Vous êtes sur la page 1sur 32

ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 500-1


Novembre 1995

Indice de classement : E 58-040

ICS : 91.220

Machines mobiles
pour la construction de routes
Sécurité
Partie 1 : Exigences communes

E : Mobile road construction machinery — Safety — Part 1 : Common


requirements
D : Bewegliche Straßenbaumaschinen — Sicherheit — Teil 1 : Gemeinsame
Anforderungen
© AFNOR 1995 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 octobre 1995 pour prendre
effet le 20 novembre 1995.

Correspondance La norme européenne EN 500-1:1995 a le statut d'une norme française.

Analyse Le présent document est la première partie d'une série de six normes de
type C (normes de sécurité traitant de produits) sur les machines mobiles
pour la construction de routes (voir avant-propos national). Il s'adresse aux
concepteurs pour obtenir une présomption de conformité à la Directive
«Machines» 89/392/CEE modifiée par les Directives 91/368/CEE, 93/44/CEE et
93/68/CEE.
Il fixe les règles de sécurité liées :
— à l'ergonomie (siège, poste de l'opérateur, commandes, visibilité, etc.) ;
— aux circuits autres qu'électriques ;
— à la maintenance des machines.
Il définit en outre, à destination des utilisateurs, le contenu minimal de la notice
d'instructions et le marquage minimum que doit porter chaque machine.

Descripteurs Thésaurus International Technique : route, construction, matériel de chantier,


matériel mobile, sécurité, exigence, prévention des accidents, risque, mesure
de protection, conception, ergonomie, poste de travail, signalisation, symbole
graphique, marquage.

Modifications
Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex — Tél. : (1) 42 91 55 55

© AFNOR 1995 AFNOR 1995 1er tirage 95-11-F


Machines de génie civil UNM 451

Membres de la commission de normalisation


Président : M BATAILLÉ
Secrétariat : MLLE VECCHIA — UNM

M AUMAS INRS
M BATAILLÉ UNM
M BERTRAND CATERPILLAR
M CALLIES AIMCC
M CHAMPENOIS CHAMPENOIS
M CHINA BNSR
M COHEN CEBTP
M DE LA ROCHETHULON FICIME
M DESCHESNE GAPAVE
M DEVAUD
M DIVAY CATERPILLAR
M DONATI INRS
M DUSSART GAPAVE
MME DUSSAUGEY MTPS
M ELGUEDJ FIB
M FERNANDEZ INRS
M FERNANDEZ JCB FRANCE
M FOURNIER ECOMAT
M GAMBELLI FEDERATION INDUSTRIE MECANIQUE
M GILBERT DLR
M GILLARD UNPG
M GRASSER EUROVOIRIE
M HRABOVSKY BNTEC
M JACOB SIO
M JACQUES INRS
M JOUNEAU MIN EQUIPEMENT ET TRANSPORT
M LANFRAY MIN TRAVAIL
MME LARCADA AFNOR
M LAZAR MIN TRAVAIL
M LE DANTEC CRAM CENTRE
M LE PAGE EUROGIP
M LEROUGE SOCIETE CHIMIQUE DE LA ROUTE
M LOSSY BONNE ESPERANCE
M MAHON SKAKO COUVROT
M MALBRUNOT
M MARCONNET ERMONT
M MARIE CASE POCLAIN
M MOREAU USIRF
M MOURET OPPBTP
M PACHERIE AIF/SERVICES
M PELOUX MTPS
M PERRIN EUROVOIRIE
M PETRINI-POLI BERGEAUD
M POULOT FNTP
M RICHARD ACMAR
M TELLIER CRAM BRETAGNE
M TISSERAND INRS
M UROZ SYTRAMINES
M VALEUX CETE NORMANDIE CENTRE/CER
M WENDLING EST RINCHEVAL
M WOLVILLE MIN TRAVAIL
—3— NF EN 500-1:1995

Avant-propos national
Le présent document résulte des travaux du CEN/TC 151 menés au sein du groupe WG 5.
La norme EN 500-1 est intégrée dans une série de six normes, les parties de l'EN 500 «Machines mobiles
pour la construction de routes — Sécurité» étant, à ce jour :
— Partie 1 : Exigences communes (E 58-040).
— Partie 2 : Exigences spécifiques pour engins de fraisage de chaussée (E 58-105).
— Partie 3 : Exigences spécifiques pour engins de stabilisation de sol (E 58-106).
— Partie 4 : Exigences spécifiques pour engins de compactage (E 58-107).
— Partie 5 : Exigences spécifiques pour découpeurs de joints (E 58-108).
— Partie 6 : Exigences spécifiques pour finisseurs (E 58-109).
Les parties 2 à 6 doivent être utilisées en complément du présent document EN 500-1 (indice de classe-
ment : E 58-040) traitant des questions communes aux machines mobiles pour la construction des rou-
tes, et qui s'applique à l'ensemble des machines pour lesquelles il n'existe pas (encore) de norme
spécifique.

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives » et les normes fran-
çaises identiques est la suivante :
EN 292-1 : NF EN 292-1 (indice de classement : E 09-001-1)
EN 292-2 : NF EN 292-2 (indice de classement : E 09-001-2)
prA1:1993
EN 294 : NF EN 294 (indice de classement : E 09-010)
EN 500-4 : NF EN 500-4 (indice de classement : E 58-107)
EN 23411 : NF EN 23411 (indice de classement : E 58-058)
EN 25353 : NF EN 25353 (indice de classement : E 58-062)
ENV 1070 : E 09-003
ISO 3457 : NF EN ISO 3457 (indice de classement : E 58-056)
ISO 3795 : NF ISO 3795 (indice de classement : U 02-085)
1)
ISO 5010 : NF EN 25010 (indice de classement : E 58-114)
ISO 6405-1 : NF ISO 6405-1 (indice de classement : E 58-011-1)
ISO 6682 : NF EN ISO 6682 (indice de classement : E 58-013)
ISO 9249 : NF ISO 9249 (indice de classement : E 58-115)
La correspondance entre la norme mentionnée à l'article «Références normatives» et la norme française
de même domaine d'application mais non identique est la suivante :
ISO/DIS 3046-1 1) : NF E 37-200
Les autres normes mentionnées à l'article «Références normatives» n'ont pas de correspondance dans la
collection des normes françaises : elles peuvent être obtenues auprès d'AFNOR.

1) Actuellement au stade de projet.


NORME EUROPÉENNE EN 500-1
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Septembre 1995

ICS : 91.220
Descripteurs : route, construction, matériel de chantier, matériel mobile, sécurité, exigence, prévention
des accidents, risque, mesure de protection, conception, ergonomie, poste de travail, signa-
lisation, symbole graphique, marquage.

Version française

Machines mobiles pour la construction de routes —


Sécurité — Partie 1 : Exigences communes

Bewegliche Straßenbaumaschinen — Sicherheit — Mobile road construction machinery — Safety —


Teil 1: Gemeinsame Anforderungen Part 1: Common requirements

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 1995-06-29.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être
obtenues auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une ver-
sion faite dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue
nationale, et notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne,
Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Nor-
vège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 1995 Tous droits de reproduction et de communication sous toutes formes et par tous moyens, réservés
au CEN et à ses membres pour tous pays.
Réf. no EN 500-1:1995 F
Page 2
EN 500-1:1995

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

0 Introduction ....................................................................................................................................... 4

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives ..................................................................................................................... 5

3 Définitions ......................................................................................................................................... 5
3.1 machines mobiles pour la construction de routes ......................................................................... 5
3.2 masse opérationnelle ........................................................................................................................ 6

4 Liste des phénomènes dangereux .................................................................................................. 6

5 Exigences de sécurité ....................................................................................................................... 7


5.1 Éclairage ............................................................................................................................................. 7
5.2 Conception de la machine en vue de sa manutention ................................................................... 8
5.2.1 Ancrages pour le levage et le chargement ..................................................................................... 8
5.2.2 Ancrages d'arrimage de la machine ................................................................................................ 8
5.2.3 Remorquage ...................................................................................................................................... 8
5.2.4 Machines de construction à conducteur à pied .............................................................................. 8
5.2.5 Systèmes de direction ...................................................................................................................... 9
5.2.6 Cale de freinage ................................................................................................................................. 9
5.2.7 Cabines ............................................................................................................................................... 9
5.2.8 Emplacement de rangement ............................................................................................................ 9
5.3 Poste de conduite .............................................................................................................................. 9
5.3.1 Généralités ......................................................................................................................................... 9
5.3.2 Poste de conduite avec cabine ....................................................................................................... 10
5.4 Siège de l'opérateur ........................................................................................................................ 10
5.5 Organes de service .......................................................................................................................... 10
5.6 Mise en marche ............................................................................................................................... 11
5.7 Arrêt .................................................................................................................................................. 11
5.8 Risques de chutes, accès au poste de l'opérateur ou aux points d'intervention ....................... 12
5.9 Prévention des risques liés aux éléments mobiles ...................................................................... 12
5.10 Prévention des risques dus à des sources d'énergie non électriques ........................................ 12
5.11 Protection contre les incendies ...................................................................................................... 12
5.12 Risques dus aux températures extrêmes ...................................................................................... 12
5.13 Avertisseurs sonores et signalisations .......................................................................................... 12

6 Notice d’instructions ...................................................................................................................... 13

7 Marquage ......................................................................................................................................... 14

8 Vérification des exigences et/ou mesures de sécurité ................................................................ 14

Annexe A (normative) Liste des machines mobiles de construction de routes ......................................... 15

Annexe B (normative) Dimensions du siège de l'opérateur ......................................................................... 16

Annexe C (normative) Manivelles de démarrage .......................................................................................... 18

Annexe D (normative) Distances d'atteinte au travers d'ouvertures pour les membres inférieurs ......... 23
Page 3
EN 500-1:1995

Avant-propos

La présente norme européenne a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 151 «Machines de génie
civil et de production de matériaux de construction — Sécurité» dont le secrétariat est tenu par le DIN.
La présente norme européenne a été élaborée dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la Commis-
sion Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange et vient à l'appui des exigences essentiel-
les de la (des) Directive(s) CE.
L'annexe A est normative et contient «Liste des machines mobiles de construction de routes», l'annexe B
est normative et contient «Dimensions du siège de l'opérateur», l'annexe C est normative et contient
«Manivelle de démarrage» et l'annexe D est normative et contient «Distances d'atteinte au travers d'ouver-
tures pour les membres inférieurs».
L'EN 500 «Machines mobiles pour la construction de routes — Sécurité» est composée des parties
suivantes :
— Partie 1 : Exigences communes.
— Partie 2 : Exigences spécifiques pour engins de fraisage de chaussée.
— Partie 3 : Exigences spécifiques pour engins de stabilisation de sol.
— Partie 4 : Exigences spécifiques pour engins de compactage.
— Partie 5 : Exigences spécifiques pour découpeurs de joints.
— Partie 6 : Exigences spécifiques pour finisseurs.
Cette norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte iden-
tique, soit par entérinement, au plus tard en mars 1996, et toutes les normes nationales en contradiction
devront être retirées au plus tard en mars 1996.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les pays suivants sont tenus de mettre cette norme euro-
péenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce,
Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Suisse.
Page 4
EN 500-1:1995

0 Introduction
L'étendue des phénomènes dangereux couverts est indiquée dans le domaine d'application de cette
norme. De plus, les machines doivent être conformes de façon adéquate à l'EN 292:1991 pour les phéno-
mènes dangereux non couverts par cette norme.
Les phénomènes dangereux qui sont spécifiques à tous les équipements de machines mécaniques, élec-
triques, hydrauliques et autres et qui sont traités dans des normes d'aspect général (normes de types A,
B1 et B2) ne sont pas contenus dans cette norme. La référence à de telles normes pertinentes est faite
quand ces normes sont applicables et donc nécessaires.
Une révision de la série de norme EN 500 est prévue à court terme de façon à prendre en compte les nor-
mes et législations à venir.

1 Domaine d’application
1.1 La présente partie de cette norme européenne prescrit les exigences de sécurité applicables aux
machines mobiles de construction de routes 1). Cette norme s'applique aux machines mobiles de construc-
tion de routes figurant dans la liste de l'annexe A.
Elle prescrit les exigences communes pour la conception et la construction des machines mobiles de cons-
truction de routes afin de protéger les travailleurs des accidents et des risques d'atteinte à leur santé qui
pourraient survenir pendant la manœuvre, le chargement, le transport ou l'entretien de ces machines.
Des exigences spécifiques additionnelles pour certains types de machines mobiles de construction de rou-
tes sont précisées dans les parties 2 à 6 de la présente norme européenne.
La présente partie de norme européenne prescrit des exigences de sécurité applicables à tous les types de
machines pour la construction de routes et doit être utilisée conjointement avec une des parties 2 à 6. Ces
parties qui sont spécifiques aux machines ne répètent pas les exigences de la partie 1 mais elles complè-
tent ou remplacent des exigences applicables à la machine correspondante.
Les exigences spécifiques aux machines dans les parties 2 à 6 prévalent sur les exigences de cette norme.
Pour des types de machines de construction de routes qui ne sont pas traités dans les parties 2 à 6,
l'EN 500-1:1995 est à appliquer.

1.2 Cette norme traite les phénomènes dangereux significatifs résultant des machines mobiles de cons-
truction de routes, quand elles sont utilisées normalement et dans les conditions prévues par le construc-
teur (voir article 4).

NOTE 1 : En l'absence de normes applicables, les risques liés à une mauvaise visibilité, dus aux
vibrations et au bruit ne sont pas traités dans cette norme à ce jour.

NOTE 2 : En outre les risques résultant de la manipulation de gaz liquide (butane/propane) ne sont
pas traités tant que les données du groupe de travail CEN/TC 181 ne sont pas disponibles.

1.3 Cette norme s'applique aux machines qui sont fabriquées après la date de parution de la présente
norme européenne.

1) Pour les déplacements sur la voie publique, la réglementation routière nationale s'applique.
Page 5
EN 500-1:1995

2 Références normatives
Cette norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publica-
tions. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont
énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quel-
conque de ces publications ne s'appliquent à cette norme européenne que s'ils y ont été incorporés par
amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il
est fait référence s'applique.
EN 292-1 1991 Sécurité des machines — Notions fondamentales, principes généraux de concep-
tion — Partie 1 : Terminologie de base, méthodologie.
EN 292-2/ 1991 Sécurité des machines — Notions fondamentales, principes généraux de concep-
prA1 1993 tion — Partie 2 : Principes et spécifications techniques.
EN 294 1992 Sécurité des machines — Distances de sécurité pour empêcher l'atteinte des zones
dangereuses par les membres supérieurs.
EN 500-4 1995 Machines mobiles de construction de routes — Partie 4 : Exigences spécifiques
pour engins de compactage.
EN 23411 1988 Engins de terrassement — Dimensions ergonomiques des conducteurs et espace
enveloppe minimal.
EN 25353 1988 Engins de terrassement et tracteurs et matériels agricoles et forestiers — Point
repère du siège.
ENV 1070 Sécurité des machines — Terminologie.
ISO 2860 1992 Engins de terrassement — Dimensions minimales des passages.
ISO 2867 1986 Engins de terrassement — Moyens d'accès.
ISO/DIS 3046-1 1993 Moteurs alternatifs à combustion interne — Performance — Partie 1 : Conditions
normales de référence, déclaration de la puissance et de la consommation de car-
burant et d'huile de graissage, méthodes d'essai.
ISO 3457 1986 Engins de terrassement — Tôles et plaques — Définitions et spécifications.
ISO 3795 1989 Véhicules routiers et tracteurs et matériels agricoles et forestiers — Détermination
des caractéristiques de combustion des matériaux intérieurs.
ISO 5010 1992 Engins de terrassement — Engins équipés de pneumatiques — Systèmes de direc-
tion.
ISO 6405-1 1991 Engins de terrassement — Symboles pour les commandes de l'opérateur et autres
indications — Partie 1 : Symboles communs.
ISO 6682 1986 Engins de terrassement — Zones de confort et d'accessibilité des commandes.
ISO 6750 1984 Engins de terrassement — Emploi et entretien — Présentation et contenu des
manuels techniques.
ISO 9249 1989 Engins de terrassement — Code d'essai des moteurs — Puissance nette.
ISO 9533 1989 Engins de terrassement — Avertisseurs sonores de marche avant et de marche
arrière montés sur engins — Méthode d'essai acoustique.

3 Définitions
Pour les besoins de la présente norme, les définitions de l'ENV 1070 et les suivantes s'appliquent :

3.1 machines mobiles pour la construction de routes


Des machines mobiles pour la construction de routes sont des machines prévues pour la construction,
l'entretien et le marquage des routes. Ces machines figurent dans l'annexe A de cette norme.
Page 6
EN 500-1:1995

3.2 masse opérationnelle


La masse opérationnelle correspond à la masse à vide de la machine de base plus la masse de tous les
outils et accessoires, plus celle du réservoir d'huile plein, celle des réservoirs de carburant et d'eau à moitié
pleins (dans le cas par exemple d'une installation d'arrosage) et un supplément de 75 kg par opérateur.

4 Liste des phénomènes dangereux


Cet article contient tous les phénomènes dangereux, autant qu'ils sont traités dans cette série de nor-
mes pour les machines mobiles pour la construction de routes, identifiés par l'estimation du risque
comme étant spécifiques aux machines mobiles de construction de routes, qui sont définies dans le
paragraphe 1.1 et qui nécessitent des mesures pour éliminer ou réduire le risque.
Les phénomènes dangereux causés par les risques classés dans le tableau 1 sont éliminés ou minimisés
en combinant les mesures techniques décrites dans l'article 5 de cette norme et celles décrites dans les
parties suivantes.

Tableau 1 : Liste des phénomènes dangereux

Paragraphe Risque

4.1 Risque d'écrasement

4.2 Risque de cisaillement

4.3 Risque de coupure ou de sectionnement

4.4 Risque de happement, d'enroulement

4.5 Risque d'entraînement ou d'emprisonnement

4.6 Risque de choc

4.7 Risque d'éjection de fluide sous pression

4.8 Risque dû à l'éjection d'éléments (de la machine elle-même ou de la matière/pièce usinée)

4.9 Perte de stabilité (de la machine elle-même)

4.10 Risque de perte d'équilibre et de chute de personnes en relation avec la machine

4.11 Risque dû au contact électrique — direct ou indirect

4.12 Risque lié aux rayonnements thermiques ou autres phénomènes tels que la projection de particules
en fusion, et des effets chimiques résultant d'un court-circuit ou d'une surcharge

4.13 Brûlures, par contact, par flammes ou par explosions et par le rayonnement de sources de chaleur

4.14 Effets nocifs pour la santé dus à un environnement de travail chaud ou froid

4.15 Risques résultant du contact ou de l'inhalation de fluides, gaz, fumées, poussières, brouillards nocifs

4.16 Risque d'incendie et/ou d'explosion

4.17 Mauvaises postures ou efforts excessifs

4.18 Inadéquation par rapport à l'anatomie humaine c'est-à-dire mains-bras ou pied-jambe

(à suivre)
Page 7
EN 500-1:1995

Tableau 1 : Liste des phénomènes dangereux (fin)

Paragraphe Risque

4.19 Risque lié à un éclairage local insuffisant

4.20 Risque résultant d'erreurs humaines

4.21 Risque engendré par une combinaison de risques

4.22 Défaillance de l'alimentation en énergie (de l'énergie ou des circuits de commande)

4.23 Risque dû à une éjection imprévue de fluides ou d'éléments de machine

4.24 Risque lié à la défaillance, dysfonctionnement du système de commande (démarrage imprévu ou


survitesse imprévue)

4.25 Risque dû aux erreurs de montage

4.26 Risque dû au renversement ou perte de stabilité imprévue de la machine

4.27 Risque engendré par l'absence (temporaire) et/ou le positionnement incorrect des mesures/moyens
relatifs à la sécurité, par exemple :

4.27.1 — tous les types de protecteurs

4.27.2 — tous les types de dispositifs de protection

4.27.3 — dispositifs de mise en marche et d'arrêt

4.27.4 — signaux et pictogrammes de sécurité

4.27.5 — tous les types d'information ou de dispositifs d'alerte

4.27.6 — équipements et accessoires essentiels pour la sécurité de la mise au point et de la


maintenance

5 Exigences de sécurité
Cet article donne les exigences et/ou mesures sur les phénomènes dangereux pour lesquels une action
particulière apparait nécessaire.
Pour des exigences et/ou mesures applicables qui sont déjà contenues dans d'autres normes — précisé-
ment dans l'EN 292:1991 parties 1 et 2 et dans l'annexe A de l'EN 292:1991 partie 2 ou dans des normes de
type B — il fait référence aux paragraphes et/ou catégories de performances applicables de ces normes.

5.1 Éclairage
Les machines mobiles de construction de routes à conducteur porté dont la puissance nette (voir 7 g))
dépasse 20 kW doivent être fournies avec un système d'éclairage de travail. Des feux d'arrêt et/ou de recul
ne sont pas obligatoires pour les machines pour la construction de routes.
L'intensité d'illumination doit être d'un minimum de 15 lx à une distance de 10 m de la machine dans les
directions de déplacement, et mesurée au niveau du sol aux points C, D, E et F, G, H suivant la figure 1.
Page 8
EN 500-1:1995

Figure 1

5.2 Conception de la machine en vue de sa manutention


5.2.1 Ancrages pour le levage et le chargement
Des ancrages appropriés (trous, oreilles, œillets) doivent être montés afin d'assurer un chargement, un
dépannage et un transport sûrs.
Pour les machines mobiles de construction de routes dont la masse opérationnelle est inférieure à 40 kg,
de tels ancrages peuvent avoir la forme de poignées.
Les ancrages doivent faciliter un accrochage fiable des moyens de levage et être disposés de façon à per-
mettre un accrochage sûr de la machine durant le levage et le dépannage.

NOTE : Des exigences vérifiables applicables aux ancrages pour le levage et le chargement ne peu-
vent être actuellement données.

5.2.2 Ancrages d’arrimage de la machine


Des ancrages appropriés doivent être prévus pour l'arrimage de la machine durant le transport. Ceux-ci
peuvent être identiques aux ancrages prévus pour le levage et le chargement.

5.2.3 Remorquage
Les machines mobiles de construction de routes dont la masse opérationnelle totale dépasse 2 000 kg doi-
vent être équipées afin de permettre un remorquage lent sur de courtes distances (jusqu'à 300 m) hors du
danger.

5.2.4 Machines de construction à conducteur à pied


Les machines mobiles de construction de routes à conducteur à pied ne doivent pas dépasser 6 km/h en
marche avant et 2,5 km/h en marche arrière.
Lors de déplacements en descente, la vitesse de conduite de la machine ne doit pas augmenter de plus de
2 m/min, le sélecteur de vitesse restant dans sa position initiale.
Page 9
EN 500-1:1995

5.2.5 Systèmes de direction


Les machines mobiles de construction de routes doivent être équipées d'un système de direction permet-
tant une conduite sûre en tenant compte de la vitesse nominale de la machine et de sa performance d'arrêt.
Les machines mobiles de construction de routes à conducteur porté équipées de pneumatiques atteignant
une vitesse de plus 20 km/h, doivent être munies d'un système de direction conforme à l'ISO 5010:1992.

5.2.6 Cale de freinage


Si la capacité du frein de stationnement se situe au-dessous des exigences de l'annexe A de l'EN 500-4:1995,
les machines mobiles de construction de routes équipées de pneumatiques et pesant plus de 4 000 kg doi-
vent être équipées d'une cale de freinage montée sur la machine et facilement accessible.

5.2.7 Cabines
Sur les machines pourvues d'une cabine, il doit être possible de garder portes, fenêtres et trappes fermées
ou ouvertes. Elles ne doivent pas coulisser d'elles-mêmes. Dans le cas d'une porte divisée horizontale-
ment, le système de verrouillage doit être rigide et situé sur la face interne de la demi-porte supérieure.
Les portes et les fenêtres en position ouverte ne doivent pas dépasser les dimensions externes de la
machine, lors du fonctionnement de la machine.
Les panneaux transparents des portes et des fenêtres doivent être fabriqués dans un matériel répondant
aux exigences de sécurité et ne présentant aucune arête vive et dangereuse s'ils se brisent. Les vitres doi-
vent être fabriquées à partir d'un vitrage de sécurité ou à partir d'un matériau approprié au niveau de sécu-
rité équivalent.

5.2.8 Emplacement de rangement


Des emplacements aisément accessibles doivent être prévus pour la notice d'instructions ainsi que pour
les outils spéciaux fournis, lorsque cela est possible.

5.3 Poste de conduite


5.3.1 Généralités
Le poste de l'opérateur doit être conçu en considérant les exigences minimales suivantes :
— l'espace enveloppe minimal du conducteur doit répondre aux exigences de l'EN 23411:1988. Si
cela est nécessaire, le rayon partant du point repère du siège — SIP (EN 25353:1988) peut être réduit
à 920 mm au lieu de 1 050 mm, qui est la mesure recommandée dans l'EN 23411:1988 ;
— les arêtes et/ou les angles vifs doivent être évités dans le poste de l'opérateur ;
— les câbles électriques doivent être intégrés ou protégés pour s'assurer que le conducteur soit pro-
tégé contre les phénomènes dangereux ;
— le matériau du plancher doit être antidérapant (voir 5.8, NOTE 2) ;
— les protecteurs, rampes et passerelles doivent répondre aux exigences de l'ISO 2867:1986.
— les machines mobiles de construction de routes ne sont normalement pas exposées au risque de
chute d'objets — même en considérant une mauvaise utilisation prévisible — il n'est donc pas néces-
saire de fournir ces machines avec une protection contre les chutes d'objets (FOPS).
Page 10
EN 500-1:1995

5.3.2 Poste de conduite avec cabine


Les machines mobiles de construction de routes d’une puissance nette de 30 kW ou plus (voir 7 g)) doivent
être conçues afin qu'une cabine puisse être montée.
Les cabines doivent satisfaire aux exigences minimales suivantes :
— protéger l'opérateur contre les conditions prévisibles d'intempéries et d'environnement ;
— une sortie de secours doit être prévue et signalée comme telle, si la cabine n'est équipée que d'une
seule porte d'accès ;
— la vitre avant doit être équipée d'un essuie-glace motorisé, d'un lave-glace et d'un système de
désembuage. Cette exigence s'applique à toutes les directions de déplacement considérées lors de la
conception de la machine ;
— un éclairage intérieur doit être fourni.

NOTE : Si un chauffage et/ou une ventilation sont installés, ils doivent être conçus et construits,
selon A.1.5.13 de l'EN 292-2:1991, afin que l'opérateur ne soit pas exposé aux gaz et/ou aux vapeurs
dangereuses dégagés par le moteur à combustion interne et/ou par les matériaux enrobés
d'asphalte. Des exigences de sécurité vérifiables concernant la protection contre les gaz et/ou les
vapeurs ne peuvent être actuellement données.

5.4 Siège de l'opérateur


Les dimensions du siège de l'opérateur doivent être conformes à l'annexe B. Il doit être possible de
régler la position du siège dans le sens de déplacement et de l'ajuster au poids d'un opérateur compris
entre 55 kg et 110 kg.
La détermination du point de repère du siège (SIP) doit être effectuée selon l'EN 25353:1988.

5.5 Organes de service


La zone de confort et la zone d'atteinte des organes de service doivent suivre l'ISO 6682:1986.
Les efforts nécessaires pour actionner les organes de service ne doivent pas excéder les valeurs données
dans le tableau 2.

Tableau 2 : Forces exercées sur les commandes

Organes
Force maximale
de service Organes de service
N
opérés par

Main Levier avant/arrière 230

Levier latéral 100

Frein à main, vers le haut 400

Pied Pédale 450

Pédale sur pivot 230

Pointe des pieds Pédale 90

Les organes de service montés sur les moteurs thermiques ne doivent pas excéder une température de
45 °C pendant l'utilisation de la machine, lorsque la température ambiante est de 25 °C. Les comman-
des doivent être suffisamment éloignées des zones chaudes afin d'éviter toute brûlure.
Page 11
EN 500-1:1995

Les organes de service doivent être situés et, si nécessaire, protégés afin de prévenir une mise en marche
involontaire.

NOTE : Il convient de porter une attention particulière aux organes de service placés dans la zone
d'accès et de sortie empruntée par l'opérateur.

Les organes de service sont tenus pour correctement marqués si l'ISO 6405-1:1991 a été respectée. Les
organes de service des moyens de téléguidage doivent correspondre, en termes de fonction, aux organes
de service de la machine.
Les machines à opérateur porté doivent être conçues afin d'empêcher que les mouvements de marche
avant et/ou de marche arrière ne puissent être engagés depuis le sol.

5.6 Mise en marche


5.6.1 Un système de démarrage électrique, pneumatique ou hydraulique ne doit pouvoir être mis en
route que si les organes de service de déplacement et/ou d'autres mouvements dangereux sont au point
neutre.

5.6.2 Les machines mobiles de construction de routes doivent être conçues afin d'éviter le démarrage
du moteur et une utilisation non autorisée de la machine.

NOTE 1 : Dans le cas d'un démarreur électrique, les démarrages non autorisés du moteur peuvent
être évités soit par :

— une cabine verrouillable ; ou


— un couvercle verrouillable pour le contacteur de démarreur ; ou
— un contacteur d'allumage à clé ; ou
— un interrupteur coupe-batterie verrouillable.

NOTE 2 : Dans le cas d'un démarrage manuel du moteur, des précautions spéciales ne sont pas
nécessaires pour éviter un démarrage et une utilisation non autorisés.

5.6.3 Les systèmes de démarrage doivent être conçus et situés de telle sorte que le conducteur puisse
être protégé de tout phénomène dangereux qui pourrait survenir lors de la mise en marche de la machine.

NOTE : Ceci peut être obtenu en utilisant par exemple :

— un démarreur électrique ;
— un démarreur pneumatique ;
— un démarreur hydraulique ;
— un démarreur à ressort ;
— une manivelle de démarrage ;
— un lanceur à rappel automatique.
Les manivelles de démarrage doivent être conformes à l'annexe C. Un moyen de rangement facilement
accessible, par exemple un support, doit être prévu.

5.7 Arrêt
Un dispositif d'arrêt d'urgence doit être monté dans la «zone de confort» conforme à l'ISO 6682:1986. Il
doit commander l'arrêt de toutes les fonctions dangereuses de la machine.
Toutes les machines mobiles de construction de routes à conducteur à pied pouvant rouler à plus de
0,5 km/h doivent être équipées d'une commande nécessitant une action maintenue.
Dans le cas de machines électriques, il doit être possible d'effectuer une coupure multipolaire de l'alimen-
tation électrique depuis le poste de l'opérateur et d'éviter tout redémarrage non autorisé de la machine.
Page 12
EN 500-1:1995

5.8 Risques de chutes, accès au poste de l'opérateur ou aux points d'intervention


Les moyens d'accès doivent être conformes à l'ISO 2860:1992 et à l'ISO 2867:1986 excepté la hauteur
par rapport au sol de la première marche donnant accès au poste de l'opérateur qui ne doit pas dépas-
ser 600 mm.
Les surfaces des moyens d'accès doivent être constituées d'un matériau antidérapant.

NOTE : La permanence de l'état antidérapant peut être obtenue par l'utilisation, par exemple, de
matériaux rugueux, de grilles, de tôles à reliefs (bulbes, larmes).

5.9 Prévention des risques liés aux éléments mobiles


Les tôles et plaques de protection doivent se conformer à l'ISO 3457:1986. Les capots du compartiment
moteur doivent rester attachés de façon permanente.
Les machines mobiles de construction de routes munies de composants articulés doivent être équipées
d'un dispositif de verrouillage rigide et imperdable empêchant tout pivotement durant la maintenance et/
ou le transport. Le dispositif de verrouillage ne doit pas présenter de déformation permanente sous une
force égale à 1,5 fois la force maximale appliquée et ce dans les deux sens (pousser/tirer).
Pour les distances de sécurité l'EN 294:1992 et l'annexe D doivent être observées.

5.10 Prévention des risques dus à des sources d'énergie non électriques
Les conduites, flexibles et raccords doivent être installés de sorte à être protégés des dommages thermi-
ques et/ou mécaniques. Les conduites sous pression passant à proximité du poste de l'opérateur doivent
être installées ou couvertes de façon à protéger l'opérateur en cas de défaillance et/ou de rupture de ces
conduites.

5.11 Protection contre les incendies


Les planchers du poste de conduite, aussi bien que les garnitures intérieures et isolations de la cabine doi-
vent être réalisées avec des matériaux résistant au feu. La vitesse linéaire maximale de combustion auto-
risée est de 250 mm/min et le matériau doit être testé selon l'ISO 3795:1989.

5.12 Risques dus aux températures extrêmes


Des mesures pour prévenir tout risque de brûlure doivent être prises.

NOTE : Des équipements de protection, tels que des tôles perforées, par exemple, placés devant les
pots d'échappement des moteurs thermiques sont considérés comme étant appropriés pour la pré-
vention des brûlures.

5.13 Avertisseurs sonores et signalisations


5.13.1 Les machines mobiles de construction de routes à conducteur porté doivent être équipées d'un
avertisseur sonore (cor). Le niveau de pression acoustique généré doit être au minimum de 93 dB(A),
mesuré selon l'ISO 9533:1989, à une distance de 7 m de l'avant de la machine. Il doit être possible d'action-
ner l'avertisseur sonore depuis le poste de l'opérateur.
Page 13
EN 500-1:1995

5.13.2 La zone d'articulation des machines à direction par châssis articulé doit être signalée des deux
côtés. La signalisation doit avoir la forme d'un triangle de danger correspondant à la figure 2. Les côtés du
triangle doivent mesurer au moins 60 mm.

«DANGER D'ÉCRASEMENT DANS LA ZONE D'ARTICULATION !»


(en noir sur fond jaune)

Figure 2 : Signal de danger

5.13.3 Les pièces rigides du système de verrouillage de l'articulation du châssis, mentionnées dans le
paragraphe 5.9, doivent être peintes dans une couleur contrastante, de préférence en rouge.

6 Notice d’instructions
Les machines mobiles de construction de routes doivent être fournies avec une notice d'instructions con-
forme à l'ISO 6750:1984 et à l'article 5 de l'EN 292-2:1991. La notice d'instructions doit être imprimée dans
une des langues officielles du pays où la machine sera vendue.
La notice d'instructions doit spécifier s'il est nécessaire d'utiliser un équipement de protection individuelle.
La notice d'instructions doit donner des informations sur le mode d'utilisation des ancrages (trous, œillet,
oreilles) pour le levage et/ou l'arrimage.
La notice d'instructions doit donner des informations sur le bruit, comme spécifié dans le para-
graphe 1.7.4 f) de l'annexe A de l'EN 292-2:1991. Elle doit donner des informations sur les vibrations,
comme spécifié en 2.2 de l'annexe A de l'EN 292-2:1991 (concernant les vibrations transmises aux mains
et aux bras) et en 3.6.3 a) de l'annexe A de l'EN 292-2:1991/prA1:1993 (concernant les vibrations transmises
aux mains et aux bras et à tout le corps).
Généralement, la notice d'instructions peut se composer des trois documents suivants :
— manuel de l'opérateur ;
— manuel d'entretien ;
— liste des pièces de rechange.
La liste des pièces de rechange doit contenir toutes les pièces de rechange relatives à la sécurité avec une
identification non ambiguë et des informations sur la localisation des pièces à remplacer.
Page 14
EN 500-1:1995

7 Marquage
La plaque d’identification doit se composer des indications suivantes :
a) le nom et l’adresse du fabricant ;
b) les marques obligatoires 2) ;
c) la désignation du type ou de la série ;
d) l'année de fabrication ;
e) numéro de série, s'il existe ;
f) masse opérationnelle en kilogrammes (voir 3.2) ;
g) puissance nette, en kilowatts, selon l'ISO 9249:1989.

NOTE : Pour les machines mobiles pour la construction de routes dont les moteurs sont caractérisés
par une puissance constante à vitesse constante (puissance continue bloquée), il convient d'indiquer
la puissance selon l'ISO/DIS 3046-1:1993.

Pour les machines équipées de pneumatiques, la masse en service et la charge admise par essieu doivent
être indiquées. Pour les machines sur bandages ou sur chenilles, seule la masse opérationnelle maximale
(y compris les installations supplémentaires) doit être indiquée.
Si la machine peut être lestée, la masse opérationnelle avec le lest maximum doit également être indiquée.
Toutes les valeurs indiquées doivent correspondre à la configuration de la machine au moment de la livrai-
son par le constructeur.

8 Vérification des exigences et/ou mesures de sécurité


Il est indispensable de vérifier que les prescriptions contenues dans la présente norme ont été prises en
compte lors de la conception et de la réalisation d'une machine mobile de construction de routes. Ceci doit
être réalisé par la mise en œuvre d'une ou plusieurs des possibilités suivantes, selon les besoins :
a) mesure ;
b) examen visuel ;
c) essai, lorsqu'une méthode est prescrite dans la norme à laquelle il fait référence, pour toute exigence
particulière ;
d) vérification du contenu de la documentation que le constructeur doit conserver, par exemple, la
preuve que les composants achetés, tels que les pare-brise, ont bien été fabriqués conformément aux
normes demandées.

2) Pour les pays de l’UE : le marquage CE.


Page 15
EN 500-1:1995

Annexe A
(normative)
Liste des machines mobiles de construction de routes

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

Pour les besoins de la présente norme, les machines suivantes sont considérées comme machines de
construction de routes :

A.1 Engins de compactage Exigences spécifiques dans :


Compacteurs de routes ................................................................................................................................................................. EN 500-4
— compacteurs statiques
— compacteurs vibrants
— compacteurs à pneumatiques
Plaques vibrantes ................................................................................................................................................................................. EN 500-4
Pilonneuses vibrantes et à haute fréquence ......................................................................................................... EN 500-4
Pilonneuses à percussion ........................................................................................................................................................... EN 500-4

A.2 Machines pour la préparation et la finition des routes


Engins de stabilisation de sol ................................................................................................................................................. EN 500-3
Finisseurs ....................................................................................................................................................................................................... ENV 500-6
Engins pour le répandage du béton
Engins pour la finition du béton
Découpeurs de joints ....................................................................................................................................................................... EN 500-5
Engins à sceller les joints
Engins pour la confection de bordures à coffrage glissant
Paveuse mécanique

A.3 Machines pour la maintenance des routes


Engins de fraisage de chaussée ............................................................................................................................................ EN 500-2
Réchauffeurs de surface
Engins de marquage des routes
Engins de démarquage des routes
Engins à fraiser les fissures et les joints
Engins pour l'augmentation de la rugosité des chaussées
Engins de recyclage d'asphalte
Engins de régénération de couche de surface
— avec remise en place
— avec remalaxage
Engins de réparation de chaussée
Page 16
EN 500-1:1995

Annexe B
(normative)
Dimensions du siège de l'opérateur

Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

Cette annexe sera remplacée par une norme de type B, lorsque celle-ci sera disponible.

B.1 Domaine d’application


La présente annexe donne les dimensions et plages de réglages du siège de l'opérateur, utilisé sur les
machines mobiles de construction de routes.

B.2 Généralités
B.2.1 Les dimensions de siège de l'opérateur et les réglages correspondants sont représentés dans la
figure B.1 et le tableau B.1.

Toutes les dimensions de siège et réglages (s'ils existent) sont définis à partir du point repère du siège
(SIP) tel qu'il est déterminé dans l'EN 25353:1988.

B.2.2 Les valeurs nominales des dimensions concernant les éléments du siège, leur localisation et
réglages sont établis sur les bases des exigences ergonomiques prenant en considération la taille des
opérateurs (selon l'EN 23411:1988), depuis le 5e percentile jusqu'au 95e percentile.

Figure B.1 : Dimensions des sièges (voir tableau B.1)


Page 17
EN 500-1:1995

Tableau B.1 : Dimensions du siège et des réglages

Dimension Description Notes Maximum Nominal Minimum

Z1 Longueur du coussin — 315 mm 265 mm 215 mm

Z2 Réglage angulaire du coussin 1 15° 10° 5°


2 — ± 5° ± 3°

Z3 Largeur du coussin — — 500 mm 430 mm

Z4 Réglage Avant/Arrière 3 — 150 mm 100 mm

Z5 Réglage vertical 3 — — 60 mm

Z6 Hauteur du dossier 4 — 400 mm 150 mm

Z7 Largeur du dossier 5 — 500 mm 300 mm

Z8 Angle du dossier 1) 6 15° 10° 5°

Dossier — ajustement 1) 2 — ± 5° ± 3°

Z9 Espace entre accoudoirs 1) — 550 mm 500 mm 450 mm

Z 10 Largeur accoudoirs 1) — — 75 mm 50 mm

NOTE 1 : Angle de la partie supérieure de l'appareillage de définition du point d'index de siège après qu'il ait été
positionné et lesté selon les spécifications fournies par la norme EN 25353:1988.
NOTE 2 : Le réglage angulaire, si prévu, est considéré à partir de la position médiane. Celle-ci n'est pas
obligatoirement une position indexée.
NOTE 3 : Les valeurs de réglage sont des valeurs globales. Le réglage vertical doit être indépendant du réglage de
la suspension.
NOTE 4 : Lorsqu'une rotation libre des épaules au-dessus du dossier est nécessaire pour des raisons de visibilité
pour un déplacement en marche arrière, ou pour contrôler l'utilisation d'accessoires montés à l'arrière, la hauteur
maximale du dossier doit être de 300 mm.
NOTE 5 : Lorsqu'un pivotement libre vers l'arrière des coudes est désiré, la largeur maximale peut être de 330 mm.
NOTE 6 : Mesure de l'angle de la partie centrale du dossier. Si un support lombaire est fourni, il doit être en position
médiane, et l'angle est mesuré à partir de la partie médiane du dossier au-dessus du support lombaire. Pour les
dossiers avec support lombaire, les angles permis du tableau A.1 peuvent être augmentés de 5° ou plus.
1) Le cas échéant.
Page 18
EN 500-1:1995

Annexe C
(normative)
Manivelles de démarrage

Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [C]!!!

Introduction
Cette annexe sera remplacée par une norme de type B appropriée, lorsqu'elle sera disponible.
Le principal risque de blessure n'est pas dû à la grandeur de la force produite par un retour de manivelle
mais au chemin sur lequel cette force agit sur l'opérateur.
En cas de brusque changement du sens de rotation du moteur à combustion interne, la manivelle de
démarrage subit une accélération en sens inverse du sens de démarrage (voir figure C.1).
La vitesse angulaire qui en résulte atteint sa valeur maximale au point de déclenchement. Suivant son iner-
tie, la manivelle continue encore son mouvement jusqu'au point où l'énergie cinétique est dégradée par
frottement, par la résistance opposée par l'opérateur ou par une butée.
Pour cette raison, l'angle de retour et le chemin de retour sont supérieurs d'une valeur non précisément
définissable à l'angle de déclenchement ou au chemin de déclenchement.
La limitation d'une force maximale admissible sur la poignée de manivelle ne peut donc pas être acceptée
comme une mesure préventive contre les accidents, même si la manivelle a été correctement utilisée. C'est
la limitation du chemin qui est déterminante pour la sécurité et non pas celle de la force.

C.1 Exigences de sécurité


C.1.1 Domaine d’application
Cette annexe s'applique aux manivelles de démarrage de moteurs à combustion interne.

C.1.2 Définitions
C.1.2.1 manivelle de démarrage
Dispositif destiné au lancement d'un moteur de combustion interne et dont le couple requis est appliqué
au moyen d'une manivelle actionnée à la main.

C.1.2.2 débrayeur
Élément de construction qui, au moment où le moteur monte en régime, interrompt automatiquement
l'adhérence et la jonction mécanique nécessaire pour le démarrage, il évite ainsi un entraînement de la
manivelle par le moteur.

C.1.2.3 dispositif de guidage


Élément de construction de l'appareil de démarrage à manivelle, qui guide la manivelle et évite une éjec-
tion de la manivelle hors du guidage après le débrayage.
Page 19
EN 500-1:1995

C.1.2.4 mécanisme contre le retour de manivelle


Élément de construction de l'appareil de démarrage à manivelle qui, s'il est utilisé conformément aux ins-
tructions et correctement entretenu, limite le chemin de retour de façon à éliminer le risque de blessure.

C.1.2.5 Retour de manivelle


Brusque changement du sens de rotation de la manivelle, causé lors du démarrage par la compression ou
la pression de combustion.

C.1.2.6 Chemin de déclenchement


Chemin parcouru par la poignée de manivelle à partir du changement de sens de rotation jusqu'à l'inter-
ruption de l'adhérence ou de la jonction mécanique entre le mécanisme moteur et la manivelle, mesuré au
centre de l'axe de la poignée de manivelle (voir figure C.1).

C.1.2.7 Angle de déclenchement


Angle décrit par le bras de manivelle à partir du changement de sens de rotation jusqu'à l'interruption de
l'adhérence entre le mécanisme moteur et la manivelle (voir figure C.1).

Direction de rotation

Figure C.1 : Changement de sens de rotation au démarrage

C.1.2.8 chemin de retour


Chemin parcouru par la poignée de manivelle à partir du changement de sens de rotation jusqu'à l'arrêt,
mesuré au centre de l'axe de la poignée de manivelle.

C.1.2.9 angle de retour


Angle décrit par le bras de manivelle à partir du changement de sens de rotation jusqu'à l'arrêt.
Page 20
EN 500-1:1995

C.1.3 Exigences communes de sécurité


C.1.3.1 Les appareils de démarrage à manivelle doivent être équipés d'un débrayeur selon le point
C.1.2.2, qui disjoint la manivelle du moteur lorsque le moteur monte en régime et qui empêche un
réengrenage de celle-ci avec le moteur en marche par un déplacement axial.

C.1.3.2 Les appareils de démarrage à manivelle doivent être équipés d'un dispositif de guidage selon le
point C.1.2.3, qui agit sur la manivelle débrayée de manière à ce que celle-ci ne puisse être sortie
axialement du dispositif de guidage que par exemple à l'arrêt du mouvement rotatif ou en rotation très
lente ou en rotation en sens inverse au sens de lancement.

C.1.3.3 La manivelle doit être munie d'une poignée pivotante non détachable qui évite des blessures lors
d'un actionnement approprié. Cette prescription est valable également en cas d'emploi de manchons à
poignée.

C.1.3.4 Les manivelles doivent être munies d'un marquage durable du constructeur ou fournisseur des
manivelles.

C.1.4 Prescription en cas de retour de manivelle


L'angle de déclenchement ne doit pas être supérieur à 35° et le chemin de déclenchement ne doit pas
dépasser 100 mm.

C.1.5 Vérifications
C.1.5.1 Vérification de l'angle de déclenchement et du chemin de déclenchement
La vérification des exigences établies en C.1.4 se fait à partir des mesures et des documents du construc-
teur, d'après le point C.2.

C.1.5.2 Vérification des autres exigences


La vérification des autres exigences s'effectue à partir des documents du constructeur et par des essais de
fonctionnement. Cet essai comprend entre autres la vérification visuelle de la cheville de lancement, de la
griffe de lancement et du dispositif de guidage.

C.1.6 Rapport d’essai


Le rapport d'essai doit contenir au moins les indications suivantes :
a) marque distinctive de la manivelle :
1) type ;
2) constructeur/fournisseur ;

b) marque distinctive du moteur :


1) type ;
2) constructeur/fournisseur ;
c) description du mécanisme de sécurité contre le retour de manivelle ;
d) le plus grand angle de déclenchement établi ;
e) le plus grand chemin de déclenchement établi ;
f) mode de détermination et valeurs selon C.1.6 d) et C.1.6 e) ;
g) résultat de la vérification selon C.1.5.2 ;
h) date de l'essai.
Page 21
EN 500-1:1995

C.2 Procédé de mesure de l'angle de déclenchement


Cette annexe décrit la procédure de contrôle du chemin et de l'angle de déclenchement des appareils de
démarrage à manivelle et donc la vérification des exigences de sécurité, selon le point C.1.4.

C.2.1 Contrôle du chemin de déclenchement


Les figures C.2 et C.3 illustrent schématiquement l'opération de vérification pour un moteur à mettre en
marche en rotation à droite et pour un moteur à mettre en marche en rotation à gauche.
Le contrôle du chemin de déclenchement d'une manivelle est effectué sur un type de moteur à combustion
interne pour lequel la manivelle de démarrage a été conçue. Placer la butée de manière à ce que le bras de
manivelle puisse être disposé horizontalement. Placer au milieu de la poignée de manivelle un poids
d'essai de 5 kg. Le volant d'inertie est alors tourné doucement dans la direction opposée avec le levier.
La distance nécessaire avant le désengagement est mesurée sur la règle en utilisant un repère sur le bras
de manivelle. Répéter la procédure ci-dessus avec une masse de 50 kg.

C.2.2 Contrôle de l'angle de déclenchement


Le contrôle de l'angle de déclenchement s'effectue selon le principe décrit en C.2.1. Placer à cet effet au
lieu de la règle divisée, une échelle de mesure angulaire de manière à pouvoir lire l'angle décrit par le bras
de manivelle jusqu'au point de déclenchement.

C.2.3 Indication du résultat de mesure


L'angle de déclenchement mesuré est arrondi au degré entier, le chemin mesuré à 2 mm entiers.

C.2.4 Nombre de mesures


Dix mesures par poids d'essai sont effectuées avec la manivelle à contrôler.

C.2.5 Rapport d’essai


Les valeurs maximales établies pour l'angle de déclenchement et le chemin de déclenchement sont indi-
quées dans le rapport d'essai.
Page 22
EN 500-1:1995

Figure C.2 : Dispositif d'essai pour un moteur en rotation à droite

Figure C.3 : Dispositif d'essai pour un moteur en rotation à gauche


Page 23
EN 500-1:1995

Annexe D
(normative)
Distances d'atteinte au travers d'ouvertures pour les membres inférieurs

Init numérotation des tableaux d’annexe [D]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [D]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [D]!!!

Cette annexe sera retirée aussitôt qu'une norme appropriée sera élaborée.
Les dimensions des ouvertures données dans le tableau D.1 correspondent à la plus petite dimension
d'une ouverture rectangulaire, au côté d'une ouverture carrée et au diamètre d'une ouverture ronde. Les
ouvertures supérieures à 240 mm permettent l'accès du corps en entier. La figure D.1 illustre le rapport
entre l'ouverture B et la distance de sécurité A.

Figure D.1

Tableau D.1
Dimensions en millimètres

Dimension Distance de sécurité A


Partie du membre inférieur de l'ouverture
B Rectangle Carré ou rond

Pointe des pieds B ≤ 5 0 0

Doigt de pied 5 < B ≤ 15 ≥ 10 0


15 < B ≤ 35 ≥ 80 1) ≥ 25

Pied 35 < B ≤ 70 ≥ 150 ≥ 50


70 < B ≤ 90 ≥ 150 ≥ 80

Jambe jusqu'au genou 90 < B ≤ 100 ≥ 540 ≥ 130


100 < B ≤ 110 ≥ 540 2) ≥ 130

Jambe jusqu'à l'entrejambes 110 < B ≤ 240 ≥ 1 050 ≥ 1 050

1) Si la longueur de l'ouverture rectangulaire est < 90 mm, la distance peut être réduite à ≥ 50 mm.
2) Si la longueur de l'ouverture rectangulaire est < 110 mm, la distance peut être réduite à ≥ 130 mm.

Vous aimerez peut-être aussi