Vous êtes sur la page 1sur 41

MECANIQUE DES FLUIDES

(Statique et cinématique)
Support de cours :
1ère année Génie Energétique

A.U 2020-2021
1

Chapitre I. Généralités sur la mécanique des


fluides

1. Définition d’un fluide

2. Propriétés d’un fluide

1
1. DÉFINITION D’UN FLUIDE
Un fluide
=
Milieu matériel
Déformable Peut s’écouler
continu

Liquide Gaz
• Ordre local • Désordre
• Pas de forme propre • Pas de forme propre
• Volume propre • Pas de volume propre

Ci-joint la représentation des différents états de la matière (http://phys.free.fr/etats.htm).

3 solide liquide gaz

2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

Le fluide est un milieu matériel continu :


Echelle de description d’un fluide
On définit trois échelles de description d’un fluide présenté sur la figure (2):

dV

V dV
Echelle macroscopique Echelle microscopique
Echelle mésoscopique
Fig. (2) échelle de description

le fluide étant considéré comme un milieu continu

Le choix d’ un volume élémentaire dV très petit (un cube), qui doit être plus grand
que la dimension des molécules qu’il contient.
On définit des grandeurs continues (et dérivables...) / à x, y, z?
4

2
2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

Ecoulement
=
Un fluide étant un ensemble de particules très mobiles qui se déplacent facilement
sous l’action de très faible efforts

Le fluide est susceptible de s’écouler et prend la forme de récipient qui le contient

Un milieu matériel déformable


=
Les distances entre les différents points qui constituent le milieu sont variables.

2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE (SUITE)

Différents types des fluides

Les fluides sont classés comme suit:

o Monophasiques
huile, air, eau, métaux fondus, ...

o Multiphasiques
• fumée, brouillard, essence dans carburateur,…)
• émulsions (vinaigrette, shampoing, lait, ...)
• suspensions (pâtes, boues, …)

o Complexes
• magma, plasmas, ferro-fluides
• polymères, micelles, cristaux liquides
• milieux granulaires (sable, poudres)

Remarque : Les fluides que nous étudierons sont les fluides usuels : l’air, l’eau,
les liquides et gaz usuels.
6

3
2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

Quelques exemples des fluides complexes

Sang
Liquide à bulles Lait

2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE


Masse volumique

𝑚
définie par : 𝜌 = 𝑉
𝑘𝑔 𝑚3

Liquide Gaz

• Elle dépend de la • Elle est fortement


température et indépendante dépendante de la température
de la pression •Elle est fortement dépendante
𝜌=𝑓 𝑇 de la pression
𝜌 = 𝑓 𝑇, 𝑃

4
2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

Densité
=
𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑖𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑢 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝜌

= 𝑠𝑎𝑛𝑠 𝑢𝑛𝑖𝑡é
𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑 𝑢𝑛 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝑑𝑒 𝑟é𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝜌𝑟é𝑓

Densité du liquide =Rapport de la Densité du gaz = Rapport de la


masse volumique du liquide à celle masse volumique du gaz à celle de
de l’eau à la température de l’air ( 𝑇 = 0° 𝐶 et 𝑃 = 105 𝑃𝑎)
référence (𝑑𝑙𝑖𝑞 = 𝜌 𝜌𝑒𝑎𝑢 ) (𝑑𝑔𝑎𝑧 = 𝜌 𝜌𝑎𝑖𝑟 )

2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

La compressibilité
=
C’est la capacité à changer de volume lorsqu’on exerce des forces sur le fluide.
On caractérise un fluide par son coefficient de compressibilité isotherme qui est
défini par :
1 𝜕𝑉
𝜒𝑇 =
𝑉 𝜕𝑃 𝑇

Ce coefficient présente l’aptitude du fluide à diminuer de volume V lorsque la


pression P augmente tout en maintenant la température constante.

10

5
2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

La viscosité
Paramètre qui traduit l’ensemble des phénomènes de résistance à l’écoulement.

En augmentant la viscosité la capacité du fluide à s’écouler diminue

Une perte d’énergie durant l’écoulement.

On distingue : la viscosité cinématique ν , la viscosité dynamique µ

La viscosité dynamique s’exprime en (Pa.s) (poiseuille) dans le système S.I , elle peut
être exprimée aussi dans le système CGS en Poise (1 Pa.s=1Poiseuille=10 Poise)

La pression n’a pas d’effet sur la viscosité des fluides par contre la température a un
effet significatif .

Travail demandé: Faire une recherche bibliographique sur les différentes


expériences réalisées pour la mesure de la viscosité

11

2. PROPRIÉTÉS D’UN FLUIDE

Manifestation de la viscosité :
• soit deux plaques planes et parallèles limitant une couche mince de liquide Figure(3).
• La plaque inférieure est fixe alors que la plaque supérieure est en mouvement de translation
uniforme de vitesse v.

•Les mouvements de la plaque à des vitesses données l’entrainement des différentes


couches de liquide. Une apparition des forces de résistance au déplacement entre
les différentes couches de liquide( cisaillement).
Force proportionnelle au taux de cisaillement.
dV
La viscosité dépend de la nature du liquide et sa viscosité.
 
dy

Fig.3 (mise en évidence de la viscosité

12

6
Chapitre II. Statique des fluides

1. Généralités
2. Notion de pression
3. Forces exercées sur un fluide
4. Equation fondamentale de la statique
5. Equation fondamentale de l’hydrostatique
6. Forces hydrostatiques
7. Champs de pression dans l’atmosphère
8. Principe d’Archimède

13

1. GÉNÉRALITÉS

 domaines d’application de la mécanique des fluides.

 quelques exemples dégagés de l’histoire de la science concernant la mécanique des


fluides.

1.1 définition de la statique des fluides.

La statique est la science qui étudie les conditions d’équilibre d’un fluide au repos.
elle concerne toutes les situations dont les quelles il n’y a pas de mouvement relatif
entre les particules fluides. Donc absence de contraintes dues au frottement.
Les forces mises en jeu sont:

 les forces de volume.

 les forces de surface.

14

7
2. NOTION DE PRESSION

On définit la pression qui est l’une des propriétés de base pour un fluide comme étant
la force exercée sur un fluide ou par un fluide sur une unité de surface P=F/A
Expériences réalisées pour la mise en évidence de la notion de pression:
 Expérience de Otto Von Guericke (1657)
 Deux hémisphères creux de cinquante centimètre de diamètre sont assemblés pour former
une sphère en créant un vide à l’intérieur. Il a fallu deux attelages de 15 chevaux pour
essayer de séparer les deux hémisphères

Hémisphères de Magdebourg
15

2. NOTION DE PRESSION (SUITE)

 Expérience de Torricelli (1643)


L’expérience est présentée par la figure (4).
Pour Torricelli équilibre entre le poids de la colonne de mercure et le poids de l’air au-
dessus de la surface du mercure du récipient. Quelle est la valeur de h?

Fig.4

16

8
2. NOTION DE PRESSION(SUITE)

 Expérience de Blaise Pascal (1647)

.
La fameuse expérience du Tonneau de Pascal :
(travail demandé) faire une recherche bibliographique sur cette expérience

17

2. NOTION DE PRESSION(SUITE)

Les unités de pression


Unité Abréviation Conversion en Remarques
Pa
Pascal Pa - Unité du système international
Bar Bar 1 bar = 105 Pa unité la plus utilisée dans la vie
courante
Pound per PSI 1 p.s.i. = 6 894 unité anglo-saxonne utilisée
Square Inch Pa pour les pneumatiques
Atmosphère atm 1 atm = 101 325 pression atmosphérique
Pa moyenne au niveau de la mer
Le millimètre de mmHg 1 mmHg = 1 Utilisées en médecine (mmHg)
mercure ou Torr Torr = 133 Pa ou dans les très basses pressions
(Torr)
Mètre de mCE 1 mCE = g = Utilisée par les techniciens
colonne d’eau 9810 Pa fluides et chauffagistes

18

9
2. NOTION DE PRESSION (SUITE)

Les différents types de pressions


 Pression absolue et pression relative :
• La pression absolue correspond à la pression totale en un point.(par rapport à la
pression du vide
• La pression relative est la de pression par rapport à la pression atmosphérique .
on a: Pabsolue=Patmospherique+Prelative

Exemple :
Un plongeur à 15 m de profondeur sous l’eau.
- La surpression due à l’eau : ∆P = 1,5 bar
- La pression au niveau de la mer : P0 = 1 bar
Calculer la pression absolue?

19

2. NOTION DE PRESSION (SUITE)

 Pression différentielle :
La pression différentielle est la différence de pression entre deux points
quelconques.
On utilise essentiellement cette dénomination dans le principe de fonctionnement
du tube de Pitot ou les débitmètres à pression différentielle.

• Pression artérielle :
La pression artérielle appelée aussi tension artérielle correspond à la pression du
sang dans les artères.
20

10
2. NOTION DE PRESSION (SUITE)
Appareils de mesure de la pression
On distingue deux catégories d'instruments de mesures de pression:
o Les manomètres à tubes en U:

 Comment lire la valeur de la pression avec ces deux dispositifs.

21

2. NOTION DE PRESSION (SUITE)

Exemples d’instruments de mesure de pression

Pression absolue

Manomètre pour la mesure


de la pression relative

Pression relative

Baromètre gradué en mmHg et en Baromètre de Torricelli (premier


mbar baromètre mis au point)

22

11
2. NOTION DE PRESSION (SUITE)

Exemples d’instruments de mesure de pression

Débitmètre

Tube de Pitot

23

2. NOTION DE PRESSION (SUITE)


Les échelles de pression dans l’univers ( J.M. Cornet)

24

12
3. FORCES EXERCÉES SUR UN FLUIDE

L’un des buts de la mécanique des fluides est d’étudier le mouvement des particules
matérielles par l’action des forces qui les sollicitent. Pour cela il faut donc définir
les types de forces :
 Forces externes :
 Forces surfaciques (ou forces de contact) qui sont exercées sur
chaque élément de surface dS.
 Force de Pression.
 Force de frottement visqueux (seulement si le fluide est en
mouvement).

 Forces volumiques (forces à distance) exercées sur chaque élément


de volume dV.
poids,
 forces d’inertie (référentiel non-galiléen),
 forces électriques, magnétiques …

25

3. FORCES EXERCÉES SUR UN FLUIDE (SUITE)

On est dans le cas de la statique, donc la seule force surfacique est la force de pression
 Force de pression
on considère un volume V limité par une surface S découpée en petits éléments de surface dS.
La force de pression est donnée par la relation suivante :

   
F p   dF p FP    Pn dS

n dS
𝑑𝐹𝑝 = −𝑝𝑛𝑑𝑆 dS Avec p est la pression (scalaire) et
n 𝑛 est la normale à la surface
V
S

𝐹𝑃 = − 𝑝 − 𝑝0 𝑛𝑑𝑆
on peut travailler par rapport à la pression de 𝑆
référence P0

26

13
3. FORCES EXERCÉES SUR UN FLUIDE (SUITE)
Forces volumiques
Deux forces volumiques peuvent se présenter :
• Le poids :
−ρdV(𝑎𝐞 + 𝑎𝐜)
dm. 𝑔 = ρdV. 𝑔
En intégrant, la force volumique s’écrit :

dV Fp = ρ𝑔dV
V
V • Forces d’inertie (en référentiel non galiléen) :
C’est la somme des forces d’inertie élémentaires de toutes
ρdV𝑔 les particules fluides dV
−dm (𝑎𝐞 + 𝑎𝐜) = −ρdV (𝑎𝐞 + 𝑎𝐜)
En intégrant
Fie + Fic = − ρ 𝑎𝑒 + 𝑎𝑐 dV
V

27

4. ÉQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE

 1ère méthode :
- On choisit par la pensée un élément de volume ((dV = dx. dy. dz), de forme d’un cube) du
fluide en équilibre (fig( )
Le bilan des forces s’appliquant sur cet élément de volume s’écrit :
 La force de volume qui est le poids du fluide :
 
dP  dmg  dVg
 Les forces de surface qui sont dues à la pression;
s’écrivent :

dF  dFx ex  dFy e y  dFz ez Figure 4. élement de volume dV

les forces de surface sont suivant la normale. on commence par calculer la composante suivant
l’axe (z) qui correspond à la somme des forces de pression s’exerçant sur les faces
perpendiculaires à cet axe z. Donc :
p p
dFz   p( z )  p( z  dz)dxdy dFz   dxdydz   dV
z z

28 ???

14
4. ÉQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE(SUITE)
p p
Même raisonnement pour les autres faces : dFx   dV et dFy  - dV
x y
L’expression finale
En faisant la somme des 3 composantes élémentaires
de la force de surface est :
 p p p 
dF    e x  e y  ez  dV   gradp dV
 x y z 
 
En appliquant le principe fondamental de la dynamique

dFp  dF  dVa
Puisque le volume dv est arbitraire et constant
 
g  grad p  a
 
grad p  g relation fondamentale de la
Puisque le fluide est au repos a 0 statique des fluides.

29

4. ÉQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE(SUITE)

2eme méthode: méthode intégrale: toujours en appliquant le principe fondamental de la


dynamique,
(puisque le fluide est au repos) :

 pn.dS  
S
V
g.dV  0

(formule de Green):
 pn.dS  
S
V
gradp.dV

Donc :  gradp.dV  


V
V
g.dV  0 vrai quel que soit dV


grad p  g Equation locale

relation fondamentale de la statique des fluides (relation vectorielle)


30

15
4. ÉQUATION FONDAMENTALE DE LA STATIQUE(SUITE)

 Dans le cas d’un référentiel non galiléen.


 Exemple de cas d’une cuve ou un verre dans un véhicule qui freine ou qui accélère (
horizontal) :
•Il faut ajouter la force d’inertie d’entrainement
•La force de Coriolis étant nulle dans cet exemple

𝐹𝑖𝑒 = −𝜌𝑎𝑒 𝑑𝑉 𝐹𝑖𝑐 = 0


𝑉

𝐹𝑝 + 𝐹𝑉 + 𝐹𝑖𝑒 = −𝑝. 𝑛. 𝑑𝑆 + 𝜌 𝑔 − 𝑎𝑒 𝑑𝑉
𝑆 𝑉

31

5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE


Fp
Equation fondamentale de l’Hydrostatique (ρ=𝑐𝑡𝑒)

L’équilibre entre :
- la force de pression 𝐹𝑝 = 𝑆
−𝑝. 𝑛. 𝑑𝑆 V dS
- les forces volumiques 𝐹𝑉 = 𝜌𝑔𝑑𝑉 n
𝑉
nous permet de trouver : S


grad p  g avec g   gz
En projetant cette relation sur les 3 axes.

p p p
 0,  0,   g
x y z La pression ne dépend que de
𝑝 𝑥, 𝑦, 𝑧 = 𝑝 𝑧 l’altitude z
p
 0 P(x,y)= cte
x
p
y
 0
Par intégration :
P+ ρgz=cte
p
  g
32 Equation fondamentale de
z l’hydrostatique

16
5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE(SUITE)
la loi fondamentale de l’hydrostatique étant : 𝑃 + 𝜌𝑔𝑧 = 𝑐𝑡𝑒

 Conséquences

 Les surfaces isobares (p(x,y,) = Cte) sont des surfaces perpendiculaires à g

 La pression augmente quand on se dirige dans le sens de 𝒈 (c’est le cas d’un


plongeur)

33

5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE(SUITE)

 Si on a deux liquides non miscibles au repos la surface de séparation est


horizontale..

 la surface libre d’un liquide en contact d’un gaz au repos est un plan
horizontal

34

17
5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE(SUITE)

Principe des Vases communicants

La surface libre est définie par : P  M   P0

La condition d’équilibre impose que : P0   gz  constante .

Donc, quelle que soit la forme du récipient dans lequel on met le fluide, La
surface libre d’un liquide est horizontale, .

eau

35

5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE(SUITE)

Si on a des surfaces du fond des récipients identiques (même liquide, même


hauteur), la force de pression exercée par ce liquide sur le fond des récipients est la
même. Elle est indépendante de la forme du récipient.

36

18
5. ÉQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE(SUITE)
 Dans un liquide au repos, la variation de pression se transmet intégralement en tout
point du fluide.
 La différence (𝑝𝐵 − 𝑝𝐴 ) reste constante.
Si PA varie de ∆P, alors PB varie aussi de ∆P

théorème de Pascal. ( transmission intégrale de la variation de pression.

Exemples d’application

Henri.Boch(www.book-e-book.com
37

6. FORCES HYDROSTATIQUES

 Forces hydrostatique qui s’exercent des surfaces


Cas d’une plaque plane verticale complètement immergée

On choisit un élément de surface dS de la plaque, la force de


pression élémentaire exercée par le fluide sur dS (Figure ci-
joint) s’écrit:  
dF   pndS
Par intégration, la résultante des forces :
 
F    pn dS
S
Pour trouver l’expression finale de cette résultante des forces hydrostatique s’éxérçant
sur la paroi, on remplace le champ de pression (relation fondamentale de
l’hydrostatique).
avec dS=ldz et n est la normale à cette surface.
h
h2
F    pndS     g  h  z )ldzn     gl n
On obtient : 2
S 0

h
F  g S
38 2

19
6. FORCES HYDROSTATIQUES(SUITE)

Cas d’une paroi inclinée: refaire le schéma et représenter le champs de pression

𝐹1 : la force exercée par le fluide sur la paroi

𝐹2 : la force exercée par le milieu extérieur sur la paroi.

F1    p n dS 1
Où p  p0  gh

Or,  hdS  h
S
G S avec 𝑕𝐺 est la profondeur du barycentre (centre de
gravité) de la surface S

F1   n1S ( p0  ghG ) h1  h2
hG 
   2
F2   n2 Spo F  F1  F2   ghG S n1  ghG S n2

Remarque: pour faciliter le calcul de centre de poussée, on aura besoin des notions
39 de centre de gravité (Voir le document de cours de RDM et le rappel suivant).

6. FORCES HYDROSTATIQUES(SUITE)

Rappel ( cours RDM)


Centre de gravité :
Soit une section plane d’aire S définie dans un repère orthonormé Oxy.

y Les coordonnées du centre de gravité G sont définies par :

YG G XG 
 x.dS
S
YG 
 y.dS
S

S S

O XG x
Si la section S peut être décomposée n en sous-sections simples, d’aires connues Si et
de centres de gravités connus (xGi et yGi) alors :
n n

 S .x  i Gi  S . y 
i Gi

40 XG  i 1
YG  i 1

S S

20
6. FORCES HYDROSTATIQUES(SUITE)

CENTRE DE POUSSÉE : C’EST LE POINT D’APPLICATION DE LA FORCE HYDROSTATIQUE


Ce centre de poussée (le point A) est définie par l’égalité suivante:
OA   dF
S
  OM
S
 dF
le moment de de la résultante des forces hydrostatiques par rapport à un point O quelconque
est égal à la résultante des moments élémentaires par rapport à ce même point O.

OA. F e1  e2 
 
  OM .dF e
S
e
 1

2
Soit : e3 e3

OA.F   OM .dF
S
H

 hghLdh L
H
2 H3
OA    h dh  H
0 2
2
H
g
S
H
LH 0
2
3 OA  H
2 2 3
 Le centre de poussée n’est pas confondu avec le centre de gravité, il est toujours situé en-dessous.
 Vérifier l’origine de calcul.

Remarque: pour faciliter le calcul de centre de poussée, on aura besoin des notions de moment
41 quadratiques . (Voir le document de cours de RDM et le rappel suivant).

6. FORCES HYDROSTATIQUES(SUITE)

Moments quadratiques

Moment quadratique par rapport à un axe


Pour un élément dS, de coordonnées X et Y, le moment quadratique élémentaire
par rapport à l’axe Ox est, par définition, la quantité :

dI Ox  Y².dS
y

(S) Ce qui donne pour l’ensemble de la section S :


dS
Y
I Ox   y².dS
S

De même :
O X x
I Oy   x².dSS

42

21
6. FORCES HYDROSTATIQUES(SUITE)

Moments quadratiques

Théorème de Huygens
Soit un élément dS de S dans le repère Oxy, et soit le repère Gxy qui passe par le centre de gravité
G de S et dont les axes sont parallèles à Ox et Oy.
I Ox   y².dS
y
y
avec y  YG  y'
S

Soit : I Ox   (YG ²  2.YG .y' y'²).dS


S
dS y’
G x Ce qui donne :

I Ox  YG ². dS  2.YG . y'dS   y'²dS


y
YG S S S
=S = moment
O x
statique/Gx = 0
Finalement, on obtient : I Ox  I Gx  S.YG ²

43
De même : I Oy  I Gy  S.X G ²

7. CHAMPS DE PRESSION DANS L’ATMOSPHÈRE

On considère que l’air obéit à la loi des gaz parfaits, on écrit donc, pour une mole :

𝑅𝑇 𝑅𝑇
𝑝𝑉 = 𝑅𝑇 ou bien 𝑝 = 𝑀 = ρ
𝜌 𝑀

(p: pression; V: volume molaire; M: masse molaire)


Si on fait les hypothèses suivantes :
• atmosphère isotherme T= cte avec une valeur moyenne égale à 𝑇0 = 273𝐾.
• L’accélération de la pesanteur g est constante (vrai à 1% près jusqu’à 30km d’altitude).
𝑑𝑝 𝑑𝑧 𝑧
En partant de l’équation =− 𝑝 𝑧 = 𝑝 0 𝑒𝑥𝑝 − 𝐻
fondamentale de la statique des fluides 𝑝 𝐻

𝑅𝑇0 8,314∗273
Où 𝐻 = 𝑀𝑔
= 29.10−3∗9,81 ≈ 8𝑘𝑚

44

22
7. CHAMP DE PRESSION DANS L’ATMOSPHÈRE(SUITE)

105
𝑕= ≈ 8𝑘𝑚
1,25.10

45 « Encyclopédie Larousse en ligne »

8. PRINCIPE D’ARCHIMÈDE

 L’énoncé du principe d’Archimède :


« Tout corps immergé dans un fluide au repos est soumis de la part de ce fluide a une poussée
verticale égale au poids du volume de fluide déplacé, appliquée au centre de masse de ce fluide et
opposée à la force de gravité ».Figure ci- dessous:
 Pour trouver l’expression de la force Fp, on imagine par la pensée que le volume du corps en
équilibre est remplacé par le volume du fluide qui a été déplacé et pour lequel on va calculer la
force de pression. La démonstration est faite ci-après.

Fluide FP=?
On remplace
FP Fluide
immobile immobile
par du fluide S
S V Fluide V
Corps en équilibre en
équilibre

poids
Poids

46 Représenter la répartition de pression sur le corps immergé

23
8. PRINCIPE D’ARCHIMÈDE(SUITE)
On sait que la force de pression :

Fp    pndS Fp    grad pdV


V
S

Or, l’équation fondamentale de la statique des fluides nous permet d’écrire :

gradp  fluide g Fp     fluide gdV


V

et, en supposant que g est constant sur tout le volume, la force de pression peut s’écrire:
:

Fp  g  fluide dV  fluide Vfluide g


V

F P    fluideV fluide g

47 Avec Vfluide est le volume du fluide déplacé qui est égale au volume du corps immergé dans le fluide

8. PRINCIPE D’ARCHIMÈDE(SUITE)

F P    fluideV g
•Etudier les différents cas:

un corps complètement immergé


Si le corps n’est pas en équilibre, donc : ! Corps V
S
Pcorps  F P   corps   fluide V g  0
Poids

 Le raisonnement peut être généralisé à un objet partiellement immergé, toujours avec


Vfluide déplacé qui sera égale à la partie du corps immergé dans le liquide (cas des
flotteurs)
Dans ce cas, l’équilibre est possible si : Iceberg
Pcorps  F P  0 V
F P    fluideV fluide g
Volume immergé

48 Etude de l’équilibre des bateaux

24
APPLICATION DU PRINCIPE D'ARCHIMÈDE(SUITE)

49

APPLICATION DU PRINCIPE D'ARCHIMÈDE(SUITE)

Iceberg Aérostat Montgolfière

50

25
Chapitre III. Cinématique des fluides

1. Généralités sur la cinématique des fluides


2. Description Lagrangienne et Eulérienne
3. Lignes définissant le mouvement d’un fluide
4. Equation de continuité
5. Analyse du mouvement d’un élément de volume d’un
fluide
6. Caractérisation des divers écoulements
7. Exemples d’écoulements plans

51

1. GÉNÉRALITÉS

 La cinématique des fluides est l’étude des mouvements des particules


fluides indépendamment de ce que provoque ou modifie l’écoulement.

 Dans la cinématique des fluides, on cherche à accéder à une description


de l’écoulement en termes de trajectoires, vitesses, accélérations et
évolution spatio-temporelle,

 Pour décrire un écoulement, on a deux Approches (Description) :


 La description Lagrangienne,
 La description Eulérienne.

52

26
2. DESCRIPTION LAGRANGIENNE ET EULÉRIENNE

 La description Lagrangienne consiste à suivre dans l’espace la position


d’une particule de fluide en fonction du temps.

53

2. DESCRIPTION LAGRANGIENNE ET EULÉRIENNE (SUITE)

 La description Eulérienne consiste à connaître la vitesse des particules


au cours du temps à chacun des points de l’espace fluide. C’est-à-dire, à
chaque point M, est associée une vitesse 𝑉𝑀 𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡 susceptible
d’évoluer dans le temps.

54

27
2. DESCRIPTION LAGRANGIENNE ET EULÉRIENNE (SUITE)

 Comparaison de l’approche Lagrangienne et Eulérienne


 Pour l’approche Lagrangienne :
 C’est une approche habituelle en mécanique du point, donc applicable à
une particule de fluide.
 Peu compatible avec les conditions aux limites (à des endroits fixés)

 Pour l’approche Eulérienne :


 Elle est plus appropriée à la mécanique des fluides.
 Il faut adapter la mise en équation (voir partie dérivée particulaire)

55

3. LIGNES DÉFINISSANT LE MOUVEMENT D’UN FLUIDE


RAPPEL:

LIGNES DE COURANT
 toute courbe, dont la tangente en chacun de ses points est colinéaire au vecteur vitesse à
chaque instant et localement. (description Eulérienne).
.
 l’équation différentielle d’une ligne de courant:??

TUBES DE COURANT
Est l’ensemble des lignes de courant s’appuyant sur un contour fermé.

56

28
3. LIGNES DÉFINISSANT LE MOUVEMENT D’UN FLUIDE (SUITE)

TRAJECTOIRE

 On appelle trajectoire d’une particule de fluide, est le lieu géométrique


des positions successives occupées par la particule dans le
temps.(description lagrangienne).

 La visualisation de la trajectoire peut se faire par l’injection d’une goutte


de colorant dans de l’eau dont on suit le mouvement.

Définir les équations différentielles?

57

3. LIGNES DÉFINISSANT LE MOUVEMENT D’UN FLUIDE (SUITE)

LIGNES D’ÉMISSION

 La ligne d’émission est l’ensemble des particules coïncidant à un instant


antérieur avec le point fixe E.

 Pour la visualisation des lignes d’émission, on peut injecter un colorant de


manière continue au point E. Les courbes colorées correspondent aux lignes
d’émission.
58

29
4. ÉQUATION DE CONTINUITÉ

Notion de dérivation:
 Soit une variable 𝜌, la dérivée particulaire de cette variable est donnée
par la relation suivante :

𝐷ρ 𝜕ρ
= + 𝑉 ∙ 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝜌
𝐷𝑡 𝜕𝑡

dérivée locale dérivé convective

 Il faut bien distinguer : la notion de la dérivation dans l’approche


lagrangienne de celle d’Euler

59

4. ÉQUATION DE CONTINUITÉ (SUITE)

Soit un système constitué d'un volume matériel ⱴ limité par une surface A n'échangeant pas de
matière avec le milieu extérieur. la masse M contenue dans ce volume est :

M    d
V

dM
La conservation de la matière s'écrit :  0
dt
Si on applique le théorème d     
   d    d   V .n dA  0
de transport on obtient dt V  V t A

En transformant les intégrales en intégrales de volume et en utilisant le théorème de l’intégrale


nulle, on peut passer à la forme locale de l’équation.

 div(v)  0 Equation de continuité (forme locale)
t  
 div( V )   q vi
t i
60 S’il y a un terme source on aura:

30
4. ÉQUATION DE CONTINUITÉ(SUITE)

 Cas particuliers :

 
 Ecoulements permanents ou stationnaires .( V )   qvi
i
 
 Ecoulement d'un fluide incompressible .V   qvi
i 
 Ecoulement conservatifs: ( ni puits 0   qvi .V  0
i
ni source)

61

5. ANALYSE DU MOUVEMENT D’UN ÉLÉMENT DE VOLUME DE


FLUIDE
TENSEUR DE DÉFORMATION
Au sein de l'écoulement, chaque particule fluide subit des changements de position,
d'orientation et de forme. On considère deux point voisins Met M’ qui appartiennent à la
même particule fluide
  
V M   V M  dV Accroissement de la vitesse

La démonstration est faite au tableau

en faisant un développement de premier ordre de trois composantes du vecteur vitesse, on obtient :



 U U U
 U U U   U U U 
U '  U  dx  dy     
x y z
dz
     x
U  U y z  dx   x y z 
      V  V 
 V V   G 
V V

V V V V    V     dy 
V '  V 
x
dx 
y
dy 
z
dz
W   W   x y z    x y z 
      W  W 
 W W  dz  
W W

W W W  x  x 
 W  ' W

  x
dx 
y
dy 
z
dz
 y z   y z 
V ( r  dr ) V ( r ) 


 G dr
G est le tenseur de taux
   de déformation
VM   VM  gradVM .MM 
62

31
5. ANALYSE DU MOUVEMENT D’UN ÉLÉMENT DE VOLUME DE
FLUIDE(SUITE)
TENSEUR DE DÉFORMATION
Termes diagonaux Termes hors diagonaux
 U   U  U U   U U
 00  U '  U  x dx 0  U '  U  dx  dz
 x    y z   x z
 V   V  V V   V V
0 0   V '  V  dy  0   V '  V  dy  dz
 y
 y    x z   y z
 W   W  W W  
 00 
z 
W '  W 
z
dz
 0  W '  W  W dx  W dy
 
 x y   x y

A faire la démonstration
Bilan :
Termes hors diagonaux→ déformation angulaire pure ou rotation pure
Termes diagonaux →élongation(ou contraction) pure.
      
De telle sorte que : V (r  dr )  V (r )  dV  V (r )  Gdr 
Avec G le tenseur qu’on peut décomposer en deux partie: ( symétrique ( déformation angulaire pure )et
antisymétrique (rotation pure). Retrouver l’expression finale.

63

6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS

ECOULEMENT PERMANENT
 lorsque le champ de vecteurs vitesse est statique (c.à.d., il ne varie pas au
cours du temps).

 Conséquences:

Lignes de courants= lignes d'émission = trajectoires

64

32
6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

ECOULEMENT IRROTATIONNEL: POTENTIEL DE VITESSES

On dit que l'écoulement est irrotationnel lorsque les particules fluides ne


subissent pas de rotations pures: Autrement dit le vecteur tourbillon est nul.
1/2𝑟𝑜𝑡𝑉 = 0
On peut écrire qu’il existe une fonction scalaire 
tel que: 
1 
rot  ( grad )  0 
2  
Avec un scalaire vérifiant V  gra d

 est appelée: potentiel des vitesses


Il est alors possible d'exprimer les composantes du vecteur vitesse à partir du
potentiel des vitesses.
    
V  gra d Vx  ;V y  ;V z 
65 x y z

6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

Propriétés du potentiel des vitesses:

Lorsqu'un écoulement est plan, l'équation définit, dans le plan de l'écoulement,


une courbe appelé "équipotentielle"

 ( x, y, z )  cte d  0
Or
   
d  dx  dy dx  dy  0
x y x y

Et comme le long d’une équipotentielled  0 Vx dx  V y dy  0

dy V
 x
dx Vy
66

33
6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

Si on suppose en outre que le fluide est incompressible, on doit vérifier :

 Vx Vy Vz


div(V )  0    0
x y z

Ce qui conduit à la relation:

  2  2  2
div (V )  0  2  2  2  0    0 (equationdeLaplace)
x y z

Donc  est une fonction harmonique

67

6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

 Fonction de courant :

Si l'écoulement d'un fluide incompressible


 est conservatif, alors l'équation
de continuité s'écrit: div (V )  0 
Or d'un point de vue mathématique, la relation div ( rot A)  0 A est toujours vraie.
 
On est alors en droit de définir un vecteur A tel que: V  rotA
 Az Ay
VX  
 y z
 Ax Az
V  rot . A  V y  
 z x
 Ay Ax
Vz  x  y

On suppose que l’écoulement est plan. La vitesse est en tout point définie au moyen de la seule
grandeur scalaire A ( x, y)
z   Az ( x, y )   ( x, y )
On peut alors poser dans le plan (e x , e y ) :
68 fonction de courant

34
6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)


VX 
y
constitue ce qu'on appellera le champ de vitesse.

Vy  
x
 Propriétés de la fonction de courant:  
d  dx  dy  0
Sur cette courbe on doit vérifier que : 
 x y

V y Vx

Montrer que la fonction de


courant est aussi une fonction
harmonique

69

6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)


Quelle est la condition vérifiée par les deux fonctions 𝜑 et Ѱ?.
Faire la démonstration

 En tout point M(x,y) du plan de l’écoulement, la ligne de courant et


l’équipotentielle sont orthogonales.

70

35
6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

 Relation débits et lignes de courant :

 le débit massique de fluide est donnée par :



qm   V .n dS
S

 Pour un écoulement permanent, on sait que le tube de courant n'évolue pas au


cours du temps. le débit massique est conservé.

Tube de courant
71

6. CARACTÉRISATION DES DIVERS ÉCOULEMENTS(SUITE)

Le débit volumique entre deux lignes de courant infiniment voisines est :

B B
q v   dqv   d  B  A
A A

72

36
7. EXEMPLES D’ÉCOULEMENTS PLANS
 
  v
 Ecoulement uniforme y x
   
V  vi 
x

y
 0

Par intégration et en utilisant les conditions aux limites on


obtient:
•L’équation des lignes de courants est :

(x, y)  cte y  cte

(les lignes de courant sont des droites


horizontales)

•L’équation des équipotentielles est :


 ( x, y )  cte x  cte
(les équipotentielles sont des droites verticales)

73

7. EXEMPLES D’ÉCOULEMENTS PLANS (SUITE)

 Ecoulement généré par une source :

Un écoulement radial peut être engendré soit à la sortie d’une source soit à la sortie
d’un puits. En utilisant les coordonnées polaires (r, θ) :
𝑞
𝑢 = 𝑉𝑟 𝑐𝑜𝑠𝜃 = 𝑐𝑜𝑠𝜃
2𝜋𝑟
𝑞
𝑣 = 𝑉𝑟 𝑠𝑖𝑛𝜃 = 𝑠𝑖𝑛𝜃
2𝜋𝑟
𝑞
Où : 𝑞 = 𝑉𝑟 (2𝜋𝑟): débit unitaire ; 2𝜋 = 𝑐𝑠𝑡

Les lignes de courants (ψ ) et les équipotentielles


(φ) sont présentées dans la figure suivante :

74

37
7. EXEMPLES D’ÉCOULEMENTS PLANS (SUITE)

 Ecoulement avec circulation :


Pour un écoulement avec circulation, on a vortex
irrotanionnel. Le réseau des lignes φ et ψ est obtenu
à partir des valeurs de φ et ψ données par un
écoulement radial.

  K
𝜓 = 𝐾𝐿𝑛𝑟
Où : 𝐾 = −𝑉𝜃 𝑟 : représente la répartition de
vitesse.
Les lignes de courant ψ sont des cercles
concentriques et les équipotentielles φ suivent la
direction des rayons de ces cercles.

75

7. EXEMPLES D’ÉCOULEMENTS PLANS (SUITE)

 Doublet et dipôle (Superposition d’une source et d’un


puit) ( analogie avec l’electrostatique)

En utilisant le théorème de superposition, on calcule la fonction de courant et le potentiel


de vitesse

76

38
7. EXEMPLES D’ÉCOULEMENTS PLANS (SUITE)
Avec les conditions de Cauchy-Riemann :
𝜕𝜑 𝑞 𝑟 𝑞 𝑥 𝜕𝜓
=𝑢= 𝑐𝑜𝑠𝜃 = ( )=
𝜕𝑥 2𝜋𝑟 𝑟 2𝜋 𝑥 2 + 𝑦 2 𝜕𝑦

𝜕𝜑 𝑞 𝑟 𝑞 𝑦 𝜕𝜓
=𝑣= 𝑠𝑖𝑛𝜃 = =−
𝜕𝑦 2𝜋𝑟 𝑟 2𝜋 𝑥 2 + 𝑦 2 𝜕𝑥

En intégrant :
𝑞 1 𝑞
φ= 𝐿𝑛 𝑥 2 + 𝑦2 = 𝐿𝑛𝑟 = 𝐶𝐿𝑛𝑟
2𝜋 2 2𝜋

𝑞 𝑦 𝑞
𝜓= 𝑡𝑔−1 = 𝜃 = 𝐶𝜃
2𝜋 𝑥 2𝜋
Les lignes de courant ψ sont les rayons θ = cte, issus de la source et les lignes
équipotentielles φ sont les cercles r = cte.
Les puits sont considérés comme des sources négatives, donc, pour un puits. φ
et ψ sont de signes opposés par rapport à ceux d’une source.
77

78

39
79

80

40
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Mohamed Maalej : « Cours de Mécanique des fluides ». 1994. Faculté des Sciences de Tunis
2. . R COMOLET: « Mécanique expérimentale des fluides - Statique et dynamique des
fluides non visqueux », Masson.
3. J.Sghaier. : « Cours Mécanique des fluides. » EN1. ENIM. 2011
4. Stéphane CHAUSSEDENT: « Cours de mécanique des fluides, » Université d’Angers.
5. J.M.Pierre Cornet : « cours de statique ». Agrosup -Dijon
6. Sébastien CANDEL: « Mécanique des fluides » Dunod Paris.
7. Chantal Meuris : « Cours de Mécanique des fluides ». CEA- Saclay.
8. Sabine ortize-Clerc : « Cours Mécanique des fluides. » 2007 .ENSTA France
9. Jean-François SINI: « Cours Mécanique des fluides ». 2008 .centrale Nantes
10. Patrick CHASSAING: « Mécanique des fluides - Éléments d’un premier parcours, »
Collection Polytech.

81

41

Vous aimerez peut-être aussi