Vous êtes sur la page 1sur 19

LIVRE BLANC

Quelles compétences développer en


digital pour évoluer ?
L’heure du
digital a sonné !
S’il y a un secteur en pleine évolution d’élaborer la stratégie marketing pour
depuis quelques décennies, c’est bien développer un site Internet, accroître
celui du marketing digital, estimé par le trafic, fidéliser les internautes, et
Xerfi à 17,6 milliards d’euros de chiffre surtout augmenter les ventes en ligne.
d’affaires en 2020. Il est réparti entre trois Aujourd’hui,  le secteur fait donc face à
dépenses majeures  : les commissions de nouveaux défis. La maîtrise du digital
versées par les annonceurs auprès des et la compréhension des datas en sont
agences de marketing digital en charge de devenus des impératifs.
conseil dans la création et le déploiement
des campagnes sur des supports L’équipe marketing doit s’entourer
numériques (environ 4,8 milliards d’euros d’experts stratégiques (datascientist
pour les directeurs marketing), l’achat de par exemple), capables de comprendre
logiciels de supervision du marketing et ce que les datas apportent et d’avoir
de prestations techniques (6,7 milliards une vision pour les intégrer dans une
d’euros) et  les achats de publicités stratégie. Elle doit aussi être précurseur
sur les sites et plateformes digitales, de l’innovation dans la relation client
correspondant aux revenus des régies comme dans l’utilisation de nouveaux
digitales (6,1 milliards d’euros). canaux de communication. Le marketing
de l’influence devient également
Sous l’influence de l’environnement primordial et suppose de travailler avec
économique et technologique,  la des acteurs nouveaux (leaders d’opinion,
transformation numérique et la influenceurs, associations, ONG etc.).
digitalisation croissante ont bouleversé
les structures marketing classiques - chef Pour faire face à cette nouvelle donne,
de produit, chef de groupe, directeur une remise à niveau régulière, ou
marketing - en créant de profondes ponctuelle, des connaissances sur des
mutations de leurs métiers. outils spécifiques est essentielle. Une
condition sine qua non pour évoluer
Les  domaines de compétence se sont professionnellement. Sans jamais se
élargis avec la mission plus spécifique sentir dépassé.

2
Sommaire
Devenir un as du digital, les compétences clés 4

- Le search marketing 7
- Le marketing à la performance 8
- Les médias sociaux 9
- Le brand content 10
- Data & pilotage 11
- CRM & emailing 12

Se former, la clé de toute évolution professionnelle 13

Une formation certifiante, oui, mais laquelle ? 17

À propos de CCM Benchmark Institut 19

3
Devenir un as du digital,
les compétences clés
Le marketeur, un métier en quête d’évolution
Le marketing digital connaît un bouleversement depuis 5 ans. Pour faire face à cette
évolution, l’utilisation de certains outils devient indispensable. Et nécessite une mise à jour
régulière de ses compétences pour rester au top.
Le digital est partout. Il correspond à une mutation des métiers et des modes de
consommation. En faire fi serait une hérésie. En jouer reste le meilleur des atouts
pour rester à flot, gagner en visibilité et développer une activité sur le court et le
moyen terme. Maîtrise de l’ensemble des outils digitaux plus ou moins exposés à la
communication via les réseaux sociaux, gestion des campagnes avec des outils automatisés,
bonne utilisation de l’omnicanal, capacité à travailler avec des partenaires-experts et plus
seulement une agence qui s’occupe de tout… La liste des leviers est longue. Sans compter
sur les métiers émergents qui naissent – et disparaissent - chaque jour.

Bien définir son champ d’action


Maîtriser le digital à une époque où les acquis dans le marketing  ». Sans la mise
mots-clés, les outils et réseaux sociaux en place d’une stratégie digitale avec les
se créent en permanence, requiert une bons outils, les entreprises enregistrent
grande agilité. Il est indispensable de rester une perte de chiffre d’affaires substantielle.
à l’écoute, de mobiliser sa curiosité pour Dans un tel contexte, la définition du
découvrir telle tendance à l’international digital s’impose pour agir efficacement.
ou telle solution révolutionnaire. «  Il Et dissocier, pour mieux les associer, la
faut maîtriser le digital et surtout cette méthode qui consiste à vendre un produit
mutation du marketing, digitale à 80% avec SEO, développer le brand content, et
aujourd’hui  », remarque Fabien Pinkham, les outils digitaux. Le comportement du
directeur marketing et communication, consommateur final et du revendeur par
Ingenico. «  Désormais, digitaliser est un exemple ne cessent de se transformer.

4
L’année 2020 et la crise sanitaire n’ont fait client. L’idée de repenser les techniques
qu’accélérer cette évolution. Le multicanal de vente avec de nouvelles propositions
est aujourd’hui un pilier essentiel du fait son chemin. Avec, en ligne de mire,
marketing : un client achète en ligne mais il l’urgence d’aider les entreprises à revoir
se rend encore en magasin pour récupérer leur façon de vendre, leur gestion de stock
ses achats et il faut savoir jongler entre les pour passer au 100% digital. Une tendance
deux. La restauration, par exemple, a dû qui risque de s’inscrire dans le temps. La
s’adapter à la fermeture des établissements data devient centrale pour lier ce monde
pour développer le click & collect et se physique au monde digital, tourné vers
mettre à la digitalisation du parcours un seul canal de vente. Sur ce point, les
agences de communication vont devoir
jouer un rôle de conseiller en digitalisation
important. Des grands comptes au boucher
du coin en passant par les médecins et
les syndicats, le digital fait sa révolution  !
La capacité à innover et transformer en
maîtrisant de nouveaux outils fait d’un bon
marketeur un atout.

Accompagner la transformation digitale


Pour devenir incontournable, un marketeur mais de manière intelligente à travers
doit savoir jouer avec les innovations. Les une forte personnalisation, une relation
nouveaux réseaux sociaux sont à prendre forte, privilégiée, unique et intelligente »,
en compte, certes, à condition de proposer commente Fabien Pinkham, directeur
le bon format, entre TikTok et Club House, marketing et communication chez Ingenico,
pour ne citer qu’eux. Autre clé : le marketing « le marketeur qui a compris cela en étant
personnalisé. Si un marketeur envoie une innovant et en maîtrisant les outils digitaux
newsletter plutôt que 100, il doit en faire 20 sera très bon ».
personnalisées pour les clients importants.
Aujourd’hui, avec tous ces outils, il faut
remettre l’innovation, la personnalisation
avec plus d’événementiels, de nouveaux
formats de communication avec ses clients,
au cœur de toute stratégie. Comme dans
l’univers du luxe, par exemple. Une maison
comme Hermès s’est fortement digitalisée
au cours de l’année 2020 pour palier à l’arrêt
brutal du tourisme américain, chinois ou
russe en France. Résultat : la griffe réalise
près de de 30% de son chiffre d’affaires
en ligne. «  Il faut digitaliser absolument

5
La direction marketing en question
Au top management, la remise en question s’impose également. Par exemple, pour un
directeur marketing, si les compétences restent inchangées en management, en sa capacité
à gérer l’incertitude, à traduire la stratégie d’entreprise dans une stratégie marketing, il
fait face à une transformation sur des sujets plus techniques. Son environnement ne se
limite plus à l’offre, le produit, le positionnement d’une marque. Pour des fonctions moins
managériales, le constat est identique. Les compétences en digital sont fondamentales et
quel que soit la taille de l’entreprise.

Attention, cela ne signifie pas que le marketing. Dans les petites entreprises,
marketeur 2021 doit connaître tous le directeur marketing reste encore (trop
les leviers mais en partie, pour pouvoir souvent) multi-casquette par manque de
motiver et tirer vers le haut son équipe. ressources humaines et/ou financières.
D’où la nécessité d’une formation pour «  La formation est nécessaire car les
affiner toute stratégie. « Depuis deux ans, solutions évoluent en permanence avec un
nous constatons que les responsables se volet redoutable qu’est le Cloud  », ajoute
forment davantage, osent le coaching. Les Jean-Luc Bernard, fondateur Netwave. «  Il
dirigeants en parlent souvent, évoquent les existe un réel enjeu de remise à niveau
bénéfices à être accompagné, à avoir un sur les outils et les technologies car si
pool », raconte Sandrine Loison, directrice un directeur marketing ne comprend pas
exécutive groupe MullenLowe. Ils intègrent comment ça marche, il passe à côté de
ainsi plus facilement les fonctions digitales quelque chose. Par ailleurs, l’écosystème
au sein de la direction marketing dans de leurs médias a beaucoup changé, il faut
les grands groupes. Cela leur permet de se former aux réseaux sociaux et à leurs
mieux gérer les nouveautés proposées outils. Aujourd’hui, le milieu du marketing
par les éditeurs de logiciels et les solutions est mouvant. »

6
Une ouverture indispensable
Mais ses compétences essentielles doivent aller bien au-delà pour comprendre les
enjeux et la dynamique de l’univers dans lequel il évolue. Il doit être curieux, ouvert,
savoir coordonner et identifier les profils de ses collaborateurs. « Auparavant, le directeur
marketing s’appuyait sur des piliers qu’il mettait à jour au fil des années  », remarque
Sandrine Loison, directrice exécutive groupe MullenLowe, « aujourd’hui, il doit être à l’aise
avec les nouveaux outils, l’adaptabilité est devenue une qualité fondamentale ». Son rôle
consiste à suivre l’actualité et rester en veille permanente sur des sujets à la UNE des
médias : la révolution 5G, la disparition du cookie, le regain d’intérêt pour le QR code, etc.
Il veille en permanence, suit telle tendance, se renouvelle et réfléchit. Et pour optimiser
le temps passé à scruter les dernières tendances, le marketeur observe les marchés
étrangers, en particulier les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour gagner en efficacité.

Fabien Pinkham
Directeur marketing et communication, Ingenico

« La transformation digitale est le vrai sujet, car l’accompagnement d’un client a du


sens. Il faut des compétences de compréhension, une culture des métiers qui apporte
des solutions, savoir ce que peut ou pas apporter une technologie. Le manque de culture
est flagrant. »

Six leviers pour évoluer


Les problématiques actuelles obligent les actifs du secteur du marketing à se former,
certes, mais à suivre les tendances pour les intégrer au mieux dans leur stratégie.

1 Le search marketing
Quoi qu’en pensent ses détracteurs, le tous appareils confondus. « Il faut être très
search marketing reste le nerf de la guerre, le bon là-dessus pour se démarquer car les
premier levier de visibilité d’une entreprise, gens conservent ce réflexe pour effectuer
selon sa maturité. Il regroupe l’ensemble une recherche », glisse Eléonore Vigneron,
des techniques visant à mettre en avant les ex chef de projet CRM pour le Club Med,
offres, les contenus éditos, audio et vidéos fondatrice du podcast RayonNantes.
d’une marque ou d’une entreprise sur les Toutefois, Google et Facebook devenant
pages de recherche. Cela passe notamment de plus en plus «  intelligent  », un bon
par le référencement naturel et les liens marketeur privilégie le levier du search
sponsorisés. En France, Google représente à travers sa stratégie marketing globale.
92,15% de parts de marché des requêtes,

7
L’AVIS DE LAURENT GARNIER
Recruteur au sein du cabinet Solentys
« Sur les sujets techniques, il est nécessaire de maîtriser l’ensemble des outils digitaux plus
ou moins exposés à la communication via les réseaux sociaux, et de gérer des campagnes
avec des outils plus automatisés. »

2 Le marketing à la performance
Fidéliser le client, le transformer en Un enjeu stimulant pour tout expert
ambassadeur de marque, qu’il en parle en marketing. Avec le marketing à
sur tous les leviers de communication et la performance, il mesure un taux
laisse des commentaires positifs. d’engagement, qu’il transforme ensuite
en facture au clic, à la commission. En
maîtrisant cet outil, le marketeur apprend
tous les rouages, de l’achat d’espace à
l’affiliation. Dans une entreprise, cette
fonction peut être gérée en interne ou
confiée à une agence de communication
ou des spécialistes qui garantissent
des clics. Ces derniers s’appuient sur
différentes solutions  et la performance
est définie avec l’annonceur. Ce domaine
reste efficace et central mais attention
aux nombreuses dérives. Le marketing
à la performance doit s’appuyer sur une
stratégie de qualité, des médias solides,
un retour à l’intelligence et à l’artisanat vs
le mass market.

L’AVIS DE FLAVIEN VETTORO


Consultant pour le cabinet Xerfi

«  Le marketing à la performance peut marcher quand on est sur de l’open web et


aujourd’hui 20% du temps est passé sur Internet. Le cookie permet de faire le marketing
à la performance et la suppression des cookies entraine une plus grande difficulté à
monitorer les données, revoir l’historique d’un consommateur. »

8
3 Les médias sociaux

Utiliser un média social dans une stratégie marketing est incontournable. Encore faut-il
savoir pourquoi. Aujourd’hui, parmi les médias sociaux les plus puissants, en France :

Facebook se classe en tête suivi de Snapchat, Whatsapp, Instagram.


30 LinkedIn, très puissant auprès des adultes, réunit 3,5 millions de VU.
25,1
M VU

20 16,3
M VU 14,7 14,4
M VU
M VU
Temps de connexion
10 moyen aux réseaux
3,5 1h36 sociaux en France
M VU

0 De plus en plus de
at n consommateurs découvrent
ook h pp am edi
eb pc tsa ag
r
nk les marques à travers les
c
Sn
a ha st Li
Fa W In réseaux sociaux.

Chaque jour, ou presque, un nouveau lorsqu’il s’agit de gérer une situation


réseau apparaît en ligne. Pour gagner en de crise dans le secteur alimentaire ou
efficacité et les intégrer à toute démarche, l’industrie pharmaceutique  », rappelle
il est important de les relier au brand Sandrine Loison, directrice exécutive
content. Ils permettent ainsi de raconter groupe MullenLowe. Dans ce cas, une
une histoire avec des arguments solides agence s’avère très utile. Dans tous les
et non pas de nourrir simplement une cas, le contenu, qu’il soit géré en interne
marque en créant du buzz. Surinformé et ou par un prestataire externe, doit se
sollicité en permanence, le consommateur distinguer pour bien fonctionner. Il doit se
est en quête de sens et de nouveautés raisonner, devenir plus artisanal pour être
et le marketeur peut répondre à ces plus percutant. D’ailleurs, selon le cabinet
attentes en structurant, par exemple, une d’études Xerfi, « les réseaux sociaux ont la
approche en phase avec une plateforme capacité de proposer aux annonceurs des
de la marque. Un pilotage ou un co- profils de consommateurs ultra-ciblés
pilotage interne, avec un référent qui grâce à l’analyse des contenus partagés
sert de tour de contrôle pour s’assurer (photos, articles, vidéos) et des interactions
de la cohérence de chaque contenu, par des algorithmes de corrélation. Il est
de sa pertinence, de sa consistance, ainsi possible pour les entreprises de
s’avère essentiel. «  Il est plus facile d’être conquérir de nouveaux prospects avec
réactif en interne qu’en externe surtout un taux de réussite particulièrement

9
élevé par rapport aux autres techniques de marketing. Facebook pourrait d’ailleurs
être le grand gagnant de la fin des cookies tiers. Les annonceurs se reportant vers
leur connaissance approfondie de plus de 2 milliards d’internautes pour mieux cibler les
consommateurs. »

L’AVIS DE SANDRINE LOISON


Directrice exécutive groupe MullenLowe

« Il faut savoir quelles retombées on attend : notion de confiance, attente quantitative, etc.
Tout marketeur doit avoir des objectifs clairs avec une vision bien établie comprenant des
indicateurs de performance. Il faut oser tester de choses selon la politique de l’entreprise
qui ne doit pas rester sur des acquis. »

4 Le brand content

ou d’une agence reconnue pour ce service


qualitatif. Il ne s’agit pas d’avoir un profil de
journaliste mais de jouer habilement de sa
plume pour convaincre le consommateur
qu’une marque se soucie de son impact
et entretient un savoir-faire traditionnel
loin d’une fabrication industrialisée. « Cela
apporte une forme de référencement,
une affiliation, une notoriété et une
crédibilité », glisse Fabien Pinkham. Autre
tendance  : l’inbound marketing. Ce
contenu développé - blogs, applications
mobiles dédiées, newsletters, podcasts
Fini les petites histoires, désormais les livres blancs, évènements en direct sur
marques se mettent en scène, jouent YouTube - séduit un consommateur et
la carte du brand content ultra positif. cela permet de créer une relation avec
Les consommateurs souhaitent plus de ce prospect pour lui vendre un produit.
transparence  ? Les marketeurs veillent Cette technique intègre toute la stratégie
à leur en offrir à travers un discours marketing, sur les réseaux sociaux et
mêlant engagement, responsabilité le brand content, en faisant appel à des
environnemental, éthique et respect de influenceurs. Le marketeur se concentre
la nature. Et ça marche  ! Les spécialistes alors sur l’identité de marque qui construit
du brand content développent des un positionnement précis pour proposer
compétences rédactionnelles qu’ils du contenu éditorial fort et cohérent. Et
mettent au service d’une équipe interne différenciant.

10
L’AVIS DE FABIEN PINKHAM
Directeur marketing et communication, Ingenico
« Avec de nouveaux formats et un contenu de qualité, cela fonctionne bien. Il y a un effet de
la pub sur l’inconscient. Pour s’améliorer, un marketeur doit se concentrer sur le contenu,
qui fait la différence s’il est bien pensé. »

5 Data et pilotage
Accumuler des données c’est bien. Mais
encore faut-il savoir les utiliser à bon
escient. De quoi a-t-on vraiment besoin  ?
Aujourd’hui, nous revenons au sens, à quoi
sert une entreprise et aux fondamentaux
du marketing. La data peut permettre
de proposer des services et des produits
qui répondent aux attentes d’une cible
et développer ainsi une stratégie ultra
personnalisée. Le marketeur doit avoir
des connaissances sur le sujet même s’il lui développée  ». Son coût d’achat atteint
semble très technique. En revanche, il n’est parfois des sommes records en fonction de
pas là pour la récolter. Une fois acquise, sa qualité et pas forcément de sa quantité.
il l’analyse, l’étudie pour en sortir des En tant que spécialiste du marketing digital,
comportements et de la personnalisation les données servent à mieux anticiper,
du client. «  C’est un levier très important mieux cibler et donc…mieux vendre. « C’est
car il apporte une compréhension d’un le contraire du mass market qui agace les
environnement. On peut se former et plus consommateurs ! », ajoute Fabien Pinkham.
que jamais, ce sont des formations à des Reste toutefois à gérer la protection des
techniques, des algorithmes, des logiciels », données personnelles. En effet, la prise
remarque Fabien Pinkham, directeur de conscience des consommateurs sur ce
marketing et communication, Ingenico. « La point mérite de se pencher sur le sujet afin
data est devenue de plus en plus importante d’optimiser les retours sur investissements
au fur et à mesure que la digitalisation s’est des entreprises.

L’AVIS DE JEAN-LUC BERNARD


Fondateur de Netwave
«  Aujourd’hui, c’est un incontournable dans le monde du digital car dans le monde
physique, les données collectées sont faibles. Sur le web, nous sommes face à un tsunami
de données qu’il faut traiter et c’est un enjeu réel pour les professionnels du marketing.
L’être humain ne peut pas les traiter donc l’intelligence artificielle est nécessaire. »

11
6 CRM et emailing

Considéré comme un vieil outil, affiné


depuis, le CRM n’en demeure pas moins
intéressant. Ces logiciels de relation
client comptent toujours et sont
directement associés à la fidélisation.
Ils concentrent des données sur
les acheteurs, très utiles pour les
entreprises dans le cadre de cartes
personnalisées/de fidélité. L’emailing,
qui fait partie des outils de CRM, semble
en perte de vitesse dans les stratégies
marketing. Les marketeurs s’appuient
davantage sur des événements
digitaux ou physiques, de proximité.
Toutefois, l’emailing sert encore à
diffuser des informations sur la mise à
jour de tel ou tel logiciel et s’apparente
à de la communication.

L’AVIS D’ÉLÉONORE VIGNERON


Ex chef de projet CRM Club Med
«  C’est un sujet qui est en questionnement permanent. Aujourd’hui, les médias de
communication sont multicanaux mais les passerelles entre les outils se font rares. Nous
en sommes encore au balbutiement, cela évolue mais lentement. »

12
Se former, la clé de toute
évolution professionnelle
Une carrière au long cours sans formation, de certains métiers, entraîne une remise
même occasionnelle  ? Une situation en question de soi et de ses choix.
impensable pour un cadre, et plus encore Dans tous les domaines d’activités, à des
dans le secteur du digital. échelons différents, la crainte de devoir
être plus mobile, plus « adaptable » se fait
Travailler dans la même entreprise de moins en moins ressentir. Les actifs
depuis plus de 20 ans devient rare, pour ont conscience des bouleversements
ne pas dire exceptionnel. Et ce n’est pas sociétaux et de leur impact sur leur
qu’une question de compétences. Selon parcours. Ils restent optimistes quant à
le ministère du Travail, 50% des métiers leur avenir professionnel. 68% des actifs
sont amenés à se transformer au cours français avouent être confiants sur leur
des dix prochaines années. Les salariés avenir professionnel, voire très confiants
veulent du changement, ne se contentent pour 15% d’entre eux (source  : CSA,
plus de bien faire leur boulot. Ils osent baromètre de la formation et de l’emploi,
parler épanouissement sans rougir, janvier 2021).
quel que soit leur âge. 64% des Français
souhaitent commencer une reconversion
professionnelle. 79% des moins de 30
ans se disent prêts à changer de job ou
d’entreprise. Autre phénomène notable :
le concept de l’équilibre vie-perso-vie-pro
n’est plus réservée aux plus jeunes.
L’année 2020, marquée par la crise
sanitaire, amplifie cette tendance. Le
boom du télétravail, des réunions à
distance, du chômage partiel, d’un arrêt

13
Face à l’évolution rapide de certaines ils acceptent cette réalité  : passer d’un
fonctions, ils sont près d’un sur poste à un autre n’est plus un handicap.
deux à estimer faire le même métier À l’instar des pays anglo-saxons, les
mais différemment (+6 points l’année employeurs rechignent de moins en moins
précédente). Près de la moitié d’entre à recruter des profils plus atypiques, aux
eux pense exercer un nouveau métier CV moins classiques et aux parcours
à plus ou moins long terme, et un tiers, moins linéaires. Une chance dont il faut
dans les deux prochaines années. Et pour désormais savoir se saisir. Les formations
le vivre sans frustrations ni ressentiment, y contribuent. Avec succès.

Les effets bénéfiques de la loi


Depuis août 2018, l’application de la loi Le financement des formations ne
pour la liberté de choisir son avenir s’effectue plus en heures mais en euros,
professionnel, conforte les Français dans avec une somme de 500 € attribué par an
l’idée de franchir le pas. Votée après sept et par salarié, avec une limite de 5000 €.
mois de concertations et de négociations Les salariés non qualifiés disposent d’un
entre les différents acteurs sociaux et montant plus important, 800 € par an
membres du gouvernement, elle modifie plafonné à 8 000 €. Les employeurs
sérieusement le système précédent, en peuvent abonder le CPF de leurs salariés
permettant, notamment, aux salariés pour leur permettre d’accéder à des
de choisir directement leur formation formations. Ceux qui travaillent à temps
continue et de bénéficier des avantages partiel – 80% des femmes – bénéficient
d’une certification. Depuis le 1er janvier des mêmes droits tout comme les
2019, ils bénéficient du compte personnel travailleurs de plateformes. Pour utiliser,
de formation CPF. ses heures il suffit de se connecter sur
le site www.compteformation.gouv.fr
ou sur l’application mobile Mon Compte
Formation, de rentrer ses droits après
avoir récupéré le solde d’heures de
formation disponibles sur le bulletin de
salaire de décembre 2014 ou janvier
500 € 2015, ou sur une attestation d’employeur.
Ils sont automatiquement convertis en
euros.

14
L’univers du digital fortement concerné

Si tous les domaines d’activité


sont concernés par les
besoins en formation, avec
ou sans certifications, celui
du marketing digital l’est
d’autant plus. Pour les actifs,
il devient plus que nécessaire
de s’adapter aux outils
technologiques, en évolution
perpétuelle, pour faire face à
de nouveaux enjeux.

Selon une étude réalisée par l’Insee, fin août 2020, dans les secteurs marchands non
agricoles, 41 % des sociétés de 10 salariés ou plus implantées en France ont innové entre
2016 et 2018 en termes de produits (biens et services) ou d’amélioration des procédés de
production, des modes d’organisation aux méthodes de marketing en passant par la R&D.

Un sondage de l’Ifop, mené en février 2021, met en lumière les besoins de digitalisation
des TPE et le fait que :

70% des dirigeants de TPE savent ce qu’est le référencement


d’une page internet.

59% ne se font pas une idée précise de ce que sont les outils
d’aide à la création de site internet.

COMME PAR EXEMPLE

WordPress Cloud Computing S.a.a.S.


45% n’en ont même 79% ne savent pas 85% ne sont pas
jamais entendu parler précisément ce qu’est à l’aise avec le terme
un logiciel de “cloud de logiciels S.a.a.S
computing” (software as a service)

Preuve que les formations au digital sont promises à un bel avenir. L’informatique se
classe d’ailleurs en tête des thématiques demandées, suivi des langues étrangères et du
management.

15
La formation professionnelle, que du plus !
D’après les résultats du baromètre de la formation et de l’emploi réalisé par le
Centre Inffo et le CSA, 9 actifs sur 10 portent un regard positif sur la formation
professionnelle. Elle reste, pour eux, une opportunité de s’améliorer dans sa pratique
professionnelle (90%, +1 point) et une chance pour évoluer professionnellement
(89%, +2 points) ainsi qu’une nécessité pour conserver son employabilité sur le
marché du travail (88%, +4 points). De plus, une large majorité des actifs français
(78%) considèrent que la formation est avant tout une responsabilité personnelle
et individuelle (+14 points). Autres données intéressantes : 67% des actifs ont le
sentiment d’être suffisamment acteurs de leur formation professionnelle (+11
points). Après l’individu lui-même (86%, +2 points), les actifs considèrent que les
organismes de formation (75%, -3 points) et les employeurs (74%, -1 point) sont les
acteurs les plus importants à solliciter dans le cadre de la formation professionnelle.

CHIFFRES : 2021 UNE ANNÉE CLÉ

48% des actifs 85% des salariés


envisagent de suivre une connaissent le dispositif de CPF et 63%
formation en 2021 déclarent le connaître très bien

33% des actifs 9 actifs sur 10


pensent changer considèrent la formation professionnelle
d’emploi dans les comme une opportunité de s’améliorer
deux ans à venir dans sa pratique professionnelle

16
Une formation certifiante,
oui, mais laquelle ?
Selon son profil et ses objectifs, le bon choix de sa formation est primordial. Si l’on souhaite
seulement monter en compétences, sans diplôme ou certification particulière, il suffit de
s’inscrire à une formation courte, ou longue, effectuée en interne ou en passant par un
organisme de formation en présentiel ou à distance. Pour valider une compétence sur un
métier précis, et rester dans le même secteur d’activité, la formation certifiante s’avère
une solution idéale. Elle peut être un titre professionnel délivré par le ministère de l’Emploi.
Pour ceux qui optent pour une reconversion, la formation diplômante permet d’obtenir
un diplôme d’État reconnu, dispensé par une école, une université ou un organisme de
formation.

Le cursus parfait
toute inscription, chaque candidat doit
répondre à un questionnaire d’évaluation
pour vérifier son niveau afin de s’assurer
d’être à l’aise avec les notions abordées
tout au long du cursus. La validation de
ces acquis confirme souvent l’engagement
et le sérieux de l’organisme. Une fois ces
informations vérifiées, penchez-vous sur
les modalités d’apprentissage (présentiel,
Une fois le type de formation choisi, reste elearning, classe virtuelle…) afin de vérifier
à trouver le bon organisme et le bon que les modules et les ateliers à suivre en
intitulé. Sans oublier les détails pratiques rythme synchrone et asynchrone soient
et prérequis. Le certificat Marketing Digital compatibles avec votre agenda. Veillez
dispensé par l’ESCP Business School également à vérifier le profil d’anciens
et CCM Benchmark Institut, formation stagiaires et le nom des intervenants, lisez
certifiante, nécessite d’avoir une bonne les commentaires et retours d’expérience.
connaissance du marketing et de bénéficier Un réflexe qui pèse souvent dans le choix
de plusieurs années d’expérience. Avant définitif !
17
Un financement réussi
La question des ressources financières
représente souvent un frein dans le
choix d’une formation continue. Cela ne
devrait pas être le cas ! En effet, elle peut
être financée par le compte personnel
de formation si le solde est suffisant.
Dans le cas contraire, si l’entreprise
compte moins de 50 salariés, il est
possible de solliciter son employeur
pour un abondement du CPF, avec, ou
pas, le cofinancement par l’organisme
OPCO. Dans une structure de plus de
50 salariés, l’abondement est laissé
au bon vouloir de l’employeur. Vous
pouvez également contacter le conseil
départemental et régional ou verser
des sommes sur votre compte. Les
solutions existent !

Corinne Taraba
Sous-directrice pôle tourisme durable des territoires et filières
auprès de Atout France et ancienne participante
au certificat Marketing Digital

« Dans le secteur du digital, il est nécessaire de reposer les bases, d’avoir de bons
cas d’études car tout évolue très vite avec, notamment, l’émergence permanente de
nouveaux réseaux sociaux. Cette formation est riche en cas d’études, très bénéfiques, et
l’avantage du partenariat avec l’ESCP réside également dans le choix des enseignants,
très bons. De plus, une formation certifiante implique du travail personnel de notre
part et cela est stimulant. »

18
À PROPOS DE CCM BENCHMARK INSTITUT
(GROUPE FIGARO)

Avec 20 ans d’expérience dans le montage des formations, CCM


Benchmark Institut propose une offre pointue dans le domaine du
digital. Plus d’un millier d’entreprises nous font confiance chaque année
pour former leurs collaborateurs et accompagner leurs équipes dans
la digitalisation de leurs activités.

CCM Benchmark et l’ESCP Business School ont associé leurs expertises


pour concevoir le certificat Marketing Digital, formation certifiante éligible
au CPF.
Les principales notions abordées dans cette formation sont : le search
marketing, le marketing à la performance, le social media, le brand
content, le pilotage des actions marketing, la data, le CRM et l’emailing…

Vous serez accompagné tout au long du cursus par les directeurs


pédagogiques, Hervé Druez et Sandrine Macé. Le programme est
organisé sous forme de modules et dispensé par nos formateurs
experts dans leur domaine et intervenants dans le secteur du digital afin
de vous apporter de nombreux cas concrets et retours d’expérience.

CCMBenchmark CCMBenchmark CCMBenchmark CCMBenchmark


Institut Institut

19

Vous aimerez peut-être aussi