Vous êtes sur la page 1sur 33

REGULATION DE LA

RESPIRATION
Dr ZETILI
I-Généralités
• La fonction principale de la respiration : Échange d’O2 et de CO2

PaO2, PaCO2 et PH sanguin dans d’étroites limites


un contrôle très précis du niveau de la ventilation

• Le rôle de la régulation ventilatoire :


-Etablir une rythmicité ,une automaticité respiratoire
-Adapter ,moduler cette rythmicité à la demande des tissus , en
fonction des informations chimiques ou mécaniques ,centrales ou
périphériques qui lui sont transmises
Boucle de régulation : système organisé et complexe
Cortex (contrôle volontaire)

Centres respiratoires

Afférences
Effecteurs
Récepteurs
Muscles respiratoires

Extension thoracique,
irritation
PaO2, PaCO2, pH Ventilation
Vt , FR , durée inspiratoire
Cortex – Hypothalamus- système limbique

• Contrôle volontaire de la ventilation dans certaines circonstances :

Apnée ,hyperventilation ,pratique d’un instrument à vent

• Ventilation peut être modifier par la phonation ,rire ,émotion (anxiété


,douleur, peur),éternuement ,bâillement
II - Centres respiratoires du tronc cérébral

• Le centre respiratoire correspond à des centres de contrôle dans le


système nerveux qui gèrent la ventilation pulmonaire

1/ Siege de la commande ventilatoire ::


Des sections étagées du tronc cérébral

Expérimentation de Lumsden 1922


La localisation du générateur central de la ventilation est bulbo-
protubérantielle

Le centre respiratoire est composé de trois grands groupes:

1 Centre bulbaire
2Centre pneumotaxique « PNT »
3-Centre apneustique « APN »
1-Centres respiratoires bulbaires
• Le bulbe renferme deux agrégations denses et bilatérales de
neurones respiratoires :

-Groupe respiratoire dorsal (GRD)

- Groupe respiratoire ventral (GRV)


A- Groupe Respiratoire Dorsal
« GRD »:

-Rôle le plus fondamental dans le


contrôle de la respiration

-Initiant l'inspiration

-Le GRD est une collection de


neurones localisée dans le noyau du
tractus solitaire
- Le GRD reçoit les afférences des
IX( glossopharyngien) et X (vague)

-Envoie des efférences vers:

- les motoneurones phréniques


- le GRV pour modifier le rythme
respiratoire
B- Groupe respiratoire ventral (GRV):
-Dans la partie ventrolatérale de la moelle
allongée, à environ 5 mm en avant et sur le
côté du groupe respiratoire dorsal.
-se compose de groupes de neurones qui
commandent l'expiration.

- Les neurones impliqués comprennent :


Noyau ambigu
Noyau rétroambigu
Les interneurones du complexe pré-
Bötzinger
• Le GRV contient à la fois des neurones inspiratoires et expiratoires

• Le groupe des neurones respiratoires ventraux est actif lors de la


respiration forcée et inactif pendant les respirations calmes et
reposantes
• Le GRV envoie des impulsions inhibitrices au centre apneustique.
2-Centre pneumotaxique

• Dans la partie supérieure du pont


• Contrôle à la fois le rythme et la
profondeur de la respiration
• Le centre pneumotaxique est responsable
de la limitation de l'inspiration,
fournissant un interrupteur inspiratoire
• Contrôle de la Fr
3-Centre apneustique
• Localisation : protubérance ( partie < pont )

• Le centre apneustique envoie des signaux au


groupe dorsal de la médullaire pour retarder
la «coupure» fourni par le centre
pneumotaxique
IV- Contrôle supra- pontique : Contrôle volontaire

Cortex et centres
supérieurs
 Commande volontaire des
muscles ventilatoires: Apnée
volontaire, EFR

 Les émotions, le rire, les pleurs


V- Les afférences
• Trois types d’informations parviennent aux centres nerveux de la
ventilation :
-Afférences vagales : Apportent les informations de nature mécanique
des récepteurs d’irritation ou de distension

-Afférences métabolique : Apportent les informations provenant des


chémorécepteurs périphériques ou centraux

-Afférences pariétales proprioceptives :Provenant des muscles et des


tendons de la cage costale ,du diaphragme et de la paroi abdominale
VI - Régulation chémosensible de la ventilation
1-Chémorécepteurs
périphériques :
-Ils sont situés au niveau
de la carotide et de
l’aorte

-Sensibles aux variations


de la PaO2 ,PaCO2,PH
-Les marges de
normalité :
- PaO2 à 96 mmhg
- PaCO2 à 40 mmhg
- PH = 7,38 à 7,42
 Réponse à l’hypoxie :
•L’oxygéne est le stimulus plus particulier
des chémorécepteurs périphériques

L’hyperventilation n’apparaissent qu’en dessous de


60mmHg ,cette réponse n’est pas linéaire mais
hyperbolique
• Il s’agit d’une réponse rapide et peu sensible :
PaO2 = 400 mmhg : absence d’influx
PaO2 < 100 mmhg : peu d’influx PaO2 < 60
mmhg : maximum d’influx
• C’est l’oxygène dissout et non combiné à l’hémoglobine qui est
responsable de cette régulation.
 Réponse à l’hypercapnie :

• L’augmentation de la PaCO2 au niveau


des corpuscules carotidiens provoque
une hyperventilation
• cette réponse qui est liée linéairement à
la variation de PaCO2 est peu intense
• L’hypercapnie potentialise la réponse
des chémorécepteurs à l’hypoxie.

Les chémorécepteurs périphériques sont


peu sensibles à la PaCO2,le mécanisme de
régulation repose essentiellement sur les
effets de CO2 sur les chémorécepteurs
centraux
 Réponse à l’acidose:

• La variation de la concentration en ions H+ (pH) est liée aux variations


de PCO2.
• Elle entraine une augmentation de la ventilation mais semble peu
importante
• Le rôle principale des ions H+ serait de potentialiser les effets de
l’hypoxie
2-Chémorécepteurs centraux :
• la face ventrolatérale du bulbe
rachidien à proximité des neurones
respiratoires .

• sensibles aux variations de la PaCO2


et préservant le PH du LCR

• Le Co2 est librement diffusible du


sang au liquide cérébrospinal
(la barrière hématoencéphalique
étant imperméable aux ions H+ et
HCO3- )
• PaCO2 CO2 du LCR et du LIC

• Celle-ci va agir après transformation :

CO2 + H2O < > H2CO3 < > H+ + HCO3-

une élévation seulement de 5 mm Hg de PaCO2


Double la ventilation.
• L’hypoxie potentialise la réponse ventilatoire au Co2.

• La réponse centrale est tardive (trentaine de secondes) et plus


puissante (70% de la réponse totale )et également plus sensible est a
pour but principal la sauvegarde du PH cérébral .
Chémorécepteurs périphériques Chémorécepteurs centraux

Réponse rapide (quelques Réponse lente


secondes)

30% de la réponse totale


Extrême sensibilité
Sensible PaO2 et PHa
Sensibles PaCO2 du LCR et PH du
LCR
Moins sensibles PaCO2

Important en cas d’hypoxie


VII- Régulation nerveuse périphérique non
chémosensible de la ventilation

1- Les afférences vagales :

La presque totalité des


fibres nerveuses
afférentes issues de ces
récepteurs transitent
par les nerfs vagues et
se projettent au niveau
du noyau bulbaire.
A- Récepteurs d’irritation trachéobronchiques :

 Adaptation rapide

 Ils sont stimulés par:


- les substances chimiques : histamine , gaz irritants ,la fumée de cigarette.
- Des stimuli mécanique : pneumothorax, atélectasie, embolie pulmonaire.

Polypnée
Bronchoconstriction avec sécrétion du
mucus
Toux
B- Les mécanorécepteurs :
 Sensibles à l’étirement.
 Sont présent tout au long de l’arbre bronchique
 Stimulés par : l’inflation pulmonaire (distension)

Apnée
Reflexe d’inhibition de l’inspiration de Hering et Breurer
C -Récepteurs alvéolaires ou récepteurs J de Paintal (juxtacapillires)

-Dans l’interstitium pulmonaire juxta capillaire d’où leurs nom de


récepteur J
-Il sont stimulés :
-l’œdème interstitiel
- micro emboles
2- Les afférences pariétales :
A-Récepteurs proprioceptifs des muscles de la cage thoracique et du diaphragme
- Ils sont des détecteurs de tension du muscle .

B-Récepteurs proprioceptifs des muscles squelettiques périphériques :


Interviennent probablement au cours de l’exercice musculaire
3- Autres afférences :
 Les réflexes des voies aériennes supérieures : fosses nasales : sensibles à divers
agents chimiques et mécaniques apnée, reniflement.

Le larynx : Récepteurs épithéliaux Toux, ralentissement respiratoire, contraction


expiratoires des muscles laryngés .

 La trachée : Possède des récepteurs à l’irritation toux, une bronchoconstriction

 Les barorécepteurs artériels : augmentation de la PA peut entrainer une


hypoventilation reflexe et l’inverse en cas de diminution
 Afférences cutané:
Douleur aigue Apnée ou hyperventilation
Chauffage externe Hyperventilation (thermorecepteurs)

Vous aimerez peut-être aussi