Vous êtes sur la page 1sur 36

DEDICACE

A toutes nos familles

I
REMERCIEMENTS

Nous tenons à présenter nos vifs remerciements et témoigner notre sincère


reconnaissance à tous ceux ou celles, qui de près ou de loin ont contribué à la réussite
de ce projet. Nous avons une dette de reconnaissance envers notre professeur
encadreur, M. KRA Essi Kouadio Francis, qui nous a guidé et orienté par ses
précieux conseils et explications lors de l’exécution de notre projet.
Nous témoignons également toute notre reconnaissance à l’endroit de tout le corps
enseignant et administratif de l’Institut National Polytechnique Houphouët-Boigny
(INP-HB), pour le suivi de notre projet. Nous remercions particulièrement.
 Dr. KOFFI N’guessan, Directeur général de l’Institut National Polytechnique
Houphouët-Boigny (INP-HB)
 Prof. TANOH Aka, Directeur de l’Ecole Supérieur de l’Industrie
Que toute personnes non citées, qui nous ont soutenu et continuent de nous soutenir
par leurs prières et leurs actions, trouvent ici l’expression de notre profonde
gratitude.

II
SOMMAIRE
INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 1
I- PRESENTATION DU SUJET ............................................................................................................. 2
II- OBJECTIFS ...................................................................................................................................... 2
III- REDACTION DU CAHIER DES CHARGES ................................................................................ 2
IV- ORGANIGRAMME DES RESPONSABILITES ............................................................................ 3
1. Planification des tâches .................................................................................................................. 3
2. Digramme De GANTT ................................................................................................................... 4
V- ETUDE TECHNIQUE EFFECTUEE .............................................................................................. 4
1. Définition de la méthanisation ....................................................................................................... 5
2. Avantages et inconvénients de la méthanisation .......................................................................... 5
2.1. Avantages ................................................................................................................................. 5
2.2. Inconvénients ............................................................................................................................ 6
VI- LES ETAPES DE LA DIGESTION ANAEROBIE ........................................................................ 6
1. Hydrolyse et acidogenèse ............................................................................................................... 6
2. Acetogenèse ..................................................................................................................................... 7
3. Méthanogenèse ................................................................................................................................ 7
VII- TYPES DE BIODIGESTEUR........................................................................................................ 10
1. Les digesteurs discontinus............................................................................................................ 10
1.1 Fonctionnement ...................................................................................................................... 10
1.2 Avantages ............................................................................................................................... 12
1.3 Inconvénients .......................................................................................................................... 12
2. Les digesteurs continus ................................................................................................................ 12
2.1 Fonctionnement ...................................................................................................................... 12
2.2 Avantages ............................................................................................................................... 16
2.3 Inconvénients .......................................................................................................................... 16
3. Les digesteurs semi-continus ....................................................................................................... 16
VIII- CHOIX DU BIODIGESTEUR ................................................................................................... 18
IX- DIMENSIONNEMENT ................................................................................................................. 19
1. Schéma du système ....................................................................................................................... 19
2. Liste de matériels .......................................................................................................................... 20
3. Dimensions et capacités volumiques ........................................................................................... 20
X- EVALUATION DU COUT DE L’INSTALLATION ................................................................... 21
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 22

III
AVANT-PROPOS
Pour un développement harmonieux de leurs nations, plusieurs Etats africains
ont investi dans la formation d’une élite capable de répondre aux défis présents et
futurs. C’est ainsi qu’à l’issue du Conseil des Ministres tenu le 04 Septembre 1996,
il a été décidé, par décret № 96-678 de la fusion de quatre grandes écoles : l’Institut
National Supérieur de l’Enseignement Technique (INSET), l’Ecole Nationale
Supérieure des Travaux Publics (ENSTP), Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie
(ENSA) et l’Institut Agricole de Bouaké (IAB) pour donner naissance à un nouvel
Etablissement Public National (EPN) dénommé Institut National Polytechnique
Félix Houphouët-Boigny (INP-HB). Cette structure d’enseignement supérieur et de
recherche à forte vocation scientifique et technologique comporte en son sein sept
(7) grandes écoles :
• ESA : Ecole Supérieure d’Agronomie ;
• ESCAE : Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises;
• ESMG : Ecole Supérieure des Mines et Géologie ;
• ESTP : Ecole Supérieure des Travaux Publics ;
• EFCPC : Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres
• EDP : Ecole Doctorale Polytechnique ;
• EP : Ecoles Préparatoires ;
• ESI : Ecole Supérieure d’Industrie.
Cette dernière école citée, à laquelle nous appartenons, a pour mission de former
en trois années d’étude des ingénieurs et des techniciens supérieurs pour des
industries nationales et internationales, dans les domaines suivants :
Électrotechnique, électronique, mécanique, informatique, chimie, maintenance
électromécanique, mécanique et productique, moteurs et équipements motorisés
et enfin la télécommunication.

IV
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

CO2 : Dioxyde de Carbone


CH4: Méthane
NH4+ : Ammonium
CH3COOH : Acide acétique
NH3: Ammoniac
H2: Dihydrogène
H2S: Hydrogène Sulfureux
N2 : Azote
PVC : Polychlorure de vinyle

V
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : les tâches effectuées................................................................................................................... 3


Tableau 2 : nomenclature ........................................................................................................................... 20
Tableau 3 : Dimensions et capacités volumiques ....................................................................................... 20
Tableau 4 : évaluation du cout de l’installation .......................................................................................... 21

VI
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Digramme De GANTT ................................................................................................................ 4


Figure 2 : Etapes de la digestion anaérobie (Wikipédia 2011 ; Vedrenne F. 2007) ..................................... 8
Figure 3 : Produits issus des différentes étapes (Lima Amarente J. A., 2010) ............................................. 9
Figure 4 : Le réacteur Ducellier-Isman....................................................................................................... 11
Figure 5 : Le digesteur du CIEH ou « puits» .............................................................................................. 11
Figure 6 : Procédé à piston ......................................................................................................................... 13
Figure 7 : Procédé infiniment mélangé....................................................................................................... 13
Figure 8 : Cellule fixées ou lit fixé ............................................................................................................. 14
Figure 9 : Procédé contact. ......................................................................................................................... 15
Figure 10 : modèle indien (Lima Amarente J. A., 2010) ............................................................................ 17
Figure 11 : modèle chinois (Fulford D. 1998) ............................................................................................ 17
Figure 12 : schéma de principe du digesteur .............................................................................................. 18
Figure 13 : schéma du système ................................................................................................................... 19

VIII
RESUME
La digestion anaérobie est un processus naturel par lequel la matière organique est
transformée en un biogaz qui contient environ 2/3 de méthane et 1/3 de dioxyde de
carbone. Elle résulte de l’activité d’un écosystème microbien anaérobie complexe.
Le biogaz est une source d’énergie qui peut être utilisée directement en
remplacement du gaz naturel, pour produire de la chaleur et de l’électricité par
cogénération ou encore comme carburant pour véhicules.
Ainsi, la domestication par l’homme de ce processus naturel permet de traiter les
eaux usées et les déchets tout en récupérant une source d’énergie renouvelable. La
récupération de ce biogaz qui peut être émis lors de la dégradation naturelle de la
matière organique contribue également à réduire les émissions de gaz à effet de serre
auxquelles le méthane contribue fortement. Après une présentation des déchets
ménagers, des principes généraux de la digestion anaérobie et des principaux
paramètres de fonctionnement, cette étude a caractérisé quelques
composants des DMA (Déchets Ménagers et Assimilés) que sont les restes
alimentaires, des jus de pressage du manioc épluchés, des pelures de manioc et a
permis de savoir leur capacité à être méthaniser.

Mots clés : manioc, déchets ménagers, méthanisation, biogaz, digesteur…

VIII
INTRODUCTION
Face à l’épuisement programmé des ressources énergétiques fossiles et compte tenu du
contexte actuel de la lutte contre les changements climatiques, les énergies renouvelables
représentent un enjeu de plus en plus croissant. De toutes ces énergies, celles résultant de
la bio-méthanisation de la biomasse procurent désormais une opportunité dans le monde
des exploitants agricoles, où le traitement des déchets (dans notre cas, les pelures de
manioc) par digestion anaérobie fait l’objet d’un regain d’intérêt depuis quelques années,
et ceci grâce notamment à la production d’énergie issue du biogaz sans oublier la
production des fertilisants à partir des effluents expulsés des digesteurs. Cette méthode
de transformation offre de nombreux intérêts environnementaux, sociaux, agricoles et
économiques. En effet, le biogaz obtenu à partir de la matière organique permet ainsi
entre autre, de cuisiner, d’éclairer des maisons, de produire de l’électricité ou de la chaleur
renouvelables. Ce mode de valorisation des pelures de manioc réduit les impacts
environnementaux négatifs au niveau de l’utilisation du bois de chauffe en amoindrissant
les émissions des gaz à effet de serre.

1
I- PRESENTATION DU SUJET

Le bio-digesteur ou bio-digesteur anaérobie est un dispositif technique utilise


pour produire du biogaz, un mélange de gaz principalement du méthane produit
par des bactéries digérant dans la matière organique dans les conditions
anaérobies. Un bio-digesteur n’est rien d’autre qu’un chimique dont les réactions
chimiques ont une origine biologique. Il est l’élément capital dans la
transformation anaérobie.
La digestion anaérobie est un processus naturel par lequel la matière organique
est transformée en un biogaz qui contient environ 2/3 de méthane et 1/3 de
dioxyde de carbone. Elle résulte de l’activité d’un écosystème microbien
anaérobie complexe. Le biogaz est une source d’énergie qui peut être utilisée
directement en remplacement du gaz naturel, pour produire de la chaleur et de
l’électricité par cogénération ou encore comme carburant pour véhicules.
C’est dans ce contexte que nous envisageons de produire du biogaz à partir des
déchets de manioc.

II- OBJECTIFS

L’objectif du projet est de Concevoir et de réaliser un bio-digesteur pour la


production du biogaz dans le but de :
- Valoriser les déchets pour réduire les mises en décharge
- Produire et stocker le biogaz
- Mesurer la pression, la température et le Ph du biogaz
- Aider les microentreprises de production d’attieke à produire sans le bois
de chauffe
- Réduire la pollution de l’environnement

III- REDACTION DU CAHIER DES CHARGES

 Conception du biodigesteur
o Faire un prototype de base
o Sortir les différentes vues dans les normes de dessin
o Faire le dimensionnement
 Evaluation des coûts du matériel
 Réalisation du bio-digesteur
 Production du biogaz

2
IV- ORGANIGRAMME DES RESPONSABILITES

CHEF DE GROUPE : Chargé de donner les instructions et les


KOFFI N’GUESSAN FRANCK directives du groupe
HERMANN

SOUS-CHEF : S’assure du bon déroulement et de


KONE DJAKARIDJA l’exécution des instructions pour
l’avancement du projet

CHARGE D’ORGANISATION : Chargé d’organiser les séances de


KOFFI KOUADIO RENE travail et de faire un rapport après
chaque séance

COLLECTEUR D’INFORMATION : Chargé de la recherche internet et de la


KONE BEMAN ISMAEL collecte de toutes les informations
concernant le projet

SECRETAIRE : Chargé du recensement des rapports


KOUAKOU AKISSI GRACE STEPHANIE des différentes séances

1. Planification des tâches

Tableau 1 : les tâches effectuées

Libellé Date de début Durée Date de fin


Validation du CDC 20 décembre 2018 1 heure 20 décembre 2018
avec le professeur
encadreur
Répartition des 22 décembre 2018 2 heures 22 décembre 2018
responsabilités
collecte des 24 décembre 2018 3 jours 27 décembre 2018
informations
Finalisation de 08 janvier 2019 5 heures 08 janvier 2019
première partie du
projet
Synthèse 16 janvier 2019 3 heures 16 janvier 2019
bibliographique du
bio-digesteur

3
Réalisation du 17 janvier 2019 7 jours 23 janvier 2019
prototype sous
logiciel CAO
Dimensionnement 26 janvier 2019 7 jours 01 février 2019
du bio-digesteur
Evaluation du coût 04 février 2019 2 jours 05 février 2019
total du projet
Acquisition du 07 février 2019 18 jours 24 février 2019
matériel nécessaire
à la réalisation du
bio-digesteur
Réalisation du bio- 25 février 2019 15 jours 11 mars 2019
digesteur
Production du 12 mars 2019 45 jours 25 Avril 2019
biogaz

2. Digramme De GANTT

20-déc.-18 09-janv.-19 29-janv.-19 18-févr.-19 10-mars-19 30-mars-19 19-avr.-19 09-mai-19

Validation du cdc avec le professeur…


Répartition des responsabilités
collecte des informations
Finalisation de première partie du projet
Synthèse bibliographique du bio-digesteur
Réalisation du prototype sous logiciel CAO
Dimensionnement du bio-digesteur
Evaluation du cout total du projet
Acquisition du matériel nécessaire à la…
Réalisation du bio-digesteur
Production du biogaz

Figure 1 : Digramme De GANTT

V- ETUDE TECHNIQUE EFFECTUEE


Afin d’appréhender l’étude proprement dite du déchet ainsi que le dimensionnement
du bio-digesteur, nous nous devons d’expliquer en quelque sorte les principes
généraux de la méthanisation.

4
1. Définition de la méthanisation

La méthanisation encore appelée digestion anaérobie ou fermentation méthanique


est un processus biologique basé sur la dégradation par des micro-organismes de la
matière organique, en conditions contrôlés et en l’absence d’oxygène (réaction en
milieu anaérobie). Cette digestion se déroule dans un réacteur ou enceinte close
dénommée digesteur et aboutit à la production :
- du biogaz, mélange gazeux saturé en eau à la sortie du digesteur et composé
d’environ 50% à 70% de méthane (CH4), de 20% à 50% de gaz carbonique (CO2) et
de quelques gaz traces (NH3, N2, H2S).
- du digestat, produit humide riche en matière organique partiellement stabilisé et
utilisé comme fertilisant.
Il s’agit d’un processus complexe assuré grâce à l’action concertée de
microorganismes appartenant à différentes populations microbiennes qui se déroule
généralement en 4 étapes (l’hydrolyse, l’acidogénèse, l’acétogenèse et la
méthanogène); les deux premières sont souvent regroupées car effectuées par les
mêmes populations de microorganismes.
2. Avantages et inconvénients de la méthanisation
2.1. Avantages
La méthanisation de déchets organiques présente de nombreux avantages
que ce soit sur le plan environnemental, économique et même social.
 Avantages environnementaux
La méthanisation présente un bilan environnemental favorable. C'est une méthode
de gestion durable des déchets. En effet, cette réaction entraîne une diminution de la
charge polluante. Cette charge est transformée en biogaz qui est une source d'énergie
renouvelable contrairement aux énergies fossiles. De plus la méthanisation permet
de réduire la pollution et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre le méthane
et le dioxyde de carbone (CH4, CO2). En outre elle permet de réduire les odeurs
puisque le traitement se fait dans des installations étanches c'est-à-dire le digesteur
ne laisse pas passer de gaz. Par ailleurs le digestat issu de la méthanisation peut être
utilisé pour la fertilisation des sols cela permet de réduire l'emploi des engrais
chimiques.

5
 Avantages économiques
Le biogaz peut être utilisé pour produire de l´électricité, de l´eau chaude. Ce gaz peut
également être utilisé en cogénération pour chauffer des bâtiments .La méthanisation
offre de nombreux avantages aux agriculteurs. En effet l'agriculteur qui possède une
installation de méthanisation fera des économies puisqu'il sera autonome en chaleur.
De plus la valorisation du digestat permet de réduire le coût d'achat d'engrais
chimiques. Ainsi, ces agriculteurs seront donc indépendants d'un point de vue
énergétique.

 Avantages sociaux
Sur le plan social la méthanisation génère et diversifie l'emploi local dans le cadre
de la gestion des exploitations agricoles et des installations industrielles.

2.2. Inconvénients
La méthanisation ne présente pas que des avantages on y trouve aussi de nombreux
inconvénients. Le principal inconvénient de cette réaction est le prix d'aménagement
de l'installation. Il faut à peu près une dizaine d'années pour que son aménagement
soit profitable économiquement.
En outre le biogaz est un gaz explosif toxique, très corrosif et inflammable. C'est
aussi un gaz malodorant en raison de la présence de dihydrogène et de soufre. Par
exemple en cas de fuite le méthane s'échapperait dans l'atmosphère or celui-ci est un
gaz à effet de serre. C'est donc une conséquence grave. Mais lorsque des précautions
sont prises les risques sont inexistants.

VI- LES ETAPES DE LA DIGESTION ANAEROBIE


1. Hydrolyse et acidogenèse

Cette première étape est effectuée par un ensemble varié de micro-organismes, la


plupart anaérobies strictes. Généralement, l’hydrolyse est le fait d’enzymes extra-
cellulaires (cellulases, hydrolases, amylases, protéases, lipases etc.) qui libèrent des
produits de poids moléculaire plus faible (monomères) qui vont pénétrer dans la
cellule où ils seront dégradés selon les voies classiques du catabolisme. Ces
monomères sont transformés en acides organiques et alcools avec libération
d’ammonium (NH4+); de dioxyde de carbone (CO2) et d'hydrogène (H2):
Acidogénèse.

6
2. Acetogenèse

C’est pendant cette phase que sont produits, à partir des étapes précédentes, les
principaux substrats de la méthanogénèse : acide acétique (CH3COOH), CO2 et H2.
L’acide acétique est un intermédiaire clé de la transformation de la matière
organique dans l’environnement. De nombreuses bactéries sont capables de faire de
l’acétate par fermentation et sont souvent qualifiés « d’acétogènes ».

3. Méthanogenèse

C’est l’étape finale et spécifique de la fermentation méthanique. Elle conduit à la


réduction du carbone en méthane et elle est réalisée par des micro-organismes très
spécialisés, anaérobies strictes, qui se subdivisent en méthanobactériales,
méthanococcales et méthanomicrobiales.
Il existe deux grandes voies de formation du méthane:
- La voie acétoclastique où l’acide est transformé en méthane:
CH3COOH → CH4 + CO2
- La voie hydrogénophile où c’est le mélange CO2/H2 qui est utilisé:
2H2 + CO2 → CH4 + O2

7
Figure 2 : Etapes de la digestion anaérobie (Wikipédia 2011 ; Vedrenne F. 2007)

8
Figure 3 : Produits issus des différentes étapes (Lima Amarente J. A., 2010)

9
VII- TYPES DE BIODIGESTEUR
A 1'heure actuelle, la classification des digesteurs permet de distinguer 3 grandes
familles:
• les digesteurs discontinus ;
• les digesteurs semi-continus conventionnels;
• les digesteurs continus.
La fermentation est dite continue lorsque le contenu du digesteur est renouvelé par
portion, la fermentation est dite discontinue lorsque le digesteur est chargé en une
seule fois et que la fermentation est prolongée jusqu'à épuisement des matières
organiques.
1. Les digesteurs discontinus
1.1 Fonctionnement

La matière à traiter est introduite en une seule fois dans une cuve étanche qui est
ensuite fermée et maintenue aussi longtemps jusqu’à enregistrent suffisante d’une
production de biogaz. Ces systèmes de digestion en batch fonctionnent par
alimentation discontinue. Une fois la digestion terminée, le réacteur est ouvert, vidé
et rempli à nouveau avec du substrat. Le système à l’avantage d’être simple mais il
nécessite un post-traitement poussé de l’effluent. Ces systèmes sont généralement
rencontrés dans les fermes, petites installations, et sont actuellement presque
abandonnés. Seules quelques très petites installations en industrie agroalimentaire
fonctionnent encore selon ce principe.

Dans cette gamme, ils existent 2 principaux types de digesteur :

10
• Le réacteur Ducellier-Isman ;

Figure 4 : Le réacteur Ducellier-Isman

• Le digesteur du CIEH ou « puits» ;

Figure 5 : Le digesteur du CIEH ou « puits»

11
Ces digesteurs s'adaptent aux produits solides. Ils sont caractérisés par un
fonctionnement par cycle c'est-à-dire:
• Une opération de chargement;
• La période de fermentation jusqu'à épuisement du substrat;
• Une opération de déchargement.
1.2 Avantages
 Une flexibilité d’approvisionnent au cours de l’année.
 Peu d’éléments techniques (pas de pompe, brasseur, agitateur) d’où une
réduction des coûts d’entretien et d’énergie sur ce poste.
 Procédé technique simple
 Peu de gêne par les indésirables
 Gestion du risque par digesteur
 Traçabilité
1.3 Inconvénients
 Un temps de séjour global relativement long (qui ne permet pas finalement de
réduire les volumes de digestion par rapport à l’infiniment mélangé)
 un travail de manipulation amont et aval de la matière très important (charge
en main d’œuvre et en fuel)
 Des mesures de sécurité importante à prendre pour l’ouverture et la fermeture
des digesteurs.
 Des coûts d’investissement encore élevés car il existe peu d’installation de ce
type (pas de standardisation/concurrence).
 Certains dispositifs sont encore en phase de test.
 Technologie pratiquement abandonnée
 Attention à l’ouverture des digesteurs !
 Gestion nécessaire de la variation de production de biogaz

2. Les digesteurs continus


2.1 Fonctionnement
Cette famille comprend 4 principaux types de digesteurs:

• Procédé à piston
Ce sont des systèmes cylindrique où le substrat avance sous l’influence des pâles
qui tournent autour d’un axe horizontal. Il a un caractère piston dans l’axe
horizontal et mélangé dans l’axe vertical. Un schéma est représenté sur la figure
dessus.

12
Figure 6 : Procédé à piston

• Procédé infiniment mélangé


Dans ce type de digesteur, la matière est liquide (matière sèche <12%). On alimente
tous les jours en substrat et une quantité identique de digestat sort du méthaniseur.
Les substrats liquides sont pompés, les substrats solides sont broyés et introduit par
une trémie. Le stockage des substrats est important à prendre en
compte (taille de la pré-fosse, du silo). Le digesteur est parfaitement étanche et le
biogaz est récupéré dans le haut du digesteur. La cuve est chauffée et isolée pour
maintenir une température la plus constante possible. Il est également brassé et agité.
Parfois, le digesteur est suivi d’un post-digesteur pour récupérer le biogaz résiduel.

Figure 7 : Procédé infiniment mélangé


13
• Cellule fixées ou lit fixé
Les digesteurs à lit fixe ont été développés vers la fin des années soixante sur la base
des filtres aérobies.
Le réacteur est rempli d’un support inerte de nature variée (roche, verre, plastique,...)
et pouvant se présenter sous différentes formes (lamelles, grille,...) sur lequel la
biomasse peut se développer. L’alimentation se fait aussi bien par flux ascendant
que descendant et l’effluent à traiter passe au travers du "filtre" formé par le support
et la biomasse qu’il contient. Une grande partie de la biomasse présente est en réalité
coincée entre les interstices du support plus que réellement attachée.

Figure 8 : Cellule fixées ou lit fixé

a) à flux descendant, b) à flux ascendant. A : alimentation,


S : sortie, G : biogaz.
Ce procédé facile à mettre à place est intéressant car il nécessite moins de
mélange, et est particulièrement robuste aux surcharges organiques. Cependant
les risques de colmatage du support par la matière particulaire sont assez
importants. L’application d’un flux descendant et la recirculation du biogaz sont
fréquemment appliqués pour faciliter l’élimination du surplus de biomasse libre
(non attachée au support), limitant ainsi les risques de bouchage. Ces
méthaniseurs sont donc plus orientés vers le traitement d’effluents liquides à
faibles proportions de matière en suspension.
Pour éviter que ne se développent des chemins d’écoulements préférentiels, il est
conseillé de choisir un support orienté offrant un grand rapport surface/volume,
ce qui permet le développement d’un biofilm important tout en laissant de la
14
place à l’écoulement de la matière particulaire.

• Procédé contact.
L’augmentation de la quantité de biomasse dans le digesteur permet d’améliorer la
performance du système et ainsi d’accroître les débits entrant et sortant ou de réduire
le volume de la cuve. Des technologies ont été développées pour découpler le temps
de séjour hydraulique de celui des solides et favoriser l’accumulation de biomasse.
La solution la plus simple consiste à placer en sortie du digesteur
un système pour séparer la biomasse de l’effluent, et à recirculer la biomasse
concentrée. La récupération de la matière particulaire du digestat peut se faire à
l’aide d’un décanteur ou bien grâce à une membrane.
L’ajout de coagulants dans le décanteur peut faciliter la formation d’agrégats ou de
flocs.
Ces digesteurs sont caractérisés par une alimentation et une évacuation régulière des
matières organiques. Ils sont plus particulièrement adaptés à des effluents liquides,
excepté le procédé piston. Le procédé piston s'adapte à la fois aux effluents liquides
et aux effluents solides.

Figure 9 : Procédé contact.


a) décanteur, b) membrane.
A : alimentation, S : sortie, G : biogaz.

15
2.2 Avantages
 Risque d’explosion réduit
 Utilisable dans n’importe lequel ménage.
 Maintenance réduite
 Possibilité d’utilisation de matériels locaux
 Temps de travail mieux réparti
 Taux de charge organique observé supérieur
 Temps de séjour court (15 à 30j)

2.3 Inconvénients
 Des odeurs
 Risques de surcharge pouvant être inhibiteur à la réaction
 Applicable à de gros volumes à traiter
 Encore peu développée pour les projets agricoles
 Investissement supérieur (40% de plus)
 Main d’œuvre pour un chargement en continu
 Vigilance nécessaire sur le rationnement

3. Les digesteurs semi-continus

Dans cette famille, ils existent également 2 principaux types de digesteur :


• Les digesteurs « type indien»

16
Figure 10 : modèle indien (Lima Amarente J. A., 2010)

• Les digesteurs « type chinois ».

Figure 11 : modèle chinois (Fulford D. 1998)

Ces digesteurs s'adaptent à des effluents liquides ou solides à faible teneur en


composés lignocellulosiques. Ils sont caractérisés par :
• Un chargement aléatoire en quantité et qualité;

17
• Une évacuation en continu;
• La nécessité de les arrêter pour les nettoyer.
Le digesteur semi-continu fonctionne avec une combinaison des propriétés des
deux précédents afin de tirer profit des avantages des deux extrêmes.
Bien que la réalisation de ces digesteurs semi-continus présente une grande
simplicité et une absence d'équipements mécaniques, ils ne sont pas performants et
l'inconvénient majeur dans cette famille est que le temps de séjour hydraulique est
long; parfois plus de 100 jours.

VIII- CHOIX DU BIODIGESTEUR

Pour notre cas nous avons choisi le digesteur semi-continu de type chinois car c’est
le plus approprié pour notre travail et le moins couteux.
Schéma de principe :

Ligne de
gaz

Gazomètre
Alimentation

Niveau de
déchets

Substrat

Vidange

Figure 12 : schéma de principe du digesteur

18
IX- DIMENSIONNEMENT

Le digesteur et les conduites d’entrée et de sortie sont de forme cylindrique


1. Schéma du système

2
1

8 5

Figure 13 : schéma du système

19
Tableau 2 : nomenclature
Repère Nombre Désignation
1 2 Vannes
2 1 Tuyau
3 1 Entrée
4 1 Gazomètre
5 1 Substrat
6 1 Digesteur
7 1 Sortie
8 1 Chambre à air

2. Liste de matériels

 Un Entonnoir
 Une valve
 Deux vannes
 Une chambre à air
 Un tuyau pvc de 2 mètres de longueur
 Un tuyau plastique de 2 mètres
 Un réservoir de 1 mètre de hauteur
 Un tube de colle étanche
 Raccord en T
 Coudes pvc

3. Dimensions et capacités volumiques

Tableau 3 : Dimensions et capacités volumiques


Composant de l’unité de
Diamètre (m) Hauteur (m) Volume (m3)
digestion
Digesteur 0,5 1 0,196
Gazomètre 0,5 0 ,5 0,098
Tuyau d’alimentation 0,11 1 -
Tuyau de vidange 0,11 0,5 -

20
X- EVALUATION DU COUT DE L’INSTALLATION

Tableau 4 : évaluation du cout de l’installation


Quantité Désignation Caractéristiques Prix unitaire Prix total (fcfa)
(fcfa)
1 Entonnoir 500 500
1 Valve 500 500
2 Vanne 3000 6000
1 Chambre à air 5000 5000
1 Tuyau pvc L=3m- d=0,11m 1000 3000
1 Tube de colle étanche 3000 3000
1 Raccord en T d=12,5mm 1000 1000
1 Tuyau plastique L=2m-d=12,5mm 1000 2000
1 Coude pvc d=12,5mm 1000 1000
1 Réservoir 0,196 m3 10000 10000
Prix total 32000

21
CONCLUSION
En somme, cette biotechnologie multifonctionnelle peut concourir à la lutte contre
certains fléaux (déforestation – déboisement, changements climatiques et
pauvreté). Elle peut satisfaire à coup sûr les besoins énergétiques domestiques
(cuisson, éclairage) tout en assurant la fertilité des sols donc le maintien de
l’équilibre écologique et par conséquent la conservation de la biodiversité.
La biotechnologie de la digestion anaérobie fait partie des technologies nouvelles et
renouvelables, non polluantes, décentralisées, conduisant à la production autonome
d'énergie. Ainsi, elle contribue non seulement à recycler et réduire le taux de
pollution terrestre mais surtout à un développement durable.
Dès lors, des discussions doivent être menées afin de déclencher les réflexions à
même de sensibiliser et d’orienter les programmes politiques des décideurs
gouvernementaux en faveur de cette forme de biotechnologie.

22
REFERRENCE BIBLIOGRAPHIQUE
D. GAU et S. KLOTZ (2001), LE BIODIGESTEUR, Montpellier, CIRAD, 61 pages.
Beth Doerr et Nate Lehmkuhl (2001), Biodigesteur à Méthane, Florida, ECHO, 7 pages.
Lorent Lecesve (2008), Fabrication d’un biodigesteur familial, Togo, Agou, 7 pages.

ix
WEBOGRAPHIE
[1] Guide de construction d’un biodigesteur, (page consultée le 23 Décembre 2018 01h00min),
[en ligne], URL :
http://pigtrop.cirad.fr/sp/recursos/publications/materiales_del_entrenamiento/guide_de_cons
truction_d_un_biodigesteur
[2] Production de biogaz : réalisation biodigesteur opérationnel, (page consultée le 23
Décembre 2018 01h05mn), [en ligne], URL :
https://www.researchgate.net/publication/272350377_Production_de_biogaz_realisation_d'u
n_biodigesteur_operationnel_au_Nord_Cameroun_1987-1988
[3] Valorisation des déchets agricole, (page consultée le 26 Décembre 2018 18h08mn), [en
ligne], URL : https://www.google.com/url?q=https://www.ctc-n.org/sites/www.ctc-
n.org/files/UNFCCC_docs/ref08x21_3.pdf&usg=AFQjCNF6DL6AuzPuT4DoplgTBCsnVdXflA

x
TABLE DES MATIERES

DEDICACE .................................................................................................................................................. I
REMERCIEMENTS .................................................................................................................................. II
SOMMAIRE .............................................................................................................................................. III
AVANT-PROPOS ..................................................................................................................................... IV
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................ V
LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................................... VI
LISTE DES FIGURES ..................................................................................................................................... VII
RESUME .................................................................................................................................................. VIII
INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 1
I- PRESENTATION DU SUJET ............................................................................................................. 2
II- OBJECTIFS ...................................................................................................................................... 2
III- REDACTION DU CAHIER DES CHARGES ................................................................................ 2
IV- ORGANIGRAMME DES RESPONSABILITES ............................................................................ 3
1. Planification des tâches .................................................................................................................. 3
2. Digramme De GANTT ................................................................................................................... 4
V- ETUDE TECHNIQUE EFFECTUEE .............................................................................................. 4
1. Définition de la méthanisation ....................................................................................................... 5
2. Avantages et inconvénients de la méthanisation .......................................................................... 5
2.1. Avantages ................................................................................................................................. 5
2.2. Inconvénients ............................................................................................................................ 6
VI- LES ETAPES DE LA DIGESTION ANAEROBIE ........................................................................ 6
1. Hydrolyse et acidogenèse ............................................................................................................... 6
2. Acetogenèse ..................................................................................................................................... 7
3. Méthanogenèse ................................................................................................................................ 7
VII- TYPES DE BIODIGESTEUR........................................................................................................ 10
1. Les digesteurs discontinus............................................................................................................ 10
1.1 Fonctionnement ...................................................................................................................... 10
1.2 Avantages ............................................................................................................................... 12
1.3 Inconvénients .......................................................................................................................... 12
2. Les digesteurs continus ................................................................................................................ 12
2.1 Fonctionnement ...................................................................................................................... 12
2.2 Avantages ............................................................................................................................... 16

xi
2.3 Inconvénients .......................................................................................................................... 16
3. Les digesteurs semi-continus ....................................................................................................... 16
VIII- CHOIX DU BIODIGESTEUR ................................................................................................... 18
IX- DIMENSIONNEMENT ................................................................................................................. 19
1. Schéma du système ....................................................................................................................... 19
2. Liste de matériels .......................................................................................................................... 20
3. Dimensions et capacités volumiques ........................................................................................... 20
X- EVALUATION DU COUT DE L’INSTALLATION ................................................................... 21
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 22
REFERRENCE BIBLIOGRAPHIQUE ....................................................................................................... ix
WEBOGRAPHIE ..........................................................................................................................................x
TABLE DES MATIERES................................................................................................................................... xi

xii

Vous aimerez peut-être aussi