Vous êtes sur la page 1sur 28

Solution des exercices : Limites et

continuité-Ts
Classe: 
Terminale
 

Déterminer l'ensemble de définition d'une fonction

Exercice 1

1) Le réel xx appartient à l'ensemble de définition DfDf de la fonction ff si, et seulement


si, il est solution du système : (∗) {x2+2x+3≥0(1)x2−3x−4≥0(2)
(∗) {x2+2x+3≥0(1)x2−3x−4≥0(2)
 
Le discriminant : ΔΔ associé au trinôme : x2+2x+3x2+2x+3 vaut : 
Δ=22−4×1×3=4−12=−8.Δ=22−4×1×3=4−12=−8.
 
Il est strictement négatif et le coefficient de « x2x2 » est positif (il vaut 1).1). 
 
On en déduit : 
∀x∈R, x2+2x+3>0∀x∈R, x2+2x+3>0
 
Le discriminant ΔΔ associé au trinôme : x2−3x−4x2−3x−4 vaut :
Δ=(−3)2−4×1×(−4)=9+16=25.Δ=(−3)2−4×1×(−4)=9+16=25.
 
Il est strictement positif et on vérifie aisément que le trinôme a pour
racines −1−1 et 4.4. 
 
On en déduit que (x2−3x−4≥0)⇔(x≤−1) ou (x≥4).(x2−3x−4≥0)⇔(x≤−1) ou (x≥4).
 
Faisons un tableau conjoint pour déterminer l'ensemble des solutions du système (∗)(∗)
x−∞−14+∞L'inéquation (1) est vérifiéeoui|oui|ouiL'inéquation (2) est vérifiéeoui|non|
ouiLe système est vérifiéeoui|non|ouix−∞−14+∞L'inéquation (1) est vérifiéeoui|
oui|ouiL'inéquation (2) est vérifiéeoui|non|ouiLe système est vérifiéeoui|non|oui
 
Finalement : Df=]−∞; −1]∪[4; +∞[.Df=]−∞; −1]∪[4; +∞[.
 
2) Soit f1f1 la fonction définie par : f1(x)=x+2√x+4.f1(x)=x+2x+4.
 
Alors f1(x)f1(x) existe si et seulement si x+4>0x+4>0, soit : x>−4.x>−4.
 
Df1=]−4; +∞[ et Df1∩]−∞; 0]=]−4; 0].Df1=]−4; +∞[ et Df1∩]−∞; 0]=]−4; 0].
 
Soit f2f2 la fonction définie par : f2(x)=x+3−√x2+x−2.f2(x)=x+3−x2+x−2.
 
Alors f2(x)f2(x) existe si et seulement
si x2+x−2≥0⇔(x≤−2)x2+x−2≥0⇔(x≤−2) ou (x≥1).(x≥1).
 
Df2=]−∞; −2]∪[1; +∞[ et Df2∩[0; +∞[=[1; +∞[.Df2=]−∞; −2]∪[1; +∞[ et Df2∩[0; +
∞[=[1; +∞[.
 
3) f(x)f(x) existe si et seulement si : ⎧⎪⎨⎪⎩x2+5x≠0(1) et1−3xx2+5x≥0(2)
{x2+5x≠0(1) et1−3xx2+5x≥0(2)
 
La condition (1)(1) équivaut à x≠0x≠0 et x≠−5.x≠−5.
 
La condition (2)(2) se résout à l'aide d'un tableau de signes :
x−∞−5−130+∞1−3x+|+|+|−x2+5x+|−|+|+Q+||−||+|−x−∞−5−130+∞1−3x+|+|+|
−x2+5x+|−|+|+Q+||−||+|−
 
Il en résulte que : Df=]−∞; −5[∪]0; 13].Df=]−∞; −5[∪]0; 13].
 
4) f(x)f(x) existe si et seulement si : {1−3x≥0(1) etx2+5x>0(2)
{1−3x≥0(1) etx2+5x>0(2)
 
On résout ces deux inéquations simultanées à l'aide d'un tableau de signes :
x−∞−5013+∞1−3x+|+|+|−x2+5x+||−||+|+x−∞−5013+∞1−3x+|+|+|−x2+5x+||−||+|+
 
Il en résulte que : Df=]−∞; −5[∪]0; 13].Df=]−∞; −5[∪]0; 13].
 
5) f(x)f(x) existe si et seulement si : x3−12x+16>0.x3−12x+16>0. 
 
On peut remarquer que 22 est une racine évidente du polynôme au premier membre de
cette inégalité. 
 
Par la méthode de Hörner, par exemple, on vérifie que celui-ci se factorise en (x+4)
(x−2)2.(x+4)(x−2)2. 
 
Il est alors clair que Df=]−4; 2[∪]2; +∞[.Df=]−4; 2[∪]2; +∞[.
 
6) f(x)f(x) existe si et seulement si : Il en résulte que : {1−x>0(1) et|x−3|−5≠0(2)
{1−x>0(1) et|x−3|−5≠0(2) 
 
La condition (1)(1) équivaut à : x<1x<1 et le contraire de la condition (2)(2) s'écrit : |
x−3|=5|x−3|=5, ce qui équivaut
à {x−3=5x−3=−5ou{x−3=5x−3=−5ou soit x=8x=8 ou x=−2.x=−2. 
 
La condition (2)(2) signifie donc qu'on doit avoir :
 
x≠8x≠8 et x≠−2.x≠−2. 
 
Or, si x<1x<1, xx est certainement différent de 8.8. 
 
En résumé, xx doit être inférieur (strictement) à 11 et différent de −2−2, ce qui
donne : Df=]−∞; −2[∪]−2; 1[.Df=]−∞; −2[∪]−2; 1[.
 
7) f(x)f(x) existe si et seulement si : {x≥0(1) etπxn'est pas un multiple entier deπ(2)
{x≥0(1) etπxn'est pas un multiple entier deπ(2)

En résumé, si xx n'est pas un entier naturel. 

 
Df=R∖N.Df=R∖N.
 
8) f(x)f(x) existe si et seulement si : xx n'est pas un multiple impair de π2π2 (pour
que tanxtan⁡x existe) et x2−π2x2−π2 n'est pas un multiple entier de π.π. 
 
Or x2−π2=kπ⇔x2=π(k+π)⇔x2−π2=kπ⇔x2=π(k+π)⇔
{k≥−πx=√π(k+π)oux=−√π(k+π){k≥−πx=π(k+π)oux=−π(k+π)
 
DfDf est donc l'ensemble RR privé des nombres de la forme (2h+1)π2(2h+1)π2,
où hh est un entier relatif quelconque, et de la
forme √π(k+π) ou −√π(k+π)π(k+π) ou −π(k+π), où kk est un entier relatif supérieur
ou égal à −3.−3.
 
9) f(x)f(x) existe si et seulement si : {2sinx−1≥0(1) et2sin2x−1≠0(2)
{2sin⁡x−1≥0(1) et2sin2⁡x−1≠0(2)
 
Résolvons ces conditions dans [0; 2π[[0; 2π[ par exemple. 
 
Pour cela, on s'aide d'un schéma du cercle trigonométrique (voir le rappel sur les
inéquations trigonométriques ci-dessus) :
 

 
 
1) signifie qu'un point d'abscisse curviligne xx doit être situé sur l'arc rouge et (2)
(2) signifie que xx doit être différent de π4π4, 3π43π4, 5π45π4 et 7π4.7π4. 
 
Finalement Df∩[0; 2π[=[π6; π4[∪]π4; 3π4[∪]3π4; 5π6].Df∩[0; 2π[=[π6; π4[∪]π4; 3π
4[∪]3π4; 5π6].
 
On en déduit le domaine de définition complet dans RR en ajoutant 2π2π à chaque
extrémité d'intervalle : 
 
DfDf est la réunion des ensembles de la forme : 
 
[π6+2kπ; π4+2kπ[∪]π4+2kπ; 3π4+2kπ[∪]3π4+2kπ; 5π6+2kπ][π6+2kπ; π4+2kπ
[∪]π4+2kπ; 3π4+2kπ[∪]3π4+2kπ; 5π6+2kπ], pour kk appartenant à Z.Z.
 

Calculs de limites

Exercice 2

1) La fonction f : x↦x3−3x+5f : x↦x3−3x+5 est une fonction polynôme.


 
Par
conséquent limx→1(x3−3x+5)=f(1)=13−3×1+5=3.limx→1(x3−3x+5)=f(1)=13−3×1+
5=3.
 
2) La fonction f : x↦2x2+x−2f : x↦2x2+x−2 est une fonction polynôme.
 
Par
conséquent limx→−1(2x2+x−2)=f(−1)=2×(−1)2−1−2=−1.limx→−1(2x2+x−2)=f(−1)=2
×(−1)2−1−2=−1.
 
3) La fonction f : x↦3x+1x−3f : x↦3x+1x−3 est une fonction rationnelle définie au
point x0=2.x0=2. 
 
Par
conséquent limx→2(3x+1x−3)=f(2)=3×2+12−3=−7.limx→2(3x+1x−3)=f(2)=3×2+12
−3=−7. 

Extension de la notion de limite

Exercice 3

1)
a) ∗ limx→+∞(x2−3x+1)=limx→+∞(x2)=+∞∗ limx→+∞(x2−3x+1)=limx→+∞(x2)=+∞ (
application du théorème sur la limite d'un polynôme à l'infini et d'une limite de
référence).
 
∗ limx→−∞(x2−3x+1)=limx→−∞(x2)=+∞∗ limx→−∞(x2−3x+1)=limx→−∞(x2)=+∞ (ap
plication du théorème sur la limite d'un polynôme à l'infini et d'une limite de référence).
 
b) La fonction f : ↦(x3−x)(x+1)f : ↦(x3−x)(x+1) est visiblement une fonction polynôme
dont le monôme de plus haut degré est x3×x=x4.x3×x=x4. 
 
On obtient alors :
 
∗ limx→+∞[(x3−x)(x+1)]=limx→+∞(x4)=+∞.∗ limx→+∞[(x3−x)
(x+1)]=limx→+∞(x4)=+∞. 
 
∗ limx→−∞[(x3−x)(x+1)]=limx→−∞(x4)=+∞.∗ limx→−∞[(x3−x)
(x+1)]=limx→−∞(x4)=+∞. 
 
c) En tenant compte du signe de l'expression sous la valeur absolue, on voit
que  f(x)f(x) s'exprime de deux manières suivant les valeurs
de xx : {Si x≤3,alorsf(x)=x2−x+3Si x≥3,alorsf(x)=x2+x−3{Si x≤3,alorsf(x)=x2−x+3Si 
x≥3,alorsf(x)=x2+x−3
 
Il en résulte que : 
 
limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2+x−3)=limx→+∞(x2)=+∞.limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2+x−3)=
limx→+∞(x2)=+∞.  
 
Et : limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2−x+3)=limx→−∞(x2)=+∞.limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2−x+
3)=limx→−∞(x2)=+∞.  
 
d) Méthode analogue au c) ci-dessus. 
⎧⎪
⎪⎨⎪
⎪⎩Si x≤−45,alorsf(x)=2x2+5x−4Si x≥−45,alorsf(x)=2x2−5x+4{Si x≤−45,alorsf(x)=2x
2+5x−4Si x≥−45,alorsf(x)=2x2−5x+4
 
D'où : limx→+∞f(x)=limx→+∞(2x2−5x+4)=limx→+∞(2x2)=+∞.limx→+∞f(x)=limx→+∞(
2x2−5x+4)=limx→+∞(2x2)=+∞. 
 
Et : limx→−∞f(x)=limx→−∞(2x2+5x−4)=limx→+∞(2x2)=+∞.limx→−∞f(x)=limx→−∞(2x2
+5x−4)=limx→+∞(2x2)=+∞. 
 
e) Par application du théorème sur la limite d'une fonction rationnelle à l'infini : 
 
∗ limx→+∞(2x2−xx+3)=limx→+∞(2x2x)=limx→+∞(2x)=+∞.∗ limx→+∞(2x2−xx+3)=lim
x→+∞(2x2x)=limx→+∞(2x)=+∞.  
 
∗ limx→−∞(2x2−xx+3)=limx→−∞(2x2x)=limx→−∞(2x)=−∞.∗ limx→−∞(2x2−xx+3)=lim
x→−∞(2x2x)=limx→−∞(2x)=−∞.
 
f) Par application du théorème sur la limite d'une fonction rationnelle à l'infini : 
 
∗ limx→+∞(x+1x2+2)=limx→+∞(xx2)=limx→+∞(1x)=0.∗ limx→+∞(x+1x2+2)=limx→+
∞(xx2)=limx→+∞(1x)=0.  
 
∗ limx→−∞(x+1x2+2)=limx→−∞(xx2)=limx→−∞(1x)=0.∗ limx→−∞(x+1x2+2)=limx→−
∞(xx2)=limx→−∞(1x)=0.  
 
g) Par application du théorème sur la limite d'une fonction rationnelle à l'infini : 
 
∗ limx→+∞(x3−3xx3+x+2)=limx→+∞(x3x3)=limx→+∞(1)=1.∗ limx→+∞(x3−3xx3+x+2)=
limx→+∞(x3x3)=limx→+∞(1)=1. 
 
∗ limx→−∞(x3−3xx3+x+2)=limx→−∞(x3x3)=limx→−∞(1)=1.∗ limx→−∞(x3−3xx3+x+2)=
limx→−∞(x3x3)=limx→−∞(1)=1. 
 
h) Attention, ici on n'a pas affaire à une fonction rationnelle. 
 
Il est donc hors de question d'utiliser les « monômes » de plus haut degré. 
 
On procède ainsi : 
 
∗ limx→+∞(√x+1√x−1)=limx→+∞⎛⎜




⎜⎝√x(1+1√x)√x(1−1√x)⎞⎟




⎟⎠=limx→+∞(1+1√x)(1−1√x)=1∗ limx→+∞(x+1x−1)=limx→+∞(x(1+1x)x(1−1x))=l
imx→+∞(1+1x)(1−1x)=1

car limx→+∞1√x=0.limx→+∞1x=0.

 
∗∗ Cette fonction n'étant définie que pour x≥0x≥0 et x≠1x≠1(vérification laissée au
lecteur), sa limite en −∞−∞ n'existe pas.
 
2) a) limx→1(1x−1)limx→1(1x−1)
 
Le graphique de signe de l'expression (x−1)(x−1) autour de 11 est :
 

 
 
Il en résulte que : limx→1+(1x−1)=+∞limx→1+(1x−1)=+∞ car {N→1D→0+
{N→1D→0+

où NN et DD désignent le numérateur et le dénominateur de la fonction. 

 
De même, limx→1−(1x−1)=−∞limx→1−(1x−1)=−∞ car {N→1D→0+{N→1D→0+
 
b) limx→2(−3x2−4)limx→2(−3x2−4) et limx→−2(−3x2−4)limx→−2(−3x2−4) 
 
Le graphique de signe de l'expression (x2−4)(x2−4) autour de −2−2 et de 22 est :
 

 
 
Il en résulte que : limx→(−2)+(−3x2−4)=−∞limx→(−2)+
(−3x2−4)=−∞ car {N→−3D→0−{N→−3D→0− et limx→(−2)+
(−3x2−4)=+∞limx→(−2)+(−3x2−4)=+∞ car {N→−3D→0−{N→−3D→0−
 
De même, limx→2+(−3x2−4)=−∞limx→2+(−3x2−4)=−∞ car {N→−3D→0+
{N→−3D→0+ et limx→2−(−3x2−4)=+∞limx→2−(−3x2−4)=+∞ car {N→−3D→0−
{N→−3D→0−
 
c) limx→−3(x2+x+3(x+3)2(−2))limx→−3(x2+x+3(x+3)2(−2)) et limx→2(x2+x+3(x+3)2(
x−2))limx→2(x2+x+3(x+3)2(x−2))
 
Ici encore, on a affaire à une limite du type ′′réelzéro′′″réelzéro″, donc il faut étudier le
signe du dénominateur.
 
Le tableau de signe de l'expression (x+3)2(x−2)(x+3)2(x−2) autour de −3−3 et
de 22 est :
x−∞−32+∞(x+3)2+|+|+(x−2)−|−|+Produit−|−|+x−∞−32+∞(x+3)2+|+|+(x−2)−|−|
+Produit−|−|+
 
Il en résulte que : limx→(−3)−(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞limx→(−3)−
(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞ car {N→9D→0−{N→9D→0− et limx→(−3)+
(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞limx→(−3)+(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞ car {N→9D→0−
{N→9D→0−
 
De même,  limx→(2)+(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞limx→(2)+
(x2+x+3(x+3)2(x−2))=−∞ car {N→9D→0−{N→9D→0− et  limx→(2)−
(x2+x+3(x+3)2(x−2))=+∞limx→(2)−(x2+x+3(x+3)2(x−2))=+∞ car {N→9D→0+
{N→9D→0+
 
d) limx→(2k+1)π2(tanx)limx→(2k+1)π2(tan⁡x)
 
Posons x0=(2k+1)π2, (k∈Z)x0=(2k+1)π2, (k∈Z)
 
∗∗ Si kk est pair, (nombres du type, −3π2−3π2, π2π2, 5π25π2, etc...) le cosinus est
positif pour les valeurs de xx inférieures à x0x0 et négatif pour les valeurs
de xx supérieures à x0x0 (le vérifier sur un graphique dans le cas de π2π2 par exemple),
tandis que le sinus tend vers 1.1. 
 
D'où : limx→x+0tanx=−∞limx→x0+tan⁡x=−∞ car {N→1D→0−
{N→1D→0− et limx→x−0tanx=+∞limx→x0−tan⁡x=+∞ car {N→1D→0+{N→1D→0+ 
 
∗∗ Si kk est impair, (nombres du type, −π2−π2, 3π23π2, 7π27π2, etc...) le cosinus est
négatif pour les valeurs de xx inférieures à x0x0 et positif pour les valeurs
de xx supérieures à x0x0 (le vérifier sur un graphique dans le cas de −π2−π2 par
exemple), tandis que le sinus tend vers −1.−1. 
 
D'où : limx→x+0tanx=−∞limx→x0+tan⁡x=−∞ car {N→−1D→0+
{N→−1D→0+ et limx→x−0tanx=+∞limx→x0−tan⁡x=+∞ car {N→1D→0−{N→1D→0−
 
Dans les deux cas, limx→x0tanxlimx→x0tan⁡x n'existe pas !
 
e) limx→π(21+cosx)limx→π(21+cos⁡x)
 
L'expression (1+cosx)(1+cos⁡x) est toujours positive car l'on
a −1≤cosx≤1−1≤cos⁡x≤1 pour tout réel x.x.
 
limx→π+(21+cosx)=+∞limx→π+(21+cos⁡x)=+∞ car {N→2D→0+{N→2D→0+ et li
mx→π−(21+cosx)=+∞limx→π−(21+cos⁡x)=+∞ car {N→2D→0+{N→2D→0+ 
 
On peut donc conclure que :limx→π(21+cosx)=+∞.limx→π(21+cos⁡x)=+∞.
 
f) limx→−π6(31+2sinx)limx→−π6(31+2sin⁡x)
 
Le graphique ci-dessous :
 

 
 
montre que l'on a sinx>−12sin⁡x>−12 (ou, ce qui est équivalent 2sinx+1>02sin⁡x+1>0)
lorsque x>−π6x>−π6 et sinx<−12sin⁡x<−12 lorsque x<−π6.x<−π6. 
 
Par conséquent, le dénominateur de l'expression 31+2sinx31+2sin⁡x tend
vers 0−0− lorsque xx tend vers (−π6)(−π6) par valeurs inférieures et
vers 0+0+ lorsque xx tend vers (−π6)(−π6) par valeurs supérieures.
 
Le calcul suivant en découle : 
 
limx→(−π6)−(31+2sinx)=−∞limx→(−π6)−(31+2sin⁡x)=−∞ car {N→3D→0−
{N→3D→0− 
et limx→(−π6)+(31+2sinx)=−∞limx→(−π6)+(31+2sin⁡x)=−∞ car  {N→3D→0+
{N→3D→0+
 
3) a) f : x↦1−cosxx2−2x|x|x0=0f : x↦1−cos⁡xx2−2x|x|x0=0  
 
On a : f(x)=⎧⎪



⎪⎨⎪



⎪⎩1−cosx3x2si <01−cosx−x2si ≥0f(x)={1−cos⁡x3x2si <01−cos⁡x−x2si ≥0
 
Par suite, en utilisant la limite usuelle : limx→0(1−cosxx3)=12limx→0(1−cos⁡xx3)=12 on
obtient : 
 
limx→0−f(x)=limx→0−(13×1−cosxx2)limx→0−f(x)=limx→0−(13×1−cos⁡xx2),
soit limx→0−f(x)=16.limx→0−f(x)=16.
 
Et de manière analogue limx→0+f(x)=−12.limx→0+f(x)=−12.
 
b) f : x↦{x2−1,x≤0x2+1,x>0x0=0f : x↦{x2−1,x≤0x2+1,x>0x0=0
 
limx→0−f(x)=limx→0−(x2−1)=−1limx→0−f(x)=limx→0−(x2−1)=−1 et li
mx→0+f(x)=limx→0+(x2+1)=1.limx→0+f(x)=limx→0+(x2+1)=1.
 
c) f : x↦x2+x√x2x0=0f : x↦x2+xx2x0=0
 
On a pour tout xx non nul, √x2=|x|x2=|x|, d'où
 
limx→0−f(x)=limx→0−(x2+x−x)=limx→0−(−x+1)=−1limx→0−f(x)=limx→0−
(x2+x−x)=limx→0−(−x+1)=−1

et limx→0+f(x)=limx→0+(x2+xx)=limx→0+(x+1)=1limx→0+f(x)=limx→0+
(x2+xx)=limx→0+(x+1)=1
 
d) f : x↦|2x+1|2x+1x0=−12f : x↦|2x+1|2x+1x0=−12
 
On a : f(x)=⎧⎪



⎪⎨⎪



⎪⎩−1 si x<−121 si x>−12f(x)={−1 si x<−121 si x>−12,
 
D'où : limx→⎛⎝−12⎞⎠+f(x)=1limx→(−12)+f(x)=1 et limx→⎛⎝−12⎞⎠−f(x)=−1.limx→(−1
2)−f(x)=−1.
 
e) f : x↦x√(x−1)2x0=1f : x↦x(x−1)2x0=1
 
On a : f(x)=x|x−1|={x(−x+1)si x≤1x(x−1)si ≥1f(x)=x|x−1|
={x(−x+1)si x≤1x(x−1)si ≥1
 
On a limx→0−f(x)=limx→0+f(x)=0.limx→0−f(x)=limx→0+f(x)=0.

Levée l'indétermination

Exercice 4

1) f : x↦x3+3x−4x−1 en 1, −∞, +∞f : x↦x3+3x−4x−1 en 1, −∞, +∞
 
Df=R∖1=]−∞; 1[∪]1; +∞[Df=R∖1=]−∞; 1[∪]1; +∞[
 
∙∙ Le calcul de la limite de ff en 11 se présente a priori sous la forme d'une
indétermination du type « 0000 », car lorsque xx tend vers 11, aussi bien le numérateur
que le dénominateur de la fraction f(x)f(x) tendent vers 0.0. 
 
On cherche donc à factoriser le numérateur et le dénominateur qui sont des polynômes
ayant une racine commune, à savoir, 1.1. 
 
Par la méthode de Hörner ou la division euclidienne, on obtient facilement pour le
numérateur : x3+3x−4=(x−1)(x2+x+4).x3+3x−4=(x−1)(x2+x+4).
 
D'où, en simplifiant : limx→1f(x)=limx→1(x2+x+4)=6.limx→1f(x)=limx→1(x2+x+4)=6.
 
∙∙ Pour les limites en +∞+∞ et en −∞−∞, on utilise le théorème relatif à la limite d'une
fonction rationnelle à l'infini : 
 
limx→−∞f(x)=limx→−∞(x3x)=limx→−∞(x2)=+∞limx→−∞f(x)=limx→−∞(x3x)=limx→−
∞(x2)=+∞
 
limx→+∞f(x)=limx→+∞(x3x)=limx→+∞(x2)=+∞limx→+∞f(x)=limx→+∞(x3x)=limx→+
∞(x2)=+∞
 
2) f : x↦x2+4x+4x2+8 en −2, −∞, +∞f : x↦x2+4x+4x2+8 en −2, −∞, +∞
 
Méthodes analogues à celles du 1) précédent. 
 
∗ limx→−2f(x)=limx→−2[(x+2)2(x+2)(x2−x+4)]=lim→−2[(x+2)(x2−x+4)]=0∗ limx→−2f(x
)=limx→−2[(x+2)2(x+2)(x2−x+4)]=lim→−2[(x+2)(x2−x+4)]=0 
 
car {N→0D→10{N→0D→10
 
∗ limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2x3)=limx→−∞(1x)=0∗ limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2x3)=limx
→−∞(1x)=0
 
∗ limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2x3)=limx→+∞(1x)=0∗ limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2x3)=limx
→+∞(1x)=0
 
3) f : x↦√1+x2−x en −∞, +∞f : x↦1+x2−x en −∞, +∞
 
∙∙ En −∞−∞, le calcul de la limite ne présente pas d'indétermination
car : {limx→−∞(1+x2)=+∞ et limx→+∞√x=+∞{limx→−∞(1+x2)=+∞ et limx→+∞x=+

 
d'où, par
composition : limx→−∞√1+x2=+∞(1) et limx→−∞(−x)=+∞(2)limx→−∞1+x2=+∞(1) et l
imx→−∞(−x)=+∞(2)
 
Par somme, on en déduit alors que : limx→−∞=+∞limx→−∞=+∞ 
 
∙∙ En +∞+∞, on a une indétermination du type « +∞−∞+∞−∞ ».
 
On utilise l'expression conjuguée pour la lever.
 
limx→+∞f(x)=limx→+∞[(√1+x2−x)(√1+x2+x)
(√1+x2+x)]=limx→+∞[1+x2−x3(√1+x2+x)]=limx→+∞[1(√1+x2+x)]limx→+∞f(x)=limx→
+∞[(1+x2−x)(1+x2+x)
(1+x2+x)]=limx→+∞[1+x2−x3(1+x2+x)]=limx→+∞[1(1+x2+x)]  
 
Or, on
a : {limx→+∞(1+x2)=+∞ et limx→+∞√x=+∞{limx→+∞(1+x2)=+∞ et limx→+∞x=+∞
 
d'où, par composition :
 
limx→+∞√1+x2=+∞(3)limx→+∞1+x2=+∞(3)
 
et limx→+∞(x)=+∞(4).limx→+∞(x)=+∞(4).
 
Par somme, on en déduit alors que : limx→+∞(√1+x2+x)=+∞.limx→+∞(1+x2+x)=+∞. 
 
On en conclut alors
que limx→+∞f(x)=limx→+∞[1(√1+x2+x)]=0limx→+∞f(x)=limx→+∞[1(1+x2+x)]=0 
 
car {N→1D→+∞{N→1D→+∞
 
4) f : x↦√3+x−2xx−1 en 1, +∞f : x↦3+x−2xx−1 en 1, +∞
 
On vérifie aisément que Df=[−3; 1[∪]1; +∞[.Df=[−3; 1[∪]1; +∞[.
 
∙∙ En 11, on a une indétermination du type « 0000 ». 
 
On la lève en multipliant numérateur et dénominateur par l'expression conjuguée du
numérateur :
limx→1f(x)=limx→1[(√3+x−2x)(√3+x+2x)(x−1)(√3+x+2x)]=limx→1[3+x−4x2(x−1)
(√3+x+2x]limx→1f(x)=limx→1[(3+x−2x)(3+x+2x)(x−1)
(3+x+2x)]=limx→1[3+x−4x2(x−1)(3+x+2x]
 
Le numérateur de cette dernière expression est un trinôme du second degré qui a pour
racines 11 et −34.−34. 
 
Il se factorise donc en −4(x−1)(x+34)−4(x−1)(x+34) ou encore en (x−1)(−4x−3).(x−1)
(−4x−3).
 
Ainsilimx→1f(x)=limx→1[(x−1)(−4x−3)(x−1)(√3+x+2x)]=limx→1[(−4x−3)
(√3+x+2x)]=−74Ainsilimx→1f(x)=limx→1[(x−1)(−4x−3)(x−1)
(3+x+2x)]=limx→1[(−4x−3)(3+x+2x)]=−74    
 
car {N→−7D→4{N→−7D→4
 
∙∙ En +∞+∞, on a, en factorisant par xx, au numérateur et au dénominateur :
 
limx→+∞f(x)=limx→+∞x(−2+√3+xx)x(1−1x)=limx→+∞−2+√3+xx(1−1x)limx→+∞f(x)=li
mx→+∞x(−2+3+xx)x(1−1x)=limx→+∞−2+3+xx(1−1x)
 
Or limx→+∞[√3+xx]=limx→+∞[√3+xx2]limx→+∞[3+xx]=limx→+∞[3+xx2] (car au
voisinage de +∞+∞, on a x=√x2).x=x2).
 
Et les relationslimx→+∞(3+xx2)=limx→+∞(xx2)=limx→+∞(1x)=0Et les
relationslimx→+∞(3+xx2)=limx→+∞(xx2)=limx→+∞(1x)=0
Limite d'une fonction trigonométrique en 00

Exercice 5

1)limx→0f(x)=limx→0[sin5x2x]=limx→0[sin5x5x×5x2x]=1×52=52.1)limx→0f(x)=limx
→0[sin⁡5x2x]=limx→0[sin⁡5x5x×5x2x]=1×52=52. 
 
2)limx→0f(x)=limx→0[xsin3x]=limx→0[x3x×3xsin3x]=1×13=13.2)limx→0f(x)=limx→0
[xsin⁡3x]=limx→0[x3x×3xsin⁡3x]=1×13=13. 
 
3)limx→0f(x)=limx→0[sin5xsin4x]=limx→0[sin5x5x×5x4x×4xsin4x]=1×54×1=54.3)lim
x→0f(x)=limx→0[sin⁡5xsin⁡4x]=limx→0[sin⁡5x5x×5x4x×4xsin⁡4x]=1×54×1=54. 
 
4)limx→0f(x)=limx→0[tanxx]=limx→0[sinxx×1cosx]=1×11=1.4)limx→0f(x)=limx→0[ta
n⁡xx]=limx→0[sin⁡xx×1cos⁡x]=1×11=1.
 
5)limx→0f(x)=limx→0[tan2xsinx]=limx→0[tan2x2x×2xx×xsinx]=1×2×1=2.5)limx→0f(x)
=limx→0[tan⁡2xsin⁡x]=limx→0[tan⁡2x2x×2xx×xsin⁡x]=1×2×1=2.
 
6)limx→0f(x)=limx→0[sinx√x]=limx→0[sinxx×x√x]=[sinxx×√x]=1×0=0.6)limx→0f(x)=l
imx→0[sin⁡xx]=limx→0[sin⁡xx×xx]=[sin⁡xx×x]=1×0=0.
 
7)limx→0f(x)=limx→0[1−cosxx2]=limx→0⎡⎢
⎢⎣2sin2(x2)4×(x2)2⎤⎥
⎥⎦=limx→0⎡⎢

⎢⎣12×⎛⎜
⎜⎝sin(x2)2(x2)⎞⎟
⎟⎠2⎤⎥

⎥⎦=12×12=12.7)limx→0f(x)=limx→0[1−cos⁡xx2]=limx→0[2sin2⁡(x2)4×(x2)2]=limx→
0[12×(sin⁡(x2)2(x2))2]=12×12=12. 
 
8)limx→0f(x)=limx→0[1−cosxx2]=limx→0[−2sin2(2x)x2]=limx→0[−2sin2(2x)4x2×4]=limx
→0[−8×(sin(2x)
(2x))2]=−8×12=−88)limx→0f(x)=limx→0[1−cos⁡xx2]=limx→0[−2sin2⁡(2x)x2]=limx→
0[−2sin2⁡(2x)4x2×4]=limx→0[−8×(sin⁡(2x)(2x))2]=−8×12=−8

9)limx→0f(x)=limx→0[tan2x√1−cosx]=limx→0⎡⎢


⎢⎣tan2x√2sin2(x2)⎤⎥


⎥⎦=limx→0⎡⎢
⎢⎣tan2x√2×|sin(x2)|⎤⎥
⎥⎦.9)limx→0f(x)=limx→0[tan⁡2x1−cos⁡x]=limx→0[tan⁡2x2sin2⁡(x2)]=limx→0[tan⁡2x2
×|sin⁡(x2)|].
 
Il y a lieu de distinguer deux cas :
 
limx→0+f(x)=limx→0+⎡⎢
⎢⎣tan2x√2×sin(x2)⎤⎥
⎥⎦=limx→0+⎡⎢
⎢⎣1√2×tan2x2x×2xx2×x2sin(x2)⎤⎥
⎥⎦=1√2×1×4×1=4√2=2√2.limx→0+f(x)=limx→0+
[tan⁡2x2×sin⁡(x2)]=limx→0+[12×tan⁡2x2x×2xx2×x2sin⁡(x2)]=12×1×4×1=42=22.
 
limx→0−f(x)=limx→0−⎡⎢
⎢⎣tan2x−√2×sin(x2)⎤⎥
⎥⎦=limx→0−⎡⎢
⎢⎣−1√2×tan2x2x×2xx2×x2sin(x2)⎤⎥
⎥⎦=−1√2×1×4×1=−4√2=−2√2.limx→0−f(x)=limx→0−[tan⁡2x−2×sin⁡(x2)]=limx→0−
[−12×tan⁡2x2x×2xx2×x2sin⁡(x2)]=−12×1×4×1=−42=−22.
 
10)limx→0f(x)=limx→0[1−cosxsin2πx]=limx→0⎡⎢
⎢⎣2sin2(x2)sin2πx⎤⎥
⎥⎦=limx→0⎡⎢
⎢⎣2sin2(x2)(x2)2×(x2)2(πx)2×(πx)2sin2πx⎤⎥
⎥⎦=limx→0⎡⎢
⎢⎣2sin2(x2)(x2)2×14π2×(πxsinπx)2⎤⎥
⎥⎦=2×12×14π2×12=12π2.10)limx→0f(x)=limx→0[1−cos⁡xsin2⁡πx]=limx→0[2sin2⁡(x2)s
in2⁡πx]=limx→0[2sin2⁡(x2)(x2)2×(x2)2(πx)2×(πx)2sin2⁡πx]=limx→0[2sin2⁡(x2)
(x2)2×14π2×(πxsin⁡πx)2]=2×12×14π2×12=12π2.
 
Il y a lieu de distinguer deux cas :
Limite d'une fonction trigonométrique en x0x0

Exercice 6

1) f : x↦sin(2x−π)tan(2x−π)x0=π2f : x↦sin⁡(2x−π)tan⁡(2x−π)x0=π2
 
Posant X=x−π2X=x−π2, on obtient :
 
limx→π2sin(2x−π)tan(2x−π)=limX→0sin2Xtan2X=limX→0sin2X2X×2Xtan2Xlimx→π2
sin⁡(2x−π)tan⁡(2x−π)=limX→0sin⁡2Xtan⁡2X=limX→0sin⁡2X2X×2Xtan⁡2X 
 
Les quantités sin2X2Xsin⁡2X2X et 2Xtan2X2Xtan⁡2X tendant tous deux
vers 11 lorsque XX tend vers 00, (voir exercice précédent) il est clair que : 
limx→π2sin(2x−π)tan(2x−π)=1.limx→π2sin⁡(2x−π)tan⁡(2x−π)=1.
 
2) f : x↦sin6x2cosx−√3x0=π6f : x↦sin⁡6x2cos⁡x−3x0=π6
 
Posons X=x−π6.X=x−π6. 
 
Alors x=X+π6.x=X+π6.
 
limX→π6sin6x2cosx−√3=limX→0sin6(X+π6)2cos(X+π6)−√3=limX→0sin(6X+π)2(cosX
cosπ6−sinXπ6)−√3=limX→0sin2X√3cosX−sinX−√3=limX→0sin2X√3(cosX−1)−sinX=l
imX→02sinXcosX√3(−2sin2X2)−2sinX2cosX2=limX→04sinX2cosX2cosX−2sinX2(√3s
inX2+cosX2)=4×1×1−2(√3×0+1)=−2.limX→π6sin⁡6x2cos⁡x−3=limX→0sin⁡6(X+π6)2
cos⁡(X+π6)−3=limX→0sin⁡(6X+π)2(cos⁡Xcos⁡π6−sin⁡Xπ6)−3=limX→0sin⁡2X3cos⁡X−s
in⁡X−3=limX→0sin⁡2X3(cos⁡X−1)−sin⁡X=limX→02sin⁡Xcos⁡X3(−2sin2⁡X2)−2sin⁡X2cos⁡
X2=limX→04sin⁡X2cos⁡X2cos⁡X−2sin⁡X2(3sin⁡X2+cos⁡X2)=4×1×1−2(3×0+1)=−2.
 
3) f : x↦tanxsin2x−1x0=π4f : x↦tan⁡xsin⁡2x−1x0=π4
 
On
a limx→π4tanx=1 et limx→π4(sin2x−1)=0−.limx→π4tan⁡x=1 et limx→π4(sin⁡2x−1)=0
−. 
 
D'où limx→π4tanxsin2x−1=−∞.limx→π4tan⁡xsin⁡2x−1=−∞. 
 
Morale : il faut toujours vérifier si l'on a bien affaire à une forme indéterminée avant de
se lancer « tête baissée » dans les calculs.

Déterminer une limite par lecture graphique

Exercice 7

1) Df=R∖0Df=R∖0 (on n'a pas indiqué si le point d'abscisse 00 fait partie de la courbe).


 
2) limx→0−f(x)=+∞; limx→0+f(x)=0limx→0−f(x)=+∞; limx→0+f(x)=0 (voir l'allure de la
courbe au voisinage de 00);
 
limx→+∞f(x)=+∞limx→+∞f(x)=+∞ (car CfCf est asymptote à la droite
d'équation y=35xy=35x au voisinage
de +∞+∞ et limx→+∞(35x)=+∞)limx→+∞(35x)=+∞)
 
limx→−∞f(x)=2limx→−∞f(x)=2 (car CfCf admet pour asymptote horizontale la droite
d'équation y=2y=2 au voisinage de −∞).−∞).

Exercice 8

Déterminons tout d'abord une équation de la droite Δ.Δ. 


 
Elle est visiblement de la forme y=ax+b.y=ax+b. 
 
Puisqu'elle passe par le point de coordonnées (0; 1)(0; 1), on a b=1b=1 et elle passe par
exemple par le point de coordonnées (1; 2)(1; 2), donc on a
aussi : 2=a+1⇒a=1.2=a+1⇒a=1. 
 
Finalement l'équation réduite de ΔΔ est : y=x+1.y=x+1.
 
∗ limx→+∞f(x)=+∞∗ limx→+∞f(x)=+∞ (car CfCf est asymptote à la droite
d'équation y=x+1y=x+1 au voisinage
de +∞+∞ et limx→+∞(x+1)=+∞limx→+∞(x+1)=+∞)
 
∗ limx→−∞f(x)=0∗ limx→−∞f(x)=0 (car CfCf admet pour asymptote horizontale l'axe
des abscisses (y=0)(y=0) au voisinage de −∞).−∞).
 
∗ limx→0−f(x)=+∞∗ limx→0−f(x)=+∞ (voir l'allure de la courbe au voisinage de 00 à
gauche) ;
 
∗∗ Puisque ff admet pour asymptote oblique la droite ΔΔ d'équation y=x+1y=x+1, on
a limx→+∞f(x)x=1.limx→+∞f(x)x=1.

Exercice 9

a) limx→−∞f(x)=1limx→−∞f(x)=1 (car CfCf admet pour asymptote horizontale la droite


d'équation y=1y=1 au voisinage de −∞).−∞). 
 
limx→+∞f(x)=+∞limx→+∞f(x)=+∞ (car CfCf est asymptote à la droite
d'équation y=xy=x au voisinage de +∞+∞ et limx→+∞f(x)=+∞limx→+∞f(x)=+∞)
 
b) limx→0−f(x)=+∞limx→0−f(x)=+∞ ; limx→0+f(x)=+∞limx→0+f(x)=+∞ (voir l'allure
de la courbe au voisinage de 00) ;
 
c) limx→+∞[f(x)−x]=0limx→+∞[f(x)−x]=0 (puisque, par hypothèse, la droite
d'équation y=xy=x est une asymptote à la courbe au voisinage de +∞).+∞).
 
d) Quand xx tend vers αα par valeurs inférieures, f(x)f(x) tend vers 00 mais en restant
positif. 
 
On en déduit que :
 
limx→α+1f(x))=+∞limx→α+1f(x))=+∞ car {N→1D→0+{N→1D→0+
 
e) Quand xx tend vers αα par valeurs supérieures, f(x)f(x) tend vers 00 mais en restant
négatif. 
 
On en déduit que : 
 
limx→α−1f(x))=−∞limx→α−1f(x))=−∞ car {N→1D→0−{N→1D→0−

Limite d'une fonction composée

Exercice 10

1) f : x↦cosπ(x+1)xf : x↦cos⁡π(x+1)x 
 
Posons u(x)=π(x+1)xu(x)=π(x+1)x et v(x)=cosx.v(x)=cos⁡x.
 
Les relations limx→+∞u(x)=πlimx→+∞u(x)=π et limx→πv(x)=−1limx→πv(x)=−1,
entraînent, d'après le théorème sur la limite d'une fonction composée, que : 
 
limx→+∞[cosπ(x+1)x]=−1.limx→+∞[cos⁡π(x+1)x]=−1.
 
2) f : x↦√2x2−1xf : x↦2x2−1x
 
Posons u(x)=2x2−1xu(x)=2x2−1x et v(x)=√x.v(x)=x. 
 
Les
relations limx→+∞u(x)=limx→+∞2x2x=limx→+∞2x=+∞limx→+∞u(x)=limx→+∞2x2x=li
mx→+∞2x=+∞ et limx→+∞v(x)=+∞limx→+∞v(x)=+∞, entraînent, d'après le
théorème sur la limite d'une fonction composée, que : 
 
limx→+∞u(x)=[√2x2−1x]=+∞.limx→+∞u(x)=[2x2−1x]=+∞.
 
3) f : x↦sin1√x en +∞f : x↦sin⁡1x en +∞
 
Posons u(x)=1√xu(x)=1x et v(x)=sinx.v(x)=sin⁡x. 
 
Les relations limx→+∞u(x)=0limx→+∞u(x)=0 et limx→0sinx=0limx→0sin⁡x=0,
entraînent, d'après le théorème sur la limite d'une fonction composée, que : 
 
limx→+∞[sin1√x]=0.limx→+∞[sin⁡1x]=0.
 
4) f : x↦1−√|x|2+√|x| en −∞f : x↦1−|x|2+|x| en −∞
 
Posons u(x)=x−12+xu(x)=x−12+x, v(x)=√xv(x)=x et w(x)=|x|.w(x)=|x|.  
 
On vérifie aisément les relations
 
limx→−∞w(x)=+∞limx→−∞w(x)=+∞, limx→+∞v(x)=+∞limx→+∞v(x)=+∞ et limx→+∞
u(x)=limx→+∞−xx=1.limx→+∞u(x)=limx→+∞−xx=1.
 
D'où, d'après le théorème sur la limite d'une fonction composée (ici il y en a
trois) :limx→+∞[1−√|x|2+√|x|]=−1.limx→+∞[1−|x|2+|x|]=−1.
 
5) f : x↦√2x+1x−3 en +∞f : x↦2x+1x−3 en +∞
 
Posons u(x)=2x+1x−3u(x)=2x+1x−3 et v(x)=√x.v(x)=x. 
 
Les
relations limx→+∞u(x)=limx→+∞2xx=2limx→+∞u(x)=limx→+∞2xx=2 et limx→2v(x)=
√2limx→2v(x)=2, entraînent, d'après le théorème sur la limite d'une fonction composée,
que : 
 
limx→+∞[√2x+1x−3]=√2.limx→+∞[2x+1x−3]=2.
 
6) f : x↦√2x+1x−3 en −12, puis en 3f : x↦2x+1x−3 en −12, puis en 3
 
Notons d'abord que la fonction ff n'est définie que si x≠3x≠3 et
si 2x+1x−3≥0.2x+1x−3≥0. 
 
En tenant compte de ces deux conditions, on voit facilement que Df=]
−∞; −12]∪]3; +∞[.Df=]−∞; −12]∪]3; +∞[.
 
∗∗ En −12−12 : 
 
Avec les notations de la question précédente, on a :
 
limx→−12u(x)=0limx→−12u(x)=0 et limx→0v(x)=0.limx→0v(x)=0.
 
d'où, d'après le théorème sur la limite d'une fonction
composée :limx→−12(√2x+1x−3)=0.limx→−12(2x+1x−3)=0.
 
∗∗ En 33 : 
 
Avec les notations de la question précédente, on a : 
 
limx→3+u(x)=+∞limx→3+u(x)=+∞ (car le numérateur de u(x)u(x) tend vers 33 tandis
que son dénominateur tend vers 0+0+) et limx→+∞v(x)=+∞limx→+∞v(x)=+∞, d'où,
d'après le théorème sur la limite d'une fonction
composée :limx→−12(√2x+1x−3)=+∞.limx→−12(2x+1x−3)=+∞.
 
7) f : x↦√1x2−1 en −1, 1, −∞, +∞f : x↦1x2−1 en −1, 1, −∞, +∞
 
f(x)f(x) existe si et seulement si 1x2−1>0.1x2−1>0. 
 
Df=]−∞; −1[∪]1; +∞[Df=]−∞; −1[∪]1; +∞[
 
∗∗ En −1−1 : 
 
Posons u(x)=1x2−1u(x)=1x2−1 et v(x)=√x.v(x)=x. 
 
On a limx→(−1)−u(x)=+∞limx→(−1)−u(x)=+∞
 
car {N→1D→0+{N→1D→0+ et limx→+∞v(x)=+∞limx→+∞v(x)=+∞, 
 
d'où, d'après le théorème sur la limite d'une fonction composée : 
limx→(−1)−(√1x2−1)=+∞limx→(−1)−(1x2−1)=+∞
 
∗∗ En 11 : 
 
Avec les notations de la question précédente, on a : 
 
limx→1+u(x)=+∞limx→1+u(x)=+∞ (car le numérateur de u(x)u(x) tend vers 11 tandis
que son dénominateur tend vers 0+0+) 
 
et limx→+∞v(x)=+∞limx→+∞v(x)=+∞, d'où, d'après le théorème sur la limite d'une
fonction composée : 
limx→−12(√1x2−1)=+∞.limx→−12(1x2−1)=+∞.
 
∗∗ En −∞−∞ : 
 
Avec les notations de la question précédente, on a : 
 
limx→−∞u(x)=limx→−∞(1x2)=0limx→−∞u(x)=limx→−∞(1x2)=0
 
et limx→0v(x)=0limx→0v(x)=0, d'où, d'après le théorème sur la limite d'une fonction
composée : 
limx→−∞(√1x2−1)=0.limx→−∞(1x2−1)=0.
 
∗∗ En +∞+∞ : 
 
On a d'une manière analogue au cas ci-dessus : 
limx→+∞(√1x2−1)=0.limx→+∞(1x2−1)=0.
 
8) f : x↦sin(πx−12x+1) en −∞, +∞f : x↦sin⁡(πx−12x+1) en −∞, +∞
 
Posons u(x)=πx−12x+1u(x)=πx−12x+1 et v(x)=sinx.v(x)=sin⁡x. 
 
On a limx→−∞u(x)=limx→−∞πx2x=π2limx→−∞u(x)=limx→−∞πx2x=π2
 
et limx→π2v(x)=1limx→π2v(x)=1, d'où, d'après le théorème sur la limite d'une fonction
composée : 
limx→−∞(sinπx−12x+1)=1.limx→−∞(sin⁡πx−12x+1)=1.
 
La démarche est tout à fait analogue en +∞+∞ avec le même résultat.
 

Déterminer une limite par comparaison


Exercice 11

1) f : x↦1+x2sin1x en x0=0f : x↦1+x2sin⁡1x en x0=0
 
On a, pour tout xx non nul et en particulier pour tout xx de [−1; 0[∪]0; 1]
[−1; 0[∪]0; 1] : 
 
−1≤sin1x≤1−1≤sin⁡1x≤1, d'où en multipliant les 33 membres
par x2≥0x2≥0, −x2≤x2sin1x≤x2−x2≤x2sin⁡1x≤x2, puis en ajoutant 11 aux 33 membres
de cette dernière inégalité : 
1−x2≤1+x2sin1x≤1+x2.1−x2≤1+x2sin⁡1x≤1+x2.
 
Puisque limx→0(1−x2)=limx→0(1+x2)=1limx→0(1−x2)=limx→0(1+x2)=1, le théorème
dit “ des gendarmes ” (ou théorème d'encadrement) permet de conclure
que limx→0(1+x2sin1x)=1.limx→0(1+x2sin⁡1x)=1.
 
2) f : x↦sinxx en +∞ et en −∞f : x↦sin⁡xx en +∞ et en −∞
 
On a pour tout xx réel, et en particulier pour tout xx de ]−∞; 0[]
−∞; 0[, −1≤sinx≤1−1≤sin⁡x≤1, d'où en multipliant les 33 membres
par 1x<01x<0, −1x≥sinxx≥1x−1x≥sin⁡xx≥1x ou
encore 1x≤sinxx≤−1x.1x≤sin⁡xx≤−1x.
 
Les relations limx→−∞(1x)=limx→−∞(−1x)=0limx→−∞(1x)=limx→−∞(−1x)=0 et le
théorème d'encadrement entraînent alors que : 
limx→−∞(sinxx)=0limx→−∞(sin⁡xx)=0
 
De même on a pour tout réel xx strictement positif, −1≤sinx≤1−1≤sin⁡x≤1, d'où en
multipliant les 33 membres par 1x>01x>0, −1x≤sinxx≤1x.−1x≤sin⁡xx≤1x. 
 
Les relations limx→+∞(−1x)=0limx→+∞(−1x)=0 et le théorème d'encadrement nous
donnent :limx→+∞(sinxx)=0limx→+∞(sin⁡xx)=0
 
3) f : x↦sin1x+1x en x0=0f : x↦sin⁡1x+1x en x0=0
 
Pour tout réel xx non nul, on a par définition du sinus d'un réel : 
 
−1≤sin1x≤1.−1≤sin⁡1x≤1. 
 
En ajoutant 1x1x aux trois membres de cette dernière inégalité, il vient : 
 
−1+1x≤sin1x+1x≤1+1x.−1+1x≤sin⁡1x+1x≤1+1x.
 
∙∙ Pour x<0x<0, l'inégalité sin1x+1x≤1+1xsin⁡1x+1x≤1+1x et le fait
que limx→0−(1+1x)=−∞limx→0−(1+1x)=−∞ entraînent d'après un théorème de
comparaison (théorème de majoration) que : 
limx→0−(sin1x+1x)=−∞.limx→0−(sin⁡1x+1x)=−∞.
 
∙∙ Pour x>0x>0, l'inégalité sin1x+1x≥1+1xsin⁡1x+1x≥1+1x et le fait
que limx→0+(1+1x)=+∞limx→0+(1+1x)=+∞ entraînent d'après un théorème de
comparaison (théorème de minoration) que : 
limx→0+(sin1x+1x)=+∞.limx→0+(sin⁡1x+1x)=+∞.
 
4) f : x↦sinx+2x en +∞ et en −∞f : x↦sin⁡x+2x en +∞ et en −∞
 
Pour tout réel xx, on a par définition du sinus d'un réel : −1≤sinx≤1.−1≤sin⁡x≤1. 
 
D'où en ajoutant 22 aux trois membres, 1≤2+sinx≤3.1≤2+sin⁡x≤3.
 
∙∙ Pour tout réel xx strictement positif, multiplions les trois membres par 1x>01x>0 pour
obtenir :
 
1x≤2+sinxx≤3x.1x≤2+sin⁡xx≤3x.
 
Les relations limx→+∞(1x)=limx→+∞(3x)=0limx→+∞(1x)=limx→+∞(3x)=0 et le
théorème d'encadrement nous donnent :limx→+∞(2+sinxx)=0limx→+∞(2+sin⁡xx)=0
 
∙∙ Pour tout réel xx strictement négatif, multiplions les trois membres
par 1x<01x<0 pour obtenir :
 
1x≤2+sinxx≤3x.1x≤2+sin⁡xx≤3x. 
 
Les relations limx→−∞(1x)=limx→−∞(3x)=0limx→−∞(1x)=limx→−∞(3x)=0 et le
théorème d'encadrement nous donnent :limx→−∞(2+sinxx)=0limx→−∞(2+sin⁡xx)=0
 
5) f : x↦cosx−x en +∞ et en −∞f : x↦cos⁡x−x en +∞ et en −∞
 
Pour tout réel xx, on a par définition du cosinus d'un réel : −1≤cosx≤1.−1≤cos⁡x≤1. 
 
D'où en ajoutant −x−x aux trois membres, −1−x≤cosx−x≤1−x.−1−x≤cos⁡x−x≤1−x.
 
∙∙ Pour x<0x<0, l'inégalité cosx−x≥−1−xcos⁡x−x≥−1−x et le fait
que limx→−∞(−1−x)=+∞limx→−∞(−1−x)=+∞ entraînent d'après un théorème de
comparaison (théorème de minoration) que : 
limx→0−(cosx−x)=+∞.limx→0−(cos⁡x−x)=+∞.
 
∙∙ Pour x>0x>0, l'inégalité cosx−x≤1−xcos⁡x−x≤1−x et le fait
que limx→+∞(1−x)=−∞limx→+∞(1−x)=−∞ entraînent d'après un théorème de
comparaison (théorème de majoration) que :limx→0−(cosx−x)=−∞.limx→0−
(cos⁡x−x)=−∞.
 
6) f : x↦1+x2sin1x en 0f : x↦1+x2sin⁡1x en 0
 
Pour tout réel xx non nul, on a par définition du sinus d'un
réel : −1≤sin1x≤1.−1≤sin⁡1x≤1. 
 
D'où en multipliant les 33 membres par x2≥0x2≥0,
−x2≤x2sin1xx2.−x2≤x2sin⁡1xx2.
 
Puis, en ajoutant 11 aux trois membres, on obtient : 
 
1−x2≤1+x2sin1x≤1+x2.1−x2≤1+x2sin⁡1x≤1+x2.
 
Les relations limx→0(1−x2)=limx→0(1+x2)=1limx→0(1−x2)=limx→0(1+x2)=1 et le
théorème d'encadrement nous donnent :limx→0(1+x2sin1x)=1.limx→0(1+x2sin⁡1x)=1.

Étude des branches infinies

Exercice 12

1) Posons f(x)=x+22x−3.f(x)=x+22x−3.
 
Df=]−∞; 32[∪]32; +∞[.Df=]−∞; 32[∪]32; +∞[.
 
limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2x)=12limx→−∞f(x)=limx→−∞(x2x)=12 : 
 
il en résulte que la droite D2D2 d'équation y=12y=12 est asymptote à CC au voisinage
de −∞.−∞.
 
Le tableau de signes de 2x−32x−3 autour de 3232 étant :
x−∞32+∞2x−3−|+x−∞32+∞2x−3−|+
 
On a : 
 
limx→⎛⎝32⎞⎠−f(x)=−∞limx→(32)−f(x)=−∞ car ⎧⎨⎩N→72D→0−{N→72D→0−
 
et limx→⎛⎝32⎞⎠+f(x)=+∞limx→(32)+f(x)=+∞ car ⎧⎨⎩N→72D→0+.{N→72D→0+. 
 
Il en résulte que la droite D1D1 d'équation x=12x=12 est asymptote verticale à C.C. 
 
Enfin limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2x)=12limx→+∞f(x)=limx→+∞(x2x)=12 : 
 
Il en résulte que la droite D2D2 d'équation y=12y=12 est asymptote à CC au voisinage
de +∞.+∞.

Exercice 13

1) ∗ limx→(−2)+f(x)=limx→(−2)+(√x+2)=0∗ limx→(−2)+f(x)=limx→(−2)+(x+2)=0 ;
 
∗ limx→(−2)−f(x)=limx→(−2)−(2x2−|x3|x+2)=limx→(−2)−(2x2+x3x+2)=limx→(−2)+
(x2(2+x)x+2)∗ limx→(−2)−f(x)=limx→(−2)−(2x2−|x3|
x+2)=limx→(−2)−(2x2+x3x+2)=limx→(−2)+(x2(2+x)x+2) (car au voisinage
de −2−2, xx est négatif, donc x3x3 aussi). 
 
D'où limx→(−2)−f(x)=(−2)2=4.limx→(−2)−f(x)=(−2)2=4.
 
Enfin f(−2)=√−2+2=0.f(−2)=−2+2=0.
 
Il résulte de ces calculs que ff est continue à droite, mais pas à gauche en −2.−2. 
 
En résumé, ff n'est pas continue en −2.−2.
 
2) On a, pour tout xx de ]−∞; −2[]
−∞; −2[, f(x)=2x2+x3x+2=x2f(x)=2x2+x3x+2=x2 (après simplification par (x+2)
(x+2) comme ci-dessus).
Exercice 14

1) f : x↦3x2+x−1f : x↦3x2+x−1
 
ff est définie et continue sur RR comme fonction polynôme.
 
2) f : x↦2x+12x−1f : x↦2x+12x−1
 
f est définie et continue sur R∖{12} comme fonction rationnelle.
 
3) f : x↦√x2+5x−5f : x↦x2+5x−5
 
f(x)f(x) existe si et seulement si x2+5x−5≥0x2+5x−5≥0, soit après calcul des racines du
trinôme, x∈D=]−∞; −5+3√52]∪[−5+3√52; +∞[.x∈D=]−∞; −5+352]∪[−5+352; +∞[. 
 
La fonction g : x↦x2+5x−5g : x↦x2+5x−5 étant continue et positive sur D, il résulte
d'un théorème du cours de Première que la fonction f=√gf=g est continue sur D..

Vous aimerez peut-être aussi