Vous êtes sur la page 1sur 12

Modélisation d’un Convertisseur Matriciel à topologie [3xn]

Par : Pr. MO. Mahmoudi (ENP)

Le convertisseur matriciel est un convertisseur statique de fréquence, il permet la conversion directe


c’est à dire sans avoir recours à un circuit intermédiaire continu. Ce dernier est la caractéristique
principale des convertisseurs conventionnels redresseur - onduleur. On peut avoir en sortie un système à
n phases de tension variables en amplitude et en fréquence à partir d’une entrée d’un système à m phases
de tensions de source d’alimentation.
Ainsi il est primordial d’en établir le modèle de commande qui est déduit d’un modèle de
connaissance du convertisseur, en utilisant les réseaux de Pétri, les fonctions de connexion et les
fonctions de conversion.

1. Structure et fonctionnement du convertisseur matriciel :


Pour une alimentation triphasée disponible, on s’intéressera à la structure matricielle [3xn] à 3n
interrupteurs, les trois phases d’entrées du réseau sont interconnectées aux n phases de sortie par le biais
de composants de puissance à quatre segments (bidirectionnels en courant et en tension). Cette structure
peut alimenter une machine AC à n phases (polyphasée).

Figure. 1. Schéma de principe du convertisseur matriciel.

A partir de la topologie du convertisseur, on constate l’existence de trois cellules de commutation


(cellule R, S et T) et chacune d’elles porte n interrupteurs. Donc il est possible d’avoir 23xn configurations
possibles, car le convertisseur possède 3n interrupteurs et chacun peut être à l’état ouvert ou fermé.
Puisque le convertisseur idéalisé est un élément de couplage, le respect du principe de causalité
conduit à des règles précises concernant le groupement d’interrupteurs formant le convertisseur :

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 1


• les sources situées de part et d’autre du groupement sont nécessairement de natures
différentes.
• La continuité énergétique impose de ne retenir, parmi les configurations possibles de la partie
opérative, que celles qui sont physiquement réalisables : une source de tension non nulle ne
peut être mise en court circuit, une source de courant non nul ne peut être mise en circuit
ouvert.

Finalement on déduit que pour chaque cellule un seul commutateur doit être fermé, se qui réduit le
nombre de configurations possibles à 3n.

Vu la symétrie fonctionnelle des cellules de commutation, ainsi par rapport à la commande,


l’étude du convertisseur matriciel se limite à l’étude d’une cellule de commutation. Dans chaque cellule
on distingue trois configurations possibles qui sont caractérisées par des grandeurs électriques (Tableau).

Configuration La grandeur électrique qui le caractérise


E1 VA = VR
E2 VA = VS
E3 VA = VT

S11 S12 S13


iA Load

VA

L Filtre

iR iS iT
VR VS VT

Figure. 2. Schéma de principe d’une cellule de commutation du CM.

2. Les différentes configurations d’une cellule d’un convertisseur matriciel et


l’application des réseaux de Pétri :

Les réseaux de Pétri sont dédiés à la description des systèmes séquentiels. Les états stables sont
appelés « places » et les conditions de passage d’une place à l’autre sont nommées « transitions ». Ils
sont très souvent utilisés en conception logique pour décrire les machines d’états régissant le
fonctionnement du système.

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 2


Nous pouvons utiliser les réseaux de Pétri en électronique de puissance pour décrire les différents
états d’un composant.

Commutateur fermé

Commutateur ouvert

Figure. 3. Les six configurations possibles d’une cellule de commutation du convertisseur matriciel.

En analysant les conditions entre les différentes configurations possibles illustrées précédemment,
on arrive à préciser les réceptivités du réseau de Pétri de fonctionnement d’une cellule de commutation
du convertisseur matriciel, qui sont :

R10 = R20 = R30 = (TAR=0) & (TAS=0) & (TAT=0)

R01=(TAR=1) & (TAS=0) & (TAT=0)

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 3


R02= (TAR=0) & (TAS=1) & (TAT=0)

R03= (TAR=0) & (TAS=0) & (TAT=1)

R12=(E1) & (TAR=0) & (TAS=1) & (TAT=0)

R21=(E2) & (TAR=1) & (TAS=0) & (TAT=0)

R23=(E2) & (TAR=0) & (TAS=0) & (TAT=1)

R32=(E3) & (TAR=0) & (TAS=1) & (TAT=0)

R13=(E1) & (TAR=0) & (TAS=0) & (TAT=1)

R31=(E3) & (TAR=1) & (TAS=0) & (TAT=0)

La variable RMN représente la réceptivité de transition de la configuration EM à la configuration EN.

Figure. 4. Réseau de Pétri en fonctionnement d’une cellule de commutation du convertisseur matriciel.


3 Modélisation en vue de la commande :
• Hypothèses :
- La commutation des interrupteurs est supposée parfaite.
- La chute de tension aux bornes des semi-conducteurs est négligeable devant la tension
d’alimentation.

• Commandabilité des convertisseurs statiques :


Lorsque le changement d’état d’un convertisseur statique est imposé par l’évolution de la
commande interne (externe), la commutation est dite spontanée (commandée).
La commande interne est déterminée par le signe des grandeurs électriques de l’environnement de
l’interrupteur (u, i). La commande externe correspond aux ordres logiques issus de la commande
rapprochée.
Par définition, un interrupteur est déclaré totalement commandable si son changement d’état ne
dépend que de la commande externe (commande des bases de semi conducteurs).

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 4


La fonction de connexion f ij permet de lier entre les grandeurs électriques propres à
l’interrupteur et les grandeurs imposées par les sources telles que:

 i (t ) = fij (t ).is (t )
 (1)
 u (t ) = (1- fij (t )).us (t )

avec :
• fij =1 quand l’interrupteur Gij est fermé.
• fij =0 quand l’interrupteur Gij est ouvert.
• i= R, S, T et j=1,2,…,n ou A,B, ……, (selon le nombre de phases de sortie su CM).
• (u, i) : grandeurs électriques propres à l’interrupteur (grandeurs modulées).
• (us, is) : grandeurs imposées par les sources connectées à interrupteur (grandeurs commutées).

L’ensemble des fonctions de connexion forme les éléments d’une matrice dite matrice de
connexion [F] tel que :

Convertisseur matriciel n phases Convertisseur matriciel cinq phases

 f AR f AS f AT   f AR f AS f AT 
f f BS f BT  f f BS f BT 
 BR  BR (2)
 f CR f CS fCT  [ F ] =  fCR f CS f CT 
[ F ] =  M M M 
 
 f DR f DS f DT 

 M M M   f ER f ES f ET 
 
 M M M 
f f nS f nT 
 nR

Fonction génératrice de connexion des interrupteurs :


On définit la fonction génératrice de connexion fijg des interrupteurs Gij comme étant la valeur
moyenne de la fonction de connexion discontinue fij sur une période de commutation T (T supposée
infiniment petite).

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 5


g 1T
f ij = ∫ f ij (τ ) .dτ
T0 ( 0 ≤ f ijg ≤ 1) (3)

Avec : i= R, S, T et j=A, B, C …, (selon le nombre de phase de sortie su CM, pour le pentaphasé par
exemple n=5).

Modélisation aux valeurs instantanées :

Cette modélisation sera effectuée en considérant l’association du convertisseur matriciel et de sa


charge couplée en étoile avec neutre isolé, car on se ramène toujours à une configuration où les sources
de tension sont couplées en polygones et où les sources de courant sont connectées en étoile. Ce choix
d’association des sources élimine implicitement la présence de toutes composantes homopolaires:

On va définir d’abord les notations suivantes :


• U : Tensions de phase par rapport au neutre N du réseau.
• V : Tensions simples de phase par rapport au neutre N’ de la charge polyphasée.
 1
VA = n ( (n − 1) U A − U B − U C − ... − U n )

V = 1 ( − U + (n − 1) U − U − ... − U )
 B n A B C n


Pour n phases, on aura : M = LLL (4)
M = LLL

 1
Vn = n ( − U A − U B − U C − ... + (n − 1) U n )


 1
VA = 5 ( 4 U A − U B − U C − U D − U E )

V = 1 ( −U + 4 U − U − U − U )
 B 5 A B C D E


 1
Pour n=5, on aura : VC = ( −U A − U B + 4 U C − U D − U E )
 5
 1
VD = 5 ( −U A − U B − U C + 4 U D − U E )

V = 1 ( −U − U − U − U + 4 U )
 E 5 A B C D E

Grandeurs électriques et leurs matrices de conversion:

a. Matrice de conversion des courants :

Les courants modulés [ie ] de la source de tension sont liés simultanément à l’état des cellules de

commutation et aux courants commutés délivrés par la source de courant [is ] .

La conversion appliquée sur la source de courant peut être exprimée par :


ENP – Pr. MO. Mahmoudi 6
[ie ] = [ F ] [is ]
T
(5)
Avec :

[ie ] = [iR iT ] Vecteur des courants modulés de la source.


T
iS

[is ] = [iA iC L L L in ] Vecteur des courants commutés pour le CM polyphasé.


T
iB

Donc :
Convertisseur matriciel à n phases Convertisseur matriciel 5 phases

iA   iA 
i  f ER   iB 
 B iR   f AR f BR f CR f DR
   f ES   iC 
iR   f AR f BR f CR L L L f nR  iC 
  iS  =  f AS f BS f CS f DS
 
i  =  f f BS f CS L L L f nS   M  iT   f AT f BT fCT f DT f ET  iD 
 S   AS
iT   f AT f BT fCT L L L f nT   M   iE 
 
M
i 
 n

On peut noter que:


Convertisseur matriciel n phases Convertisseur matriciel 5 phases

iA   iA 
i  i 
 B  iR   B
iC  i  =  M I   i 
 iR   S   C
i  =  M I   M  iT 
 
 S    iD 
iT  M  iE 
 
M
i 
 n

Telle que la matrice  M I  ainsi obtenue est dite matrice de conversion des courants.

b. Matrice de conversion des tensions :

De même, les tensions composées et modulées [U s ] aux bornes des sources de courants dépendent

essentiellement de l’état des cellules de commutation et des tensions commutées [U e ] délivrées par la

source de tension.

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 7


La conversion appliquée sur la source de tension peut être exprimée par :

[U e ] = [ F ] [U s ] (7)
Avec :

[U e ] = [U R U T ] Vecteur des tensions modulées de la source.


T
US

[U s ] = [U A U B U C L L L U n ] Vecteur des tensions commutées pour le CM polyphasé.


T

Donc :
Convertisseur matriciel à n phases Convertisseur matriciel cinq phases

U A   f AR f AS f AT  U A   f AR f AS f AT 
U   f f BT  U   f f BT 
 B   BR f BS  B   BR f BS U R  (8)
U C   f CR f CT  U C  =  f CR f CT  U 
fCS U R  f CS  S
    U     
 M = M M M   S U D   f DR f DS f DT  U T 
 M   M M M  U T  U E   f ER f ES f ET 
   
 M   M M M 
U   f f nS f nT 
 n   nR

Que l’on note:

Convertisseur matriciel à n phases Convertisseur matriciel cinq phases

U A  U A 
U  U 
 B  B U R  (9)
U C  U C  =  M U  U 
U R   S
  U   
 M  =  M  U T 
U
 S U D 
 M  U T  U E 
 
 M 
U 
 n

La matrice [M U ] ainsi obtenue est dite : Matrice de conversion des tensions.

c) La matrice de conversion du convertisseur matriciel :


La matrice de conversion du convertisseur matriciel permet de lier entre les grandeurs modulées et
les grandeurs commutées des courants et des tensions et on l’exprime comme suivant :
[Gm ] = [ N (t )] [Gc ]
Avec :

[Gm ] = [U s ie ]
T
Vecteurs des grandeurs modulées.

[Gm ] = [U e is ]
T
Vecteurs des grandeurs commutées.

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 8


M U 
  [ 0] 
[ ]
N (t ) =   (10)
 [ 0]  M I  
 
Avec :
Pour un convertisseur matriciel à n phases , on aura :

 f AR f AS f AT 
f f BS f BT 
 BR 
 f CR f CS f CT 
 
 M M M [ 0] 
 M M M 
[ ] M
N (t ) =
M M

 
f f nS f nT 
 nR 
 f AR f BR fCR L L L f nR 
 f nS 
 [ 0] f AS f BS f CS L L L
 f AT f BT f CT L L L f nT 

Pour un Convertisseur matriciel à 5 phases, on aura :

 f AR f AS f AT 
f f BS f BT 
 BR 
 f CR fCS f CT [ 0] 
 
f f DS f DT
[ N (t )] =  fDR f ES f ET


 
ER

 f AR f BR fCR f DR f ER 


[0] f AS f BS f CS f DS f ES 

 f AT f BT f CT f DT f ET 

La matrice [ N (t )] ainsi obtenue est dite : la matrice de conversion du convertisseur matriciel.

4 Modèle de connaissance du convertisseur matriciel :

Fondamentalement, le convertisseur matriciel est une matrice de commutateurs (interrupteurs)


qui permet de lier entre deux sources différentes (source de courant et source de tension). Par conséquent
son fonctionnement interne est lié à deux types de variables :

1. variables discrètes.
2. variables continues.

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 9


Les variables discrètes sont les ordres d’ouverture et de fermeture appliqués aux commutateurs
correspondant à la commande des bases des semi-conducteurs (commande externe) et les variables
continues sont issues des sources dont l’état généralisé constitue la commande interne.
Dés lors, le modèle de connaissance de ce convertisseur peut se décomposer en deux parties
distinctes (Figure 5) :

• La partie commande : elle établie la relation entre le réseau de Pétri du fonctionnement du


convertisseur en mode commandable et les fonctions de connexion et de conversion.
• La partie opérative : elle détermine l’évolution des variables continues affectées par la matrice
de conversion. De même, cette partie est décomposée en deux blocs, un bloc discontinu décrivant
l’effet des fonctions de conversion sur les grandeurs électriques et un bloc continu contenant les
équations d’état associés aux sources et aux éléments passifs.

U s 
i  U e 
 e i 
 s 

Figure. 5. Modèle de connaissance du convertisseur matriciel.

5. Modélisation aux valeurs moyennes : modèle de commande :

Le modèle de connaissance global présenté précédemment (figure. 5) est bien adapté à la


simulation, et donc à la validation des stratégies de commande. Il n’est pas adapté à la commande à cause
de la présence du bloc discontinu.
Donc pour passer du modèle de connaissance à son modèle de commande, on doit rendre le bloc
discontinu continu. Pou cela, on a besoin d’introduire la notion de fonctions génératrices de connexion
définies précédemment (Equation. 3).

[ ]
La matrice génératrice de conversion N g (t ) est définie comme suit:

  1 (1+ k )T
 N g ( )  = T
t ∫  N (τ ) .dτ (12)
kT

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 10


T : étant la période de commutation des interrupteurs.

Pour remédier au problème de la discontinuité on a établi un modèle de commande (Figure. 6) en


utilisant la matrice génératrice de conversion [Ng(t)] définie précédemment (équation 12). Ainsi donc le
modèle obtenu est un modèle qui se base sur des valeurs moyennes décrivant le comportement moyen du
systéme.
En utilisant la matrice de conversion, on aboutit au système suivant :

U s  U e 
 i  =  N g (t )   i  (13)
 e  s 

Avec :
Pour un Convertisseur matriciel trois phases en aura :
 f AR g f AS g f AT g 
 g g g 
 f BR f BS f BT 
 f CR g fCS g
f CT g 
 
 M M M [ 0] 
 M M M 
 N g (t )  =  
 M M M 
f g f nS g
f nT g 
 nR 
 f AR g f BR g f CR g L L L f nR g 
 
 [ 0] f AS g f BS g f CS g L L L f nS g 
 f AT g
f BT f CT g
L L L f nT g 

Pour un convertisseur matriciel à cinq phases en aura :
 f AR f AS f AT 
f f BS f BT 
 BR 
 f CR fCS f CT [ 0] 
 
f f DS f DT
[ N (t )] =  fDR f ES f ET


 
ER

 f AR f BR fCR f DR f ER 


[0] f AS f BS f CS f DS f ES 

 f AT f BT f CT f DT f ET 

Le modèle de commande global du convertisseur matriciel en mode totalement commandable, où


toutes ses grandeurs sont continues est le suivant :

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 11


U s  U e 
i  i 
 e  s 

Figure. 6. Modèle de commande du convertisseur matriciel.

• Forme de la tension de sortie VA et son spectre d’harmoniques pour (f=50 Hz, et m=51).

400 1

300 0.9

0.8
200
LatensiondesortieV (V)

Amplitrudedharmonics
A

0.7
100
0.6
0
0.5
-100
0.4
-200
0.3
-300
0.2

-400 0.1

-500 0
0 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01 0.012 0.014 0.016 0.018 0.02 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps(s) Rang d harmonics

ENP – Pr. MO. Mahmoudi 12