Vous êtes sur la page 1sur 17

0 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion

Master professionnel en comptabilité et


Gestion financière (MPCGF2 A)
CESAG GGRANDE ECOLE GROUPE N°5

40% Comptabilité des assurances

Présenté par : Professeur :


M. Orifi ALISSOUTIN

RABIOU ZAKARI Issoufou


KORSAGA Camille Flora
GANDEMA Raïnato
SOULEYMANE BAWA Abdoul Rachid
IBRAH HABOU Mamane Kabirou

Année Académique: 2019-2020


1 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

1. Opérations usuelles

Enregistrons les opérations au journal

Opération1

EMISSION
Débit Crédit Débit Crédit
411KENCOURT 16 530 000
7021PRIME 15 000 000
7022ACCESSOIRES 1 530 000

ACOMPTE
Débit Crédit Débit Crédit
57CAISSE 7 000 000
411KENCOURT 7 000 000
Opération 2

PAYEMEMT HONORAIRE
Débit Crédit Débit Crédit
60 HONORAIRE 1 510 320
56 TRESORERIE 1 510 320
Opération 3

ACHAT TITRES
Débit Crédit Débit Crédit
23TITRES 58 000 000
56 TRESORERIE 58 000 000
Opération 4

EMISSION DU D'AVRIL
Débit Crédit Débit Crédit
411KENCOURT 1 848 280 000
7021PRIME 1 822 680 000
7022ACCESSOIRES 25 600 000
Opération 5

VIREMENT FAYE
Débit Crédit Débit Crédit
56 TRESORERIE 12 600 000
411KENFAYE 12 600 000
Opération 6

REGLEMENT SINISTRES
Débit Crédit Débit Crédit
602SINISTRE 4 800 000
56 TRESORERIE 4 800 000

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 1


2 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

0pération 7

EMISSION
Débit Crédit Débit Crédit
411KENCOURT 17 188 739
7021PRIME 14 376 126
7022ACCESSOIRES 1 250 000
435TAXE 1 562 613

CESSION PRIME
Débit Crédit Débit Crédit
7021 7 188 063
408GMC 4 312 838
408CAMIS 2 875 225

COMMISSIONS
Débit Crédit Débit Crédit
408GMC 646 926
408CAMIS 431 284
75PRODUIT 1 078 209

PAIEMEMT
Débit Crédit Débit Crédit
56 TRESORERIE 17 188 739
411KENFAYE 17 188 739
0pération 8

PAIEMENT QUOTE-PART
Débit Crédit Débit Crédit
408GMC 3 665 912
408CAMIS 2 443 941
56TRESORERIE 6 109 854
Opération 9

EMISSION
Débit Crédit Débit Crédit
411KENCOURT 36 771 000
7021PRIME 35 000 000
7022ACCESSOIRES 700 000
435TAXE 1 071 000

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 2


3 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

CESSION PRIME
Débit Crédit Débit Crédit
7021 14 000 000
408NSIA 8 400 000
408AXA 5 600 000

COMMISSIONS
Débit Crédit Débit Crédit
408NSIA 588 000
408AXA 392 000
75PRODUIT 980 000

2. Les provisions techniques

a- Calculons la provision pour sinistre à payer par la méthode des cadences de règlement.

Decadence de Reglement

N sur N N+1 SUR N N+2 SUR N N+3 SURN


Cadence 30% 40% 15% 15%

Charge de sinistre
Sinistré réglé 10 640 000
survenu en 2011 2 000 000 6 666 667 4 666 667
survenu en 2010 3 120 000 7 800 000 2 340 000
survenu en 2009 2 750 000 18 333 333 2 750 000
survenu en 2008 1 520 000 10 133 333 -
survenu en 2007 1 250 000 0
Provision statistique 9 756 667
Provision comptable 10 244 500

-écritures comptables
constat de PSAP a la cloture
Débit Crédit Débit Crédit
80 10 244 500
325 10 244 500
annulation de PSAP a l'ouverture
Débit Crédit Débit Crédit
325 10 244 500
80 10 244 500

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 3


4 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

b. Expliquons et illustrons (exemple à l’appui) les autres méthodes de calcul des provisions
pour sinistre à payés.

1-La méthode dossier par dossier


Cette méthode d’évaluation des engagements de la compagnie nécessite une méthodologie de
réalisation, et un contrôle des résultats.
Elle consiste à recenser tous les dossiers de sinistres de la catégorie et à évaluer pour chacun
leur coût en frais et principal. Une récapitulation est effectuée par exercice de survenance
2-La méthode des coûts moyens
Cette méthode consiste à appliquer aux sinistres connus en nombre un coût moyen estimé à
partir des données de la compagnie.
Il convient de s’assurer de la validité des données :
 En effet le coût moyen des sinistres réglés (texte réglementaire), est généralement
interprété comme la moyenne des montant réglés au cours d’une année. Or ce n’est pas
ce qui est recherché.
 Le but du provisionnement est de tenter d’estimer les coût futurs totaux pour la
compagnie (ses engagements), et non le montant qu’elle est susceptible de payer
l’année suivante.
 En conséquence, le coût moyen à retenir est celui des dossiers définitivement réglés,
ce qui constitue bien une estimation des engagements probables de la compagnie.
 Les coûts moyens doivent être suffisamment diversifiés pour tenir compte des
différents types de risques couverts (bris de glace, matériel, …)
 Ils doivent être actualisés (variation des coûts de réparation, inflation,) pour intégrer le
fait qu’il s’agit d’estimations du passé appliquée à des charges futures probables.
NB: Le montant ainsi déterminé sera comparé avec l’évaluation selon la méthode dossier par
dossier : on retiendra l’évaluation la plus élevée.
c. Calculons les provisions pour tardifs suivant les informations ci-dessous et ensuite calculons la
charge de sinistre de l’exercice 2011

Années de Année de déclaration Cout M Tardifs


survenance 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2010 2011 2012 2013 total
2006 1253 325 172 10 - 100 000 -
2007 1750 342 0 8 3 - 300 000 -
2008 1247 320 130 20 2 2 500 000 1 068 857
2009 935 310 80 9 2 11 600 000 6 308 188
2010 751 25 61 7 1 70 550 000 38 419 888
2011 700 151 57 7 1 216 570 000 122 998 709
Tardifs 168 795 643
PSAP 9 756 667
PROV statis 178 552 310
PSAP COMPT 187 479 925

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 4


5 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

CADENCE 1ERE ANNEE CADENCE 2EME ANNEEE

325 342 320 310 25 172 0 130 80


1253 1750 1247 935 751 1253 1750 1247 935

26% 20% 26% 33% 3% 14% 0% 10% 9%


22% 8%

CADENCE 3EME ANNEEE CADENCE 4EME ANNEEE

10 8 20 3
1253 1750 1247 1750

1% 0% 2% 0,17%
1% 0,17%

-écritures comptables

constat de PSAP a la cloture annulation de PSAP a l'ouverture


Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit
80 187 479 925 325 187 479 925
325 187 479 925 80 187 479 925

Primes en milliers de francs


Mois
Annuelles Semestrielles Trimestrielles Mensuelles
janvier 1 200 960 768 614
février 3 200 2 560 2 048 1 638
mars 1 522 1 218 974 779
avril 3 400 2 720 2 176 1 741
mai 2 530 2 024 1 619 1 295
juin 4 500 3 600 2 880 2 304
juillet 1 352 1 082 865 692
août 1 242 994 795 636
septembre 2 364 1 891 1 513 1 210
octobre 1 254 1 003 803 642
novembre 1 456 1 165 932 746
décembre 1 000 800 640 512
25 020 20 017 16 013 12 809
9007,2 2496,6 855 184,32
PREC 12 543

-écritures comptables
constat de PREC a la cloture
Débit Crédit Débit Crédit
80 12 543
320 12 543

annulation de PREC a l'ouverture


Débit Crédit Débit Crédit
320 12 543
80 12 543

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 5


6 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

Prime en milliers de francs


DATES Annuelles PAR Semestrielles PAR Trimestrielles Mensuelles
janvier 1 200 24 1 50 960 12 0 0 768 6 0 0 614 2 0 0
février 3 200 24 3 400 2 560 12 0 0 2 048 6 0 0 1 638 2 0 0
mars 1 522 24 5 317 1 218 12 0 0 974 6 0 0 779 2 0 0
avril 3 400 24 7 992 2 720 12 0 0 2 176 6 0 0 1 741 2 0 0
mai 2 530 24 9 949 2 024 12 0 0 1 619 6 0 0 1 295 2 0 0
juin 4 500 24 11 2 063 3 600 12 0 0 2 880 6 0 0 2 304 2 0 0
juillet 1 352 24 13 732 1 082 12 1 90 865 6 0 0 692 2 0 0
août 1 242 24 15 776 994 12 3 249 795 6 0 0 636 2 0 0
septembre 2 364 24 17 1 675 1 891 12 5 788 1 513 6 0 0 1 210 2 0 0
octobre 1 254 24 19 993 1 003 12 7 585 803 6 1 134 642 2 0 0
novembre 1 456 24 21 1 274 1 165 12 9 874 932 6 3 466 746 2 0 0
décembre 1 000 24 23 958 800 12 11 733 640 6 5 533 512 2 1 256
25 020 11 178 20 017 3 319 16 013 1 133 12 809 256

PREC 8 048 2 390 816 184


PREC 11 438

-écritures comptables
constat de PREC a la cloture
Débit Crédit Débit Crédit
80 11 438
320 11 438

annulation de PREC a l'ouverture


Débit Crédit Débit Crédit
320 11 438
80 11 438

3. La réassurance

Calculons et passons les écritures de paiement des PMD AU échéances prévues

- Responsabilité civile général


PRIM PRO 84 000 000
PMD 67 200 000 33 600 000

SWISS RE ca 2 000 000 000


10% 6 720 000 3 360 000 Prime CEDE 120 000 000
Senre 55% 36 960 000 18 480 000
Africa RE
35% 23 520 000 11 760 000

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 6


7 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

01/01/2013
Débit Crédit Libellés Débit Crédit
4000SWISSRE 3 360 000
4000SENRE 18 480 000 -
4000AFRICA 11 760 000 -
56XXXX 33 600 000

01/07/2013
Débit Crédit Libellés Débit Crédit
4000SWISSRE 3 360 000
4000SENRE 18 480 000 -
4000AFRICA 11 760 000 -
56XXXX 33 600 000

PART
ASSUREUR PART REASSUREUR
S1 12 500 000 10 000 000 2 500 000
S2 9 900 000
2 500 000

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 7


8 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

- Compte de réassurance à 100%

COMPTE A 100% SWISS RE SENRE AFRICA RE


10% 55% 35%
DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT

Primes cédées 120 000 000 12 000 000 66 000 000 42 000 000

PMD payee 67 200000 6 720 000 36 960 000 23 520 000

Sinistres payés 2 500 000 250 000 1 375 000 875 000

TOTAL DES
MOUVEMENT 69 700 000 120 000 000 6 970 000 12 000 000 38 335 000 66 000 000 24 395 000 42 000 000
S
SOLDE 50 300 000 5 030 000 27 665 000 17 605 000
TOTAL 120 000
120 000 000 12 000 000 12 000 000 66 000 000 66 000 000 42 000 000 42 000 000
GENERAL 000

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 8


9 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

01/01/2013
Débit Crédit Libellés Débit Crédit
709XXXXXX 120 000 000
609XXX 2 500 000
40000 SWISSRE 11 750 000
40000 SENRE 64 625 000
40000 AFRICA 41 125 000

- Incendie

COMPTE A 100% SWISS RE SENRE AFRICA RE


10% 55% 35%
DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT DEBIT CREDIT

Primes cédées 510 000 000 51 000 000 280 500 000 178 500 000

Commission réçues 163 200 000 16 320 000 89 760 000 57 120 000

Sinistres payés 52 200 000 5 220 000 28 710 000 18 270 000

Constitution dépôt REC 91 200 000 9 120 000 50 160 000 31 920 000

Constitution dépôt SAP 60 750 000 6 075 000 33 412 500 21 262 500

Libération dépôt SAP 211 800 000 21 180 000 116 490 000 74 130 000

Libération dépôt REC 60 000 000 6 000 000 33 000 000 21 000 000

Intérêt brut sur liberation 8 154 000 815 400 4 484 700 2 853 900
frais generaux38 250 000

PB 57 653 100 5 765 310 31 709 205 20 178 585


TOTAL DES MOUVEMENTS
425 003 100 789 954 000 42 500 310 78 995 400 233 751 705 434 474 700 148 751 085 276 483 900
SOLDE 364 950 900 36 495 090 200 722 995 127 732 815
TOTAL GENERAL 789 954 000 789 954 000 78 995 400 78 995 400 434 474 700 434 474 700 276 483 900 276 483 900

-écritures comptable

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 9


10 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

comptes de cession en réassurance


Debit Credit Debit Credit
709XXXX 510 000 000
67XXXXXX 8 154 000
18002XXXXXX 271 800 000
18001XXXXX 151 950 000
609XXXX 52 200 000
40000SWISS 36 495 090
4000AFRICA 127 732 815
4000SENRE 200 722 995
75XXXXX 163 200 000
75XXXXX 57 653 100

Ajustement de la part des réassureurs dans les provisions techniques


PART REASS dans les PT de l'exo N
Debit Credit Debit Credit
39PREC 91 200 000
39SAP 60 750 000
80XXXX 151 950 000

ANNUL PART REASS Dans les PT de l'exo N-1


Debit Credit Debit Credit
80XXXX 271 800 000
39PREC 60 000 000
39SAP 211 800 000

- Sujet de recherche

Thème 1 : La couverture des engagements règlementés et la marge de solvabilité : Principes,


Objectifs et pratique
I. Les engagements réglementés

Les engagements réglementés dont les entreprises mentionnées à l’article 300 doivent, à toute
époque, être en mesure de justifier l'évaluation sont les suivants :
1°) les provisions techniques suffisantes pour le règlement intégral de leurs engagements vis-
à-vis des assurés ou bénéficiaires de contrats ;
2°) les postes du passif correspondant aux autres créances privilégiées ;
3°) les dépôts de garantie des agents, des assurés et des tiers, s'il y a lieu ;
4°) une provision de prévoyance en faveur des employés et agents destinée à faire face aux
engagements pris par l’entreprise envers son personnel et ses collaborateurs.

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 10


11 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

Les provisions techniques mentionnées au 1°) du présent article sont calculées, sans déduction
des réassurances cédées à des entreprises agréées ou non, dans les conditions déterminées par
les articles 334-2, 334-8, 334-9, 334-10, 334-11 à 13.
Il convient de rappeler que la marge de solvabilité, calculée suivant les dispositions des
articles 337 et suivants du code des assurances est constituée pour faire face aux événements
exceptionnels pouvant mettre en péril la situation financière des sociétés d’assurances.
Ainsi les engagements règlementés doivent répondre à un certain nombre de principes :
 Principe de congruence

Ce principe énonce que les engagements pris dans une monnaie donnée doivent être
couverts par des actifs libellés ou réalisables dans la même monnaie.
Cela a pour objet de limiter l’exposition des compagnies d’assurance aux risques de
change.
 Principe de localisation

Les engagements réglementés doivent, à toute époque, être représentés par des actifs
équivalents, placés et localisés sur le territoire de l'Etat membre sur lequel les risques ont
été souscrits. Toutefois, dans une quotité maximale de 50 % des actifs représentatifs des
engagements réglementés, les actifs placés et localisés dans d’autres Etats membres de la
CIMA sont admis.
L’objectif est de faire en sorte que la mobilisation des primes serve à l’essor économique
des pays membres de la CIMA.
 Principe de diversification

Il impose une limitation globale par catégorie de placements.


L’objet visé est de protéger la compagnie d’assurance contre les risques divers de
placements.

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 11


12 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

Ainsi les placements classés par catégories sont délimités comme suit :

Source : cours comptabilité des assurances, M. ORIFI, 2019


 Principe de dispersion

Cette règle énonce le même principe et objectif que la règle précédente.

Source : cours comptabilité des assurances, M. ORIFI, 2019

II. La marge de solvabilité

Toute compagnie d’assurance soumise au contrôle doit justifier de l'existence d'une marge de
solvabilité suffisante, relative à l’ensemble de ses activités. Il convient de rappeler que la

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 12


13 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

marge de solvabilité est constituée pour faire face aux événements exceptionnels pouvant
mettre en péril la situation financière des sociétés d’assurances.
Son calcul est effectué suivant deux (2) méthodes :

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 13


14 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 14


15 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

Thème 2 : Article 13 nouveau du code des assurance CIMA : commentaire et impact sur les résultats
des sociétés des assurances.

Article 13 Paiement de la prime


(Modifié par Décision du Conseil des Ministres du 20 avril 1995) (Modifié par Décision du
Conseil des Ministres du 04 avril 2000) (Modifié par Décision du Conseil des Ministres du 11
avril 2011)

La prime est payable au domicile de l'assureur ou de l’intermédiaire dans les conditions prévues
à l’article 541.
La prise d’effet du contrat est subordonnée au paiement de la prime par le souscripteur.

Il est interdit aux entreprises d’assurance, sous peine des sanctions prévues à l’article 312, de
souscrire un contrat d’assurance dont la prime n’est pas payée ou de renouveler un contrat
d’assurance dont la prime n’a pas été payée.

Par dérogation au principe énoncé aux alinéas précédents, un délai maximum de paiement de
soixante (60) jours à compter de la date de prise d’effet ou de renouvellement du contrat peut
être accordé au souscripteur, pour les risques dont la prime du contrat excède quatre-vingt (80)
fois le SMIG annuel du pays de localisation à l’exception des contrats des branches
automobiles, maladie et marchandises transportées.

Toutefois, le souscripteur devra signer un engagement exprès à payer la prime du contrat avant
l’expiration du délai prévu. Lorsque l’engagement express de payer la prime est matérialisé par
un effet de commerce, le terme maximum stipulé ne peut excéder le délai de 60 jours ci-dessus.
A défaut de paiement de la prime dans le délai convenu, le contrat est résilié de plein droit. La
portion de prime courue reste acquise à l’assureur, sans préjudice des éventuels frais de
poursuite et de recouvrement.

Les dispositions des alinéas 2 à 6 ne s’appliquent pas aux risques de l’État et de ses
démembrements pour lesquels des délais de paiement de primes pourraient être accordés dans
les conditions définies par la Commission Régionale de Contrôle des Assurances.

Les dispositions des alinéas 2 à 7 du présent article ne sont pas applicables aux assurances sur
la vie.

Article 13-1 Chèques et effets impayés


(Ajouté par Décision du Conseil des Ministres du 11 avril 2011)

Lorsqu’un chèque ou un effet remis en paiement de la prime revient impayé, l’assuré est mis
en demeure de régulariser le paiement dans un délai de huit (8) jours ouvrés à compter de la
réception de l’acte ou de la lettre de mise en demeure. A l’expiration de ce délai, si la
régularisation n’est pas effectuée, le contrat est résilié de plein droit.

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 15


16 40% COMPTABILITE DES ASSURANCES

La portion de prime courue reste acquise à l’assureur, sans préjudice des éventuels frais de
poursuite et de recouvrement.

Article 13-2 Coassurance


(Ajouté par Décision du Conseil des Ministres du 11 avril 2011)

Dans le cas de coassurance à quittance unique, l’apériteur doit reverser les parts de prime dues
aux autres assureurs dans un délai de quinze (15) jours à compter de la réception du paiement
de la prime ou portion de prime.
Les primes dues par l’apériteur et non reversées aux autres coassureurs produisent intérêt de
plein droit au double du taux d’escompte dans la limite du taux de l’usure à compter de
l’expiration du délai de reversement stipulé à l’alinéa précédent.

Commentaire et impact sur les compagnies d’assurances


L’article 13 du Code Cima dont l’adoption et l’entrée en vigueur avaient suscité beaucoup
d’interrogations, d’inquiétudes et de méfiance, fait, à l’heure actuelle, l’unanimité auprès des
parties prenantes (assurés, intermédiaires et assureurs).

Du côté des sociétés, la baisse tant redoutée des souscriptions n’a pas été enregistrée. Par
contre, les encaissements ont connu une hausse importante, car les assurés ont accepté de payer
au comptant leurs primes, conformément aux dispositions de l’article 13. Les intermédiaires,
qui avaient émis beaucoup de réserves sur l’applicabilité de la loi et sur la perte éventuelle de
leurs clients, ont constaté que les assurés ont accepté de payer au comptant leurs primes et que
les compagnies leur reversent leurs commissions dans les délais.

Au niveau des assurés, force est de constater qu’en dépit de quelques lenteurs dues à des raisons
indépendantes de la volonté des compagnies, les délais de règlement des sinistres ont été
raccourcis. Des sinistres anciens, qui n’avaient pu être réglés en raison des tensions de
trésorerie, ont été finalement payés. Dans l’ensemble, la Réforme a atteint une bonne partie des
objectifs fixés par ses auteurs. Les difficultés et récriminations, soulevées par les victimes,
devront faire l’objet d’attentions particulières de la part de nos membres qui, faut-il le rappeler,
ont pour raison d’être «de régler vite et bien les sinistres ». L’amélioration continue de leur
trésorerie leur permettra d’apporter des solutions idoines aux préoccupations des assurés et des
victimes.

MPCGF JOUR 2 GROUPE 5 16

Vous aimerez peut-être aussi