Vous êtes sur la page 1sur 9

GRAINES DE GUERISON 

- BOUGEZ VOTRE MONTAGNE   


ISABELLE  DERAIN

 
 

  
La foi que Dieu a est puissante pour changer les circonstances, et amener à la réalité les
choses qui n'existent pas
 
Psaumes 33 : 9
9 Car il dit, et la chose arrive; Il ordonne, et elle existe.
  
 
Marc 11 : 12-14
12 Le lendemain, après qu'ils furent sortis de Béthanie, Jésus eut faim.13
Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait
quelque chose; et, s'en étant approché, il ne trouva que des feuilles, car ce
n'était pas la saison des figues.Lire la suite
  
 
Cette histoire peut paraître étrange, mais derrière un événement banal, Jésus va enseigner une loi
spirituelle à ses disciples. Vous savez, Jésus n'était pas du genre à maudire les gens, les animaux ou
les arbres. Son but dans cette situation était d'enseigner une leçon de foi à ses disciples. Jésus va
parler au figuier et lui dire « Que personne ne mange de ton fruit ! ». La première des choses que nous
enseigne ce passage, c'est qu'il y a une puissance dans les paroles que nous prononçons, une
puissance positive ou négative. Comment cela se fait-il ? allez-vous me demander. Nous avons été
créés à l'image de Dieu, et dans les paroles que Dieu prononce, il y a une très grande puissance.

Hébreux 11 : 3
3 C'est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la
parole de Dieu, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles.
  
 
Par sa parole, Dieu a rendu visibles des choses qui ne l'étaient pas. Ce n'est pas parce que ce n'est
pas visible que cela n'existe pas.
Je vous rappelle que pour ce qui concerne la guérison, la Parole de Dieu déclare :

1 Pierre 2 : 24
24 lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que
morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures
duquel vous avez été guéris.
  
 
Quand vous êtes malade, l'apparence montre la maladie, votre corps ressent les symptômes.
Pourtant, la Parole dit que vous avez été guéri, et à ce moment précis, la guérison n'est pas encore
visible. Il y a beaucoup de choses que nous ne voyons pas, et qui pourtant existent (avez-vous déjà vu
le vent ?). Dans vos paroles, il y a une puissance qui peut amener des choses à la réalité comme la
guérison, et d'autres à la destruction, comme celle de votre maladie. C'est pour cela que vous devez
veiller à ce qui sort de votre bouche:

Proverbes 18 : 21
21 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue; Quiconque l'aime en
mangera les fruits.
  
 
Vous pouvez formuler la mort de votre maladie ou bien votre propre mort, et ce que vous allez dire
avec votre bouche, c'est ce que vous allez avoir !
Jésus a parlé au figuier et l'a maudit :

Marc 11 : 20-24
20 Le matin, en passant, les disciples virent le figuier séché jusqu'aux
racines.21 Pierre, se rappelant ce qui s'était passé, dit à Jésus : Rabbi,
regarde, le figuier que tu as maudit a séché.Lire la suite
  
 
Arrivés devant le figuier le matin, à leur grand étonnement, les disciples le voient complètement sec.
La première chose que nous devons noter dans ce passage, c'est que le figuier n'a pas séché
instantanément quand Jésus lui a parlé. Un processus de dessèchement s'est mis en route, mais il a
fallu toute la nuit avant que le figuier n'ait complètement séché. Là, Jésus va directement parler de
foi. Il va dire : « Ayez foi en Dieu ». La traduction exacte de cette phrase est : « Ayez le même type de foi
que Dieu ». La foi que Dieu a est puissante pour changer les circonstances, et amener à la réalité les
choses qui n'existent pas. Dans Rom. 4:17, l'apôtre Paul cite une parole que Dieu a adressée à
Abraham, alors que celui-ci était devenu trop vieux pour espérer avoir des enfants :
« Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations. Il est notre père (Abraham), devant celui auquel il a
cru, Dieu, qui donne la vie aux morts et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles
étaient ». Par sa parole, Dieu amène les choses à l'existence. :

Psaumes 33 : 9
9 Car il dit, et la chose arrive; Il ordonne, et elle existe.
  
 
Dans le domaine naturel, visible et humain, Abraham n'avait aucune chance d'avoir des enfants.
Pourtant, Dieu lui avait dit « Je t'ai établi père d'un grand nombre de nations… » Et parce qu'Abraham
a cru ce que Dieu lui avait dit, il l'a vu s'accomplir. Par sa Parole, Dieu a amené à l'existence Isaac, le
fils promis . La foi voit au-delà des choses visibles. C'est à ce niveau qu'il faut commencer. Vous
pourrez déclarer tout ce que vous voulez. Si vous n'avez aucune foi, vous n'aurez aucun résultat. Il y a
des personnes qui font la bonne déclaration, celle de la Parole de Dieu, la pure vérité, mais qui ne
croient pas que cela va se réaliser, et qui meurent de leur maladie. Dire la bonne chose, déclarer la
parole qui va amener la guérison dans votre corps, c'est très bien, mais cela doit être accompagné de
foi, c'est-à-dire de l'assurance de voir le résultat au-delà des apparences qui peuvent être contraires.
Juste après, Jésus compare le figuier à une montagne. Qu'est-ce que cela représente ? Toutes les
circonstances négatives incontrôlables que nous traversons dans la vie. La maladie en fait partie. La
maladie peut être comparée à une montagne, c'est-à-dire à quelque chose que vous ne pouvez pas
bouger par vos propres forces : essayez de bouger une montagne en la poussant, vous verrez qu'elle
ne bougera pas d'un centimètre. Toutes les maladies ne sont peut-être pas des montagnes que nous
ne pouvons pas bouger. Face à certaines d'entre elles, l'homme peut trouver des solutions au travers
de la médecine, mais la médecine n'a pas toutes les réponses aux maladies de l'homme, loin de là !
C'est pour cela que vous devez apprendre à mettre votre confiance en Dieu. Il y a certaines maladies
que nous pouvons comparer à des montagnes, face auxquelles les hommes n'ont aucune réponse,
mais Jésus a la réponse, ou plus exactement Il est la réponse.

I-« Si quelqu'un dit à cette montagne… »

Nous avons comparé la maladie à une montagne. Jésus, ici, dit de parler à
la maladie. Cessez de parler de votre maladie, de vos symptômes. Au
contraire, parlez à la maladie. Beaucoup de gens s'attardent à discourir
pendant des heures de leurs symptômes, et de la progression de leur
maladie, à expliquer combien ils se sentent mal. Je vous avoue qu'il est
difficile ensuite de prier pour ces personnes, car elles ont les yeux fixés sur
leur maladie, au lieu d'avoir les yeux fixés sur Jésus, et elles n'ont aucune
foi. Je vous rappelle que c'est au travers de notre foi seulement que Dieu
peut agir. Parlez à votre maladie, à vos symptômes en leur disant : « Ote-toi
de là, je te résiste, je refuse de te laisser une place dans mon corps ». Vous
allez peut-être me dire : « Je ne vois pas comment parler à une maladie ou à
mon corps ? ». Pourtant, Jésus lui-même l'a fait, lisons ensemble dans:

Luc 4 : 38-39

38 En sortant de la synagogue, il se rendit à la maison de Simon. La belle-


mère de Simon avait une violente fièvre, et ils le prièrent en sa faveur.39
S'étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l'instant
elle se leva, et les servit.

  

Dans ce passage, les choses sont très claires. Jésus a parlé, Il a menacé la
fièvre et la fièvre a quitté cette femme immédiatement. Jésus n'a pas prié, Il
n'est pas entré non plus dans de longues explications ou discours. Il a
menacé la fièvre. Après cela, la belle-mère de Pierre a servi Jésus ! Gloire à
Dieu. Le Fils de Dieu a paru pour détruire les œuvres du diable, afin que
nous puissions Le servir. Vous de même, vous pouvez parler à votre
maladie, menacer vos symptômes, non pas dans votre propre autorité, mais
dans l'autorité du Nom de Jésus qui vous appartient.

Si vous êtes né de nouveau, votre corps appartient à Dieu, il est le temple du


Saint-Esprit, il est la maison dans laquelle vous vivez. Le diable, lui, est un
voleur. Lorsqu'il se permet de faire intrusion dans votre corps, il commet
une infraction. La maladie n'a aucun droit sur les enfants de Dieu. C'est
pour cela qu'il est primordial de savoir à qui vous appartenez. Appartenez-
vous à Jésus ? Si la réponse est non, il est temps de prendre une décision,
de vous repentir en abandonnant vos péchés et de recevoir Jésus comme
votre Sauveur.

En général, un voleur ne s'annonce jamais avant d'entrer dans une maison.


Il ne demande pas la permission. Il entre par infraction, et il vole tout ce
qu'il peut emporter. Si un jour en rentrant chez vous, vous voyez un voleur,
vous n'allez certainement pas vous installer tranquillement dans votre
salon, en attendant qu'il vous ait dépouillé de vos biens. Vous n'allez pas
non plus le supplier : « Monsieur le voleur, s'il vous plaît, ne me prenez pas
mes affaires ! ». Au contraire, vous allez réagir, vous allez le chasser et
reprendre ce qu'il vous a volé. Si vous avez cette attitude face au diable et à
la maladie, si vous parlez à ces symptômes et à cette maladie, comme Jésus
a dit de le faire, vous allez voir s'accomplir votre guérison.

II-« …S'il ne doute pas en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive… »

Le doute est ce qui anéantit le travail de votre foi. Votre foi est ce qui va
produire un miracle. Si vous doutez, le miracle ne s'accomplira pas, et en
plus de cela vous risquez de vous mettre en danger. Je connais des gens qui
ont commencé avec la foi en Dieu pour recevoir la guérison, et qui
aujourd'hui sont morts, parce qu'à un moment, le doute est entré dans leur
cœur. Pour bien comprendre ce qu'est le doute, nous allons voir un exemple
typique dans la Parole de Dieu :

Cet exemple se trouve dans l'évangile de Matthieu:

Matthieu 14 : 22-32

22 Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à


passer avant lui de l'autre côté, pendant qu'il renverrait la foule.23 Quand il
l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l'écart ; et, comme le
soir était venu, il était là seul.Lire la suite

  

Dans ce passage, nous voyons un miracle en opération : Jésus et Pierre qui


marchent sur l'eau. Pour Pierre, ce miracle a pu avoir lieu à cause de cette
parole : « Si c'est toi, ordonne que j'aille vers toi sur les eaux ». Lorsque
Jésus lui a dit « Viens ! », la foi a été produite dans le cœur de Pierre. Il
voyait Jésus marcher sur l'eau, mais ne l'a pas fait lui-même avant que
Jésus ne lui dise « Viens ! ». Lorsque Pierre est sorti de la barque, il a
marché sur la Parole de Jésus.

Qu'est-ce que le doute ? Qu'est-ce qui a amené Pierre à douter ?


Il était en train de vivre un miracle en marchant sur la Parole que Jésus
avait prononcée, et cela a bien failli finir par une catastrophe. Si Jésus
n'avait pas été là pour lui prendre la main, Pierre serait mort noyé ! Pierre a
cru la Parole de Jésus, il est sorti du bateau et a commencé à marcher sur
l'eau, mais il s'est laissé distraire par les choses qu'il a vues. Le vent était
fort, les vagues énormes, et cela l'a impressionné, parce qu'il a détourné ses
yeux de Jésus pour regarder ce qui l'entourait. De ce fait, il a commencé à
douter.

C'est ce qui se passe pour certaines personnes qui commencent à croire la


Parole de Dieu pour leur guérison. Tout à coup, les symptômes crient très
fort, la peur les envahit et le doute commence à venir. Elles ne sont plus si
sûres de leur guérison, et pensent qu'elles vont mourir, même si elles font
semblant de continuer à croire à leur guérison. C'est à ce moment qu'il faut
résister au doute. Le doute vient du diable, il veut vous déstabiliser dans
votre foi, afin que vous ne receviez pas la guérison. « Résistez au diable et il
fuira loin de vous ! » Gardez les yeux sur Jésus. C'est Lui qui suscite la foi,
et la mène à la perfection.

Hébreux 12 : 2

2 ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en


vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et
s'est assis à la droite du trône de Dieu.

III-Quand le doute commence à se manifester, vous avez 2 choix :


 
 

céder au doutelui résister comme la Parole nous y invite, ce qui va amener la victoire ; ou
bien , et cela va amener la défaite. Si Pierre avait résisté au doute, s'il avait détourné ses
yeux des vagues pour regarder à Jésus, il n'aurait jamais eu peur, et n'aurait pas été
impressionné par les vagues ; elles étaient là depuis le commencement. Seulement, tant
qu'il avait les yeux fixés sur Jésus, il ne les voyait pas, elles n'avaient aucune influence sur
lui. Il aurait dû prendre position : « Je marche sur la parole de Jésus, c'est la parole qui a
produit ce miracle, j'irai jusqu'au bout sans faiblir, sans ralentir.. » Il aurait atteint son
objectif sans couler.

Cela me rappelle le témoignage d'une femme qui se tenait sur la Parole de


Dieu pour la guérison de son fils. Lors d'une réunion, le Seigneur lui avait
donné une parole spécifique. Parfois, les choses se passent de cette façon.
Nous devons obéir à ce genre de parole, c'est ce qui permet le miracle. En
aucun cas, ne marchez sur les paroles que d'autres ont reçues. C'est
toujours quelque chose de personnel. Dieu lui avait dit de donner en
offrande l'argent qui lui restait (comme Dieu demanda aussi à la veuve de
Sarepta de donner le reste de farine et d'huile qu'elle avait, afin de produire
un miracle de provision [1 Rois 17:13-15]). Ce n'était pas un moyen
d'acheter la guérison de son fils, c'était juste un test d'obéissance. Alors
qu'elle se dirigeait vers la corbeille des offrandes pour y déposer son argent,
elle a commencé à entendre tout un discours dans ses pensées. Vous savez,
quand le diable nous parle, il ne s'annonce pas, c'est quelque chose qui
vient et qui commence à tourner dans notre tête. C'est ce que cette femme
vivait. « Comment vas-tu faire si tu donnes ton argent? Tu n'auras pas de
quoi payer ton hôtel et rentrer chez toi ! » (car elle venait de très loin) « Ce
que tu fais est ridicule, ça ne te mènera nulle part… », et d'autres pensées
du même style. Mais cette femme est allée jusqu'au bout de sa foi. Au lieu
de laisser le doute entrer dans son cœur, elle s'est mise à courir, et elle a
déposé son offrande dans la corbeille. Quelques instants après, l'évangéliste
qui tenait la réunion priait pour son fils qui était très gravement malade, et
celui-ci a été entièrement guéri !

Pour en revenir à Pierre, lui de son côté, il a fait un mauvais choix. Il a cédé
au doute ; il a choisi de placer les circonstances visibles au-dessus de la
parole de Jésus. C'est ce qui a détruit sa foi. Vous voyez, si vous voulez avoir
des résultats dans le domaine de la foi, vous devez absolument placer la
Parole de Dieu comme autorité suprême face à toutes les choses que vous
voyez, ressentez, ou entendez, sinon vous risquez d'échouer. Par son
attitude, Pierre, d'une certaine manière, a dit la chose suivante : « Non, je ne
te crois plus Jésus. Ces vagues sont vraiment trop fortes, elles vont
m'engloutir. Jésus, tu as menti... » Douter est un péché. Si vous avez douté,
demandez pardon au Seigneur, et revenez sur le terrain de la foi. Il y a
toujours une possibilité de revenir. Ne pensez jamais que c'est trop tard, ou
que c'est fini.
Le doute, c'est ce qui a conduit Pierre à s'enfoncer dans la mer, c'est aussi
ce qui peut faire « sombrer » celui qui regarde les choses apparentes, plutôt
que de regarder à Jésus, et aux promesses de sa parole. J'ai connu des
personnes qui on vécu cela dans le domaine de la guérison. Elles ont
commencé « à marcher sur l'eau », pour ce qui concerne leur guérison. La
maladie commençait à reculer, puis elles se sont laissé distraire par les
symptômes qui semblaient revenir, et leur attention a été détournée de
Jésus. Après très peu de temps, tous les symptômes sont revenus, et elles
sont mortes.

Le diable est toujours derrière les apparences. Il est notre ennemi; son désir
est de nous empêcher de recevoir les bénédictions que Dieu nous a
promises. Il utilise les apparences pour nous tromper et nous faire douter. Il
tient toujours les mêmes discours en nous parlant au travers de nos
pensées : « tu vois, ça ne marche pas, finalement Dieu ne t'aime pas
vraiment… » ou bien « tu ne le méritais pas… » ou encore : « Ce n'est plus
pour nous aujourd'hui, c'était juste pour les gens de l'époque de Jésus ! ».
Pourtant, la Parole de Dieu est la vérité. Elle est immuable, c'est à dire
qu'une fois prononcée par Dieu, elle restera valable pour l'éternité.

Hébreux 13 : 8

8 Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et éternellement.

  

 
Pierre a su revenir en s'écriant : « Sauve-moi ! » Il ne s'est pas laissé couler
au fond de l'eau, en pensant : « Qu'est-ce que Jésus va penser de moi?
Maintenant c'est fini, Il ne va plus m'aimer, je n'ai plus qu'à mourir…. » ou
je ne sais quoi d'autre. Jésus est venu à son secours.
Douter peut arriver à n'importe qui. Il faut se ressaisir et revenir sur le
terrain de la foi.

Il y a aussi d'autres choses qui peuvent produire le doute. Par exemple,


certaines paroles prononcées par des personnes de notre entourage, qui
sont chargées de fausse compassion ou d'incrédulité. Lorsque Jaïrus, un
des chefs de la synagogue, vint à Jésus pour recevoir la guérison de sa
petite fille qui était mourante, il advint malheureusement une très mauvaise
nouvelle, avant que Jésus n'arrive chez Jaïrus. On lui dit :

Marc 5 : 35

35 Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des


gens qui dirent : Ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le
maître ?

  

Je suis sûre qu'à l'annonce de ces paroles, le cœur de Jaïrus a flanché.


Pourtant, il n'a rien répondu, il a attendu de savoir ce que Jésus avait à dire
à ce sujet.
Toutes les personnes de votre entourage ne sont pas nécessairement prêtes
à vous soutenir dans votre foi. J'ai vu souvent de très tristes exemples dans
ce domaine, des gens qui faisaient de mauvaises confessions : « Avec cette
maladie, il n'a aucune chance d'en sortir vivant… » et malheureusement,
cela a causé la mort de plusieurs personnes que j'ai connues
personnellement.

Face à la situation à laquelle Jaïrus avait à faire face, Jésus a su comment


se comporter :

Marc 5 : 36

36 Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la


synagogue : Ne crains pas, crois seulement.

  

Il y a des personnes qui préparent l'enterrement d'autres qui ne sont pas


encore mortes ! Je me rappelle le cas d'une sœur de notre église qui était
très gravement malade. Lorsque j'allais lui rendre visite, je l'exhortais à
demeurer ferme dans la foi en la Parole de Dieu. C'était la seule attitude
qu'elle pouvait adopter, elle n'avait aucune autre solution.
Malheureusement, les personnes de son entourage n'avaient pas de foi.
Parfois même, elle recevait la visite de groupes de personnes qui venaient «
prier pour elle ». Voici ce que ces gens trouvaient seulement à lui dire : « Ma
sœur, mets ta vie en règle, arrange tes affaires, occupe-toi de tes funérailles,
car tu vas bientôt mourir !!!… ». Et cette sœur est morte prématurément.
Cela n'avait rien à voir avec la volonté de Dieu. Vous savez, certaines
personnes, lorsqu'elles voient que quelqu'un est trop malade, prétendent, du
fait qu'elles n'ont aucune foi, que c'est la volonté de Dieu que le malade
meure. Je ne pense pas que ce soit la volonté de Dieu qu'une maman, veuve
de surcroît, meure en laissant ses enfants seuls.

Pour continuer l'histoire de la fille de Jaïrus, Jésus a poursuivi son chemin


jusqu'à sa maison. Là, il a trouvé toute une foule de personnes qui
pleuraient et poussaient de grands cris. Tout le monde s'est moqué de lui,
quand il a dit que la petite fille dormait. De même, vous risquez de trouver
des gens qui vont se moquer de vous, si vous mettez votre foi en la guérison
divine, et que vous la déclariez. Mais, ces choses-là n'ont pas ému Jésus
outre mesure. Par contre, il n'a permis à personne d'entrer dans la maison
ou dans la chambre. Seulement ceux qui s'attendaient vraiment à voir le
miracle, c'est-à-dire les parents de l'enfant, Pierre, Jacques et Jean.
De même parfois, si vous voulez voir le résultat de votre foi, vous aurez à
écarter pour un temps de votre entourage les personnes qui n'ont aucune
foi, et qui risquent même d'amener le doute dans votre cœur.

IV- « … il le verra s'accomplir »


 
 

  

Marc 10 : 27

27 Jésus les regarda, et dit : Cela est impossible aux hommes,


mais non à Dieu : car tout est possible à Dieu.

  

Mais rappelez-vous une chose : c'est possible à Dieu, donc le


problème ne vient jamais de Dieu lorsque nous n'obtenons pas de
résultat, mais de nous, car il y a un autre élément d'une très
grande importance : votre foi. C'est votre foi qui va produire la
guérison ou le miracle dont vous avez besoin. Jésus a également
dit :
Marc 9 : 23

23 Jésus lui dit : Si tu peux !. Tout est possible à celui qui croit.

  

C'est vous qui devez mettre votre foi en action, car vous êtes la
personne qui a besoin d'un miracle ou d'une intervention
surnaturelle de Dieu dans votre vie, et vous en avez besoin
maintenant !

Quand Jésus a dit « Vous le verrez s'accomplir », Il l'a prouvé par


l'exemple qu'il a donné dans cette histoire du figuier. Il a pratiqué
la vraie foi devant ses disciples, afin qu'ils comprennent comment
ces choses pouvaient se réaliser. Le figuier a été séché jusqu'aux
racines.
C'est la même chose pour la guérison. Elle nous appartient en
Christ, mais tant que vous n'étendez pas votre main ou plus
exactement votre foi, cela n'est qu'une théorie. Vous avez besoin
d'en voir la réalité, et de la voir maintenant. En mettant en
pratique la Parole de Dieu, nous avons la garantie du résultat.
Si vous parlez à votre maladie, en lui disant : « Ote-toi de mon
corps, au Nom de Jésus ! », si vous ne doutez point dans votre
cœur, mais croyez que la chose que vous avez dite arrive, vous la
verrez s'accomplir. C'est la promesse de la Parole de Dieu.

Vous aimerez peut-être aussi