Vous êtes sur la page 1sur 1

> De l’optimisation à l’évasion fiscale internationale (2/2)

affaires par le biais d’internet, et ainsi


Encadré 3. Un exemple de schéma d’évasion fiscale utilisant
y éviter l’imposition de leurs béné-
la manipulation des prix de transfert
fices en l’absence d’établissement
La société X, située en France, a fabriqué, durant l’année N, des produits
pour un coût de revient total de 800. Elle vend toute sa production à la stable (encadré 4). En effet, en droit
filiale Y, située en Irlande, qui assure la distribution des produits dans le fiscal international, le droit d’imposer
monde entier. Le prix de cession interne (PCI) entre X et Y est fixé : revient au pays dans lequel l’entreprise
> à 2 000, qui représente le prix de marché (hypothèse n° 1) ; dispose d’un établissement stable.
> à 1 000, qui représente un prix manipulé (hypothèse n° 2). En raison du modèle économique
La société Y vend à ses clients 3 000 les produits achetés à X. utilisé par les GAFA, le cadre fiscal
actuel n’est donc plus adapté à l’éco-
Hypothèse n° 1 : cession interne à un prix de marché nomie numérique. Comme le souligne
(prix de pleine concurrence)
Pascal Saint-Amans (2014) : « Dans un
Société X Filiale X
monde de plus en plus interconnecté,
Ventes = PCI = 2 000 (A) Ventes = 3 000 les lois fiscales nationales ne sont plus
Coût de production = 800 (B) Achats = PCI = 2 000 en phase avec les multinationales,
Résultat = A – B = 1 200 Résultat = A – B = 1 000 la mobilité du capital et l’économie
Impôt sur les sociétés (IS) = 1 200 x 33,33 % = 400 IS = 1 000 x 12,5 % = 125 numérique, créant des failles qui peu-
Total IS du groupe = 400 + 125 = 525 vent être exploitées par les entreprises
pour échapper à l’impôt dans leur pays
Hypothèse n° 2 : cession interne à un prix manipulé d’origine en transférant des activités
Société X Filiale X à l’étranger vers des juridictions où
Ventes = PCI = 1 000 (A) Ventes = 3 000 la charge fiscale est faible ou nulle. »
Coût de production = 800 (B) Achats = PCI = 1 000 Force est de constater que les
Résultat = A – B = 200 Résultat = A – B = 2 000 cadres fiscaux locaux et les règles
conventionnelles sont en grande partie
IS = 200 x 33,33 % = 67 IS = 2 000 x 12,5 % = 250
inadaptés pour cerner les entreprises
Total IS du groupe = 67 + 250 = 317
multinationales du numérique et pour
Grâce à la manipulation du prix de transfert, le groupe a réalisé une taxer leurs transactions et leurs béné-
économie d’IS de 525 – 317, soit 208. fices, parce qu’ils n’ont pas évolué à
la même vitesse que l’environnement
Source : d’après P. Rassat, T. Lamorlette et T. Camelli, Stratégies fiscales internationales,
Maxima, 2010. économique. Il est donc nécessaire de
réformer le cadre fiscal international.

Tableau 2. Capitalisations, chiffres d’affaires, profits et impôts des principales entreprises américaines
du numérique (GAFA) et hors numérique (2013)

Capitalisation CA Profit Impôt/CA Impôt/CA Impôt/ Impôt/profit


boursière (Monde) (Monde) (USA) (hors USA) profit (hors USA)
(février 2015) (USA)
Md$ Md$ Md$ % % % %
Google 370 59,8 14,5 5,7 2,2 26,4 8,6
Apple 748 170,9 50,2 19,1 1 61 3,7
Facebook 223 7,9 2,8 32,9 1,5 31,2 (pertes)
Amazon 175 74,5 0,5 0 0,5 1,6 (pertes)
Coca-Cola 183 46,9 11,5 5,8 6,3 47,2 18,8
Pfizer 216 51,6 15,7 10,5 7 (pertes) 12,5
General Electric 223 146 16,2 -2,8 3,4 -34,9 26,1
Procter & Gamble 203 84,2 14,8 7,7 2 28,1 16,9
Sources : d’après le rapport de la Commission européenne du groupe d’experts de haut niveau sur la taxation de l’économie numérique, 28 mai
2014 et l’article de P. Fay, « Les “Gafa”, plus forts que le CAC 40 », Les Échos, 22 février 2015.

n° 163 > avril 2017 > 67

Vous aimerez peut-être aussi