Vous êtes sur la page 1sur 1

www.biblio-scientifique.

net

Corrigés
2) On calcule la circulation de E le long z Il faut donc calculer F 1 → 2 pour déterminer M. Le champ créé par le
du rectangle formé à partir de deux solénoïde est égal à :
segments de longueur a, parallèles à (Oy), N1
z B = m 0 ----- i 1 e z ,
de même abscisse x et de cotes +z et – z.
D’après le théorème de Stokes B à l’intérieur et il est nul à l’extérieur. Son flux à travers toute spire de la bobine
x
dB –z est donc :
°∫ E . d = 2aE ( z ) = – 2za ----- ,
rectangle
dt N1
F 0 = + m 0 ----- S i 1 ,
d’où E ( z ) = m 0 nI m w sin (w t )z .
car les spires de la bobine ont la même orientation que celles du solénoïde.
La puissance moyenne volumique dissipée dans le métal est : Cela donne :
1 N1 N2
vol = g 〈 E 〉 = - g ( m 0 n w I m z ) .
2 2
2 M = N 2 F 0 = m 0 ----------S .
D’où pour une longueur de métal :
2) La f.e.m. d’induction et le courant dans la bobine sont :
g
=
∫∫∫
vol d t = ---- ( m 0 n w I m ) a h .
24
2 3
di 1 di 2
e 2 = – M ------ – L 2 ------ et
e2
i 2 = ---- .
dt dt R
3) L’hypothèse est justifiée si l’épaisseur de la plaque est faible devant la
profondeur de pénétration du champ, soit : Comme l’inductance L2 est proportionnelle à N 22 , il est possible de la négliger
devant M.
2
a δ = ----------- . Cela donne immédiatement :
m0 g w
Cela correspond donc aux basses fréquences. M di 1 N1 N2 S
i 2 ≈ – ---- ------ = + m 0 ---------- -- i 0 w sin w t .
R dt R
3) La bobine est ouverte (i2 = 0) et un oscilloscope bicourbe mesure
1) Soit B 2 le champ crée par le courant i2 . D’après la symétrie du simultanément la tension u 2 entre ses bornes et une tension proportionnelle à i l ,
aux bornes d’une résistance placée en série avec le solénoïde. On obtient en
problème, B 2 = B 2 ( r, z )e q . D’après le théorème d’Ampère, B 2 = 0 à régime sinusoïdal :
m 0 Ni 2 i 1 = i 0 cos (w t + j )
l’extérieur de la bobine et B 2 = – ----------- à l’intérieur.
2πr
u 2 = – e 2 = – Mi 0 w sin ( w t + j ) .
b+am
0 Ni 2
F propre =
∫ r=b
-----------adr = L 2 i 2 ,
2πr
On peut ainsi mesurer :
u 2max
a a+b M = -------------- .
avec L 2 = m 0 N 2 ----- ln ----------- . w i 1max
2π b

Le flux de B 2 à travers la spire se limite au flux de B 2 à travers une section du


tore. D’où, avec les orientations choisies : 1) L 1 = m 0 n 12 1 S 1 ; L 2 = m 0 n 22 2 S 2 et M = m 0 n 1 n 2 2 S 2 .
© Hachette Livre – H Prépa / Électromagnétisme, 2e année, MP-PC-PSI-PT– La photocopie non autorisée est un délit.

a a+b
M = – m 0 N ----- ln ----------- . Il faut noter que le calcul de M se fait à partir du flux du champ B 1 crée par S1
2π b à travers S2 .
di 2 di 1
2) R 2 i 2 + L 2 ------ + M ------ = 0 donne en notation complexe : 2) Le courant i2 est solution de :
dt dt dB 2
jM w R 2 i 2 = e induit total = – -------n 2 2 S 2 ,
i 2 = – i 1 --------------------- . dt
R 2 + jL 2 w
(on rappelle que B2 désigne le champ total dans S2).
Donc i 2 = i 2m cos (w t + f ) avec :
Le théorème d’Ampère conduit à B 2 – B 1 = m 0 n 2 i 2 , d’où :
i 1m R2
i 2m = -------------------------------
- et f = Arctan -------- . m 0 n 22 2 S 2 dB 2
R2  2 L2 w B 2 – B 1 + --------------------- ------- = 0 .
N + -------
2  R2 dt
 M w
Soit, en notation complexe :
di 1
3) u 2 = M ------ , soit u 2m = M w i 1m . B2 1 B 2m 1
dt ---- = ------------------ et ------- = ------------------------------ .
B1 L2 w B 1m L2 w 2
1 + j --------
R2 1 +  ---------
 R2 
1) On ne sait pas calculer le champ créé par une bobine en tout point. di 1 di 1
3) u 2 = M ------ et u 1 ( t ) = R 1 i 1 + L 1 ------ .
En revanche, celui créé par le solénoïde est connu en tout point. dt dt

236

Vous aimerez peut-être aussi