Vous êtes sur la page 1sur 74

Cours d’économie maritime

Section : M1 et Ingénierie
PROFESSEUR : MME RAMY

PROF: MME RAMY 1


Définition de l’économie
C’est l’ensemble des activités de production, de
consommation, de répartition, de circulation et
d’échange des biens ou des richesses destinées dans un
pays ou une société donnée, à satisfaire les besoins
humains.

PROF: MME RAMY 2


Interdépendance des activités économiques
Ces multiples activités économiques ne connaissent pas
de classement entre elles et se pratiquent en relation
constante les unes avec les autres, elles sont par
conséquent interdépendantes et forment ce tour
cohérent qu’est L’ECONOMIE.
C’est pour quoi l’économie est souvent comparée à une
machine et les différentes activités économiques à ses
compartiments, lesquels fonctionnent solidairement.

PROF: MME RAMY 3


Les 3 grands secteurs économiques
Les activités économiques font l’objet de 3 grands secteurs économiques :
a) le secteur primaire qui comprend l’Agriculture et la pêche
b) le secteur secondaire regroupe l’industrie c’est à dire les activités
industrielles, c'est-à-dire la transformation des matières premières,
c) le secteur tertiaire : regroupe les activités de services comme le commerce, le
tourisme, l’administration, les banques ou encore le transport qui nous intéresse
le plus.
Ces secteurs sont composés de sous-secteurs ayant un rôle et une importance
spécifiques

PROF: MME RAMY 4


Caractères de l’activité économiques
L’économie est activité humaine qui est fonction des réactions de
l’individu ou du groupe sociale face à ses besoins et aux moyens ou
possibilité qu’il a de les satisfaire,
C’est aussi une activité sociale qui se pratique au sien d’une communauté
Roumaine et qui se fond sur la répartition des taches économiques entre
ses membres.
Elle est commandée par les besoins de l’homme mais si le besoin qui en
deviennent le moteur.
Elle a un caractère d’activité, c’est à dire qu’elle est utile puisqu’elle est
liée à la satisfaction d’un besoin, mais si le besoin disparait, cette utilité
disparait avec lui.

PROF: MME RAMY 5


Le transport lui-même :

Toute activité économique suppose un “transport” depuis les


sources de matières premières vers les centres de production
de produits finis, puis un transport de ces centres vers les
points de consommation.

Le déplacement des personnes entre également dans l’activité


des transports (aériens principalement).

PROF: MME RAMY 6


Les transports s’effectuent soit à l’intérieur des
continents, soit entre les continents. Dans les deux
cas ils mettent en œuvre des moyens maritimes. Le
transport maritime est précédé ou suivi d’un
transport continental, ferroviaire, fluvial ou
routier. C’est le transport multimodal.

PROF: MME RAMY 7


Relations transports ferroviaires / transports maritimes :

Le transport maritime permet d’assurer la liaison par


transbordeurs de trains entre deux réseaux séparés par la mer
(liaison entre les îles japonaises) mais ce mode est de plus en plus
concurrencé par les ponts et les tunnels.

La voie ferrée peut être tributaire d’un trafic maritime (minerai de


fer vers Nouakchott avec le Trans-Mauritanien etc..) ou encore
être l’unique exutoire d’un pays sans façade maritime (Pays
d'Afrique centrale).

PROF: MME RAMY 8


Relations des transports routiers avec le transport maritime :

Le transbordement direct sur camions s'accommode bien des


marchandises diverses expédiées par petits lots.
Dans les ports peu équipés, le “sous-palan” évite des manipulations et
économise l’entreposage.
La technique du Roll on /Roll off est aussi venue apporter une rapidité
d’exploitation des navires. Les véhicules embarquent directement sur les
navires par roulage et traversent ainsi des étendues d’eau plus ou moins
larges. Sur d’autres navires l’embarquement de remorques seules permet
d'économiser sur les frais de passage (chauffeur et tracteur).
Les transbordeurs exercent leur activité sur des liaisons courtes et
moyennes alors que les rouliers naviguent entre continents en combinant
souvent ce transport avec celui des conteneurs.

PROF: MME RAMY 9


Définition de l’économie maritime
Elle couvre un large éventail d’activités essentielles et
indispensables au développement économiques et à l’acquisition
de la puissance maritime.
Elle consiste dans l’exploitation de la mer (richesse animale et
minérale), et plus précisément dans les activités de pêche et de
transport maritime, de construction et de répartition navales et
dans toute autre activité en rapport avec le mer (activité
portuaire et autre activité auxiliaire). C’est donc une branche de
l’Economie en général elle coiffe l’activité de transport maritime
qui nous intéresse.

PROF: MME RAMY 10


Le transport maritime est longtemps demeuré le seul moyen
de communiquer entre pays séparés par la mer. Il joue un rôle
vital dans l’économie internationale.

Le navire traditionnel tend aujourd’hui à disparaître. Les


unités actuelles n’ont plus souvent comme dénominateur
commun que d’emprunter la voie maritime. Même leur aspect
extérieur varie en fonction de leur affectation, à côté du
cargo conventionnel sont apparus le porte-conteneurs, le
supertanker, le gazier, le transporteur de produits chimiques,
le roulier, etc.

PROF: MME RAMY 11


Aujourd’hui du fait de la concurrence de l’avion, les paquebots de
ligne se sont reconvertis dans la croisière, les armateurs
construisent des unités pour cette seule activité.
Si le transport maritime est soumis à de nombreuses sujétions, son
rôle est tel que la majorité des pays, qu’ils aient été ou non dans le
passé des puissances maritimes, souhaitent se doter d’une flotte de
commerce. Une flotte nationale est en effet le gage de
l’indépendance d’un pays. L’activité maritime est pourvoyeuse de
devises et elle sert de support au commerce extérieur.

PROF: MME RAMY 12


Il faut préciser que l’Economie maritime occupe une
place de plus en plus importante dans la vie des nations
par ce que les Etats se trouvent de plus en plus vers la
mer par des raisons suivantes :
La mer revêt une importance et un caractère
économique c’est un immense réservoir de ressource
naturelles, de plus milieu marin est le terrain dévolution
de nombres activités maritimes. Son utilisation est de
plus en plus contrôlée (sécurité) et la mer est de plus
en plus protégée (contre la pollution).

PROF: MME RAMY 13


Du point de vue spatial ou naturel la mer occupe les
deus tiers environ de la surface du globe
Du point de vue souveraineté des Etats, ceux-ci
possèdent à coté de leur territoire terrestre, un
territoire maritime allant jusqu’à 200 milles marins

PROF: MME RAMY 14


Transport maritime et l’économie nationale

Notion de transport :
Le transport consiste dans le déplacement ou le transfert
de biens et d’individus d’un point à un autre par des
moyens extérieurs à la personne et à l’objet déplacé.
C’est une activité de réseaux impliquant l’utilisation
conjointe d’engins de transport d’infrastructures fixes de
transport, en fonction du milieu nature où se pratique
l’activité de transport. Il existe donc différents modes de
transport, autres que le mode maritime (aérien, routier
ferroviaire, fluviale, spécialisé)

PROF: MME RAMY 15


Importance économique de transport

De façon générale « le transport est lié de manière


organique et indissociable à l’acte d’échange » c'est-
à-dire qu’il est intimement lié au commerce.
En effet sous toutes ses formes, le transport
constitue un lien indispensable entre les différents
acteurs de la vie économiques, entre les producteurs
et les consommateurs.

PROF: MME RAMY 16


Il permet aussi de « lutter contre la rareté » par ce
que le transporteur prend les choses là où elles sont
inutiles ou peu utiles, sont par ce qu’elles existent en
quantité excédentaire par apport aux besoins locaux,
soit par ce qu’on ne trouve pas sur place les moyens
techniques et humain nécessaires par leur traitement ;
il les offres où les hommes seront en mesure de les
adopter à la satisfaction de leurs désirs et de les
consommer.

PROF: MME RAMY 17


Il permet et contribue donc à l’écoulement des
productions, à l’approvisionnement des
industries, c'est-à-dire à la distribution et la
circulation des biens là où le besoin existe, il est
où si “ au centre de la vie économique“ et de ce
fait détermine l’équilibre économique et la survie
des notions. C’est pourquoi, il est considéré
comme le « poument » de l’économie nationale et
le « secteur de commerce » ou en encore
catalyseur du développement économique.

PROF: MME RAMY 18


Pour toutes ces raisons « le transport doit être
considéré comme une activité productrice au
même tâche que l’agriculture, l’industrie et le
commerce » car « bien qu’il se trouve à
déplacer un objet sans lui faire subir aucune
modification matérielle » «, il donne ainsi aux
choses une valeur ou augmente celle
qu’initialement elle avait »

PROF: MME RAMY 19


Le transport Maritime
Le transport maritime consiste à déplacer des
marchandises ou des personnes pour l'essentiel par
voie maritime, même si, occasionnellement le
transporteur maritime peut prendre en charge le
préacheminement ou post-acheminement
(positionnement d'un conteneur chez le chargeur et
son acheminement au port, par exemple).

PROF: MME RAMY 20


l’économie maritime recouvre une multitude d’activités, qu’elles soient
traditionnelles (pêche, conchyliculture, construction navale, activités
portuaires, tourisme…) ou émergentes (énergies marines renouvelables,
biotechnologies...).
cette multitude d’activités dépendant directement ou indirectement de la
mer et du littoral compose un halo difficile à définir et à mesurer.
pourtant, ces activités constituent un levier important de développement
économique. objectifs découvrir l’économie maritime et ses enjeux.
connaître les activités maritimes.
Découvrir l’économie maritime et ses enjeux; connaître les activités
maritimes porteuses de croissance durable.

PROF: MME RAMY 21


Selon la conférence des Nations unies sur le commerce et le
développement, 50 000 navires naviguent dans le monde entier en
2012, faisant du transport maritime le moyen de transport dans le
commerce mondial le plus important, en termes de capacité. Plus de
8,7milliards de tonnes empruntent ainsi la mer (en 2011), assurant
90 % du trafic mondial. En 2012, le transport maritime mondial
représente un marché de 1 500 milliards d'euros. En 2015, il
représente 80 % du commerce mondial en volume. Malgré un
ralentissement dû à la crise économique, ce marché devrait
continuer de croître pour atteindre 2 000 milliards d'euros en
2020.

PROF: MME RAMY 22


Ce mode de transport couvre l'essentiel des matières
premières (pétrole et produits
pétroliers, charbon, minerai de
fer, céréales, bauxite, alumine, phosphates, etc). À
côté de ce transport en vrac, il couvre également le
transport de produits préalablement conditionnés se
présentant sous forme de cartons, caisses, palettes,
fûts, ce que l'on a coutume d'appeler de la
marchandise diverse ou « divers » (general cargo en
anglais)

PROF: MME RAMY 23


Types de navires
Un bateau est une construction, capable de flotter, utilisée pour se déplacer sur
l'eau. Les bateaux les plus simples sont faits en bois.

Il existe des bateaux à voile (comme les voiliers), à moteur, à rames (comme de
simples barques).
On peut se servir d'un bateau pour le transport de personnes ou de marchandises,
la guerre sur mer, la pêche, la plaisance, ou d'autres services tels que la sécurité
des autres bateaux.
Les premiers bateaux à vapeur à voir le jour en France sont apparus au cours de la
première révolution industrielle grâce à la découverte du charbon (début du
XIXe siècle).

PROF: MME RAMY 24


Types de bateaux
le drakkar, bateau des vikings
la trirème, bateau guerrier des Romains
la galère, bateau de guerre utilisé depuis l'antiquité jusqu'au 17ème qui est propulsé par des
rameurs
le yacht, navire de luxe, comme l'était le Britannia de la reine Élisabeth II.
le bateau à rames.
l'optimist, bateau à voile.
le porte-avion, qui dispose d'une piste pour faire décoller et atterrir des avions
le ferry, bateau pour transporter des véhicules et des passagers dans une traversée
le Radeau, petite embarcation sans propulsion mécanique sans moteurs.
le brise-glace est un navire utilisé pour libérer un navire ou un groupes de navires
emprisonnés par les glaces et pour créer et maintenir des passages dans les eaux prises par
la banquise.
le remorqueur est un bateau à propulsion mécanique doté de moteurs puissants, construit
spécialement pour déplacer ou manœuvrer les navires.

PROF: MME RAMY 25


Source : rapport de la CNUCED 2018

PROF: MME RAMY 26


PROF: MME RAMY 27
Définition d’un navire
Un Navire est un engin flottant, avec un armement et un équipage qui lui sont propres
Le Navire est un engin flottant qui est affecté habituellement à la navigation maritime .
Tout engin flottant qui répond à cette définition est un navire.
La qualification de « navire » a un enjeu considérable puisqu'elle détermine l'application
du droit maritime.
Schématiquement, ce qui permet de faire la différence entre un bateau et
un navire est son affectation.
En effet, le bateau servira exclusivement à la navigation intérieure ou fluviale.

PROF: MME RAMY 28


PROF: MME RAMY 29
PROF: MME RAMY 30
PROF: MME RAMY 31
PROF: MME RAMY 32
La taille des navires

Les petites unités ont progressivement cédé le pas à partir des


années 70 à des navires géants. Ce gigantisme imposé par
l’allongement des trajets et l’accroissement de la demande de
transport caractérisé nettement les pétroliers, suivis des
vraquiers.
Or la taille unitaire des navires et plus particulièrement des
pétroliers a trouvé sa limite dans certains 30 maritimes peu
profonds comme certains ports chevaux d’accès, cales sèches, ou
encore le pas de calais de canal de size.

PROF: MME RAMY 33


B - L’âge des navires
À ce niveau, l’évolution qu’a connue le TM s’est faite dans le sens
d’une diminution de l’âge des navires, c'est-à-dire que la flotte
mondiale est une flotte jeune, plus de 60% du tonnage mondial
ont moins de 10 ans d’âge ainsi que la nature le tableau qui suit :

PROF: MME RAMY 34


taux d'âge % Tranche d'âge %

0-4 ans 29,5 20-24 ans 5,8

5-9 ans 32,8 25-29 ans 2,2

10-14ans 18 30 ans et plus 6,6

PROF: MME RAMY 35


Le Transport Maritime pétrolier
I - La flotte pétrolière mondiale
Elle occupe un place dominante dans la flotte marchande mondiale
du fait de l’importance du commerce maritime pétrolier qui
représente le plus de 50% du commerce maritime mondial . Etant
donnée l’accroissement de la demande de pétrole, le tonnage
pétrolier a connu une forte augmentation : ainsi de 23,385 MT pt en
2008 et 131,27 MT pt en 2016, il est passée à 324,8MT pt environ
en 2011.

PROF: MME RAMY 36


Transport maritime dans le commerce mondial

PROF: MME RAMY 37


Partie II : Le port et sa communauté

PROF: MME RAMY 38


Sur la scène du commerce mondial, les ports
représentent l’un des acteurs primordiaux en matière
du trafic entre les pays. Le port est pourtant un
organisme composés de plusieurs acteurs, qui
assurent la transparence et l’efficacité des
différents services liés aux navires afin de rendre
les mouvements au sein des aires portuaires plus
fluides et organisés.
Mais la question qui se pose est : COMMENT CE PORT
PEUT ÊTRE EQUIPÉ ?
COMMUNAUTE D’ACTEURS
Acteurs Publics :
-l’autorité portuaire
- L’autorité administrative portuaire
01
COMMUNAUTE D’ACTEURS
Acteurs privés :
-Les clients du port
02
-Les professions aux services des navires
-les professions aux services à la marchandise
LES ACTEURS PUBLICS
L’AUTORITE PORTUAIRE

Le gestionnaire du port exerce de nombreuses missions à


savoir :
- La gestion des installations portuaires
- Prise en charge de l’accueil des navires
- Location de ses installations aux intervenants
portuaires
- Les services pour les entreprises portuaires
- Il assurer la promotion des activités du port
- Il regroupe en un seul lieu de nombreux services
L’AUTORITE PORTUAIRE

01 LA DOUANE

02 LES BANQUES

LES SERVICES VETERINAIRES


03 ET SANITAIRES

04 LES CONTROLES QUALITE


L’AUTORITE ADMINISTRATIVE PORTUAIRE

01 LES SERVICES MARITIMES ET LES


AFFAIRES MARITIMES

02 LA GENDARMERIE

03 LA POLICE AUX FRONTIERES

LES SERVICES D’INCENDIE ET DE


04 SECURITE
LES ACTEURS PRIVES
LES CLIENTS DU
PORT

LES ARMATEURS (Coté


mer) Il dote le navire du matériel et tout ce qui est
dédié à l’expédition maritime. Il peut être le
LES CHARGEURS (Coté propriétaire ou locataire du navire appelé
terre) affréteur.

Les propriétaires de la cargaison (marchandise) ou d’une partie de


la cargaison du navire en matière du transport international.
LES PROFESSIONS AUX SERVICES DES NAVIRES

SOCIETES DE SOUTAGE ET
LES LAMANEURS AVITAILLEMENT
Des marins spécialisés qui Un avitailleur est un petit bateau qui
assistent à l’amarrage ou sert à doter les navires du
désamarrage du navire durant L’AGENT MARITIME carburant jusqu’au là ou ils sont
leur séjour au port. Les lamaneurs amarrés. Mieux encore, il peut
Le représentant de l’armateur. Il leurs fournir du fuel domestique,
doivent assurer la sécurité du
s’occupe du volet administratif de l’eau potable, du gaz en
navire au bord du quai surtout
ainsi que tout les besoins du bouteilles…
quand les conditions climatiques
navire lors de son existence au
sont défavorables, ainsi, ils
sein du port: remorqueurs,
doivent rester des positions
pilote, relations avec
d’équilibre précaire.
l’administration maritime, ainsi
que la visite médicale s’il en faut.
LES PROFESSIONS AUX SERVICES DES
NAVIRES
CAPITAINERIE

Dirigée par un LES PILOTES


commandant de port, qui MARITIMES
intègre le navire à l’heure
prévue sur le quai au sein LES
de l’aire portuaire. REMORQUEURS
Chargé de pilotage avec
le commandant lors du
départ ou l’arrivé du
Des petits bateaux très
navire ainsi que ses
mouvements dans le port.
puissants, qui consiste à
guider et tirer les bateaux
entrant au port jusqu’au
quai.
LES PROFESSIONS AUX SERVICES A LA MARCHANDISE

COMMISSIONNAIRE ET LE TRANSITAIRE
ORGANISATEUR DU TRANSPORT
Chargé du passage de la marchandise sur
C’est le négociateur du fret avec la le port, il intervient en tant que
compagnie maritime. Il organise le commissionnaire du transport et en
transport de la marchandise et les douane. Il s’occupe de la chaine du
ports qu’elle va traverser. transport multimodal mais aussi du
dédouanement.

LE COMMISSIONNAIRE EN STOCKEUR
DOUANE

Chargé de la déclaration de la Chargé d’entreposage, d’emballage, du


douane, du paiement des frais et conditionnement, de distribution, de
des droits du port. transformation…
LES PROFESSIONS AUX SERVICES A LA
MARCHANDISE

Ce sont les
transporteurs C’est l’achat et vente Il détermine la cause des
routiers, les rails des marchandises non dégats des marchandises
endommagées pour les
ainsi que le transport vendues à l’arrivé aux
compagnie d’assurances.
fluvial. ports. (les négoces)

LE LE COURTIER EN
TRANSPORTEUR Commissaire
COMMISSAIRE
MARCHANDISE
TERRESTRE d’Avarie
D’AVARIE
BEST SELLERS

MANUTENTIONNAIRE
Ou acconier, il assure le chargement et
le déchargement des marchandises
entre l’eau et la terre lorsque les
navires sont amarrés.

LE NEGOCIANT (trader)
Son but est de réaliser des plus
values issues de la spéculation en
matière des opérations d’import ou
export.
La grande majorité des transactions
internationals se font par voie maritime, ce qui
engendre le poids des ports à l’heure
d’aujourd’hui. Ainsi, l’activité portuaire est
formées par les acteurs privés et publics, qui
veillent ensemble sur l’organisation des séjours
des navires une fois ils seront à bord du quai.
L'évolution du transport maritime au Maroc
Durant cette période, la flotte marocaine a
appris à faire face au commerce mondial en
offrant des services de qualité à des prix 1982-1993
compétitifs.
L’adoption du plan de développement
visant le développement du transport
1978-1982 maritime marocain et essentiellement le
transport de marchandises et de
passagers.
L’évolution de la flotte de commerce marocaine qui
est passée de 20 à 60 navires, et de compagnies
maritimes qui sont passées de 4 à 16, ainsi que la 1973
compagnie marocaine de navigation qui a
augmenté, à son tour, le nombre de ses navires à
18. le Maroc avait seulement quartes sociétés
nationales de transport sous pavillon
1962 marocain, or la participation des
compagnies maritimes étrangères restait
plus forte.
La substitution de la compagnie Franco-Chérifienne
de la navigation en COMANAV.
la prédominance des compagnies occidentales et 1956-1959
l’interdiction pour la COMANAV de participer aux
échanges.
Introduction

Les transports Maritimes (T.M)


ont une importance
déterminante dans la prospérité
économique et le rayonnement
politique des nations.

Les références historiques


que l’on peut invoquer sont
nombreuses; la plus
Malgré l’avènement de convaincante est celle de la
l’aéronautique, le TM Grande-Bretagne au XIX
demeure un facteur siècle, dont la puissance
important de prospérité. économique et politique
reposait en grande partie
sur l’existence d’une flotte
omniprésente.

PR: RAMY 55
Introduction

Le Commerce Maritime (C.M) est


Sa place dans le commerce international
étroitement dépendant du
et ses grands réseaux dépendent aussi de
développement général des échanges
la politique économique des États.
commerciaux.

Le C.M mondial se caractérise dans la longue par


deux traits, sa croissance relativement rapide et
une géographie changeante.

PR: RAMY 56
Introduction

Les 94% des échanges


internationaux de marchandises
transitent par des navires
océaniques, et par conséquent le
TM présente la particularité
essentielle d’être étroitement lié
au développement du commerce
international; mais il comporte
PR: RAMY 57
La croissance des échanges mondiaux

Jusqu’à la première guerre mondiale, les exportations mondiales sont


passées de 990 millions de $ en 1800 à 14810 millions de $ en 1910 et donc
multipliées par 8.

C’est l’Europe qui a entrainé la croissance mondiale et ses échanges avec le


reste du Monde qui ont constitué alors plus de 50% des échanges
mondiaux.

La révolution industrielle conduit l’Angleterre puis la France et l’Allemagne à


chercher des débouchés pour leurs produits manufacturés, non seulement
textiles mais aussi métallurgiques et chimiques. En contre partie, elles
importent des grains, du coton et e la farine.

PR: RAMY 58
Depuis la seconde guerre mondiale, après le recul de l’entre deux
guerres, le commerce mondial a crû à nouveau de façon accélérée, de
6,5% par ans en volume de 1950 à 1990 et de 7% de 19883 à 1990. il n’a
reculé qu’en 1974 et 1982.

Durant cette période, le transport maritime a connu une évolution


remarquable, il est passé de 200 millions de tonnes de 1900, à 400
millions de tonnes en 1950 pour atteindre 4 milliards de tonnes entre
1950 et 1990.

PR: RAMY 59
I-1: la croissance du C.M connaît des cycles qui suivent ceux de la production et
entrainent le transport:

Le commerce international a subit des fluctuations


remarquables qui ont accélérés sa croissance notamment en
1750,1830,1870, 1948. ces mouvements de long durée étaient
accompagnés par d’autres variables qui touchent la
démographie, la production et les prix.

Le commerce extérieur et Le commerce mondial a


les transports varient subit aussi d’autres
sensiblement comme les influences; il s’agit des
autres éléments de guerres et les interventions
l’activité économique. Mais le mouvement de la des États.
production qui explique au
mieux celui du commerce
international et des
transports.

PR: RAMY 60
I-2: Le commerce mondial et sa régionalisation

Le commerce mondial s’est caractérisé par sa régionalisation qui s’opérait entre par « polarisation » de
plusieurs pays colonisés autour de pays industrialisés;

Avec la disparition des empires coloniaux, les anciens ensembles « polarisés » à titre d’exemple
ceux formés par la France, le Royaume-Uni ou même les USA, s’effacent;

D’autres régionalisations apparaissent mais cette fois volontaire entre pays dont le taux de
développement est proche.

Ces groupements régionaux vont de l’établissement d’un libre échange à l’organisation d’un marché
commun( l’Union Européen, accord de libre échange Etats-Unis et le Canda, l'Australie et la nouvelle
Zélande……. )

PR: RAMY 61
On observe ainsi une Cette évolution n’est pas
Tous ces groupements n’ont pas les
mêmes effets sur le commerce et le importante augmentation sans conséquence sur le
transport à l’intérieur des du commerce international transport maritime
groupements ainsi crées comme dans qui touche les régions ou international; (voir
les relations de ces groupements avec
l’extérieur. l’intégration économiques Statistiques de l’OCDE :
progresse le plus; transport en vrac ….)

Cette régionalisation a favorisé le Le commerce maritime (en valeur)


transport terrestre là ou la région s’est caractérisé plus par le commerce
correspond comme en Europe à un des produits manufacturés à
continent, au détriment du transport destination des pays en
maritime. développement

PR: RAMY 62
La révolution techniques du transport maritime
Selon A.Vigarié » la prise de conscience qu’un bateau
marchand est fait pour naviguer, c’est à dire pour
produire le plus possible de tonnes-kilomètres ».
Autrement dit qu’il ne doit pas passer la moitié de son
temps annuel à quai, comme c’était le cas pendant
longtemps, amis qu’ au contraire, les périodes de
mobilisations dans les ports doivent être limitées au
minimum.

PR: RAMY 63
Les mutations techniques du transports maritimes se sont orientées dans deux
directions principales :

Pour le transport des pondéreux et des vracs, on a créé des


navires de plus en plus spécialisés et de plus en plus
gigantesques;

Et pour l’acheminement des marchandises diverses, on a


travaillé à l’utilisation des charges et à l’adaptation des modes
d’expéditions.

Ces mutations ont été accompagnées par des adaptations et des transformations
des ports.

PR: RAMY 64
Vrac spécialisation et Gigantisme:

La spécialisation du navire et la tendance au gigantisme pour


l’acheminement des vracs et des pondéreux ont pour objectif essentiel
les économies d’échelle, et elles vont de pair avec le développement
d’installations très spécialisées et très efficaces de chargement et de
déchargement dans les ports, notamment près des unités de
production.

PR: RAMY 65
Quelques constats.

Il existe un lien très


fort entre transport maritime et
mondialisation.
On peut affirmer que sans transport maritime, la mondialisation
telle qu’on la connaît aujourd’hui n’aurait pas été possible. Au
lendemain de la Seconde guerre mondiale, en 1950, alors que le plan
Marshall était déjà effectif, on transportait un peu plus de 500
millions de tonnes de marchandises par voie maritime. Aujourd’hui,
plus de 10 milliards de tonnes transitent chaque année par la mer !
On parle beaucoup de « l’économie dématérialisée ». Or jamais
l’économie internationale n’a autant reposé sur des flux physiques
et des biens matériels. Et c’est le transport maritime qui permet
ces flux considérables : 80 % à 90 % en volume du transport de
marchandises à l’échelle internationale se fait par la voie maritime.

PR: RAMY 66
Cela repose sur une très grande spécialisation des navires qui s’est
mise en place progressivement avant et après la Seconde guerre
mondiale. Elle a commencé avec les vracs, liquides (pétrole) et
solides (charbon, grains…), et a trouvé un aboutissement avec la
conteneurisation qui permet de « mettre le monde en boîtes ». Les
conteneurs sont des boîtes entièrement normalisées à même d’être
empilées sur les navires porte-conteneurs. Mais à l’intérieur de ces
boîtes, il est possible de mettre absolument tous les types de
marchandises, biens de consommation, produits semi-finis… Le
conteneur étend à l’économie manufacturière dans laquelle nous
vivons les facilités du transport.

PR: RAMY 67
La spécialisation des navires permet une très grande
productivité de la manutention dans les ports : comme un avion,
les navires restent très peu de temps dans les ports. De plus,
cette spécialisation des navires a permis l’augmentation de leur
taille, donc des économies d’échelle considérables. Aujourd’hui
des navires porte-conteneurs (mais on pourrait faire la même
démonstration avec des pétroliers) transportent jusqu’à 20 000
boîtes, soit jusqu’à 200 000 tonnes des produits les plus divers.
Cette productivité et cette économie d’échelle aboutissent à
réduire les coûts de transport. On observe, sur la durée, une
baisse tendancielle des coûts de transport qui, liée à une
extrême fiabilité de ces systèmes de transport, permet de
déployer à l’échelle internationale les chaînes de valeur et les
systèmes productifs.

PR: RAMY 68
Grâce à cette alliance d’une extrême fiabilité et de
coûts de transport très faibles, une usine de montage,
où qu’elle soit implantée, peut être alimentée par des
composants qui viennent des quatre coins du monde.
D’où un effet de massification extrêmement important
permis aussi par la mise en place de réseaux maritimes
à l’échelle mondiale. De grands opérateurs
internationaux déploient des services à travers des
systèmes de hubs, un peu comme dans le transport
aérien, et maillent ainsi le globe à l’échelle mondiale.

PROF: MME RAMY 69


Le transport maritime joue donc un rôle fondamental
dans la mondialisation d’aujourd’hui. Sans transport
maritime, sans conteneurisation, pas de mondialisation.
S’y ajoutent évidemment tous les autres facteurs du
libre-échange et de l’internationalisation des chaînes
de valeur.
La géographie du transport maritime est assez simple.
Pour le transport en vrac, les flux, Sud-Nord, vont
des pays producteurs de matières premières (pays en
développement) vers les pays consommateurs (pays
industrialisés).

PR: RAMY 70
La géographie du transport conteneurisé est davantage une
géographie des grands pays manufacturiers. Plus de la moitié des
conteneurs sont aujourd’hui manutentionnés dans les ports d’Asie
orientale, cœur manufacturier du monde.

Deux grandes routes partent d’Asie orientale : la route trans-


pacifique vers la côte ouest des États-Unis, l’autre route vers
l’Europe, notamment les grands ports de l’Europe du nord, à travers
l’océan Indien et le canal de Suez.

Des flux secondaires Nord-Sud vont vers les pays en


développement, Afrique et Amérique du sud.

PR: RAMY 71
Quelques grands enjeux et tentative de prospective.

Le transport maritime est un service mais il est organisé comme une véritable
industrie, au service du commerce international, qui mobilise des capitaux et des
moyens absolument considérables.

Est-il à même, techniquement, de répondre à une nouvelle hausse du commerce


international?

On a assisté par le passé à des hausses absolument extraordinaires. La taille des


navires n’a cessé d’augmenter. Plusieurs fois, on a pensé les limites atteintes
mais elles ont été sans cesse repoussées. Les ports ont mené des travaux
d’agrandissement pour accueillir ces nouveaux navires, adapter leurs outils de
manutention, là encore avec des grands opérateurs de manutention à l’échelle
mondiale. Donc, a priori, le transport maritime, en tant qu’outil technique, ne
demande qu’à aller toujours plus loin, visant toujours plus de croissance.
Les armateurs sont à même de répondre à ces augmentations.

PR: RAMY 72
Pour les ports, l’enjeu principal est d’adapter l’outil portuaire
et, face à l’augmentation des flux en provenance de la mer,
d’assurer les pré et post-acheminements, notamment pour les
flux de conteneurs, à l’intérieur des terres. Ces
acheminements à l’intérieur des terres ne peuvent plus se
faire uniquement par voie routière et nécessitent des moyens
massifiés, du type transport ferroviaire ou transport fluvial,
tant les volumes importés ou exportés sont importants.

PR: RAMY 73
Thèmes des exposés proposés
1- Age actuel des navires de la flotte mondiale
2- Transport des Matières dangereuses
3 - Les organismes internationaux intervenants en TM
OMI
NU
OIT
ONG
Autres
4 – Le transport du Pétrole
5 - Histoire du transport maritime au Maroc
6 – La flotte mondiale
7 – les compagnies maritimes marocaines
9 – De l’ODEP à l’ANP et Marsa-Maroc
10 – la stratégie portuaire au Maroc

PROF: MME RAMY 74

Vous aimerez peut-être aussi