Vous êtes sur la page 1sur 6

BON USAGE DES DESINFECTANTS

Agents DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010


antiinfectieux

Objectif
Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de
procédure de désinfection adaptées aux risques infectieux, aux exigences de tolérance et facilitant une
bonne organisation des soins.
Le CLIN et/ou la pharmacie pourront se référer à la fiche « critère de choix des produits désinfectants ».

Techniques et méthodes

I – DEFINITION
Selon l'AFNOR (NF T 72 101), la désinfection est une opération au résultat momentané permettant sur les
surfaces inertes contaminées d'éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d'inactiver les virus
indésirables, en fonction des objectifs fixés. Le résultat de cette opération est limité aux micro-organismes
présents au moment de l'opération.

Le désinfectant est le produit ou procédé utilisé pour la désinfection.

II - FACTEURS INFLUENCANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION


Le cercle de « Sinner »

La qualité d’une action de nettoyage dépend des quatre facteurs ci-dessus regroupés dans le cercle de
Sinner. Dans certaines conditions, l’augmentation de l’un des paramètres peut améliorer le résultat de
l’ensemble.
Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 1/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est
1) La température
L’action thermique influe sur le résultat qualitatif de l’activité de nettoyage et de désinfection.
En règle générale, une augmentation de température augmente l’activité du produit désinfectant.
Cette propriété est recherchée en thermo désinfection (lave bassins par exemple)
Mais une température trop élevée peut augmenter la toxicité des produits par émanation de vapeurs
toxiques.

2) L’action mécanique
L’action mécanique permet de décoller les salissures et les micro-organismes de leur support et de les
évacuer soit par rinçage (ex : traitement des endoscopes) soit par captation sur un support (ex : lingette…).
L’action mécanique est obtenue par frottement d’un linge sur une surface, par écouvillonnage ou par
circulation d’eau sous pression.

3) L’action chimique
Tout produit est catégorisé en fonction de son action chimique (ex : détergent, détergent désinfectant…)
L’action chimique est la résultante des interactions entre les différents principes actifs constituants le produit
(synergie, potentialisation…) et le milieu (inhibition par les matières organiques, la dureté ou le pH de l’eau
de dilution…).

4) Le temps de contact
Le temps de contact définit le temps de présence nécessaire d’un produit chimique sur une surface pour une
efficacité optimale.
Le non-respect du temps de contact peut empêcher le produit chimique d’agir de façon adaptée : peu ou pas
d’effet si le produit n’est pas laissé assez longtemps ou endommagement de la surface si le produit est
laissé trop longtemps.

5) Le rinçage
Certains désinfectants peuvent sécher sur la surface ce qui permet de garantir le temps de contact.
D’autres doivent être rincés pour limiter leur toxicité en fonction de leur utilisation (produits à usage
alimentaires susceptibles d’entrer en contact avec les aliments, désinfectants des couveuses, désinfectants
du matériel entrant en contact avec les muqueuses, le système vasculaire…).

6) La dilution
La dilution est l’action qui consiste à réduire la concentration d’une solution en l’ajoutant à un liquide.
Elle peut être réalisée manuellement ou de façon automatisée.

Les centrales de dosages (correctement maintenues et vérifiées) doivent permettre d’obtenir la bonne
dilution tout en limitant les coûts et les risques d'exposition professionnelle.

Conséquences possibles du non-respect de la dilution


- Sous-dosage
Diminution de l’efficacité nettoyante et désinfectante de la solution : propreté visuelle et non bactériologique.
Acquisition de résistance des micro-organismes en contact avec un désinfectant trop dilué.

- Surdosage
Adhésion plus facile de la saleté : le surdosage peut laisser un dépôt collant et ainsi retenir la saleté.
Altération des surfaces
Risques pour la santé et la sécurité : par contact avec le produit sur les surfaces ou par éclaboussure.
Impact possible pour l’environnement.

Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 2/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est
III – USAGES DES PRODUITS DESINFECTANTS

On regroupe les désinfectants par usage, les exigences de désinfection et les contraintes liées à l'utilisation
étant différentes. Il faut distinguer :

• Les Détergents-Désinfectants (DD) pour sols et surfaces.


• Les Détergents-Désinfectants (DD) pour instruments.
• Les Désinfectants (D) pour matériel non stérilisable.
• Les Désinfectants (D) en sprays.
• Les Désinfectants divers : pour le traitement du linge, la désinfection des générateurs de dialyse, la
désinfection thermochimique des bassins…

Les exigences en matière de niveau de désinfection sont fixées par les recommandations officielles et les
contraintes techniques sont fixées par les utilisateurs lors de la préparation du cahier des charges en
fonction de l’usage du produit.

Le spectre d'activité des produits est évalué à l'aide de normes.

Les normes NF EN mesurent l'activité anti-microbienne in vitro et in vivo, en 2 étapes :


- l'activité de base (phase 1) est mesurée par des normes identiques pour toutes applications (bactéricidie
NF EN 1040 et fongicidie NF EN 1275),

- l'activité en application (phase 2) est mesurée par domaine d'application (mains, produits pour sols,
produits pour contact alimentaire, produits pour instruments..) :
- in vitro (phase 2 étape 1),
- in vivo (phase 2 étape 2).

Tableau 1 Détermination du niveau de désinfection en fonction de l'usage du produit

Usage Classement de Niveau de risque Niveau de Cibles


l'usage infectieux désinfection /
stérilisation
DD ou D sols et Non critique Risque bas Désinfection de bas Virus de taille
surfaces niveau moyenne et virus
DD usage lipidiques (les
alimentaire germes les plus
sensibles)
Bactéries
végétatives
DD instruments et Semi-critique Risque médian Désinfection de Bactéries
D instruments niveau végétatives
intermédiaire Fungi
Virus
Mycobactéries
D instruments Critique Risque élevé Stérilisation ou si Bactéries
impossible végétatives
désinfection de Fungi
haut niveau Virus
Mycobactéries
Spores
bactériennes

Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 3/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est
IV - PROCEDURES DE DESINFECTION
1) Désinfection de bas niveau
Concerne le matériel non critique qui n’entre pas en contact avec le patient ou uniquement avec la peau
intacte du patient.

Les surfaces
Les surfaces sont traitées par une application de détergent-désinfectant, sans rinçage.

Le matériel
Le matériel est nettoyé puis désinfecté par trempage dans une solution de détergent-désinfectant puis rincé
à l'eau du réseau.
Le produit utilisé devra être au minimum bactéricide sur les bactéries végétatives.
Le matériel non immergeable est nettoyé au moyen d’une lingette pré-imprégnée.

2) Désinfection de "Niveau Intermédiaire" et de "Haut Niveau"


La désinfection de niveau intermédiaire concerne le matériel semi critique qui entre en contact avec les
muqueuses ou la peau lésée superficiellement.

La désinfection de haut niveau concerne le matériel critique qui entre en contact avec le système
vasculaire ou une cavité stérile.

Principes généraux : (se reporter au chapitre « Entretien du matériel » pour les spécificités de chaque type
de désinfection)

Les 4 étapes (nettoyage/rinçage et désinfection/rinçage) doivent être scrupuleusement respectées pour


garantir la désinfection et l'absence de résidus toxiques.

Le nettoyage/rinçage

Les désinfectants étant en général fortement inhibés par les salissures, le nettoyage conditionne l'efficacité
de la procédure de désinfection. L'objectif est d'éliminer les matières organiques (pus, sang, sécrétions…) et
de diminuer la charge infectieuse.

Cette étape doit être effectuée par un personnel formé.


Le produit à utiliser peut être un détergent ou un détergent-désinfectant.
Cette étape sera réalisée le plus rapidement possible après utilisation du dispositif médical pour éviter la
formation d'un dépôt sec difficile à éliminer par la suite. Le nettoyage conjugue l'action détergente du produit
avec l'action mécanique du brossage (écouvillonnage si besoin) et du rinçage.

Le rinçage doit être abondant et s'effectuera à l'eau du réseau.

La désinfection/rinçage

La désinfection est réalisée par immersion dans un bain désinfectant correctement dilué et renouvelé
régulièrement en fonction des préconisations des fabricants.

Le produit utilisé devra être bactéricide, fongicide, virucide et sporicide (pour la désinfection de haut niveau).

Les temps de contact doivent être scrupuleusement respectés.

Le rinçage doit être abondant, la qualité de l'eau sera adaptée au type de matériel désinfecté : eau stérile
pour les dispositifs médicaux "Critiques", eau filtrée pour certains dispositifs "Semi critiques" comme les
fibroscopes, et eau du réseau pour les autres dispositifs "Semi critiques" et les dispositifs "Non critiques".

3) Désinfection et risque de maladie de Creutzfeldt-Jakob

La circulaire n° 138 du 14 mars 2001 relative aux précautions à observer lors de soins en vue de réduire les
risques de transmission d'agents transmissibles non conventionnels impose de prendre en compte les
Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 4/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est
risques liés au nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt Jakob, en plus des mesures recommandées
préalablement.
Dans cette situation, se reporter aux recommandations publiées.

III - REGLES D'UTILISATION DES DESINFECTANTS

1) Pour une action optimale du produit désinfectant

- Ne désinfecter que ce qui est propre.


- Ne jamais mélanger les produits.
- Respecter les dilutions, les températures et les temps de contact.
- Respecter les règles de conservation et les dates de péremption.

2) Pour garantir la qualité de la désinfection

- Choisir le produit adapté.


- Toujours utiliser les produits chimiques aux seules fins pour lesquelles ils sont fabriqués.
- Se référer aux EOH pour les besoins spécifiques lors de la désinfection.
- Rédiger des protocoles écrits.
- Former le personnel.
- Respecter rigoureusement les consignes relatives aux dilutions et aux quantités nécessaires pour
préimprégner les lingettes.
- Evaluer les pratiques.

3) Pour limiter les problèmes d’intolérance ou de toxicité pour le personnel et d’altération du matériel

- Connaître les dangers et les précautions liés à l’usage des produits.


- Lire les étiquettes des produits, prendre connaissance des fiches signalétiques.
- Utiliser seulement des contenants étiquetés.
- Privilégier une eau tempérée afin de réduire les émanations de vapeurs toxiques.
- Éviter les éclaboussures, lors de la préparation des solutions et toujours verser un produit chimique dans
l’eau et non l’inverse ; les éventuelles éclaboussures contiendront alors une solution plus diluée.
- Lors de l’entretien d’une surface, imprégner la lingette et non la surface afin d’éviter toute émanation.
- Limiter la vaporisation uniquement à l’entretien des espaces inaccessibles avec une lingette.
- Porter une tenue adaptée : masque, gants, lunettes de protection.
- Aménager le poste de travail (endoscopie).
- Rincer abondamment.
- Signaler les incidents en pharmacovigilance.
- Organiser une surveillance régulière des agents par le service de médecine du personnel.
- Ranger les produits de façon sécuritaire.

Responsables
Le CLIN définit la politique de désinfection, en accord avec la pharmacie, les services économiques et les
services utilisateurs.
L'EOH organise la diffusion des protocoles et la formation continue du personnel.
La médecine du personnel organise le suivi des problèmes d'intolérance et d'allergie afin d'en tenir compte
lors des marchés ultérieurs.

Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 5/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est
Pour en savoir plus
Guides et recommandations officiels

Voir la liste actualisée des guides et recommandations concernant la désinfection


http://nosobase.chu-lyon.fr/recommandations/desinfection.html

Voir la liste actualisée de la réglementation concernant la désinfection


http://nosobase.chu-lyon.fr/Reglementation/Desinfection_Sterilisation.html

Comité Technique National des Infections Nosocomiales. Désinfection des dispositifs médicaux. Guide des
bonnes pratiques. Ministère de l'Emploi et de la Solidarité, Secrétariat d'Etat à la Santé et à l'Action Sociale,
1998, 133 pages et fiches d’actualisation
http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/nosoco/nosoco3-1-2.html

Santé et Services Sociaux Québec. Désinfectants et désinfection en hygiène et salubrité : Principes


fondamentaux. 2009. 67 pages. (NosoBase n°24837)
http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2009/09-209-03F.pdf

Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux – Agents anti-infectieux Page 6/6 Août 2010 CCLIN Sud-Est

Vous aimerez peut-être aussi