Vous êtes sur la page 1sur 139

Les déchets solides,

une ressource à exploiter

R ECUEIL DES TECHNOLOGIES


RELATIVES AUX DÉCHETS
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Recueil des technologies relatives aux déchets

Table des matières


Section 1 : Considérations relatives au système de gestion des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146
Fournisseurs de technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146
Modèle de gestion intégrée des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146

Section 2 : Recyclage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147


Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
Marchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
Collecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
Traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161
Technologies nouvelles et émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
Performance globale des systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
Effets environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
Répercussions énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
Leçons apprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

Section 3 : Compostage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182


Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182
Systèmes en usage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
Collecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
Traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
Technologies nouvelles et émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
Effets environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
Répercussions énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206
Leçons apprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .206

140 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Section 4 : Digestion anaérobie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .214
Technologies nouvelles et émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .215
Effets environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221
Effets sur le réacheminement des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222
Effet sur les rejets d'eaux usées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222
Répercussions énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223
Leçons apprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

Section 5 : Traitement thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226


Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231
Technologies particulières/évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231
Technologies nouvelles et émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241
Effets environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .242
Répercussions énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245
Leçons apprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246

Section 6 : Enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248


Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248
Technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249
Technologies nouvelles et émergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .252
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254
Performance globale des systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254
Effets environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256
Répercussions énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257
Leçons apprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .258

TABLEAUX ET FIGURES
Tableaux
Tableau 2.1 Avantages et désavantages des véhicules de collecte sélective à chargement latéral
hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
Tableau 2.2 Avantages et désavantages des bennes tasseuses ordinaires pour la collecte des
matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
Tableau 2.3 Avantages et désavantages des véhicules à deux compartiments . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
Tableau 2.4 Avantages et désavantages des programmes de dépôt dans la collecte des
matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158

Recueil des technologies relatives aux déchets 141


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Tableau 2.5 Équipements de traitement courants dans les IRM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Tableau 2.6 Différentes combinaisons de dispositifs de collecte et de systèmes de
traitement des matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
Tableau 2.7 Comparaison des émissions de GES liées au recyclage et à l’enfouissement
de 1 000 tonnes de matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
Tableau 2.8 Comparaison des émissions de gaz acides et de polluants précurseurs
de smog liées au recyclage et à l’enfouissement de 1 000 tonnes de matières
recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
Tableau 2.9 Comparaison des émissions toxiques liées au recyclage et à l’enfouissement
de 1 000 tonnes de matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
Tableau 2.10 Exemples d’économies d’énergie liées à l’utilisation de matières premières
recyclées plutôt qu’à des matières premières vierges dans les opérations de
fabrication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179
Tableau 2.11 Caractéristiques du recyclage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Tableau 3.1 Avantages et désavantages des systèmes de dépôt public des résidus de jardin . . . . . . . . .187
Tableau 3.2 Avantages et désavantages du service saisonnier de collecte en bordure des rues . . . .188
Tableau 3.3 Avantages et désavantages de la collecte hebdomadaire ou à toutes les deux
semaines en bordure des rues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .188
Tableau 3.4 Avantages et désavantages de la collecte des matériaux en vrac . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189
Tableau 3.5 Avantages et désavantages des sacs de plastique ouverts à l'installation . . . . . . . . . . . .190
Tableau 3.6 Avantages et désavantages des sacs de plastique ouverts en bordure des rues . . . . . . .191
Tableau 3.7 Avantages et désavantages des sacs de papier compostables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
Tableau 3.8 Avantages et désavantages des contenants en plastique rigide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192
Tableau 3.9 Avantages et désavantages du compostage en andains avec retournage des tas . . . . . .196
Tableau 3.10 Avantages et désavantages du compostage en tas statiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198
Tableau 3.11 Avantages et désavantages du compostage en canaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199
Tableau 3.12 Estimations d'émissions de GES résultant du compostage de 1 000 tonnes
de déchets organiques comparativement à l'enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
Tableau 3.13 Émissions de gaz acide et de polluants précurseurs de smog résultant du
compostage de 1 000 tonnes de déchets organiques comparativement à
l'enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
Tableau 3.14 Émissions toxiques produites par le compostage de 1 000 tonnes de déchets
organiques comparativement à l'enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
Tableau 3.15 Caractéristiques du compostage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207
Tableau 4.1 Capacités du digesteur anaérobie requises pour des matières traitées et des
tailles de municipalité différentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .216
Tableau 4.2 Investissement prévu et coûts d'exploitation pour des digesteurs anaérobies
« génériques » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218
Tableau 4.3 Réductions des émissions de GES d'une installation de digestion anaérobie
de 10 000 tonnes/an avec et sans séquestration du carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222

142 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Tableau 4.4 Caractéristiques de la digestion anaérobie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225
Tableau 5.1 Exemples d’application des technologies de traitement/destruction thermique
au Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226
Tableau 5.2 Comparaison estimative, pour 1 000 tonnes de déchets, des émissions de GES
produites par le procédé EFW (production directe d’énergie dérivée des déchets)
et par un lieu d’enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244
Tableau 5.3 Comparaison estimative, pour 1 000 tonnes de déchets, des émissions de gaz
acides et de polluants précurseurs de smog produites par le procédé EFW
(production directe d’énergie dérivée des déchets) et par un lieu d’enfouissement . .244
Tableau 5.4 Comparaison estimative, pour 1 000 tonnes de déchets, des émissions toxiques
produites par le procédé EFW et par un lieu d’enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245
Tableau 5.5 Caractéristiques du traitement thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247
Tableau 6.1 Deux exemples de lieu d’enfouissement à bioréacteur approuvés au Canada . . . . . . .254
Tableau 6.2 Caractéristiques de l'enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259

Figures
Figure 2.1 Schéma de recyclage type . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
Figure 2.2 Schéma de décision pour la collecte et le traitement des matières recyclables . . . . . . .152
Figure 2.3 Exigences de traitement dans un système à flux unique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166
Figure 2.4 Exigences de traitement dans un système de matières recyclables partiellement
mélangées – Fraction des contenants seulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
Figure 2.5 Exigences de traitement pour un système de matières recyclables partiellement
mélangées – Fraction des fibres seulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168
Figure 2.6 Exigences de traitement dans un système de matières entièrement séparées . . . . . . . .169
Figure 2.7 Courbes des coûts d’investissement et d’exploitation annualisés – IRM . . . . . . . . . . .176
Figure 3.1 Schéma de compostage simplifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183
Figure 3.2 Système de compostage en andains à ciel ouvert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195
Figure 3.3 Système de compostage en tas statiques aérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197
Figure 3.4 Système de compostage en canaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199
Figure 3.5 Système de compostage en enceinte close . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200
Figure 4.1 Schéma type d'un digesteur anaérobie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211
Figure 6.1 Principaux éléments d’un lieu d’enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .249

Recueil des technologies relatives aux déchets 143


Les déchets solides, une ressource à exploiter
1
SECTION

Considérations relatives au système de gestion des déchets

L e Recueil des technologies relatives aux déchets de la


trousse Les déchets solides, une ressource à exploiter
décrit toute une gamme de techniques, éprouvées ou
Il existe certains écarts entre les différentes régions
du Canada, imputables à la géographie et au climat,
mais, de façon générale, les habitations plurifamiliales
émergentes, de gestion des déchets solides. Grâce sont celles qui produisent le plus de déchets en poids
à ce recueil, les municipalités canadiennes seront dans toutes les catégories, sauf dans celle des résidus
en mesure d’aider les dirigeants municipaux et les de jardin. Voici la composition-type des déchets
responsables de la gestion des déchets à choisir les pra- résidentiels, en poids, par logement, par année
tiques exemplaires eu égard à leur situation. Bien que (kg/log./an.); l’ordre est décroissant :
toutes les techniques décrites soient applicables, la
préférence devrait être accordée à celles qui permettent Déchets kg/log./an.
de traiter les déchets comme des ressources et de Papier 275
favoriser l’instauration de collectivités viables. Déchets alimentaires 208
Les grands secteurs d’activité de gestion des Autres (bois, déchets volumineux,
déchets sont les suivants : gros biens durables) 167
■ Recyclage Résidus de jardin 162
■ Compostage Verre 61
■ Digestion anaérobie Métaux ferreux 31
■ Traitement thermique Plastique en pellicule 31
■ Enfouissement Textiles/cuir/caoutchouc 26
Autres plastiques 21
Veuillez noter que l’enfouissement peut constituer Métaux non-ferreux 8
un mode de gestion de toutes les catégories de Polyéthylène haute densité 6
matières, tandis que les quatre autres techniques Polyéthylène téréphthalate 4
ne peuvent s’appliquer qu’à certaines catégories de
matières et ne servir à gérer qu’un tonnage donné La composition des déchets produits par le secteur
de matières. ICI dépend de l’activité économique régionale, et
Les municipalités ont surtout à traiter des déchets notamment de la nature des industries locales et du
résidentiels auxquels s’ajoutent certains déchets du type de commerces et d’activités de fabrication. De
secteur industriel, commercial et institutionnel (ICI) façon générale, les déchets de ce secteur se composent
de petits producteurs de déchets. Les déchets résiden- des cinq principales matières ci-dessous :
tiels incluent les déchets des habitations unifamiliales
et plurifamiliales, des tours d’habitation et des Déchets du secteur ICI Pourcentage
immeubles bas, les déchets de compostage domestique, Papiers mélangés 25
les tontes de gazon ainsi que les déchets transportés Carton ondulé 15
par les citoyens eux-mêmes aux dépôts, aux stations de Déchets alimentaires 10
transfert et aux lieux d’enfouissement. Plastiques 9
Métaux ferreux 8

Recueil des technologies relatives aux déchets 145


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Ces déchets sont généralement gérés par les séparer les matières sèches recyclables des matières rési-
membres du secteur ICI qui les produisent, mais duelles qui ne peuvent être recyclées ou pour lesquelles il
certains déchets de ce secteur, particulièrement ceux n’existe aucun marché ou qu’un marché limité.
provenant de petites exploitations commerciales ayant
pignon sur rue, sont intégrés au système de gestion des Déchets solides municipaux mélangés (DSMM) : un
déchets municipaux. flux de déchets résiduels provenant du secteur résiden-
Lorsque les déchets du secteur ICI sont intégrés tiel, après que certaines matières recyclables aient été
aux systèmes municipaux, par le biais de la collecte des triées à la source. Dans certaines régions du Canada,
déchets résidentiels, ou acheminés vers les installations ce flux est composté. Dans le présent document, on
de compostage ou de récupération des matières (IRM), suppose que 550 kg/log./an. de déchets solides munici-
les usines tirant leur énergie des déchets, ou vers les paux (DSM) seraient traités par les systèmes de traite-
lieux d’enfouissement (transportés par une entreprise ment des déchets mélangés.
privée qui paie la redevance de déversement), ils peuvent
constituer une source de revenus nets pour la municipa- Fournisseurs de technologies
lité et favoriser la viabilité financière et technique des
activités de gestion des déchets. Lorsqu’un seul fournisseur ou quelques fournisseurs
seulement offrent une technologie donnée, nous en
Définitions mentionnons le nom dans le document. Lorsque
plusieurs fournisseurs offrent la technologie, aucun
Matières organiques triées à la source (MOTS) : nom n’est mentionné.
système dans lequel le flux de déchets se compose Le gouvernement du Canada et la Fédération
de déchets alimentaires, de résidus de jardin et de cer- canadienne des municipalités (FCM), qui cofinancent
taines catégories de papier. Les matières, triées par les la production de la trousse Les déchets solides, une
ménages conformément aux lignes directrices munici- ressource à exploiter, n’appuient aucun fournisseur
pales, sont traitées dans les installations de com- ni aucune technologie en particulier.
postage. Pour des besoins de planification, on suppose
dans le présent document qu’un programme MOTS Évaluation des effets environnementaux
type permettrait de récupérer 250 kg de MOTS par à l’aide du modèle de gestion intégrée
ménage par année. La quantité de feuilles et de des déchets
résidus de jardin varie selon les conditions locales :
par exemple, il y a peu de feuilles en Saskatchewan. Le modèle de gestion intégrée des déchets (MGID)
(http://www.iwm-model.uwaterloo.ca/) a été utilisé
Matières recyclables triées à la source : système utilisé pour comparer les effets environnementaux de dif-
dans plusieurs régions du Canada, dans lequel les férentes approches de gestion des déchets, aux effets
citoyens conservent à part les matières recyclables du environnementaux liés à l’enfouissement des mêmes
flux de déchets dans un sac, un bac ou une benne; ainsi, matières dans un lieu d’enfouissement bien conçu.
elles sont relativement peu contaminées lorsqu’elles Dans toutes les comparaisons, la quantité de
arrivent au centre de recyclage ou sont ramassées en 1 000 tonnes a servi dans les essais de modèles. Les
bordure des rues. résultats présentés dans les sections qui suivent se
fondent uniquement sur des données qualitatives,
Matières humides/sèches : le flux de déchets humides puisque les modèles sont fonction des conditions
se compose de matières organiques et d’autres matières locales et varieront selon les municipalités. Nous
humides destinées à un centre de compostage. Le flux de encourageons le personnel municipal à se servir du
déchets secs se compose de toutes les matières recyclables modèle pour évaluer les comparaisons des effets
et d’autres matières sèches. Les IRM sont conçues pour locaux de différentes approches de gestion des déchets.

146 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
2
SECTION

Recyclage

Description générale haute densité), mais d’autres plastiques, tels le


polypropylène et le plastique en pellicule, peuvent

L e recyclage désigne la récupération de matières


sèches – papier (papier journal, magazines et car-
ton ondulé), plastiques, verre et métaux – du flux de
également être intégrés. Les programmes de recyclage
peuvent également visés les boîtes en acier et en alu-
minium, ainsi que les bouteilles et les bocaux de verre.
déchets en vue de les intégrer dans de nouveaux pro- Seuls de 30 à 40 p. 100 du flux de déchets peuvent
duits. Une municipalité se fonde sur plusieurs facteurs être recyclés. (Ces pourcentages sont ajustés à la baisse,
pour déterminer les matières qu’elle recyclera; elle tient parce qu’il n’existe pas de marchés viables du recyclage
notamment compte des coûts, de l’existence d’un de toutes les catégories de plastiques et de papiers
marché, de la proximité du marché et de la capacité du dans toutes les régions du Canada.) En théorie, si
public d’accepter cette approche. Le recyclage du papier toutes les matières recyclables du flux de déchets
peut être étendu de manière à inclure le carton pour étaient récupérées, recyclées ou compostées, il serait
boîtes et les papiers mélangés. Les programmes de possible de réacheminer environ de 70 à 80 p. 100 du
recyclage des plastiques visent le plus souvent le PET flux de déchets.
(polyéthylène téréphtalate) et le PEHD (polyéthylène

F IGURE 2.1 S CHÉMA DE RECYCLAGE TYPE

Collecte des matières


recyclables
Papeteries
En bordure Matières Usines de verre
Dépôts Aciéries
des rues recyclables vers le
marché Alumineries

Tri à flux multiples Tri à flux unique Traitement additionnel à l’IRM

Traitement des matières recyclables à l’IRM

Papier Acier Aluminium Plastiques Verre

Papeteries Aciéries Alumineries Usines de Usines de verre ou autres


retraitement des usages utiles
plastiques (granulats de substitution)

Fabrication Bois
synthétique

Recueil des technologies relatives aux déchets 147


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Les marchés conventionnels de production de
M ARCHÉS
recettes reposent sur les trois éléments ci-dessous :
■ Assurance que les matières d’alimentation sont de
L’existence de marchés des matières recyclables est le
principal facteur de succès de tout programme de qualité (matières recyclables non contaminées);
■ Volumes suffisants pour garantir la rentabilité;
recyclage. Si une matière donnée ne peut être vendue
■ Approvisionnement régulier.
ou utilisée en remplacement d’une autre, elle n’est nor-
malement pas incluse dans un programme. Toutefois,
les municipalités choisissent de recycler certaines Ces exigences du marché dictent la technique de
matières pour d’autres raisons que leur qualité récupération et l’équipement appropriés, ainsi que
marchande (p. ex., en raison de politiques ou de les recettes qui seront tirées des matières recyclables.
règlements). Les éléments ci-dessous ont une incidence sur les
Les marchés – tous des utilisateurs finals des recettes tirées des matières recyclables (et la stabilité
matières recyclables – sur lesquels les matières recy- des marchés d’utilisation finale) :
■ Cycle économique;
clables sont vendues sont d’une importance capitale, car
■ Prix de l’énergie;
ce sont eux qui déterminent les catégories, les quantités
■ Coûts de transport;
et la qualité des matières recyclables qui seront
■ Exportations et importations;
achetées. Et ces critères sont à la base des choix qui
■ Taille et proximité du marché;
seront faits relativement au traitement et à la collecte,
■ Offre et demande pour une matière donnée;
ainsi qu’à tous les aspects du fonctionnement du pro-
■ Concurrence;
gramme de recyclage. Certaines matières recyclables
■ Aspects syndicaux;
récupérées sont destinées à un « usage utile » (p. ex.,
■ Développement/modification de l’utilisation finale;
lorsque le verre récupéré est utilisé comme granulat de
■ Offre et demande de matières vierges;
remplacement), ce qui permet de réduire le coût de
■ Innovations relatives à l’approvisionnement en
l’approvisionnement en matières premières.
Certains principes généraux s’appliquent dans le matières vierges;
■ Aspects réglementaires, institutionnels et
choix des marchés des matières recyclables :
■ Les marchés devraient être les plus sûrs possibles;
gouvernementaux;
■ Qualité et quantité des matières fournies et régularité
■ Les exigences et l’emplacement du marché ont des

répercussions sur les programmes de collecte et de de l’approvisionnement;


■ Coûts d’enfouissement (indirectement).
traitement;
■ Les marchés ont besoin de matières de grande qualité

(les matières sont traitées de manière à répondre aux Choix des débouchés
spécifications du marché), d’un important volume et
de constance; Les matières traitées peuvent être acheminées vers les
■ La planification du programme doit tenir compte des
marchés d’utilisation finale selon l’une des méthodes
fluctuations du marché; suivantes :
■ Acheminer les matières recyclables directement au
■ Afin de pouvoir « boucler la boucle », il doit y avoir

un marché des produits fabriqués à partir de client (à l’usine) qui les traitera et les utilisera dans
matières recyclées. un procédé industriel;
■ Acheminer les matières à un intermédiaire (agent ou

Le responsable des déchets est un fournisseur de distributeur) qui les traite conformément aux spécifi-
services chargé d’assurer la collecte des déchets de cations puis les transporte à l’usine;
■ Confier la collecte des matières recyclables à un
manière satisfaisante pour les citoyens; le responsable
du recyclage doit fournir des matières d’alimentation intermédiaire;
■ Adopter une approche régionale : dans le cadre de
de qualité en vue de l’exécution d’un procédé indus-
triel, et garantir à cet égard un approvisionnement programmes d’alimentation à plus petite échelle, les
constant en matières propres et utilisables. matières sont décontaminées et entreposées, avant

148 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
d’être acheminées vers les grands centres de traite- Voici certaines questions pertinentes :
ment régionaux où elles sont traitées puis trans- ■ Prix offert pour les matières;

portées vers le marché d’utilisation finale. ■ Spécifications relatives aux matières (degré

de contamination acceptable, degré de


Facteurs à considérer dans le choix d’un marché densification exigé);
des matières recyclables : ■ Coûts de transport;

■ La proximité du marché – Plus le marché est éloigné, ■ Charges minimales;

plus les frais de transport sont élevés et plus grande ■ Références;

est la nécessité de réduire le volume des matières par ■ Modalités de paiement.

le compactage et la réduction en blocs-presses.


■ Spécifications relatives à la préparation des matières – Troisième étape – Choix d’un acheteur : cette étape peut
De façon générale, il convient de choisir le marché comporter une rencontre avec les acheteurs potentiels
qui comporte le moins de spécifications et qui offre le afin de les évaluer d’après des critères précis.
prix le plus élevé. Pour s’assurer de la stabilité, il est
important de soupeser ces deux éléments et d’examiner Quatrième étape – Conclusion d’un contrat avec un
les modèles d’activité et les données historiques. acheteur : la conclusion d’un accord écrit protège le
■ Tonnages – Dans le cas de programmes qui compor- lien avec l’acheteur lorsque la concurrence relative
tent des tonnages élevés, il est possible de vendre aux marchés s’intensifie. Les contrats peuvent
directement à un marché et d’obtenir un prix élevé; s’avérer particulièrement utiles lorsque les marchés
dans le cas des programmes à plus petite échelle, il fléchissent, parce que les acheteurs ne peuvent alors
faut faire appel à un agent/négociant et le prix desservir que les clients ayant des contrats écrits. Il
obtenu est moins élevé. peut s’agir de lettres d’intention d’achat de matières
■ Rapport revenus/coûts – L’obtention des revenus les ou de contrats officiels; ils peuvent comporter des
plus élevés possibles passe par des coûts de traite- exigences relatives au tonnage et au volume, des spé-
ment élevés; il faut par conséquent opter pour le cifications de qualité et des dispositions relatives à
rapport revenus/coûts optimal. Il est important la livraison ou au ramassage, à la résiliation, à la
de trouver le juste équilibre entre ces deux durée de l’engagement et à la base d’établissement
paramètres. du prix.

Recherche de marchés – Étapes à suivre Mise en marché coopérative


La détermination des meilleurs marchés pour les Lorsque les programmes de recyclage sont relativement
matières recyclables passe par quatre étapes, à savoir petits et qu’ils ne peuvent bénéficier des économies
cibler les acheteurs potentiels, communiquer avec eux, d’échelle, la mise en marché coopérative est avan-
choisir un acheteur et conclure un accord. Ce processus tageuse. La formule désigne la coordination des efforts
exige du temps et des ressources. des recycleurs des secteurs public et privé en vue
d’acheminer de manière plus efficace et rentable les
Première étape – Cibler les acheteurs potentiels : il est matières recyclables des vendeurs vers les acheteurs.
souvent possible d’obtenir de l’information à cet égard La mise en commun des matières recyclables permet
auprès d’autres responsables de programmes de aux vendeurs de disposer de volumes suffisamment
recyclage ou en communiquant avec des organisations importants pour intégrer les grands marchés et obtenir
nationales et provinciales de recyclage ou avec des ainsi de meilleurs prix pour leurs matières; en outre, ils
associations industrielles. peuvent avoir ainsi accès à des marchés à plus long
terme et plus sûrs. Du point de vue des acheteurs, il
Deuxième étape – Communiquer avec les acheteurs est souvent préférable de faire affaires avec de gros
potentiels : il s’agit ici de se renseigner sur le marché. fournisseurs, parce que cela réduit leurs frais d’achat
globaux.

Recueil des technologies relatives aux déchets 149


Les déchets solides, une ressource à exploiter
La mise en marché coopérative comporte égale- l’environnement, notamment, elles favorisent le réa-
ment d’autres avantages, notamment : cheminement des déchets solides, la conservation de
■ Réduction de l’espace d’entreposage nécessaire à l’ins- l’énergie, la réduction des distances à parcourir et la
tallation de traitement (il n’est pas nécessaire d’avoir création d’emplois locaux. Plusieurs études ont été
une charge complète de plastique PET avant de pou- menées sur la viabilité des petites industries locales
voir effectuer une livraison, parce qu’avec la formule destinées à absorber les matières recyclables des
coopérative chaque participant peut expédier une collectivités locales. Il existe des exemples de réussites
charge partielle); (Arcata, Californie), mais ils sont peu nombreux; en
■ Possibilité d’organiser des systèmes de transport outre, de telles industries ne parviennent à absorber
plus efficaces (en raison des plus grands volumes de qu’une petite partie des matières d’alimentation
matières recyclables). disponibles.
La réutilisation à l’échelle locale a cours dans de
La formule peut comporter certains inconvénients, nombreuses régions du Canada. Ainsi, 90 p. 100 du
notamment : verre recyclé au Manitoba est utilisé localement
■ Perte de la maîtrise totale du programme de recy- (p. ex., pour la construction des routes). Par le passé,
clage local, ou perte de souplesse; la Northern Ontario Recycling Association (NORA) –
■ Risque de se mettre à dos les entreprises de recyclage composée de petites municipalités rurales du Nord de
privées (agents avec qui vous ne faites plus affaires); l’Ontario ayant regroupé leurs programmes de recy-
■ Difficulté de garantir que toutes les charges satisfont clage – acheminait le verre à Consumers Glass, à
aux spécifications de qualité (il est souvent difficile de Toronto. Il a par la suite été décidé d’utiliser le verre
déterminer quelles matières viennent de quels pro- dans des projets de construction locaux plutôt que de
grammes; cet aspect devrait faire l’objet d’un accord l’expédier vers des marchés éloignés (les coûts de trans-
régional). port, de 65 $ par tonne, étaient plus élevés que les
revenus, de 43 $ par tonne), d’autant plus que le
Développement du marché local marché du verre est faible.

Les industries de la réutilisation et du recyclage trans-


Technologies
forment les matières tirées des déchets solides en pro-
duits commercialisables. Toute une gamme de matières C OLLECTE
sont traitées : papier, plastique, métaux, pneus, bois,
textiles, déchets de construction et de démolition, La collecte inclut le tri à la source des matières recy-
matières organiques, résidus de jardin et déchets clables par les citoyens (facultatif ), la collecte des
alimentaires. Ces matières proviennent de deux sources : matières en bordure des rues (ou des systèmes de
les déchets post-traitement industriel (chutes de fabri- dépôt selon lesquels les citoyens transportent les
cation, rognures, articles non conformes aux normes), matières à un endroit déterminé), et le transport des
et les déchets post-consommation (matières et embal- matières soit à une station de transfert soit à une
lages ayant déjà été utilisés). installation de traitement. Le succès de tout pro-
Il existe des possibilités de croissance pour les gramme de recyclage dépend en grande partie de la
industries de la réutilisation et du recyclage, parti- capacité d’intégrer la collecte des matières recyclables à
culièrement dans les endroits où existe déjà une un mécanisme de traitement des matières recyclables
importante infrastructure de collecte des matières de adapté aux conditions locales.
récupération. La décision relative à la collecte proprement dite
Les industries locales de la réutilisation et du repose sur plusieurs facteurs locaux, tel l’âge du parc de
recyclage comportent plusieurs avantages pour véhicules. Les décisions relatives à la collecte et au

150 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
traitement doivent être prises conjointement, parce que élevés. Toutefois, ce grand potentiel de récupération a
les besoins de traitement et la conception du système un prix : la plupart des programmes de collecte en bor-
seront fonction du mode de collecte. Les compromis à dure des rues coûtent plus cher à mettre sur pied et à
faire entre les coûts et la complexité du système de col- gérer que les systèmes de dépôt.
lecte et de traitement sont illustrés dans la figure 2.2 La décision relative au degré de mélange accepté
à la page 152. Voici les caractéristiques des programmes pour la collecte en bordure des rues est d’une impor-
de recyclage efficaces : tance capitale, puisqu’elle influera sur le type de
■ Ils sont pratiques pour ceux qui les gèrent et pour matières recueillies, sur le type de camion utilisé et
les citoyens. sur la conception de l’installation de traitement. Les
■ Ils sont intégrés aux pratiques de gestion des déchets décideurs doivent déterminer s’ils veulent investir plus
déjà en place. Par exemple, une collectivité où il d’efforts dans le dispositif de collecte (séparation maxi-
n’existe pas de service de collecte des déchets en male à la source/tri minimum) ou dans le traitement
bordure des rues ne se dotera pas d’un programme (collecte de déchets mélangés/traitement maximum).
de collecte des matières recyclables en bordure des Généralement, lorsque les matières sont davantage
rues. Par contre, s’il devient plus pratique de recycler séparées les frais de collecte sont plus élevés, mais les
que de jeter, le réacheminement pourrait s’en trouver coûts de traitement peuvent être moins élevés. La col-
amélioré; cela ne peut cependant se faire sans volonté lecte de déchets mélangés est moins coûteuse, mais les
politique. coûts de traitement peuvent être plus élevés. Il convient
■ Ils sont souples et peuvent être modifiés. Par exemple, donc de combiner les coûts de collecte et de traitement
il devrait être relativement facile d’intégrer de nou- afin de pouvoir déterminer quelle est la formule la plus
velles matières aux dispositifs de collecte; il faut rentable.
toutefois que l’IRM puisse traiter ces nouvelles La fréquence de la collecte est également un aspect
matières et savoir qu’il est souvent difficile de les très important et elle doit être déterminée à la lumière
retrancher par la suite (en raison des habitudes des d’autres facteurs. Lorsque la collecte et le traitement
citoyens). sont partagés entre deux collectivités publiques, la
■ Ils accordent énormément d’importance à la décision est encore plus difficile à prendre. Des col-
communication et à la sensibilisation. lectes fréquentes permettent d’obtenir des taux de
récupération élevés. La collecte des matières recyclables
Collecte – Collecte en bordure des rues le même jour que les déchets augmente également le
taux de récupération. Toutefois, plusieurs autres fac-
Dans les programmes de collecte en bordure des rues, teurs, y compris les régimes adoptés, tel le régime
les matières recyclables sont ramassées « à domicile ». d’utilisateur-payeur, ont également des répercussions
En général, les matières recyclables sont déposées dans sur les taux de participation et de récupération des
un contenant prévu à cette fin ramassé par un véhicule programmes de recyclage.
qui ramasse uniquement les matières recyclables, ou La collecte en bordure des rues comporte dif-
par des camions de collecte combinée qui prennent férentes options : collecte à flux unique (matières
aussi les déchets et les matières organiques. Si les pro- entièrement mélangées), collecte à deux flux (matières
grammes sont bien conçus et bien publicisés, la partici- partiellement mélangées), collecte à flux multiples
pation peut être grande et les taux de récupération (matières séparées) et collecte combinée.

Recueil des technologies relatives aux déchets 151


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 2.2 SCHÉMA DE DÉCISION POUR LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES MATIÈRES RECYCLABLES

Collecte simple Traitement maximum

Récupération à la source de
toutes les matières recyclables
mélangées en un ou deux flux

Collecte moins coûteuse Traitement plus coûteux

Collecte à flux multiples Traitement simple

Tri des matières recyclables


à la source

Collecte plus coûteuse Traitement moins coûteux

Collecte des matières recyclables à flux unique contenants. La minimisation du temps de collecte et
La collecte à flux unique désigne la collecte de toutes des coûts connexes est une considération importante,
les matières à base de fibres et de tous les contenants – puisque les frais de collecte constituent généralement la
entièrement mélangés – dans le même compartiment de plus grande portion des dépenses liées au système de
véhicule. Dans cette formule, les frais de collecte sont recyclage. La collecte à flux unique convient bien aux
moins élevés, parce que la collecte est plus rapide, ce qui grands centres urbains, où la densité de population et la
réduit les coûts de main-d’œuvre et les autres coûts d’ex- circulation automobile sont élevées, puisque la formule
ploitation, et plus efficace, de sorte que la taille du parc de réduit considérablement le temps de collecte.
véhicules nécessaire est réduite. Tout le tri est effectué à Voici certains des avantages de la collecte à flux unique :
l’installation de traitement. Le principal inconvénient de ■ Il n’est pas nécessaire d’avoir des véhicules de collecte

la formule est que l’installation doit être en mesure spécialisés (possibilité d’utiliser le parc de véhicules
de séparer toutes les matières, y compris les fibres; cette existant).
exigence accroît le coût d’investissement et les coûts de ■ La collecte nécessite un moins grand investissement

traitement de l’installation. Les risques de contamination de capitaux (il est possible d’utiliser les véhicules à
croisée sont également plus élevés, ce qui entraîne une chargement arrière ou latéral qui servent à la collecte
baisse de la qualité des matières et le mécontentement des des déchets).
marchés; les taux de résidus sont par ailleurs plus élevés. ■ Le système est plus pratique pour les citoyens, ce qui

Cette approche gagne en popularité car, en raison se traduit habituellement par une augmentation de la
des techniques de traitement améliorées, il est main- quantité de matières récupérées.
tenant plus rentable de séparer le flux de fibres et de

152 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Le système favorise l’adoption de dispositifs de col- selon le type de camions de collecte utilisé et le
lecte plus simples, plus efficaces et plus rentables nombre de catégories de matières recueillies.
(compactage et plus grande productivité, et facilite ■ La quantité de matières non recyclables acheminées à
la collecte combinée). l’installation de traitement est plus grande parce que
■ Protège les articles de valeur, tels les contenants en la formule comporte normalement moins de tri et
aluminium du « pillage ». qu’il subsiste donc davantage d’impuretés dans les
déchets recueillis par le camion.
Collecte de matières recyclables à deux flux ■ Le compactage des contenants mélangés doit être
Les matières recyclables sont séparées à la source en limitée afin d’éviter de concasser les contenants de
deux flux : fibres mélangées (carton, carton pour boîtes verre, puisque tout morceau de moins de deux
et papier), et contenants mélangés (verre, plastique, pouces n’est habituellement pas récupéré.
métal). Les matières peuvent être ramassées avec un
camion à compartiment unique, dans lequel l’un des Collecte de matières recyclables à flux multiples
flux de matières est ensaché et l’autre pas, ou dans un La collecte à flux multiples comporte le tri à la source
véhicule à deux compartiments. Dans ce dernier cas, des matières recyclables en plus de deux flux. Étant
les compartiments du camion n’étant pas adaptés aux donné que l’efficacité de la collecte diminue avec le
volumes des matières recyclables déposées en bordure nombre d’activités de tri effectuées à la source, ce sys-
des rues, il est possible qu’un compartiment se rem- tème est plus coûteux. Par contre, les exigences et les
plisse avant l’autre, ce qui réduit l’efficacité de la collecte. coûts de traitement sont alors moins élevés. Ce système
Voici certains des avantages de la collecte à convient particulièrement aux programmes de petite
deux flux : envergure dans lesquels n’existe aucune capacité de
■ Les matières n’ayant pas été mélangées, elles sont traitement à l’échelle locale.
plus propres et plus commercialisables, et n’auront Ce système comporte sensiblement les mêmes
pas besoin d’être séparées à l’IRM (le conducteur avantages que le système à deux flux, sauf qu’ici ils
peut également s’assurer qu’il n’y a pas d’impuretés). sont mieux reconnus. Notamment, la qualité des flux
Certaines matières peuvent ne pas répondre aux de matières est généralement meilleure, puisqu’il est
spécifications s’il n’y a pas de tri en bordure des fort probable que le conducteur/trieur laissera les
rues (verre teinté, p. ex.) matières non recyclables en bordure des rues.
■ Exigences de traitement réduites (p. ex., tri)

■ Lorsque le flux de fibres est dirigé dans un camion à Programme de collecte combinée
compartiment unique, il est possible de compacter Cette formule consiste à ramasser en même temps
les matières de manière à maximiser la charge et à deux ou plusieurs flux de matières (p. ex., matières
minimiser le nombre de charges, pourvu que les recyclables et déchets, ou matières recyclables et
matières puissent être traitées dans cet état à matières organiques) avec le même véhicule. Il peut
l’installation de traitement. s’avérer plus efficace de n’utiliser qu’un seul véhicule
plutôt que deux (ou plusieurs) sur un même circuit.
(Remarque : les systèmes de collecte de matières recy- Il peut s’agir de la collecte de toute combinaison
clables à deux flux diffèrent des systèmes de matières de déchets, de matières recyclables et de matières
humides/sèches à deux flux, qui font partie des organiques. S’ils sont bien conçus, les systèmes de
dispositifs de compostage.) collecte combinée peuvent être rentables et permettre
Voici certains des inconvénients de la collecte à d’atteindre des taux de participation et de récupération
deux flux : élevés. La plupart des collectivités qui choisissent cette
■ La collecte de matières partiellement mélangées formule simple et peu coûteuse de collecte en bordure
exige différents niveaux de traitement intermédiaire, des rues des matières recyclables le font pour des
raisons financières.

Recueil des technologies relatives aux déchets 153


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Voici certains des avantages de la collecte combinée : plastique ou en mailles. Les sacs en papier kraft sont de
■ Réduction du nombre de camions et d’employés plus en plus utilisés pour les matières organiques, et
nécessaires (pour la majorité des systèmes de collecte particulièrement pour les résidus de jardin. Les sacs
combinée, un ou deux employés suffisent, tandis que exigent moins d’espace d’entreposage dans la maison
pour les systèmes de collecte distincte il faut deux que les contenants, et ils sont faciles à ramasser. Par
camions et généralement plus de personnel); ailleurs, les contenants doivent être vidés et remis en
■ Réduction de l’usure des routes (particulièrement bordure des rues. Voici d’autres considérations relatives
des routes de terres des régions rurales); à l’utilisation de sacs :
■ Réduction de la consommation de carburant et, ■ Les matières recyclables doivent être sorties des sacs

partant, de la pollution; avant le traitement.


■ Réductions de la masse salariale; ■ Si les sacs sont opaques, le conducteur ne peut voir

■ Accroissement de l’efficacité dans les régions rurales les impuretés.


en raison d’une utilisation optimale des camions. ■ Si les sacs sont recyclables, ils devront être traités.

■ Il faut prévoir des systèmes permanents de

Les systèmes de collecte combinée ont été mis distribution des sacs.
à l’essai dans des collectivités rurales et urbaines
d’Amérique du Nord et d’Europe. Ils sont actuellement Des sacs sont utilisés pour la collecte des matières
utilisés dans les collectivités canadiennes suivantes : recyclables dans les quatre municipalités canadiennes
Ville de Guelph (Ontario) (système à deux flux, suivantes : la Ville d’Edmonton (Alberta), la Ville
matières humides/sèches); Municipalité régionale de de Guelph (Ontario), la Municipalité régionale de
Halifax (Nouvelle-Écosse) (système à trois flux : Halifax (Nouvelle-Écosse) et la ville de Kelowna
matières recyclables et déchets ramassés en alternance (Colombie-Britannique).
une semaine sur deux); Comté de Northumberland
(Ontario) (flux de matières humides/sèches); la Conteneurs
Bluewater Recycling Association dans le Sud-Ouest de Au Canada, les boîtes (bleues, vertes, grises ou noires)
l’Ontario (matières recyclables et déchets); et la Ville sont davantage utilisées que les sacs; dans certains
de St. Thomas (Ontario) (collecte des matières recy- programmes, on fournit deux boîtes (une pour les
clables, des matières organiques et des déchets toutes contenants et une pour les fibres). Au moment de
les deux semaines. l’achat de conteneurs, il faut tenir compte des aspects
suivants :
■ Dimension, poids et volume – Ils doivent être
Collecte – Équipement de collecte en
bordure des rues suffisamment grands pour recevoir différents types
de matières, mais suffisamment petits et légers pour
Contenants d’entreposage des matières recyclables être transportés jusqu’au trottoir.
à domicile ■ Ils doivent être munis de poignées qui permettent

L’utilisation de boîtes (bleues, noires ou vertes), de sacs une prise sûre, confortable et facile.
de plastiques ou de bacs roulants facilite l’entreposage, ■ Trous d’écoulement – Les conteneurs doivent

accroît l’efficacité de la collecte et constitue un méca- permettre une certaine accumulation des liquides
nisme de promotion continue et une forme de pression lorsqu’ils sont à l’intérieur, et à l’eau de pluie de
de la part des pairs. Il a été démontré que l’utilisation s’écouler lorsqu’ils sont à l’extérieur.
de contenants accroît considérablement les taux de ■ Durabilité – Ils doivent pouvoir résister à des tem-

participation; les différents types de systèmes appellent pératures extrêmes, à une manutention rude et aux
différents types de contenants. produits chimiques ménagers.
■ Capacité d’emboîtement – afin de pouvoir être

Sacs entreposés et transportés facilement.


Il existe actuellement plusieurs types de sacs sur le
marché, dont les sacs recyclables ou réutilisables en

154 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Couleur – Des couleurs attrayantes favorisent la par- La conception des véhicules de collecte de matières
ticipation et peuvent avoir une grande incidence sur recyclables a une incidence considérable sur la produc-
le succès du programme. tivité de la collecte. Il existe de plus en plus de types de
■ Ils doivent comporter de grandes surfaces planes véhicules de collecte, parce que les gestionnaires de
pour l’inscription de messages relatifs au programme. parcs exigent des modèles et des caractéristiques nomi-
■ Les conteneurs en plastique doivent contenir des nales adaptés aux conditions et aux besoins locaux.
anti-UV pour les protéger de l’action dégradante des Voici différents aspects dont il faut tenir compte rela-
rayons ultraviolets. tivement à la conception des véhicules de collecte des
matières recyclables :
Bacs roulants ■ Avec les véhicules à compartiments distincts (collecte

Les chariots ou bacs roulants peuvent être gardés à combinée de matières recyclables) pour chaque caté-
l’extérieur. Ils peuvent également contenir une plus gorie de matières, les matières sont plus propres et
grande quantité de matières, ce qui permet de recycler plus commercialisables (ce qui exige moins de traite-
davantage et d’accroître le réacheminement. ment) qu’avec les véhicules dans lesquels les matières
Voici certains des inconvénients de cette formule : recyclables sont mélangées.
■ Les niveaux de contamination sont généralement plus ■ Avec les véhicules sans compactage, les matières sont

élevés, parce que le conducteur n’est pas en mesure de généralement plus commercialisables (quoique les
vérifier le contenu des bacs avant de les déverser dans véhicules plus modernes de collecte combinée avec
le camion. compactage sont généralement améliorés à cet
■ L’utilisation de bacs roulants exige des véhicules égard).
spécialisés dotés d’un dispositif de levage hydraulique; ■ Avec les véhicules dans lesquels les matières recy-

par ailleurs, la productivité de la collecte se trouve clables sont déversées de haut, les bris de verre sont
réduite en raison de la durée du cycle de levage. plus fréquents.
■ Les bacs roulants coûtent beaucoup plus cher. ■ Les véhicules utilisés pour les déchets et pour les

■ Les bacs roulants étant plus gros, ils sont souvent peu matières recyclables doivent être bien nettoyés entre
appréciés des ménages qui disposent d’un espace chaque utilisation afin d’éviter la contamination.
d’entreposage limité. ■ Certains véhicules peuvent être équipés de matériel

de traitement (p. ex., d’un compacteur de plastique).


La tendance étant de plus en plus aux systèmes de ■ L’efficacité de collecte des véhicules qui ramassent les

collecte de matières mélangées, les chariots et les sacs flux de matières recyclables entièrement mélangées
deviendront de plus en plus populaires. De nombreuses est plus grande que celle des véhicules à comparti-
municipalités privilégient les bacs roulants parce que ments. Les véhicules à un seul compartiment
l’utilisation de camions semi-automatisés ou entièrement contiennent plus, ce qui accroît l’efficacité de la collecte.
automatisés réduit les accidents de travail. ■ Les véhicules qui ont manifestement été conçus pour

le « recyclage » favorisent la participation.


Collecte – Véhicules de collecte
Camions de collecte sélective à chargement
Il existe différents types de véhicules de collecte de latéral hydraulique
matières recyclables dont les : Ce type de camion a été expressément conçu pour
■ camions à boîte fermée; surmonter certains problèmes liés à l’utilisation de
■ camions à boîte fermée surbaissée; véhicules de collecte sélective à chargement manuel.
■ camions à chargement latéral hydraulique; Plutôt que d’être triées directement dans la boîte du
■ camions à benne de collecte tasseuse; camion, les matières sont ici triées dans un chéneau seg-
■ véhicules de collecte à deux ou plusieurs menté situé sur le côté du véhicule. Lorsque le chéneau
compartiments; est plein, il est soulevé mécaniquement ou hydraulique-
■ camions de collecte combinée. ment jusqu’au haut du camion, puis y est déversé.

Recueil des technologies relatives aux déchets 155


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 2.1 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES VÉHICULES DE COLLECTE SÉLECTIVE
À CHARGEMENT LATÉRAL HYDRAULIQUE

Avantages Désavantages
■ Opération à une personne ■ Coûts d’investissement élevés
■ Double commande ■ La hauteur de déversement des bacs latéraux peut
■ Facilité d’entrée et de sortie accroître les bris de verre (les risques de bri peuvent
être réduit en mélangeant le verre avec les
■ Déversement hydraulique
contenants en métal ou en plastique)
■ Les véhicules de collecte sélective distincts et
■ La hauteur du toit au moment du chargement
spécialisés constituent un élément de promotion du
(sur certains modèles)
programme
■ Les bacs hydrauliques latéraux assurent en permanence
une faible hauteur de chargement, ce qui facilite le
chargement et accroît l’efficacité de la collecte
■ Permettent d’utiliser le volume total du camion
(généralement 31 verges cubes)
■ Leur mécanisme de déchargement permet de les utiliser
pour la collecte des grands conteneurs des immeubles à
appartements et des établissements commerciaux

Camions à benne tasseuse ordinaire trémie est pleine, ils sont envoyés dans la boîte du
Ce type de camion est le véhicule le plus couramment véhicule et broyés. Ces camions sont également utilisés
utilisé pour la collecte des déchets résidentiels en pour la collecte des matières recyclables à flux unique
Amérique du Nord. Les déchets sont déversés dans ou les déchets humides et secs, dans les programmes
une trémie située à l’arrière du véhicule et, lorsque la humides/secs.

A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES BENNES TASSEUSES ORDINAIRES


T ABLEAU 2.2
POUR LA COLLECTE DES MATIÈRES RECYCLABLES

Avantages Désavantages

■ Disponibles et connues dans la plupart des collectivités ■ Ne peuvent servir à la collecte de matières multiples,
■ Bien adaptées à la collecte des déchets parce qu’elles comportent un seul compartiment
(permet d’intégrer collecte des matières recyclables et ■ Leur utilisation exige généralement deux ou trois
collecte des déchets) personnes
■ Faciles à charger et à décharger ■ Coûts d’investissement et de fonctionnement élevés,
■ Capables de recevoir un poids élevé de matières en raison du système hydraulique

■ Conviennent à la collecte du carton ■ Un seul compartiment disponible

■ Faible hauteur de chargement ■ Problèmes de contamination, si le camion est


également utilisé pour la collecte des déchets
■ Le chargeur peut se tenir debout à l’arrière
■ Sans signalisation appropriée, les citoyens peuvent
■ Coûts réduits confondre ce camion avec celui de la collecte des
■ Sont disponibles déchets

156 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Camion de collecte à deux compartiments soit horizontale soit verticale, selon les fabricants ou les
Il existe maintenant des modèles à chargement latéral spécifications de conception.
et des modèles à chargement arrière. L’ouverture est

T ABLEAU 2.3 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES VÉHICULES À DEUX COMPARTIMENTS

Avantages Désavantages

■ Permet la collecte de deux flux de matières en ■ Les compartiments peuvent se remplir à des
même temps avec le même véhicule vitesses différentes, à moins que la cloison ne
■ Plus grande efficacité dans les régions rurales à s’ajuste automatiquement
passage unique ■ Coût élevé

Collecte – Équipement de collecte combinée ■ Dimension de la trémie;


et technologies relatives aux matières ■ Configurations de chargement et de déchargement;
recyclables ■ Caractéristiques nominales particulières (p. ex.,
transmission électronique plutôt que mécanique afin
Les programmes de collecte doivent comporter des d’améliorer la consommation de carburant, système
IRM capables de traiter des matières recyclables de de récupération de l’énergie de freinage).
plus en plus mélangées. Le fait d’avoir des installations
à deux endroits a une incidence sur l’efficacité : dis- Facteurs ayant une incidence sur la rentabilité d’un
tance entre les installations et les circuits de collecte, et programme de collecte combinée :
distance entre les deux installations (p. ex., distance ■ Proximité de l’installation de traitement et des lieux

entre l’IRM et le lieu d’enfouissement). Dans un pro- d’enfouissement;


gramme de collecte combinée, plus les installations ■ Nombre de camions/d’employés et taux de

sont près l’une de l’autre, plus les chances de réaliser rémunération;


des économies sont grandes. ■ Capacité des camions selon les catégories de matières;

Le matériel nécessaire pour ce type de programme, ■ Durée de chaque cycle au cours de la collecte;

tels les conteneurs d’entreposage à la maison (sacs ou ■ Taux de participation des ménages;

bacs) et les véhicules, peut varier. Il existe toute une ■ Quantité de matières de différentes catégories par

gamme de véhicules possibles, depuis les véhicules de ménage;


collecte des déchets à chargement latéral jusqu’aux ■ Durée des « temps morts »;

véhicules de collecte spécialisés. Il existe également dif- ■ Conditions matérielles nécessaires à l’utilisation des

férentes options de configuration du véhicule : utiliser camions.


un camion existant (p. ex., une benne tasseuse) et des
sacs; fixer une remorque à l’arrière d’un camion de col- Le passage d’un programme conçu pour la récupéra-
lecte de déchets existant; modifier un camion existant; tion à un programme de collecte combinée aura proba-
et utiliser un camion spécialement conçu pour la col- blement une incidence sur les coûts du programme.
lecte combinée. Voici certains aspects dont il faut tenir ■ Nombre de camions – Généralement, il faut le même

compte au sujet de la conception du véhicule : nombre de camions ou moins de camions pour un


■ Configuration du véhicule; programme de collecte combinée que pour un
■ Capacité totale du véhicule; programme avec collecte distincte des matières
■ Volume utile du véhicule et configuration des

compartiments;
Recueil des technologies relatives aux déchets 157
Les déchets solides, une ressource à exploiter
recyclables et des déchets (les camions de collecte Collecte – Programmes de dépôt
combinée sont généralement plus gros). Ainsi,
lorsque la Ville de Guelph (Ontario) a adopté un Dans un programme de dépôt, les citoyens apportent
programme de collecte combinée, son nombre de différents types de matières dans un lieu ou dans un
circuits est passé de neuf à huit. conteneur; ces matières sont ensuite recueillies et
transportées vers un marché pour y être recyclées, ou
■ Augmentation des coûts d’investissement/des camions – vers une IRM où elles sont traitées avant d’être recy-
Les camions de collecte combinée coûtent plus cher clées. À cette fin, des conteneurs sont installés à divers
que les camions conçus pour la récupération ou pour endroits déterminés. Dans certains programmes, un
la collecte des déchets. Toutefois, ces coûts peuvent seul conteneur est prévu pour le verre ou les fibres, par
être contrebalancés par la réduction du nombre de exemple; dans d’autres, on aménage un mini-centre de
camions nécessaires pour la collecte combinée. recyclage qui renferme trois ou quatre conteneurs pour
différents types de matières; ou encore un grand centre
■ Coûts d’exploitation – L’entretien d’un véhicule de de recyclage qui comprend des aires de réception de
collecte combinée est plus coûteux (en raison du nombreuses catégories de matières, y compris des
système hydraulique); toutefois, il peut y avoir moins déchets, et où on procède également à des activités
de véhicules à entretenir. Généralement, les coûts de de récupération des matières (tri, broyage, mise en
carburant diminuent. balles, revente au public). Les conteneurs sont vidés
fréquemment.
■ Salaires – Le nombre d’équipes (et donc la masse
salariale) diminue généralement.

A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES PROGRAMMES DE DÉPÔT


T ABLEAU 2.4
DANS LA COLLECTE DES MATIÈRES RECYCLABLES

Avantages Désavantages
■ Peu coûteux et d’aménagement facile ■ Risque de contamination des matières/de vandalisme
■ Formule établie et bien comprise, qui contribue à la ■ Taux de récupération relativement faibles (générale-
sensibilisation du public ment de 10 à 15 p. 100 des matières recueillies avec la
■ Permet de desservir la plupart des types d’habitations, collecte en bordure des rues; toutefois, des taux de
y compris les complexes à haute densité de population; récupération du verre de plus de 60 p. 100 ont été
système facile à étendre en aménageant des dépôts dans atteints dans certains dépôts)
d’autres secteurs, et à donner en sous-traitance ■ Généralement, le taux de participation se situe entre 15
■ Permet de recevoir une très grande variété de matières et 20 p. 100 (formule moins pratique pour les citoyens
(plus grande qu’avec la collecte en bordure des rues) que la collecte en bordure des rues)

■ Peut servir à aider les groupes communautaires à amasser ■ Cette formule n’est généralement pas utilisée pour la
des fonds collecte des matières organiques

■ Formule pratique qui permet aux citoyens d’apporter leurs ■ Une quantité minimale de matières recyclables est
matières à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit nécessaire pour que la formule soit rentable

■ Les coûts d’investissement peuvent être assumés par les ■ La formule ne favorise pas l’économie d’énergie si les
marchands et/ou les détaillants citoyens se déplacent expressément pour se rendre
aux dépôts
■ Relativement facile à gérer et rapide à mettre en œuvre
■ Favorise l’économie d’énergie, pourvu que les citoyens
se rendent aux dépôts dans le cadre de leurs activités
courantes
■ Bonne formule pour les populations saisonnières
■ Bonne formule pour les régions à faible densité
de population

158 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Dans un système de dépôt, différentes variables Conteneurs levables
ont une incidence sur la récupération des matières Les dépôts où les citoyens déposent eux-mêmes leurs
recyclables : matières dans les conteneurs règlent le problème de
■ Emplacement et nombre des dépôts; manutention inhérent aux petits dépôts sans person-
■ Types de dépôts (permanents ou mobiles); nel. Les conteneurs de chaque dépôt sont soulevés
■ Gamme des matières acceptées; mécaniquement et vidés directement dans le véhicule
■ Promotion et sensibilisation; de collecte. Ce type de conteneurs a commencé à être
■ Accessibilité (heures d’ouverture); utilisé avec le développement de systèmes de récupéra-
■ Distribution ou non de conteneurs d’entreposage tion du verre dans les villes européennes et améri-
à la maison; caines, où il était possible de desservir à bon marché un
■ Variations saisonnières; dense réseau de dépôts. La principale restriction liée à
■ Présence ou non d’employés sur les lieux. ce type de conteneurs est qu’il peut nécessiter un
véhicule de collecte spécialisé, doté de compartiments
En raison des contraintes financières et des cycles d’entreposage pour chaque type de matières.
de vie prévus des programmes, on a assisté à une diver- Les « cloches », développées en Europe, sont un
sification des caractéristiques techniques des lieux et système de dépôt disponible sur le marché. Il s’agit de
des degrés de complexité des systèmes. La principale structures en polyester renforcé avec de la fibre de verre,
préoccupation du responsable du programme a trait au dotées de deux œillets en acier, en haut, et de trappes en
système de collecte et de manutention mis en place acier, en bas. Chaque cloche mesure environ 5 pieds de
pour la récupération des matières apportées au dépôt. haut et a une capacité de 3 verges cubes; elle peut
recevoir une seule catégorie de matières. Il existe des
Options de points de dépôt modèles à un, deux et trois compartiments, donnant
Les types de conteneurs les plus couramment utilisés une capacité individuelle de 1,6 à 8 verges cubes. Il est
dans les programmes de dépôt sont les suivants : ainsi possible d’aménager les points de dépôt dans la
■ Les contenants soulevables (avec des compartiments forme et la taille qui conviennent à chaque application.
pour les différents types de matières d’une même Les camions de collecte pour gros conteneurs équipés
catégorie, p. ex., bouteilles de verre triées par couleur, d’une grue hydraulique sont les plus appropriés pour
ou des conteneurs ouverts pour les déchets verts ou effectuer la collecte aux points de dépôt : la grue soulève
les matières de style déchets de construction); la cloche par les œillets en acier, et le contenu se vide
■ Les bennes amovibles (chargement par le haut, dans la benne amovible par les trappes; la cloche vide
capacité variant de 240 à 1 100 litres); est remise sur le sol. Lorsqu’il faut recueillir plus d’une
■ Les dépôts à usages multiples. catégorie de matières, il est possible de diviser la benne
en sections. Une fois rendu à l’installation de traite-
Le choix du type de conteneur doit se fonder sur ment, les matières peuvent être déchargées hydraulique-
les critères suivants : ment. Le nombre de points de dépôt qu’un même
■ Conteneurs en bon état et esthétique, qui peuvent camion peut desservir dépend de la diversité des
être installés dans des endroits passants et faciles matières recueillies, de la distance entre les points de
d’accès, et qui constitueront un rappel constant du dépôt et de la fréquence de la collecte.
programme de recyclage; Il existe également des systèmes dans lesquels les
■ Faible hauteur de chargement, ouvertures accessibles deux tiers du conteneur sont situés sous la surface du
aux enfants, et rampe pour les personnes handicapées; sol. Ce système comporte plusieurs avantages, notam-
■ Ouvertures de différentes dimensions afin de favoriser ment, une empreinte écologique relativement peu mar-
le tri approprié des matières; quée et l’atténuation des odeurs, puisque les matières
■ Conception modulaire afin d’optimiser la capacité sont situées sous la surface du sol et que la température
d’entreposage tout en minimisant l’espace nécessaire y est plus fraîche. La nécessité d’utiliser un véhicule
à l’installation. spécialisé muni d’un bras hydraulique est l’un des

Recueil des technologies relatives aux déchets 159


Les déchets solides, une ressource à exploiter
désavantages de la formule. Ces conteneurs ont été mis compartiments munis chacun d’une porte. Les camions
à l’essai à certains bâtiments d’appartements de peuvent aussi servir de camions à benne ou à benne
Toronto (Ontario). amovible, ou de camions à plateforme à fond plat, ce
La Ville de Calgary (Alberta) gère 44 dépôts de qui permet à un petit exploitant d’offrir une vaste
matières recyclables dans des secteurs résidentiels gamme de services avec un seul véhicule.
situés dans les limites de la ville; elle utilise des con- Certaines collectivités ont des programmes de
teneurs spécialement conçus, les réputés Haul-All. Ces dépôt de plus grande envergure qui comportent la col-
conteneurs existent en modèles de 4 ou 6 verges cubes lecte d’une vaste gamme de matières. Ainsi, la Région
(de 3 à 4,5 mètres cubes). Les ouvertures spécialement de Peel, en Ontario, gère quatre dépôts élaborés de
conçues pour les différents types de matières permet- déchets municipaux et de matières recyclables. Les
tent de réduire la contamination. Des véhicules de dépôts sont situés dans des secteurs industriels faciles
collecte à chargement latéral Haul-All desservent les d’accès. Chacun d’entre eux comportent quatre grandes
points de dépôt. sections, à savoir un point de livraison des matières
Les systèmes de conteneurs levables conviennent bien recyclables (pour les matières qui ne peuvent être
aux quartiers de tours d’habitation, aux institutions, aux ramassées en bordure des rues, tels les déchets volu-
usines, aux commerces de détail et aux aires récréatives. mineux et les biens électroniques), un point de livrai-
son des déchets ménagers dangereux, un centre de
Bennes amovibles réutilisation et un point de livraison des matières
Ces conteneurs sont des bennes amovibles fermées ordi- organiques et de vente de compost.
naires (d’une capacité de 240 à 1 100 litres) divisées en Le Nova Scotia Resource Recovery Fund Board
compartiments distincts pour le verre, les boîtes, les (RRFB) exploite près de 90 Enviro Depots où peuvent
bouteilles de plastique et les journaux; de petites ouver- être apportés différents types de matières.
tures sont pratiquées dans le haut ou sur le côté, pour le
verre, les boîtes et les bouteilles de plastique; des portes Programmes de dépôt mobile
sont aménagées sur le côté pour les journaux et le carton. Les programmes de dépôt mobile constituent une solu-
Les divisions sont ouvrantes, de sorte que les matières tion de rechange pour les collectivités qui ne peuvent se
peuvent être déchargées hydrauliquement, une à une. permettre d’avoir un dépôt permanent. Dans le cadre
Étant donné la grande dimension du conteneur, les de ces programmes, des stations mobiles sont amé-
collectes peuvent être moins fréquentes, ce qui en fait nagées en alternance à des points de dépôt temporaires
une formule bien adaptée aux régions rurales. Dans de dans différentes collectivités; du personnel y est
nombreuses régions rurales, une benne amovible généralement affecté, et les citoyens sont informés des
ouverte à compartiments, avec rampe d’accès, est instal- heures d’ouverture. Ce type de stations sert habituelle-
lée sur le lieu d’enfouissement. L’installation d’un point ment à la collecte des déchets spéciaux, pour laquelle
de dépôt exige souvent l’aménagement d’une plate- les coûts d’établissement de dépôts permanents sont
forme de béton ou d’asphalte ainsi qu’un espace élevés.
suffisant pour le véhicule de collecte, de sorte que la
formule ne convient généralement pas aux ensembles Collecte des matières recyclables des
de bâtiments en hauteur ni aux commerces ou aux habitations plurifamiliales
magasins de détail de petite superficie. La collecte des matières recyclables dans les bâtiments
de plusieurs unités d’habitation comporte des diffi-
Systèmes de dépôt à usages multiples cultés bien particulières. Généralement, un contenant
Dans les municipalités de petite taille, on utilise des de matières recyclables (sac ou boîte) est mis à la dis-
systèmes de levage à crochets. Les plateformes des position des résidants, et ceux-ci sont encouragés à
camions peuvent recevoir divers types de conteneurs apporter ce contenant à une aire d’entreposage centrale.
ou de caisses, y compris ceux qui peuvent être utilisés Cette aire peut être un espace aménagé à l’extérieur du
pour les matières recyclables. Ces conteneurs sont des bâtiment avec des bacs roulants, ou un local désigné à
bennes amovibles modifiées fermées, à plusieurs chaque étage où sont installés des contenants plus

160 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
grands, dans lesquels les résidants déposent leurs Le traitement inclut le compactage des matières
matières par catégorie. afin de faciliter le transport, l’entreposage des matières
Dans certaines tours d’habitation déjà dotées de et le chargement sur des conteneurs de transfert pour
chutes à déchets, des systèmes à chutes multiples ont l’acheminement vers les marchés. Les besoins de traite-
été aménagées pour les déchets et pour les matières ment varient selon les programmes de recyclage; la
recyclables; avec un certain modèle, la chute à déchets gamme s’étend des programmes avec des installations
conventionnelle peut recevoir jusqu’ à six catégories dif- de traitement régionales dotées d’un matériel complet
férentes de matières. Les résidants choisissent le bou- de tri et de densification, jusqu’aux programmes de
ton approprié sur un tableau de commande à plusieurs petite envergure dont les activités de manutention sont
boutons, ce qui active un déviateur ou un carrousel minimales.
situé au bas de la chute à déchets, de manière à ce que
les matières soient dirigées dans le compartiment d’en- Traitement – Différentes formules de
treposage approprié. Il y a toujours un bouton pour les traitement des matières recyclables
déchets, mais il peut également y avoir des boutons
pour différents flux de matières recyclables (p. ex., Principes-clés en matière de traitement des matières
papiers mélangés et contenants mélangés). Le système recyclables :
le plus courant comporte des boutons pour les déchets, ■ Économies d’échelle – Plus la quantité de matières

les papiers mélangés et les contenants mélangés, et exige recyclables est grande, moins il est coûteux (la tonne)
un minimum de trois conteneurs au bas de la chute. de les traiter.
Ces systèmes peuvent être prévus au moment de la ■ Valeur ajoutée ou rapport coûts-revenus – Le traitement

construction des bâtiments ou être aménagés dans des des matières recyclables est habituellement justifié
bâtiments existants. Les systèmes à deux ou trois flux par la possibilité de tirer des revenus des matières
conviennent particulièrement bien à une installation traitées. D’autres facteurs, tels la demande des
après coup, parce qu’ils permettent souvent d’utiliser citoyens ou des règlements provinciaux, peuvent
les compacteurs ainsi que les conteneurs à déchets et également influer sur la prise de décision.
à recyclage. ■ Efficacité – Minimiser le double traitement dans

La société Hi-Rise Recycling Systems Inc de toute la mesure du possible.


Miami, en Floride, offre différents modèles capables ■ Souplesse – Maximiser l’utilisation du matériel et de

d’effectuer un tri à flux multiples dans les bâtiments à la main-d’œuvre (trouver l’équilibre optimal entre
plusieurs unités d’habitation. La Ville de Toronto, en travail manuel et travail mécanique).
Ontario, a mis à l’essai différents modèles de chutes. ■ Espace suffisant – Prévoir l’espace suffisant pour

répondre à la demande locale ou régionale, et amé-


T RAITEMENT nager des aires de déchargement et d’entreposage
appropriés.
Le traitement consiste à mettre les matières recyclables
dans une forme qui permettra de les vendre sur les Traitement – Aperçu des équipements
marchés. Les différentes mesures à cet égard sont nécessaires
l’enlèvement des impuretés, la densification et la mise
en balles. Après le choix des marchés, il faut décider Au tableau 2.5 à la page 162, figure la liste des
comment seront traitées les matières pour satisfaire équipements généralement utilisés dans les IRM pour
aux exigences de ces marchés. Les étapes suivantes font traiter les matières recyclables recueillies de manière
partie du traitement : à ce qu’elles puisent être vendues sur le marché.
■ Tri des matières (enlèvement des impuretés); Les principales techniques de traitement utilisées
■ Tri par catégorie (p. ex., différentes catégories de comportent le tri des matières à l’aide de diverses
papier); méthodes et approches, dont les suivantes :
■ Tri des matières recyclables mélangées. ■ Travail manuel – Des trieurs placés le long des con-

voyeurs retirent certaines matières de la chaîne.

Recueil des technologies relatives aux déchets 161


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Dimension – Des trommels, des séparateurs à disque et leur densité; cette méthode n’est toutefois pas
des cribles vibrants laissent passer les matières d’une courante.
certaine dimension. ■ Propriétés magnétiques – Les métaux ferreux peuvent
■ Poids – Des tables vibrantes inclinées à l’aide de être triés d’après leurs propriétés magnétiques.
chaînes pendantes et des classificateurs pneuma- ■ Propriétés électriques – Les courants de Foucault et
tiques permettent le tri des matières selon leur poids. la conductivité peuvent servir à trier les matières
■ Densité – Des systèmes d’immersion dans un liquide d’après leurs propriétés électriques (les matières sont
et de flottaison permettent le tri des matières selon soumises à une charge électrique).

T ABLEAU 2.5 É QUIPEMENTS DE TRAITEMENT COURANTS DANS LES IRM


Étapes Équipements des grandes Équipements des petites
installations installations
(plus de 30 000 ménages) (moins de 30 000 ménages)
DÉCHARGEMENT DES VÉHICULES ■ conteneurs/sacs ■ bacs roulants
DE COLLECTE ■ chargeur compact ■ appareil de pesage
■ camion à chargement frontal ■ conteneurs
■ rampes ■ chariot/conteneur sur roue
■ convoyeurs ■ bennes amovibles
■ appareil de pesage ■ cloches
■ plancher de déversement en béton ■ rampes
■ plancher de déversement
■ transpalette à main
■ équipement de tri ■ chargeur compact
TRI
■ classificateur pneumatique ■ souffleries
■ convoyeurs ■ séparation par catégorie
■ trieurs magnétiques ■ convoyeurs
■ plateformes de tri
■ trommels
■ séparateurs par courants
de Foucault
■ cribles
COMPACTAGE ■ presse à compacter ■ petite presse à compacter (moins
■ densificateur automatisée, pour une seule
catégorie de matières)
■ compacteur
■ chargement frontal
■ déchiqueteur
■ broyeur
■ fosses/compartiments (couverts) ■ bennes amovibles
ENTREPOSAGE
■ bâtiment ■ fosses/compartiments
■ conteneurs (ouverts/fermés)
■ remorques
■ bennes
CHARGEMENT EN VUE DE ■ chariot élévateur à fourche ■ chargeur compact
■ camion à chargement frontal ■ souffleries
LA LIVRAISON
■ remorque à plancher mobile ■ séparateur par catégorie
■ convoyeur ■ chariot élévateur à fourche avec
■ soufflerie trémies auto-déversantes
bennes amovibles ■ bennes amovibles
LIVRAISON SUR LE MARCHÉ ■
■ remorques
■ appareil de pesage
■ barge
■ rails

162 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Forme – Les séparateurs plats/ronds, tels les sépara- ■ Modifications du traitement – L’installation d’un
teurs à disque, les convoyeurs de rebond, etc., deuxième trieur magnétique permet de récupérer
permettent de trier les matières selon leur forme. du flux de matières en aluminium une plus grande
quantité de matières en acier. L’installation de sta-
Traitement – Niveaux de résidus tions d’inspection ou de pré-tri au début de la chaîne
de tri peut également réduire le nombre d’articles
Les résidus sont issus du traitement des matières pour indésirables; ainsi en va-t-il des séparateurs, qui per-
les rendre conformes aux spécifications du marché. Les mettent de rejeter les particules trop fines pour être
taux de résidus sont plus faibles dans les programmes commercialisées.
de recyclage de matières triées à la source que dans les
programmes de recyclage de matières mélangées. Les De façon générale, il existe un lien entre le système
taux de résidus liés aux activités des IRM dépendent de collecte/de traitement et le niveau de résidus, et les
du système de recyclage et peuvent varier de 2 à taux de résidus sont normalement plus élevés dans les
15 p. 100 pour une IRM qui reçoit des matières recy- installations de traitement qui acceptent les matières
clables triées à la source (haut niveau de contrôle en mélangées.
bordure des rues); dans les IRM qui reçoivent des
déchets mélangés et les matières provenant d’un sys- Traitement – Lien entre traitement
tème à deux flux, les taux de résidus peuvent atteindre et collecte
les 40 p. 100. Les résidus sont soit envoyés à un lieu
d’enfouissement ou à une installation d’incinération, Le type de programme de collecte a une incidence
soit réintégrés dans le système de traitement. Des taux directe sur les options de transformation des
de résidus élevés sont généralement considérés comme déchets. Ainsi, dans un système de recyclage qui fait
inacceptables, et justifient un examen pour en déter- appel à des mécanismes de traitement perfectionnés,
miner les causes. le dispositif de collecte sera simple et peu coûteux.
Il est possible d’éviter la présence de résidus, Par contre, dans un système où les mécanismes de
notamment par les moyens suivants : traitement sont limités, le dispositif de collecte est
■ Tri à la source par les résidants – Une stratégie efficace plus complexe et plus coûteux. Une municipalité qui
de communication avec les résidants s’impose afin de s’interroge sur les dispositifs de collecte des matières
leur faire connaître les matières refusées et acceptées, recyclables et sur les systèmes de traitement à
ainsi que le mode de préparation de ces dernières. adopter, doit déterminer si elle souhaite investir
Souvent, les responsables des programmes de davantage dans le dispositif de collecte (tri à la
récupération à la source jugent efficace de sensibiliser source maximum/traitement minimum) ou dans le
les citoyens à la manière de bien préparer leurs con- système de traitement (collecte de déchets
tenants de matières recyclables. mélangés/traitement maximum). La décision doit
■ Équipe de collecte – L’équipe de collecte joue un rôle tenir compte de considérations d’ordre économique
important dans le succès d’un système de recyclage, et relatives au niveau de réacheminement souhaité,
particulièrement avec un dispositif de collecte de ainsi que les règlements en place; le profil démo-
matières triées à la source : elle doit laisser sur place graphique de la collectivité est également un facteur
les matières inacceptables et, souvent, expliquer elle- déterminant. Dans les grands centres urbains, où les
même aux résidants pourquoi telle ou telle matière densités de population sont fortes et où il est impor-
ne peut être acceptée. Dans le cas de certains con- tant de maintenir la fluidité de la circulation auto-
tenants (p. ex., les bacs et les sacs), il est plus difficile mobile, la minimisation du temps de collecte et les
de déceler les impuretés. coûts pour y parvenir sont une considération impor-
■ Conception du dispositif de collecte – Certains per- tante, puisque les frais de collecte constituent
mettent davantage d’éviter la contamination et les généralement la plus grande part des coûts d’un
résidus, notamment ceux qui comportent un tri système de gestion des déchets.
détaillé en bordure des rues.

Recueil des technologies relatives aux déchets 163


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 2.6 D IFFÉRENTES COMBINAISONS DE DISPOSITIFS DE COLLECTE ET DE SYSTÈMES
DE TRAITEMENT DES MATIÈRES RECYCLABLES
Collecte Traitement Municipalité Taux de
utilisant cette résidus
approche
FLUX UNIQUE Traitement maximum nécessaire pour Edmonton 15 %
Matières recyclables entièrement trier les différentes matières recy- (Alberta)
mélangées (aucun tri) clables contenues dans le flux unique

DEUX FLUX Tri et traitement de base pour séparer Peel (Ontario) 6%


Collecte de matières recyclables les différentes catégories de papier
partiellement mélangées (tri mini- (papier journal, carton ondulé, etc.)
mum); généralement, flux de fibres du flux de fibres, et les différents
et flux de contenants types de contenants (verre, plastique,
aluminium, fer) du flux de contenants.

FLUX MULTIPLES Traitement minimum requis parce que Quinte (Ontario) <3 %
Collecte de matières recyclables la plupart des flux se composent de
triées (tri maximum) matières ayant déjà été triées au
moment de la collecte. Le traitement
nécessaire se limite généralement au
regroupement ou à la mise en balles
des matières en vue de leur livraison
sur le marché.

Traitement des matières recyclables issues d’un flux importantes avancées technologiques relatives au
unique : nécessaire dans le cas de matières recyclables développement des séparateurs à disque, utilisés pour
entièrement mélangées. Cette formule gagne en popu- un premier tri des catégories de fibres et qui permet-
larité dans toute l’Amérique du Nord. En 1997, on tent d’exécuter le plus gros du tri fibres/contenants.
relevait aux États-Unis trois IRM qui traitaient les On retrouve également d’autres équipements de
matières recyclables issues d’un flux unique; en 2001, traitement de tri, dont les suivants : équipement de tri
on en comptait plus de 80. mécanique; classificateurs pneumatiques, ventilateurs à
La collecte est certes plus rapide et moins coûteuse soufflerie; trieurs magnétiques; convoyeurs; table de tri;
dans ce système; toutefois, celui-ci comporte de plus systèmes de tri manuel; et trommels.
grands défis sur les plans du tri et du traitement (ce qui L’équipement de compactage peut comporter des
accroît les coûts d’investissement) pour parvenir à presses à compacter et des densificateurs.
séparer efficacement les fibres et les contenants. Un
traitement maximum – et donc coûteux – s’impose, et Traitement de deux flux : vise les matières recyclables
les niveaux de contamination et de résidus sont plus recueillies en deux flux, par exemple fibres et contenants
élevés (particulièrement dans le cas des débris de verre (partiellement mélangés). Cette approche est courante
mélangé). La multiplication de ces systèmes au cours dans le cas des programmes de collecte en bordure des
des dernières années est en bonne partie due aux rues et est utilisée dans certains programmes de dépôt.

164 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Généralement, toutes les fibres sont mélangées Traitement de flux multiples: lorsque les matières
(papier journal, carton ondulé, carton pour boîtes, recyclables ont été séparées au maximum lors de la col-
papiers mélangés) dans un même compartiment, et lecte. Cette approche est courante dans les programmes
les contenants mélangés (verre, plastique, aluminium, de dépôt et est utilisée dans certains programmes de
acier) dans un autre. collecte en bordure des rues. Au stade du traitement,
Dans cette formule, un tri et un traitement de un tri minimum est nécessaire. Généralement, seul le
base s’imposent, de même qu’un certain regroupe- compactage s’impose, et les matières sont parfois
ment des matières. Les équipements de traitement de envoyées directement sur le marché ou à l’agent. Le
tri se composent notamment de transporteurs à cour- matériel de compactage se compose d’équipements de
roie, d’une table de tri et d’un système de tri manuel; mise en balles et de compacteurs.
des presses à compacter et des densificateurs peuvent
faire partie du matériel de compactage.

Recueil des technologies relatives aux déchets 165


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 2.3 E XIGENCES DE TRAITEMENT DANS UN SYSTÈME À FLUX UNIQUE

Plancher de Matières recyclables


déversement mélangées

Trémie
d’alimentation

Résidus Élimination
Impuretés et
Pré-tri
carton ondulé
Carton ondulé
en balles
Convoyeur
d’alimentation

Papier
Séparateur journal Convoyeur Presse à
à disque d’alimentation compacter

Fibres
Séparateur mélangées triées Entreposage
à disque en catégories
de papier

Séparateur Tri mécanique


incliné et manuel

Marchés
Résidus

Nouveaux
produits

Élimination

166 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
E XIGENCES DE TRAITEMENT DANS UN SYSTÈME DE MATIÈRES RECYCLABLES
F IGURE 2.4
PARTIELLEMENT MÉLANGÉES – F RACTION DES CONTENANTS SEULEMENT

Plancher de Contenants
déversement mélangés

Trémie d’
alimentation

Inspection Résidus Élimination

Principal convoyeur
d’alimentation

Boîtes en métal
Séparateur ferreux Aplatisseur Acier Marché
Disc Screen
magnétique Bi-métalliques de boîtes

Séparateur
par courants de Marché
Foucault
(alumi.)
Classificateur Aluminium
pneumatique PET

Tri de plastique Marché

Crible Tri de verre Teinté


vibrant

Clair Marché

Clair
Résidus Élimination

Recueil des technologies relatives aux déchets 167


Les déchets solides, une ressource à exploiter
E XIGENCES DE TRAITEMENT POUR UN SYSTÈME DE
F IGURE 2.5 MATIÈRES RECYCLABLES PARTIELLEMENT MÉLANGÉES –
F RACTION DES FIBRES SEULEMENT

Plancher de Papier journal,


déversement magazines,
fibres mélangées

Trémie
d’alimentation

Résidus
Élimination
Impuretés et
Pré-tri carton ondulé
Carton ondulé Marché
en balles
Convoyeur
d’alimentation

Bacs de tri de papiers


(annuaires téléphoniques, Convoyeur
Tri manuel
Disc Screen d’alimentation
carton pour boîtes, etc.)

Presse à
Résidus
compacter

Entreposage
Élimination

Marché

168 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 2.6 E XIGENCES DE TRAITEMENT DANS UN SYSTÈME DE MATIÈRES ENTIÈREMENT SÉPARÉES

Plancher de Fibres
déversement mélangées

Trémie
d’alimentation
Verre Verre teinté
Contenants
Convoyeur mélangés Verre Verre clair
d’alimentation

Convoyeur Plancher de
Tri manuel
Disc Screen Marché
d’alimentation déversement

Trémie
d’alimentation
Presse à
Résidus
compacter
Convoyeur
d’alimentation

Entreposage

Élimination Séparation
Disc Screen
manuelle

Marché

Tri manuel

Balles Marché
entreposées
Métal /Plastiques

Recueil des technologies relatives aux déchets 169


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Traitement – Technologies de traitement articles plus lourds tomberont en premier, suivis des
des matières recyclables articles plus légers. Les systèmes à vide sont beaucoup
utilisés pour acheminer différentes matières, telles le
Défonceuses/ouvreuses de sacs : nécessaires lorsque les plastique en pellicule, les contenants en PET et en
matières recyclables sont recueillies dans des sacs de PEHD et les boîtes en aluminium des postes de tri vers
plastique. Il existe une grande variété de dispositifs sur un caisson ou un compartiment situé à distance.
le marché, mais la plupart d’entre eux peuvent être Les classificateurs pneumatiques sont couramment
classés soit dans la catégorie des couteaux, soit dans utilisés dans les IRM qui reçoivent des contenants
celle des vis de balayage. Aucun dispositif de « désen- et la majorité des unités ont une capacité de débit de
sachage » mécanique ne permet de défoncer efficace- 5 à 10 tonnes à l’heure. Les coûts d’investissement
ment et de rejeter les sacs de plastique. Il faut toujours, sont d’environ 55 000 $.
en aval, un certain degré de séparation manuelle de la
pellicule de plastique Convoyeurs inclinés de tri par le poids : le premier
Les dispositifs d’ouverture de la catégorie des vis, système de convoyeur incliné de tri par le poids a été
sont dotés d’une vis tarière qui tourne dans un cylin- introduit sur le marché nord-américain par la société
dre. Au fil de leur passage, les sacs sont déchirés par le Bezner, à l’IRM Johnston du Rhode Island. Le système
frottement de la vis contre la paroi intérieure du cylin- se compose d’un convoyeur incliné et d’une série de
dre. L’application de cette formule pour les sacs de chaînes pendantes parallèles, qui permettent de séparer
matières recyclables a donné des résultats mitigés, les contenants légers (plastique et aluminium) des con-
notamment parce qu’elle occasionne des bris de verre tenants lourds (surtout en verre). Les contenants légers
plus importants; elle est davantage populaire pour les sont déplacés le long du convoyeur et rejetés au bout.
sacs de matières organiques (p. ex., à l’usine de com- Les contenants en verre sont poussés sur les côtés et
postage des déchets humides de Guelph, en Ontario). enlevés. Des fabricants de séparateurs à disque, tels
Les coûts d’investissement pour les défonceuses de Bollegraaf, CP Manufacturing, BHS et Machinex pro-
sacs sont d’environ 150 000 $. duisent également des convoyeurs inclinés semblables
pour la séparation des contenants et de fibres diverses.
Classificateurs pneumatiques/tri par le poids : de Un convoyeur incliné d’une capacité de débit
faibles jets d’air sont utilisés pour séparer les matières d’environ 10 tonnes à l’heure exige des coûts d’in-
plus légères (p. ex., aluminium et plastique) des vestissement d’environ 230 000 $.
matières plus lourdes (verre). Le processus peut être
exécuté de l’une des manières suivantes : Trommels de tri selon la dimension : il s’agit de tam-
■ Souffler les matières plus légères au travers d’une bours rotatifs inclinés qui permettent de séparer les
lame d’air vers la poulie de queue d’un autre con- matières par rotation et criblage. Les objets plus petits
voyeur (les matières plus lourdes tombent au-dessus (saletés, gravillons, capsules de bouteilles, débris de
de la poulie de queue); verre) sont agités par le mouvement de culbutage du
■ Exercer une succion au-dessus d’un flux de con- tambour rotatif et sortent par les perforations du tam-
tenants mélangés passant sur le convoyeur afin de bour. Les objets plus gros sortent au bout. Il est possi-
retirer les matières plus légères (les matières plus ble d’utiliser l’un à la suite de l’autre des trommels avec
lourdes demeurent sur le convoyeur). Une fois des trous de différents diamètres pour séparer les con-
retirées, les matières plus légères sont acheminées tenants de différentes dimensions.
vers un convoyeur de tri distinct. Les trommels peuvent également être utilisés
comme défonceuses de sacs. Pour cette application, des
Dans un système à vide, il est possible d’ajuster la « couteaux » – pointes triangulaires en acier – sont
puissance des jets d’air à l’intérieur de l’unité de reprise soudés à l’intérieur du tambour. Les sacs de matières
de manière à créer de multiples chutes de pression. Les recyclables ou de déchets mélangés culbutent à

170 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
l’intérieur du tambour et se déchirent. Cette méthode comme le diamètre des « étoiles ». L’espacement choisi
entraîne cependant des bris de verre considérables, ce dépend de l’application de tri désirée. Le fond du
qui constitue un désavantage si le verre doit être trié séparateur est incliné. Lorsque le flux de matières
manuellement par couleur et la quantité de com- mélangées est dirigé vers l’extrémité plus basse du
posantes en céramique réduites le plus possible. séparateur, les plus grosses matières rebondissent vers
le haut, en direction de l’étoile rotative, tandis que les
Trommels/aimants de tri selon la dimension : matières plus petites tombent dans les espaces entre les
plusieurs fabricants offrent des modèles combinés étoiles. Dans la plupart des IRM canadiennes, ces
trommels/dispositifs de séparation des matières fer- séparateurs sont utilisés sur une chaîne de tri des con-
reuses. Dans ces modèles, un tube en acier inoxydable tenants afin d’enlever les matières fines et les débris,
est soudé au bout du trommel. Un champ magnétique notamment les débris de verre. Dans le cas d’un flux
est créé dans le tube de manière à attirer les matières unique (fibres et contenants entièrement mélangés), les
recyclables ferreuses. Celles-ci, prises à l’intérieur du séparateurs rotatifs sont utilisés pour trier le carton
tube, lèvent avec le mouvement de rotation du trom- ondulé et le papier journal. Ils peuvent traiter jusqu’à
mel. À un moment prédéterminé, le champ magnétique 25 tonnes de matières à l’heure et leur coût varie de
faiblit et les matières ferreuses glissent dans une chute 150 000 $ à 250 000 $.
jusque dans un conteneur ou à un convoyeur prévu à
cette fin. Tri du verre : le tri mécanique des débris de verre se
Le trommel magnétique est moins coûteux que le fait depuis relativement peu de temps en Amérique du
séparateur magnétique à bandes croisées, permet de Nord. Cette technologie est plus courante dans les
récupérer une grande quantité de matières ferreuses grandes installations de retraitement du verre, où les
avec presque autant de pureté, et élimine les matières grandes capacités de débit peuvent justifier les coûts
fines. Ce système peut traiter de quatre à neuf tonnes d’investissement nécessaires à l’achat d’équipements
de contenants mélangés à l’heure et son prix de base est perfectionnés. Les trieuses optiques sont généralement
d’environ 30 000 $. Ce type de trommel occupe en efficaces pour des morceaux de verre d’un à quatre
outre moins d’espace qu’un trommel conventionnel centimètres. Les équipements de tri sont utilisés pour
combiné à un crible à matières fines. retirer la céramique d’un flux de verre mélangé ou
séparer par couleur le verre contenu dans un flux de
Séparateurs à disque (en étoile) de tri selon la verre mélangé.
dimension : couramment utilisés dans diverses La décision d’acheter un équipement de tri du
applications de tri : verre doit tenir compte de plusieurs facteurs. La grande
■ Dans les IRM, pour un premier tri des fibres/ valeur marchande qu’avait autrefois le verre faisait en
contenants; sorte que l’équipement de tri était une option plus
■ Pour le tri des fibres – séparation du carton ondulé rentable qu’aujourd’hui. La valeur du verre sur le
ou du papier journal des autres catégories de fibres; marché local, les coûts de transport, les redevances de
■ Comme système de tri des contenants mélangés; à la déversement, la quantité de verre récupéré et les coûts
place des cribles vibrants et des trommels pour de l’équipement sont tous des éléments dont il faut
enlever les matières fines et les débris, notamment les tenir compte. La technologie de tri du verre est
débris de verre, mélangés aux plus gros contenants; disponible et utilisée dans différentes IRM dans
■ Comme système de tri des contenants mélangés, l’ensemble des États-Unis. Certains fabricants avancent
pour retirer diverses impuretés fibreuses mélangées qu’une IRM doit avoir une capacité de débit supérieure
aux contenants. à trois tonnes à l’heure pour pouvoir récupérer son
investissement dans un laps de temps raisonnable;
Ces séparateurs se composent de plusieurs axes d’autres, par contre, parlent plutôt d’un volume d’au
rotatifs, chacun renfermant plusieurs roues en forme moins neuf tonnes par jour.
d’étoile. L’espacement entre les axes est ajustable, tout

Recueil des technologies relatives aux déchets 171


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Tri de matières plastiques : dans les IRM d’Amérique moins qu’il ne s’agisse de systèmes montés dos à dos,
du Nord, le tri des contenants en plastique s’effectue programmés pour trier un type de résine particulier
surtout manuellement. En Europe, par contre, le selon ses propriétés physiques ou chimiques. Afin d’op-
processus a été plus largement automatisé en raison des timiser le tri des matières plastiques, le traitement à
coûts de main-d’œuvre élevés. En Amérique du Nord, l’IRM doit comporter l’enlèvement préalable des pel-
la majorité des systèmes automatisés de tri des licules et des objets trop gros, des métaux ferreux et
bouteilles se trouvent dans des installations de traite- non ferreux, ainsi que des objets trop petits. Les coûts
ment et de récupération des matières plastiques; les d’investissement relatifs à un système complet d’alimen-
installations sont dotées de cet équipement unique- tation intensive varient de 270 000 $ à 315 000 $.
ment si les volumes traités justifient les coûts d’achat. C’est en Allemagne qu’on retrouve le taux le plus
Il existe deux principales méthodes d’alimentation élevé d’automatisation des équipements de tri. Comme
des équipements automatisés de tri des bouteilles, à dans le cas de tous les détecteurs NIR, les responsables
savoir l’alimentation à la pièce et l’alimentation en vrac. nord-américains d’IRM hésitent à adopter ces systèmes
Dans le premier cas, les bouteilles sont présentées au en raison de leur coût élevé. L’expérience acquise dans
détecteur une à la fois. Étant donné que la majorité des le domaine du développement et du fonctionnement
IRM reçoivent les contenants mélangés (métaux, Tetra des systèmes de tri des matières plastiques a démontré
Pak, déchets), le système d’alimentation à la pièce n’est qu’une alimentation appropriée et la préparation
pas particulièrement approprié, à moins que les con- adéquate du flux d’alimentation, ainsi que la qualité du
tenants de plastique ne soient tout d’abord séparés des système de détection, sont essentielles à l’optimisation
autres contenants. Ce système exige des dispositifs de l’efficacité du tri.
d’alimentation relativement complexes et qui prennent La société MSS a mis au point un séparateur de
beaucoup d’espace, et leur capacité d’alimentation bouteilles de plastique de grande capacité (Alladin)
limite varie de 570 à 680 kilos à l’heure. Ces systèmes – doté de mécanismes d’identification et de tri multiples,
incluant les convoyeurs d’alimentation et de sépara- et capable d’exécuter les deux tâches voulues, à savoir le
tion – comportent des coûts d’investissement qui ciblage de la résine et de la couleur. Il s’agit d’un sys-
varient de 315 000 $ à 400 000 $; ils conviennent donc tème d’alimentation intensive : aucune alimentation à
mieux aux entreprises de retraitement des matières la main n’est nécessaire. Dans ce système, un même
plastiques qui reçoivent de gros volumes. détecteur permet de capter toutes les couleurs du spec-
Les propriétés du plastique peuvent être captées tre et les NIR et donc de trier trois fractions dif-
et identifiées par transmission ou par réflexion. férentes. En raison de sa grande capacité de débit
L’identification par transmission (rayons X, lumière (de 3,6 à 5,5 tonnes à l’heure) et de son coût élevé
visible) est beaucoup utilisée pour le repérage des (270 000 $), il convient aux entreprises de retraitement
résines et des couleurs, dans les installations de reprise d’un grand volume de matières plastiques ou aux IRM
des matières plastiques où le flux des matières est con- régionales ayant une capacité de débit élevée.
trôlé. Cette technologie peut également être utilisée Le système de tri « Saffire » de MSS (120 000 $)
dans certaines IRM où la contamination du flux d’en- s’adresse aux IRM qui traitent les contenants mélangés.
trée est limitée. Quant aux détecteurs à réflexion Cet équipement permet de trier mécaniquement un
proche infrarouge (NIR), ils sont utilisés dans les seul type de résine (de 1,5 à 3 tonnes à l’heure); pour
applications d’IRM où le flux des matières d’entrée pouvoir trier différents types de résine, il faut installer
comporte trop de saletés pour permettre l’utilisation plusieurs unités en séries. Il existe des systèmes du
des détecteurs par transmission. genre dans 18 installations de traitement allemandes,
Les détecteurs NIR trouvent toute leur utilité dans mais aucun en Amérique du Nord.
le cas des flux de contenants mélangés. Le module de Le fabricant norvégien TiTech a mis au point un
détection peut être placé au-dessus du convoyeur de tri système automatisé des matières plastiques capable de
et n’est pas en contact avec les matières triées. Toutefois, trier un type donné de résine de plastique dans un flux
ces détecteurs ne conviennent pas aux tris multiples, à mélangé de cartons de boissons; le système procède par

172 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
détection infrarouge des particules et impulsions sélec- l’aluminium d’un contenant (à l’aide d’une technologie
tives d’air comprimé. Selon la largeur du convoyeur et de détection brevetée – LEAS); puis, à l’aide de jets
la nature des matières, il peut traiter jusqu’à quatre d’air envoyés du bout du convoyeur de tri, le contenant
tonnes de matières à l’heure. Le coût unitaire de cet ciblé est éjecté vers l’une des deux lames d’air. Cet
équipement, maintenant distribué en Amérique du équipement est maintenant utilisé dans plusieurs IRM
Nord, est d’environ 145 000 $ (il faut une unité pour françaises, généralement au bout du convoyeur de tri
chaque type de résine ciblé). des contenants, après un premier tri des plastiques. Son
fabricant s’est dit intéressé au marché nord-américain; il
Séparateurs par courants de Foucault : servent à séparer est possible d’obtenir de l’information gratuitement.
les métaux conducteurs non ferreux des autres matières
mélangées légères. Il s’agit d’une technologie éprouvée T ECHNOLOGIES NOUVELLES ET ÉMERGENTES
très répandue dans les IRM pour trier l’aluminium.
Il existe deux grandes catégories de séparateurs du La tendance est à l’automatisation du traitement, à
genre : les séparateurs à rotor à céramique de terres l’aide d’équipement tels les trieuses optiques pour le
rares, utilisés pour séparer les matières non ferreuses verre et le plastique, et les séparateurs à disque pour
de petites dimensions; et les séparateurs à rotor le tri de papiers. Vu le coût de ces technologies, il est
céramique-ferrite de strontium, moins puissants, mais justifié de les utiliser uniquement dans les IRM
parfaits pour trier les boîtes en aluminium. Par con- régionales, plus grandes, qui permettent des économies
séquents, ces séparateurs peuvent être plus petits et d’échelle. Des recherches récentes indiquent qu’il est
moins puissants et tout de même permettre d’atteindre possible de construire et d’exploiter une IRM à flux
des taux de récupération élevés. La production de unique pour 1,17 $ de plus la tonne qu’une IRM à deux
champs magnétiques à oscillation rapide déclenche un flux, lorsque l’amortissement et tous les autres facteurs
courant électrique dans l’objet conducteur. Les champs sont pris en compte. Il s’agit d’une augmentation des
oscillants peuvent être ajustés pour optimiser le tri. Le coûts de traitement d’environ 5 p. 100 qui entraîne,
courant électrique génère à son tour un champ magné- cependant, une réduction considérable des frais de col-
tique qui fait en sorte que les objets (p. ex., les boîtes lecte (par rapport aux autres formules). Les IRM à flux
en aluminium) sont repoussés du premier champ. unique ont des coûts d’investissement et de fonction-
Les boîtes en aluminium sont enlevées lorsqu’elles nement plus élevés que les IRM à deux flux, mais l’aug-
constituent les principaux articles restant sur le con- mentation modeste des coûts de traitement est plus
voyeur. Généralement, les séparateurs sont utilisés à la que compensée par la rapidité de la collecte et donc, les
fin du processus de tri, pour séparer l’aluminium d’un économies réalisées à ce chapitre (d’après les estima-
flux de matières plastiques mélangées, ou après un tions, il s’agirait d’une réduction de 30 p. 100 des coûts
premier tri des matières plastiques. Cette procédure de collecte). Ce constat incitera sans doute de nom-
garantit le fonctionnement optimal du séparateur et breuses municipalités canadiennes à réévaluer leurs
permet d’éviter que les boîtes en aluminium ne soient méthodes actuelles de collecte et de traitement afin
« ensevelies » sous d’autres contenants (et que d’autres de trouver d’autres moyens de réaliser des économies
matières ne soient entraînées avec les boîtes en grâce à des changements dans la conception du
aluminium). système.
Le coût des modèles conçus pour les applications La tendance est également aux systèmes de collecte
d’IRM varie d’environ 63 000 $ à 80 000 $. de matières mélangées (ramasser plusieurs catégories
Une machine relativement nouvelle trie l’aluminium de matières dans un même flux et concevoir une
selon son épaisseur et est en mesure de distinguer les IRM capable d’effectuer le traitement plus complexe
emballages aseptiques (p. ex., les boîtes Tetra Pak) des de ce flux).
boîtes en aluminium. La machine détecte l’épaisseur de

Recueil des technologies relatives aux déchets 173


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Évaluation récupèrent pas nécessairement toutes les matières
visées par le programme. Par conséquent, le taux de
P ERFORMANCE GLOBALE DES SYSTÈMES participation doit être multiplié par la quantité de
matières de recyclage réellement recueillies pour
Il ressort des données sur la composition des flux de estimer la proportion du flux de déchets qui sera
déchets que d’environ 40 à 50 p. 100 des déchets rési- récupérée grâce au programme. L’expérience a démontré
dentiels sont recyclables. La quantité réelle variera que le taux de récupération varie selon les matières, et
cependant en fonction de l’existence ou de l’absence qu’il existe généralement un lien entre ce taux et la
d’un système de consignes pour différents contenants; clarté de l’information sur les matières recyclables.
un tel système a une incidence sur la quantité d’embal- Lorsque les programmes de collecte en bordure des
lages de plastique et de métal disponible pour le recy- rues sont bien établis, les gens savent que les boîtes, les
clage. Voici la liste des huit principales matières bouteilles et les journaux sont recyclables. En pareils
recyclables qu’on retrouve dans les flux de déchets cas, le taux de récupération de ces matières peut atteindre
urbains au Canada (pourcentage de la composition des jusqu’à 80 à 90 p. 100 si la participation est encouragée
déchets résidentiels) : grâce à de bons programmes de promotion et de sensi-
bilisation, ou dans les collectivités dotées de régimes
Déchets Pourcentage d’utilisateur-payeur.
Papier journal 12 Au Canada, les programmes de récupération à la
Papiers mélangés 11 source (les plus établis et les plus perfectionnés au
Plastiques 6 monde) permettent de réacheminer de 15 à 20 p. 100
Verre 6 du flux des déchets résidentiels, tandis que les pro-
Carton ondulé 3 grammes de dépôt produisent des taux de 7 à 12 p. 100,
Papier de bureau 2 en général. Quant aux systèmes de consigne (rem-
Boîtes en acier 3 boursement par le détaillant), ils permettent générale-
Boîtes en aluminium 1 ment de récupérer plus de 80 p. 100 des contenants à
boisson ciblés.
Idéalement, chaque collectivité devrait prendre ses Les taux de résidus dépendent également du dis-
décisions à la lumière de sa propre analyse de caractéri- positif de collecte utilisé. Les taux « types » sont de 5 à
sation des déchets. La méthodologie recommandée est 7 p. 100, ou moins, pour les systèmes de tri à la source,
celle développée par un groupe de travail (dont font et de 20 p. 100 pour les systèmes de collecte avec sacs
partie des municipalités) du Conseil canadien des ou bacs, ou lorsqu’il n’existe aucun système de tri à la
ministres de l’Environnement (CCME) source.
(http://www.ccme.ca/assets/pdf/waste_f.pdf). Les programmes humides/secs, dans lesquels les
La quantité réelle de matières recyclées, et par déchets sont recueillis en deux flux, ont des taux de
conséquent la quantité de matières qui peuvent être résidus de 30 p. 100 pour les flux humides et secs
réacheminées grâce aux systèmes de recyclage, dépend (parce que dans ces programmes, les matières non réa-
du type de dispositif de collecte (en bordure des rues cheminables sont habituellement dirigées dans un flux
ou dépôt) et de la nature des matières recueillies. ou dans l’autre).
Les bons programmes de récupération à la source Compte tenu de l’objectif de 50 p.100 que s’est fixé
devraient permettre d’atteindre un taux de participation le Canada en matière de réduction des déchets, il faut
d’au moins 90 p. 100. Mais les ménages participants ne manifestement faire plus.

174 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Caractéristiques communautaires juguer ses efforts à ceux de municipalités avoisinantes
afin d’étendre l’aire de récupération des matières
Toute collectivité, quelle que soit sa taille, peut recycler. recyclables, d’accroître les tonnages récupérées et
Généralement, les petites collectivités (5 000 ménages d’augmenter la taille de l’IRM à construire et, par con-
et moins) utilisent des points de dépôt, et les grandes séquent, de réduire les coûts (Figure 2.2 à la page 152).
collectivités ont des programmes de collecte en bordure Il n’existe pas de règle empirique pour déterminer
des rues. La Ville de Calgary, en Alberta, (800 000 la taille des collectivités qui devraient envisager l’im-
habitants) fait toutefois exception à cette règle, plantation de leur propre IRM, si ce n’est que plus la
puisqu’elle s’est dotée d’un programme de dépôt. Cette collectivité est grande, plus il est avantageux de le faire.
décision repose sur la volonté d’offrir un dispositif de
recyclage relativement pratique, à faible coût (7 $ par Coûts
ménage pour un système de dépôt, comparativement à
22 $ par ménage pour un système de récupération à la Le facteur coût a une très grande incidence sur les
source). Le choix est fonction des objectifs visés : si un décisions relatives à la conception.
taux de réacheminement élevé est considéré comme Les coûts des programmes de recyclage varient
essentiel, la collecte en bordure des rues constitue la en fonction de plusieurs paramètres : type de
meilleure option; cette formule est toutefois plus coû- véhicules utilisés, dispositif de collecte choisi, nature
teuse que le système de dépôt. des matières récupérées, récupération dans des sacs
Les collectivités rurales peuvent implanter la col- ou des boîtes, distance des marchés et force des
lecte en bordure des rues s’il existe un système efficace marchés. La rentabilité du recyclage fluctue en outre
de collecte combinée des déchets, des matières recy- considérablement d’une année à l’autre selon les
clables et des matières organiques. La Bluewater recettes perçues pour les matières. Celles-ci sont tribu-
Recycling Association du Sud-Ouest de l’Ontario et le taires des marchés mondiaux des produits de base
dispositif de collecte de Quinte, dans l’Est de l’Ontario, et fluctuent avec la conjoncture économique et la
sont d’excellents exemples de dispositifs de collecte en demande pour différentes matières.
bordure des rues des matières recyclables dans des D’après les lignes directrices pour les régions
municipalités rurales et de petites municipalités. urbaines, la collecte et le traitement des matières
Bluewater est parvenue à l’efficacité grâce à la collecte recyclables devraient coûter aux environs de 150 $ la
combinée. Quinte y est parvenue grâce à un tri poussé tonne (avec un système de tri à la source, les frais de
en bordure des rues : on demande aux ménages de trier collecte sont plus élevés et les coûts de traitement
leurs matières en neuf catégories distinctes. La moins élevés; et vice-versa avec un système de col-
présence de régimes d’utilisateur-payeur joue égale- lecte à flux unique). Les recettes perçues pour les
ment un rôle très important dans ces deux collectivités. matières recyclables varient d’une région à l’autre du
Ces divers éléments font en sorte que les IRM sont de Canada (de 50 $ à 150 $ la tonne) selon la nature des
conception simple et peu coûteuse. matières recueillies et les revenus disponibles à
Dans les grandes IRM, d’importantes économies l’échelle locale. Selon les conditions du marché, le
d’échelle sont réalisées sur le plan des activités de coût net du recyclage peut varier de 0 $ à 100 $ la
traitement. Il est parfois alors possible pour les munici- tonne.
palités de partager leurs installations de traitement, et Par ailleurs, la collecte hebdomadaire en bordure
les coûts de transport sont raisonnables. Les petites des rues devrait coûter de 20 $ à 25 $ par logement
collectivités éloignées doivent trouver des moyens de par année (plus dans les régions rurales). Les recy-
regrouper leurs matières recyclables en vue du traite- cleurs considèrent généralement que les coûts de
ment. Pour déterminer s’il faut recycler et ce qu’il faut traitement et les recettes perçues pour les matières
recycler, les municipalités doivent tout d’abord se s’annulent, et que le coût net du recyclage se rapporte
demander s’il est possible de trouver des marchés en fait à la collecte. Par conséquent, des efforts
viables et des utilisations finales pour les matières constants doivent être déployés pour réduire les
récupérées. Il est habituellement préférable de con- frais de collecte.

Recueil des technologies relatives aux déchets 175


Les déchets solides, une ressource à exploiter
La figure 2.7 fait état des coûts d’investissement 100 000 ménages (population de 300 000). En
et des coûts d’exploitation (par tonne de matières) dessous de cette capacité, les coûts de traitement sont
d’une IRM type, établis d’après la capacité de l’IRM plus élevés, et il incombe à chaque collectivité de
en tonnes. Généralement, les coûts de traitement déterminer à partir de quels coûts de traitement il
sont inversement proportionnels à la capacité. devient justifié de se joindre aux collectivités avoisi-
Toutefois, la courbe commence à plafonner aux envi- nantes pour les réduire. L’augmentation des coûts de
rons d’une capacité de traitement de 30 000 tonnes transport en raison de la plus grande distance à par-
par année, soit la quantité de matières recyclables courir jusqu’à l’IRM est un facteur dont il faut tenir
recueillies dans une collectivité de plus de compte.

F IGURE 2.7 C OURBES DES COÛTS D ’ INVESTISSEMENT ET D ’ EXPLOITATION ANNUALISÉS – IRM

160

140

120
Coûts d’exploitation annuels
100
$ la tonne

80

60

40
Coûts d’investissement annualisés
20

0 15 000 30 000 45 000 60 000 75 000 90 000 105 000


Capacité (tonnes/année)

176 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
E FFETS ENVIRONNEMENTAUX
Mille tonnes de matières recyclables types (papier,
verre, métaux et plastique) ont été examinées pour
Modèle de gestion intégrée des déchets chaque essai des différents modèles figurant dans les
trois tableaux qui suivent. La pollution énergétique liée
Fabriquer du papier, de l’aluminium, du plastique, du à la collecte des matières recyclables du secteur résiden-
verre et des métaux ferreux à partir de matières recy- tiel n’a pas été prise en compte, parce qu’elle est très
clées permet de réduire la quantité d’énergie et de faible, comparativement aux avantages en amont.
matières premières nécessaires aux processus de fabri- Les tableaux 2.7, 2.8 et 2.9 présentent des com-
cation. Le modèle de gestion intégrée des déchets a été paraisons entre les émissions de gaz à effet de serre
utilisé pour déterminer les effets environnementaux liés (GES), de gaz acides, de polluants précurseurs de
au recyclage et à l’enfouissement des mêmes matières. smog et d’émissions toxiques liées au recyclage et
Deux aspects ont été considérés à cet égard : l’ensemble à l’enfouissement.
du système de gestion des déchets et l’inventaire net
sur la durée de la vie utile.

C OMPARAISON DES ÉMISSIONS DE GES LIÉES AU RECYCLAGE ET À L ’ ENFOUISSEMENT DE


T ABLEAU 2.7 1 000 TONNES DE MATIÈRES RECYCLABLES DANS UN LIEU D ’ ENFOUISSEMENT BIEN CONÇU ,
AVEC COLLECTE DU LIXIVIAT , CAPTAGE DES GAZ ET CONVERSION

Émissions de GES Lieu d’enfouissement Recyclage


à écran d’étanchéité
artificiel haut de gamme
(tonnes) (tonnes)

Équivalents-CO2 plus élevées plus faibles

C OMPARAISON DES ÉMISSIONS DE GAZ ACIDES ET DE POLLUANTS PRÉCURSEURS DE SMOG


T ABLEAU 2.8
LIÉES AU RECYCLAGE ET À L ’ ENFOUISSEMENT DE 1 000 TONNES DE MATIÈRES RECYCLABLES

Émissions de gaz acides et de polluants Lieu d’enfouissement Recyclage


précurseurs de smog à écran d’étanchéité
artificiel haut de gamme
(Kg) (Kg)

NOx semblables semblables

SOx plus faibles* plus élevées

HCI semblables semblables

Particules plus élevées plus faibles

COV semblables semblables

*Indique une compensation d’énergie ou une émission évitée.


Dans le scénario utilisé, les émissions de NOx liées à l’enfouissement et au recyclage sont semblables. L ’enfouissement s’est traduit par
une réduction des émissions de SOx (par le biais de compensations d’énergie, indiquées par un *). Les émissions de HCl sont semblables.

Recueil des technologies relatives aux déchets 177


Les déchets solides, une ressource à exploiter
C OMPARAISON DES ÉMISSIONS TOXIQUES LIÉES AU RECYCLAGE ET À
T ABLEAU 2.9
L ’ ENFOUISSEMENT DE 1 000 TONNES DE MATIÈRES RECYCLABLES

Émissions toxiques Lieu d’enfouissement à Recyclage


écran d’étanchéité artificiel
haut de gamme
AIR
Pb (kg) plus faibles (compensations) plus élevées
Hg (kg) plus faibles (compensations) plus élevées
Cd (kg) plus faibles (compensations) plus élevées
Dioxines (TEQ) (g) plus élevées plus faibles

EAU
Pb (kg) plus faibles (compensations) plus élevées
Hg (kg) plus élevées plus faibles
Cd (kg) plus élevées plus faibles
BDO (kg) plus élevées plus faibles
Dioxines (TEQ) (mg) plus élevées plus faibles

R ÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES
s’amenuiser au fur et à mesure que la collecte de
matières recyclables totalement mélangées gagne en
Les besoins énergétiques liés au recyclage sont relative- popularité. Les émissions de GES liées à la collecte
ment faibles. Il s’agit principalement du carburant des matières recyclables sont évaluées à 33,6 kg de CO2
nécessaire aux véhicules de collecte sélective. De faibles par tonne de matières recyclables recueillies.
besoins énergétiques sont également liés aux trans- Toutefois, le recyclage des matières a un effet
porteurs à courroie, aux presses à compacter et aux considérable sur la consommation d’énergie, puisqu’il
autres équipements des IRM. Les intrants énergétiques permet de réduire la quantité de matières premières
nécessaires au traitement de recyclage varient de (qui est une activité à forte consommation d’énergie),
88 MJ/tonne pour les traitements manuels, à 154 MJ/ ainsi que sur la reconversion à partir de matières
tonne pour les traitements de recyclage hautement recyclées. L’aluminium constitue le meilleur exemple
mécanisés (étude de l’Institut Tellus). L’énergie néces- d’économie d’énergie : il faut 95 p. 100 moins d’énergie
saire à la collecte des matières recyclables est estimée à pour fabriquer de l’aluminium à partir d’aluminium
475 MJ/tonne, comparativement à 167 MJ/tonne pour recyclé qu’à partir de la matière vierge. L’écart est
la collecte des déchets. Cette différence vient de ce que moins spectaculaire pour les autres matières, mais il
la collecte des matières recyclables prend plus de reste tout de même important.
temps que la collecte des déchets. Cet écart pourrait

178 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
E XEMPLES D ’ ÉCONOMIES D ’ ÉNERGIE LIÉES À L ’ UTILISATION DE MATIÈRES PREMIÈRES
T ABLEAU 2.10 RECYCLÉES PLUTÔT QU ’ À DES MATIÈRES PREMIÈRES VIERGES DANS
LES OPÉRATIONS DE FABRICATION

Matières Besoins énergétiques Besoins énergétiques Réduction des besoins


avec des matières vierges avec des matières énergétiques liée à
d’alimentation (MJ/t)* recyclées (MJ/t)* l’utilisation de matières
recyclées plutôt que de
matières vierges (%)

CARTON POUR BOÎTES COUCHÉ 71 321 40 483 43


NON BLANCHI
CARTON COUVERTURE 73 552 41 203 44
CARTON ONDULÉ 55 274 40 111 27
ALUMINIUM 241 688 9 668 96
VERRE 15 686 11 503 27
ACIER 22 774 19 637 14

*Source : Perspectives on Solid Waste Management in Canada; An Assessment of the Physical, Economic and Energy Dimensions
of Solid Waste Management in Canada, préparé pour Environnement Canada, par Resource Integration Systems Ltd, mars 1996

Leçons apprises ■ Dans certains programmes de collecte combinée, la


détermination du type de compartiments appropriés
Les frais de collecte représentent la plus grande part des pour les camions compartimentés s’est avérée difficile.
coûts de recyclage. Les municipalités de l’ensemble du Canada ■ Ce type de programme exige une très bonne planifi-
examinent les mesures à prendre pour réduire ces frais. cation, puisqu’il peut être difficile d’ajouter des
Des mesures permanentes de promotion et de sen- matières une fois que les camions de collecte
sibilisation sont essentielles au succès des programmes combinée sont conçus et construits (en raison des
de recyclage : d’une part, elles garantissent que les rési- volumes de chaque compartiment).
dants sont au courant des matières à récupérer et,
d’autre part, elles constituent une incitation constante à Le bris de verre est un problème dans le cas de
la récupération, et favorisent donc une grande partici- certains systèmes de collecte combinée utilisant des
pation et un taux de collecte élevé. Généralement, plus sacs. Voici certaines mesures susceptibles de réduire
les volumes de matières recueillies sont grands, moins ou d’éliminer les bris :
le programme coûte cher (selon l’emplacement et les ■ Recueillir le verre séparément (p. ex., déposer le verre

technologies utilisées). sur des supports latéraux à l’intérieur du camion);


Leçons apprises des programmes de collecte ■ Exclure le verre des programmes de collecte com-

combinée : binée (p. ex., inciter les résidants à récupérer le verre


■ Il faut plus de temps pour recueillir simultanément
dans le cadre d’un programme de dépôt);
les matières recyclables et les déchets. ■ Réduire le degré de compactage afin de réduire les

■ Les camions de collecte combinée sont souvent longs et


bris (cette mesure réduit cependant l’efficacité de la
peuvent être plus difficiles à manœuvrer sur certaines rues. collecte);
■ L’aspect mécanique et l’entretien de certains
■ Amortir les chocs en recueillant le verre avec de nom-

véhicules spécialisés (à mécanisme hydraulique) breuses autres matières, dont le papier et le plastique;
peuvent poser des problèmes. ■ Dans certaines collectivités, le verre est recueilli

■ La collecte de déchets mélangés comporte des


séparément des produits de papier afin d’éviter le
taux de contamination plus élevés qu’une collecte plus possible que le papier ne soit contaminé par des
plus sélective, ce qui peut réduire la quantité de fragments de verre.
matières commercialisables.

Recueil des technologies relatives aux déchets 179


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 2.11 C ARACTÉRISTIQUES DU RECYCLAGE

Paramètre Sommaire

DESCRIPTION Certaines composantes sèches du flux de déchets (papier, verre, métal, plastique) peuvent
être récupérées dans le cadre de programmes de dépôt ou de collecte en bordure des rues
Matières aux points de dépôt : acheminées directement vers le marché si elles sont
suffisamment propres, ou traitées.
Matières à la source : recueillies en différents flux (dans des camions de collecte comparti-
mentés) et traitées dans une IRM (installation de récupération des matières) relativement
simple; des flux de matières plus mélangées exigent une IRM de conception plus complexe

PERFORMANCE GLOBALE Réacheminement de 15 à 25 p. 100 du flux des déchets urbains, selon le type de matières
recueillies et des taux de résidus à l’IRM
Taux de résidus de 2 à 5 p. 100 dans les IRM simples, avec le tri à la source
Taux de résidus de 20 à 40 p. 100 (selon le type de matières), avec la collecte de matières
mélangées
CARACTÉRISTIQUES Collectivités de toutes tailles, mais des conceptions différentes s’imposent
COMMUNAUTAIRES
Petites collectivités (moins de 10 000 ménages) et régions rurales à faible densité de
population : les programmes de dépôt sont efficaces. La collecte en bordure des rues peut
être facilitée grâce à la coopération avec des collectivités avoisinantes; ex. : collectivités
rurales de Bluewater et de Quinte, en Ontario. Les matières recyclables doivent être
acheminées vers de plus grandes installations
Grandes collectivités urbaines : la collecte en bordure des rues est rentable
Les coûts de traitement des matières recyclables suivent une courbe ascendante
prononcée; les coûts diminuent considérablement au fur et à mesure qu’augmente la taille
de l’IRM, particulièrement au-delà de 30 000 tonnes par année

COÛTS Coûts des points de dépôt : de 10 $ à 25 $ par logement par année, traitement inclus
Coûts de la collecte en bordure des rues dans les grands centres urbains traitement inclus :
environ 25 $ par ménage par année, selon la densité de population
Coûts de collecte et de traitement : environ 150 $ la tonne; recettes de 50 $ à 150 $ la tonne;
coût net : de 0 $ à 100 $ la tonne
Les coûts de traitement diminuent grâce aux économies d’échelle. Pour pouvoir répondre
à leurs besoins de traitement, les petites collectivités (moins de 10 000 ménages) doivent
unir leurs efforts à ceux des collectivités avoisinantes

FACTEURS AYANT UNE INCIDENCE Volonté politique; décision communautaire, indépendamment des coûts
SUR L’ACQUISITION
Systèmes de recyclage obligatoires (p. ex., en Ontario)
L’évaluation des marchés devrait constituer la première étape, quoique cela soit rarement
le cas
« Crise » des lieux d’enfouissement (p. ex., lieux d’enfouissement existants ayant atteint
leur pleine capacité, coûts élevés d’aménagement de nouveaux lieux d’enfouissement,
opposition du public)
L’existence de marchés pour les matières récupérées devrait constituer une motivation,
mais ce n’est pas toujours le cas

180 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Paramètre Sommaire

TECHNOLOGIES NOUVELLES Méthodes plus efficaces de collecte et de traitement des matières recyclables
ET ÉMERGENTES
Les séparateurs à « étoile » et à disque ont permis d’améliorer le traitement des papiers
et rendu plus viable la collecte à flux unique de matières recyclables
Les systèmes de tri optique des plastiques ont un succès limité; les modèles de
conception plus récents donnent de meilleurs résultats

EFFETS ENVIRONNEMENTAUX Permet de récupérer des ressources qui auraient été perdues autrement (lieux
d’enfouissement ou installations de traitement thermique)
Papier : l’utilisation de papier recyclé pour fabriquer du papier neuf constitue l’applica-
tion optimale et la plus répandue. Réduit la coupe d’arbres; réduit l’énergie consommée
par la production (le recyclage est moins énergivore que la fabrication de papier à partir
de pâte vierge). Le recyclage comporte des avantages considérables en amont : chaque
tonne de papier ou de métal recyclé réduit la quantité de tonnes de gaz à effet de serre
et d’autres polluants de l’air et de l’eau
Métaux (p. ex., l’acier et l’aluminium) : permet de conserver les ressources non
renouvelables, de réduire l’énergie consommée par la production et de diminuer les
effets environnementaux
Verre : permet d’économiser les ressources naturelles, mais les économies d’énergie
sont moins considérables. L’utilisation de débris de verre comme granulats réduit les
effets environnementaux liés à l’extraction

RÉPERCUSSIONS La collecte en bordure des rues et à des points de dépôt est un procédé à faible consom-
ÉNERGÉTIQUES mation d’énergie, principalement au chapitre du transport. Les besoins énergétiques des
IRM sont faibles (convoyeur et presse à compacter)
Le principal avantage est l’avantage énergétique en amont, soit la réduction de la
quantité de ressources primaires à extraire (voir la section Effets environnementaux
ci-dessus)

LEÇONS APPRISES Les matières produites sont entièrement tributaires des conditions du marché. Lorsque
les marchés chutent, le recyclage devient un moyen coûteux de traiter les déchets
Solutions pour contrer la vulnérabilité aux conditions du marché :
■ structurer les contrats de manière à partager les risques liés aux fluctuations du
marché soit avec un fournisseur de services de recyclage, soit directement avec
le représentant du marché
■ signer un contrat à long terme (5 ans) à taux garantis
Au début, l’accent était mis sur l’efficacité de la collecte et du traitement. La collecte
étant le volet le plus coûteux, on tente maintenant de trouver des moyens de réduire les
frais de collecte. Actuellement, on tente d’accélérer la collecte à flux unique et de
consacrer plus d’argent aux IRM, ce qui apparaît comme la formule la moins coûteuse
globalement

Recueil des technologies relatives aux déchets 181


Les déchets solides, une ressource à exploiter
3
SECTION

Compostage

Description générale déchets organiques (voir Digestion anaérobie, à la sec-


tion 4). Avec l'ajout de certains produits de papier de

L e compostage désigne l’ensemble des procédés


pouvant être utilisés pour recycler les fractions
organiques du flux de déchets et en faire un intéressant
faible valeur, le compostage et la digestion anaérobie
peuvent traiter 50 p. 100 ou plus du flux de déchets.
Les principaux objectifs du compostage des
produit fini appelé compost. Le compostage est un déchets résidentiels ou des déchets solides municipaux
processus biologique au cours duquel la matière sont les suivants :
organique est transformée sous l'effet de l'activité ■ Réacheminer les déchets solides en les éloignant des

microbienne, en présence d'oxygène, pour produire un lieux d'enfouissement;


humus ou terreau ayant l'aspect de la tourbe. Dans un ■ Stabiliser la matière organique;

environnement riche en oxygène (ou aérobique), le ■ Produire un amendement des sols réutilisable et

compostage dégage une grande quantité d'énergie avantageux.


en raison de l'activité métabolique des bactéries,
champignons et actinomycètes présents dans les En règle générale, le compost de qualité supérieure
déchets. En fait, dans un procédé de compostage, il est est produit à partir de matières traitées triées à la
souvent préférable de « retourner » régulièrement les source. Le compostage des déchets solides municipaux
tas de compost en formation ou de les aérer de manière soulève davantage de difficultés quant au respect des
continue pour en éliminer la chaleur excédentaire, car lignes directrices touchant la qualité du compost. On
le phénomène peut facilement faire grimper les tem- peut tirer des revenus raisonnables du compost de
pératures au-dessus de 65 °C. Cela limite alors l'activité haute qualité, alors qu'il ne faut s'attendre à aucun
microbienne de même que l'efficacité du procédé de revenu du compost de qualité inférieure.
compostage. Le bon fonctionnement d’un tel processus Comme la matière organique représente approxi-
nécessite une gestion efficace des mêmes éléments de mativement entre 40 et 50 p. 100 des déchets solides
base requis par tous les organismes aérobies, c'est-à-dire résidentiels, le compostage doit faire partie intégrante
un apport suffisant d'oxygène, d'eau et de nutriments. de tout système visant à atteindre des taux de réachemi-
Le compostage réduit la masse des déchets d'envi- nement de 50 p. 100 ou plus (secteurs résidentiels et
ron 40 p. 100 (par évaporation de l'humidité). Ce n'est ICI combinés, à l'exclusion des déchets de construction
pas le seul processus qui convienne au traitement des et de démolition).

182 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 3.1 S CHÉMA DE COMPOSTAGE SIMPLIFIÉ

Matières à la Pré-traitement Compostage


réception et
désensachage

2-3 sem. 8-12 sem. en


recouvert ou en andains
enceinte close ouverts
Matières trop
grosses

Maturation Trommel

Matières trop Post-traitement Résidus de Compost fini


grosses qualité
« inférieure »
pour élimination

Trommel Ventes en vrac

Résidus pour
élimination

Compost fini Mélange avec


sable, terre à
jardin

Ensachage

Vente au détail

Recueil des technologies relatives aux déchets 183


Les déchets solides, une ressource à exploiter
S YSTÈMES EN USAGE La méthode GAP (voir www.csr.org) considère
que chaque composteur domestique distribué permet
De nombreuses municipalités favorisent le compostage de réacheminer 100 kg par année de déchets
domestique en tant que solution au coût le plus bas organiques. Certaines provinces adoptent comme
pour détourner certaines matières organiques du flux hypothèse une quantité plus élevée (p. ex., la
de déchets. Nombre d'entre elles ramassent et compos- Colombie-Britannique suppose une quantité de 125 kg
tent les résidus de jardin (p. ex., broussailles, feuilles par ménage par année). De manière empirique, on sup-
mortes, déchets de tontes de gazon et autres résidus de pose généralement qu'entre 25 et 30 p. 100 des ménages
jardin estivaux) parce qu'elles assurent déjà la collecte unifamiliaux utiliseront un composteur domestique
de ces matières séparément ou parce que la province a dans le cadre de programmes modérément privilégiés
rendu ce type de compostage obligatoire. D'autres et environ 55 p. 100 dans le cadre d'un programme
municipalités ont établi des programmes plus complets, fortement privilégié.
en vigueur toute l'année, pour ramasser une plus vaste Les programmes offrant une subvention munici-
gamme de déchets organiques résidentiels (y compris pale (correspondant habituellement à environ 50 p. 100
les déchets alimentaires) en raison d'une politique du coût d'achat) pour l'achat d'un composteur domes-
locale ou d'un mandat confié par les provinces. tique étaient assez répandus au Canada dans les années
Certaines municipalités ont inclus des dispositions 1990. Cette pratique peut être rentable lorsqu'un tel
visant le compostage des déchets organiques commerciaux programme est appuyé par une campagne de promo-
afin de stimuler le réacheminement ou d'augmenter les tion et de sensibilisation, mais son effet sur le réachemi-
économies d'échelle pour les programmes résidentiels. nement des déchets solides est difficile à mesurer.
L'enquête nationale réalisée par le Conseil canadien C'est dans la ville de Port Colborne, en Ontario, qu'a
du compostage en 1998 a relevé plus de 340 installa- été établi en 1993 l'un des programmes de compostage
tions de compostage au Canada, dotées de différentes domestique les plus ambitieux du Canada. Des compos-
technologies, dans chaque province et au Yukon. Ces teurs domestiques gratuits ont été livrés et installés dans
installations traitaient un mélange de plus de 1,6 mil- chaque foyer de la ville (population de 20 000). Plus de
lion de tonnes de déchets solides. Quoique ces sys- 80 p. 100 des ménages ont accepté d'y participer. Des
tèmes soient compliqués à mettre en place, une vaste étudiants salariés ayant reçu une formation sur le com-
gamme de précédents ont été établis avec succès, four- postage domestique ont visité chaque foyer et donné
nissant ainsi aux planificateurs de nouvelles installa- ainsi un appui considérable au programme.
tions une foule de modèles à même lesquels s'inspirer. Quatre ans plus tard, une évaluation détaillée du
projet a permis de constater que 63 p. 100 des ménages
utilisaient toujours le système, ce qui se traduisait par
Compostage domestique le réacheminement collectif d'environ 27 p. 100 du flux
Le compostage domestique est la façon la plus simple de déchets résidentiels de la ville. Selon un rapport de
et la plus rentable de retirer les déchets alimentaires et la ville, le coût d'établissement et de fonctionnement
les résidus de jardin du flux de déchets résidentiels. Les du système se chiffrait entre 32 $ et 45 $ la tonne de
citoyens profitent directement de leurs propres efforts matières organiques réacheminées – soit bien en deçà
en produisant un précieux compost pour leurs jardins du coût d'autres systèmes de gestion des déchets
tandis que les municipalités réalisent des économies au disponibles (incluant les frais de collecte).
chapitre des coûts de collecte et de gestion. Des critiques relèvent certains problèmes, notam-
Les initiatives municipales de compostage domes- ment les risques de nuisance des composteurs domes-
tique vont de simples programmes éducatifs aux pro- tiques, la possibilité de production de GES en raison
grammes d'intervention directe subventionnant l'achat de la mauvaise utilisation des composteurs ou la possi-
de composteurs domestiques, en passant par les pro- bilité que des résidus de pesticides se retrouvent sur les
grammes intensifs visant l'installation de composteurs aliments du potager. Des effets minimes ont été cons-
gratuits dans presque toutes les arrière-cours. tatés, mais rien pour faire oublier les considérables

184 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
avantages du compostage domestique pour ce qui est Afin de garantir le pourcentage de récupération le
de sensibiliser la population aux divers aspects de la plus élevé et la meilleure qualité possible pour le pro-
gestion des déchets. duit fini, les matières organiques des ménages doivent
être triées à la source par l'occupant et ramassés séparé-
Feuilles mortes et résidus de jardin ment des autres déchets résidentiels. C'est pourquoi les
municipalités étudient attentivement les stratégies
De nombreuses municipalités ramassent depuis fort rentables de tri à la source des déchets organiques
longtemps certains résidus de jardin, généralement les ménagers.
feuilles mortes et les résidus de jardin, au printemps et à Les programmes intégrés de collecte des substances
l'automne. Ces matières sont presque toujours traitées à organiques ménagères offrent à l'année longue la col-
l'extérieur dans des installations de compostage en andains. lecte publique d'une plus vaste gamme de matières
Les municipalités offrent l'une des initiatives suivantes : organiques, incluant généralement les déchets de cui-
■ Points de dépôt; sine. Tous ces programmes nécessitent une installation
■ Collecte spéciale au printemps ou à l'automne; de compostage plus complexe afin de pouvoir traiter de
■ Programmes hebdomadaires ou à toutes les deux tels déchets à l'année longue. Nombre de ces municipa-
semaines de collecte en bordure des rues pendant lités, mais pas la totalité, ont opté pour des installations
toute la saison de croissance. de compostage recouvertes à haute intensité d’investi-
ssement. La plupart assurent l'exploitation de ces instal-
La plupart des programmes de compostage des lations à un coût net (collecte et traitement, moins les
résidus de jardin réussissent à fonctionner à des coûts revenus tirés de la vente du compost) supérieur à la
totaux (collecte et traitement, net de tout produit tiré de collecte et à l'enfouissement classiques des déchets.
la vente du compost) égaux aux frais locaux courants de C'est cette tendance vers des coûts plus élevés qui a
la collecte classique des déchets et de leur élimination, empêché la multiplication de tels projets en Amérique
ou meilleurs. du Nord et au Royaume-Uni.
Certaines municipalités, qui obtiennent un succès
relatif avec la collecte et le compostage des résidus de Déchets organiques du secteur ICI
jardin, ont ajouté la collecte des déchets alimentaires des
ménages, habituellement en raison d'une politique visant à La plupart des municipalités jouent un rôle limité dans
réacheminer davantage de déchets au lieu de les éliminer, la gestion des déchets du secteur ICI et préfèrent laisser
ou encore d'un mandat en ce sens confié par les provinces. ce volet aux récupérateurs de déchets du secteur privé
Dans certaines provinces, il est relativement facile ainsi qu'aux installations d'élimination privées.
d'ajouter les déchets de fruits et légumes à un programme Conséquence probable de ce choix, peu de municipalités
de collecte des déchets déjà en place sans nuire aux opéra- compostent les déchets du secteur ICI. À l'occasion,
tions ni aux exigences touchant l'obtention des permis. certaines municipalités compostent les déchets du
secteur ICI parce qu'elles veulent améliorer les
Déchets organiques ménagers (feuilles économies d'échelle des activités courantes ou parce
mortes et résidus de jardin, déchets que le secteur ICI peut représenter une source de
alimentaires, certains papiers) déchets recherchés (p. ex., déchets carbonés pour faire
équilibre aux déchets alimentaires fortement azotés
Une poignée de grandes municipalités canadiennes ont d'origine résidentielle). Bien souvent, les déchets du
mis sur pied des systèmes de collecte et de compostage secteur ICI renferment moins d’impuretés que les
d'une plus grande fraction du flux de déchets déchets résidentiels, tout simplement parce qu'ils sont
organiques. C'est en Nouvelle-Écosse que l'on retrouve constitués de sous-produits industriels uniformes,
la plus forte concentration de programmes intégrés et notamment des déchets issus de la transformation
permanents de collecte des substances organiques des aliments ou des matières non conformes (p. ex.,
ménagères. Cette province a interdit l'élimination des aliments périmés).
déchets organiques dans les lieux d'enfouissement.

Recueil des technologies relatives aux déchets 185


Les déchets solides, une ressource à exploiter
L'un des avantages particuliers d'inclure les déchets Cette solution comporte cependant un problème,
du secteur ICI à un système de compostage vient du du fait que le produit de compost final est de qualité
fait que les producteurs de déchets du secteur privé inférieure, peut comporter un niveau plus élevé d’im-
assureront vraisemblablement eux-mêmes l'envoi de puretés visibles comme le verre et le plastique, et se
leurs déchets à l'installation de compostage, tout en caractériser par des niveaux plus élevés de métaux
continuant de payer une redevance de déversement. lourds. Compte tenu des types de normes de qualité du
Dans le cadre de tels programmes, il est possible de compost qui prévalent aux États-Unis, les installations
recevoir un éventail illimité de déchets notamment : de ce genre ont été en mesure de respecter les normes
■ Boue de papeteries; réglementaires touchant le compost, sans que celles-ci
■ Autres boues à faible teneur en solides, par exemple soient nécessairement celles du marché.
celles qui proviennent de la transformation des aliments; Au Canada, où il existe des normes provinciales, de
■ Produits alimentaires non conformes, tels confitures, telles usines ne peuvent respecter les normes canadiennes
gelées, ravioli; sur le compost. Parmi les exceptions notables, citons
■ Déchets d'abattoirs; l'installation de Comporec, établie dans la Ville de Tracy
■ Catégories de papier non recyclables. (Québec) et celle d'Edmonton (Alberta). À l'heure
actuelle, le compost de l'usine Comporec n'est pas con-
Compostage de déchets mélangés forme aux lignes directrices fédérales sur le compost
élaborées par le CCME pour un usage sans restriction,
On entend par compostage de déchets mélangés : en raison des niveaux élevés de cuivre qu'on y retrouve;
■ Le compostage de la totalité du flux de déchets ce compost respecte cependant les lignes directrices pour
urbains sans tri à la source des matières recyclables un usage restreint. L'installation d'Edmonton effectue le
(Medina, en Ohio, et autres villes des États-Unis, co-compostage de biosolides d'égout avec des déchets
mais pas au Canada); mélangés après un tri à la source des matières recy-
■ Le compostage des déchets solides municipaux clables, et produit un compost qui est vendu. La répu-
desquels les matières recyclables ont été retirées gnance public à l'égard du co-compostage avec des boues
(la Ville de Tracy, au Québec, ou la Ville d'égout pourrait nuire au marché.
d'Edmonton, en Alberta).
Épandage sur le sol
Essentiellement, avec cette solution, aucun système
de collecte spécial n'est utilisé. La totalité du flux de L’épandage sur le sol désigne le dépôt de matières
déchets est ramassé en tant que matières recyclables et organiques sur le sol pour en assurer la décomposition
déchets. Le sac de déchets est acheminé vers une instal- dans des conditions non contrôlées. Là où les circons-
lation de compostage munie de systèmes intensifs de tances le permettent (uniquement dans le cas des
pré-traitement et de post-traitement. Ces systèmes feuilles mortes d'automne), l'épandage sur le sol peut
« nettoient » les déchets mélangés de manière à obtenir coûter considérablement moins cher que le com-
un produit de compost utilisable. Le système de postage, car il n'y a aucune installation à construire.
pré-traitement est bien souvent conçu de manière à Des interventions simples, comme la réduction de la
récupérer également du flux de déchets une certaine dimension des particules des matières traitées ou le fait
quantité de matières recyclables commercialisables. de retourner périodiquement les matières avec une
Remarque : cet équipement et cette solution sont charrue, peuvent aider à accélérer la décomposition.
utilisées là où les matières organiques sont ramassées à Les déchets organiques utilisés sur les terres agri-
même le flux de déchets « humides » dans un système coles doivent favoriser la production végétale et ne
à deux flux de déchets secs et humides, comme dans la constituer qu'un risque minimal pour la croissance des
Ville de Guelph et dans le Comté de Northumberland, plantes, la qualité des végétaux, la productivité des sols
en Ontario, et à la Commission régionale de gestion à long terme, la santé publique et animale et la qualité
des déchets solides de Westmorland-Albert, au de l'environnement à l'échelle locale.
Nouveau-Brunswick.

186 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Cette solution s'applique plus particulièrement aux région a pu constater que le principal défi consistait
feuilles mortes déchiquetées. La Municipalité régionale à trouver suffisamment d'agriculteurs prêts à accepter
de Waterloo (Ontario) a découvert que l'épandage sur la matière.
le sol de feuilles mortes déchiquetées coûte environ 2 $ Il se peut que certaines collectivités publiques
la tonne, comparativement à 8 $ la tonne pour le com- provinciales exigent encore l'obtention d'un permis
postage dans sa propre installation. Dans le cadre d'un avant la mise en route d'un programme d'épandage de
projet de recherche lancé en 2000 afin d'examiner la matières sur le sol.
viabilité d'un élargissement de son programme, la

T ABLEAU 3.1 AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES SYSTÈMES DE DÉPÔT PUBLIC DES RÉSIDUS DE JARDIN

Avantages Désavantages

■ Option au coût le plus bas; les résidants font la ■ En général, taux de réacheminement des déchets le plus
majeure partie du travail faible, car les inconvénients pour les résidants sont les
■ Possibilité de bonnes mesures de contrôle des plus élevés
impuretés, si l'aire de dépôt est bien surveillée ■ Possibilité de problèmes liés aux impuretés si l'aire de
dépôt n'est pas bien surveillée
■ Possibilité de problèmes d'odeur, surtout avec les déchets
de tontes de gazon, puisqu'il est possible que l'herbe
doive reposer un certain temps avant le traitement

Technologies Dépôt public seulement : cette solution est utilisée par de


nombreuses municipalités; elle offre le niveau le plus
C OLLECTE élémentaire qui soit en matière de programmes de
collecte des résidus de jardin. Les résidants apportent
Collecte – Services offerts eux-mêmes la majeure partie des résidus de jardin dans
des centres. Même dans les municipalités offrant un
De nombreuses options sont offertes pour assurer la
service complet, notamment la collecte hebdomadaire
collecte des déchets organiques, notamment :
des résidus de jardin en bordure des rues, le transport
■ Dépôt public seulement;
par les résidants eux-mêmes est souvent maintenu, car
■ Service saisonnier de collecte en bordure des rues,
il offre une solution pour les producteurs de déchets
non planifié;
qui produisent davantage de résidus de jardin que le
■ Service de collecte en bordure des rues, hebdo-
système ne peut en recueillir (p. ex., de grandes quan-
madaire ou toutes les deux semaines.
tités de broussailles), ou qui préfèrent tout simplement
les transporter eux-mêmes.
Les deux dernières options doivent être évaluées
En règle générale, le dépôt public représente le
dans un contexte où le recyclage et la collecte des
système par excellence pour les municipalités où le
déchets sont assurés par la municipalité afin de voir si
faible coût est plus important que l'atteinte d'un taux
l'ajout des matières organiques justifie une reprise com-
élevé de réacheminement des déchets.
plète de la conception de la collecte là où les avantages
de la collecte mixte ou de la réduction de la fréquence
de collecte sont viables.

Recueil des technologies relatives aux déchets 187


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Service saisonnier de collecte en bordure des rues : service tique, des bacs réutilisables en plastique ou en
généralement offert au printemps et à l'automne, au métal). En règle générale, la municipalité fait con-
moment de la période de production maximale de naître la date du début et de la fin du service. Le
résidus de jardin, par les municipalités possédant service saisonnier est le système idéal pour les
des programmes spécialisés de collecte des feuilles municipalités qui cherchent à offrir un service de
mortes en bordure des rues. Les résidants déposent collecte des feuilles mortes et des résidus de jardin
les feuilles mortes et les résidus de jardin en bor- de bonne qualité, sans ramasser les résidus de jardin
dure des rues (dans des sacs en papier ou en plas- de la saison estivale.

T ABLEAU 3.2 AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES DU SERVICE SAISONNIER DE COLLECTE EN BORDURE DES RUES

Avantages Désavantages

■ Un service spécialisé de collecte en bordure des ■ Coût plus élevé que le dépôt public
rues se traduit par un taux supérieur de réache-
minement des déchets
■ Généralement moins coûteux que la collecte
hebdomadaire pendant toute la saison

Collecte hebdomadaire ou à toutes les deux semaines des long de l'année (ou de la saison de croissance, s'il
matières organiques en bordure des rues : très répandue n'est question que des résidus de jardin). Ce système
dans les grandes municipalités offrant un service est utilisé par les municipalités qui cherchent à
complet de réacheminement des résidus de jardin. atteindre un taux maximum de réacheminement
Il s'agit également du seul système utilisé si une des déchets et dont elles acceptent de payer le prix.
municipalité effectue la collecte d'un vaste éventail Des ressources supplémentaires de collecte doivent
de matières organiques ménagères. On crée une être disponibles pour les périodes de pointe de la
solution parallèle de collecte de matières recyclables demande (à un coût additionnel). Certaines munici-
et des déchets – c.-à-d., les déchets organiques sont palités réduisent la fréquence de collecte en hiver
ramassés sur une base régulière, le même jour parce qu'il y a moins de déchets organiques et
chaque semaine (ou à toutes les deux semaines) que les températures plus froides réduisent les
dans une partie donnée de la municipalité, tout au problèmes d'odeur ou d'insectes.

T ABLEAU 3.3 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DE LA COLLECTE HEBDOMADAIRE


OU À TOUTES LES DEUX SEMAINES EN BORDURE DES RUES

Avantages Désavantages

■ Produit généralement des niveaux supérieurs de ■ Coût plus élevé


réacheminement des déchets ■ La collecte hebdomadaire peut donner lieu à une utilisa-
■ La régularité de la collecte facilite la participation tion inefficace des véhicules au cours des saisons de
des résidants faible croissance, le volume des matières à ramasser en
■ Les rues sont propres, car les déchets ne se retrou- saisons de pointe peut submerger le parc de véhicules
vent pas sur les trottoirs pendant de longues périodes de collecte et provoquer des problèmes si les matières
ne sont pas ramassées au moment prévu

188 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Organisation de la collecte – Déchets La collecte de matériaux en vrac peut inclure les arbres
organiques de Noël, les broussailles saisonnières, de même que les
feuilles mortes, ces dernières étant ramassées avec une
Les méthodes de collecte en bordure des rues ou d'em- aspiratrice de feuilles. Dans un projet pilote de la Ville
ballage des déchets organiques pour le dépôt incluent : d'Ottawa, les responsables ont calculé que la collecte
■ Aucun emballage (résidus de jardin seulement); des feuilles avec une aspiratrice coûte plus cher par
■ Sacs de plastique (désensachage a l’installation); tonne que la collecte ordinaire en bordure de rues.
■ Sacs de plastique (désensachage en bordure des Pour les broussailles, on utilise plus particulièrement
rues – résidus de jardin); des déchiqueteuses ou de gros camions munis de
■ Sacs de papier compostables (résidus de jardin pinces. Les exploitants des installations de compostage
seulement); peuvent facilement traiter les feuilles ramassées au
■ Sacs de papier compostables (également pour moyen d'aspiratrices, car les feuilles sont propres,
les résidus alimentaires); exemptes d'autres résidus, denses et partiellement
■ Contenants en plastique rigide. déchiquetées.

T ABLEAU 3.4 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DE LA COLLECTE DES MATÉRIAUX EN VRAC

Avantages Désavantages

■ Coût et niveau d'effort les moins élevés pour les résidants ■ Ne fonctionne pas avec les déchets de tontes
■ Signifie généralement une faible contamination, car il n'y de gazon
a pas de source de contamination par les emballages et ■ Nécessite l'utilisation d'équipements spécialisés dans
les résidants ne peuvent cacher de déchets sauvages à de nombreux cas – aspiratrices, déchiqueteuses,
l'intérieur du sac ou des autres contenants pinces
■ Coût généralement plus faible que le désensachage des ■ Les aspiratrices ramassent aussi du gravier et des
feuilles mortes à la main ordures, ce qui pose problème

Sacs de plastique – Désensachage à l'installation : la collecte l'utilisation des sacs de plastique pour les programmes de
de déchets organiques dans des sacs de plastique est collecte des déchets organiques et ceux qui s'y opposent.
répandue, mais peut entraîner des problèmes de qualité De nombreuses municipalités ont fait l'essai du
pour le compost, puisqu'il est impossible d'éliminer tout désensachage à la main des résidus de jardin à l'installa-
le plastique. Les sacs de plastique constituent un sys- tion de compostage, en confiant la tâche à leurs propres
tème d'emballage pratique et à faible coût, facilement employés ou à des employés contractuels. En ce qui
acceptable par les résidants. De même, les fabricants de concerne les feuilles mortes, ce travail qui peut être
sacs ont fait la promotion de cette option auprès des éreintant est effectué en fin de saison, dans des condi-
représentants municipaux. La décision de ramasser les tions climatiques défavorables. Si les sacs de plastique
déchets en sacs et de traiter les sacs ultérieurement s'ex- remplis d'herbes sont déposés en bordure des rues en
plique principalement par le désir de maximiser le côté plein soleil, les conditions anaérobiques provoquent un
pratique de la collecte pour le public. Le désensachage dégagement d'odeurs. Si ces sacs sont laissés à l'installa-
en bordure des rues exige grosso modo deux fois plus tion pendant plusieurs jours ou semaines, cela crée des
de temps par tonne ramassée que la collecte des sacs. problèmes d'odeurs et un piètre milieu de travail.
Il est coûteux de laisser un camion tourner au ralenti Plusieurs machines et systèmes brevetés de désen-
en bordure de la rue pendant que d'autres employés sachage ont été inventés, mais la plupart ont tendance à
vident les sacs. Le débat est vif entre ceux qui proposent ne retenir qu'une partie du plastique. De plus, ils sont

Recueil des technologies relatives aux déchets 189


Les déchets solides, une ressource à exploiter
dispendieux, aussi bien à l'achat qu'à l'exploitation. Un déchets alimentaires ménagers, continuent d'utiliser les
système de désensachage satisfaisant et entièrement sacs de plastique, mais le désensachage est difficile, car
mécanique demeure difficile à réaliser. En raison des la matière peut être humide et dégager des odeurs. De
difficultés que pose la commercialisation d'un compost même, les déchets alimentaires congelés ramassés au
renfermant des débris de plastique, plusieurs municipa- cours de l'hiver ne peuvent être désensachés, car les sacs
lités canadiennes (Toronto, Peel) ne ramassent plus les ont tendance à s'incorporer aux déchets.
résidus de jardin dans des sacs de plastique. Les résidus Dans une telle situation, la seule option consiste à
doivent être déposés dans des sacs en papier ou des bacs déchiqueter les déchets, y compris les sacs, et à tenter
réutilisables en plastique et en métal. de récupérer autant de matière plastique que possible au
Certains systèmes de collecte conçus pour un vaste cours des étapes subséquentes de pré et de post-traite-
éventail de matières organiques, notamment pour les ment, ce qui peut être très exigeant.

T ABLEAU 3.5 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES SACS DE PLASTIQUE OUVERTS À L ' INSTALLATION

Avantages Désavantages

■ Coûts de collecte les plus faibles parmi les ■ L'élimination des sacs de plastique pose problème. Il n'existe
options de collecte en bordure des rues utilisant pas de système simple et efficace
des sacs ■ Les sacs de plastique peuvent servir à cacher d'autres
■ Les sacs de plastique ne coûtent pas cher et les déchets, surtout dans le contexte d'un système de collecte
résidants les connaissent bien utilisateur-payeur
■ L'actuel parc de véhicules de collecte (bennes ■ Le plastique et les autres impuretés laissés dans le compost
tasseuses) convient bien à l'utilisation de sacs de peuvent compliquer la commercialisation
plastique ■ Les sacs de plastique ont tendance à augmenter les pro-
blèmes d'odeur en raison de la présence de déchets de
tontes de gazon et de déchets alimentaires
■ Indépendamment de son contenu, le sac de plastique déposé
en bordure des rues n'encourage pas le réacheminement

Désensachage des déchets organiques en bordure des rues sont séparés des résidus de jardin et placés dans des
(résidus de jardin seulement) : le désensachage en bor- sacs de jute. Une fois pleins, les sacs de jute peuvent
dure des rues permet d'éviter certaines des difficultés être tout simplement déposés dans la trémie du camion
que comporte le désensachage à l'installation de com- pour y être récupérés ultérieurement. À titre d'incitatif
postage. Cette solution est appliquée par la Ville de pour les équipes des camions, il vaut mieux inspecter
Barrie (Ontario) pendant toute la saison de collecte des chaque chargement entrant au moment du lieu d’en-
résidus de jardin. En échange d'une réduction de la fouissement, et exiger des équipes de collecte qu'elles
productivité des camions, on obtient un produit propre nettoient et retirent toutes les impuretés oubliées à ce
tout en éliminant les problèmes qui surviennent à l'ins- moment. Les municipalités ayant laissé tomber les
tallation de compostage. Les équipes de collecte sus- autres solutions et qui se sont engagées à atteindre des
pendent des sacs de jute ou d'autres types de sacs aussi taux de réacheminement élevés et à produire un com-
robustes à l'arrière du camion. Les sacs de plastique post de grande qualité ont adopté cette formule.

190 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 3.6 AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES SACS DE PLASTIQUE OUVERTS EN BORDURE DES RUES

Avantages Désavantages

■ Donne un produit propre tout en gardant un côté ■ Coûts considérablement plus élevés pour les camions
pratique pour les résidants et les équipes que le désensachage à l'installation
■ Les ménages qui mélangent les matières non ■ Baisse de productivité de la collecte
ciblées aux matières organiques peuvent être
identifiées et informées

Sacs de papier compostables (résidus de jardin seulement) : les matières ciblées déposées de manière non convenable,
solution d'abord adoptée comme méthode exclusive par l'équipe de collecte force l'application permanente de
la Ville d'Ottawa pour l'ensemble de son système de cette solution.
collecte en bordure des rues, puis par la Ville de
Toronto et la Municipalité régionale de Peel (Ontario) Sacs de papier compostables (pour les déchets organiques) :
pour résoudre les problèmes de qualité du compost. au cours des dernières années, des sacs de papier
Les trois municipalités autorisent les résidants à déposer conçus pour les déchets alimentaires humides ont
les résidus de jardin dans des bacs réutilisables ou des été mis à l'essai dans un bon nombre de collectivités
caisses en carton. Les sacs de résidus de jardin doivent ontariennes, notamment à Ottawa, dans le Comté de
être déchiquetés afin d'en accélérer la décomposition, Simcoe et à Sarnia. De format petit ou grand, le sac
mais ne soulèvent d'autre part aucune difficulté opéra- pour déchets alimentaires est pratiquement étanche à
tionnelle. Toutefois, ces sacs coûtent plus cher que les cause de son revêtement intérieur biodégradable. Le
sacs de plastique et doivent être mis à la disposition petit sac s'est révélé particulièrement populaire pour
des résidants de façon spéciale – pour la municipalité, transporter les déchets alimentaires de la cuisine au bac
la meilleure solution consiste à inciter les détaillants extérieur. Bien que le sac soit relativement coûteux
locaux à stocker ces sacs. Cependant, il est bon que, dès (4 $ pour 10 petits sacs), il est certain que les prix bais-
le début du programme, la municipalité distribue gra- seront au fur et à mesure de l'augmentation des ventes
tuitement des échantillons de ces sacs à chaque ménage (comme ce fut le cas avec les sacs de papier pour
(à cet égard, les fabricants de sacs seront prêts à aider résidus de jardin de plus grand format).
les municipalités intéressées). En refusant de ramasser

T ABLEAU 3.7 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES SACS DE PAPIER COMPOSTABLES

Avantages Désavantages

■ Permet une collecte facile et assure un emballage ■ Coût relativement élevé des sacs. C'est le résidant ou
propre, sans l'inconvénient du désensachage le contribuable qui devront en absorber le coût
■ Aucun équipement spécialisé requis
■ Les déchets organiques ne passent pas en milieu
anaérobique en raison de la capacité des sacs de
« respirer »

Recueil des technologies relatives aux déchets 191


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Contenants en plastique rigide : ces contenants sont nouveaux contenants sont mis au point (à Toronto,
utilisés dans le cadre des programmes de collecte le bac plus un sac poubelle – capacité genre poubelle
d'un vaste éventail de déchets organiques, incluant de cuisine – coûtent environ 20 $, mais le coût
les déchets alimentaires. Les grands bacs sont dépend de la quantité commandée).
conçus pour recevoir les déchets alimentaires
ménagers et la majeure partie des résidus de jardin. Collecte – Collecte des déchets de
Relativement grands, les bacs roulants sont broussailles
utilisés à cette fin depuis de nombreuses années en
Europe centrale, là où est apparue en premier lieu la Les déchets de broussailles doivent-ils être ramassés
collecte régulière des déchets organiques en bordure avec les autres déchets organiques ou séparément?
des rues, en vue du compostage. Les bacs sont assez Nombre de municipalités n'ont pas examiné la pos-
faciles à déplacer, car ils sont munis de roues. sibilité de ramasser les broussailles séparément et
Comme ce sont des contenants fermés, ils peuvent mélangent les déchets de broussailles avec les autres
contenir efficacement les odeurs et résister aux résidus de jardin, ce qui entraîne l'un des problèmes
intrusions des animaux. Facilement accessibles, les suivants :
systèmes mécanisés permettent de soulever rapide- ■ Les andains contiennent des broussailles non

ment ces bacs pour les vider dans les véhicules de broyées qui ne se compostent pas et qui doivent
collecte. On a fait valoir que les contenants rigides être retirées de l'andain au terme du processus.
(tout comme la boîte bleue, grise, noire ou verte ■ Tous les déchets mélangés doivent être broyés, à

utilisée dans les programmes de recyclage) a ten- un coût considérablement plus élevé (entre 15 $
dance à encourager la participation, car la présence et 20 $ la tonne).
physique du contenant en bordure des rues cons- ■ Les résidus de jardin mélangés laissés sans traite-

titue un rappel constant du programme. ment dans l'attente d'un broyeur peuvent causer
Certaines municipalités canadiennes, notam- des problèmes d'odeur. Il est cependant encore
ment la Ville de Toronto, ont aussi fait l'expérience possible de les composter si les déchets ligneux et
de contenants rigides de plus petite taille conçus les broussailles de plus grandes dimensions sont
pour recevoir uniquement les déchets alimentaires. triés et réduits en copeaux. Les broussailles peu-
Le principal problème posé par les contenants vent accroître la porosité du tas, ce qui améliore le
rigides est leur coût, ce qui explique en partie procédé de compostage.
pourquoi les municipalités n'ont pas été plus nom-
breuses à adopter ce système. Toutefois, cette situa- Les broussailles (branches, résidus de taille des
tion évolue constamment au fur et à mesure que de haies, arbres de Noël, souches) occupent une place à

T ABLEAU 3.8 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DES CONTENANTS EN PLASTIQUE RIGIDE

Avantages Désavantages

■ Système bien établi pour la collecte ordonnée de tous les ■ Coût : plus élevé que tout autre système
types de déchets organiques, tout en assurant le contrôle
des odeurs et en empêchant l'intrusion des animaux
■ Moyennant certaines modifications, il est possible d'utiliser
des types de véhicules de transport des déchets déjà existant
■ La visibilité du contenant a tendance à favoriser la
participation

192 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
part parmi les résidus de jardin, car on doit les broy- T RAITEMENT
er ou les réduire en copeaux avant le traitement.
Afin de réduire au minimum les coûts d’investisse- Traitement – Traitement par
ment et les coûts d'exploitation du broyage ou de la compostage centralisé
mise en copeaux, on peut séparer les broussailles
des autres déchets organiques avant la collecte. D'ordinaire, toutes les techniques de compostage
D'un point de vue idéal, l'herbe et les déchets centralisé incluent ces trois principaux composants :
■ Pré-traitement;
alimentaires ménagers doivent être traités le jour
■ Compostage;
même de leur réception à l'installation de com-
■ Post-traitement.
postage. De nombreuses provinces ont d'ailleurs des
exigences particulières à ce sujet. Les feuilles mortes
doivent être traitées en andains dans la semaine Le pré-traitement consiste à transformer les déchets
suivant la réception. Les broussailles et autres organiques triés à la source en une matière traitée
déchets ligneux peuvent être accumulés pendant convenable, améliorée et prête pour son introduction
une période indéfinie avant leur traitement, car le dans le procédé de compostage. Les techniques de pré-
processus de compostage ne commencera pas et il traitement comprennent la réduction de la taille des
ne se créera pas d'odeurs. Les broussailles peuvent particules, le tamisage et l'ajout d'amendements. Les
être accumulées et empilées pendant de longues opérations de pré-traitement incluent l'ouverture des
périodes afin de justifier l'utilisation du matériel de sacs (le cas échéant), le déchiquetage, le mélange et
broyage. l'inspection manuelle. L'importance et le coût du pré-
En règle générale, les broussailles doivent être traitement requis dépendent de la nature du flux de
traitées séparément des autres résidus de jardin, déchets organiques, ainsi que de la technologie utilisée.
comme suit : Tout procédé de compostage exige la présence de
■ Le transport de ces déchets peut relever en partie
déchets carbonés durs, tels le bois, les broussailles et de
des résidants eux-mêmes, si cela est possible en grandes caisses en carton qui seront déchiquetés. Sur le
fonction des facteurs locaux. plan technologique, une installation de compostage
■ La collecte périodique des déchets de broussailles
simple qui traite des matières peu contaminées pour-
en vrac, par exemple, au cours de la dernière rait ne pas exiger d'autre pré-traitement que la réduc-
semaine de chaque mois, pendant la saison de tion de la taille de l'un ou de quelques-uns seulement
croissance. Cela peut se faire à l'aide du matériel des composants du flux d'entrée total. Certaines tech-
courant (bennes tasseuses) ou d'équipements niques de compostage en installation recouverte exi-
spécialisés (p. ex., des camions à benne avec gent également que la totalité des matières traitées soit
déchiqueteurs tractés). ou bien déchiquetée avant le compostage ou bien
mélangée avec des matières d'amendement comme des
Comme la plupart des résidants peuvent amas- copeaux de bois, ou même les deux. En règle générale,
ser des broussailles sans que cela ne cause de pro- plus les déchets sous forme de matières traitées sont
blèmes d'odeur sur leur propre terrain, le secret contaminés, plus il est nécessaire d'avoir recours à des
consiste à limiter la collecte et à éviter de mélanger technologies de pré-traitement pour « nettoyer » les
les déchets de broussailles avec les autres matières matières avant le compostage. Les systèmes de pré-
qui n'ont pas à être broyées. traitement peuvent être basés sur des technologies à
intensité d’investissement relativement élevée et cer-
tains de ces systèmes – nécessitant le ramassage à la
main des impuretés sur des convoyeurs – peuvent aussi
être très exigeants en main-d'œuvre.

Recueil des technologies relatives aux déchets 193


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Soulignons que l'un des défis que comporte la con- ■ Compostage en tas statiques aérés : semblable au
ception d'un système de réacheminement des déchets compostage en andains, mais les déchets ne sont pas
organiques consiste à décider si les avantages des sys- déplacés et sont aérés, de manière active ou passive,
tèmes de collecte produisant un flux de déchets plus tout en demeurant en place.
contaminés compensent pour les coûts plus élevés du ■ Compostage en canaux recouverts : les déchets sont
pré-traitement découlant de la nécessité de retirer ces habituellement confinés entre des murs parallèles
impuretés à l'installation et pour la qualité inférieure d'un type quelconque, puis régulièrement déplacés et
du produit fini. retournés au moyen d'une machinerie suspendue.
■ Compostage en enceinte close : toute technologie
Le compostage fait appel à nombreuses technologies et à dans le cadre de laquelle les déchets sont enfermés
de multiples fournisseurs, tous fonctionnant selon un dans une enceinte où l'environnement est étroite-
éventail d'applications et à des échelles différentes. Tous ment contrôlé et où le personnel de l'installation
les systèmes sont conçus pour fournir un milieu dans n'entre habituellement pas. Les systèmes de com-
lequel le processus naturel de fermentation aérobie des postage en enceinte close comprennent des enceintes
déchets organiques est optimisé, de manière à obtenir fixes, portables et même non rigides. Ces systèmes
un produit stable (le compost). Pour obtenir une liste peuvent inclure ou non des systèmes internes d'agita-
d'équipements de compostage et de fournisseurs de tion ou de macération en cours de processus et com-
technologies, voir le site Web du Conseil canadien du portent habituellement des systèmes internes de
compostage à l'adresse www.compost.org. surveillance et d'ajout d'oxygène.
Les technologies peuvent être regroupées selon les
catégories suivantes : Les trois premiers peuvent être installés à l'intérieur
■ Compostage en andains avec retournage des tas : ou à l'extérieur de bâtiments (d'ordinaire, les canaux sont
les déchets sont accumulés en longs empilages à l'intérieur, les tas statiques et les andains à l'extérieur).
appelés « andains » qui sont régulièrement mélangés Dans tous les cas, le compostage se produit dans un
et manipulés à diverses fins.

L'installation de Port Colborne, dans la Municipalité régionale de Niagara, en Ontario, utilise une
technologie de compostage en andains à ciel ouvert qui pourrait être appliquée dans de
nombreuses collectivités canadiennes. La région possède une installation de compostage située
dans un lieu d'enfouissement exploité par un entrepreneur privé possédant des compétences
spécialisées. À l'origine, en 1990, l'installation avait une capacité de compostage des feuilles mortes
de 300 tonnes par année, capacité qui a augmenté graduellement jusqu'à 25 000 tonnes par année
d'un éventail varié de matières organiques. L'installation fonctionne à même une superficie de
compostage actif de quatre acres sur asphalte, en plus de plusieurs acres de terres avoisinantes
utilisées pour le stockage du compost fini et de terres à mélanger . L'installation, dont les opérations
se déroulent toutes à l'extérieur, fonctionne six jours par semaine, 52 semaines par année.
L'éventail des déchets traités sont les résidus de jardin, déchets alimentaires de restaurants et
de grandes installations de traitement des aliments, boues des papeteries, etc. Ces déchets
proviennent presque tous du secteur ICI, dont une bonne partie de l'extérieur de la Région de
Niagara. L'apport de tous ces déchets contrebalance les frais d'exploitation de la région.
L'installation emploie cinq personnes à temps plein ainsi que des employés saisonniers. Bien qu'elle
soit située sur un lieu d'enfouissement, l'installation se trouve à moins de 150 mètres d'une entre-
prise de camionnage locale et à 0,5 km d'un quartier résidentiel. L'installation a traité avec succès
divers flux de déchets organiques et fonctionne en conformité avec la réglementation provinciale.

194 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 3.2 S YSTÈME DE COMPOSTAGE EN ANDAINS À CIEL OUVERT

Trois andains
à ciel ouvert

Source : www.cfe.cornell.edu

milieu ouvert et accessible à la machinerie, au personnel sous forme de tas beaucoup plus gros et fait appel à des
de l'installation et en présence de l'atmosphère. installations où toutes les opérations de compostage se
Les systèmes de compostage en andains avec retour- déroulent à l'intérieur d'un bâtiment fermé. Toutefois,
nage des tas et en tas statiques aérés font habituellement la plupart des installations de compostage en andains
appel à des technologies du domaine public, parfois avec sont situées à l'extérieur.
l'aide d'équipements spécialisés obtenus auprès de divers En règle générale, les andains ont entre deux et
fournisseurs. La plupart du temps, les systèmes de com- quatre mètres de hauteur, car des andains plus petits ne
postage en canaux recouverts et enceinte close sont pourraient retenir la chaleur requise pour assurer le
disponibles uniquement auprès de fournisseurs de déroulement du processus, tandis que des andains plus
techniques exclusives. élevés sont difficiles à déplacer et à aérer.
Le fait de retourner régulièrement les matières
Compostage en andains avec retournage des tas peut permettre d'obtenir un produit fini, stable
Le mot « andain » désigne un tas de matières carac- (entièrement décomposé) en environ 13 semaines, bien
térisé par une section transversale généralement que certaines installations choisissent de prendre plus
triangulaire et dont la longueur peut varier considé- de temps et d'épargner sur les coûts d'exploitation. Il
rablement selon l'espace disponible. Ce qui distingue le est souvent nécessaire d'utiliser un mécanisme pour
compostage en andains avec retournage des tas vient arroser les matières.
du fait que les matières en voie de traitement forment La flexibilité du compostage en andains avec
un tas vertical qui est régulièrement et entièrement retournage des tas constitue son principal avantage.
déplacé ou « retourné » (entre une fois par jour et une Dans de nombreuses installations, on varie énormé-
fois par mois), habituellement au moyen d'une ment la taille des andains, la fréquence des retourne-
machinerie mobile lourde. Cela permet d'aérer les ments (entre plusieurs fois par jour à une fois par
matières, d'en favoriser la macération, de les mélanger mois) ainsi que la façon d'utiliser l'espace afin de com-
et, bien souvent, de les déplacer progressivement dans poser avec les importantes fluctuations des arrivages de
une zone de traitement. tonnages de déchets et de leur composition.
Le compostage en andains avec retournage des tas Les installations de compostage en andains traitent
utilise des installations capables d'empiler les matières les feuilles mortes et les résidus de jardin et peuvent

Recueil des technologies relatives aux déchets 195


Les déchets solides, une ressource à exploiter
être utilisées pour traiter les matières ramassées dans le biochimie du compostage et en dépannage et capables
cadre des programmes de matières organiques triées à de régler les problèmes lorsqu'ils surgissent. Toutefois,
la source (MOTS), bien que cela soit moins répandu et il existe bon nombre d'exemples au Canada d'installa-
nécessite la présence d'un opérateur expérimenté afin tions de compostage en andains qui ont échoué en rai-
d'éviter les problèmes d'odeur. son d'une mauvaise gestion ou d'une gestion erratique.
À l'extérieur, le compostage en andains avec retour- Les coûts d'investissement des installations de
nage des tas est le système le plus largement utilisé en compostage en andains à ciel ouvert sont très variables,
Amérique du Nord pour le compostage centralisé. Ce mais tendent cependant à être relativement faibles. Par
système peut traiter une grande variété de déchets exemple, une installation d'une capacité annuelle de
organiques à presque toutes les échelles d'exploitation. 30 000 tonnes devrait coûter aux environs de 2 millions
Le compostage en andains a été exploité avec succès de dollars, à l'exclusion des coûts du terrain. Les coûts
pour une production de l'ordre de 5 tonnes par jour d'exploitation se situent d'ordinaire entre 20 $ et 30 $
à 100 tonnes par jour (de 1 000 tonnes par année à la tonne (incluant le capital amorti). Ce type d'installa-
25 000 tonnes par année); la production des grandes tion pourrait traiter les feuilles mortes et les résidus
installations de compostage en andains peut atteindre de jardin de 300 000 ménages, à un coût de 3 $ par
100 000 tonnes par année. ménage, uniquement pour le traitement. La collecte
Étant donné le peu d'équipements requis et les donnerait lieu à un coût additionnel de 8 $ à 10 $ par
faibles coûts d'exploitation, les systèmes d'andains ménage, par année, soit 80 $ à 100 $ la tonne.
sont largement reconnus comme étant l'approche de En plaçant les tas à l'extérieur, on les expose ainsi
compostage à plus faible coût. En ce qui concerne le aux précipitations. Cela peut causer du ruissellement,
compostage en andains, les besoins d'espace sont qu'il faut alors recueillir et traiter ou encore ajouter aux
grands si l'on doit traiter des quantités plutôt matières traitées à l'arrivée afin d'en augmenter la
imposantes de matières organiques. Il s'agit d'une teneur en eau. Les tas peuvent être disposés sous un
technique non exclusive davantage viable dans les toit, bien que cela hausse les coûts d'investissement et
régions rurales ou dans les secteurs comportant de puisse rendre plus difficile la tâche de déplacer les
grandes zones tampons. matières sur le terrain.
Une installation de compostage en andains avec De nombreux systèmes de compostage en canaux
retournage des tas convenablement gérée ne cause pas et en enceinte close utilisent le compostage en andains
plus de problèmes d'odeur que les installations recou- (ou en tas statiques aérés) pour compléter le procédé
vertes à intensité d’investissement plus élevée. Les de compostage, une fois terminé le compostage initial
problèmes d'odeur sont traités par des experts en réalisé au moyen de la technologie de compostage en
conception et en gestion des installations et avec des canaux ou en enceinte close, à plus grande intensité
employés sur place possédant une bonne formation en d’investissement.

T ABLEAU 3.9 AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES DU COMPOSTAGE EN ANDAINS AVEC RETOURNAGE DES TAS

Avantages Désavantages

■ Grande flexibilité permettant de varier matières ■ Nécessite une grande surface


traitées et capacité ■ Peut poser des problèmes de gestion des
■ Coûts d’investissement relativement faibles odeurs si l'installation est mal gérée
■ Coûts d'exploitation relativement faibles ■ Le choix d'un emplacement pour toute installa-
tion extérieure peut se révéler difficile sur le
plan politique

196 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 3.3 S YSTÈME DE COMPOSTAGE EN TAS STATIQUES AÉRÉS

TAS STATIQUE AÉRÉ

Ventilateur
Source : www.cfe.cornell.edu

Compostage en tas statiques aérés Lorsque le procédé de compostage est presque ter-
Ce type de compostage ressemble au compostage en miné, les tas sont défaits. Le compost passe ensuite à la
andains avec retournage des tas sauf que les andains ou phase de post-traitement, laquelle peut inclure un com-
les tas demeurent stationnaires pendant presque toute postage en andains avec retournage des tas afin de sta-
la durée du procédé de compostage. biliser davantage le produit. Il faut habituellement
Dans un système d'aération actif, un ventilateur compter environ 12 semaines pour produire un com-
(ou soufflante d'alimentation en air) pousse l'air dans le post fini. Les systèmes de compostage en tas statiques
tas ou l'en extrait. L'air circule dans le tas en passant aérés ont été utilisés avec succès pour les déchets
dans un diffuseur (une conduite dans laquelle des trous solides municipaux, les feuilles mortes et les résidus
ont été pratiqués afin de permettre la distribution de de jardin, les biosolides et le compostage industriel.
l'air). Une minuterie ou un système de réaction à la Comme la masse de compost n'est jamais agitée, le
température semblable à un thermostat de maison con- mélange et le ratio de déchets d'alimentation doivent
trôle les ventilateurs. La circulation de l'air dans les tas être corrects dès le départ.
fournit aux microbes du compostage l'oxygène néces- Comparativement au compostage en andains avec
saire et prévient également l'accumulation excessive de retournage des tas, le compostage en tas statiques aérés
chaleur. L'élimination de la chaleur excédentaire et de offre l'avantage de permettre la gestion des matières
la vapeur d'eau rafraîchit le tas afin de maintenir les odorantes dans une masse non agitée, jusqu'à leur sta-
températures optimales pour l'activité microbienne. La bilisation. C'est l'une des raisons pour lesquelles cette
génération d'air contrôlée permet d'aménager des tas de technologie a été populaire pour le traitement des
grandes dimensions et de réduire ainsi la superficie de biosolides d'égout (technologie répandue aux États-
terrains requise; de plus, la matière n'a pas à être Unis, mais pas tellement au Canada).
déplacée. Comme les odeurs en provenance de l'air L'infrastructure requise pour assurer l'aération forcée
d'évacuation peuvent être importantes, on utilise suppose des coûts d'investissement plus élevés, quoique
généralement des filtres biologiques. les besoins en personnel soient moindres puisqu'il n'est
pas nécessaire de retourner le tas de compost.

Recueil des technologies relatives aux déchets 197


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 3.10 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DU COMPOSTAGE EN TAS STATIQUES

Avantages Désavantages

■ L'aération forcée réduit la superficie requise et aide ■ Coûts d'investissement plus élevés que dans le
à éviter les problèmes d'odeur cas des andains
■ Il n'est pas nécessaire de retourner les tas (besoins ■ S'accommode mal des fluctuations dans la
d’entretien réduits) composition des déchets
■ Les espaces nécessaires sont moindres que pour ■ La dispersion de l'air forcée dans le tas peut ne
les andains pas être uniforme
■ Bon contrôle des odeurs pour les déchets posant
problème
■ Coûts d'exploitation moindres

Systèmes de compostage en canaux recouverts andain à ciel ouvert avec retournage des tas ou en tas
D'ordinaire, ce système de compostage est aménagé à statiques aérés pour mener à terme le procédé de
l'intérieur. « L'andain » est formé entre deux longs compostage.
murs parallèles, habituellement en béton. Ces murs ont Les systèmes de compostage en canaux actuelle-
normalement aux environs de deux mètres de hauteur ment en exploitation au Canada traitent une vaste
(à peu près la même hauteur que la plupart des andains gamme de tonnages annuels. Comme les déchets ne
avec retournage des tas) et peuvent être érigés à peuvent y être déposés qu'une seule fois, le mélange
quelques mètres ou à plusieurs mètres l'un de l'autre. doit donc être parfaitement proportionné à chaque fois.
Au lieu de former une section transversale naturelle- Cela peut causer des problèmes en cas d'augmentation
ment triangulaire, les andains remplissent l'espace entre subite des déchets. L'un des points en commun
les murs. tant des systèmes de canaux que des systèmes en tas
La matière est retournée au moyen d'une machine statiques et systèmes d'andains avec retournage des tas,
circulant sur des rails installés à la partie supérieure des est que les différentes sources de déchets peuvent
murs ou suspendus au-dessus de la masse à composter. demeurer séparées les unes des autres. Dans chaque
Habituellement, l'aération est assurée par un système cas, un flux de déchets donné peut au besoin être con-
d'aération forcée placé dans le plancher du canal, quelque servé dans un andain, un tas ou un canal indépendant.
peu semblable à celui que l'on utilise dans certains sys- Comme la plupart des systèmes de canaux sont
tèmes de compostage en tas statiques. En passant à construits à l'intérieur de bâtiments, on peut plus
maintes reprises dans le canal, le mécanisme de facilement contrôler les odeurs. Les systèmes de canaux
retournement de la matière déplace graduellement les recouverts sont généralement moins coûteux que les
déchets d'une extrémité à l'autre. Le processus de com- systèmes de compostage en enceinte close. Comme la
postage primaire est en grande partie terminé au plupart des mécanismes utilisés dans les systèmes de
moment où les déchets sont déchargés à l'extrémité du retournement sont suspendus au-dessus de la bio-
canal. On utilise ensuite les systèmes de compostage en masse, l'entretien et la réparation de l'équipement sont
relativement simples.

198 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 3.4 S YSTÈME DE COMPOSTAGE EN CANAUX

Photographie : Janet R. Woodruff


Ce système de compostage en canaux de 175 pieds est utilisé à des fins de
recherches à l’installation Poplar Hill du Lower Eastern Shore Research and
Education Center, au Maryland, aux É.-U.

T ABLEAU 3.11 A VANTAGES ET DÉSAVANTAGES DU COMPOSTAGE EN CANAUX

Avantages Désavantages

■ Coûts d’investissement et coûts d'exploitation ■ Comme le système en enceinte close, ce


modérés système manque de flexibilité pour faire face
■ Habituellement aménagés dans des bâtiments, aux variations des matières traitées
donc, normalement, pas de problèmes d'odeur ■ Le système de contrôle des odeurs exige un
■ Espaces nécessaires moindres que dans le cas grand volume d'air
des andains ■ Des odeurs peuvent se manifester hors site si
l’installation est mal gérée

Recueil des technologies relatives aux déchets 199


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 3.5 S YSTÈME DE COMPOSTAGE EN ENCEINTE CLOSE

évacuation ventilateur ventilateur ventilateur ventilateur


vers biofiltre d'évacuation refoulant 1 refoulant 2 refoulant 3

convoyeur de
chargement hélices hélices vis sans convoyeur de
fin déchargement
zone 1 zone 2 zone 3

vérin

mélangeur chambre à chambre à chambre à classeur à


réserve d'air 1 réserve d'air 2 réserve d'air 3 secousses

Système de compostage en enceinte close d'enceintes de compostage modulaires qui peuvent être
Dans ce système, le procédé de compostage lui-même déplacées dans l'installation. Cette technologie est
s'effectue à l'intérieur d'un contenant ou d'une enceinte utilisée dans une installation de Halifax (Nouvelle-
scellés dont le milieu est assujetti à un contrôle serré et Écosse), dont la capacité est de 6 000 tonnes par année,
l'accès limité. Les systèmes de ce genre sont ceux qui et dans une installation de l'Île-du-Prince-Édouard,
exigent le plus d’investissements. Leur gros avantage dont la capacité se chiffre à 30 000 tonnes par année.
réside dans le fait qu'ils exigent moins d'espace et qu'ils Les contenants sont remplis de déchets organiques
peuvent être viables là où d'autres ne le sont pas. Ces bruts, prétraités, scellés, puis dirigés vers une zone de
systèmes sont habituellement aménagés à l'intérieur de compostage où ils sont reliés à des collecteurs d'air et à
bâtiments fermés. un équipement de surveillance. Ainsi, chaque enceinte
Certaines technologies de compostage en enceinte est dotée des mêmes dispositifs de soutien communs
close sont conçues pour recevoir un flux de déchets aux systèmes à enceinte fixe. Au terme du processus de
continue (bien que lent), alors que d'autres traitent un compostage primaire, le contenant est séparé des col-
lot complet de compost à la fois pour passer ensuite au lecteurs d'air et des systèmes de surveillance, vidé, puis
vidage, avant la réception d'un nouveau lot. mis en disponibilité pour un autre cycle. Toutes les
Les premiers systèmes de compostage en enceinte opérations s'effectuent en milieu totalement fermé, les
close étaient constitués de chambres et étaient installés contacts avec la matière organique étant limités afin de
en permanence dans des bâtiments. Ils étaient faits de réduire au minimum les problèmes d'hygiène et de
béton ou encore de métaux résistants à la corrosion. Ce sécurité du travail.
type de contenants « fixes » est offert dans une vaste Une entreprise des États-Unis, Ag-Bag
gamme de dimensions, de formes et de modèles. Ils Environmental, a apporté une variante unique à ce
incluent tous un mécanisme permettant d'alimenter le système en appliquant une technologie utilisée pour
contenant en déchets bruts, un autre mécanisme pour en emballer et sceller de grosses bottes de foin rondes et
extraire le compost de même qu'un système de surveil- créer ainsi une « enceinte » flexible. Les déchets pré-
lance de la température et de la teneur en oxygène (au traités sont poussés dans un long sac de plastique résis-
minimum) dans le contenant, et un mécanisme d'aéra- tant, de 1,8 m ou 3 m (6 ou 10 pieds) de diamètre (et
tion forcée permettant de modifier la teneur en oxygène. de pratiquement toute longueur), qui est déposé en ter-
Une deuxième famille de systèmes de compostage rain découvert. Un tuyau de ventilation assurant l'aéra-
en enceinte close fait appel à un certain nombre tion forcée est installé au fur et à mesure que le sac se

200 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Traitement – Post-traitement
Systèmes de compostage en
enceinte close On entend par post-traitement la préparation pour le
marché du produit fini obtenu par suite de l'opération
Municipalité régionale de Halifax : traite de compostage; cela peut inclure le séchage, le tamisage,
environ 6 000 tonnes par année de MOTS en le mélange et l'ensachage. Le post-traitement est déter-
provenance de 110 000 ménages, dans deux
miné par les exigences du marché et la quantité d’im-
installations séparées.
puretés encore présentes. La plupart des opérations
Meaford (Ontario) : un système de compostage incluent le tamisage du compost afin de l'homogénéiser
en enceinte close fixe traite environ 180 tonnes et en retirer les trop grosses particules. Compte tenu
par année de MOTS en provenance d'une petite
des normes de qualité du compost généralement
ville, au rythme approximatif de 500 kg par jour.
rigoureuses en vigueur au Canada, il vaut mieux tenter
Région de Peel : huit boîtes Herhof Rotteboxes d'éliminer la plupart des impuretés au cours de la phase
à son lieu d'enfouissement de Caledon. Chaque de pré-traitement.
boîte peut traiter 1 500 tonnes de matières Dans sa forme la plus pure, le compost n'est pas un
organiques par année pour une capacité support de croissance particulièrement bon pour les
annuelle totale de 12 000 tonnes.
plantes. Il est plus efficace lorsqu'on le combine en
grandes quantités à d'autres matériaux constitutifs du
rempli. Une fois rempli et scellé, le sac est raccordé à sol, comme le sable, le limon ou la tourbe. Par con-
des soufflantes pour en assurer l'alimentation en séquent, les installations de compostage comptant sur
oxygène. L'approche novatrice offerte par le système les revenus de la vente du produit mélangent souvent
Ag-Bag permet d'éviter les coûts de construction d'un leur produit sur place avant de le mettre sur le marché.
bâtiment. À l'heure actuelle, le système Ag-Bag n'est En règle générale, le compost produit au Canada
pas utilisé au Canada. est assujetti à la réglementation des provinces. Bien
Pratiquement tous les systèmes en enceinte close que les détails puissent différer, la plupart des normes
font appel aux systèmes de compostage en andains avec exigent que l'on porte une attention particulière aux
retournage des tas ou en tas statiques aérés pour com- éléments suivants :
pléter le procédé de compostage, après le compostage ■ Les niveaux de 11 métaux lourds et de BPC dans

primaire des déchets dans l’enceinte. le produit fini;


Les odeurs peuvent être assez bien contrôlées, car ■ La présence de contaminants visibles, notamment

toutes les opérations s'effectuent en milieu fermé dans le verre, le plastique ou des morceaux de métal;
un bâtiment et que l'air d'évacuation passe par des bio- ■ La teneur en matières organiques;

filtres. Toutefois, un certain nombre d'installations de ■ La preuve que le compost a été exposé à des tem-

compostage en enceinte close aménagées en Nouvelle- pératures suffisantes pendant le temps requis pour
Écosse, au Québec, en Ontario et en Colombie- assurer la « réduction des agents pathogènes » –
Britannique ont éprouvé des problèmes d'odeurs hors l'élimination substantielle des graines de mauvaises
site, malgré la technologie d'avant-garde utilisée. Cela herbes et des plantes ainsi que des organismes
démontre qu'indépendamment du système, les connais- animaux pathogènes;
sances techniques et opérationnelles sont la clé de la ■ La stabilité, car le compost instable est nocif pour

réussite. Ces systèmes sont conçus pour créer des condi- les plantes.
tions idéales de compostage, en tout temps, dans l’en-
ceinte et devraient donc pouvoir traiter le compost le Le ministère de l'Agriculture et de
plus rapidement possible. En conséquence, ces installa- l'Agroalimentaire du Canada réglemente aussi le
tions utilisent d'ordinaire la plus petite superficie de ter- compost vendu au Canada en vertu de la Loi sur les
rain de toutes les techniques de compostage. Elles ont engrais en ce qui a trait aux affirmations des entreprises
cependant tendance à offrir les solutions les plus coû- ayant trait à la valeur de leurs produits dans la crois-
teuses au chapitre du compostage centralisé. sance des plantes. Le CCME a également établi des

Recueil des technologies relatives aux déchets 201


Les déchets solides, une ressource à exploiter
lignes directrices nationales touchant la qualité du à faible coût qui ouvre la voie à l’adoption à grande
compost pour servir de références aux provinces échelle d’un contenu de matières organiques.
n'ayant pas élaboré de normes.
De plus, le Bureau de normalisation du Québec Évaluation
(BNQ), un membre du Conseil canadien des normes, a
élaboré des normes nationales et volontaires touchant Malgré la popularité croissante du compostage, les
la qualité du compost industriel. Le compost qui collectivités font face à plusieurs défis relativement à
répond aux exigences de cette norme peut porter une l'élaboration de programmes de compostage opéra-
étiquette du BNQ pour en indiquer la qualité. tionnels et fructueux, notamment :
■ Le manque de concepteurs, d'opérateurs et de

personnel technique expérimentés;


T ECHNOLOGIES NOUVELLES ET ÉMERGENTES
■ La difficulté de choisir parmi les différentes techno-

logies, dont plusieurs sont présentées comme étant


Les fournisseurs de systèmes de compostage inventent
supérieures;
toujours de nouvelles façons pour arriver à la même fin,
■ Le choix de l'emplacement d'une installation de com-
c'est-à-dire le compostage de déchets organiques en
postage peut être tout aussi complexe, sur le plan
présence d'oxygène. Des fournisseurs règlent les débits
politique, que le choix de l'emplacement de toute
d'air, certains laissent les déchets à un endroit alors que
installation de gestion des déchets.
d'autres les déplacent ici et là et les agitent, mais quelle
que soit la solution préconisée, tous cherchent à attein-
dre le plus rapidement possible l'objectif de stabilisa- Performance globale des systèmes
tion des déchets (voir le site Web du Conseil canadien
Le compostage peut permettre de traiter environ
du compostage : www.compost.org).
25 p. 100 du flux de déchets résidentiels dans le cadre
Certaines provinces ont décidé d'adopter des règle-
d'un programme de MOTS, où entre 40 et 50 p. 100
ments obligeant les municipalités à atteindre un objectif
des déchets solides résidentiels sont de nature
de réacheminement de 50 p. 100 – en fait, elles ont rendu
organique. Les actuels programmes de MOTS présen-
obligatoire le réacheminement des matières organiques
tent des taux de résidus de 1 à 20 p. 100 du flux de
(p. ex., Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard).
déchets à l'arrivée, selon la participation, la contamina-
En raison de l'échec de certaines installations de
tion, etc. En général cependant, le taux de réachemine-
compostage au cours des 15 dernières années et des
ment net possible par le biais du compostage se situe
risques manifestes de production d'odeurs, le choix de
aux environs de 20 p. 100 du flux de déchets résiden-
l'emplacement des nouvelles installations de com-
tiels. Le compostage de déchets mélangés (après le tri à
postage est devenu l'objet d'une résistance de la part du
la source des matières recyclables) peut permettre de
public. La mise en œuvre de telles installations pourrait
traiter jusqu'à 55 p. 100 du flux de déchets résidentiels.
prendre des années et nécessiter l'examen de plusieurs
Les taux de résidus pour un programme mixte oscillent
emplacements. Cela contribue à augmenter consi-
entre 35 et 40 p. 100 du tonnage à l'arrivée, de telle
dérablement le coût du développement du système,
sorte que les installations de traitement des déchets
rend difficile de prédire les dates de démarrage et
mélangés peuvent permettre de réacheminer environ
suscite l'inquiétude des fournisseurs du secteur privé
33 p. 100 du flux de déchets résidentiels.
quant à l'acceptation de la totalité du risque que com-
Les systèmes de compostage fonctionnent avec
porte l'aménagement de telles installations conformé-
succès et produisent un produit fini stabilisé si leur
ment à l'échéancier municipal.
exploitation est assurée par un personnel bien formé.
Les municipalités ont réagi à la question de coût en
Le compostage est un processus biologique qui exige un
expérimentant constamment de nouvelles stratégies de
peaufinage régulier par des professionnels expérimentés.
collecte. Il n’est encore apparu aucune solution évidente
à la nécessité d'offrir un service de collecte efficace et

202 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Caractéristiques communautaires retournage des tas, une technique appliquée tout au
long des hivers canadiens les plus rigoureux.
L'installation de compostage aménagée dans un grand
centre urbain ou à proximité doit être différente de
Coûts
l'installation aménagée pour desservir une petite
municipalité entourée de terres rurales, et différente Il est très difficile d'établir des fourchettes précises en
également d'une installation destinée à une collectivité dollars pour les systèmes dont il a été question dans les
du Nord éloignée. pages qui précèdent. Il faut tenir compte des facteurs
Si le seul terrain disponible se trouve en milieu locaux et des propositions de prix fermes pour les
fortement urbanisé, on doit alors faire appel à une tech- opérations de compostage. Grosso modo, les coûts d'un
nique de compostage dont les installations doivent être programme de collecte se situent entre 20 $ et 25 $ par
aménagées dans un bâtiment fermé afin de contrôler les ménage par année pour 250 kg par année, par ménage
odeurs. Il existe des exemples canadiens réussis de sys- de MOTS (environ 80 $ à 100 $ la tonne). Par com-
tèmes de compostage en andains avec retournage des paraison, les coûts de la collecte des déchets pour les
tas, en tas statiques aérés, en canaux et en enceinte ménages s'élèvent à 35 $ par ménage, par année pour la
close, tous installés dans des bâtiments fermés. D'autre collecte d'environ 700 kg par année, par ménage (envi-
part, le transfert et le transport des déchets vers des ron 50 $ la tonne).
emplacements plus éloignés (et possiblement Le compostage en andains à ciel ouvert coûte entre
extérieurs) doivent être examinés, puisque cela pourrait 20 $ et 30 $ la tonne, à l'exclusion des coûts du terrain;
être moins coûteux que de construire une installation à les installations en canaux recouverts – de 45 $ à 60 $
haute intensité d’investissement en milieu urbain. la tonne, et les systèmes de compostage en enceinte
L'endroit influera également sur le coût des solu- close – entre 60 $ et 80 $ la tonne. Ces coûts corres-
tions de rechange de gestion des déchets – plus particu- pondent à 10 $ à 20 $ par ménage par année pour le
ulièrement l'élimination. Dans certaines régions du traitement des MOTS, soit un coût global de 30 $ à
Canada, le coût d'élimination des déchets solides dans 45 $ par ménage par année. Un programme de com-
des lieux d'enfouissement est extrêmement bas – de postage de déchets mélangés permet de traiter une plus
l'ordre de 10 $ la tonne après la collecte – et devrait grande proportion du flux de déchets et coûte aux envi-
demeurer à ce niveau pour l'avenir prévisible. Dans ce rons de 70 $ à 120 $ par ménage par année (incluant
contexte financier, les municipalités peuvent avoir de la la collecte).
difficulté à militer pour une approche de compostage à
forte capitalisation. D'autres collectivités publiques du Facteurs ayant une incidence sur le choix
Canada sont accablées par des frais élevés d'élimination d'un système
des déchets, ce qui peut susciter l'intérêt à l'égard d'une
plus vaste gamme de techniques de compostage. Le Les facteurs suivants doivent être pris en considération
coût a été la raison prédominante pour laquelle un plus avant le développement d'un système de compostage :
grand nombre de municipalités canadiennes ne se sont ■ Existe-t-il une solide politique municipale obligeant à

pas montrées intéressées au compostage. accroître le taux de réacheminement au détriment de


Les quatre grandes techniques décrites – andains l'enfouissement? Il est rare de pouvoir atteindre un
avec retournage des tas, tas statiques aérés, canaux recou- taux de réacheminement élevé sans un programme
verts et enceinte close – sont appliquées en Amérique du visant les matières organiques.
Nord à des échelles largement inférieures à 100 tonnes ■ Existe-t-il un système de compostage manifestement

par année et jusqu'à 100 000 tonnes par année. Aucune moins cher que les autres systèmes de gestion des
de ces approches n'est liée à une échelle donnée. déchets utilisés précédemment (p. ex., les frais locaux
On pourrait croire que le climat est un aspect d'élimination sont-ils élevés)?
significatif, surtout en ce qui a trait aux technologies ■ Existe-t-il un mandat confié par les provinces et obli-

extérieures. Toutefois, la seule installation aménagée au geant la mise en place d'un système de compostage,
Yukon utilise un système à andains à ciel ouvert avec indépendamment du coût?

Recueil des technologies relatives aux déchets 203


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Bon nombre de collectivités publiques du Canada ■ Le compostage produit une matière qui peut être
ont examiné la possibilité de mettre au point un sys- épandue sur le sol afin d'accroître la valeur nutritive du
tème de réacheminement complet et ont, à tout le sol et de retourner le carbone et la structure à la terre.
moins, abandonné temporairement l'idée après avoir
constaté que les coûts comparatifs étaient trop élevés. Le modèle de gestion intégrée des déchets
Toutefois, de nombreuses grandes collectivités cana- (MGID) a été utilisé afin de comparer, pour les mêmes
diennes poursuivent la mise en œuvre d'une vaste déchets, les effets environnementaux du compostage et
stratégie visant les matières organiques – tout dépend de l'enfouissement. Aux fins de l'analyse, on a utilisé un
des facteurs locaux. lieu d’enfouissement à écran d'étanchéité artificiel haut
de gamme doté d'un système de collecte du lixiviat, d'un
E FFETS ENVIRONNEMENTAUX
système de récupération des gaz d'enfouissement
(biogaz des lieux d’enfouissement) et d'un système de
Le compostage permet de s'assurer que les déchets conversion gaz-énergie.
organiques sont réacheminés plutôt qu'enfouis. Cela Pour chaque utilisation du modèle, on a utilisé
comporte de nombreux et importants avantages : au total 1 000 tonnes de déchets types de compostage
■ Garder les déchets organiques hors des lieux d'en- (50 p. 100 de résidus de jardin, 30 p. 100 de déchets
fouissement où ils produisent un lixiviat acide. Des alimentaires et 20 p. 100 de vieux papiers). Les émis-
métaux provenant des déchets dans les lieux d’en- sions énergétiques relatives à la collecte des déchets
fouissement se trouvent dans le lixiviat ce qui produit résidentiels n'ont pas été incluses. On a pris pour
un lixiviat acide chargé de métaux et devant être hypothèse des taux de résidus de 15 p. 100.
traité avant le rejet. Les résultats ne sont transmis que sous la forme
■ En se décomposant, les déchets organiques pro- de données qualitatives, car les valeurs réelles varieront
duisent du méthane. Dans les lieux d'enfouissement dans tout le pays et doivent être estimées à l'aide du
bien conçus, ce gaz est capté et, dans certains cas, MGID en y intégrant les conditions et les chiffres
récupéré à des fins énergétiques. Dans de nombreux locaux. Là où apparaît une valeur de compensation, cela
lieux d'enfouissement, ce gaz est cependant perdu indique que de l'énergie a été récupérée ou que des
par brûlage à la torche ou s'échappe tout simplement émissions ont été évitées.
dans l'atmosphère, sous forme de méthane, un puis-
sant GES (21 fois plus puissant que le CO2).

T ABLEAU 3.12 E STIMATIONS D ' ÉMISSIONS DE GES RÉSULTANT DU COMPOSTAGE DE


1 000 TONNES DE DÉCHETS ORGANIQUES COMPARATIVEMENT À L ' ENFOUISSEMENT

Émissions de GES Lieu d’enfouissement à Compostage


écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme
(tonnes) (tonnes)

Équivalent-CO2 plus élevées plus faibles

Dans l'ensemble, le compostage produit moins de tonnes de eCO 2 comparativement à l'enfouissement des mêmes déchets.

204 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
É MISSIONS DE GAZ ACIDE ET DE POLLUANTS PRÉCURSEURS DE SMOG RÉSULTANT DU COMPOSTAGE
T ABLEAU 3.13
DE 1 000 TONNES DE DÉCHETS ORGANIQUES COMPARATIVEMENT À L ' ENFOUISSEMENT

Émissions de gaz acides et de polluants Lieu d’enfouissement à Compostage


précurseurs de smog écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme
(Kg) (Kg)

GAZ ACIDES
NOx plus élevées plus faibles
SOx plus faibles* plus élevées
HCI plus faibles* plus élevées
POLLUANTS PRÉCURSEURS DE SMOG
Poussières semblables semblables
COV plus élevées plus faibles

*Indique une compensation d'énergie ou une émission évitée.


Dans cette utilisation de modèle, l'enfouissement produit davantage d'émissions de NO x que le compostage. L'option d'enfouissement donne
lieu à une réduction des émissions de SO x et de HCl (par des compensations d'énergie, indiquées par un *). La quantité supérieure d'émissions
causées par le compostage résulte du transport des résidus du lieu où s'effectue le procédé de compostage jusqu'à un lieu d'enf ouissement
voisin. L'option d'enfouissement produit davantage de COV, mais un peu moins de poussières que le compostage.

É MISSIONS TOXIQUES PRODUITES PAR LE COMPOSTAGE DE 1 000 TONNES


T ABLEAU 3.14 DE DÉCHETS ORGANIQUES COMPARATIVEMENT À L ' ENFOUISSEMENT

Émissions toxiques Lieu d’enfouissement à Compostage


écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme
AIR
Pb (kg) plus faibles* plus élevées
Hg (kg) plus faibles* plus élevées
Cd (kg) plus faibles* plus élevées
Dioxines (TEQ) (g) plus élevées négligeables

EAU
Pb (kg) plus faibles* plus élevées
Hg (kg) plus élevées négligeables
Cd (kg) plus élevées plus faibles
BOD (kg) plus élevées plus faibles
Dioxines (TEQ) (mg) plus élevées plus faibles

*Indique une compensation d'énergie ou une émission évitée.


Le tableau 3.14 tient compte des émissions dans l'air et dans l'eau. L'enfouissement produisait moins d'émissions atmosphérique s, sauf en ce
qui concerne les dioxines. L'enfouissement produisait davantage d'émissions dans l'eau, sauf en ce qui concerne le plomb.

Recueil des technologies relatives aux déchets 205


Les déchets solides, une ressource à exploiter
R ÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES des déchets non compostables en vue de leur élimi-
nation, à moins que l'on adopte un système de ges-
La consommation d'énergie d'une installation de com- tion des déchets à deux flux. Bien qu'elle ait été
postage est faible puisque l'on y utilise que de simples utilisée avec succès dans certaines régions, la méthode
moteurs ou véhicules. Selon les estimations figurant à deux flux n'est pas très répandue. Compte tenu des
dans un rapport produit en 1996 pour Environnement tendances récentes caractérisées par d'importantes
Canada par Resources Integration Systems Ltd., les compressions visant les services soutenus par les
besoins énergétiques pour le compostage seraient de deniers publics, le coût des nouveaux programmes de
l'ordre de 20 à 40 MJ la tonne. En l'absence d'estima- réacheminement des déchets organiques a constitué
tions détaillées, on suppose que la collecte de matières un obstacle majeur à leur adoption par les municipa-
organiques exige des ressources semblables à celles lités canadiennes.
que nécessite la collecte des matières recyclables, soit
475 MJ la tonne. On suppose que les besoins énergé- ■ Les municipalités se montrent enclines à mettre en
tiques de la collecte des déchets mélangés en vue de place des programmes complets de collecte et de
leur traitement dans une installation de compostage de compostage lorsque ceux-ci sont encadrés par des
déchets mélangés sont identiques à ceux de la collecte lois provinciales, ou encore là où les structures de
des déchets, soit 167 MJ la tonne. coût les rendent intéressants.
Les avantages en amont du compostage, en ce qui
■ La conception d'un système de réacheminement des
concerne notamment l'élimination de la production de
déchets organiques est complexe. Contrairement au
certains engrais, se reflètent dans les estimations des
système de la boîte bleue pour la collecte des
avantages pour l'environnement présentées dans la
matières recyclables, il n'existe pas d'approche parti-
section précédente.
culière pour les déchets organiques. L'absence d'un
système simple et appuyé par tous complique le
Leçons apprises problème lorsque vient le moment de tenter de
présenter d'autres programmes.
■ Si les municipalités veulent atteindre le taux cible de
50 p. 100 de réacheminement des déchets au détri- ■ Les programmes qui donnent de bons résultats au
ment de l'enfouissement, tel qu'il a été adopté par le chapitre du réacheminement des matières organiques
gouvernement fédéral et la plupart des gouverne- (et au réacheminement des matières en vue du recy-
ments provinciaux, elles doivent prendre des disposi- clage, au lieu de leur élimination) commencent d’abord
tions pour assurer la collecte et le traitement des par l'identification de marchés particuliers pour le pro-
matières organiques. duit prévu, puis se concentrent ensuite sur la concep-
tion d'un système permettant de répondre aux
■ Le tri à la source, la collecte et le compostage du flux spécifications du marché, et, enfin, sur la conception
de déchets organiques représentent certaines solu- d'un dispositif de collecte qui permettra de ramasser
tions – les plus répandues à ce jour – pour traiter les les matières sous la forme requise par le système de
déchets organiques solides municipaux et commer- traitement. Dans le passé, les systèmes conçus d’abord
ciaux. D'autres technologies, notamment la digestion pour répondre aux impératifs de commodité de la
anaérobie, voient le jour, mais n'ont joué jusqu'ici ollecte ont connu des problèmes de viabilité.
qu'un faible rôle.
■ Lorsqu'ils sont bien conçus, les systèmes de collecte
■ Les programmes de collecte et de compostage des des déchets organiques ménagers et commerciaux
déchets organiques solides ont tendance à être plus obtiennent des taux de participation égaux aux
coûteux que la collecte classique des déchets dans la meilleurs programmes de la boîte bleue.
plupart des collectivités publiques du Canada. Une
partie de la question de coût résulte de la nécessité ■ Bien conçues et bien gérées, les installations de com-
de continuer à offrir un système parallèle de collecte postage peuvent traiter, sur une base continue, les

206 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
matières ramassées dans le cadre de n'importe quel Parmi les autres leçons apprises, mentionnons :
type de programme de collecte des déchets ■ L'importance d'un personnel bien formé, plus parti-

organiques ménagers et commerciaux. Les installa- culièrement lorsqu'une installation reçoit une charge
tions recouvertes, à plus haute intensité d’investisse- inhabituelle de déchets susceptible de déséquilibrer
ment, ont tendance à exiger des coûts d'exploitation le système;
plus élevés (incluant le capital amorti), tout en ■ L'importance d'établir de bonnes relations avec les

affichant un meilleur dossier au chapitre de la gestion voisins du lieu;


des odeurs. Pourtant, nombre de bonnes installations ■ Le coût élevé des problèmes d'odeur en ce qui a trait

extérieures de compostage en andains existent aux relations communautaires;


partout au Canada et des installations recouvertes ■ L'importance d'exercer en tout temps un contrôle serré

ont connu des échecs. sur le processus afin d'éviter la production d'odeurs;
■ L'importance de réduire au minimum la contamina-

■ Le compost qui répond aux normes courantes cana- tion en provenance du flux d'alimentation afin
diennes est produit la plupart du temps à partir de d'améliorer la qualité du compost fini;
déchets ramassés dans le cadre de programme de tri ■ L'importance primordiale des marchés pour le produit

à la source plutôt qu'à partir de déchets mélangés. Le fini, afin de rendre l'opération de compostage viable;
compost produit par des gestionnaires d'installations ■ La difficulté de trouver un emplacement d'andains à

compétents utilisant une matière traitée saine et qui ciel ouvert à proximité des zones bâties, et l'obliga-
est ensuite commercialisé de manière entrepreneu- tion d'aménager près des zones bâties une installa-
nariale se vend toujours facilement sur des marchés tion de compostage recouverte et munie d'un
capables d'absorber toutes les quantités produites. biofiltre pour le contrôle des odeurs.

T ABLEAU 3.15 C ARACTÉRISTIQUES DU COMPOSTAGE

Paramètre Sommaire

DESCRIPTION Processus complexe; technologie rudimentaire.


Trois volets : pré-traitement (déchiquetage, désensachage); compostage; post-compostage
(séchage, mélange, ensachage)

Compostage :
Andains à ciel ouvert : technologie rudimentaire; option la moins coûteuse; importantes
superficies de terrain (incluant les zones tampons); convient le mieux aux zones rurales

Canaux recouverts : option de moyenne technologie; beaucoup moins de terrain; option plus
coûteuse en raison des bâtiments et de l'équipement requis; convient aux zones rurales et
urbaines

Compostage en enceinte close : haute technologie; coût le plus élevé; contrôle le plus
rigoureux; plus petite superficie de terrain; convient aux régions urbaines

PERFORMANCE
Peut réacheminer ~50 p. 100 du flux de déchets résidentiels, selon le procédé utilisé
GLOBALE
Matières organiques triées à la source : taux de résidus et taux de captage moindres, mais le
compost fini de qualité supérieure se vend facilement

Compostage de déchets mélangés : réacheminement jusqu'à 50 p. 100 du flux de déchets


résidentiels; taux de résidus élevés; participation de 100 p. 100. Demande du marché plus faible

100-100 000 tonnes par année, peu importe la technologie (suite à la page 208)

Recueil des technologies relatives aux déchets 207


Les déchets solides, une ressource à exploiter
(suite de la page 207)
Paramètre Sommaire
CARACTÉRISTIQUES Les techniques de compostage peuvent être appliquées dans toutes les conditions climatiques
COMMUNAUTAIRES qui règnent au Canada, bien que le principe de compostage en andains à ciel ouvert ne soit
applicable que sous des températures élevées

Il ne convient pas de choisir les emplacements d'andains à ciel ouvert en régions urbaines. Les
installations à canaux recouverts et en enceinte close peuvent être aménagées en bordure des
régions urbaines ou dans les régions urbaines

COÛTS Le compostage domestique est l'option la plus rentable (p. ex., 32 $ à 45 $ la tonne)

Pré-traitement : dépend de la source et de la technique de compostage; assez coûteux

Entre 10 $ et 20 $ par ménage par année (le compostage en andains à ciel ouvert se situe
à l'extrémité inférieure de cette gamme, à l'exclusion des coûts du terrain)

Soustraire ces coûts de la collecte constitue un énorme défi

FACTEURS AYANT UNE L'objectif de réacheminement de 50 p. 100 exige que l'on cible les déchets organiques
INCIDENCE SUR biodégradables, soit la moitié du flux de déchets
L'ACQUISITION
L'exploitation sur une base annuelle nécessite un équipement coûteux

TECHNOLOGIES De nouvelles solutions sont fréquemment lancées; optimisent généralement une variable
NOUVELLES ET opérationnelle
ÉMERGENTES

EFFETS Réduction du lixiviat acide, précipitation des métaux; réduction de la production de gaz.
ENVIRONNEMENTAUX Excellente source de carbone et de certaines substances nutritives lorsque le compost est
répandu sur le sol

RÉPERCUSSIONS Faible consommation énergétique


ÉNERGÉTIQUES

LEÇONS APPRISES Aucune approche particulière ne domine au Canada et de nombreuses approches


différentes fonctionnent. Éléments essentiels :

● Marchés pour le compost fini

● Personnel bien formé

● Éviter et régler promptement les problèmes d'odeur

● Éducation continue du propriétaire

208 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
4
SECTION

Digestion anaérobie

Description générale lation de traitement. Pourtant, les possibilités d'appli-


cation de cette technologie en tant que méthode de

L a digestion anaérobie est un processus biologique


qui utilise des microbes pour décomposer la
matière organique en l'absence d'oxygène. La digestion
réacheminement des déchets solides municipaux
constituent une percée relativement nouvelle.
Les digesteurs anaérobies utilisés pour traiter les
se déroule dans un réacteur spécial ou une enceinte déchets municipaux (MOTS ou déchets mélangés)
close où des conditions environnementales critiques sont à peu près tous installés en Europe, les technolo-
comme la teneur en eau, la température et les niveaux gies offertes sur le marché se trouvant principalement
de pH peuvent être contrôlées afin de maximiser les au Danemark, en Belgique, en France, en Allemagne et
taux de multiplication des microbes, de production de en Suisse. Des systèmes de grande capacité capables de
gaz et de décomposition des déchets. traiter les déchets mélangés sont en construction en
La digestion anaérobie peut bien fonctionner au Espagne et en Italie, mais on ne possède aucune expé-
Canada malgré certaines difficultés techniques exigeant rience d'exploitation à ce jour. En Europe, la construc-
des modifications aux mélanges. Le principal élément tion de nouvelles installations a connu une croissance
dissuasif est de nature économique. Cette option est exponentielle entre 1990 et 1995 (avec des installations
coûteuse comparativement aux autres quant aux capables de traiter 30 000 tonnes de déchets
volumes de déchets produits par la plupart des munici- organiques par année) et en 2001-2002 (des installa-
palités canadiennes. La digestion anaérobie est davan- tions d'une capacité de 300 000 tonnes par année).
tage viable en Europe où l'espace d'enfouissement est La majeure partie des digesteurs anaérobies
réduit et où l'incinération écologiquement inoffensive européens – nombre d'entre eux ont entre 10 et
coûte très cher. 15 ans – ne traitent que relativement peu de déchets
Les principes biologiques et techniques de la diges- organiques, soit entre 8 000 et 15 000 tonnes par
tion anaérobie sont bien compris et ont été largement année. Les capacités prévues des installations construites
appliqués dans le monde entier. La digestion anaérobie dernièrement ont tendance à être plus élevées, soit de
est utilisée aux niveaux domestiques et communau- l'ordre de 40 000 tonnes par année. La tendance vers
taires en Chine et en Inde où des systèmes de digestion de plus grandes installations de traitement découle des
de technologie rudimentaire servent à produire du progrès techniques qui ont permis de rehausser la via-
combustible pour le chauffage et la cuisine à l'intention bilité financière et technique de la digestion anaérobie
des familles locales. L'application municipale la plus dans les applications municipales. Toutefois, la viabilité
répandue est le traitement des biosolides provenant des financière de ces systèmes européens résulte principale-
usines d'épuration des eaux usées. À l'échelle mondiale, ment des éléments suivants :
quelque 100 000 usines d'épuration des eaux usées font ■ De fortes redevances de déversement au lieu

appel à la digestion anaérobie pour traiter les boues d'enfouissement (entre 150 $ et 200 $ la tonne)
découlant de leurs opérations. Rappelons qu'en 1895, à contribuent à faire de la digestion anaérobie une
Exeter, en Angleterre, les solides des eaux usées étaient option concurrentielle sur le plan économique.
soumis au processus de digestion anaérobie afin de ■ La politique de l'Union européenne sur les lieux d'en-

récupérer le méthane que l'on utilisait alors comme fouissement (European Union Landfill Directive)
source d'énergie pour éclairer la zone entourant l'instal- empêche l'enfouissement des déchets organiques non

Recueil des technologies relatives aux déchets 209


Les déchets solides, une ressource à exploiter
stabilisés et exige que la stabilisation soit assurée par alimenter le réacteur de digestion. Le pré-traitement
l'incinération, le compostage ou la digestion. peut inclure la réduction de la taille, la tamisage visant
■ Certains pays européens (Suisse et Belgique) ont des à extraire les matières trop grosses, ainsi que le tri
politiques sur l'énergie renouvelable en vertu mécanique et manuel des impuretés et des matières
desquelles les entreprises locales de services d'utilité recyclables. Les résidus (métaux, bois, plastiques) sont
publique doivent acheter toute l'énergie « verte » pro- extraits afin de les éliminer de manière convenable tan-
duite par les digesteurs anaérobies au prix de 15 cents dis que les déchets organiques propres et pulvérisés qui
par kilowatt-heure et ce, afin de soutenir les volets restent sont mélangés avec de l'eau afin d'obtenir une
économiques de tels systèmes. boue liquide riche en matières organiques et possédant
les propriétés physiques requises pour optimiser la
Canada digestion à l'intérieur du réacteur. En règle générale, le
pré-traitement des arrivages de MOTS fait appel à des
Le Canada possède trois digesteurs anaérobies. techniques de séparation mécanique pour éliminer les
L'installation de la société Canada Composting Inc., métaux et les trop grosses impuretés. En ce qui con-
dans la Ville de Newmarket (Ontario), utilise la tech- cerne les installations conçues pour traiter les déchets
nologie BTA (d'Allemagne) et peut traiter jusqu'à solides municipaux mélangés, il faut établir des moda-
150 000 tonnes par année de MOTS, en plus de certains lités de pré-traitement relativement élaborées faisant
chargements de déchets mélangés. Une deuxième appel à un procédé mécanique et manuel perfectionné.
installation utilisant également la technologie BTA a Ce procédé vise à maximiser l'élimination de certaines
été construite à la station de transfert Dufferin de matières, notamment les matières recyclables, le bois
Toronto. Elle est opérationnelle depuis septembre et les autres impuretés, et à améliorer la qualité du
2001. Cette installation est conçue pour traiter digestat fini.
25 000 tonnes de MOTS par année, mais sa capacité L'équipement requis pour le système de pré-
peut être accrue pour traiter 165 000 tonnes par année. traitement d'un digesteur anaérobie est semblable
On l'utilise pour mettre à l'essai la performance du à celui que l'on trouve dans une IRM conçue pour
système avec différents chargements de déchets traiter les matières recyclables sèches (voir la sec-
mélangés et de déchets triés à la source. tion 2). Il s'agit, notamment, d'une série de plates-
Dans la Ville de Guelph (Ontario), une installation formes, de convoyeurs, de convoyeurs à bande glissante
mise sur pied par la Super Blue Box Recycling et de chutes à déchets permettant de déplacer les
Corporation (SUBBOR), fait appel à un mode de fonc- matières du plancher de déversement vers les divers
tionnement particulier en deux phases, la première étant postes de tri où l'on trouve des trieurs magnétiques
suivie d'une fragmentation par la vapeur afin d'augmenter permettant d'éliminer les métaux ferreux ainsi que des
la production de gaz dans la deuxième phase. Les négo- séparateurs par courants de Foucault pour retirer l'alu-
ciations entre SUBBOR et des acheteurs potentiels ont minium. Un équipement de réduction de taille, qui
connu un échec retentissant de telle sorte que l'on a comprend notamment un broyeur à marteau, sert à
annoncé la fermeture prochaine de l'installation. réduire la dimension des particules du flux de déchets
organiques en fonction des caractéristiques techniques
Principaux éléments des digesteurs anaérobies du digesteur. Pour séparer les déchets à l'arrivée selon
la dimension des particules, on utilise, par exemple,
En règle générale, l'exploitation d'un digesteur un trommel qui sert à extraire mécaniquement les
anaérobie s'effectue en trois étapes : impuretés inorganiques (plastique, verre et métal) ou
■ Pré-traitement; les morceaux de matière organique trop gros pour être
■ Digestion; traités. Une série de plates-formes et de chutes
■ Traitement aérobie. surélevées permettant le tri manuel des déchets à l'ar-
rivée peuvent aussi être nécessaires dans les installa-
À l'étape du pré-traitement, la matière organique tions où l'on traite les déchets solides municipaux
d'arrivée est transformée en matière première qui sert à mélangés. Selon le mode de collecte des déchets

210 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
F IGURE 4.1 S CHÉMA TYPE D ' UN DIGESTEUR ANAÉROBIE

Arrivée des Matières


déchets recyclables
vers le marché
Plancher de
déversement Pré-traitement
Pesées

Traitement des eaux


Égouttage du Résidus à enfouir ou
usées excédentaires
pour éliminer N, P, DBO digestat à incinérer

Digesteur(s) Épuration des


anaérobie(s) biogaz

Résidus à enfouir ou Post-traitement


à incinérer du digestat

Biogaz en
énergie

Maturation dans un
composteur aérobie

Compost
vers le marché Post-traitement Résidus à enfouir ou
à incinérer

Recueil des technologies relatives aux déchets 211


Les déchets solides, une ressource à exploiter
organiques et la quantité de déchets à traiter, une des déchets, notamment le recyclage et le compostage.
machine de désensachage peut être nécessaire pour Les MOTS constituent un flux de déchets municipaux
ouvrir tous les sacs de déchets à l'arrivée. recueillis et stockés par les résidants pour une gestion
Une fois les déchets organiques chargés dans le distincte des ordures ménagères et qui incluent les
réacteur, la digestion commence. Au cours de la pre- déchets alimentaires en plus d'un éventail d'autres
mière étape de la digestion, appelée généralement matières organiques où l'on retrouve les papiers salis,
hydrolyse et acidification, la matière organique est les couches, les feuilles mortes et les résidus de jardin.
décomposée par un groupe de microbes appelés bac- La digestion anaérobie n'entre pas en concurrence
téries acidogènes. Les acides gras constituent l'un des avec les systèmes de recyclage de type courant, car les
produits finis de cette étape. Dans la deuxième phase, matières habituellement recyclées comme le métal, le
appelée généralement méthanogénèse, un groupe de verre et les contenants de plastique ne peuvent être
microbes appelés producteurs de méthane, transfor- traitées par digestion. La seule exception est le papier,
ment les acides gras en un biogaz formé de 55 p. 100 de qui est biodégradable, mais aussi digestible et qui peut
méthane, 45 p. 100 de dioxyde de carbone et autres gaz donc être recyclé ou traité par digestion. En ce qui con-
à l'état de traces. Lorsque la matière organique a été cerne le papier, il est préférable de le recycler, autant
digérée, les déchets organiques frais sont chargés dans que possible, de manière à décaler la nécessité de
le réacteur pendant qu'un volume égal de matières récolter de nouvelles sources vierges de papier.
digérées est retiré et pompé dans une machine d'égout- La sélection des matières traitées est une décision-
tage où l'excédent d'eau est recueilli pour traitement. clef au moment de la conception d'un système de
Dans certains modèles de digesteur anaérobie, le réac- traitement anaérobie, car cela touche chaque étape du
teur est chauffé, ce qui utilise une partie du biogaz. processus de planification, notamment la détermina-
Le digestat déshydraté n'est pas entièrement stabi- tion de la capacité prévue de l'installation, le potentiel
lisé et nécessite habituellement un traitement aérobie de réacheminement des déchets et l'actuel système de
de 60 à 120 jours au cours desquels les agents collecte des déchets résidentiels. La capacité prévue
pathogènes sont tués par l'application de hautes tem- d'une installation de traitement des déchets solides
pératures dans le tas de compost. Au cours de cette municipaux mélangés est en grande partie déterminée
troisième étape, le séchage et la stabilisation peuvent se par la taille de la collectivité et la quantité d'ordures
dérouler dans une installation de compostage aérobie actuellement déposées par les résidants locaux pour la
extérieure ou encore dans un système de compostage collecte périodique des déchets, bien qu'il faille prévoir
aérobie statique en enceinte close (voir la section 3). une capacité de traitement additionnelle si les com-
Le digestat déshydraté est tamisé afin d'en extraire les merces locaux doivent participer au programme. Les
impuretés qui restent et est ainsi prêt à être mélangé à recherches menées par Statistique Canada indiquent
d'autres matières comme le sable et la tourbe, pour que la production actuelle de déchets se chiffre à
produire un conditionneur de sol commercialisable. 330 kg par personne, par année, dont 100 kg par per-
sonne par année sont actuellement réacheminés et
Matières traitées 230 kg par personne par année éliminés. Le ménage
canadien moyen produit environ 1 tonne de déchets
La digestion anaérobie peut être utilisée pour traiter résidentiels par année et élimine environ 700 kg par
une diversité de matières traitées, y compris les boues année. Si un digesteur anaérobie de déchets solides
des usines municipales d'épuration des eaux usées et le municipaux mélangés était installé dans une collectivité
fumier de même que les déchets mélangés d'origine moyenne, environ 550 kg par ménage de ce total seraient
résidentielle (déchets solides municipaux mélangés) et dirigés vers le digesteur anaérobie pour traitement.
les MOTS d'origine résidentielle ou non. On entend En se fondant sur les données tirées d'un bon
généralement par déchets solides municipaux mélangés nombre de programmes de MOTS en exploitation
les déchets solides d'origine résidentielle ou de petits au Canada, il est possible, à l’aide de ce type de pro-
établissements commerciaux à l'exclusion des matières gramme, d’atteindre un volume de récupération de l'or-
ramassées dans le cadre des activités de réacheminement dre de 250 à 350 kg par logement unifamilial par année.

212 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Le volume récupéré varie selon un certain nombre de municipaux mélangés (c’est-à-dire, les déchets résiden-
facteurs, notamment l'éventail des matières organiques tiels desquels les matières recyclables ont été retirées)
ciblées pour la collecte, le taux de participation et se situera vraisemblablement entre 25 et 40 p. 100 des
l'étendue des programmes de promotion et sensibilisation. déchets à l'arrivée, selon la qualité des matières traitées
L'un des défis liés à la mise en place d'un programme de et le type de système de tri, mécanique ou manuel, utilisé.
MOTS est la façon d'intégrer les logements plurifamiliaux La Ville d' Edmonton (Alberta) et la Ville de Tracy
au système de collecte. Le manque d'espace d'entre- (Québec) traitent les déchets solides municipaux
posage extérieur et l'incertitude quant à la participation mélangés (après le tri à la source des matières recy-
des résidants sont deux obstacles souvent rappelés au clables par les résidants) dans des installations de com-
moment de planifier n'importe quel programme de postage et font état de taux de résidus se situant aux
tri à la source visant les immeubles d'habitation et les environs de 35 p. 100. Par conséquent, à titre de guide
immeubles en copropriété. Compte tenu de ces prob- de planification, on peut s'attendre à ce qu'un digesteur
lèmes, les municipalités peuvent choisir de mettre en anaérobie de déchets solides municipaux mélangés pro-
route un programme de MOTS visant d'abord le cure un réacheminement d’environ 60 à 75 p. 100 de
secteur des habitations unifamiliales tout en recher- tous les arrivages de déchets bien que ces matières ne
chant des méthodes rentables pour séparer, trier et puissent être considérées comme étant réacheminées
recueillir les matières organiques des logements pluri- tant et aussi longtemps que l'on n'a pas trouvé de
familiaux. On doit donc s'attendre à ce que les pro- marchés pour le digestat de déchets mélangés composté
grammes de MOTS traitent un tonnage moindre produit. Les matières à la réception sont susceptibles de
comparativement aux programmes visant les déchets renfermer des matières non organiques, comme le plas-
solides municipaux mélangés, car le service est offert à tique et le verre, qui se retrouvent dans le produit fini et
un moins grand nombre de logements (à tout le moins causent un problème de qualité marchande. De plus,
au cours des premières phases de mise en œuvre) et certains métaux peuvent être en concentration suffi-
parce que seule la portion organique du flux de déchets samment élevée pour limiter les usages auxquels ces
est ciblée pour la collecte et le traitement. matières pourraient servir. Cela représente le défi le plus
difficile à relever pour les municipalités qui envisagent
Taux de réacheminement et de résidus de recourir au traitement des déchets mélangés au
moyen du compostage ou de la digestion. La perception
La sélection des matières traitées influera également sur publique à l'encontre de l'utilisation des « biosolides »
le taux global de réacheminement des déchets d'une col- soulève également des difficultés quant à l'établissement
lectivité en raison de la quantité de résidus récupérés au de solutions de co-digestion.
digesteur anaérobie. En règle générale, on peut dire que La capacité du processus de digestion anaérobie de
de 10 à 20 p. 100 de tous les déchets dirigés vers un réduire la quantité de déchets éliminés est tributaire de
digesteur anaérobie effectuant le traitement des MOTS la qualité des sous-produits du système. Si le compost
devront être éliminés, en prenant pour hypothèse un produit par suite de la stabilisation du digestat de l'ins-
niveau convenable d'investissement dans des pro- tallation ne peut être commercialisé, traité en vue de sa
grammes de promotion et de sensibilisation et des réutilisation ou réservé à des usages avantageux, l'avan-
techniques de séparation mécanique à l'installation tage comparatif de la digestion anaérobie est réduit.
afin d'éliminer les contaminants. La portion de 80 à Plus particulièrement, le digestat fini (après le com-
90 p. 100 qui reste sera soustraite à l'élimination grâce à postage) devra satisfaire aux normes provinciales pour
la production de compost fini à partir du digestat (une un usage sans restriction si l'on souhaite profiter de son
matière semblable à l'humus qui peut être utilisée pour potentiel de marché en tant que matière d'apport pour
produire un conditionneur de sol), de déchet liquide conditionneur de sol. L'expérience donne à penser que
(la quantité variera selon la technologie utilisée) et de les normes provinciales, plus particulièrement en ce qui
matières recyclables sèches. concerne les concentrations des éléments à l'état de
Le taux de résidus enregistré pour un digesteur traces, peuvent être respectées par le tri à la source des
anaérobie mis en place pour traiter les déchets solides matières organiques, avant la digestion. Pour donner de

Recueil des technologies relatives aux déchets 213


Les déchets solides, une ressource à exploiter
bons résultats, un digesteur anaérobie de déchets Il ne semble pas que les températures de fonctionne-
solides municipaux mélangés doit être soutenu par des ment nuisent au compostage subséquent du digestat.
systèmes mécaniques élaborés, complétés par un tri D'une façon générale, un digesteur anaérobie
manuel afin de retirer les matières qui contribuent aux mésophile exige un temps de rétention de 12 à 25 jours;
concentrations de métal à l'état de traces, comme les un réacteur thermophile peut atteindre les mêmes
piles, les plastiques et les ampoules, entre autres. résultats en environ six jours. Le temps nécessaire pour
transformer totalement la boue de matières organiques
Technologies en un digestat partiellement stabilisé dépend de la
quantité de matière organique dans les matières
Caractéristiques de base du processus traitées, des variations saisonnières qui modifient la
de digestion quantité et la composition du flux de déchets ainsi que
de la technologie choisie.
En règle générale, les technologies de traitement
anaérobie peuvent être regroupées en fonction de trois
variables : Systèmes à une et deux phases
■ La quantité d'eau ajoutée aux arrivages de déchets
Les digesteurs anaérobies à sec et humides peuvent être
au cours du pré-traitement; exploités comme des systèmes à une ou deux phases.
■ La température de fonctionnement optimal du
Dans les systèmes à une phase, l'hydrolyse et la
réacteur; méthanogénèse se produisent en un seul réacteur.
■ Le nombre de phases de digestion dans des
C'est l'approche la plus ancienne et la plus répandue en
réacteurs séparés. Europe en matière de traitement par digestion anaérobie.
Dans les approches plus récentes à deux phases, un
La quantité d'eau ajoutée aux matières traitées réacteur est réservé au processus d'acidification et un
constitue un trait distinctif important parmi les divers autre à la méthanogénèse. Selon certaines sources, les
systèmes de traitement anaérobie. nouveaux systèmes à deux phases ont pour principal
■ Les systèmes « à sec » mélangent suffisamment
avantage d'offrir la possibilité de contrôler deux envi-
les matières pour obtenir une boue de matières ronnements distincts, cette séparation étant importante
organiques constituée de déchets solides à hauteur pour les établissements de recherche.
de 15 à 40 p. 100. Exemples de systèmes de digestion En ce qui a trait au traitement des déchets solides
à sec offerts sur le marché : Dranco, Kompogas et municipaux, la séparation des processus biologiques en
Valorga. deux réacteurs ou plus ne semble pas procurer des
■ Un système « humide » traite une boue de matières
avantages considérables. Selon certaines sources, les
organiques plus diluée et constituée de matières deux systèmes fonctionnent bien et de manière équiva-
solides à hauteur de 10 à 15 p. 100. BTA et Wassa lente pour le traitement des déchets municipaux quant
en sont deux exemples. à la quantité de déchets pouvant être traités sur une
base annuelle et au taux de production de biogaz.
Températures de fonctionnement : Environ 90 p. 100 de tous les digesteurs anaérobies
systèmes thermophiles et mésophiles européens effectuant le traitement des déchets
organiques municipaux utilisent les technologies à
La régulation de la température qui règne à l'intérieur phase unique. La prédominance des systèmes à phase
du réacteur de digestion joue un rôle essentiel dans le unique découle en partie de la conception relativement
processus de réaction chimique qui déclenche les phases simple de cette technologie, de la fréquence moindre
de prolifération microbienne. Les réacteurs de diges- des défectuosités techniques et des coûts d'investisse-
tion anaérobie offerts sur le marché fonctionnent ment plus faibles.
généralement ou bien à une température mésophile L'usine de démonstration pleine échelle SUBBOR
(aux environs de 35 °C), ou bien à une température dans la Ville de Guelph (Ontario) est constituée de
thermophile (aux environs de 55 °C).

214 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
deux digesteurs. Après la première phase, les déchets Évaluation
organiques partiellement digérés sont retirés, séchés et
soumis à des températures et à des pressions élevées. Performance globale des systèmes
L'objectif visé consiste à briser certaines des liaisons
chimiques complexes et à améliorer la digestibilité des En Europe, on utilise la digestion anaérobie pour le
matières dirigées vers le digesteur de deuxième phase. traitement des MOTS et des déchets solides munici-
L'étape finale consiste à préparer une boue en prévision paux mélangés. Au Canada, l'expérience d'exploitation
du chargement dans le deuxième réacteur afin de com- est limitée. Cette technologie fonctionne bien à des
pléter la digestion et le processus de récupération des niveaux de 10 000 à 20 000 tonnes par année de
biogaz. MOTS. Des installations de plus grande envergure
BTA est une technologie de digestion allemande sont actuellement en construction. Des politiques de
dont la société Canada Composting Inc. (CCI), de la soutien sur l'énergie renouvelable ainsi que les coûts
Ville de Newmarket (Ontario) est un utilisateur relativement élevés de l'enfouissement en Europe en
autorisé sous licence. La technologie BTA offre un rendent les aspects économiques plus avantageux
aspect particulier du fait que les déchets organiques qu'au Canada.
sont mélangés avec de l'eau (trituration à l'eau) afin Au chapitre des GES, la digestion anaérobie offre
d'en retirer les petites particules de contaminants un avantage considérable. Ce processus produit du
comme le verre et les plastiques qui n'ont pas été méthane par suite de la dégradation des déchets
éliminées au cours du processus de pré-traitement organiques dans un environnement contrôlé. Le
mécanique. La boue de matières organiques traverse méthane peut être utilisé pour remplacer les com-
ensuite un hydrocyclone, lequel enlève les infimes par- bustibles fossiles. Cela évite également la production de
ticules de tessons de verre, de sable ainsi que les petites méthane sur une période beaucoup plus longue que
pierres. La technologie BTA fonctionne avec des sys- dans un lieu d'enfouissement, où son potentiel énergé-
tèmes de digestion à une ou deux phases. Selon des tique maximum ne serait pas réalisé.
sources imprimées, le système BTA à une phase, qui Voici certains des avantages de la technologie de
inclut une préparation mécanique et humide, convient traitement anaérobie :
■ Réacheminement accru des déchets de préférence à
bien aux installations utilisant un réacteur de digestion
déjà existant. l'élimination – La technologie de traitement anaérobie
offre la possibilité d'augmenter les taux de réachemi-
nement des déchets municipaux à 40 à 70 p. 100 en
T ECHNOLOGIES NOUVELLES ET ÉMERGENTES
évitant l'élimination de la composante organique du
flux de déchets. (Le digesteur transforme les matières
Il existe de nombreuses variantes quant à la conception
en flux solides et liquides et en biogaz, lesquels
du processus anaérobie pour le traitement des MOTS
doivent être utilisés de façon productive afin de
ou des déchets solides municipaux mélangés. En règle
réaliser un véritable réacheminement.)
générale, on parle de technologies humides ou à sec, à
■ Réduction des émissions de GES – Bien menée, la
une ou deux phases, thermophiles ou mésophiles. En
digestion transforme une partie des déchets
Europe, les tendances sont les suivantes :
organiques en méthane, lequel se transforme en
■ Systèmes thermophiles, en raison de l'élimination
dioxyde de carbone (CO2) sous l'effet de la combus-
accrue des agents pathogènes;
tion, ce qui permet de réduire considérablement les
■ Systèmes de digestion à sec;
émissions de GES des lieux d'enfouissement. Le
■ Abandon des systèmes de digestion classiques à
méthane est 21 fois plus puissant que le CO2 en
deux phases. L'expérience a démontré que les gains
tant que GES.
découlant de l'optimisation des conditions d'exploita-
■ Production nette d'énergie – La digestion anaérobie
tion dans les deux réacteurs ne valaient pas le coût
est un processus de production nette d'énergie qui
additionnel.
crée suffisamment d'énergie pour répondre aux
besoins internes et qui permet d'exporter entre

Recueil des technologies relatives aux déchets 215


Les déchets solides, une ressource à exploiter
50 et 80 p. 100 de l'énergie produite vers des consom- La production minimale requise pour justifier
mateurs d'énergie hors site. le coût d'un digesteur anaérobie est d'au moins
10 000 tonnes par année, soit la quantité de MOTS
La technologie de traitement anaérobie présente produites par 40 000 ménages ou jusqu'à 110 000 per-
les désavantages suivants : sonnes, selon un article paru en 2001 dans Biocycle. La
■ Au Canada, les coûts de la digestion anaérobie sont raison d'être de cette capacité prévue minimale repose
plus élevés par tonne comparativement à l'enfouisse- en partie sur l'éventail et le coût des technologies
ment ou au compostage. offertes sur le marché, compte tenu du fait que les
■ La digestion anaérobie ne peut traiter la totalité du petites installations ont tendance à avoir des budgets
flux de déchets. Les systèmes de traitement anaérobie d'exploitation par tonne relativement élevés. La popula-
ne traitent que la fraction organique biodégradable. tion de base capable de soutenir ce niveau minimum
■ Le marché des sous-produits, notamment le condi- d'exploitation dépend des matières traitées, de la quan-
tionneur de sol et l'engrais liquide, est quelque peu tité de matière produite par chaque ménage et de la
incertain. combinaison des logements unifamiliaux et plurifami-
■ La digestion anaérobie des déchets mélangés est une liaux. En ce qui concerne les déchets mélangés, une
pratique nouvelle en Amérique du Nord et n'est donc installation d'une capacité de 10 000 tonnes par année
pas considérée comme entièrement éprouvée. pourrait traiter les déchets d'environ 18 000 ménages
(en prenant pour hypothèse qu'environ 550 kg par
Caractéristiques communautaires ménage par année de déchets mélangés seraient
acheminés au digesteur).
Le tableau 4.1 a été élaboré en prenant pour hypothèse À titre de guide de planification général, une
une récupération moyenne de 250 kg par ménage par aire de service comptant une population de plus de
année dans le cas des programmes de MOTS, et en 100 000 résidants pourrait produire suffisamment de
considérant que les programmes de collecte des déchets matières pour justifier un investissement dans un sys-
mélangés pourraient traiter en moyenne 550 kg par tème de traitement anaérobie des MOTS d'une capacité
ménage par année, là où les matières recyclables ont été de 10 000 tonnes par année. Une aire de service peut
triées à la source et où les matières comme les déchets inclure une seule municipalité ou un groupe de collec-
volumineux sont retirées du flux de déchets avant la tivités urbaines et rurales travaillant ensemble. Le nom-
livraison au digesteur anaérobie. Le tableau prend égale- bre réel de ménages requis dans une aire de service
ment pour hypothèse que la taille moyenne des ménages pourrait dépendre des facteurs suivants :
est de 2,7 personnes au Canada (sur la base d'une popu- ■ Le nombre de logements unifamiliaux;

lation de 28,8 millions et de 10,82 millions de ménages).

C APACITÉS DU DIGESTEUR ANAÉROBIE REQUISES POUR DES MATIÈRES TRAITÉES ET


T ABLEAU 4.1
DES TAILLES DE MUNICIPALITÉ DIFFÉRENTES ( TONNES PAR ANNÉE – TPA )

Ménages servis Matière traitée Capacité d'installation (tpa) Population servie

40 000 MOTS 10 000 110 000


18 000 Déchets solides municipaux mélangés 10 000 50 000

200 000 MOTS 50 000 550 000


90 000 Déchets solides municipaux mélangés 50 000 250 000

400 000 MOTS 100 000 1,1 million


180 000 Déchets solides municipaux mélangés 100 000 500 000

216 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Si les logements plurifamiliaux et les commerces ■ Les économies possibles découlant de l'élimination
locaux doivent ou non être mis à contribution dans évitée et qui pourraient être réalisées grâce à la
la séparation des matières organiques; réduction des déchets envoyés à l'élimination après la
■ La quantité moyenne de MOTS déposées en bordure mise en place d'un système de traitement anaérobie.
des rues aux fins de la collecte, chaque année.
Coûts d'investissement : les économies d'échelle
La mise en place d'un programme de digestion favorisent les grandes installations lorsque l'on compare
anaérobie des déchets solides municipaux mélangés les coûts d'investissement établis sur la base de la
exigerait une aire de service beaucoup plus petite, car la capacité prévue par tonne. Les estimations incluent
quantité de déchets ramassés auprès de chaque logement le coût des réacteurs de digestion, les bâtiments et
est supérieure à celle qui est recueillie pour un système l'équipement de pré-traitement (voir le tableau 4.2 à
de MOTS. Selon les conditions locales de gestion des la page 218).
déchets de toute municipalité donnée, on peut prévoir Les coûts d'investissement du matériel de traite-
qu'une aire de service comptant une population d'envi- ment des déchets solides municipaux et des MOTS
ron 50 000 (18 000 ménages) produira suffisamment de sont comparables. Un programme municipal pro-
matières pour alimenter une installation d'une capacité duisant 100 000 tonnes par année de MOTS exige
de 10 000 tonnes par année pouvant traiter les déchets un réacteur capable de digérer environ 80 000 à
solides municipaux mélangés, à l'exclusion des déchets 90 000 tonnes par année, après élimination des résidus,
volumineux (voir le tableau 4.2 à la page 218). alors qu'une production de 100 000 tonnes par année
de déchets solides municipaux mélangés exige un réac-
Coûts teur capable de digérer environ 70 000 à 80 000 tonnes
par année, après élimination des résidus. L'installation
Coûts nets de système : en raison de l'insuffisance de traitement des déchets solides municipaux mélangés
générale d'expérience de la digestion anaérobie en exigera un réacteur de plus petite taille ainsi qu'un
Amérique du Nord, il est difficile d'estimer les coûts nets investissement plus important en capital de pré-
de système sur la base de l'expérience pratique ici même. traitement et en coûts d'exploitation.
Selon des conversations avec des fabricants de systèmes En règle générale, les coûts d'investissement pour
de traitement anaérobie, il est possible d'établir un mod- un système humide sont comparables aux coûts de con-
èle de coût approximatif pour des installations de diges- ception d'un digesteur anaérobie à sec. Un digesteur
tion thermophile à sec à une phase en calculant le coût anaérobie humide nécessite un réacteur plus gros et,
des composantes opérationnelles. Celles-ci comprennent par conséquent, plus cher parce que la grande quantité
: le niveau approximatif de l'investissement de capitaux d'eau ajoutée au flux de déchets organiques à la récep-
requis pour l'équipement de digestion anaérobie et le tion augmente le volume de matières à digérer. Le coût
bâtiment, les dépenses annuelles d'exploitation, les coûts plus élevé du réacteur peut être contrebalancé par les
en capital annualisé, les revenus projetés de la vente du coûts relativement moindres de l'équipement de manu-
digestat fini et de l'énergie. tention. Les digesteurs anaérobie à sec exigent un
Il importe de noter les principales hypothèses équipement plus robuste pour traiter la matière traitée
touchant ce qui est et ce qui n'est pas inclus dans le cal- organique volumineuse à l'état sec. Toutefois, la tech-
cul des budgets de planification. Les postes budgétaires nologie humide nécessite également une charge
suivants n'ont pas été inclus dans le calcul des coûts parasite d'énergie plus grande (l'énergie requise pour
effectué pour le présent recueil, mais il faut en faire un les usages internes de l'installation) et offre moins
examen attentif : d'énergie disponible pour l'exportation. Certaines de
■ L'achat et la préparation du terrain viabilisé; ces hypothèses peuvent être vérifiées dans un digesteur
■ Les coûts liés à la mise en œuvre d'un programme de anaérobie humide dont l'exploitation a commencé
collecte des MOTS en bordure des rues; en septembre 2001 à la station de transfert Dufferin
■ Le coût d'achat et de distribution des bacs afin que de Toronto.
les résidants puissent stocker les MOTS;

Recueil des technologies relatives aux déchets 217


Les déchets solides, une ressource à exploiter
I NVESTISSEMENT PRÉVU ET COÛTS D ' EXPLOITATION POUR DES DIGESTEURS ANAÉROBIES
T ABLEAU 4.2
« GÉNÉRIQUES » ( CAPACITÉ PRÉVUE EN TONNES PAR ANNÉE )

Poste budgétaire 10 000 tpa 50 000 tpa 100 000 tpa


MOTS Déchets MOTS Déchets MOTS Déchets
solides solides solides
municipaux municipaux municipaux
CAPITAL

INVESTISSEMENT
DE CAPITAUX 10 000 000 $ 10 000 000 $ 22 000 000 $ 23 000 000 $ 33 000 000 $ 35 000 000 $
COÛTS D'INVESTISSE-
MENT/TONNE PRÉVUE 920 $ 990 $ 440 $ 465 $ 330 $ 350 $

COÛTS D'EXPLOITATION
NETS

INVESTISSEMENT
ANNUALISÉ 1 000 000 $ 1 100 000 $ 2 400 000 $ 2 600 000 $ 3 600 000 $ 3 800 000 $
DÉPENSES
D'EXPLOITATION 900 000 $ 900 000 $ 3 500 000 $ 3 200 000 . 6 600 000 $ 6 000 000 $
SOUS-TOTAL – COÛT
BRUT D'EXPLOITATION 1 900 000 $ 2 000 000 $ 5 900 000 $ 5 800 000 $ 10 200 000 $ 9 800 000 $

REVENU 300 000 $ 200 000 $ 1 500 000 $ 1 000 000 $ 3 000 000 $ 2 000 000 $
COÛTS ANNUELS NETS 1 600 000 $ 1 800 000 $ 4 400 000 $ 4 800 000 $ 7 200 000 $ 7 800 000 $
MÉNAGES SERVIS 40 000 . 18 000 . 200 000 . 90 000 . 400 000 . 180 000 .
COÛT/TONNE DE MATIÈRE
TRAITÉE 160 $ 180 $ 90 $ 100 $ 75 $ 80 $
COÛT/MÉNAGE/ ANNÉE 40 $ 100 $ 22 $ 54 $ 18 $ 44 $

Coûts annuels d'exploitation nets : les dépenses ■ Les coûts des options de MOTS excluent l'achat de
annuelles d'exploitation comprennent les coûts en véhicules et de bacs pour les ménages, des sacs et
capital annualisé, l'exploitation et l’entretien de l'installa- autres conteneurs de déchets utilisés pour la collecte
tion et du bâtiment, l'élimination des résidus et la matura- séparée du flux de MOTS.
tion du digestat. Les hypothèses suivantes ont été utilisées : ■ Les chiffres avancés pour chaque option de MOTS
■ Le coût du transfert et de l'élimination des résidus a incluent une estimation prévisionnelle de la capacité
été fixé par hypothèse à 55 $ la tonne. prévue de 7 $ la tonne pour l'élaboration, la produc-
■ Le coût de maturation se chiffre à 15 $ la tonne de tion et la dotation en personnel d'un programme de
digestat non fini dans une installation de compostage promotion et sensibilisation devant accompagner
en andains à ciel ouvert située à proximité du diges- toutes les modifications importantes apportées au
teur anaérobie de sorte que les coûts de transport système courant de collecte en bordure des rues des
sont minimes. déchets résidentiels de la municipalité.
■ Les installations de traitement des déchets solides

municipaux mélangés nécessitent des dépenses sup- Le coût annuel d'exploitation net pour la digestion
plémentaires afin de couvrir les coûts du tri manuel des déchets solides municipaux mélangés, en prenant
des matières traitées à l'arrivée. pour hypothèse une installation exploitée efficacement,

218 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
est d'environ 10 p. 100 plus élevé que pour une installa- hors site tout en récupérant une petite quantité de
tion de traitement des MOTS, en se basant sur des chaleur de l'échappement des moteurs et du système
flux de trésorerie annuels. Les coûts réels engagés peu- de refroidissement pour produire de la vapeur;
vent varier selon les conditions locales en matière ■ Brûler le méthane pour produire de la vapeur et
d'élimination et l'accès à prix compétitif aux entreprises générer une petite quantité d'électricité, pour la vente
du secteur privé offrant des services de traitement aérobie. hors site;
Revenus : les digesteurs anaérobies produisent ■ Transformer le méthane en gaz naturel comprimé
deux types de produits commercialisables pouvant (GNC) pour alimenter les véhicules légers et les
générer des revenus – le digestat fini (comme élément véhicules utilitaires lourds. Les véhicules alimentés
à mélanger pour obtenir un conditionneur de sol) et au GNC, notamment les autobus municipaux,
l'énergie excédentaire. Ces installations produisent offrent plusieurs avantages pour l'environnement, par
également un liquide riche en azote qui peut être uti- exemple, la réduction des niveaux de bruit ainsi que
lisé comme engrais, bien que la valeur marchande de des émissions moins polluantes comparativement
ce produit soit inconnue au Canada. aux véhicules alimenté au carburant diesel. Les
En prenant pour hypothèse que le produit d'une exploitants de véhicules alimentés au GNC ont aussi
installation de traitement des MOTS répond aux signalé que les frais d'entretien de ces véhicules
lignes directrices du CCME et des provinces quant à étaient de 40 à 50 p. 100 moins élevés qu'avec le
son utilisation sans restriction, on peut alors parler carburant diesel.
d'une valeur marchande de 25 $ la tonne pour la vente
du digestat fini selon l'expérience acquise par de nom- Le production de méthane excédentaire présup-
breuses municipalités canadiennes produisant des con- pose également que le méthane représente 55 p. 100
ditionneurs de sol dans des installations de compostage des gaz de fermentation de la biomasse (les 45 p. 100
aérobie. À ce prix, les possibilités de revenu moyennes qui restent étant principalement composés de dioxyde
mesurées sur la base des matières traitées à l'arrivée se de carbone) et que 20 p. 100 du gaz produit par le
chiffrent aux environs de 10 $ la tonne de MOTS à digesteur anaérobie est utilisé pour répondre à des
l'arrivée, en tenant pour acquis que l'installation roule besoins internes d'énergie. En se fondant sur ces
à pleine capacité. En ce qui concerne les installations hypothèses, un digesteur anaérobie assurant le traite-
traitant les déchets solides municipaux mélangés, une ment des MOTS pourrait produire une entrée continue
valeur marchande moyenne de 25 $ la tonne de digestat de fonds équivalant à environ 20 $ la tonne de matière
fini correspond à environ 6 $ la tonne de matière traitée à l'arrivée en supposant que le digesteur fonc-
traitée livrée à l'installation. Ces possibilités de revenu tionne à la capacité prévue. Les installations qui trait-
comparativement faibles découlent du taux de résidus ent les déchets solides municipaux mélangés devraient
plus élevé prévu pour cette matière traitée. Les possi- produire une entrée continue de fonds d'environ 15 $
bilités de revenu de tout conditionneur de sol fabriqué la tonne de matière traitée à l'arrivée.
à partir de digestat fini en provenance d'une installation
de traitement des déchets solides municipaux mélangés Coût estimatif net par ménage de la digestion
dépendent de la production d'un digestat qui soit con- anaérobie : le coût par ménage varie selon les systèmes
forme aux lignes directrices quant à son utilisation sans de MOTS, où seulement 250 kg par ménage par année
restriction. sont traitées par l'installation, et les systèmes de traite-
Il existe une deuxième source de revenus possibles, ment des déchets solides municipaux mélangés pour
soit la vente d'énergie excédentaire (voir la section 5). lesquels nous avons supposé que 550 kg par ménage par
Il y a essentiellement quatre débouchés : année sont traités dans le digesteur anaérobie et que peu
■ Épurer le biogaz pour en extraire le méthane, lequel de déchets doivent être enfouis.
peut ensuite être exporté et vendu comme produit de Les différences de coût touchant les installations
remplacement du gaz naturel; de traitement des MOTS sont frappantes au fur et à
■ Brûler le méthane dans un moteur à combustion mesure de l'accroissement de la taille des installations.
interne afin de produire de l'électricité pour la vente Il n'y a pas de différence de coût importante entre des

Recueil des technologies relatives aux déchets 219


Les déchets solides, une ressource à exploiter
digesteurs anaérobies dont la capacité se situe entre plupart des municipalités canadiennes, les déchets
50 000 et 100 000 tonnes lorsque l'on effectue les solides municipaux mélangés sont déposés en bordure
mesures par ménage (22 $ par ménage, par rapport des rues par les résidants des logements unifamiliaux
à 18 $ par ménage). On réalise de grandes économies et dans des bennes à rebuts pour les logements plurifa-
d'échelle dans le cas des installations dont la capacité se miliaux et les petits établissements commerciaux.
situe entre 10 000 et 50 000 tonnes. Des économies Comme la séparation des matières s'effectue à l'installa-
d'échelle aussi importantes sont manifestes lorsque tion, les résidants ne sont pas tenus de modifier leurs
l'on passe d'un système de déchets mélangés habitudes.
(10 000 tonnes par année) desservant une collectivité Le programme de mise en place d'un système de
de 18 000 ménages (100 $ par ménage par année), à traitement des MOTS pourrait exiger d'importantes
une installation desservant 90 000 ménages (54 $ par modifications à l'actuel système de manutention des
ménage par année). Le fait de doubler la capacité de 50 déchets, quoiqu'une planification rigoureuse puisse en
000 à 100 000 tonnes par année donne lieu à une réduc- atténuer les effets. Au chapitre de la planification, le
tion de 20 p. 100 des coûts par ménage (de 54 $ à 44 $ principal défi consiste à déterminer la méthode la plus
par ménage). économique pour ajouter un nouveau service tout en
s'assurant que tous les systèmes de collecte sont com-
Facteurs influant sur la décision d’opter pour patibles avec les traitements en aval. Bien que la solu-
une technologie de traitement anaérobie tion la plus simple soit de mettre en route un parc de
véhicules spécialisés assurant les services de collecte
Il est difficile d'évaluer avec précision le coût de ces des MOTS en bordure des rues, les coûts d’investisse-
systèmes au Canada, mais les chiffres obtenus aux fins ment et les coûts annuels d'exploitation peuvent être
de la présente analyse (lesquels incluent les frais évités considérables.
d'élimination des déchets) indiquent que la digestion La collecte combinée représente une autre option.
anaérobie coûte plus cher que l'enfouissement. Dans La collecte en bordure des rues de deux flux de
une perspective économique élargie, le digesteur déchets ou plus a été mise en œuvre dans plusieurs
anaérobie peut représenter un appui à un bon municipalités canadiennes, notamment dans la
nombre d'objectifs visés par les politiques publiques, Municipalité régionale de Halifax (Nouvelle-Écosse)
notamment : et dans les Villes de St. Thomas et de Guelph, en
■ Dépendance réduite à l'égard des méthodes tradi- Ontario. Les caractéristiques particulières de chaque
tionnelles d'élimination des déchets, dont le coût programme municipal de collecte combinée varient
ne reflète peut-être pas toujours les effets environ- selon le nombre de tris à la source, le contenant fourni
nementaux plus généraux; aux ménages et la technologie dont sont dotés les
■ Développement d'applications en matière d'énergie véhicules, ce qui souligne l'importance de déterminer
de secours; et d'évaluer les options qui prennent en compte les
■ Conversion au gaz naturel des véhicules de collecte particularités politiques, sociales et financières de la
et de transfert; collectivité.
■ Production d'une énergie « verte »;

■ Évitement des GES produits dans un lieu Disponibilité des terrains


d'enfouissement; Un certain nombre de technologies font appel à un
■ Captage et utilisation des gaz pour remplacer les réacteur de digestion vertical de grande taille pouvant
combustibles non renouvelables. permettre de réaliser de bonnes économies en ce qui
a trait au terrain nécessaire. Certaines estimations
Digestion anaérobie et système de collecte existant donnent à penser qu'un réacteur d'une capacité de
La mise en place d'un système de traitement anaérobie 50 000 tonnes par année traitant un flux sec de déchets
des déchets solides municipaux mélangés peut exiger organiques devra occuper une superficie de 400 mètres
que l'on apporte quelques modifications à l'actuel sys- carrés tandis que la totalité des installations peuvent
tème de manutention des déchets municipaux. Dans la être mises en place sur 10 000 mètres carrés. D'autres

220 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
technologies utilisent des réacteurs modulaires hori- ■ Les digesteurs anaérobies produisent une certaine
zontaux d'une capacité de 10 000 tonnes par année, quantité d'eaux usées qui sont facilement traitées
chacun nécessitant environ 2 000 mètres carrés. Même en conformité avec les exigences réglementaires au
si un système modulaire offre de nombreux avantages – moyen des technologies actuellement disponibles.
notamment la facilité d'accroissement de la capacité –
les besoins d'espace peuvent être considérables. Incidences des gaz à effet de serre
L'aménagement d'une capacité de digestion de Les digesteurs anaérobies sont conçus de manière à
50 000 tonnes par année faisant appel à des unités favoriser la décomposition anaérobique rapide des
modulaires exigerait une superficie totale au sol d'envi- déchets solides. Le méthane ainsi obtenu (et les autres
ron 10 000 mètres carrés pour le réacteur, en plus des gaz) est utilisé comme source d'énergie, à partir de
autres usages du lieu, comme les chemins pour la circu- laquelle on récupère de l'électricité (et parfois de la
lation et le chargement/déchargement des camions, le vapeur). On ne dispose que de peu de renseignements
matériel de pré- et de post-traitement, la transfert des sur les émissions de GES et les puits résultant de la
matières et les marges de recul. digestion anaérobie des MOTS et autres déchets.
Catégories d'émissions de GES ou de puits/
compensations potentiels des digesteurs anaérobies :
E FFETS ENVIRONNEMENTAUX
■ Émissions de méthane;

La digestion anaérobie offre les avantages ■ Ressources remplacées par l'électricité;

environnementaux suivants : ■ Séquestration du carbone dans le sol. (Le processus

■ Le réacheminement des déchets organiques à l'écart anaérobie produit aussi des émissions de CO2, qui
des lieux d'enfouissement ou de l'incinération au profit ne sont cependant pas comptabilisées dans les inven-
d'une technologie où le potentiel de production de taires des émissions réalisés selon les protocoles et les
gaz des déchets est réalisé en trois semaines plutôt méthodes du Groupe d'experts intergouvernemental
qu'en 30 ans ou plus dans un lieu d'enfouissement; sur l'évolution du climat [GIEC] et dont il n'est donc
■ Le méthane produit par les digesteurs anaérobies pas tenu compte dans la présente analyse.)
est recueilli et traité dans le cadre d'une gestion Les digesteurs anaérobies sont conçus et exploités de
respectueuse de l'environnement pour être transformé manière à capter le méthane et il est donc raisonnable de
en CO2, un gaz moins dommageable que le méthane présumer que les émissions de méthane sont négligeables.
en tant que GES; L'incidence de la séquestration du carbone dans le
■ Le méthane produit par un digesteur est utilisé sol dans les calculs visant les émissions de la digestion
comme combustible; si, de cette manière, il permet de anaérobie sont tirés du rapport d'Environnement
remplacer le pétrole, le gaz naturel ou le charbon, il Canada de 2001 (Determination of the Impact of Waste
offre de considérables avantages au chapitre des GES; Management Activities on Greenhouse Gas Emissions). Une
■ Les digesteurs anaérobies occupent peu d'espace et fois les déchets solides municipaux digérés en anaéro-
ne causent donc pas de perturbation importante en biose, les digesteurs anaérobies utilisent le compostage
ce qui concerne les terrains; aérobie statique afin de stabiliser davantage les matières
■ La digestion anaérobie de déchets organiques organiques. Le compost ainsi obtenu peut ensuite être
municipaux réduit les besoins d’espace d'enfouisse- épandu sur les sols comme amendement. Les hypothèses
ment et préserve ce même espace pour d'autres utilisées pour estimer les répercussions des GES de la
déchets présentant des options de réacheminement digestion anaérobie sont les suivantes :
moins viables, ce qui réduit les effets de déplace- ■ En ce qui concerne les résidus de jardin, la teneur en

ment sur l’environnement attribuables au lieu carbone résiduel restant après la séquence de digestion
d’enfouissement; anaérobie/aérobie est identique à la teneur en carbone
■ Les déchets organiques sont stabilisés à l'extérieur résiduel après le compostage centralisé (précédem-
du lieu d'enfouissement, réduisant ainsi les effets ment estimée dans diverses études de l'USEPA).
sur la production et la qualité du lixiviat du lieu ■ Parce que ni le papier journal ni les résidus de jardin

d'enfouissement; ne génèrent beaucoup de méthane, leurs avantages en

Recueil des technologies relatives aux déchets 221


Les déchets solides, une ressource à exploiter
ce qui concerne le carbone dans le sol dépassent les tées par les fournisseurs variaient de 15 à 20 p. 100 de
émissions de dioxyde de carbone évitées au moyen la production d'énergie interne requise pour répondre
des ressources remplacées par l'électricité et issues de aux besoins internes, et jusqu'à 80 p. 100 pour l'expor-
la digestion anaérobie. tation ou la vente.
Lorsque les digesteurs anaérobies produisent de
l'électricité, ils peuvent compenser pour la consomma- Effets sur le réacheminement des déchets
tion de combustibles fossiles utilisés dans d'autres
unités de production d'électricité. Dans le but d'éva- Théoriquement, la digestion anaérobie peut être
luer l'incidence de l'efficacité énergétique, des filières appliquée à toute partie biodégradable des flux de
d'énergie renouvelable ou des autres compensations, déchets urbains. Si l'on compte le papier, les aliments,
le Canada a pour politique de présumer que la source les feuilles mortes et les résidus de jardin, la partie
d'énergie marginale remplacée par les génératrices (par biodégradable totale des flux de déchets traités par
suite de l'utilisation du gaz produit par les digesteurs les municipalités canadiennes correspond à plus de
anaérobies) est le gaz naturel. Les principales étapes de 60 p. 100. La quantité réellement réacheminable
l'évaluation de l'ampleur des ressources remplacées par dépend du système utilisé pour ramasser et envoyer
l'électricité sont les suivantes : les déchets au digesteur, combiné à la disponibilité du
■ Estimer le rendement du méthane dans les digesteurs marché d'utilisation finale. Les systèmes de MOTS
anaérobies, en fonction des diverses matières; fournissent une matière traitée plus propre (moins de
■ Estimer l'efficacité de la conversion (ou la consomma- 10 p. 100 de contamination), et des marchés hauts de
tion spécifique de chaleur) de méthane en électricité. gamme sont disponibles pour absorber les matières
finies. Les flux de déchets mélangés sont davantage
Le biogaz issu des digesteurs anaérobies est contaminés par des matières non biodégradables
amélioré en vue de son utilisation à des fins énergé- (jusqu'à 30 p. 100), et le compost fini obtenu peut ne pas
tiques par l'élimination de l'humidité, du CO2 et des être facilement absorbé par les marchés hauts de gamme.
autres sous-produits. Ce gaz peut être utilisé pour
remplacer le gaz naturel, ou bien dans les chaudières Effets sur les rejets d'eaux usées
produisant de l'eau chaude et de la vapeur pour les
procédés industriels, ou bien pour produire de l'élec- Bien qu'elles soient fortement concentrées, les eaux
tricité. Il faut de l'énergie pour mener à bien le proces- usées produites par les digesteurs anaérobies sont
sus (chauffage, mélange, séchage, etc.) et cette énergie facilement traitées sur place au moyen des technologies
provient habituellement du biogaz. Les valeurs présen- actuellement disponibles afin de respecter les exigences

RÉDUCTIONS DES ÉMISSIONS DE GES D'UNE INSTALLATION DE DIGESTION ANAÉROBIE


T ABLEAU 4.3
DE 10 000 TONNES/AN AVEC ET SANS SÉQUESTRATION DU CARBONE (TONNES ECO2/ANNÉE)
F LUX DE DÉCHETS TRAITÉS

MOTS Déchets solides


municipaux mélangés

SANS SÉQUESTRATION DU CARBONE 1 730 1 550

AVEC SÉQUESTRATION DU CARBONE 1 840 1 865

Réduction des émissions de eCO 2 en tonnes/an d'un digesteur anaérobie de 100 000 tonnes/an, pour le traitement
des MOTS et des déchets mélangés, incluant et excluant l'incidence de la séquestration du carbone.

222 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
réglementaires types des villes canadiennes touchant ■ Conditions du marché local – L'accès aux acheteurs poten-
l'utilisation des égouts. tiels et un système de distribution, de même que les
On estime qu'un digesteur anaérobie d'une capacité prix locaux du méthane, de la vapeur et de l'électricité
de 10 000 tonnes par année rejetterait 9 m3 par jour exerceront une influence sur les possibilités de revenu.
d'eaux usées si une technologie de digestion anaérobie
à sec est utilisée et 17 m3 par jour avec une technologie En ce qui concerne les MOTS et les déchets
humide. Ce sont les digesteurs anaérobies à sec qui pro- solides municipaux mélangés, la production déclarée
duisent généralement les plus grandes quantités d'eaux de biogaz des digesteurs anaérobies est de l'ordre de
usées en raison de l'extraction de l'humidité de la 100 à 110 mètres cubes de biogaz par tonne de matière
matière première. Dans les digesteurs anaérobies traitée à l'arrivée. Pour toute collectivité donnée, l'esti-
humides, l'humidité est ajoutée afin de faciliter le proces- mation des taux de production nécessite une évaluation
sus de digestion. Toutefois, les eaux usées résultant du détaillée afin de pouvoir estimer la quantité de matière
procédé de déshydratation sont recirculées dans l'instal- organique digestible dans le flux de déchets local et, par
lation afin d'être réutilisées dans le flux de déchets d'ar- conséquent, les possibilités de production de biogaz.
rivée; les quantités rejetées sont relativement faibles. Une bonne évaluation exige une analyse technique
et financière approfondie des conditions du marché
R ÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES
local. Par exemple, les raccordements au système élec-
trique, à la tuyauterie de vapeur ou d'eau chaude, aux
La digestion anaérobie est un processus de production conduites de biogaz et aux conduites de gaz naturel
nette d'énergie. Les besoins énergétiques (charge para- sont possibles, mais exigent un examen fouillé afin d'en
site) internes de l'installation correspondent à environ tirer un efficacité énergétique optimal. Cet exemple
20 p. 100 de l'énergie produite dans le cas des technolo- considère que la vente de méthane est faite à un client
gies de digestion anaérobie à sec, et à environ 50 p. 100 industriel à proximité du digesteur anaérobie. On pré-
dans le cas des technologies de traitement anaérobie sume que la valeur marchande du méthane se chiffre à
humides. Dans les deux cas, l'excédent d'énergie 45 cents le mètre cube, ce qui comprend un prix de
disponible pour l'exportation sous forme de substitut 28 cents le mètre cube, plus des coûts évités de trans-
du gaz naturel ou sous d'autres formes est considérable. mission du gaz naturel de 17 cents le mètre cube (les
L'estimation de la valeur potentielle de l'énergie deux chiffres sont des indicatifs des prix pratiqués à
excédentaire dépend de nombreuses variables, Toronto en date de décembre 2001). S'il n'est pas
notamment : possible de conclure un contrat de vente avec un client
■ Sélection des matières traitées (ou matières premières) – industriel à proximité du digesteur anaérobie, des
Les MOTS renferment une plus forte proportion coûts de transmission devront vraisemblablement être
de déchets organiques facilement digérés, mais les engagés, réduisant par le fait même les possibilités de
déchets mélangés contiennent davantage de papier revenu du digesteur anaérobie.
qui, selon la qualité, est aussi une source digestible de La production de méthane excédentaire présume
gaz (p. ex., les papiers fins sont facilement digestibles également que le méthane correspond à 55 p. 100 du
et sont de grands producteurs de gaz). gaz de fermentation de la biomasse (les 45 p. 100 qui
■ Variations saisonnières – Le printemps et l'été restent étant surtout constitués de dioxyde de carbone)
génèrent principalement des feuilles mortes et des et que 20 p. 100 du gaz produit par le digesteur anaéro-
résidus de jardin, deux types de déchets organiques bie est utilisé afin de répondre aux besoins internes
qui ne se décomposent pas facilement et qui peuvent d'énergie. Sur la base de ces hypothèses, un digesteur
réduire le taux de production de biogaz. anaérobie traitant les MOTS pourrait produire un
■ Fonctionnement de l'installation – Les taux annuels flux de revenus équivalant à environ 20 $ la tonne de
élevés de production de biogaz dépendent de matière traitée à l'arrivée en supposant que l'installa-
l'efficacité du réacteur de digestion. tion tourne à la capacité prévue. On peut s'attendre à

Recueil des technologies relatives aux déchets 223


Les déchets solides, une ressource à exploiter
ce qu'une installation traitant les déchets solides de la qualité du compost au terme du processus
municipaux mélangés génère, grâce au biogaz, une de digestion des déchets mélangés.
entrée continue de fonds d'environ 15 $ la tonne de À grande échelle, la digestion anaérobie des
matière traitée à l'arrivée. déchets solides municipaux ou des MOTS n'a pas
encore fait ses preuves. De grandes installations sont
Leçons apprises actuellement en construction en Europe et il serait
prudent de les observer.
À l'exception de l'installation de CCI dans la Ville de Pour tout programme de réacheminement des
Newmarket (Ontario) et de l'usine SUBBOR de la déchets organiques, certaines leçons importantes sont
Ville de Guelph (Ontario), il n'existe aucune expérience à retenir :
en digestion anaérobie des MOTS ou des déchets ■ Établir des cibles mesurables pour évaluer la per-
solides municipaux mélangés en Amérique du Nord. formance globale du programme;
Divers fournisseurs européens ont exploité avec ■ Prévoir les variations saisonnières des matières
succès des digesteurs anaérobies traitant entre 10 000 ramassées et choisir la capacité de l'installation de
et 20 000 tonnes par année de MOTS. Les conceptions traitement en conséquence;
ont été modifiées selon l'expérience d'exploitation. ■ Envisager l'application de règlements exigeant la par-
Dernièrement, ces fournisseurs ont commencé à cons- ticipation obligatoire et l'engagement d'agents d'exé-
truire des installations de plus grande envergure, d’une cution de la loi afin de promouvoir le programme et
capacité de l'ordre de 50 000 tonnes par année (p. ex., d'aider à maximiser le taux de participation;
Valorga possède une usine de cette capacité à Tilburg, ■ Envisager la mise en place d'un système de col-
aux Pays-Bas; DRANCO a agrandi dernièrement lecte pilote afin d'évaluer les taux de récupération
son usine initiale de Brecht, en Belgique, pour traiter possibles des MOTS. Cette information peut
50 000 tonnes par année). Le temps dira si ces installa- ensuite être utilisée pour rajuster les hypothèses
tions fonctionneront avec succès. de planification au sujet de la capacité prévue de
Ces installations peuvent-elles traiter les déchets l'installation;
mélangés de façon efficace? Une différence fondamen- ■ Créer un comité organisateur formé de bénévoles
tale entre l'Europe et le Canada réside dans le fait que afin d'obtenir l'appui et la participation du public;
les usines européennes ne dépendent pas des revenus ■ Des ateliers libres chargés de diffuser l'information
de compostage. Dans pratiquement tous les cas, le sur les nouveaux programmes de collecte ont été
compost est donné aux agriculteurs ou aux entreprises organisés dans une collectivité canadienne, mais n’ont
de mélange des sols. Les installations canadiennes ont pas donné les résultats escomptés;
besoin des revenus de compostage pour assurer la via- ■ Comparer soigneusement la digestion anaérobie des
bilité économique des digesteurs anaérobies, et de MOTS au compostage des MOTS.
nombreuses questions demeurent sans réponse au sujet

224 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 4.4 C ARACTÉRISTIQUES DE LA DIGESTION ANAÉROBIE

Paramètre Sommaire

Décomposition des déchets organiques biodégradables en l'absence d'oxygène


DESCRIPTION (anaérobie) pour produire du méthane, du dioxyde de carbone, de l'eau et un
digestat (qui est composté). Le processus de digestion anaérobique peut être
humide ou à sec

PERFORMANCE GLOBALE Le procédé peut réacheminer la totalité ou la majeure partie des matières
organiques et biodégradables (aliments, résidus de jardin, certains papiers)

CARACTÉRISTIQUES La digestion anaérobie est un système de pointe qui exige des opérateurs
COMMUNAUTAIRES techniques qualifiés. Convient le mieux aux régions urbaines suffisamment
grandes et comptant entre 18 000 et 40 000 ménages au minimum pour justifier
la construction du système

COÛTS Exige la construction d'une installation d'une capacité minimale de 10 000 tonnes
par année

Les coûts diminuent énormément à une capacité d’environ 50 000 tonnes par année

Les plus grandes économies d'échelle sont réalisées pour une capacité de
100 000 tonnes par année (déchets mélangés de 180 000 ménages ou déchets triés
à la source de 400 000 ménages)

FACTEURS AYANT UNE Disponibilité de l'énergie locale


INFLUENCE SUR L'ACQUISITION

TECHNOLOGIES NOUVELLES Les méthodes pour assurer la digestion des déchets mélangés de façon efficace
ET ÉMERGENTES sont actuellement sous examen

EFFETS ENVIRONNEMENTAUX Permet de détourner les déchets organiques des lieux d'enfouissement en
minimisant la production de lixiviat acide et de méthane

Produit du méthane dans des conditions contrôlées, comme source d'énergie, en


remplaçant d'autres sources d'énergie

RÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES Producteur net d'énergie, dont 50 p. 100 (procédé humide) à 80 p. 100 (procédé à
sec) disponible pour exportation

LEÇONS APPRISES Les installations d'une capacité de 10 000 à 20 000 tonnes par année de matières
organiques triées à la source fonctionnent bien en Europe. En ce qui concerne
les installations de plus grande envergure actuellement en exploitation, on ne
possède que peu de renseignements sur les résultats obtenus

Recueil des technologies relatives aux déchets 225


Les déchets solides, une ressource à exploiter
5
SECTION

Traitement thermique

Description générale viennent pas à l’équipement de traitement thermique.


Une installation de traitement/destruction ther-

L es technologies thermiques utilisent des tempéra-


tures élevées pour traiter les déchets, afin de
réduire leur volume ou de les stabiliser, ainsi que pour
mique se compose généralement des éléments suivants :
■ Un matériel de traitement physique (mécanique et

manuel) destiné à récupérer les matières recyclables


récupérer une partie de l’énergie et des matières réuti- contenues dans le flux de déchets entrant;
lisables qu’ils contiennent. Bien que les technologies ■ Un équipement de traitement/destruction

thermiques soient utilisées surtout pour traiter les thermique (p. ex., une chambre de combustion ou
déchets ayant un certain pouvoir calorifique, elles peu- de gazéification);
vent également servir à traiter la plupart des autres ■ Un système de récupération de la chaleur et/ou

déchets. D’autres matériaux, comme le verre et les de l’énergie;


métaux, n’ont pas de pouvoir calorifique et sont ■ Un système de contrôle de la pollution de l'air;

généralement recueillis dans le cadre d’un programme ■ Un système de gestion des cendres.

de recyclage séparé. Les déchets volumineux (sofas,


réfrigérateurs, etc.) sont triés à la source et ne par-

TABLEAU 5.1 E XEMPLES D ’ APPLICATION DES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT /


DESTRUCTION THERMIQUE AU C ANADA
Technologie Détails
INCINÉRATEUR À Exemple canadien GM Autoplex, Oshawa (Ontario)
FOUR ROTATIF
Capacité 50 t/j

Coûts d’investissement 125 à 150 $/t


et d’exploitation

Effets environnementaux La qualité des cendres doit être contrôlée en retirant les matières non
combustibles ou trop volumineuses du flux de déchets

Répercussions Bien que la récupération de chaleur soit possible, une étude économique
énergétiques est recommandée pour faciliter la prise de décision concernant les
investissements

Caractéristiques Installation généralement applicable à des municipalités d’environ


communautaires 25 000 ménages

Autres aspects L’installation traite des déchets solides non dangereux, du type de ceux
rencontrés dans les programmes de collecte à trois flux de déchets
résidentiels municipaux. Les coûts d’exploitation et d’entretien sont plus
élevés que pour les technologies classiques de traitement

226 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
TABLEAU 5.1 E XEMPLES D ’ APPLICATION DES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT /
DESTRUCTION THERMIQUE AU C ANADA ( SUITE )
Technologie Détails
INCINÉRATION DE Exemple canadien Burnaby Incinerator, Burnaby (Colombie-Britannique)
DÉCHETS NON
CONDITIONNÉS Capacité 720 t/j

Coûts d’investissement 65 $/t


et d'exploitation

Effets environnementaux Cette installation satisfait largement aux exigences actuelles et aux nouvelles
lignes directrices proposées par le CCME pour la concentration en métaux et
en matières organiques des émissions

Répercussions Le rendement de l’installation est excellent, car la vapeur produite est utilisée, en
énergétiques remplacement du gaz naturel, par une installation voisine de recyclage de papier

Caractéristiques Installation généralement applicable à de grandes municipalités, de


communautaires 250 000 ménages ou plus

Autres aspects Technologie bien établie, datant de plus de 50 ans. T echnologie de pointe pour
les grandes installations

INCINÉRATEUR À Exemple canadien KMS, Brampton (Ontario)


ATMOSPHÈRE
RARÉFIÉE Capacité 140 t/j
(à double étage
de combustion) Coûts d’investissement 100 $/t
et d'exploitation
Alimentation en
continu Effets environnementaux Le système de contrôle de la pollution de l'air associé à cette installation a
régulièrement fait l’objet d’améliorations technologiques sophistiquées. De ce
fait, l’installation bénéficie d’un fort soutien de la part de la municipalité hôte

Répercussions La récupération de chaleur pourrait être avantageuse sur le plan économique.


énergétiques Une étude économique est toutefois recommandée

Caractéristiques Installation généralement applicable à des localités de 5 500 à 20 000 ménages,


communautaires mais capable de servir des collectivités plus grandes en augmentant le nombre
des unités de traitement

Autres aspects Usage intensif. Technologie bien connue et stable. Installation sensible aux
conditions d'exploitation

INCINÉRATEUR À Exemple canadien EcoWaste Solutions, Burlington (Ontario)


ATMOSPHÈRE
RARÉFIÉE Capacité 0,5 à 3 t/j
(à double étage
de combustion) Coûts d’investissement 72 à 200 $/t
et d'exploitation
Alimentation en
discontinu Effets environnementaux Le temps de séjour prolongé des déchets dans l’unité de traitement conduit à
une bonne qualité de cendres. Toutefois, il est probable que des équipements
additionnels de contrôle de la pollution de l’air seront exigés dans l’avenir pour
satisfaire aux futurs règlements sur les émissions dans l’atmosphère. Comme
autre solution, des programmes de sensibilisation communautaire pourraient
fixer comme objectif de retirer le plus possible de polluants précurseurs du
flux de déchets entrant

Répercussions Compte tenu de la faible taille de l’installation, la production d’électricité


énergétiques n’est en général pas économique. La récupération de chaleur visant à fournir
de l’énergie thermique à des complexes industriels voisins de l’installation
pourrait être une solution viable

(suite à la page 228)

Recueil des technologies relatives aux déchets 227


Les déchets solides, une ressource à exploiter
TABLEAU 5.1 E XEMPLES D ’ APPLICATION DES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT /
DESTRUCTION THERMIQUE AU C ANADA ( SUITE )
Technologie Détails
Alimentation en Caractéristiques Installation applicable à de petites municipalités d’environ 2 500 ménages
discontinu communautaires
(suite)
Autres aspects Usage intensif
Technologie bien connue

Exemple canadien Enerkem, Sherbrooke (Québec)


LIT FLUIDISÉ
Capacité Présentement de 0,1 à 3,5 t/j (capacité de l’installation européenne : 100 t/j)

Coûts d’investissement Non disponibles


et d'exploitation

Effets environnementaux Nets avantages possibles sur le cycle de vie environnemental, grâce
à la récupération des ressources

Répercussions Des avantages notables peuvent résulter de l’utilisation du gaz synthétique,


énergétiques y compris dans les piles à combustible

Caractéristiques Installation généralement applicable à de petites municipalités de


communautaires 5 500 à 20 000 ménages

Autres aspects Tests à l’échelle préindustrielle terminés pour l’installation de Sherbrooke.


Capacités d’expansion et d’acceptation de déchets solides municipaux
démontrées pour les applications présentes et futures. Les conditions
d’établissement de redevances spécifiques à l’énergie et de redevances
de déversement au lieu d’enfouissement nécessitent d’être examinées

PRODUCTION DE Exemple canadien HUWS, Caledon (Ontario)


COMBUSTIBLE
DÉRIVÉ DES Capacité 10 à 30 t/j
DÉCHETS
Coûts d’investissement Non disponibles
et d'exploitation

Effets environnementaux Nets avantages possibles sur le cycle de vie environnemental, dus au rem-
et effets sur la consom- placement des combustibles traditionnels souvent utilisés dans les usines
mation d'énergie exigeant de hautes températures, p. ex., dans les fabriques de ciment

Autres aspects Aucune application commerciale définie pour le combustible dérivé des
déchets produit par l’installation actuelle

PYROLYSE/ Exemple canadien Enerkem, Sherbrooke (Québec)


GAZÉIFICATION
Commentaires Se reporter à Enerkem – Lit fluidisé, ci-dessus

TECHNIQUE DE Exemple canadien RCL, Ottawa (Ontario)


L'ARC SOUS
PLASMA Commentaires Pour l’instant, cette technologie n’a conduit qu’à des applications de faible
envergure pour le traitement de flux de déchets sélectionnés. La capacité
d’extension de cette technologie au traitement de flux de déchets solides
municipaux reste à confirmer

RÉDUCTION Exemple canadien Eli Eco Logic, Rockwood (Ontario)


THERMOCHIMIQUE
Commentaires Aucune application commercialement viable de cette technologie n’a
encore été démontrée pour le traitement des déchets solides municipaux

228 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
D’une façon générale, les installations de traite- les molécules de carbone/hydrogène en dioxyde de car-
ment/destruction thermique sont conçues pour répondre : bone et en eau, soit réduits pour convertir les molécules
■ À des besoins locaux; de carbone/hydrogène en éléments plus simples, tels
■ Aux besoins des consommateurs d’énergie; qu’huiles, monoxyde de carbone et gaz hydrogène. Dans
■ Aux exigences réglementaires en vigueur (en particulier les deux cas, les matières qui subsistent dans les déchets
aux normes concernant les émissions dans l’atmosphère). sont considérablement réduites en volume (certaines
d’entre elles sont même converties de l’état solide à
Pour réduire le volume des déchets, les stabiliser l’état gazeux) et sont de composition chimique plus
physiquement/chimiquement et récupérer l’énergie et simple et plus stable. Par conséquent, les matières
les matières recyclables avant la destruction thermique, résiduelles qui résultent du traitement thermique sont
les opérations suivantes sont nécessaires : plus faciles à éliminer dans des lieux d’enfouissement.

Pré-traitement des déchets et contrôle du Récupération d'énergie


débit d’alimentation
Les déchets solides municipaux contiennent une
Les déchets entrants sont d’abord inspectés pour énergie thermique considérable. Non apprêtés et non
isoler les déchets inacceptables, p. ex., les matières traités, ces déchets ont un pouvoir calorifique d’environ
dangereuses ou trop volumineuses, puis mélangés pour 12 giga-joules/tonne (5 500 Btu/lb). L’énergie ther-
obtenir un ensemble physiquement et chimiquement mique contenue dans cinq tonnes de déchets, une fois
homogène et de pouvoir calorifique uniforme. Les libérée par traitement/destruction thermique, puis
déchets peuvent être traités mécaniquement, p. ex., recaptée et convertie en électricité, peut suffire aux
déchiquetés et criblés, afin d’obtenir une grosseur uni- besoins annuels en énergie électrique d’une maison
forme, de protéger leur intégrité et de tirer le maxi- canadienne typique. La valeur réelle du pouvoir calori-
mum de profit des capacités offertes par la technologie fique de ces déchets dépend de leur composition, qui
de traitement thermique utilisée. Les déchets entrants elle-même dépend de la façon selon laquelle les déchets
peuvent être également triés mécaniquement ou sont recueillis et livrés à l’installation de traitement,
manuellement dans le but de récupérer les matières ainsi que du niveau de pré-traitement auquel ils ont été
recyclables qui n’ont pas été recueillies par le biais des soumis pour en extraire les matières inertes et les
programmes de récupération à la source. Une fois pré- matières à forte teneur en humidité.
traités, les déchets sont transportés vers l’équipement Pour illustrer ce point, considérons la différence
de traitement/destruction thermique. Il est nécessaire entre un volume de résidus de jardin (composés princi-
de contrôler soigneusement le débit d’entrée des palement d’herbe tondue après une semaine de pluie)
déchets, souvent grâce à des mesures automatisées de et le même volume de déchets provenant d’une galerie
poids/volume, pour préserver et optimiser la capacité marchande (déchets composés principalement de
de traitement des équipements situés en aval matières plastiques provenant d’établissements de
(équipements thermiques, systèmes de contrôle de la restauration rapide). Dans ce dernier cas, les matières
pollution de l'air, systèmes de récupération d’énergie et plastiques non recyclables accumulées annuellement,
de production d’électricité). dans une municipalité d’un million d’habitants par
exemple, seraient suffisantes pour alimenter en com-
Traitement/destruction thermique bustible une centrale électrique de cinq mégawatts, en
supposant un rendement de récupération/conversion
Les déchets sont traités et/ou détruits à haute tempéra- d’énergie de 37 p. 100.
ture sous diverses conditions chimiques (concentra- Les systèmes classiques de récupération d’énergie
tions variables en oxygène principalement). C’est la thermique comportent une chaudière à vapeur.
température qui régit les diverses transformations L’énergie thermique libérée par les déchets est transfor-
physico-chimiques des déchets. Les déchets sont mée sous forme de vapeur dans la chaudière, puis con-
habituellement, soit rapidement oxydés pour convertir vertie en électricité par un groupe turbo-alternateur.

Recueil des technologies relatives aux déchets 229


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Ces systèmes ont généralement un rendement de ■ Destruction des traces de matière organique, p. ex.,
récupération/conversion d’énergie de 20 à 30 p. 100. les dioxines et les furannes, et/ou prévention de la
La vapeur d’eau et/ou l’eau chaude produite peut aussi formation de nouvelles substances, en traitant, p. ex.,
être directement utilisée par un système de chauffage les déchets à des températures supérieures à 1 000 ºC
urbain ou par des procédés de fabrication industrielle. à 1 200 ºC et en prévenant la formation de chlore à
Au cours de ces dernières années, l’utilisation de tur- l’état libre en choisissant des conditions de réduction
bines à gaz à cycle combiné (où les gaz de combustion sous faible concentration d’oxygène;
fournissent de l’énergie à une turbine à gaz et où, en ■ Captage d’éléments (dépoussiérage par sacs filtrants
même temps, la chaleur excédentaire est récupérée et adsorption sur charbon activé et/ou en réacteur
pour alimenter en énergie thermique une turbine à catalytique);
vapeur) a permis d’améliorer considérablement l’effi- ■ Collecte de poussières (dépoussiérage par sacs
cacité énergétique. Les technologies récentes, comme la filtrants ou par filtres électrostatiques).
technologie de gazéification et la technologie des tur-
bines à gaz à cycle combiné, permettent de réaliser des Les systèmes de contrôle de la pollution de l'air
rendements énergétiques de 40 à 60 p. 100. Dans cer- comportent des dispositifs qui permettent de surveiller
taines technologies de gazéification, on peut utiliser continuellement ou périodiquement les émissions pol-
le gaz synthétique produit pour alimenter des moteurs luantes et de réagir si le niveau de pollution dépasse les
à combustion interne ou des piles à hydrogène. valeurs prescrites par la réglementation environnemen-
Lorsqu’on utilise le combustible dérivé des déchets tale. Les systèmes modernes de contrôle de la pollution
pour alimenter des installations thermochimiques sont capables de réagir sur le système de contrôle du
industrielles existantes, pour la production de clinker débit d’alimentation des déchets, sur les équipements
dans les fours à ciment par exemple, on peut obtenir de traitement/destruction thermique et sur les
des rendements énergétiques de plus de 80 p. 100. équipements de conversion/récupération d'énergie de
l’installation. Dans ces conditions, toute variation
Contrôle de la pollution de l'air d’émission en dehors de la valeur prescrite est automa-
tiquement détectée et corrigée conformément aux
On utilise un système de contrôle de la pollution de l'air normes de réglementation.
pour traiter les produits gazeux (habituellement les gaz
de combustion) émis par les équipements de traite- Gestion des cendres
ment/destruction thermique. La configuration du sys-
tème dépend de la composition des déchets reçus, de la Les résidus solides qui subsistent après le traitement
technologie de traitement/destruction utilisée et de la ou la destruction thermique constituent ce que l’on
réglementation environnementale applicable à l’installa- appelle habituellement les « cendres résiduelles ». Ces
tion. Ce dernier aspect inclut la prise en considération du cendres sont recueillies mécaniquement, puis refroidie
dossier environnemental générique des technologies ther- et filtrée par des moyens magnétiques ou électriques
miques et des circonstances liées au choix de l’emplace- afin de récupérer les matériaux ferreux et l’aluminium
ment de l'installation de traitement thermique (contexte recyclables, puis finalement éliminée (habituellement
d’exploitation des terres environnantes et qualité de l'air rejetée dans un lieu d’enfouissement à l’étape finale du
ambiant). Un système de contrôle de la pollution de l'air programme de gestion des déchets). Ces cendres peu-
effectue habituellement les opérations suivantes : vent aussi, selon leur composition chimique et leur
■ Refroidissement des gaz de combustion en vue état physique, être utilisées comme granulat de rem-
de leur absorption physico-chimique et de leur placement. Les autres résidus solides générés par l’ins-
élimination; tallation de traitement thermique sont produits par le
■ Épuration des gaz acides (neutralisation par injection système de contrôle de la pollution de l'air et sont cons-
de chaux), extraction des métaux lourds (dépous- titués de fines particules polluantes (cendres volantes),
siérage par sacs filtrants et adsorption sur charbon extraites des gaz de combustion, et de substances réac-
activé ou en réacteur catalytique); tives (chaux, etc.) utilisées pour faciliter l’extraction.

230 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Les cendres volantes sont classées comme déchets dan- utilisées en Europe et en Amérique du Nord pour la
gereux et sont habituellement traitées ultérieurement gestion de déchets spéciaux (p. ex., les déchets dan-
par un procédé de stabilisation chimique, puis finale- gereux tels que biphényles polychlorés, les déchets bio-
ment rejetées dans des lieux d'enfouissement sécuri- médicaux, les déchets nucléaires, etc.), ainsi que pour la
taires spécifiquement réservés au déversement de gestion de flux homogènes de déchets industriels, tels
déchets dangereux. Certaines technologies de que les déchets pétrochimiques et les boues résiduelles
traitement thermique utilisent de très hautes de pâte à papier. Au Canada, ces technologies ont été
températures pour transformer les cendres en sub- développées par diverses organisations dans les Villes
stances inertes vitrifiées, soit au moment de la conver- de Montréal (Québec), Ottawa, Kingston et Rockwood
sion des déchets en gaz combustibles et en éléments (Ontario) et sont prêtes à être utilisées, en tant que
chimiques récupérables, soit dans le cadre d’un pro- technologies nouvelles ou émergentes, pour la gestion
gramme spécifique de gestion des cendres. des déchets solides municipaux. En Europe, diverses
installations de ce type ont été mises en service à
Technologies l’échelle commerciale et sont en pleine exploitation. Au
Canada, il n’existe pas encore d’applications commer-
Les technologies thermiques couramment utilisées et ciales de ces technologies pour le traitement des
considérées comme ayant fait leur preuve ou celles dont déchets solides municipaux. Toutefois, une installation
l’utilisation est envisagée pour la gestion des déchets de gazéification, à l’échelle préindustrielle, est en cours
solides municipaux comprennent : d’essai à Sherbrooke (Québec) et les fournisseurs de ce
■ L’incinération en four rotatif;
type de technologie sont en cours de négociation avec
■ L’incinération de déchets non conditionnés;
diverses municipalités au Canada.
■ L’incinération en atmosphère raréfiée;

■ La combustion sur lit fluidisé;


T ECHNOLOGIES PARTICULIÈRES / ÉVALUATION
■ La pyrolyse et la gazéification;

■ La technique de l'arc sous plasma;


Incinération en four rotatif
■ La réduction thermochimique;
L’incinération en four rotatif a été utilisée depuis les
■ La production de combustible dérivé des déchets.
années 1950 pour la destruction thermique des déchets
solides municipaux. Ce procédé est encore très répandu
Ces technologies diffèrent par la température de
pour l’élimination d’une grande variété de déchets
traitement et la concentration en oxygène requises, par
solides et liquides dangereux, comprenant des composés
le point d’épuration des gaz ou de contrôle de la pollu-
thermiquement stables tels que les biphényles polychlorés
tion de l'air au sein de l’installation, et enfin par le
(BPC). Les fours rotatifs conviennent à la gestion des
point de récupération de l’énergie.
déchets de municipalités d’environ 25 000 ménages.
Au cours des 50 dernières années, les technologies
d’incinération en four rotatif, d’incinération de déchets
Principes de fonctionnement
non conditionnés, d’incinération en atmosphère raré-
Les incinérateurs à four rotatif sont des systèmes de
fiée et de traitement sur lit fluidisé ont été très utilisées
combustion à deux étages, commandés par ordinateurs
en Europe et en Amérique du Nord pour le traitement
et comprenant un four rotatif primaire et une chambre
des déchets solides municipaux. Au Canada, diverses
de combustion secondaire. Les déchets solides sont
applications de ces technologies existent dans les Villes
introduits dans le four et sont brûlés pendant environ
de Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), Sydney
30 minutes à une température typique de 850 °C. Les
(Nouvelle-Écosse), Québec (Québec), dans la Région
déchets solides sont introduits dans le four en discon-
de Peel (Ontario) et dans le District régional de la
tinu à travers un sas par un dispositif d’alimentation à
région métropolitaine de Vancouver (Colombie-
poussoir ou par une vis. Les déchets liquides peuvent
Britannique).
être mélangés aux déchets solides ou injectés dans la
Les technologies de pyrolyse/gazéification, de l’arc
chambre primaire (ou secondaire) avec de la vapeur ou
sous plasma et de réduction thermochimique ont été
de l’air par un procédé d’atomisation. Le volume de la

Recueil des technologies relatives aux déchets 231


Les déchets solides, une ressource à exploiter
chambre de combustion secondaire est égal à environ Incinération de déchets non conditionnés
30 à 60 p. 100 du volume du four primaire. La tempéra-
ture de combustion se situe entre 1 000 ºC et 1 200 ºC L’incinération de déchets non conditionnés est une
avec un temps de séjour de deux secondes. technologie bien établie qui a été développée, il y a plus
de 100 ans, pour la génération d'énergie dérivée de
Coût et capacité déchets solides municipaux. Les équipements de traite-
Les incinérateurs à four rotatif ont une capacité ment utilisés ont une grande capacité et peuvent
typique de 10 à 50 tonnes par jour. Cette technologie effectuer des opérations allant de la combustion en
est relativement exigeante sur le plan de l’investisse- une seule phase à la combustion en deux phases.
ment initial. Les dépenses combinées de capital annua- L’incinération de déchets non conditionnés est utilisée
lisé et d’exploitation (excluant les recettes résultant de dans les villes d’au moins 250 000 ménages. Des
la récupération d'énergie) varient de 125 $ à 150 $ la économies d’échelle sont réalisables pour les
tonne de déchets traités, estimées sur une période de collectivités de cette taille ou plus grandes.
25 ans pour le remboursement du capital.
Principes de fonctionnement
Effets environnementaux et Les déchets sont introduits « tels que reçus » dans une
répercussions énergétiques chambre à combustion à une ou plusieurs grilles
La technologie d’incinération en four rotatif permet de (systèmes multi-grilles) où se déroulent les opérations
satisfaire à toutes les exigences des règlements environ- suivantes :
nementaux du Canada. Cependant, en raison du temps ■ Séchage – réduction de la teneur en eau des déchets

de séjour relativement court des déchets dans la zone pour les préparer à la combustion;
de combustion, la qualité des cendres peut s’avérer ■ Combustion primaire – oxydation des matières les

désavantageuse si l’on tient compte des frais de gestion plus combustibles;


du cycle de vie. Pour améliorer la qualité des cendres, il ■ Combustion finale – oxydation du carbone fixe.

est possible de pré-traiter les déchets d’alimentation,


pour en extraire les matières non combustibles, puis de Selon la température et la teneur en oxygène
broyer les matières combustibles avant de les incinérer, présentes au cours de ces opérations et selon la confi-
afin de réduire le temps de séjour nécessaire à une guration interne de la zone de combustion, les déchets
combustion complète. peuvent être oxydés en une seule phase ou en deux
Les incinérateurs à four rotatif entraînent des phases. La combustion en deux phases est la plus
coûts d'exploitation relativement élevés. Il a été démon- courante, car elle permet un meilleur contrôle de la
tré que les hautes températures de fonctionnement combustion et une combustion plus complète (cendres
finissent par détruire périodiquement les joints dans la moins volumineuses et plus inertes) et une capacité
partie rotative du four et causer des fuites, ce qui se optimale de récupération d’énergie. Les déchets sont
traduit par une combustion médiocre et par un faible brûlés sur une ou plusieurs grilles en atmosphère
rendement de récupération d'énergie. La rotation peut « sous-stoechiométrique », c’est-à-dire, dans une
aussi projeter violemment les déchets denses contre les atmosphère ne contenant pas suffisamment d’oxygène
parois en brique réfractaire du four et les fissurer, ce pour produire une combustion complète. L’oxygène
qui exige des arrêts fréquents et des réparations coû- fourni représente de 30 à 80 p. 100 de la quantité
teuses. Le pré-traitement des déchets permet d’éviter d’oxygène nécessaire pour une combustion complète, ce
ce genre de problème. qui conduit à la formation de gaz de pyrolyse (gaz de
Bien que la récupération d’énergie thermique soit combustion). Ces gaz s’élèvent dans la chambre de
possible, des études de coûts-avantages sont nécessaires combustion où ils se combinent avec de l’air excéden-
pour déterminer l’investissement requis. taire pour produire une oxydation complète. Les autres
éléments de l’installation (chaudière pour la récupération

232 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
de l’énergie thermique, système de contrôle de la pollu- d’incinération en atmosphère raréfiée, qui ont été
tion de l'air et système de gestion des cendres) sont développés à partir d’équipements d’incinération de
similaires à ceux d’un incinérateur à four rotatif. déchets non conditionnés à deux étages de combustion.
Cette technologie, dite à combustion pure en deux
Coût et capacité phases, se distingue de la précédente par le fait que la
Les installations d’incinération de déchets non condi- première phase et la deuxième phase de combustion
tionnés ont une capacité unitaire de 100 à 1 000 tonnes ont été séparées pour améliorer le contrôle de la com-
par jour. Des installations offrant une capacité unitaire bustion, faciliter le contrôle de la pollution de l'air et
totale de 5 000 tonnes par jour sont déjà en service en accroître le rendement de récupération d’énergie. La
Amérique du Nord. Toutefois, les installations de cette technologie d’incinération en atmosphère raréfiée a fait
nature en service au Canada n’ont qu’une capacité l’objet de développements soutenus visant à accroître la
totale comprise entre 400 et 850 tonnes par jour. Les fiabilité du procédé par une meilleure conception des
dépenses combinées de capital annualisé et d’exploita- composants et de leurs fonctions. Aujourd’hui, la tech-
tion (excluant les recettes résultant de la récupération nologie d’incinération en atmosphère raréfiée est une
d'énergie) varient de 65 $ à 85 $ la tonne de déchets technologie bien établie, stable et fiable.
traités, estimées sur une période de 25 ans pour le
remboursement du capital. Principes de fonctionnement
Les incinérateurs à atmosphère raréfiée sont des sys-
Effets environnementaux et répercussions énergétiques tèmes de combustion à deux phases. La combustion du
La technologie d’incinération de déchets non conditionnés carbone se fait dans la chambre primaire et produit du
permet de satisfaire à toutes les exigences des règlements monoxyde de carbone. Les déchets solides sont intro-
environnementaux du Canada. Les cendres produites duits, tels que reçus, dans la chambre primaire et sont
sont de bonne qualité en raison du temps de séjour volatilisés sur une sole stationnaire en atmosphère
prolongé sur la grille ou les grilles de combustion. La sous-stoechiométrique (à faible concentration en
récupération d’énergie thermique et la production oxygène). Les gaz ainsi produits pénètrent ensuite
d'électricité sont possibles et, en utilisant des chaudières dans la chambre de combustion secondaire où ils
modernes, on peut obtenir une efficacité énergétique subissent une combustion plus complète. La chambre
élevée. En général, les installations d’incinération de secondaire comporte des brûleurs auxiliaires et des
déchets non conditionnés se caractérisent par une excel- soufflantes d’air comburant qui fournissent la chaleur
lente efficacité énergétique et permettent d’exporter de supplémentaire et l’excès d'air nécessaires pour main-
l’énergie thermique sous forme de vapeur ou d’électricité. tenir la température à 1 200 °C. Le temps de séjour
Par exemple, la vapeur produite par l’installation d’inci- dans la chambre secondaire est d’une à deux secondes.
nération du District régional de la région métropolitaine Il existe deux types de système d’incinération en
de Vancouver (Colombie-Britannique) est utilisée, en atmosphère raréfiée pour le traitement des déchets
remplacement du gaz naturel, par une installation de solides municipaux : les incinérateurs en semi-continu
recyclage de papier voisine. et les incinérateurs en continu.

Incinération en atmosphère raréfiée Incinérateurs en semi-continu à atmosphère raréfiée :


(combustion pure en deux phases) ces systèmes conviennent aux petites municipalités, car
leur capacité nominale peut varier de 10 à 100 tonnes
Les incinérateurs à atmosphère raréfiée, connus aussi par jour, ce qui correspond à une population de 4 000 à
sous le nom d’incinérateurs à injection d'air contrôlée, 40 000 habitants (en supposant que les déchets sont
ont été très utilisés pour le traitement des déchets des déchets résidentiels avec un minimum de déchets
solides municipaux et des déchets d’hôpitaux. La prin- du secteur ICI).
cipale différence avec la technologie d’incinération des L’incinérateur à soles étagées est un type courant
déchets non conditionnés tient au fait que le contrôle d’incinérateur à atmosphère raréfiée. Il est constitué de
de l’oxygène est plus élaboré dans les systèmes deux à quatre soles stationnaires disposées en cascade.

Recueil des technologies relatives aux déchets 233


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Les déchets sont introduits sur la première sole à des d’exploitation (excluant les recettes résultant de la
intervalles d’environ 10 minutes. Chaque nouveau lot récupération d'énergie) varient de 100 à 150 $ la tonne
de déchets pousse le précédent à travers le système. de déchets traités, estimées sur une période de 25 ans
Lorsqu’un lot de déchets atteint l’extrémité de la pre- pour le remboursement du capital.
mière sole, il tombe en chute libre de 30 à 60 cm sur la
seconde sole. Les déchets peuvent alors se ré-imprégner Incinérateurs en discontinu à atmosphère raréfiée :
d’air comburant et brûler de façon plus homogène. les capacités typiques varient de 0,5 à 3 tonnes par jour.
Dans la chambre primaire, les déchets sont brûlés à Les dépenses combinées de capital annualisé et
une température d’environ 850 °C, en atmosphère d’exploitation (excluant les recettes résultant de la
sous-stoechiométrique, et produisent des cendres, du récupération d'énergie) varient de 75 à 200 $ la tonne
carbone fixe et des gaz de combustion. Comme la com- de déchets traités, estimées sur une période de 25 ans
bustion est incomplète, les gaz produits contiennent pour le remboursement du capital.
divers composés, tels que le monoxyde de carbone.
Pour compléter leur combustion, ces gaz sont ensuite Effets environnementaux et répercussions énergétiques
injectés avec un excès d’air dans la chambre secondaire Incinération en semi-continu en atmosphère raréfiée :
qui est chauffée à une température d’environ 1 000 °C. cette technologie permet de satisfaire à toutes les exi-
Les autres éléments du système sont semblables à ceux gences des règlements environnementaux du Canada.
d’un système d’incinération de déchets non condition- Les faibles niveaux de turbulence dans la chambre pri-
nés ou d’un système d’incinération à four rotatif. maire réduisent l’entraînement de particules dans le
flux gazeux. Par conséquent, les émissions de parti-
Incinérateurs en discontinu à atmosphère raréfiée : cules dans l’atmosphère sont inférieures à celles des
ces systèmes conviennent aux petites collectivités de autres systèmes d’incinération.
moins de 2 500 ménages. La récupération de chaleur et la production d'élec-
Les déchets sont introduits d’un seul tenant dans tricité sont possibles et peuvent être avantageuses sur
la chambre primaire au début du cycle de traitement et le plan économique. Généralement, la récupération de
sont brûlés à une température de 850 °C en atmosphère chaleur n’est pas économique pour les petites installa-
sous-stoechiométrique. La combustion dans la cham- tions, mais est rentable pour les plus grandes installa-
bre primaire produit des cendres, du carbone fixe et des tions. Dans tous les cas, une étude des coûts-avantages
gaz de combustion contenant divers composés, tels que est nécessaire pour évaluer la faisabilité.
le monoxyde de carbone, qui résultent de la combus-
tion incomplète. Incinération en discontinu en atmosphère raréfiée :
Pour compléter la combustion, ces gaz sont ensuite cette technologie offre, entre autres, les avantages de
injectés avec un excès d’air dans la chambre secondaire fournir des cendres de bonne qualité et de produire des
chauffée à une température d’environ 1 000 °C. émissions relativement faibles de particules. Comme les
Les autres éléments du système sont un peu dif- faibles turbulences dans la chambre primaire de com-
férents de ceux des systèmes d’incinération précédents bustion ont pour effet de réduire l’entraînement de
et sont beaucoup moins nombreux. Les gaz de combus- particules dans le flux gazeux, les émissions de parti-
tion sont refroidis et traités dans un épurateur d’acide cules dans l’atmosphère sont plus faibles que pour les
ordinaire pour abaisser la teneur en acide. La concen- autres technologies d'incinération.
tration en polluants des fumées libérées dans l’atmos- L’inconvénient des installations en service de ce
phère est continuellement contrôlée. type est l’absence de systèmes de contrôle de la pollu-
tion de l'air pour les émissions de mercure et d’autres
Coût et capacité métaux lourds, ainsi que pour les émissions de traces
de matières organiques (dioxines, chlorobenzène,
Incinérateurs en semi-continu à atmosphère raréfiée : chlorophénol). En l’absence de tels systèmes, on ne
les capacités typiques varient de 10 à 100 tonnes par peut pas vraiment affirmer que cette technologie
jour. Les dépenses combinées de capital annualisé et satisfait à toutes les exigences des règlements

234 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
environnementaux du Canada. La situation est d’autant Principes de fonctionnement
plus complexe qu’il existe deux normes au Canada pour Un lit fluidisé est une grande chambre d’incinération
la réglementation des émissions atmosphériques des dont le fond est recouvert de sable de silice. De l’air est
incinérateurs (une norme pour les émissions de mer- injecté et dispersé dans le sable par une série de dif-
cure et une autre pour les dioxines et les furannes). fuseurs, afin de réduire la densité de la masse de sable
Les provinces ont entrepris l’établissement (à des et lui permettre de transporter de l’air et de la chaleur
stades plus ou moins avancés) de nouvelles normes vers les fragments de déchets à brûler. Un brûleur au
pour ces émissions. fond du lit augmente la température de la masse de
Certaines des solutions envisagées englobent l’in- sable à environ 850 ºC.
corporation d’équipements de contrôle de la pollution Les déchets pré-traités sont entraînés à travers
de l’air dans les installations existantes ou dans les le lit de sable par le mouvement de convection de l’air
installations en cours de conception. De plus, la com- et des particules de sable. Les déchets sont brûlés pour
position des déchets reçus pourrait être modifiée par produire du monoxyde de carbone et d’autres substances
une plus grande sensibilisation du public, par l’éta- volatiles. Ces gaz sont ensuite brûlés dans la section
blissement de spécifications sur la nature et les moyens supérieure de la chambre de l’incinérateur, au-dessus de
de collecte des déchets, ainsi que par le pré-traitement la surface du lit, où de l’air comburant additionnel est
des déchets avant leur arrivée dans l’installation. De injecté. Les gaz de combustion sont ensuite dirigés vers
telles mesures pourraient contribuer à minimiser la le système de contrôle de la pollution de l'air. Les cendres
pollution atmosphérique. qui se déposent sur le lit de sable sont évacuées du côté
La société Eco Waste Solutions de Burlington opposé au point d’injection des déchets.
(Ontario) fabrique un équipement d’incinération en
discontinu à air raréfié qui est utilisé pour la gestion Coût et capacité
des déchets solides municipaux dans des installations Les systèmes à lit fluidisé ont une capacité d’incinéra-
militaires et dans des milieux écologiquement sensibles, tion d’entre 50 et 500 tonnes de déchets par jour. Les
comme certaines destinations touristiques au Canada dépenses combinées de capital annualisé et d’exploita-
et aux États-Unis. Ces systèmes ont été installés, au tion (excluant les recettes résultant de la récupération
prix de coûts plus élevés, dans des lieux géographiques d'énergie) varient de 80 à 110 $ la tonne de déchets
relativement éloignés où les options de gestion des traités, estimées sur une période de 25 ans pour le
déchets sont limitées en raison, p. ex., de l’interdiction remboursement du capital.
d’enfouissement des déchets dans certaines régions du
grand Nord. Effets environnementaux et répercussions énergétiques
Étant donné la petite taille de ces installations, Le temps de séjour prolongé des déchets dans l’inci-
la production d'électricité n’est généralement pas nérateur réduit les émissions de traces de composés
rentable. En revanche, la récupération de chaleur pour organiques. De plus, la fragmentation des déchets en
certains complexes industriels voisins est possible. petites particules et leur déplacement par convection à
travers le lit de sable augmente leur surface de contact.
Systèmes à lit fluidisé Il en résulte une combustion plus complète et des
cendres de meilleure qualité (c’est-à-dire, à plus faible
Les systèmes à lit fluidisé permettent de détruire une teneur en carbone non brûlé).
vaste gamme de déchets. Bien que cette technologie Malheureusement, de grandes quantités de cendres
soit utilisée principalement pour le traitement de fines sont transférées dans les gaz de combustion par
matières homogènes (boues d'égout, résidus du pétrole, le mouvement de l’air dans le four, ce qui impose une
déchets de l’industrie du papier, etc.), elle pourrait contrainte supplémentaire sur le système de contrôle
aussi être appliquée au traitement des déchets solides de la pollution de l'air. C’est pourquoi les systèmes à lit
dans les municipalités de 5 500 à 20 000 ménages. fluidisé exigent des systèmes très poussés de contrôle
de la pollution de l'air, avec de gros équipements, y
compris des dispositifs d’élimination des particules

Recueil des technologies relatives aux déchets 235


Les déchets solides, une ressource à exploiter
dans le flux gazeux. Ces systèmes exigent donc beau- les déchets sont transformés en un combustible dont
coup d’entretien. le pouvoir calorifique, la concentration en matières
Les avantages des systèmes à lit fluidisé tiennent inertes, la teneur en humidité et la concentration en
surtout au fait qu’ils sont de conception simple, exigent polluants sont sensiblement les mêmes que pour les
peu d’investissement en capital et ont une longue durée combustibles fossiles traditionnels.
de vie. L’absence de pièces mobiles entraîne moins de Divers niveaux de traitement sont possibles, mais
défaillances et un entretien plus simple et moins coûteux. tous exigent les mêmes opérations de base. Les
Étant donné leur grande inertie thermique, les sys- matières non combustibles sont d’abord extraites des
tèmes à lit fluidisé sont très souples en ce sens qu’ils déchets, afin de réduire la quantité de cendres par unité
peuvent tolérer de grandes fluctuations de composition de volume de déchets et d’accroître le pouvoir calori-
et de débit des déchets. Toutefois, ces systèmes exigent fique des déchets qui seront traités thermiquement. De
une main-d’œuvre qualifiée, car ils contiennent des plus, l’extraction des matières à forte concentration en
composants électriques plus complexes que les métaux lourds et contenant des traces de matière
systèmes de technologie plus anciennes. Ils sont aussi organique aura une influence favorable sur l’efficacité
très sensibles à la taille des particules. Les particules du système de contrôle de la pollution de l'air qui sera
trop volumineuses risquent de stagner au fond du lit utilisé au moment de la consommation du combustible
sans être brûlées. Les systèmes à lit fluidisé sont aussi dérivé. À ce stade, il est possible de collecter les
sujets à d’autres perturbations, telles que la dégénéra- matières recyclables et d’extraire les matières
tion du lit de sable, l’accumulation de matières résidu- organiques pour le compostage. On peut aussi réduire
elles qui doivent être éliminées du lit et la formation de la teneur en humidité des matières organiques pour
zones d’humidité eutectique qui s’amalgament au four. améliorer leurs caractéristiques de combustion. Les
Sur le plan énergétique, des avantages significatifs déchets utilisés pour la production de combustible
pourraient être tirés de l’utilisation du gaz synthétique, dérivé sont ensuite fragmentés, habituellement par
y compris dans les piles à combustible. déchiquetage, pour réduire le temps de séjour ou la
taille de l’incinérateur requis pour obtenir des cendres
Systèmes de production de combustible de qualité acceptable. Le combustible dérivé peut
dérivé des déchets ensuite être comprimé et transformé en agglomérat
pour faciliter son transport vers le lieu de consomma-
Les systèmes de production de combustible dérivé des tion, généralement une usine de fabrication ou une cen-
déchets traitent les déchets de façon à produire un trale électrique, pour y alimenter, par exemple, un four
combustible susceptible de remplacer les combustibles à ciment, une fonderie ou un groupe turbo-alternateur.
fossiles traditionnels (typiquement le charbon) utilisés
dans les usines de fabrication (p. ex., pour alimenter Coût et capacité
des fours à ciment), dans les centrales électriques et La capacité de traitement d’une installation de produc-
dans les collectivités (p. ex., pour le chauffage urbain). tion de combustible dérivé des déchets dépend des
La technologie de production de combustible besoins pour ce type de combustible. Par exemple, un
dérivé des déchets a été principalement utilisée en four à ciment de taille moyenne peut consommer
Europe. Au Canada, une installation de ce type, jusqu’à 500 tonnes par jour de combustible dérivé. Les
à l’échelle préindustrielle, est en service dans la dépenses combinées de capital annualisé et d’exploita-
Municipalité régionale de Peel (Ontario). Toutefois, le tion nécessaires pour convertir les déchets en com-
combustible produit n’a pour l’instant fait l’objet d’au- bustible (excluant les recettes résultant de la
cune application commerciale. production du combustible dérivé) varient de 25 $ à
100 $ la tonne de déchets traités, estimées sur une
Principes de fonctionnement période de 25 ans pour le remboursement du capital.
Les déchets sont d’abord pré-traités pour améliorer les (Les dépenses sont fonction de la grandeur de l’installa-
caractéristiques du combustible. Pendant cette phase, tion de traitement et de la complexité des opérations.)

236 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Effets environnementaux et répercussions énergétiques ces technologies au traitement thermique des déchets
Le pré-traitement des déchets pour la production de solides municipaux. Jusqu’à maintenant, l’application
combustible dérivé offre divers avantages directs, tels des ces technologies a été limitée au traitement des
que réduction des émissions de GES, production de boues industrielles, des déchets de bois et de certains
cendres de meilleure qualité, avantages économiques déchets dangereux de composition homogène.
liés au recyclage de certaines matières et à la commer- Toutefois, en raison de leurs avantages potentiels sur
cialisation des produits récupérés, accès à un plus l’environnement et sur la production nette d’énergie
grand éventail d’applications possibles de l’énergie par rapport aux technologies classiques, ces technologies
récupérée (applications industrielles/communautaires) sont sérieusement envisagées pour le traitement des
en raison des possibilités de transport direct du com- déchets solides municipaux.
bustible dérivé. Cette technologie offre également des
avantages indirects pour l’environnement en favorisant Systèmes de pyrolyse/gazéification
le remplacement des combustibles fossiles traditionnels.
Le combustible dérivé des déchets peut également Les systèmes de pyrolyse et de gazéification conver-
servir à alimenter des centrales thermiques, p. ex., en tissent des déchets solides en combustibles gazeux,
remplacement du charbon. liquides et solides. Il existe une certaine confusion
dans la littérature et dans l’industrie entre les « vrais »
T ECHNOLOGIES NOUVELLES ET ÉMERGENTES
systèmes de pyrolyse et les systèmes de combustion
en atmosphère raréfiée (sous-stoechiométrique) et
La présente section traite en détail des technologies les systèmes de gazéification. De nombreux systèmes
nouvelles et émergentes de traitement/destruction appartenant aux deux dernières catégories sont souvent
thermique, et en particulier des applications et du appelés systèmes de pyrolyse par erreur.
rendement de ces technologies, car il y a de fréquents Principales différences :
■ Les systèmes de pyrolyse utilisent une source de
malentendus à ce sujet. Aucune technologie nouvelle
ou émergente n’a encore été utilisée à l’échelle commer- chaleur externe pour provoquer des réactions
ciale pour le traitement de déchets solides municipaux endothermiques (exigeant un apport de chaleur)
et il n’est donc pas possible de faire état de leur rende- dans une atmosphère privée d’oxygène. Ces réactions
ment dans ce contexte. À ce jour, seules les solutions produisent des combustibles liquides synthétiques
proposées par un nombre limité de fournisseurs (huiles) et du charbon.
■ Les systèmes à atmosphère raréfiée et les systèmes
exclusifs se prêtent à une analyse du rendement tech-
nique, environnemental et économique. de gazéification utilisent un procédé exothermique
De nombreuses technologies nouvelles et émer- (dégageant de la chaleur) et sont autonomes. Une
gentes n’existent qu’à l’état conceptuel, expérimental certaine quantité d’oxygène peut être utilisée pour
ou préindustriel, avec des avantages théoriques sur les brûler partiellement les déchets solides. Ces systèmes
technologies classiques de traitement/destruction ther- produisent des gaz. Dans les systèmes à atmosphère
mique. Certains des avantages pourraient être la faible raréfiée, ces gaz sont entièrement brûlés à l’intérieur
concentration en polluants des émissions (particulière- du système. Dans les systèmes de gazéification nou-
ment en ce qui concerne les traces de matières veaux et émergents, les gaz produits sont épurés et
organiques) et la possibilité de récupération de convertis en gaz synthétiques utilisables comme
ressources sous forme d’huile et de gaz synthétiques. ressource énergétique.
En général, ces technologies exigent la création de
milieux plus sophistiqués où doit s’effectuer le traite- D’une façon générale, lorsqu’il est souhaitable
ment thermique. Malgré ces avantages possibles, la d’obtenir des combustibles gazeux, la technologie de
complexité des opérations inhérentes à ces technologies, gazéification est plus simple et plus économique à
alliée au contenu variable et fortement hétérogène des mettre en œuvre que la pyrolyse.
déchets solides municipaux, constitue une barrière La technique de l’arc sous plasma et la technologie
importante qui empêche l’application commerciale de de réduction thermochimique ont déjà été utilisées en

Recueil des technologies relatives aux déchets 237


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Europe et en Amérique du Nord pour la gestion de pour être utilisable comme huile combustible synthé-
déchets spéciaux (déchets dangereux – BPC, déchets tique en remplacement de l’huile combustible tradi-
biomédicaux, déchets nucléaires et flux homogènes de tionnelle nº 6;
déchets industriels, tels que déchets pétrochimiques et ■ Un charbon composé de carbone presque pur et de
boues résiduelles de pâte à papier). Au Canada, il existe matières inertes initialement présentes dans les
quelques exemples d’application de ces technologies déchets solides.
dans la Ville de Montréal (Québec) et dans les Villes
ontariennes d’Ottawa, Kingston et Rockwood. En Le seul système de pyrolyse complet capable de
Europe, plusieurs installations commerciales de ce type traiter des déchets solides municipaux a été construit
sont en exploitation ou en cours de mise en service. aux États-Unis, à El Cajon, en Californie. Cependant, ce
Au Canada, il n’existe pas encore d’installations système n’a pas réussi à atteindre les objectifs de pro-
commerciales de ce type capables de traiter des déchets duction établis (production d’une huile de pyrolyse
solides municipaux. Toutefois, une installation de commercialisable). De ce fait, l’installation a dû être
gazéification à l’échelle préindustrielle est en cours de fermée après deux ans d’exploitation.
test dans la Ville de Sherbrooke (Québec), et divers La pyrolyse est encore largement utilisée à des fins
fournisseurs de ce type de technologie sont actuellement industrielles. Cependant, il semble que la pyrolyse des
en discussion avec plusieurs collectivités canadiennes. déchets solides municipaux n’a pas eu le succès escompté
Les systèmes de pyrolyse et les systèmes de gazéifi- en raison de la complexité inhérente de ces systèmes et
cation nouveaux et émergents doivent encore démontrer du manque d’appréciation, de la part des concepteurs de
qu’ils sont applicables commercialement à la gestion système, des difficultés qu’il y a à extraire régulièrement
des déchets solides municipaux. Cependant, si les les quantités de matières nécessaires parmi les déchets.
conditions économiques associées à la production de La pyrolyse peut être consommatrice ou productrice
combustibles liquides (huiles) et de gaz synthétiques nette d’énergie, selon la grandeur de l’installation et la
changent (y compris la monétisation des crédits envi- nature et le débit d’entrée des déchets. Un produit de
ronnementaux), ces systèmes pourraient devenir viables pyrolyse, le gaz synthétique, peut offrir d’importants
sur le plan économique. avantages énergétiques et être utilisé dans les piles à
combustible.
Systèmes de pyrolyse (ou systèmes
de distillation destructive) Systèmes de gazéification
Les systèmes de pyrolyse traitent les déchets ther- Les systèmes de gazéification ont été utilisés à partir
miquement en l’absence totale d’oxygène. Le procédé du 19e siècle. Au début du 20e siècle, la technologie de
est fortement endothermique, c’est-à-dire, qu’il exige gazéification a été appliquée à divers flux de déchets
un grand apport de chaleur externe. industriels pour produire du gaz naturel « synthétique »
La pyrolyse génère les principaux éléments de destiné à des moteurs à combustion interne station-
fractionnement suivants : naires et portatifs. La pénurie d’essence pendant la
■ Un flux gazeux composé principalement Seconde Guerre mondiale a largement motivé le
d’hydrogène, de méthane, de monoxyde de carbone, développement de la technologie de gazéification.
de dioxyde de carbone et d’autres gaz qui dépendent Cependant, en raison de l’abondance et de la baisse des
des caractéristiques organiques des déchets traités. coûts de l’essence et du gazole (moteurs diesel) qui ont
Ces gaz sont brûlés au cours du processus de généra- suivi la fin de la guerre, la technologie de gazéification a
tion des produits de fractionnement liquides et été totalement laissée de côté.
solides recherchés; Le terme « gazéification » est le terme général utilisé
■ Une fraction liquide d’un flux d’huile contenant de pour décrire le processus de combustion partielle qui
l’acide acétique, de l’acétone, du méthanol et des se produit lorsqu’un combustible est brûlé avec une
hydrocarbures oxygénés complexes (goudrons). La quantité d’air volontairement plus faible que la quantité
fraction liquide peut être traitée encore plus à fond requise pour une combustion complète. Sur le plan

238 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
énergétique, il s’agit d’une technique efficace de réduc- ailleurs, si les progrès réalisés dans la technologie des
tion du volume des déchets solides et de récupération piles à combustible réussissent à faire baisser les coûts
d’énergie. Le procédé de gazéification implique la com- de production d’électricité comparativement aux tech-
bustion partielle des matières à base de carbone dans niques classiques de production, il est probable que la
le but de générer un gaz combustible utilisable, avec un technologie de gazéification devienne tout à fait viable
excès d’air, par des moteurs à combustion interne, des commercialement pour le traitement des déchets
turbines à gaz ou des chaudières, ou utilisable pour ali- municipaux au Canada.
menter des piles à hydrogène génératrices d’électricité. THERMOSELECT S.A., en Europe, dispose
Le gaz combustible généré par gazéification possède un d’une installation de gazéification en service qui répond
pouvoir calorifique d’environ 5,5 MJ /m3 (150 Btu/pi3) aux demandes des municipalités canadiennes pour le
lorsque de l’air est utilisé comme oxydant. L’utilisation développement d’installations de traitement des
d’oxygène pur comme oxydant permet de doubler le déchets. Le procédé utilisé par THERMOSELECT
pouvoir calorifique du gaz, mais soulève des questions convertit les déchets en gaz synthétiques purs et en
d’ordre économique et sécuritaire. Les systèmes de métaux et minéraux récupérables. De hautes tempéra-
gazéification à air forcé sont très stables et fournissent tures (2 000 ºC) et de fortes concentrations en oxygène
un débit de gaz assez constant sur une grande plage sont utilisées pendant la phase de gazéification. Le
de débits d’air. De plus, ils permettent de réduire les refroidissement rapide qui suit sert à prévenir la
émissions polluantes dans l’atmosphère grâce à des formation ou la reformation de traces de polluants
dispositifs simplifiés de contrôle de la pollution de l'air. organiques dans le gaz synthétique. L’usine THER-
Les émissions peuvent être comparables ou inférieures MOSELECT de Karlsruhe, en Allemagne, en service
à celles des systèmes d’incinération à injection d’air depuis 1999, a une capacité de 225 000 tonnes/an.
(technologie d'incinération) qui utilisent des systèmes Cette usine produit de l’électricité et fournit de
beaucoup plus complexes pour le contrôle des émis- l’énergie thermique pour le chauffage urbain. Selon des
sions dans l’atmosphère. renseignements fournis par des représentants commer-
Enerkem Technologies Inc., de Montréal, a récem- ciaux de cette technologie, il semble que le coût net
ment construit à Sherbrooke (Québec), à des fins de pour une installation de cette taille au Canada serait
démonstration, une unité de gazéification calquée sur de l’ordre de 100 $ la tonne. Ce coût est généralement
une installation industrielle en service en Espagne. considéré comme désavantageux dans les conditions
L’unité de gazéification de Sherbrooke est actuellement actuelles d’établissement des redevances de déverse-
en cours de test pour des débits de déchets de l’ordre ment. Cette technologie pourrait devenir attrayante si
de 5 kg/h. Il est prévu que cette unité, qui utilise la des changements surviennent au chapitre de l’espace
technologie du lit fluidisé, reçoive un flux de déchets disponible et des frais d’exploitation des lieux
favorable à la production de gaz à fort pouvoir calori- d’enfouissement ou au chapitre des prix de l’énergie
fique, comme ce sera le cas dans l’avenir pour les flux (ainsi que la monétisation correspondante des
de déchets solides municipaux. Cette unité sert avantages-coûts résultant de la gestion du cycle de
actuellement à piloter une pile à hydrogène pour la vie environnemental).
production d’électricité. À mesure que la composition
des déchets solides municipaux se modifie, principale- Technique de l'arc sous plasma
ment à cause du remplacement progressif des con-
tenants en verre et en métal par des contenants en Les applications industrielles de la technique de l’arc
matière plastique, et à mesure que les déchets sous plasma sont bien établies, avec entre autres les
ménagers organiques, à forte teneur en humidité, sont fours à arc utilisés dans l’industrie sidérurgique et les
de plus en plus triés à la source pour être envoyés vers équipements de soudure à l’arc très courants dans
des centres de compostage, on s’attend à ce que davan- l’industrie de la construction. La technique de l’arc
tage de déchets résiduels non recyclables, à fort pouvoir sous plasma est également utilisée pour le traitement
calorifique, soient disponibles à plus faible coût qu’avec des déchets dangereux. Cette technologie exige des
les systèmes classiques de traitement thermique. Par coûts d’investissement et d’exploitation relativement

Recueil des technologies relatives aux déchets 239


Les déchets solides, une ressource à exploiter
élevés. Cependant, en raison de la très haute tempéra- Mills, Comté de Lanark, dans l’est de l’Ontario.
ture de l’arc et de la nature inerte des cendres produites, L’examen de cette proposition pourrait contribuer à
la technique de l’arc sous plasma peut offrir certains démontrer d’une façon générale si la technique de l’arc
avantages environnementaux, en particulier pour la sous plasma est réellement utilisable commercialement
destruction des matières dangereuses très probléma- pour le traitement des déchets solides municipaux et à
tiques comme les BPC et les composés organiques des coûts sensiblement égaux à ceux des autres tech-
volatiles stables. nologies de traitement thermique.
La technique de l'arc sous plasma génère de très La technologie de l’arc sous plasma peut être pro-
hautes températures dans un milieu pauvre en oxygène ductrice ou consommatrice nette d'énergie, selon la
afin de pyrolyser les déchets en molécules simples. nature des déchets, la régularité du débit d’alimentation
Une zone ionisée (plasma) est créée dans le four de et la grandeur de l’installation. Le gaz synthétique
traitement en faisant passer un courant électrique à produit pourrait être utilisé dans de nombreuses
travers un flux de gaz à basse pression. Il en résulte un applications, y compris dans des piles à combustible.
jet de plasma qui peut atteindre des températures de
5 000 ºC à 15 000 ºC. Les sous-produits de ce procédé Réduction thermochimique
sont du laitier (scories) et des gaz combustibles. Ces gaz
sont ensuite brûlés dans un four ou traités par conver- La réduction thermochimique est une technologie
sion catalytique. bien connue pour traiter les déchets dangereux.
Malgré les recherches considérables effectuées sur les Comme les températures de fonctionnement sont
applications environnementales de la technique de l’arc plus faibles que pour les technologies classiques, ce
sous plasma, cette technologie en est encore au stade procédé se caractérise par des émissions plus faibles
expérimental. Actuellement, il n’existe pas en Amérique de polluants, ce qui est un avantage pour l’environ-
du Nord d’installations commerciales de ce type capables nement. Un procédé thermochimique breveté, le
de traiter des déchets solides municipaux. Toutefois, procédé Eco Logic, développé en Ontario, est décrit
divers systèmes à l’arc sous plasma brevetés ont été ci-dessous.
proposés pour le traitement des déchets dangereux. Le procédé Eco Logic a été développé par Eli Eco
L’adaptation de ces systèmes au traitement des déchets Logic International Inc., de Rockwood (Ontario). Il
solides municipaux a aussi été proposée, mais n’a pour s’agit d’un procédé de destruction de déchets dan-
l’instant conduit à aucune réalisations commerciales. gereux. Eli Eco Logic a développé ce procédé à la suite
Un procédé de traitement à l’arc sous plasma, d’essais en laboratoire, d’essais sur banc et d’essais de
connu sous le nom de PLASCON et développé par démonstration à l’échelle préindustrielle et a récem-
SRL Plasma Limited, en Australie, est exploité com- ment commencé à exploiter un système à l’échelle
mercialement depuis 1992 pour la destruction des commerciale.
déchets organiques chlorés rejetés par une fabrique de Le procédé Eco Logic est fondé sur la réaction
pesticides. Dans ce procédé, les déchets liquides et thermochimique en phase gazeuse de l’hydrogène et de
gazeux sont injectés directement dans une torche au composés organiques et organochlorés à haute tem-
plasma et soumis à de très hautes températures. Les pérature. À une température de 850 °C ou plus, l’hy-
déchets entrants doivent être sous forme liquide ou drogène réagit avec les composés organiques selon un
gazeuse. Pour appliquer ce procédé au traitement des processus dit de « réduction » pour produire du
déchets solides municipaux, il faudrait d’abord pré- méthane et d’autres hydrocarbures légers. Les com-
traiter les déchets par désorption ou gazéification avant posés organochlorés sont réduits en méthane et en
de les injecter dans l’unité de traitement PLASCON. chlorure d’hydrogène. La réaction est accentuée par
Ce procédé offre une capacité limitée et les coûts la présence d’eau, qui sert aussi d’agent réducteur. Le
d’exploitation sont très élevés. processus est essentiellement l’inverse de l’incinération
Au Canada, la société Resorption Canada Ltd. a (oxydation) et diffère de la pyrolyse par l’addition d’un
proposé d’utiliser la technique de l'arc sous plasma pour agent réducteur actif, l’hydrogène, qui empêche égale-
traiter les déchets solides municipaux de Mississipi ment la formation d’hydrocarbures lourds.

240 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Environ 40 p. 100 du méthane produit peut ensuite que les technologies classiques. En principe, la
être converti en hydrogène par la transformation eau- récupération de matières ou de substances, telles que
gaz. Ce processus peut donc, dans des conditions métaux, huiles et gaz synthétiques, pourrait résulter
prédéfinies, se dérouler sans apport externe d’hydrogène. dans des crédits (incluant des crédits sur l’énergie) inci-
Selon les circonstances, les procédés thermochi- tant à éviter la consommation de matières premières et
miques peuvent être producteurs ou consommateurs de ressources énergétiques naturelles. De plus, la pro-
nets d’énergie. Le gaz synthétique produit peut être duction de combustibles synthétiques directement
utilisé dans de nombreuses applications, y compris transportables hors site (pour usage dans des moteurs
dans des piles à combustible. à combustion interne, dans des procédés thermiques
industriels existants ou dans des piles à combustible)
Coûts et capacités devrait considérablement accroître à l’avenir la capacité
Il n’existe pas au Canada de données génériques sur les de ces technologies à produire de l’énergie.
capacités et les coûts d’application industrielle de ces
technologies pour la gestion des déchets et sur les Évaluation
aspects environnementaux et énergétiques. Ces don-
nées sont souvent divulguées de façon exclusive par des Réduction de volume
fournisseurs qui visent à développer de nouveaux
marchés. Le traitement thermique réduit de 90 p. 100 le volume
En règle générale, le coût relativement bas des des déchets à enfouir. (Le volume, non le poids, est le
autres technologies d'élimination des déchets, surtout principal paramètre d’exploitation à considérer pour
des lieux d’enfouissement (avec des redevances de évaluer la quantité de déchets à enfouir.) Si l’on tient
déversement d’environ 12 $ à 30 $ la tonne), ainsi que compte des exigences inhérentes à la gestion des
le faible coût de l’énergie électrique produite par les résidus de traitement (c’est-à-dire, des cendres), la
compagnies d’électricité (0,025 $ à 0,05 $ par kWh), technologie de traitement thermique peut accomplir
nuisent à l’application des technologies nouvelles et une réduction nette, pour l’enfouissement, d’environ
émergentes, sauf dans des cas très spéciaux. Toutefois, 70 p. 100 (en poids) du débit total des déchets.
les circonstances évoluent. L’enfouissement de grandes Au Canada, il n’y a pas de démarche uniforme
quantités de déchets devient de plus en plus difficile à pour rendre compte des réductions des besoins d’en-
tolérer à cause de la réaction des collectivités. De plus, fouissement consécutives au traitement thermique.
les coûts d’exploitation, de fermeture et d’entretien Cependant toutes les provinces et territoires canadiens
post-fermeture des lieux d’enfouissement s’accroissent considèrent cette réduction comme une récupération
au fur et à mesure de l’accroissement des normes de de ressources (matières et énergie), et non comme un
contrôle de l’environnement. On peut toutefois réacheminement des déchets à éliminer. Dans quelques
spéculer sur le fait que la valeur de « l’énergie verte » provinces canadiennes, le traitement thermique a été et
extraite de sources locales, avec ses avantages pour l’en- est encore parfois considéré comme un procédé d’élimi-
vironnement, pourrait aboutir un jour à la fixation de nation pure et simple des déchets et non comme un
prix pour l’énergie qui reflètent les prix de l’énergie moyen visant à réacheminer les déchets. Dans certains
dérivée des déchets dans les collectivités européennes, cas limites, le traitement thermique des déchets solides
où des structures privilégiées de fixation des prix se municipaux a même été interdit par les règlements
traduisent par des subventions de l’ordre de 0,05 $ par provinciaux. La raison qui motive une opposition vis-à-
kWh ou des prix globaux de 0,10 $ par kWh et plus. vis des technologies thermiques est que le traitement
thermique risque de faire concurrence aux programmes
Effets environnementaux et répercussions énergétiques de recyclage ou de compostage des déchets, ou encore
En principe, on s’attend à ce que de nombreuses tech- de décourager les efforts déployés pour améliorer la
nologies nouvelles et émergentes, en raison de leurs conception de produits plus faciles à recycler.
plus hautes températures de fonctionnement, génèrent Même si le tri à la source est optimal, des matières
moins d’émissions de traces de matières organiques combustibles impossibles à composter ou à recycler

Recueil des technologies relatives aux déchets 241


Les déchets solides, une ressource à exploiter
vont subsister dans le flux de déchets. Des études faisant intervenir des modules additionnels pour
récentes sur la composition des déchets ont révélé que répondre aux fluctuations de débits causées par des
le traitement thermique peut gérer une bonne fraction changements de capacité et de performance du pro-
(environ 30 à 40 p. 100 en poids) des flux de déchets gramme de réacheminement.
solides municipaux sans pour autant faire concurrence
aux programmes de réacheminement des déchets Coûts
(recyclage/compostage) ou les démotiver. Par ailleurs,
l’analyse des répercussions de diverses pratiques de ges- La méthode utilisée pour l’étude des coûts de la tech-
tion des déchets sur le cycle de vie complet indique que nologie de traitement thermique suppose des coûts
dans certaines circonstances le traitement thermique de d'investissement de l’ordre de 150 000 $ à 200 000 $ la
certains déchets (évalué en fonction de la valeur des tonne traitée quotidiennement. Ainsi, une installation
ressources énergétiques récupérables et des marchés desservant une municipalité de 200 000 à 300 000 habi-
pour les matières récupérées) est parfois préférable à tants exigerait une capacité de l’ordre de 200 tonnes par
leur enfouissement. jour ou un coût d'investissement de 30 à 40 millions de
dollars. Les coûts d’exploitation sont en grande partie
Capacité de traitement des déchets définis par les coûts de gestion des résidus du procédé,
c’est-à-dire, des cendres résiduelles non dangereuses et
Les technologies de traitement thermique applicables des cendres volantes potentiellement dangereuses
à l’échelle industrielle offrent des capacités allant de (surtout les résidus de contrôle de la pollution de l'air),
quelques centaines de tonnes à plus d’un million de et par les recettes des ventes d’énergie. Les dépenses
tonnes par année. Par conséquent, le traitement ther- d'exploitation nettes sont typiquement d’environ 25 $
mique peut faire partie intégrante du système de gestion à 45 $ la tonne. Les dépenses totales (coûts en capital
des déchets de toute municipalité, quelle que soit sa annualisé et coûts d’exploitation nets, excluant les
taille. Cependant, une fois l’engagement financier pris recettes résultant de la récupération d'énergie) sont de
d’utiliser une technologie de traitement thermique, il y a 65 $ à 150 $ la tonne de déchets traités. Comme sus-
relativement peu de flexibilité pour réduire le rôle joué mentionné, les coûts d’investissement et les coûts d'ex-
par cette technologie à l’intérieur du système. En effet, le ploitation dépendent fortement du type de technologie
raffinement technique de ces systèmes et le degré de de traitement thermique utilisé, de la grandeur de l’ins-
complexité relativement élevé des opérations font que la tallation et des caractéristiques du flux de déchets.
capacité de l’installation est difficile à modifier. Compte
tenu des coûts d’investissements élevés, cela signifie E FFETS ENVIRONNEMENTAUX
qu’une installation devra, pendant toute sa durée de vie,
recevoir chaque jour une quantité de déchets proche de L’exploitation d’un système de traitement thermique
la quantité prévue lors la conception de l’installation. Ce des déchets produit des émissions de gaz et de parti-
manque de flexibilité relatif peut devenir problématique cules dans l’atmosphère, exige la gestion des résidus
s’il décourage d’autres programmes de gestion des solides (cendres) et, dans le cas de certains systèmes de
déchets, tels que les programmes de recyclage ou de traitement et de contrôle de la pollution de l'air, exige
compostage. Ce problème peut être résolu si les engage- également la gestion des effluents liquides. En général,
ments fermes pris pour réaliser les objectifs des pro- les installations bien conçues et convenablement
grammes de réacheminement sont respectés et si la exploitées sont capables de satisfaire à toutes les exi-
quantité de déchets affectée au traitement thermique est gences des normes réglementaires canadiennes en
clairement définie. matière d’environnement. Ces normes fixent des
De plus, certains systèmes de traitement ther- limites sur la quantité de polluants qu’une installation
mique peuvent être conçus de façon modulaire afin de donnée peut émettre. Il faut noter que les systèmes de
pouvoir, au besoin, modifier la capacité globale de ces contrôle de la pollution de l’air exigés pour accomplir
systèmes. Cette modularité permet de faire fonctionner de telles performances peuvent être très complexes et
ces systèmes avec des débits de déchets variables, en représenter en moyenne entre un tiers et la moitié du

242 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
capital d’investissement total et des coûts d'exploita- normes réglementaires les plus complètes pour les
tion d’une installation. technologies de traitement. Ces lignes directrices ont
Plus particulièrement, les performances d'émis- remplacé l’interdiction provinciale des années 1990 qui
sions des technologies de traitement thermique sont prohibait le traitement thermique des déchets solides
définies par une combinaison de lignes directrices municipaux. Ce remplacement est intervenu suite à une
fédérales et provinciales et de règlements provinciaux. révision complète des autres politiques de collectivités
Le CCME a établi des lignes directrices, régulièrement publiques et des autres systèmes de réglementation,
mises à jour, pour fixer les performances environ- suite à un recensement des capacités de traitement
nementales des installations d’incinération de déchets offertes par les meilleures technologies existantes, et
municipaux. Ces lignes directrices définissent la con- après une analyse complète des risques pour la santé
centration limite des polluants présents dans les des émissions atmosphériques produites par l’incinéra-
fumées émanant des cheminées des installations de tion de déchets solides municipaux. Ainsi, la directive
traitement et spécifient également les technologies et A-7 et les propositions les plus récentes du CCME,
les pratiques les mieux adaptées à l’heure actuelle, y concernant les concentrations en dioxine et en mercure
compris les méthodes de surveillance et de contrôle des fumées émises par les cheminées, peuvent être con-
des émissions dans l’atmosphère. Compte tenu des sidérées comme les directives de référence. Là encore,
résultats de contrôle des émissions obtenus avec la les technologies de traitement thermique discutées
meilleure technologie existante (adsorption sur char- dans ce rapport respectent ces directives.
bon activé ou en réacteur catalytique), le CCME a Le modèle de gestion intégrée des déchets a été
récemment réduit les concentrations admissibles pour utilisé pour déterminer les effets comparatifs sur l’envi-
les traces de composés organiques (dioxines et métaux ronnement de l’énergie directement tirée des déchets
lourds, comme le mercure). et de l’énergie récupérée de déchets enfouis dans des
La responsabilité incombe aux provinces de régle- lieux d’enfouissement. Pour cette comparaison, un lieu
menter les émissions des installations de traitement d’enfouissement de conception sophistiquée, doté
thermique des déchets solides municipaux. Les règle- d’un système de collecte du lixiviat, d’un système de
ments provinciaux sont aussi sévères et parfois plus récupération du gaz d’enfouissement (GE) et d’un sys-
sévères que les lignes directrices du CCME. Les tème de conversion du GE en énergie a été utilisé. Les
provinces ont établi divers règlements relatifs aux résultats sont présentés seulement sous forme qualita-
concentrations en polluants des fumées émanant des tive, parce que ce modèle doit être utilisé par du per-
cheminées, aux normes de qualité de l’air ambiant et sonnel municipal sous des conditions locales.
aux concentrations en polluants au point d’impact Les essais ont porté sur 1 000 tonnes de déchets
maximal du panache de fumée. Un ou plusieurs de municipaux ordinaires après tri de certaines matières
ces paramètres est ou sont pris en considération recyclables. Dans les hypothèses de base, les cendres
lorsqu’une demande d’autorisation de rejet de pol- produites devaient représenter 30 p. 100 du tonnage des
luants dans l’atmosphère est soumise, avec une déchets incidents, avec 28 p. 100 de cendres résiduelles
demande d’approbation, pour la construction et l’ex- rejetées dans un lieu d’enfouissement municipal et 2 p. 100
ploitation d’une installation de traitement thermique de cendres volantes rejetées dans une décharge sécuri-
des déchets. Les certificats d’approbation (pour rejet taire. La pollution énergétique attribuable à la collecte
de polluants dans l’atmosphère) spécifient normale- résidentielle des déchets n’a pas été incluse dans l’analyse.
ment les paramètres minimaux de conception et d’ex- Les résultats obtenus à partir du modèle de ges-
ploitation de l’installation, y compris les exigences de tion intégrée des déchets sont exprimés en fonction
surveillance continue et périodique et les exigences de des émissions nettes. Un nombre positif indique la
signalement des émissions. consommation d’énergie ou la production d’émissions.
L’Ontario dispose, dans la directive A-7 (Exigences Un nombre négatif indique la récupération d’énergie
des nouveaux incinérateurs de déchets municipaux ou la réduction d’émissions. Dans les tableaux qui
concernant le contrôle de la combustion et de la suivent, les nombres négatifs sont identifiés par
pollution atmosphérique), des lignes directrices et des un astérisque.

Recueil des technologies relatives aux déchets 243


Les déchets solides, une ressource à exploiter
C OMPARAISON ESTIMATIVE , POUR 1 000 TONNES DE DÉCHETS , DES ÉMISSIONS DE GES
T ABLEAU 5.2 PRODUITES PAR LE PROCÉDÉ EFW ( PRODUCTION DIRECTE D ’ ÉNERGIE DÉRIVÉE
DES DÉCHETS ) ET PAR UN LIEU D ’ ENFOUISSEMENT

Émissions de GES Lieu d’enfouissement à Procédé EFW


écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme
(Tonnes) (Tonnes)

Équivalents-CO2 plus élevées plus faibles

Dans l’ensemble, le procédé EFW produit moins de tonnes de eCO 2 qu’un lieu d’enfouissement de conception
haut de gamme.

C OMPARAISON ESTIMATIVE , POUR 1 000 TONNES DE DÉCHETS , DES ÉMISSIONS DE GAZ ACIDES
T ABLEAU 5.3 ET DE POLLUANTS PRÉCURSEURS DE SMOG PRODUITES PAR LE PROCÉDÉ EFW
( PRODUCTION DIRECTE D ’ ÉNERGIE DÉRIVÉE DES DÉCHETS ) ET PAR UN LIEU D ’ ENFOUISSEMENT

Émissions de gaz acides et de polluants Lieu d’enfouissement à Procédé EFW


précurseurs de smog écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme
(Kg) (Kg)

NOx plus faibles plus élevées

SOx plus faibles* plus élevées

HCI plus faibles* plus élevées

Poussières plus élevées plus faibles

COV plus élevées plus faibles

*Indique une compensation d’énergie ou une émission évitée.


Le lieu d’enfouissement produit moins de NO x que le procédé EFW. En revanche, le procédé EFW produit
moins de SO x et de HCl, principalement en raison des compensations énergétiques.

244 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
C OMPARAISON ESTIMATIVE , POUR 1 000 TONNES DE DÉCHETS , DES ÉMISSIONS
T ABLEAU 5.4
TOXIQUES PRODUITES PAR LE PROCÉDÉ EFW ET PAR UN LIEU D ’ ENFOUISSEMENT

Émissions toxiques Lieu d’enfouissement Procédé EFW


à écran d'étanchéité
artificiel haut de gamme

AIR
Pb (kg) plus faibles* plus élevées
Hg (kg) plus faibles* plus élevées
Cd (kg) plus faibles* plus élevées
Dioxines (TEQ) (g) plus faibles plus élevées

EAU
Pb (kg) plus faibles* plus élevées
Hg (kg) plus élevées plus faibles*
Cd (kg) plus élevées plus faibles
BDO (kg) plus élevées plus faibles
Dioxines (TEQ) (mg) plus élevées plus faibles

*Indique une compensation d’énergie ou une émission évitée.


Le lieu d’enfouissement produit moins d’émissions de Pb, Hg, Cd et de dioxines dans l’atmosphère que le procédé EFW .
Les résultas comparatifs pour les émissions toxiques dans l’eau dépendent du paramètre considéré. Dans tous les cas,
les concentrations sont très faibles.

R ÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES
■ Après avoir servi, la vapeur dégradée (condensée
sous forme d’eau chaude) peut être ré-utilisée dans
Le traitement thermique des déchets solides convertit certaines applications industrielles à basse tempéra-
les déchets en énergie récupérable pour accroître l’effi- ture ou pour le chauffage de locaux.
cacité énergétique globale de l’installation de traitement ■ Les gaz et les liquides combustibles produits peu-
et, de ce fait, compenser partiellement les coûts et les vent être utilisés, soit pour alimenter directement
effets sur l’environnement de la méthode de gestion des des moteurs à pistons, des turbines à gaz et des
déchets. Les procédés d’incinération convertissent les piles à combustible, soit pour alimenter des
déchets en énergie thermique récupérable sous forme chaudières à vapeur.
de vapeur, alors que les procédés de pyrolyse et de
gazéification convertissent ces déchets en énergie chi- Le procédé de production de combustible dérivé
mique récupérable sous forme de liquides ou de gaz. des déchets (procédé RDF) convertit les déchets en
Une fois les déchets solides convertis en énergie ther- combustibles susceptibles de remplacer les com-
mique ou en énergie chimique, cette énergie peut être, bustibles fossiles traditionnels. Le rendement énergé-
soit utilisée telle quelle, soit convertie à son tour en tique peut aller de 20 p. 100 pour les installations
énergie mécanique ou en énergie électrique. classiques d’incinération, équipées de chaudières et de
■ La vapeur produite peut être utilisée, soit directement
turbines à vapeur et recevant des déchets non traités,
à des fins industrielles ou pour le chauffage de locaux, jusqu’à 60 p. 100 pour les installations modernes de
soit pour produire de l’énergie mécanique ou de l’énergie gazéification qui traitent les déchets par le procédé
électrique par le biais d’une turbine à vapeur. RDF, utilisent des turbines à gaz à cycle combiné et
réutilisent la vapeur condensée (eau chaude résiduelle)

Recueil des technologies relatives aux déchets 245


Les déchets solides, une ressource à exploiter
pour le chauffage urbain ou pour d’autres procédés dans l’établissement de ces objectifs, y compris
industriels. Des rendements supérieurs à 80 p. 100 sont dans la définition du rôle maximal joué par l’instal-
possibles lorsque le combustible produit par le procédé lation pour l’élimination des déchets, en prévoyant
RDF sert à alimenter des installations thermochimiques une participation à haut niveau (comité des travaux
industrielles, p. ex., pour la production de clinker dans et conseil municipal) pour l’établissement et l’adop-
les fours à ciment. tion du plan à long terme. Informer le public, au
moins une fois par an, des progrès réalisés dans la
Leçons apprises poursuite des objectifs et organiser des réunions
périodiques de révision des objectifs à la lumière
Il n’existe pas d’obstacles infranchissables (sur le plan de des progrès réalisés.
la réglementation, de la conception technique, de l’envi-
ronnement ou sur le plan économique) qui empêchent le ■ Calmer les préoccupations concernant les effets défa-
développement d’installations fiables de traitement ther- vorables du traitement thermique sur l’environ-
mique. En revanche, l’opposition à de telles installations nement, en faisant état publiquement des résultats de
par les groupes communautaires locaux ou par des groupes contrôle des émissions obtenus dans les installations
environnementaux peut constituer un obstacle. Il pour- d’autres municipalités et en publiant les résultats de
rait être instructif, pour une municipalité planifiant la comparaison avec les normes réglementaires; s’en-
construction d’un système de gestion des ressources et gager à n’utiliser que la technologie existante la plus
des déchets, d’une part de connaître les raisons qui ont performante et à revoir ou améliorer, si possible
conduit à l’échec des propositions de projet de traitement chaque année, les pratiques d’exploitation. Quantifier
thermique à Halifax et à Montréal, ainsi qu’à l’interdic- les résultats environnementaux pour toute la durée
tion par le gouvernement de l’Ontario de l’incinération de vie des options possibles de gestion des déchets de
des déchets solides municipaux, d’autre part de connaître votre municipalité, en incluant le rôle potentiel joué
les raisons du succès de la proposition d’expansion des par le traitement thermique. Certains outils, comme
installations KMS (procédé EFW) de la Région de Peel. le modèle de gestion intégrée des déchets
Pour surmonter ces obstacles, diverses stratégies sont (www.iwm-model.uwaterloo.ca), peuvent faciliter
possibles : cette tâche.

■ Lutter contre la crainte que l’élimination des ■ Calmer les préoccupations des groupes communau-
déchets par traitement thermique risque de démo- taires locaux en effectuant une analyse comparative
tiver les programmes de recyclage et de compostage approfondie des lieux d’installation en perspective
ou les autres programmes de réacheminement des et des processus de sélection qui intègrent, dans le
déchets. Pour cela, définir clairement le rôle maxi- processus de planification de l’installation, la prise en
mal à jouer par l’installation thermique au sein du compte des effets sur la collectivité et les coûts tech-
système intégré de réacheminement et d’élimination niques et financiers. Établir un comité de liaison
des déchets de la municipalité considérée. Élaborer communautaire ayant le pouvoir de superviser les
la configuration d’un tel système dans le cadre d’un résultats d’exploitation de toute installation, y com-
processus de planification à long terme de la gestion pris la mise en œuvre de règles pour le système de
des déchets, incluant des consultations avec les gestion de l’environnement. Ce comité pourrait avoir
intervenants, y compris la collectivité et les groupes la responsabilité de gérer des fonds pour l’atténua-
environnementaux. tion des répercussions communautaires, fonds qui
seraient dérivés de redevances sur les droits de traite-
■ Établir des objectifs clairs pour chaque composante ment des déchets. Ces fonds sont typiquement de
du programme de réacheminement des déchets. l’ordre de 0,50 à 2,50 $ la tonne de déchets traités.
Ces objectifs devront ensuite définir le rôle de l’ins- Des ententes de protection de la valeur réelle des
tallation thermique comme moyen final d’élimina- propriétés pourraient être établies à la place de ou
tion des déchets résiduels. Faire preuve d’autorité en liaison avec ces fonds.

246 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 5.5 C ARACTÉRISTIQUES DU TRAITEMENT THERMIQUE

Paramètre Sommaire

DESCRIPTION Les technologies de traitement thermique sont nombreuses et diverses.


Toutes ont pour but de décomposer les déchets pour produire de l’énergie

PERFORMANCE GLOBALE Le traitement thermique permet de détourner 70 p. 100 des déchets


originalement destinés à des lieux d’enfouissement

CARACTÉRISTIQUES Le traitement thermique est un procédé de haute technologie qui exige


COMMUNAUTAIRES des opérateurs qualifiés techniquement. Selon la technologie utilisée, le
traitement thermique peut convenir à des collectivités allant de la taille
d’une petite localité à la taille d’un grand centre urbain

COÛTS Les coûts sont fonction de la technologie thermique utilisée et de la


capacité de traitement requise

FACTEURS AYANT UNE INFLUENCE L’existence de marchés locaux pour l’énergie récupérée est un facteur
SUR L’ACQUISITION critique pour l’acquisition

EFFETS ENVIRONNEMENTAUX Le traitement thermique offre l’avantage de détourner les déchets des
lieux d’enfouissement auxquels ils étaient destinés et donc de minimiser
la génération de lixiviat acide et de méthane. De plus, le traitement
thermique offre l’avantage de produire de l’énergie récupérable et par
conséquent de réduire les besoins de consommation d’énergies provenant
d’autres sources

RÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES Le traitement thermique est producteur net d’énergie

LEÇONS APPRISES Bien que le traitement thermique soit un concept sain qui a fait ses
preuves au Canada sur le plan environnemental et sur le plan énergétique,
la perception négative et l’opposition du public à cette technologie
rendent difficile l’implantation de nouvelles installations

Recueil des technologies relatives aux déchets 247


Les déchets solides, une ressource à exploiter
6
SECTION

Enfouissement

Description générale règlements qui définissent les normes minimales à


respecter pour certains éléments techniques. Dans

S elon un sondage effectué en l’an 2000 par


Statistique Canada, les Canadiens rejettent chaque
année environ 23 millions de tonnes de déchets non
certaines collectivités publiques, une combinaison de
règlements fondés sur les performances et de règle-
ments dirigistes sont appliqués. Les processus de régle-
dangereux. Le rejet dans des lieux d’enfouissement mentation peuvent aussi inclure d’autres procédures ou
constitue l’étape finale de toute démarche de gestion applications qui dépendent du lieu d’enfouissement ou
intégrée des déchets et le restera à l’avenir pour le rejet de l’emplacement du lieu.
des déchets résiduels, malgré tous les efforts entrepris Les lieux d’enfouissement de déchets solides
pour le recyclage et le réacheminement des déchets. municipaux reçoivent une grande variété de déchets
L’élimination des déchets dans des lieux d'en- non dangereux, dont la nature dépend de la démarche
fouissement a évolué considérablement au cours des globale de gestion des déchets relativement à ces lieux.
années, surtout en raison des préoccupations du public Il y a une nette tendance vers l’exclusion ou l’interdic-
sur les effets possibles sur l'environnement et en raison tion du rejet de certaines matières dans les lieux d’en-
de l’intérêt du public pour des démarches plus durables fouissement. En particulier, le rejet de déchets liquides
de gestion des déchets. Cette évolution a conduit à n’est plus toléré dans de nombreux lieux d’enfouisse-
l’élaboration de règlements de plus en plus sévères pour ment en raison de préoccupations sur les effets possi-
les lieux d’enfouissement et à l’intégration de pro- bles d’un accroissement du lixiviat. Les déchets
grammes de consultation communautaire plus intensifs dangereux sont éliminés dans des lieux d’enfouisse-
dans les processus de planification de la gestion des ment spéciaux, différents des lieux d’enfouissement
déchets et de sélection des lieux d’enfouissement. Par municipaux.
ailleurs, les demandes du public pour de nouvelles Dans certaines régions, le rejet dans des lieux d’en-
méthodes de gestion des déchets ont aussi fortement fouissement est interdit pour les matières qui peuvent
contribué à motiver le développement de technologies être traitées par d’autres moyens. Dans les collectivités
nouvelles et émergentes, telles que la bioconversion où il existe un programme de recyclage, il est générale-
(traitement dans un bioréacteur). ment interdit d’enfouir les déchets recyclables. Il en est
Les lieux d’enfouissement établis au cours des de même des plaques de plâtre, des carcasses d’automo-
25 dernières années ont été autorisés dans un cadre de bile, des débris de construction ou démolition, des
réglementation qui ne s’est jamais préoccupé d’autant déchets organiques et d’autres matériaux, dans la
de questions ou de considérations environnementales mesure où il existe d’autres options de gestion de ces
que le cadre de réglementation actuel. La réglementa- matériaux. D’une façon générale, ces interdictions ont
tion actuelle en matière de planification et d’implanta- pour but d’assurer que les déchets seront convenable-
tion de lieux d’enfouissement est très variable au ment gérés et seulement rejetés dans des lieux
Canada et va de règlements de protection de l'environ- d’enfouissement s’ils ne peuvent pas être traités par
nement, largement fondés sur les performances, à des d’autres moyens.

248 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Technologies gestion des déchets, en fonction des besoins de la
municipalité et en fonction d’exigences propres à ce
Un lieu d’enfouissement est une installation qui permet lieu qui visent à minimiser les effets sur l’environ-
d’éliminer définitivement les déchets solides. Diverses nement conformément aux règlements en vigueur.
démarches permettent de choisir, de concevoir, de cons- Un lieu d’enfouissement est un système complexe
truire et d’exploiter un lieu d’enfouissement et de le d’excavations, de matériels et de systèmes interdépen-
gérer après sa fermeture. Un lieu d’enfouissement est dants qui agissent de concert pour décomposer et
conçu, dans le cadre d’un programme plus étendu de stabiliser les déchets au fil du temps.

F IGURE 6.1 P RINCIPAUX ÉLÉMENTS D ’ UN LIEU D ’ ENFOUISSEMENT

Soufflante Système de
Production
de gaz recouvrement
d’énergie
Système d’injection
Système de du lixiviat

Torche collecte du gaz


Surveillance
environnementale
Recirculation
du lixiviat

Extraction
du lixiviat

Levées de Couverture
déchets quotidienne/
provisoire

Protection des eaux souterraines


• Atténuation naturelle
• Confinement du lixiviat
• Collecte du lixiviat

Dans le choix et la conception d’un lieu d’en- d’élimination, équilibre des sols, configuration,
fouissement moderne pour déchets non dangereux, infrastructures nécessaires;
divers facteurs clés doivent être pris en considération, ■ Systèmes de confinement et de collecte du lixiviat;
en particulier : ■ Extraction et exigences de traitement du lixiviat;
■ Choix du lieu – aspect géologique, utilisation des ■ Gestion des eaux pluviales;
terres, effets locaux possibles (pollution des nappes ■ Captage du GE;
d’eau souterraines, pollution des eaux de surface, ■ Matériaux de couverture quotidienne/provisoire;
bruit, trafic, poussière, dégradation du paysage, ■ Surveillance environnementale et résultats;
odeurs désagréables, pollution de l'air); ■ Protocoles d’exploitation et d’entretien;
■ Consultation publique; ■ Santé et sécurité;
■ Hydrogéologie et protection des nappes d’eau ■ Systèmes de recouvrement final;
souterraines – capacité de filtrage naturel; ■ Fermeture et usage après fermeture;
■ Écologie; ■ Gestion après fermeture.
■ Conception du lieu d’enfouissement – capacité

Recueil des technologies relatives aux déchets 249


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Des cellules de décharge sont construites par excava- Des systèmes de collecte du lixiviat sont incorporés
tion ou par construction de bermes de confinement. Une dans certains lieux d'enfouissement modernes afin d’em-
fois les déchets préparés, ils sont jetés et compactés dans pêcher l’accumulation de liquide dans les cellules de
l’une des cellules, puis généralement recouverts de terre décharge. Ces systèmes permettent de mieux protéger les
ou d’autres matériaux à la fin de la journée. La couver- nappes d’eau souterraines et empêchent aussi le lixiviat de
ture de terre empêche que les déchets soient emportés suinter sur les côtés inclinés à la surface du lieu, ce qui
par le vent, atténue les mauvaises odeurs et empêche les prévient la contamination des eaux de surface et permet
animaux de se nourrir des ordures et les insectes de d’éviter que des personnes ou des animaux entrent en
creuser des galeries. L’empilement des déchets se pour- contact avec des substances polluantes. La conception et
suit de cette façon jusqu’à ce que le niveau final de la la construction de ces systèmes peuvent se faire parallèle-
cellule soit atteint. ment au développement des cellules de décharge ou, si les
La protection des nappes d’eau souterraines conditions le permettent, après l’enfouissement des déchets.
dépend des caractéristiques d’atténuation naturelle du Méthodes de gestion du lixiviat après sa collecte :
lieu et peut nécessiter l’utilisation de systèmes de con- ■ Transport hors site (par camion ou par conduite

finement et de collecte du lixiviat. La méthode de pro- d’égout) vers une installation appropriée de traite-
tection des nappes d’eau souterraines est fondée sur ment des eaux d’égout;
des considérations propres au lieu et peut exiger une ■ Traitement sur place pour satisfaire à des critères

évaluation détaillée des conditions hydrogéologiques, d’acceptabilité de rejet;


des effets possibles sur l’environnement, de la durée ■ Évaporation;

anticipée de contamination du lieu et de la capacité de ■ Recirculation.

l’environnement à la gérer efficacement. Certaines


caractéristiques d’un lieu d’enfouissement, telles que La sélection de la méthode optimale de gestion du
sa configuration, la profondeur de la couche de lixiviat est complexe et doit tenir compte du volume
déchets, les matériaux de recouvrement quotidien, la anticipé de lixiviat capté, des caractéristiques du lixiviat,
conception de la couche finale de recouvrement, etc., de la faisabilité technique du traitement, de la proximité
ont une profonde influence sur la protection des ou disponibilité d’installations appropriées de traite-
nappes d’eaux souterraines voisines. ment hors site, des coûts de transport, des coûts d’in-
L’atténuation naturelle dépend, entre autres, des vestissement et d’exploitation du traitement sur place
caractéristiques intrinsèques du lieu et de sa configu- et enfin de la réglementation applicable au traitement
ration géologique pour diluer, disperser, dégrader et et à l’évacuation du lixiviat. Les milieux humides artifi-
absorber les polluants contenus dans le sol et dans les ciels, utilisés comme moyens de traitement fondés sur
eaux souterraines. La plupart des lieux d’enfouisse- l’écologie, sont de plus en plus reconnus comme com-
ment possèdent une certaine capacité d’atténuation posantes possiblement viables d’un système global de
naturelle. L’atténuation naturelle peut s’avérer à elle traitement. La détermination précise du procédé requis
seule suffisante pour assurer la protection des eaux pour le traitement efficace du lixiviat dépend essen-
souterraines ou peut nécessiter d’être combinée avec tiellement de la nature du lieu d’enfouissement et exige
d’autres moyens. des tests en laboratoire et une implantation à l’échelle
Les systèmes de confinement du lixiviat peuvent préindustrielle pour vérifier son bien-fondé.
comporter des revêtements de sol fabriqués avec des La méthode d’évaporation du lixiviat qui utilise le
matériaux locaux ou importés, des revêtements à mem- GE comme combustible a été appliquée à certains
branes synthétiques ou des revêtements composites, lieux. Parmi les points importants à considérer, men-
constitués d’une combinaison de revêtements de sol et tionnons la disponibilité d’un débit de gaz suffisant,
de revêtements synthétiques. Dans la conception d’un le niveau d’acceptabilité des émissions, la gestion des
lieu d’enfouissement, un système de confinement du boues résiduelles et les coûts d’investissement et d’ex-
lixiviat peut être envisagé pour limiter l’infiltration du ploitation de la technologie comparativement aux
lixiviat dans le sol. autres options.

250 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
La méthode de recirculation du lixiviat à l’intérieur Plusieurs projets d’utilisation du GE ont été
des déchets a été appliquée depuis plusieurs années réalisés avec succès au Canada et aux États-Unis. Le
à de nombreux lieux pour gérer les liquides. Il a été GE est utilisé dans de nombreuses applications indus-
démontré que la recirculation du lixiviat augmente la trielles, en particulier pour :
vitesse de stabilisation des déchets, favorise le tasse- ■ La production d’électricité;

ment du terrain, augmente la vitesse de génération du ■ Le chauffage de locaux;

GE et influe dans une certaine mesure sur le traitement ■ Le chauffage dans certains procédés industriels;

du lixiviat. Cette méthode a contribué au développe- ■ La production de gaz de pipeline de haute qualité.

ment d’une nouvelle technologie d’enfouissement, dite


à bioréacteur, décrite aux page 252 à 254. La production d’électricité et le chauffage sont les
Le GE, composé principalement de méthane, de applications les plus courantes. La possibilité d’utilisa-
CO2 et de traces de composés organiques, est produit tion du GE dépend de l’existence de marchés pour ce
par la décomposition des déchets enfouis. Les émis- type de gaz, du prix de vente du gaz et des coûts de
sions de GE dans l’atmosphère peuvent soulever des mise en œuvre des systèmes qui permettent d’utiliser
préoccupations concernant les mauvaises odeurs, la ce gaz à un endroit particulier.
qualité de l’air et les effets nocifs sur la santé. Le GE Le recherche et le développement de technologies
est aussi potentiellement un gaz à effet de serre. émergentes, telles que la production à faible échelle
L’infiltration du GE dans le sol entourant le lieu peut d’électricité à l’aide de micro-turbines, la production
aussi être préoccupante pour la santé et la sécurité, de carburant pour véhicule ou de méthanol dérivé du
particulièrement si le gaz peut s’accumuler à des con- GE, le traitement cryogénique du GE pour le convertir
centrations explosives dans un espace fermé ou dans en combustible liquide sous pression, offre beaucoup
une zone encaissée. d’espoir pour les possibilités futures d’utilisation du GE.
De nombreuses méthodes permettent d’atténuer Les principaux obstacles à l’utilisation du GE sont
ces effets éventuels. Le contrôle des émissions de GE liés à la perception du risque due à un manque de con-
dans l’atmosphère, lorsqu’il est nécessaire, est souvent naissance des ressources potentielles, aux coûts actuels
accompli en captant le gaz qui émane des déchets. Une relativement bas de l’énergie, à l’absence d’une indus-
fois le gaz capté, il peut être brûlé ou utilisé comme trie de l’énergie renouvelable au Canada et aux limita-
ressource énergétique. L’infiltration de gaz sous la sur- tions d’accès aux marchés énergétiques. Toutefois, cette
face du sol peut être atténuée par le captage ou par situation évolue. En effet, la sensibilisation croissante
d’autres méthodes telles que la ventilation passive en du public à la valeur de l’énergie renouvelable, com-
profondeur. Dans l’utilisation de la ventilation passive, binée à la dé-réglementation progressive du secteur de
il faut prendre soin de protéger l’environnement contre l’énergie, va contribuer à surmonter quelques-uns des
les effets locaux désagréables, tels que les mauvaises obstacles actuels.
odeurs ou la qualité médiocre de l’air.
Le captage et le torchage du GE constitue une
Couches finales de recouvrement
méthode efficace d’atténuer les effets potentiellement
nocifs de ce gaz. Au lieu d’être brûlé sur place, le GE Les couches finales de recouvrement servent à séparer
peut être aussi utilisé comme ressource énergétique les déchets du milieu environnant lorsque les cellules
pour générer des recettes, ce qui peut être utile pour le de décharge ou les sections d’un lieu d’enfouissement
défraiement de certains coûts d’exploitation et d’entre- atteignent leur niveau final. En permettant de contrôler
tien du lieu d’enfouissement. Par ailleurs, le public la teneur en humidité des déchets, les couches finales
devient de plus en plus sensibilisé aux questions de de recouvrement peuvent exercer une grande influence
conservation de l'énergie. L’utilisation du GE, qui est sur les réactions qui favorisent la décomposition et la
un combustible relativement propre, peut contreba- stabilisation à long terme des déchets. Jusqu’à récem-
lancer la consommation d’autres ressources non ment, la conception classique d’une couche finale de
renouvelables dont la production et l’utilisation sont recouvrement visait principalement à minimiser l’infil-
parfois plus néfastes pour l’environnement. tration d’humidité dans les déchets, ce qui avait pour

Recueil des technologies relatives aux déchets 251


Les déchets solides, une ressource à exploiter
effet de limiter la génération et l’accumulation de lixiviat et la synthèse de nombreuses méthodes novatrices ou
dans la décharge. Les couches finales de recouvrement existantes pour le choix des éléments constituants, ainsi
sont habituellement faites de matériaux extraits de sols que l’identification et la sélection de produits existants
de faible perméabilité ou de membranes synthétiques. particuliers.
L’utilisation de couches finales de recouvrement
doit être prévue dans le plan de fermeture du lieu d’en- T ECHNOLOGIES NOUVELLES ET ÉMERGENTES
fouissement. Ce plan peut définir la méthode de ferme-
ture et servir de base à l’établissement des conditions L’élimination des déchets par bioconversion (transfor-
d’utilisation du lieu après sa fermeture, y compris les mation biochimique dans un bioréacteur) est une nou-
exigences de sécurité, d’entretien et de surveillance du velle technologie qui a été dérivée de la technologie
lieu. Au Canada, beaucoup de lieux d’enfouissement moderne d’enfouissement pour répondre aux demandes
n’ont pas été gérés après leur fermeture, alors que pour des démarches plus durables d’élimination des
d’autres ont fait l’objet de programmes novateurs déchets. Cette nouvelle technologie exige la construction
prévoyant, p. ex., le développement de zones de loisirs et l’exploitation d’une cellule de décharge spécifique-
passifs et de terrains de golf. ment conçue pour accentuer la décomposition des
Au cours de la dernière décennie, une autre méthode déchets grâce à un maniement prudent des paramètres
de conception de la couche finale de recouvrement a du lieu. Il s’agit essentiellement d’une méthode de
été de plus en plus reconnue comme étant capable de traitement des déchets à l’intérieur d’une cellule de
favoriser l’infiltration d’humidité à l’intérieur des décharge étroitement contrôlée.
déchets et, par conséquent, d’accélérer la biodégrada- Un lieu d’enfouissement à bioréacteur comporte de
tion, la décomposition et la stabilisation des déchets. nombreux éléments semblables à ceux d’un lieu d’en-
Les couches d’infiltration d’humidité sont habituelle- fouissement sanitaire moderne, la principale différence
ment faites de terre sablonneuse très perméable. Des étant le contrôle plus strict du procédé. La bioconver-
observations ont révélé un fort accroissement du taux sion dans un bioréacteur offre principalement les avan-
de tassement et du volume de gaz produit. D’autres tages suivants :
études ont confirmé par la suite que la recirculation ■ Stabilisation rapide des déchets résultant dans une

du lixiviat et l’introduction d’humidité accentuent le réduction de la durée de vie polluante pendant la


processus de décomposition biologique et peut avoir période où les contrôles sont les plus efficaces;
des effets avantageux sur le traitement du lixiviat, ce ■ Tassement plus rapide du lieu d’enfouissement per-

qui pourrait réduire le temps pendant lequel un lieu mettant de tirer le maximum de profit de la capacité
d’enfouissement demeure polluant. Les progrès réalisés existante et approuvée d’élimination des déchets et
pour améliorer la recirculation du lixiviat ont abouti à de retarder l’implantation de nouveaux lieux;
la conception d’un nouveau type de lieu d’enfouisse- ■ Traitement sur place du lixiviat pour réduire les

ment généralement connu sous le nom de lieu concentrations en polluants;


d’enfouissement à bioréacteur. ■ Amélioration du potentiel de récupération du GE et,

par conséquent, amélioration des possibilités de pro-


Fournisseurs d’équipements des lieux duction d'énergie et mise en jeu des forces du marché
d’enfouissement pour motiver une réduction plus grande du niveau
des émissions.
Il n’existe pas de fournisseurs de lieux d’enfouissement
« clé en main ». Les lieux d’enfouissement sont conçus Certaines personnes pensent que la durée typique
et construits à la demande, de façon à convenir à des de stabilisation des déchets dans un lieu d’enfouissement
endroits particuliers et à des applications spécifiques à bioréacteur pourrait être de l’ordre de 10 à 15 ans, en
d’élimination des déchets. Le processus de conception comparaison des 50 ans et plus anticipés pour les lieux
d’un lieu d’enfouissement exige généralement l’adaptation

252 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
d’enfouissement sanitaire conventionnels. Un autre bioréacteur, afin de mieux contrôler les effets
avantage de la stabilisation rapide est la réduction de éventuellement néfastes du GE. L’augmentation du
la période après la fermeture exigeant des soins et une taux de génération du GE permet de récupérer de plus
surveillance étroite, ce qui réduit les effets possibles à grandes quantités de GE et, par conséquent, de réduire
long terme, en particulier les risques pour l’environ- les émissions globales du lieu d’enfouissement.
nement et les risques financiers souvent associés aux L’augmentation du taux initial de récupération du GE
anciens lieux d’enfouissement. est une bonne façon d’améliorer le bilan économique
Un lieu d’enfouissement à bioréacteur exige un des projets de conversion de GE en énergie, puisque
grand apport d’humidité pour optimiser la décomposi- cela permet de rehausser les économies d’échelle
tion des déchets. L’humidité ajoutée doit contenir le établies en vue de la sélection de la capacité des cen-
lixiviat du lieu d’enfouissement et être uniformément trales électriques et d’augmenter le rendement du capi-
répartie pour que la bioconversion soit optimale. En tal investi pendant les premières années d’exploitation,
général, des conduites horizontales d’injection de c’est-à-dire, pendant que les coûts d’entretien sont les
liquide sont placées dans la masse des déchets au fur plus bas.
et à mesure du remplissage du lieu. D’autres méthodes L’augmentation du taux de tassement des déchets
prévoient la construction de puits d’injection verticaux, permet d’utiliser plus efficacement le volume d'en-
de bassins d’infiltration et de systèmes de pulvérisation fouissement disponible, ce qui réduit les besoins de
en surface. Pour améliorer la répartition de l’humidité, construction de lieux de remplacement. Sous sa forme
une autre méthode consiste à recouvrir les déchets, sophistiquée, la bioconversion permet de remplacer
pendant le remplissage de la décharge, de couches de l’élimination classique des déchets par une démarche
matériaux ou de tissus perméables. plus durable de gestion des déchets.
Des instruments de surveillance et des systèmes de L’attitude et la perception du public vis-à-vis des
contrôle élaborés sont utilisés sur place pour contrôler lieux d’enfouissement à bioréacteur est probablement
la teneur en humidité des déchets et pour optimiser plus favorable que pour les lieux d’enfouissement con-
leur décomposition. Ces instruments peuvent comporter ventionnels, en raison des meilleurs résultats environ-
des capteurs d’humidité, des capteurs de température nementaux anticipés. La bioconversion peut jouer un
ou des capteurs de pression hydrostatique répartis en rôle clé au sein d’un système plus large de gestion inté-
réseaux dans la masse des déchets. Les systèmes de grée des déchets et peut être complémentée par le réa-
bioconversion sophistiqués sont capables de surveiller cheminement et le recyclage des déchets, très en vogue
étroitement et avec précision les caractéristiques chimi- actuellement. Dans ce contexte, on prévoit qu’une tech-
ques des liquides injectés et, si cela est avantageux, nique avancée de bioconversion anaérobie pourrait être
d’ajuster la composition chimique de ces liquides pour utilisée en liaison avec la bioconversion aérobie ou avec
optimiser la bioconversion. des techniques d’enfouissement minier pour aboutir à
Le taux de génération du GE augmente avec le taux une démarche durable de gestion des déchets.
de décomposition des déchets. Des systèmes de captage
du GE sont installés sur les lieux d’enfouissement à

Recueil des technologies relatives aux déchets 253


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 6.1 D EUX EXEMPLES DE LIEU D ’ ENFOUISSEMENT À BIORÉACTEUR APPROUVÉS AU C ANADA

Nom du lieu Propriétaire du lieu Endroit Caractéristiques primaires du lieu

LIEUX D’ENFOUISSEMENT Intersan Ste-Sophie ● Revêtement synthétique partiel


À BIORÉACTEUR (Services canadiens de (Québec) ● Système de collecte du lixiviat

Lieu d’enfouissement de gestion des déchets) ● Recirculation du lixiviat/apport d’humidité

Ste-Sophie ● Captage et torchage du GE

● Utilisation du GE (prévue pour l’avenir)

● Instruments de surveillance et systèmes de

contrôle du procédé

Lieu d’enfouissement de Lafleche Environment Inc. North Stormont ● Revêtement de sol naturel
Lafleche (Ontario) ● Système de collecte du lixiviat

● Recirculation du lixiviat (prévue pour l’avenir)

● Captage et torchage du GE (prévu pour l’avenir)

● Utilisation du GE (envisagé pour l’avenir)

● Instruments de surveillance et dispositifs de

contrôle du procédé

Évaluation taires de plus en plus rigoureuses et en raison de la


complexité croissante des processus d’approbation, qui
P ERFORMANCE GLOBALE DES SYSTÈMES sont de plus en plus guidées par des préoccupations de
nature environnementale. Par ailleurs, il y a une recon-
La performance d’un lieu d’enfouissement dépend de naissance croissante des obligations à long terme, et de
paramètres, tels que le débit d’arrivée des déchets, ainsi leurs coûts éventuels, associés aux lieux d’enfouisse-
que la taille, la capacité d’enfouissement et la durée de ment. Malgré ces tendances, le déversement des
vie du lieu. déchets dans des lieux d’enfouissement reste l’une des
Les programmes visant à détourner certains solutions la meilleure marché, car les coûts continuent
déchets des lieux d’enfouissement par le tri à la source, d’avoir un impact déterminant sur les décisions de ges-
le recyclage et le réacheminement des déchets tion des déchets.
organiques permettent de réduire la quantité de Les règlements qui gouvernent le choix de l’em-
déchets à éliminer. Il subsiste un besoin bien défini placement, la conception, la construction, l’exploita-
de rejeter les déchets qui ne peuvent pas être traités tion, la surveillance et la gestion après la fermeture des
économiquement avec les technologies existantes. lieux d’enfouissement modernes visent avant tout à
L’innovation et le développement incessant des méthodes protéger l’environnement. Cependant, l’adoption dans
de gestion intégrée des déchets permettront de réduire le passé de pratiques inappropriées et la perception
de plus en plus la quantité de déchets à déverser dans négative du public vis-à-vis des lieux d’enfouissement
des lieux d’enfouissement. (trafic de véhicules, détérioration du paysage, déprécia-
Le déversement des déchets dans des lieux d’en- tion possible de la valeur des terrains avoisinants, etc.)
fouissement continue d’être une solution bon marché, causent souvent des réactions d‘opposition à l’implanta-
du moins à court terme, par rapport à la plupart des tion de nouveaux lieux et influent les décisions des
autres options. Cependant, les coûts de déversement municipalités concernant la gestion des déchets en
augmentent sans cesse en raison d’exigences réglemen- général.

254 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
La disponibilité d’autres installations d'élimination ■ Planification de la gestion des déchets et sélection du
des déchets, à coût raisonnable et situées à une dis- lieu d’enfouissement;
tance acceptable, constitue aussi un facteur détermi- ■ Évaluation détaillée du lieu d’enfouissement, y com-
nant lorsqu’il s’agit de décider si les déchets doivent pris les études de référence et l’évaluation des
être éliminés dans un lieu enfouissement local. En plus impacts;
d’affecter les coûts, la disponibilité d’autres installations ■ Acquisition de terrains;
voisines, même à des coûts plus élevés, favorisera aussi ■ Permis d’exploitation du lieu;
l’opposition du public aux options locales d’élimination ■ Consultation publique;
des déchets. ■ Conception détaillée;
En revanche, des options limitées peuvent orienter ■ Développement du lieu et construction des infra-
les décisions pour le choix d’une méthode de gestion structures, y compris les systèmes de contrôle
des déchets. Ceci est particulièrement apparent si l’on éventuellement nécessaires;
considère le grand nombre de petits lieux d’enfouisse- ■ Récupération d'énergie;
ment au Canada, comparativement à la tendance à ■ Main d’œuvre et équipements nécessaires à
l’implantation de lieux régionaux moins nombreux, l’exploitation du lieu;
relativement plus grands et situés près des grands ■ Administration;
centres urbains. Les coûts unitaires des lieux plus ■ Installations polyvalentes (c.-à-d., dépôts de déchets
petits sont parfois beaucoup plus élevés que ceux des ménagers dangereux, compostage);
lieux régionaux. Même dans ce cas, les coûts d’élimina- ■ Fermeture du lieu;
tion des déchets dans les lieux d’enfouissement ■ Entretien après la fermeture;
demeurent plus faibles que les coûts de mise en œuvre ■ Suivi environnemental et rapports;
et d’exploitation d’autres méthodes de gestion des ■ Garanties financières à long terme;
déchets qui sont plus influencées par des économies ■ Mise en œuvre, au besoin, de mesures correctives
d’échelle que les lieux d’enfouissement. en cas d’imprévus.

Caractéristiques communautaires Dans le passé, les coûts associés aux lieux d’en-
fouissement n’ont pas toujours été pleinement pris en
Au Canada, toutes les collectivités comptent encore sur compte et affectés aux déchets déversés. Les lieux dont
les lieux d’enfouissement pour l’élimination finale des l’implantation a été approuvée dans le cadre des struc-
déchets et des matières résiduelles. Dans les régions tures d’approbation des 20 à 25 dernières années ont
voisines des grands centres démographiques, la ten- généralement fait l’objet d’une démarche plus complète
dance s’est orientée vers la régionalisation des lieux d’identification des coûts d’élimination des déchets.
d’enfouissement, afin de partager les coûts croissants Malgré cela, il reste beaucoup à faire.
inhérents à cette méthode d’élimination des déchets. Plusieurs de ces éléments de coût dépendent de la
En revanche, dans les régions où les conditions du conception particulière du lieu d’enfouissement et des
marché sont différentes, des lieux plus nombreux et paramètres d’exploitation du lieu. De plus, certains
plus petits sont en exploitation et plusieurs d’entre eux éléments de coût, non nécessairement spécifiques à un
sont même en expansion. lieu donné, sont davantage influencés par les forces du
marché local. Les forces primaires du marché local
Coûts peuvent inclure :
■ L’offre ou la demande régionale pour des espaces

Les coûts associés à l’élimination des déchets dans des d'enfouissement;


lieux d’enfouissement sont très variables et fortement ■ Le rapport de propriété (publique/privée) du lieu

influencés par de nombreux facteurs propres au lieu, d’enfouissement;


par les forces du marché et par d’autres paramètres. ■ La proximité d’autres installations disponibles pour

Les éléments de coût qui contribuent éventuelle- l’élimination des déchets.


ment au coût total sont les suivants :

Recueil des technologies relatives aux déchets 255


Les déchets solides, une ressource à exploiter
D’autres facteurs importants incluent les ententes d’enfouissement approuvés dans le cadre de la struc-
avec la municipalité hôte et les décisions d'intérêt ture d’approbation des 20 à 25 dernières années et
public qui régissent les options d’élimination ou qui suppose qu’un niveau semblable de priorité a été
fixent les critères d’établissement des prix. Des accordé aux questions environnementales. Sur la
ententes sont souvent établies lorsque la municipalité base de cette distinction, on peut estimer que les
peut retirer des avantages financiers, par exemple en redevances de déversement de nombreux lieux d’en-
ne payant rien ou moins pour l’élimination des fouissement de moindre importance, recevant de
déchets de la municipalité ou bénéficier de redevances faibles débits de déchets, pourraient approcher et
de déversement sur son lieu d’enfouissement par même dépasser la limite supérieure de 100 $ la tonne
d’autres municipalités. Certaines décisions d'intérêt susmentionnée. En revanche, les redevances de
public, telles que l’interdiction de certaines options déversement des lieux d’enfouissement régionaux plus
d’élimination de déchets, peuvent également importants, proches des agglomérations, pourraient
influencer l’adoption de telle ou telle solution. être plus proches de 40 $ à 60 $ la tonne.
Les redevances de déversement dans les lieux L’utilisation du GE permet de générer des recettes
d’enfouissement reflètent les coûts particuliers à à certains lieux d’enfouissement. Compte tenu du
l’installation, l’influence du marché et d’autres élé- marché actuel de l’énergie au Canada, de nombreux
ments de coût, ainsi que les décisions commerciales projets d’utilisation du GE ne sont pas réalisables sur
du propriétaire de l’installation. En plus de ces coûts, le plan économique individuellement. Toutefois, le
les redevances de déversement peuvent aussi inclure marché de l’énergie est en constante évolution et
des allocations pour refléter les dépenses prévision- pourrait offrir dans l’avenir suffisamment d’incitatifs
nelles de gestion des déchets, les profits, le rendement économiques pour augmenter le nombre de projets
exigé du capital investi et les frais indirects pour le d’utilisation du GE. De plus, il y a une prise de
traitement des déchets dont l’enfouissement est conscience croissante de la réduction importante de
interdit (déchets ménagers dangereux, recyclage pollution qui pourrait résulter du captage du GE et de
de matières prohibées, etc.). la valeur de la récupération d'énergie, qui pourrait sus-
En général, on peut dire que les redevances de citer de nouveaux intérêts pour l’utilisation de ce gaz.
déversement des déchets dans les lieux d’enfouisse-
ment se situent entre 20 et 100 $ la tonne. Au cours E FFETS ENVIRONNEMENTAUX
des 20 à 25 dernières années, les coûts propres aux
lieux d’enfouissement ont pour la plupart augmentés, Les lieux d’enfouissement modernes sont conçus et con-
surtout à cause de la mise en vigueur de règlements struits pour limiter les effets éventuellement défavorables
plus stricts et en raison de l’établissement de processus pour l’environnement. Les paramètres de conception
d’approbation de plus en plus complexes. Dans cer- sont généralement fixés, en fonction de conditions parti-
taines régions, ces augmentations de coût ont conduit culières au lieu, de manière à atténuer ces effets tout en
à une majoration des redevances de déversement, alors satisfaisant aux exigences réglementaires. Les lieux
que dans d’autres l’augmentation des coûts propres d’enfouissement haut de gamme (à écran d'étanchéité
aux lieux d’enfouissement a en partie été compensée artificiel) permettent de minimiser ces effets.
par des facteurs liés au marché, tels que l’accroisse- Les lieux d’enfouissement ont souvent les effets
ment des espaces offerts localement pour l’enfouisse- environnementaux négatifs suivants :
ment des déchets, qui contribue à attirer de la ■ Contamination des nappes d’eau souterraines;

concurrence pour ce type d’activité. ■ Contamination des eaux de surface;

Une autre généralisation concerne les économies ■ Odeurs désagréables;

d’échelle réalisables aux grands lieux d’enfouissement ■ Qualité médiocre de l'air;

régionaux par rapport aux lieux de moindre impor- ■ Émissions de GES;

tance dont les coûts unitaires sont souvent plus élevés ■ Impacts sur les habitats;

et qui reçoivent des débits de déchets plus faibles. ■ Dispersion des ordures;

Cette généralisation ne s’applique qu’aux lieux ■ Poussière;

256 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
■ Impacts sur l’écologie; ■ Lieu d’enfouissement de Port Mann, Surrey
■ Niveau de bruit gênant; (Colombie-Britannique).
■ Utilisation inefficace des matières et des ressources.
Au Canada, il existe de nombreux projets possi-
La probabilité que de tels effets se produisent ou bles d'utilisation du GE. Toutefois, compte tenu du
exigent des mesures d’atténuation dépend de condi- marché actuel de l’énergie, la plupart ne sont pas
tions propres au lieu et fait généralement l’objet d’une viables sur le plan économique individuellement. La
évaluation au cours des phases de conception et d’ap- dynamique de l’industrie énergétique au Canada, l’in-
probation du lieu d’enfouissement. Les critères de per- térêt croissant pour les énergies renouvelables et la
formance environnementale d’un lieu donné sont fixés reconnaissance des avantages nombreux et consi-
par le cadre réglementaire applicable à ce lieu. Au dérables que présentent pour l’environnement le cap-
Canada, les démarches de réglementation pour les tage et l’utilisation du GE sont tous des facteurs qui
lieux d’enfouissement sont généralement du ressort des contribuent à susciter un intérêt croissant pour ce
gouvernements provinciaux et sont très variables. type de projet.
La bioconversion, en tant qu’option généralisée
R ÉPERCUSSIONS ÉNERGÉTIQUES
de gestion des déchets, en est encore au stade de
développement. À l’heure actuelle, cette technologie
La principale répercussion énergétique résultant de n’est pas très compatible avec les processus existants
l’enfouissement des déchets est la possibilité de d’approbation et d’autorisation des installations
récupération d’énergie par le captage et l’utilisation d’élimination des déchets. Par conséquent, la biocon-
du GE. Il existe de nombreuses méthodes d’utiliser version exigera généralement une structure d’approba-
l’énergie ainsi récupérée, y compris l’utilisation du GE tion propre au lieu considéré. Voici quelques points à
comme combustible pour le chauffage industriel ou considérer dans la conception d’un lieu d’enfouisse-
pour le chauffage de locaux, la production d’électricité ment à bioréacteur :
■ Paramètres et performance des systèmes de confine-
et pour d’autres applications nouvelles, telles que l’uti-
lisation du gaz comme carburant pour les véhicules à ment et de collecte du lixiviat;
■ Exigences concernant la teneur en humidité et
moteur. L’utilisation du GE comme source d’énergie
permet aussi de réduire des émissions de GES en système de distribution des liquides;
■ Systèmes de captage, de torchage ou d’utilisation
réduisant la consommation de combustibles fossiles
traditionnels qui serait nécessaire pour produire la du GE;
■ Systèmes locaux de surveillance et de contrôle;
même quantité d’énergie.
■ Stabilisation des déchets;
Exemples de projet d’utilisation du GE au Canada :
■ Effets de tassement pour les systèmes haut de
Production d'électricité
■ Optigaz, Montréal (Québec),
gamme (à écran d’étanchéité artificiel);
■ Plan détaillé de gestion du système bioréacteur
■ Saint Michel, Montréal (Québec),

■ Lieu d’enfouissement de Waterloo, Waterloo


comprenant, entre autres, un programme d’injec-
(Ontario), tion de liquide, un programme d’évaluation de
■ Lieu d’enfouissement de Clover Bar, Edmonton
l’efficacité de la bioconversion et des plans
(Alberta); d’action ou de réponse, un plan d’exploitation
du bioréacteur (spécifique au lieu considéré) pour
Utilisation directe de combustible l’élimination des déchets, ainsi qu’un programme
■ Lieu d’enfouissement de Cambridge, Cambridge complet de surveillance des effets et des réponses
(Ontario), en cas d’imprévus.
■ Lieu d’enfouissement de Jackman, Langley

(Colombie-Britannique),

Recueil des technologies relatives aux déchets 257


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Leçons apprises y compris dans la définition du rôle maximal joué par
le lieu d’enfouissement, en prévoyant une participa-
L’opposition des groupes communautaires locaux et des tion à haut niveau (comité des travaux et conseil
groupes environnementaux à l’établissement de lieux municipal) pour l’établissement et l’adoption du plan
d’enfouissement constitue l’obstacle principal d’intégra- à long terme.
tion de cette composante à un système de gestion de
déchets municipaux. Il n’existe pas de barrières infran- ■ Calmer les préoccupations concernant les effets
chissables (sur le plan de la réglementation, de la con- éventuellement défavorables des lieux d’enfouisse-
ception, de l’environnement ou économique) qui ment sur l’environnement, en surveillant le lixiviat
empêchent l’implantation et l’exploitation d’un lieu et les émissions de gaz, en faisant état publiquement
d’enfouissement. Pour surmonter ces obstacles, diverses des résultats de comparaison avec les normes régle-
stratégies sont possibles : mentaires, en s’engageant à revoir et améliorer
■ Lutter contre la crainte que le lieu d’enfouissement
périodiquement, si cela est possible sur le plan
risque de démotiver les programmes de recyclage, de technico-économique, les pratiques d’exploitation
compostage, de réacheminement des déchets et de et de conception avancée (p. ex., le traitement par
récupération de l’énergie. bioréacteur) des lieux d’enfouissement.
Pour ce faire, définir clairement le rôle maximal
à jouer par le lieu d’enfouissement au sein ■ Calmer les préoccupations des groupes communau-
système intégré de réacheminement et d'élimination taires locaux en établissant un comité de liaison
des déchets de la municipalité. Élaborer la configura- communautaire ayant le pouvoir de superviser les
tion d’un tel système dans le cadre d’un processus de résultats d’exploitation du lieu d’enfouissement, y
planification à long terme de la gestion des déchets, compris la mise en œuvre de règles pour le système
incluant des consultations avec les intervenants, y de gestion de l'environnement. Ce comité pourrait
compris la collectivité et les groupes environnemen- avoir la responsabilité de gérer des fonds pour
taux. Établir des objectifs clairs et à long terme pour l’atténuation des répercussions communautaires,
chaque composante du programme de réachemine- fonds qui seraient dérivés de redevances de déverse-
ment des déchets. Ces objectifs devront ensuite ment au lieu d'enfouissement. Des ententes de pro-
définir le rôle du lieu d’enfouissement comme moyen tection de la valeur réelle des propriétés pourraient
final d’élimination des déchets résiduels. Faire preuve être établies à la place de ou en liaison avec ces fonds.
d’autorité dans l’établissement de ces objectifs,

258 Recueil des technologies relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
T ABLEAU 6.2 C ARACTÉRISTIQUES DE L ’ ENFOUISSEMENT

Paramètre Sommaire

DESCRIPTION Les déchets déversés dans un lieu d’enfouissement se décomposent au cours du temps
sous l’effet d’actions biologiques, physiques et chimiques
Les technologies émergentes, telles que la bioconversion dans un bioréacteur , pourraient
conduire à des démarches plus durables d’élimination des déchets dans les lieux
d’enfouissement

PERFORMANCE GLOBALE Une vaste gamme de performances est possible, étant donné que chaque installation est
conçue et construite sur demande pour atteindre des objectifs précis de gestion des déchets

CARACTÉRISTIQUES Dans toutes les collectivités canadiennes, l’élimination finale des déchets par enfouisse-
COMMUNAUTAIRES ment doit faire partie de toute méthode de gestion intégrée des déchets et des ressources

COÛTS Les coûts peuvent varier considérablement selon le débit et la nature des déchets, les
conditions spécifiques au lieu, les exigences réglementaires, la taille des installations et
les économies d’échelle, les exigences de conception/construction et la concurrence
venant d’autres lieux d’enfouissement locaux ou régionaux

FACTEURS AYANT UNE Faibles coûts comparativement à d’autres options. Disponibilité limitée des autres options
INFLUENCE SUR L’ACQUISITION

EFFETS ENVIRONNEMENTAUX Chaque lieu d’enfouissement est conçu et construit sur demande pour atténuer les effets
possibles sur l’environnement conformément aux exigences réglementaires applicables à
l’environnement

RÉPERCUSSIONS La principale répercussion énergétique résultant de l’enfouissement des déchets est la


ÉNERGÉTIQUES possibilité de récupération d’énergie par le captage et l’utilisation du GE. L ’utilisation du GE
comme source d’énergie permet aussi de réduire les émissions de GES en réduisant la
consommation de combustibles fossiles traditionnels qui serait nécessaire pour produire la
même quantité d’énergie

LEÇONS APPRISES La technologie d’enfouissement des déchets a considérablement évolué. Le choix, la


conception et la construction d’un lieu d’enfouissement moderne dépendent généralement
de besoins locaux et doivent respecter le cadre réglementaire applicable à la protection de
l’environnement
L’opposition des groupes communautaires locaux et des groupes environnementaux à
l’établissement de lieux d’enfouissement (choix de nouveaux lieux ou expansion de lieux
existants) est le plus grand obstacle à la réalisation de cette composante essentielle d’un
système de gestion des déchets municipaux

Recueil des technologies relatives aux déchets 259


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Glossaire
TERME DESCRIPTION

Approvisionnement Achat de biens ou de services, habituellement par une organisation ou un


gouvernement. La proportion de contenu recyclé ou recyclable des biens achetés
peut être fixée en vertu de règlements ou de politiques.

Centre de rachat Installation dotée de personnel où sont habituellement rachetés les contenants
et autres matières post-consommation recyclables, tels que boîtes en aluminium,
verre et journaux, apportés par le public. Il peut s’agir d’unités mobiles; on y
effectue rarement le traitement des matières.

Collecte Ramassage des déchets et des matières recyclables ou compostables des ménages
ou des entreprises.

Collecte combinée Collecte des matières recyclables et organiques en même temps que les déchets
municipaux, avec le même camion; les matières sont triées ultérieurement en vue
du recyclage, du compostage et de la digestion, ou de l’élimination.

Collecte de déchets Séparation des déchets résidentiels solides en au moins deux catégories en vue
humides/secs de la collecte : déchets humides, composés de matières organiques, recueillis
pour être compostés; déchets secs, triés à une installation centrale, où les matières
recyclables sont retirées du flux pour être traitées plus avant.

Collecte en bordure des rues Collecte des déchets et des matières organiques ou recyclables déposés en
bordure des rues.

Composition des déchets Différentes matières dont est composé le flux des déchets; généralement
exprimée en pourcentage du poids de l’ensemble du flux des déchets.

Compostage Processus biologique selon lequel les matières organiques sont décomposées
grâce à l’activité microbienne, en présence d’oxygène, pour produire un humus
semblable à de la mousse de tourbe.
Compostage central Procédé de compostage des matières organiques exécuté dans une installation
centrale.

Compostage des déchets Décomposition contrôlée des déchets solides municipaux comportant un certain
solides municipaux prétraitement destiné à supprimer les matières non compostables.

Compostage domestique Compostage de matières organiques domestiques effectué par un ménage,


généralement dans la cour; considéré comme une méthode de réduction des
déchets à la source.

Compostage en andains Procédé de compostage selon lequel les matières organiques empilées sont placées
dans une série de rangs généralement de deux mètres de profondeur. Les matières
sont retournées à intervalles réguliers afin de favoriser l’aération naturelle.

Glossaire 261
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Compostage en enceintes closes Compostage dans un réservoir ou une unité fermés avec contrôles physiques.

Compostage sur place Compostage effectué à l’endroit où les matières organiques ont été produites,
ou à proximité de celui-ci.

Comptabilisation du Affectation au programme de gestion des déchets de tous les coûts inhérents
coût complet à la gestion des déchets, y compris les coûts pertinents assumés dans le cadre
d’autres activités ou d’autres programmes. Peut également s’appliquer aux lieux
d’enfouissement.

Contrôle du flux Loi qui limite le libre accès au marché de certains déchets et garantit leur
élimination à une installation de traitement ou d’élimination finale.

Crédits pour réacheminement Incitatifs financiers fournis par les municipalités afin d’encourager ou de
des déchets récompenser le réacheminement des déchets; les incitatifs sont établis d’après
le tonnage de déchets détournés du flux de déchets.

Déchets mélangés Programmes de recyclage dans le cadre desquels différentes catégories de


(collecte de…) matières sont recueillies ensemble.

Dépôts Installations (dotées ou non de personnel) où le public apporte matières


organiques ou recyclables, et déchets, qui sont ensuite gérés par la municipalité.
Des boîtes de dépôt distinctes sont parfois aménagées pour différentes catégories
de matières, tels journaux, verre et métal.

Développement de marchés Politiques ou mesures adoptées par les organisations ou les gouvernements pour
(politiques de …) stimuler la demande de matières de récupération (p. ex., politiques d’approvi-
sionnement, règlements ou contenu recyclé obligatoire).

Digestion anaérobie (DA) Processus biologique par lequel les matières organiques se décomposent sans
oxygène. La digestion s’effectue dans un milieu clos où il est possible de
maintenir les conditions ambiantes idéales (teneur en eau, température et pH)
pour maximiser la production de microbes et de gaz et optimiser la vitesse de
décomposition.

DSM mélangés Déchets solides municipaux mélangés. Flux des déchets résiduels dont on a
enlevé une partie des matières recyclables.

Échange de déchets Système de transfert de déchets d’une société à une autre, capable de les utiliser.
Par exemple, la mousse d’emballage d’une société donnée peut être transférée à
un fabricant de jouets en peluche qui s’en servira comme matériau de rembourrage.

Épandage des boues sur le sol Procédé qui consiste à épandre directement les matières organiques sur le sol
(généralement des terres agricoles) afin d’en améliorer les propriétés chimiques
et physiques.

Excavation d’un lieu Processus qui consiste à extraire les matières d’un lieu d’enfouissement. Les
d’enfouissement matières organiques peuvent être réutilisées comme couverture journalière, et les
matières tels que le bois, le métal, la brique, les plastiques et le verre, peuvent être
récupérées et recyclées.

Fibres Produits du papier, tels carton, papier journal et papiers mélangés.

262 Glossaire
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Flux des déchets Déchets produits par une collectivité, une région ou une installation. L’ensemble
des déchets peut être réparti selon différentes catégories de composants (p. ex.,
déchets organiques humides, déchets de construction, déchets ménagers dangereux,
gros biens durables).

Fonte Procédé qui consiste à soumettre à des températures élevées les déchets d’origine
animale pour obtenir de l’huile, des graisses ou des provendes.

Hiérarchie Méthode hiérarchique de gestion des déchets. Les pratiques suivantes sont
(pour la gestion des déchets) classées par ordre de préférence : réduction à la source, réutilisation, recyclage,
récupération de l’énergie et des matières, élimination au lieu d’enfouissement.

Installation de récupération Installation où les matières secondaires (tels verre, métaux, plastiques, papiers)
des matières (IRM) triées à la source sont séparées et traitées afin d’être commercialisables.

Interdictions visant Règlement interdisant de se débarrasser de certaines matières ou de certains


certains déchets produits (p. ex., résidus de jardin, batteries au plomb) dans les lieux d’enfouisse-
ment ou les incinérateurs; vise tout particulièrement à éviter que des articles
volumineux ou dont le degré de toxicité est élevé ne se retrouvent dans le flux
des déchets solides.

Lombricompostage Procédé de digestion des déchets organiques par des vers.

Matières des contenants Matières recyclables dont sont faits les contenants pour boissons et aliments;
il s’agit généralement de plastique, de métal et de verre.

Matières organiques Portion du flux de déchets composée de matières biodégradables, principalement


des aliments, des résidus de jardin et du papier.

Matières recyclables ou Matières recueillies dans le cadre d’un programme de tri à la source comportant
compostables « propres » un niveau de contamination minimale.

Polluants Matières recueillies en même temps que les matières recyclables ou organiques et
qui doivent être enlevées avant le traitement ou la commercialisation de celles-ci.

Réacheminement des déchets Détournement des déchets de l’élimination grâce à la réutilisation, au recyclage
ou à la récupération. N’inclut pas la réduction des déchets à la source.

Redevances de déversement Des droits différents peuvent être imposés par les installations de récupération,
à taux variables de traitement et d’élimination des déchets, selon la nature des déchets dans un
chargement donné ou selon le degré de tri à la source.

Redevances de déversement Surtaxe ou droit imposé sur chaque tonne de déchets déversés aux lieux
supplémentaires d’enfouissement, aux usines de récupération de l’énergie des déchets, ou à
d’autres installations de manutention des déchets.

Réduction à la source Conservation des matières et de l’énergie en évitant la production de déchets, de


(aussi, réduction des déchets manière à ne pas avoir à traiter, à réutiliser ou à éliminer de matières excédentaires
à la source) ou jetées au rebut. La réduction à la source fait partie des mesures de réduction
des déchets.

Glossaire 263
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Réduction des déchets Réduction dans une certaine mesure du flux des déchets devant être éliminés,
grâce à la réduction à la source, à la réutilisation, au recyclage ou à la récupération.
Cette notion est souvent confondue avec la notion plus limitée de « réduction à la
source », qui vise uniquement les politiques et les approches relatives à la collecte
en bordure des rues, et non pas les activités en amont.

Réduction des déchets Mesures ou techniques – y compris plans et directives – destinées à réduire le
au minimum plus possible la quantité de déchets à éliminer. (Se rapprocher le plus possible du
point zéro.) La réduction à la source, la réutilisation, le recyclage respectueux de
l’environnement et la récupération comptent au nombre des techniques utilisées
pour y parvenir.

Réutilisation Utilisation d’un produit, telles les bouteilles à boissons, plus d’une fois; le produit
peut être légèrement modifié.

Systèmes de consigne Systèmes selon lesquels des droits sont perçus au moment de la vente d’un
article; ces droits sont remboursés lorsque l’article utilisé est retourné.

Tontes de gazon Technique qui consiste à laisser les tontes de gazon sur place pour qu’elles se
(conservation sur place des…) décomposent naturellement, plutôt que de les ramasser en vue du compostage,
de la digestion ou de l’élimination.

Traitement Préparation des déchets solides en vue de leur commercialisation; tri manuel,
séparation magnétique ou mécanique, broyage, compostage et digestion comptent
au nombre des techniques utilisées à cette fin.

Traitement des déchets Enlèvement du flux de déchets, manuellement ou mécaniquement, de certaines


mélangés matières recyclables. Les déchets restants peuvent servir à la fabrication de
combustibles, être compostés, ou les deux.

Traitement thermique Procédé qui consiste à soumettre les déchets à des températures élevées afin de
réduire la quantité de déchets à éliminer, de stabiliser les matières à éliminer, et
de récupérer l’énergie et certaines matières.

Tri à la source Tri des matières recyclables ou compostables à l’endroit où elles sont produites
(p. ex., ménages ou entreprises).

Tri obligatoire Règlement en vertu duquel les producteurs de déchets doivent séparer les
matières recyclables ou compostables désignées du flux de déchets ou de matières
recyclables.

Utilisateur-payeur Système de collecte des déchets dans lequel les producteurs de déchets paient
pour l’élimination de ceux-ci; les droits sont fixés selon le tonnage ou le volume
de déchets. Les systèmes d’utilisateur-payeur peuvent permettre une réduction de
la quantité de déchets solides à recueillir et à gérer.

264 Glossaire
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Acronymes

A ACV – analyse du cycle de vie H HCl – acide chlorhydrique


AMRC – Association of Municipal Recycling Hg – mercure
Coordinators de l’Ontario
I ICI (secteur) – industriel, commercial et industriel
B BEST – Businesses for an Environmentally IRM – installations de récupération des matières
Sustainable Tomorrow
BNQ – Le Bureau de normalisation du Québec M MOTS – matières organiques triées à la source
BRBA – Buy Recycled Business Alliance, É.-U. MRH – Municipalité régionale de Halifax
MTCE – tonnes métriques d’équivalent de carbone
C CCI – Canada Compost Inc.
CCME – Conseil canadien des ministres N NIR – proche infrarouge
de l’environnement NORA – Northern Ontario Recycling Association
Cd – cadmium NOx – oxydes d’azote
CFC – chlorofluorocarbures NRC – National Recycling Coalition
CO2 – dioxyde de carbone
COV – contaminants organiques volatiles O OESBL – organisations environnementales sans
but lucratif
D DA – digestion anaérobie ORP – organisation à responsabilité élargie du
DMD ou DMS – déchets ménagers dangereux producteur
(également appelés déchets ménagers spéciaux dans
certaines provinces) P P – poussières
DOB – demande en oxygène biologique PAYT – pay-as-you-throw (programme
DSM – déchets solides municipaux d’utilisateur-payeur)
Pb – plomb
E eCO2 – équivalent dioxyde de carbone PEHD – polyéthylène haute densité
EDEGES – échange de droits d’émission de gaz à PEP – produits écologiquement préférables
effet de serre PET – polyéthylène téréphthalate
E-E – Eco-Emballages PPEDE – projet pilote d’échanges de droits d’émission
EFW – production directe d’énergie dérivée des déchets PNE – Protocole national sur l’emballage
ÉORCN – écologisation des opérations – Région
de la Capitale nationale R RÉP – responsabilité élargie des producteurs
EPA – Environmental Protection Agency RRFB –Resource Recovery Fund Board de la
Nouvelle-Écosse
F FCM – Fédération canadienne des municipalités RRQ – Réseau des Ressourceries du Québec
FMV – Fonds municipaux verts
S SDD – stratégies de développement durable
G GAP – principes généralement reconnus SOx – oxydes de soufre
GE – gaz d’enfouissement SUBBOR – Super Blue Box Recycling Corporation
GES – gaz à effet de serre SWICO – Swiss Association for Information,
GID – gestion intégrée des déchets Communication and Organization
GIPPER – s’intéresse à la contribution de
l’approvisionnement au règlement du problème de W WRAC – Ontario Waste Reduction Advisory
la gestion des déchets Committee (Comité consultatif de l’Ontario en matière
GJ– gigajoule : mesure d’énergie. Un joule correspond de réduction des déchets)
à un watt par seconde
GNC – gaz naturel comprimé Z ZDMR – zones de développement du marché
du recyclage

Acronymes 265
Les déchets solides, une ressource à exploiter
FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

Les déchets solides,


une ressource à exploiter
GUIDE
pour le développement de
collectivités viables
Table des matières
Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . iii

Vue d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Gestion intégrée des ressources et des déchets pour des collectivités viables . . . . 7
Comprendre le système actuel et établir les objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Considérations relatives aux politiques et aux mesures législatives . . . . . . . . . . . 17
Considérations relatives aux partenariats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Considérations relatives aux technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Répercussions sur la consommation d’énergie et les gaz à effet de serre . . . . . . . 36
Considérations financières et économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Considérations relatives au marché d’utilisation finale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Promotion et sensibilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Recueil des politiques relatives aux déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Vue d’ensemble des options de politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Critères d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Options réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Instruments économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Démarches volontaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Démarches stratégiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Liens communautaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

Recueil des technologies relatives aux déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139


Considérations relatives au système de gestion des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Recyclage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
Compostage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Digestion anaérobie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
Traitement thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
Enfouissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248

Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

Acronymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
Les sections Vue d’ensemble, Recueil des politiques relatives aux déchets et Recueil des technologies relatives
aux déchets renferment chacune une table des matières détaillée ainsi qu’une liste complète des tableaux et des
figures.

Table des matières i


Les déchets solides, une ressource à exploiter
Les déchets solides,
une ressource à exploiter

V UE D ’ ENSEMBLE
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Vue d’ensemble

Table des matières


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Section 1 : Gestion intégrée des ressources et des déchets pour des


collectivités viables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Planification de la gestion intégrée des ressources et des déchets . . . . . . . . . . . . . 8
Sélection d’objectifs appropriés pour le système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Processus de prise de décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Section 2 : Comprendre le système actuel et établir les objectifs . . . . . . . . . . . . . . . 12


Comprendre les besoins et les priorités de votre collectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Comprendre votre système de gestion des ressources et des déchets . . . . . . . . . . 13
Comprendre et établir les objectifs de réduction et de réacheminement
des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Section 3 : Considérations relatives aux politiques et aux mesures législatives . . . 17


Politiques et mesures législatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Politiques et mesures législatives visant les déchets résidentiels . . . . . . . . . . . . . . 18
Politiques et mesures législatives visant les déchets des entreprises . . . . . . . . . . . 20
Politiques et mesures législatives visant à provoquer des changements . . . . . . . . 21
Considérations relatives à la mise en application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

Section 4 : Considérations relatives aux partenariats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24


Partenariats communautaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Partenariats entre municipalités (partenariats publics-publics) . . . . . . . . . . . . . . 24
Partenariats publics-privés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Section 5 : Considérations relatives aux technologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28


Matières recyclables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Matières organiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Gestion des matières résiduelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Section 6 : Répercussions sur la consommation d’énergie et les gaz à effet


de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Modèle de gestion intégrée des déchets (MGID) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Partenaires dans la protection du climat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Lien entre gestion des déchets et gaz à effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

2 Vue d’ensemble
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Effets de la réduction à la source sur la consommation d’énergie et les gaz
à effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Effets du recyclage sur la consommation d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Effets de la digestion anaérobie sur la consommation d’énergie et les gaz
à effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Effets du captage des gaz d’enfouissement sur la consommation d’énergie
et les gaz à effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Effets des technologies thermiques sur la consommation d’énergie et les
gaz à effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Considérations futures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Section 7 : Considérations financières et économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


Revenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Coûts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Subventions et autres sources de financement pour les projets de gestion
des ressources et des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Section 8 : Considérations relatives au marché d’utilisation finale . . . . . . . . . . . . . . 46


Développement du marché d’utilisation finale des produits recyclés . . . . . . . . . . 46
Développement du marché d’utilisation finale du compost . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Énergie verte et marchés de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Boucler la boucle offre-demande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Appui financier et technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Parcs éco-industriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

Section 9 : Promotion et sensibilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53


Conception d’une stratégie de promotion et de sensibilisation . . . . . . . . . . . . . . 53
Marketing social communautaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Section 10 : Évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Tableaux
Tableau 1.1 Avantages du remplacement de matières vierges par des matières
de récupération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Tableau 4.1 Avantages et inconvénients des partenariats publics-publics . . . . . . . . . . 25
Tableau 4.2 Avantages et inconvénients des partenariats publics-privés . . . . . . . . . . . 27
Tableau 5.1 Avantages et inconvénients des différentes fréquences de collecte . . . . . 29

Vue d’ensemble 3
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Tableau 5.2 Comparaison – Système à deux et trois flux avec tri à la source
des matières organiques et système de traitement et de compostage
de déchets mélangés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Tableau 6.1 Exemples d’économies d’énergie réalisées grâce à l’utilisation de
matières recyclées plutôt que de matières vierges dans le secteur
de la fabrication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Tableau 6.2 Projets choisis de captage des gaz d’enfouissement au Canada . . . . . . . . 39
Tableau 8.1 Avantages et inconvénients des marchés coopératifs . . . . . . . . . . . . . . . . 47

4 Vue d’ensemble
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Les déchets solides,
une ressource à exploiter

R ECUEIL DES POLITIQUES


RELATIVES AUX DÉCHETS
Les déchets solides, une ressource à exploiter
Recueil des politiques relatives aux déchets

Table des matières


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

Section 1 : Vue d'ensemble des options de politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

Section 2 : Critères d'évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66

Section 3 : Options réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68


Interdictions visant certains déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
Recyclage obligatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73
Systèmes d'établissement de cibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76

Section 4 : Instruments économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79


Approvisionnement vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
Redevances de déversement supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85
Systèmes de consignation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
Modèle « service public » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
Franchisage des déchets solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Régimes d'utilisateur-payeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100
Crédits de carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106
Responsabilité élargie des producteurs – Systèmes de responsabilité collective . . . . . . . . . . . . .110

Section 5 : Démarches volontaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116


Responsabilité élargie des producteurs – Responsabilité des entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
Renforcement de la promotion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

Section 6 : Démarches stratégiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122


Tri à la source des matières organiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
Utilisation d'outils de mesure : cycle de vie et coût complet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126

Section 7 : Liens communautaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130


Programmes de développement économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
Objectifs d'ordre social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

60 Recueil des politiques relatives aux déchets


Les déchets solides, une ressource à exploiter
TABLEAUX ET FIGURES
Tableaux
Tableau 1 Options de politiques examinées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
Tableau 2 Critères d'évaluation des options de politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
Tableau 3 Quelques interdictions visant certains déchets au Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
Tableau 4 Interdictions visant certains déchets aux États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
Tableau 5 Approvisionnement vert en Amérique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
Tableau 6 Pourcentage de retour des contenants à boisson pour certains systèmes
de consignation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Tableau 7 Vue d'ensemble de la récupération des contenants à boisson au Canada . . . . . . . . . . . . .89
Tableau 8 Liste de collectivités publiques où la gestion des déchets relève de services publics
(ou qui facturent les coûts de gestion des déchets selon le modèle « service public ») . .94
Tableau 9 Différentes collectivités publiques ayant opté pour le franchisage des déchets solides . . .98
Tableau 10 Options techniques de mise en œuvre du régime d’utilisateur-payeur . . . . . . . . . . . . . .102
Tableau 11 Émissions nettes de GES liées à différentes matières et aux modes de gestion
des déchets appliqués (TMec/tonne humide) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107
Tableau 12 Produits visés par le programme « Rapportez-les! » de la Ville d’Ottawa . . . . . . . . . . .117
Tableau 13 Combinaisons des pratiques de gestion des déchets/matières de rebut évaluées
au moyen du Modèle d'analyse environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127

Figure
Figure 1 Options de financement de la gestion des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101

Recueil des politiques relatives aux déchets 61


Les déchets solides, une ressource à exploiter
FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

Les déchets solides,


une ressource à exploiter
CAHIER DE TRAVAIL
pour le développement de
collectivités viables
Table des matières
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Comment utiliser ce Cahier de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1


Figure 1 – Schéma du processus décisionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

Examen des principales considérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

Étape préliminaire – Établissement des objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4


Figure 2 – Étape préliminaire – Établissement des objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Étape A – Établissement des données de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6


Feuille de travail A1 – Renseignements de base sur les caractéristiques de la collectivité . . . . . . . . . . 6
Feuille de travail A2 – Flux de déchets résidentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Feuille de travail A3 – Coût du système de gestion des ressources et des déchets du secteur
résidentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Feuille de travail A4 – Caractéristiques de la gestion des ressources et des déchets du secteur ICI . . . 23
Figure 3 – Établissement des données de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Étape B – Processus décisionnel relatif aux politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32


Feuille de travail B1 – Évaluation du désir d’innovation de la collectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Figure 4 – Schéma de décision – Cible de réduction des déchets de <50 p. 100 . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Figure 5 – Schéma de décision – Cible de réduction des déchets de >50 p. 100 . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Figure 6 – Schéma de décision – Réglementation provinciale/municipale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Étape C – Processus décisionnel relatif à la gestion intégrée des ressources et des déchets . . . . . . 39
Figure 7 – Schéma de décision – Système de gestion intégrée des ressources et des déchets
(<7 000 t/an) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Figure 8 – Schéma de décision – Système de gestion intégrée des ressources et des déchets
(7 000 à 35 000 t/an) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Figure 9 – Schéma de décision – Système de gestion intégrée des ressources et des déchets
(35 000 à 90 000 t/an) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Figure 10 – Schéma de décision – Système de gestion intégrée des ressources et des déchets
(>90 000 t/an) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Feuille de travail C1 – Création de partenariats avec d’autres collectivités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Figure 11 – Schéma de décision – Option de partenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Feuille de travail C2 – Ressources disponibles à des fins de récupération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Tableau 1 – Composition des déchets résidentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Figure 12 – Option A – Cible de réduction des déchets de <25 p. 100 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Figure 13 – Option B – Cible de réduction des déchets de 25 à 50 p. 100 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Figure 14 – Option C – Cible de réduction des déchets de >50 p. 100 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Figure 15 – Schéma de conception de système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

Table des matières i


Les déchets solides, une ressource à exploiter

Vous aimerez peut-être aussi