs ~ Indice ou coefficient de
surconsolidation
Cs
1
Cc ~ Indice ou coefficient
ides
Indice des vides

de compression

Cc

Cr ~ indice de gonflement
Cr
1

log σv’
SIVA Copyright©2001 16
Contrainte de préconsolidation

C’est la plus
grande contrainte
void ratio effective sous
laquelle le sol s’est
consolidé

σp’ log σv’


Contrainte de Préconsolidation
SIVA Copyright©2001
Ligne de consolidation vierge

Etat
initial
Ligne de Consolidation Vierge LCV
eo
Indice des vides

eo, σvo’

σp’ log σv’


σvo’
SIVA Copyright©2001 18
Rapport de surconsolidation (OCR)

Etat
initial
Ligne de consolidation
eo vierge LCV

σ p'
Indice des vides

σvo’ OCR =
σ vo '

Terrain σp’ log σv’


σvo’
SIVA Copyright©2001
Rapport de surconsolidation (OCR)

VCL

~Etat actuel OCR=1


OCR=13 Argile
normalement
consolidée
OCR=2
Indice des vides
OCR=13
Argile très
surconsolidée OCR=2

Argile légèrement
suconsolidée
log σv’
SIVA Copyright©2001
Calcul du tassement oedométrique

Il existe deux méthodes de calcul


du tassement oedométrique de
consolidation :
q kPa
(a) à partir de mv
Tassement = mv ∆σ H
∆σ=q
H
(b) à partir de la courbe e-log σv’
Diapo suivante
eo, σvo’, Cc Cr, ∆e
σp’, mv Tassement = H
-Essai
oedometrique
1 + eo
SIVA Copyright©2001
Calcul du tassement oedométrique
~ calcul de ∆e à partir de la courbe e-log σv’

Si l’argile est normalement consolidée, tout le chemin de


chargement se fait le long de la ligne LCV

Etat
eo initial

∆e ligne LCV
σ vo '+ ∆σ '
∆e = Cc log
σ vo '
σvo’ σvo’+ ∆σ
SIVA Copyright©2001
Calcul du tassement oedométrique
~ calcul de ∆e à partir de la courbe e-log σv’

Si l’argile est initialement surconsolidée, et elle le reste,

σ vo '+ ∆σ '
∆e = Cs log
σ vo '
initial
eo

∆e
Note l’utilisation de Cs
VCL

σvo’ σvo’+ ∆σ
SIVA Copyright©2001
Calcul du tassement oedométrique
~ calcul de ∆e à partir de la courbe e-log σv’

Si l’argile est initialement surconsolidée, et


devient par la suite normalement consolidée,

σ p' σ vo '+ ∆σ '


∆e = C s log + Cc log
initial
σ vo ' σ p'
eo

∆e

LCV
σvo’ σp’ σvo’+ ∆σ
SIVA Copyright©2001
Préchargement

Exemple: Préchargement d’un site argileux pour


un projet d’autoroute à West Kowloon, Hong Kong.
(Remblais de 5-10 m pour 2-5 mois)
SIVA Copyright©2001 26
Préchargement
Les piézomètres mesurent les pressions interstitielles et
indiquent ainsi la fin de consolidation.

SIVA Copyright©2001 27
Préchargement

Section droite du DVP

Installation

Drain Verticaux Préfabriqués pour accélérer la consolidation


SIVA Copyright©2001 28
Drains Verticaux Préfabriqués

Installation des DVP


SIVA Copyright©2001 29
Résistance au
cisaillement des sols
Rupture par cisaillement
La rupture des sols se manifeste généralement
par cisaillement
cisaillement.
Remblai

Semelle
continue

Surface de rupture Résistance au


cisaillement mobilisée

Au moment de la rupture, les contraintes de cisaillement le long


de la surface de rupture atteignent la résistance au cisaillement
cisaillement.
Rupture par cisaillement

Surface de rupture
Les grains du sol glissent
les uns par rapport aux
autres le long de la
surface de rupture.

Les grains ne s’écrasent


pas.

3
SIVA Copyright©2001
Rupture par cisaillement

Au moment de la rupture, les contraintes de


cisaillement (τ) le long de la surface de rupture
atteignent la résistance au cisaillement (τf). 4
SIVA Copyright©2001
Critère de rupture de Mohr-
Mohr-
Coulomb
τ
τ f = c + σ tan φ

Cohesion Angle de
τf frottement
c
σ
σ
τf est la contrainte de cisaillement maximale que le sol peut
supporter, sous une contrainte normale donnée σ. 5
SIVA Copyright©2001
Critère de rupture de Mohr-
Mohr-
Coulomb
τ La résistance au cisaillement est compoése
de deux composantes: résistance cohésive
et une résistance frictionelle
frictionelle.

τf
τ f = c + σ f tan φ
σf tan φ Résistance
φ frictionelle

c c
σf σ

6
SIVA Copyright©2001
C et φ sont des paramètres de la résistance au
cisaillement. Cette dernière est est d’autant élevée que
ces paramètres sont élevés.
Cercles de Mohr & enveloppe de
rupture
τ

Y
X X
Y Echantillons du sol à
σ
différentes positions
X ~ Rupture
Y ~ stable (pas de rupture)
Cercles de Mohr Circles & enveloppes
de rupture
L’échantillon du sol ne se rompt pas si le cercle de
Mohr correspondant est contenu dans l’enveloppe
de résistance.
TN

∆σ
σc
Y σc
σc σc+∆σ
Initiallement, le cercle de Mohr
∆σ
est un point
Cercles de Mohr& enveloppe de
rupture Au fur et à mesure que le
chargement augmente, le
cercle de Mohr augmente&

GL

∆σ
σc
Y σc
σc

.. Finalement, la rupture se
manifeste quand le cercle de
Mohr touche l’enveloppe.
Orientation du plan de rupture
Le plan de rupture
est orienté de
(45 + φ/2 ) par
Y
rapport à
l’horizontale
45 + φ/2
TN
45 + φ/2
∆σ
σc φ
Y σc 90+φ

σc σc+∆σ
Cercles de Mohr en termes de σ & σ’

σv σv’ u

σh σ h’ u
X
= X
+ X

Contraintes effectives
Contraintes totales

σ h’ σv’ σh σv
u
Envelopes en termes de σ & σ’
Echantillons identiques
soumis initialement à des ∆σf
contraintes isotropes
différentes (σc) et chargés
σc σc
ensuite axialement jusqu’à
la rupture. σc
σc
uf
Initialement Rupture

c, φ
En termes de σ
A la rupture,
σ3 = σc; σ1 = σc+∆σf
c’, φ’
σ3’ = σ3 – uf ; σ1’ = σ1 - uf
En termes de σ’
Appareil de l’essai triaxial
piston (pour appliquer la contrainte
déviatorique)

Plan de rupture
Anneau type O

Membrane
imperméable
Echantillon de sol
en rupture
Pierre
poreuse
Cellule

eau

Pression de le cellule
Pression interstitielle
Contre-pression ou variation du
Socle volume

14
SIVA Copyright©2001
Différents types de l’essai
triaxial Déviateur de
contraintes (∆σ)

Chargement
isotropique par σc Cisaillement
(Chargement)

Le drainage de l’eau est-il permis? Le drainage est-il permis?

Oui Non Oui Non

Echantillon Echantillon Chargement Chargement


Consolidé drainé non drainé
non consolidé
15
SIVA Copyright©2001
Différents types d’essai triaxial
Le type d’essai dépend de la possibilité de
drainage durant:
l’application de la contrainte isotrope initiale,
le cisaillement.
Il existe trois types courants d’essai triaxial
qui ont une signification pratique, à savoir:

Consolidé Drainé (Essai CD)


Consolidé Non drainé (Essai CU)
Non consolidé Non drainé (Essai UU)

16
SIVA Copyright©2001
Essais triaxiaux CD
CD,, CU et UU
Essai Consolidé Drainé (Essai CD)
Pas de surpression interstitielle durant tout l’essai
(∆u=0)
Cisaillement très lent pour éviter la génération d’une
surpression interstitielle
Peut durer des jours!

Permet de mesurer C’ et φ’

C’ et φ’ sont utiles pour l’analyse du


comportement drainé du sol (stabilité à
long terme, chargement très lent)

18
SIVA Copyright©2001
Essais triaxiaux CD
CD,, CU et UU
Essai Consolidated non drainé avec mesure
de u (essai
(essai CU+u
CU+u))
La pression interstitielle se manifeste au cours du
cisaillement
Mesure de u On déduit σ’

Permet de mesurer C’ et φ’

Essai plus rapide que CD (Il est préférable pour


déterminer C’ et φ’)

19
SIVA Copyright©2001
Essais triaxiaux CD
CD,, CU et UU
Essai non consolidé non Drainé (UU)
La pression interstitielle se manifeste au cours du
cisaillement
Non mesurée, donc
σ’ inconnue
Permet de mesurer Cu et φu φu = 0; c’est à dire que
l’enveloppe de rupture est
Essai très rapide
horizontale

Cu et φu sont utiles pour l’analyse du


comportement non drainé du sol (stabilité à
court terme, sollicitation très lente)

20
SIVA Copyright©2001
Critère de rupture de Mohr-
Mohr-Coulomb en
termes de contraintes principales
σ1
X σ3
X

Echantillon du sol en rupture

σ3 σ1

2
σ 1 = σ 3 tan (45 + φ / 2) + 2c tan( 45 + φ / 2)
2
σ 3 = σ 1 tan (45 − φ / 2) − 2c tan( 45 − φ / 2)
σv Point de contraintes
σh X

τ t Point de contraintes
Point de
contraintes

(σv-σh)/2

σh σv σ s
(σv+σh)/2
σv −σh
t=
2
σv +σh
s=
2
Copyright©2001
22
SIVA
Chemin de contraintes
Le chemin de
Durant le chargement… contraintes est le
lieu des points
de contraintes
τ t

Chemin de
contraintes
σ s

Le chemin de contraintes est une méthode commode


de suivre l’évolution du chargement par rapport à
l’enveloppe de rupture.
23
SIVA Copyright©2001
Enveloppes de rupture

τ t rupture

φ tan-1 (sin φ)

c c cos φ Chemin de
contraintes
σ s

Durant le chargement (cisaillement)….

24
SIVA Copyright©2001
Paramètres de pression interstitielle

La surpression interstitielle peut être


estimée, lors d’un chargement non drainé,
en termes de contraintes totales selon
Skempton (1954):
∆σ1
∆u = B[∆σ 3 + A( ∆σ 1 − ∆σ 3 )]
Y ∆σ3

∆u = ? A, B: Paramètres de
pression intertsitielle de
Skempton
Paramètres de pression interstitielle
Paramètre B

B = f (saturation,..)
Dans les sols saturés, B ≈ 1.

Paramètre A (Paramètre Af au cours de la rupture)


Af = f(OCR), OCR: Degré de surconsolidation

Dans les argiles normalement consolidées Af ≈ 1.

Dans les argiles très surconsolidées Af est négatif.

Vous aimerez peut-être aussi