Vous êtes sur la page 1sur 17

MEMBRES DU GROUPE:

 NGOUNOU MAGA Suzelle


 MANEWA FOUODOP Yvana
 GOKENG DOGMO Jaelle
 NOUBISSIE DJONGOUE Franck
Geordan
 LONGCHY NTIWA Patrick
 TIMEU FEUZI Serge Aurelien
 WAMBA TAKOU Wilfried
 TETE DELOKA Serena Danielle
 MONKAM KAMGANG Myke Taylor
 DIPUEA FEUZING Dechanel

DESCRIPTION DU 
PETO Brondon
NKOUANDOUM NDAM BILAL Ben
 NIAMEKONG Wilfried
FONCTIONNEMENT  GABINE Tatianna
 TAMEWE DONFACK Salif Duval
D’UN PROCESSEUR 

NJONZO TAKAM Stephanie Danielle
NGO NGWEM Emilienne Falonne
 NDOUNGBOUCK Joseph
DANS UN SYSTEME  NGASSA

D’EXPLOITATION
Supervisé par Mr. KENFACK
SOMMAIRE :
Definition et historiques.........................................................................................................................2
Definition...........................................................................................................................................2
Historiques.........................................................................................................................................2
Description du processeurs.....................................................................................................................2
Les bus informatiques du microprocesseur................................................................................3
Les cœurs du CPU........................................................................................................................3
Les opérations : les instructions..............................................................................................................4
Catégories...........................................................................................................................................4
Le code opération et code opérande...................................................................................................4
Assembleur.........................................................................................................................................5
Etapes d'exécution des instructions........................................................................................................6
Cycle d'exécution des instructions......................................................................................................6
Modèle de Von Neuman : Principe.................................................................................................6
Etapes d’exécution..........................................................................................................................6
Cycle d'exécution pipeline............................................................................................................7
Principe......................................................................................................................................7
Contraintes pour que le pipeline soit efficace :...........................................................................7
2.3. Etages de base......................................................................................................................8
2.4. Comment ça marche ?.......................................................................................................8
Architecture d'un micro-processeur........................................................................................................8
Modèle de von Neumann..................................................................................................................9
Organisation interne des composants.................................................................................................9
Le Circuits Intégré................................................................................................................................10
LES UNITES DU PROCESSEUR :.....................................................................................................10
L’unité arithmétique et logique........................................................................................................11
L’unité de contrôle ou séquenceur....................................................................................................11
Les unités d’entrées sorties...............................................................................................................11
Les registres......................................................................................................................................11
4-1) Le registre d’état...................................................................................................................11
4-2) Pointeurs de piles..................................................................................................................11
4-3) L’accumulateur.....................................................................................................................11
5) L’horloge......................................................................................................................................12
LA PERFORMANCE D’UN PROCESSEUR.....................................................................................12
Le temps d’exécution d’une instruction............................................................................................12
La puissance de calcul......................................................................................................................12
Comment bien choisir son microprocesseur ?..................................................................................12

16
INTRODUCTION
Un processeur est un composant de l’ordinateur imbriqué sur la carte mère. Il
ne faut pas se fier à sa petite taille, il est d’une importance capitale à tel point
que l’on ne peut parler d’ordinateur sans évoqué le microprocesseur. Gérer par
le système d’exploitation, il permet l’exécution des programmes. Mais ce petit
composant nous intrigue, comment fonctionne-t-il ? Et bien nous y répondrons
dans notre développement.

16
I. DEFINITION ET HISTORIQUES
1. Définition
Le processeur (CPU pour central Processing Unit ou Unité centrale de
traitement) est le cerveau de l’ordinateur. Il permet de manipuler les
informations numériques (sous formes binaires) et exécute les informations
stockées en mémoires.
2. Historiques
Suite de la commande un peu spéciale du japonais busicom en 1971, Gordon
MOORE et Robert NOYCE produisent l’Intel 4004, premier processeur. « La
genèse » est la première puce qui intègre de la mémoire RAM (mémoire vive, à
accès direct) et DRAM (Dynamic RAM), cadencé à 0,74MHz et possède 2300
transitions. Ensuite, en 1974, a vu le jour l’Intel 8080 le premier CPU Intel doté
d’une réelle polyvalence vis-à-vis de sa simplicité d’implantation Hardware
avec ses 6000 transistors et une vitesse de 2MHz et une capacité de 64Ko de
RAM. Par la suite, après la crise pétrolière de 1973, les ingénieurs de Motorola
mettent sur pied un processeur d’architecture 8bits, bien simplifié et cadencé 1
MHz mais possède des limites hardware. S’apparentant au 8080 d’Intel, le Zilog
Z80, plus évolué, Toujours avec un bus de 8bits, une cadence de près de 2 ,5
MHz et puis de 44 MHz et de 800 transistors, comporte un nouveau système
permettant le rafraichissement intégré de la mémoire. Par la suite, de nombreux
processeurs ont vu le jour jusqu’à l’Intel80286 en 1982 ,l’Intel80386 en
1985,l’Intel Pentium pro en 1995,le cyrix 6x86,le Pentium M et le processeur le
plus récent et performant d’Intel de nos jours le Cor e i7.les core x peuvent se
décomposer en en trois générations de l’évolution de l’architecture :les ix 3000,
les Sandy Bridge ix 2000 et Ivy Bridge ix 3000 ,loin devant AMD ;la première
génération de ix possède environ 750 millions de transistors, la seconde
embarque près de 1,15 milliards et la dernière 1,4 milliards.

II. DESCRIPTION DU PROCESSEUR


Situé sur la carte mère, le processeur est constitué de plusieurs éléments

Les bus informatiques du microprocesseur

Les bus permettent le transfert de données vers les unités de traitement de


celles-ci. Ils sont décomposés en trois sous-ensembles installés sur le
microprocesseur du PC :
 Le bus de contrôle qui correspond au message ;

16
 Le bus des adresses qui identifie les composants de l'ordinateur ;
 Le bus de contrôle qui comprend, par des signaux reçus, l'action à
effectuer.
Les cœurs du CPU
Les micro-processeurs modernes possèdent plusieurs cœurs. L'intérêt
d'avoir plusieurs cœurs est d'avoir la possibilité d'exécuter plusieurs tâches à la
fois. En effet, chacun d'entre eux peut travailler de façon autonome.
Ainsi, plus le processeur possède de cœurs, plus l'ordinateur est rapide. On
trouve sur le marché des CPU à deux cœurs (dual-core), à 4, 6 voire 8 cœurs.
Les professionnels qui ont besoin d'ordinateurs demandant de très grandes
vitesses de calcul peuvent ainsi posséder un processeur composé de 64 cœurs et
bientôt plus !
De registres : zones de stockage des données de travail de l’UAL (opérandes,
résultats intermédiaires) ;
Les Transistors
Un transistor (contraction de transfert résistor, en français résistance de
transfert) est un composant électronique semi-conducteur, possédant trois
électrodes, capable de modifier le courant qui le traverse à l'aide d'une de ses
électrodes (appelée électrode de commande). On parle ainsi de « composant
actif », par opposition aux « composants passifs », tels que la résistance ou le
condensateur, ne possédant que deux électrodes (on parle de « bipolaire »).
Les Mémoires caches
La mémoire cache (également appelée antémémoire ou mémoire tampon) est
une mémoire rapide permettant de réduire les délais d'attente des informations
stockées en mémoire vive. Situé à proximité du processeur elles permettent
stocker temporairement les principales données devant être traitées par le
processeur. Les ordinateurs récents possèdent plusieurs niveaux de mémoire
cache :
 La mémoire cache de premier niveau (appelée L1 Cache, pour Level 1
Cache) est directement intégrée dans le processeur
 La mémoire cache de second niveau (appelée L2 Cache, pour Level 2
Cache) est située au niveau du boîtier contenant le processeur (dans la
puce). Elle est moins rapide que la cache L1.
 La mémoire cache de troisième niveau (appelée L3 Cache, pour Level 3
Cache) autrefois située au niveau de la carte mère (utilisation de la
mémoire centrale), elle est aujourd'hui intégrée directement dans le CPU.
Nous avons également l’horloge interne, le séquenceur ou unité de contrôle.
Un microprocesseur se présente sous la forme d’un circuit intégré muni d’un
nombre généralement important de broches. Exemples :

16
• Intel 8085, 8086, Zilog Z80 : 40 broches, DIP (Dual In-line Package);
• Motorola 68000 : 64 broches, DIP ;
• Intel 80386 : 196 broches, PGA (Pin Grid Array).
Technologies de fabrication : NMOS, PMOS, CMOS.

Un microprocesseur

III. Les opérations : les instructions


1. Catégories
Une instruction est l’opération élémentaire que le processeur peut accomplir.
Les instructions sont stockées dans la mémoire vive en vue d’être traité par le
processeur. Elles peuvent divisés en plusieurs catégories dont les principales
sont :
 Accès à la mémoire : des accès à la mémoire ou transferts de données
entres registres.
 Opérations arithmétiques : opérations telles que les additions
soustractions, divisions ou multiplication (+, -, /, *).
 Opération logiques : opérations ET, OU, NON, NON exclusif, etc.
 Contrôle : contrôle de séquence, branchement conditionnels, etc.
2. Le code opération et code opérande
Une instruction machine est une chaîne binaire composée principalement de 2
parties :
▪ le champ « code opération » qui indique au processeur le type de traitement à
réaliser.
Par exemple le code « 0010 0110 » donne l’ordre au CPU d’effectuer une
multiplication.
▪ le champ « opérandes » indique la nature des données sur lesquelles
l’opération désignée par le « code opération » doit être effectuée

16
Comme déjà dit, les opérandes désignent les données sur lesquelles le code
opération de l’instruction doit être réalisée. Un opérande peut être de 3 natures
différentes :
1. l’opérande est une valeur immédiate : l’opération est effectuée directement
sur la valeur donnée dans l’opérande
2. l’opérande est un registre du CPU : l’opération est effectuée sur la valeur
située dans un des registres (R0, R1, R2,…), l’opérande indique de quel
registre il s’agit
3. l’opérande est une donnée située en mémoire vive : l’opération est effectuée
sur la valeur située en mémoire vive à l’adresse XXXXX. Cette adresse est
indiquée dans l’opérande.
Exemples :
▪ quand on considère l’instruction machine :
« additionne le nombre 125 et la valeur située dans le registre R2 , range le
résultat
dans le registre R1 »
nous avons 2 valeurs : « le nombre 125 » (qui est une valeur immédiate : cas
n°1) et « la valeur située dans le registre R2 » (cas n°2)
▪ quand on considère l’instruction machine :
« prendre la valeur située dans le registre R1 et la placer à l’adresse mémoire
512 »
nous avons 2 valeurs : « à l’adresse mémoire 512 » (cas n°3) et « la valeur située
dans le registre R1 » (cas n°2)
3. Assembleur
Le microprocesseur étant incapable d’interpréter la phrase « additionne le
nombre
125 et la valeur située dans le registre R2 , range le résultat dans le
registre R1 », il faut
coder cette instruction sous forme binaire :
« additionne le nombre 125 et la valeur située dans le registre R2 , range
le résultat dans le registre R1 »

« 11100010100000100001000001111101 »
Afin de faciliter la lecture et l’écriture d’instructions machine par les
informaticiens, on remplace les codes binaires par des symboles
mnémoniques, en utilisant la syntaxe du langage appelé assembleur.
« additionne le nombre 125 et la valeur située dans le registre R2 , range
le résultat dans le registre R1 »

« ADD R1,R2,#125 »

« 11100010 10000010 00010000 01111101 »

16
Remarque : chaque élément de l’instruction occupe une quantité de
mémoire bien
définie. Par exemple, en architecture ARM :
▪ L’instruction ADD occupe les 12 bits de poids fort
▪ Les adresses des registres R1 et R2 occupent chacune 4 bits
▪ L’opérande #125 occupe les 12 bits de poids faible

IV. Etapes d'exécution des instructions

1. Cycle d'exécution des instructions

a. Modèle de Von Neumann : Principe

• Le CPU fait une boucle sans fin pour exécuter le programme chargé en
mémoire centrale

• Chaque étape correspond à une modification d'un composant du


Chemin de données (la mémoire ou les registres)

• Les étapes dépendent de l'instruction à exécuter : opération à effectuer et


mode d'adressage

• Quelle que soit l'architecture, on retrouve des étapes similaires (même


fonction) mais les étapes dépendent du chemin de données

b. Etapes d’exécution

● Lecture d’instruction

• Charger le 1er mot d'instruction de la mémoire principale vers le registre


d'instruction

● Décodage

• Lecture éventuelle des autres mots d'instruction (selon le format)


• Ces valeurs sont stockées dans l'unité centrale dans des registres internes
(registre d'opérande et de données)

● Recherche d’opérandes

• Accès aux registres (si mode registre)


• Calcul d’adresse et recherche d’opérandes mémoire (si mode mémoire)

16
● Exécution

• Calcul dans l’ALU pour les instructions arithmétiques ou logiques


• Calcul de l’adresse de branchement pour les instructions de contrôle

● Ecriture résultat

• Modification de l’opérande destination pour les instructions


arithmétiques ou logiques
• Modification de PC pour les instructions de contrôle

c. Cycle d'exécution pipeline

i. Principe

• Une instruction est divisée en k étapes indépendantes


• Les étapes de plusieurs instructions s'exécutent en parallèle
• Si une étape dure t unités de temps alors pour n instructions :
– sans pipeline : t * k * n unités de temps
– avec pipeline : t * k + t * (n-1) unités de temps

ii. Contraintes pour que le pipeline soit efficace :

– chaque étape a la même durée : pas d'embouteillage !


– chaque instruction passe par les mêmes étapes : contrôle simplifié, pas
de trou dans le pipeline !

Architecture RISC (commercialisé ~ 1986) :

● Jeu d'instructions et modes d’adressage simples,


● Accès mémoire par instructions spécialisées (LOAD/STORE),
● Débit d'une instruction par cycle : chaque étape dure un cycle donc une
instruction sort du pipeline sur chaque cycle

Jeu d'instruction RISC

• plus de registres

AMD 64 bits : registres AX, BX, CX, DX, DI, ... étendus à 32 bits (EAX,
EBX, ...) et à 64 bits (RAX, ...) + 8 registres R8, ..., R15

16
• moins de modes d'adressage : instructions de calcul en mode
registre + instructions LOAD /STORE

• instructions à 3 opérandes

ARM : add R1, R4, R5

• instructions conditionnelles

iii. Etages de base

• LI lecture d'instruction dans le cache d'instruction


• DE décodage
• CA calcul dans l'ALU (ou calcul d'adresse mémoire ou de branchement)
• MEM accès à la mémoire dans le cache des données (pour les
instructions
LOAD/STORE)
• ER écriture résultat (modification des registres ou de PC ou du cache de
données)

iv. Comment ça marche ?


• Chaque étage est “autonome” : il contient les composants nécessaires
pour
Réaliser l'étape d'exécution
– LI: accès à la file d'instructions
– DE : accès aux registres
– CA : unité de calcul
– ER : accès registre et mémoire de données

• Accès en parallèle aux ressources


– Registres : deux accès en lecture et un en écriture simultanément
– Mémoire centrale : cache d'instructions et cache de données

• Deux étages successifs partagent les données


– registres de stockages intermédiaires
– l'étage i écrit le résultat, l'étage i+1 lit le résultat

16
V. Architecture d'un micro-processeur
Avant d'étudier l'architecture détaillée d'un micro-processeur précis, on
aborde ici l'architecture globale d'un micro-processeur. Tous les micro-
processeurs conçus jusqu'à aujourd'hui s'organisent globalement de même façon.
Ils peuvent être décomposés en quatre composants décrits par le modèle de Von
Neumann.

Modèle de Von Neumann

Le modèle de Von Neumann donne les quatre composants essentiels qui


constituent un micro-processeur. Il décrit également les interactions entre ces
différents composants.

Les quatre composants du modèle de Von Neumann sont les suivants.

1. Unité de contrôle
2. Unité de traitement
3. Mémoire
4. Unité d'entrées/sorties

Modèle de Von Neumann

16
Organisation interne des composants

Unité de contrôle

Unité de traitement

VI. Le Circuits Intégré


Le CI est un composant électronique reproduisant une ou plusieurs fonctions
électroniques plus ou moins complexe.
TYPES DE CI
CI analogique : Ils peuvent être de simples transistors encapsulés les uns à côté
des autres sans liaison entre eux, jusqu'à des assemblages complexes pouvant
réunir toutes les fonctions requises pour le fonctionnement d'un appareil dont il
est le seul composant.

16
CI numérique : Les circuits intégrés numériques les plus simples sont des
portes logiques (et, ou et non), les plus complexes sont les microprocesseurs et
les plus denses sont les mémoires. On trouve de nombreux circuits intégrés
dédiés à des applications spécifiques, notamment pour le traitement du signal
(traitement d'image, vidéo...) on parle alors de processeur de signal numérique
(ou DSP pour Digital Signal Processor). Une famille importante de circuits
intégrés est celle des composants de logique programmable (FPGA, CPLD). Ces
composants sont amenés à remplacer les portes logiques simples en raison de
leur grande densité d'intégration.

VII. LES UNITES DU PROCESSEUR :


Il existe plusieurs unités dans le processeur à savoir :
 L’unité arithmétique et logique
 L’unité de contrôle ou séquenceur
 Les registres
>L’horloge
>L’unité d’entrée/sortie

1. L’unité arithmétique et logique


C’est l’unité du processeur chargée d’effectuer les calculs au moyen des
portes logiques. Elle est capable d’effectuer des opérations telle que l’addition,
la soustraction, multiplications, divisions, comparaisons, modulos. Les autres
opérations telles que la racine carrée peuvent être réalisés sur des super-
ordinateurs.
2. L’unité de contrôle ou séquenceur
C’est un automate qui a la responsabilité de générer les signaux de
commande nécessaire pour actionner et contrôler les unités participant à
l’exécution d’une instruction donnée.
3. Les unités d’entrées sorties
Elles permettent au système géré de collecter, stocker et transmettre les
données. Elles ne sont pas pris en charge par tous les systèmes d’exploitation ou
surtout les modèles de serveur.

16
SR-ON (Single Root Virtualisation permet la virtualisation des ports physiques
d’un adaptateur pour que ceux-ci puissent être partagés par plusieurs partitions
exécutées simultanément.
4. Les registres
Un registre est un emplacement de mémoire interne à un processeur. Les
registres se situent au sommet de la hiérarchie mémoire. Il s’agit
Les registres sont composés de plusieurs sous-unités à savoir : le compteur
ordinal, l’accumulateur, le registre d’adresse, le registre d’état, les pointeurs de
pile et les registres généraux.

4.1. Le registre d’état


Encore appelé registre de drapeau, c’est un ensemble de bits représentant des
drapeaux au sein d’un processeur. Le registre RFLAGS est un exemple de
registre d’état propre à l’architecture de processeurs x 64. Les bits composant le
registre d’état sont indépendants les uns des autres et la valeur de chacun
apporte une information supplémentaire quant au résultat de l’opération. Le
registre d’état comporte en général un minimum de quatre drapeaux, que sont
les indicateurs de nullité, de retenue, de dépassement de capacité, ainsi que de
négativité. Ces drapeaux peuvent ensuite être utilisés, notamment pour
déterminer si une opération conditionnelle doit être exécutée ou non.

4.2. Pointeurs de piles


Le pointeur de pile est un registre de pile qui stocke l’adresse de la dernière
demande de programme dans une pile. C’est une structure de données dans les
ordinateurs. L’insertion de nouveaux éléments dans la pile est appelée push,
tandis que la suppression d’éléments de pile est appelée pop.

4.3. L’accumulateur
Un accumulateur est un système de stockage s’énergie. Celui-ci restitue sous
forme d’énergie électrique exprimée en wattheure (Wh). L’accumulateur est
basé sur un système électrochimique réversible et est rechargeable. Un
accumulateur est défini par trois grandeurs :
 Sa densité d’énergie massique(Wh/kg)
 Sa densité de puissance massique(W/kg)
 Sa cyclabilité (exprimée en nombre de cycles)

4.4. Le compteur ordinal

16
C’est un registre connecté sur le bus d’adresses et contenant l’adresse de
l’instruction à rechercher en mémoire. Son fonctionnement est plutôt simple.
Il reçoit des ordres provenant de l’unité de commande et chaque action, il
s’incrémente.

5. L’horloge

C’est un matériel présent dans les processeurs permettant la synchronisation


de toutes les actions de l’unité centrale. Elle est chargée de donner au système
d’exploitation le jour, la date, l’heure, les minutes et le secondes pour qu’il se
repère dans le temps. En général, une vitesse d’horloge élevée signifie un CPU
plus rapide. Car une unité centrale traite chaque seconde de nombreuses
instructions provenant de différents programmes.

VIII. LA PERFORMANCE D’UN PROCESSEUR


Le processeur est un composant indispensable pour le bon fonctionnement
d’un ordinateur. Il interprète et exécute les informations qu’il reçoit sous forme
de langage binaire. Il permet d’échanger les données entres les différents
composants. La performance du processeur est caractérisée par : le temps
d’exécution d’une instruction et la puissance de calcul.
1. Le temps d’exécution d’une instruction
Le temps que met un programme pour s’exécuter et le produit du nombre
moyen d’instructions exécutées par notre programme et la durée moyenne en
seconde d’une instruction.
2. La puissance de calcul
La puissance du processeur se mesure en MIPS (million instructions par
seconde). Plus le processeur à un MIPS élevé plus sa vitesse sera considérable.
3. Comment bien choisir son microprocesseur ?

Avant de choisir le microprocesseur, il faut analyser ses besoins pour définir


le type d'ordinateur dont vous avez besoin :

 PC gamer ;
 PC pour du graphisme ou du son ;
 PC pour internet et du texte ;

16
 etc.

Il est donc parfois inutile d'investir dans un CPU haut de gamme si vos
besoins ne sont pas adaptés. Voici la liste des points à vérifier avant de
sélectionner un modèle de CPU.

La fréquence : les gammes de processeurs actuelles ont considérablement


évolué depuis ces dernières années. Plus la fréquence est élevée, meilleure sera
la rapidité de traitement des instructions.

1. La fréquence des bus : comme la fréquence générale, plus la fréquence


des bus (que l'on appelle FSB) est élevée et meilleure sera la performance.
2. La mémoire cache : elle agit sur le traitement des applications et conserve
les données employées par le processeur.
3. La connexion à la carte mère par le socket : il relie la carte mère au
processeur. On définit sa qualité par le nombre de trous qui le
composent. Il faut être vigilant lorsque l'on insère le processeur dans la
carte mère et prendre soin de ne pas tordre ses broches.
4. Le nombre de cœurs : Plus ce nombre est grand, plus le processeur sera en
mesure d'effectuer plusieurs tâches simultanément et plus l'affichage final
sur l'écran sera rapide.

16
CONCLUSION
Depuis la création du premier processeur, les processeurs n’ont jamais
cessé d’évoluer et d’être performant pour nous permettre la vitesse d’exécution
que nous connaissons basé sur un système de fonctionnement très précis de
codage et de décodage de l’information. Mais comment peut-on améliorer son
fonctionnement afin de créer des processeurs ayant des capacités de plus de 400
miles cœurs tout en gardant sa taille miniature ?

16

Vous aimerez peut-être aussi