Vous êtes sur la page 1sur 2

Simple suggestion...

(première partie)
Organisé à la façon d’un dictionnaire progressant par ordre alphabétique, Ésotérisme, occultisme,
franc-maçonnerie et Christianisme aux XIXe et XXe siècles (Nouvelles Éditions Latines, 1981) passe en
revue la vie d’un certain nombre de personnalités ecclésiastiques méconnues qui ont été
particulièrement actives au sein du renouveau spiritualiste qui caractérisera la seconde moitié du
XIXe siècle.

Et lors de ses « explorations bio-bibliographiques » Marie-France James rapporte une curieuse


remarque.

A propos d’un certain Elie Méric (1838-1905) ordonné prêtre en 1863 et docteur en théologie en
1866, on apprend que celui-ci s’était « intéressé aux sciences psychiques depuis un certain nombre
d’années » C’est un des grand thèmes de l’ouvrage, avec d’autres sujets connexes tels que
l’occultisme, le spiritisme ou encore les prophéties et les courants hétérodoxes qui s’y rapportent.

Détaillant un peu le parcours de l’homme de science et d’église, Marie-France James nous précise

« Caillet rapporte pour sa part que ‘c’est une expérience de suggestion à grande distance qui orienta
Mgr Méric, alors simple étudiant, vers les choses de l’occulte’. »

Voila une remarque en passant qu’on aurait voulu voir développée, mais le lecteur curieux devra s’en
contenter ou au besoin, se rapporter à l’ouvrage de ce « Caillet », qui a droit lui aussi à un petit profil
biographique dans le livre de M.F James.

***

Puisque ces « explorations bio-bibliographiques » sont en quelque sorte le second tome d’une étude
biographique consacrée à René Guénon (1) on pourrait rapprocher la curieuse remarque de Caillet
sur cette « expérience de suggestion à grande distance » de certaines allusions à des phénomènes
voisins qu’on retrouve dans l’œuvre du penseur français.

Dans un livre à charge contre les thèses spirites, intitulé l’Erreur Spirite et publié en 1923 René
Guénon développe un certain nombre d’idées qui forment le noyau de son œuvre globale. Cette
œuvre peut s’envisager sous bien des aspects, et notamment, sous un angle polémique. En effet,
Guénon cherche à rectifier nombre d’idées en vogue à son époque et on pourrait s’étonner de voir
certaines de ses mises au point les plus claires être si peu reprises de nos jours –alors même que l’on
réédite et que l’on commente abondamment ses ouvrages depuis quelques années.

A propos du phénomène « spirite » (2) à savoir la prétention à communiquer avec l’esprit des morts,
et dès le chapitre 2 consacré aux origines du spiritisme, René Guénon nous apprend la chose
suivante :

« ... d’après la [Hermetic Brotherhood of Luxor] (3), les premiers phénomènes ‘spiritualistes’ ont été
provoqué non point par les ‘esprits’ des morts, mais bien par des hommes vivants agissant à
distance, par des moyens connus seulement de quelques initiés ; et ces initiés auraient été,
précisément, les membres du ‘cercle intérieur’ de la H.B. of L. »

Bien qu’il n’y ait a priori aucun rapport entre la carrière d’un ecclésiastique français, professeur de
théologie, et des phénomènes parapsychologiques américains, il pouvait être interessant de relever
cette idée d’action « à distance » qui semble avoir préoccupé de nombreuses personnes depuis le
XVIIIe siècle. Il s'agit de voir si ces rapprochements peuvent aboutir à quelques avancées sur un sujet
qui reste, malgré bien des tentatives d'éclaircissement, entouré de mystère et de confusions.

 
Notes

1. Esotérisme et Christianisme autour de René Guénon, livre qui reprend, en la remaniant, sa


thèse d’état René Guénon et les milieux catholiques. Il est difficile de trouver des
renseignements précis sur cette thèse soutenue en 1978 sous la direction de Guy Michaud.
2. A proprement parlé « spirite » est un terme francophone répondant au « modern
spiritualism » anglo-saxon, qui lui ne se limite pas aux phénomènes de communications avec
l'au-delà, mais englobe toute une idéologie supposée répondre aux égarements
matérialistes de l’époque qui l’a vu naître.
3. Société secrète parmi les centaines qui ont pu voir le jour au cours du XIXe siècle, celle-ci a la
particularité d'être directement liée au lancement de la Société Théosophique, qui connaitra
un rayonnement mondial malgré des débuts chaotiques. René Guénon consacrera un livre
entier à cette dernière, intitulée Le Théosophisme, Histoire d'une pseudo-religion.

https://occultisme-marie-france-james.over-blog.com/2021/01/simple-suggestion.html