Vous êtes sur la page 1sur 4

ELEMENTS DE CORRECTION MACRODYNAMIQUE I

Epreuve N°1

Questions de Cours (5 points)

1. Quelles sont les propriétés d’une fonction de production néo-classique ? (3 points)

• elle est homogène de dégré 1 (1pt)


∃a ∈! / F ( λ K t , λ Lt ) = λ a F ( K t , Lt ) avec a = 1
• elle est à productivités marginales positives et décroissantes (1 pt);

∂Yt ∂Yt
PmK t = ≻0 et PmLt = ≻0
∂K t ∂Lt

∂PmK t ∂PmLt
≺0 et ≺0
∂K t ∂Lt

• elle respecte les conditions d’INADA (1pt)


lim F ( K t ) = 0 lim F ′ ( K t ) = ∞
Kt →0 Kt →0

lim F ( K t ) = ∞ lim F ′ ( K t ) = 0
Kt →∞ Kt →∞

2. À quoi servent les conditions d’INADA ? (2 points)


Les conditions d’INADA garantissent la stabilité et l’unicité du sentier de croissance
équilibré ou de l’état stat stationnaire.

Exercice 1 : (15 points)


1. Déterminer l’évolution du capital productif K t si les entrepreneurs adaptent leur

capacité de production à la demande Yt

On note K *t le stock de capital nécessaire ou désiré ou souhaité pour produire dans les

conditions optimales à la période t (c’est le stock de capital nécessaire pour satisfaire la


demande). (0,5pt) Par hypothèse K *t = vYt avec v = 5 le coefficient du capital (stock de

capital disponible pour produire une unité de bien) (0,5pt)


Soit K d t le stock de capital disponible en t (0,5pt)

Soit K ot le stock de capital oisif dans la mesure où le stock de capital disponible est

supérieur au stock de capital nécessaire pour satisfaire la demande. (0,5pt)

Soit I r t l’investissement de remplacement associé, mais non forcément égal au

déclassement. Il permet de maintenir tout ou partie de la capacité de production acquise.


(0,5pt)
Soit I t c l’investissement de capital réalisé afin d’accroître la capacité de production.
(0,5pt)
On peut alors dresser le tableau suivant :
NB : Un tableau bien rempli vaut 4pts

Période 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

Yt 100 140 140 120 120 100 80 80 100 100

ΔYt 0 40 0 -20 0 -20 -20 0 +20 0

K *t 500 700 700 600 600 500 400 400 500 500

ΔK t * 0 200 0 -100 0 -100 -100 0 +100 0

I rt 50 50 70 0 33 0 0 0 43,74 50

It c 0 200 0 0 0 0 0 0 62,60 0

K dt 500 700 700 630 600 540 486 437,40 500 500

K ot 0 0 0 30 0 40 86 37,40 0 0

La demande a été stable durant les 12 périodes, l’entreprise a eu le temps d’ajuster son
stock de capital.
NB : L’étudiant devra décrire les principaux résultats de chaque période pour avoir la
totalité des points
À la période 13 elle dispose au début d’un stock de capital de 500, Le stock nécessaire
étant de 500 ( K *t = 5Yt ). Avec une dépréciation de 10% le stock disponible est

désormais de 450 (500-(500*10%)) insuffisant pour satisfaire la demande. L’entreprise


compense la dépréciation subie par le capital en pratiquant un investissement de
remplacement de 50. (0,5pt)
La période 14 est caractérisée par une augmentation de la demande de 40 ; il faut donc
non seulement remplacer le matériel déclassé car le stock disponible étant de 450 avec
la dépréciation insuffisant pour satisfaire la demande. Il faut également accroître la
capacité de production d’où un investissement de capacité de 200. (0,5pt)
La période 15 se traite de la même manière que 14 sauf que le stock disponible après
dépréciation est de 630 en comparant avec le stock nécessaire on se rend à l’évidence

2
que l’entreprise en procédant à un investissement de remplacement de 70 il y a
coïncidence avec le stock souhaité. (0,5pt)
En période 16 l’entreprise fait face à une baisse de la demande. Elle désire réduire son
stock de capital au niveau de 600. Le stock disponible étant de 630 après dépréciation,
l’entreprise ne fera aucun remplacement car le stock disponible est supérieur au stock
souhaité. De même, il n’aura aucun investissement de remplacement. On constate donc
30 unités de capital qui seront oisives. (0,5pt)
En période 17, il n ya aucune variation de la demande, le stock disponible après
dépréciation est de 567. Pour répondre à une demande 120 ou pour disposer d’un stock
nécessaire de 600, l’entreprise doit procéder à un remplacement partiel de 33. (0,5pt)
En période 18, il y a une baisse de la demande, le stock du capital disponible après
dépréciation est de 540, l’entreprise ne procède à aucun remplacement et à aucune
augmentation de la capacité de production car le stock disponible est supérieur au stock
souhaité. On constate donc 40 unités de capital qui seront oisives. (0,5pt)
La période 19 se traite de la même manière que 18, le stock disponible après
dépréciation est de 486, l’entreprise ne procède à aucun remplacement et à aucune
augmentation de la capacité de production car le stock disponible est supérieur au stock
souhaité. On constate donc 86 unités de capital qui seront oisives. (0,5pt)
À la période 20, il n’y a aucune variation de la demande, le stock disponible après
dépréciation est de 437,40, l’entreprise ne procède à aucun remplacement et à aucune
augmentation de la capacité de production car le stock disponible est supérieur au stock
souhaité. On constate donc 37,40 unités de capital qui seront oisives. (0,5pt)
La période 21 est marquée par une augmentation de la demande, le stock disponible
après dépréciation est 393,66 insuffisant pour satisfaire la demande, l’entreprise procéde
à un investissement de remplacement total de 43,74 et un investissement de capacité de
62,60. (0,5pt)
En période 22, il n ya aucune variation de la demande, le stock disponible après
dépréciation est de 450. Pour répondre à une demande 100 ou pour disposer d’un stock
nécessaire de 500, l’entreprise doit procéder à un remplacement total de 50. (0,5pt)
2. Les entrepreneurs décident de maintenir leur capital productif à un niveau
proportionnel à une somme pondérée des productions antérieures :

(
K *t = a Yt + bYt−1 + ...+ bnYt−n )
de telle sorte que le poids de l’année t soit de 2 et que pour une demande stable sur une
longue période, le coefficient de capital soit de 5. On supposera 0 ≺ b ≺ 1 . Après avoir
déterminé b, exprimer K *t sous une forme plus aisée à l’aide de la transformation de

3
Koyck
En supposant que la demande soit stable :
Yt = Yt−1 = ... = Yt−n = Y (0,5pt)

On a :

(
K *t = a Y + bY + ...+ bnY )
= a (1+ b + b 2
+ ...+ b ) Y
n

Lorsque n → ∞

(
K *t = K * = a 1+ b + b2 + ...+ bn Y ≈ ) a
1− b
⋅Y (0,5pt)

On sait que :

K*
= 5 (0,5pt)
Y
Avec le poids a de la période courante égal à 2 on a :
a 3
= 5 ⇒ b = (0,5pt)
1− b 5
Le stock de capital sous une forme plus aisée s’obtient à partir de la transformation de
Koyck :

(
K *t = a Yt + bYt−1 + b2Yt−2 + ...+ bnYt−n )
(
bK *t−1 = a bYt−1 + b2Yt−2 + b3Yt−3 + ...+ bnYt−n )
En soustrayant membre à membre et en tenant compte du fait que bn → 0 quand n → ∞
il vient que :
K t * − bK *t−1 = aYt (0,5pt)

Soit :
3
K t * = aYt + bK *t−1 = 2Yt + K *t−1 (0,5pt)
5

Vous aimerez peut-être aussi