Vous êtes sur la page 1sur 4

Lycée El Menzeh 6 21- 22 Devoir de contrôle n°1 Prof 

: M : Sfar
Epreuve de sciences physiques 4 math 1;2 Durée : 2 heures

CHIMIE (7 points)

EXERCICE 1 (3,5 points)

L'oxydation des ions iodure I- par les ions peroxodisulfate S2O82- est une réaction chimique tente et totale.
Cette réaction est symbolisée par l'équation chimique suivante:
À une température  constante, on mélange dans un bécher à
l'instant t = 0 s, un volume V1 = 50 mL d'une solution aqueuse (S1) de
peroxodisultate de potassium (K2S2O8) de concentration molaire C1, et
un volume V2 = 50 mL d'une solution aqueuse (S2) d'iodure de
potassium (KI) de concentration molaire C2 = k C1, où k est un réel tel
que k > 2. On obtient un mélange (M).
On effectue régulièrement, à des instants successifs t, à partir du
mélange (M), un prélèvement de volume Vp constant auquel on ajoute
de l'eau glacée (sans variation appréciable de volume), puis on dose la
quantité de diode I2 formé par une solution aqueuse (S) de thiosulfate
de sodium (Na2S2O3) de concentration molaire C = 2.10-2 mol.L-1 .
On désigne par VE, le volume de la solution (S) versée pour atteindre le
point d'équivalence du dosage de I 2 formé à l'instant t.
On rappelle que la réacti on du dosage de I 2 par les ions
thiosulfate S 2 O 3 2 - est une réacti on rapide et totale d’équati on  :

Les résultats expérimentaux du dosage ont permis de tracer les courbes


(C1) et (C2) de la figure ci-dessus traduisant l'évolution au cours du temps, respectivement de l'avancement
volumique y de la réaction (1) et celle de la concentration molaire du réactif limitant, noté X, de celle réaction.
1) Dresser le tableau descriptif en avancement volumique y relatif à la réaction (1).
2) a- Montrer que le réactif limitant X est S2O82-.
b- En exploitant les courbes de la figure 1, déterminer :
- la valeur de l'avancement volumique final yf, de la réaction (1) et celle de la concentration molaire C1
- la valeur de la vitesse volumique de la réaction (1) à 'instant t = 0.
3) Montrer que l'avancement volumique y à un instant t est donné par la relation :
4) Lorsque la réaction (1) est terminée
- le dosage d'un prélèvement de volume Vp du mélange (M) nécessite un volume VEF = 20 mL de la solution (S)
pour atteindre le peint d’équivalence ;
Y
- la concentration molaire finale dans le mélange (M) en ions I- est telle que: [I- ], = f
4
a- Déterminer la valeur de Vp
b- Montrer que k = 2.25.

EXERCICE 2 ( 3,5 points)

On étudie la réaction d'oxydo-réduction entre les ions


hydronium et le magnésium.
Le dispositif expérimental est donné dans la figure
(1).Pour cela on met un ruban de magnésium de masse
m = 2,43 g dans un ballon contenant un volume
VA = 10 mL d'une solution d'acide chlorhydrique de
(acide fort) concentration molaire C =1 mol. L-1 et on
déclenche un chronomètre.

1
La mesure du volume de dihydrogène gazeux V dégagé à des dates différentes nous a permis de tracer la
courbe (a) de la figure (2) de l'évolution de l'avancement V de la réaction au cours du temps.
L'équation simplifiée de la réaction est : 2H3O+ + Mg(sd) H2 (g) + Mg2+ + 2 H2O.
On donne la masse molaire atomique du
magnésium : M(Mg) = 24,3 g.mol-1 et le
volume molaire VM = 24 L.mol-1.

1) Etablir la relation qui nous permet de


calculer l'avancement x à partir du volume V
de dihydrogène récupéré dans l’éprouvette ?
2) La réaction étudiée est-elle totale ou
limitée ? Justifier la réponse.
3) a- Définir la vitesse de la réaction.
b- Exprimer cette vitesse en fonction de V et
VM
c- Déterminer la valeur de la vitesse de la
réaction à la date t = 240 s.

4) L'expérience est refaite avec modification


d'un seul paramètre dans les conditions
initiales.
On a obtenu la courbe (b) de la figure (2).
Le paramètre modifié, peut être soit
· Une augmentation de la concentration initiale en ions hydronium.
· Une élévation de la température du milieu réactionnel.
· Une augmentation de la masse du magnésium. Analyser chaque proposition et conclure si elle est acceptée ou
rejetée.

PHYSIQUE (13 points)

EXERCICE 1 ( 5,5 points )

Un groupe d'élèves, sous le contrôle de leur professeur, se propose de déterminer la valeur de la


capacité C d'un condensateur, la f.e.m E d'un générateur de tension supposé idéal et les valeurs des
résistances R1 et R2 de deux conducteurs ohmiques. Pour cela, les élèves réalisent les expériences suivantes :
Expérience 1: Détermination de C
À l'aide d'un générateur G de courant débitant un courant constant d'intensité I = 150 A, d'un voltmètre
numérique (V), d'un interrupteur K et du condensateur de capacité C initialement déchargé, les élèves
réalisent le montage schématisé par la figure 3. Après avoir fermé l'interrupteur K, à l'instant t = 0 s, ils
effectuent des mesures permettant d'obtenir la courbe de la figure 4 traduisant l'évolution au cours du
temps de la tension uc aux bornes du
condensateur.

1) Établir la relation reliant uc, C, I


et t.
2) Déterminer, en exploitant la courbe de
la figure 4, la valeur de la capacité C du
condensateur.
Figure 3 Figure 4
2
Expérience 2: Détermination de E , R1 et R2
Au cours de cette expérience on prendra C = 500 F.
Les élèves déchargent le condensateur de capacité C et réalisent le montage
ci- contre. Afin de visualiser les tensions instantanées uR1 (t) et uR2 (t), l'un des
élèves branche la masse d'un oscilloscope à mémoire ainsi que ses deux entrées
Y1 et Y2 respectivement aux points M, A et B. L'élève appui sur le bouton
inversion de l'entrée Y2 puis il ferme l'interrupteur K à l'instant t = 0 s.
Les chronogrammes donnant l'évolution au cours du temps des tensions instantanées sont représentés sur
la figure 5 .
3) Préciser la tension visualisée si
l'élève n'a pas appuyé sur le bouton
inversion de l'entrée Y2.
4) a- Montrer que l'équation
différentielle qui régit l'évolution au
cours du temps de l'intensité i(t) du
di(t) 1
courant s'écrit : + i ( t ) =0
dt τ
 constante que l'on exprimera en
fonction de R1, R2 et C.

b- Justifier que E = 6 V.
c- On admet que la solution de
l'équation différentielle précédente
U 01 −tτ
est de la forme: i(t)= e avec U01 la tensions uR1 (t) à l'instant t = 0 s.
R1

Calculer la valeur de la tension uR1 (t) à l'instant t = . En déduire graphiquement la valeur de .


R2 E
5) Montrer que = −1:
R 1 U o1

6) Déduire les valeurs des résistances R1 et R2.


7) Déterminer la date t1 tel que les tensions uR2 (t1) = uc (t1)

EXERCICE 2 ( 7,5 points)

Au cours d’une séance de travaux pratique les élèves réalisent le


montage de la figure-6
- Un conducteur ohmique de résistance R1 =R
- Un conducteur ohmique de résistance R2 =2R
- Un condensateur de capacité C initialement déchargé
- Un générateur idéal de tension de force électromotrice E
- Un interrupteur. Figure 6

L’évolution de la tension uR1(t) aux bornes du conducteur ohmique R1 est représentée sur la figure-6
1) Reproduire le schéma du circuit et réaliser les connexions à l’oscilloscope nécessaires à la visualisation
de la tension aux bornes du condensateur et le conducteur ohmique R1.

3
2) A l’aide de la figure-7 :
a- Déterminer la f.e.m E en le justifiant.
b- Déterminer la constante de temps du dipôle formé par les deux conducteurs et le condensateur.

c- Représenter sur la figure-7 le précisément possible l’évolution de la tension uc(t).

3) Etablir l’équation différentielle à laquelle obéit la tension uR1(t) et montrer qu’elle s’écrit sous la forme :

d u R (t ) 1
1
+ uR ( t )=0 , puis exprimer  la constante de temps du dipôle étudié en fonction de R1, R2 et C.
dt τ 1

4) A la date t =0 s, l’ampèremètre A1 indique une valeur i1(0)= 9 mA, déterminer :


a- La valeur R, déduire C
b- l’indication de l’ampèremètre A2.
5) La solution de l’équation
différentielle établi à la question (3)
est : u R (t ) = Ee−α t
1

1
a- Montrer que  =
τ
b- Montrer que l’expression de
uc(t) = E (1 -e−α t )

6) Trouver analytiquement la date t1


pour laquelle le condensateur Figure 7
emmagasine à 5% près sa charge
maximale déduire l’énergie
électrostatique emmagasinée dans le
condensateur.
7) On modifie à présent le circuit
comme l’indique la figure-8.
Trouver les valeurs affichées par les appareils de mesures en régime permanent pour R = 1 K.

Figure 8

Vous aimerez peut-être aussi