Vous êtes sur la page 1sur 38

ETUDES TECHNIQUES POUR L’AMENAGEMENT DES BAS-

FONDS DANS LA ZONE DU MANDE.


Djiguidala et Niame, dans la commune rurale de Bancoumana

RAPPORT SOCIO-ECONOMIQUE

1
Décembre 2017

SIGLES ET ABBREVIATIONS

BTP Bâtiment Travaux Public


CAMIDE Centre d’Appui la Microfinance et au Développement
CSCOM  Centre de Santé Communautaire
CS Réf  Centre de Santé de Référence
OHVN Office de la Haute Vallée du Niger
PDESC  Programme de Développement Economique Social et Culturel
RGPH  Recensement Général de la Population et de l’Habitat
UPA  Unité de Production Agricole

2
Table des matières
I. CONTEXTE ET DE LA JUSTIFICATION DE L’ETUDE....................................6
II. METHODOLOGIE...............................................................................................6
III. GENERALITES SUR LA ZONE D’ETUDES....................................................7
 3.1. PRESENTATION DE LA COMMUNE DE BANCOUMANA.....................7
3.1.1. Historique..................................................................................................................7
3.1.2. Situation Géographique............................................................................................7
3.1.3 Population..................................................................................................................8
3.1.4 La Pluviométrie.....................................................................................................8
3.1.5 Hydrographie........................................................................................................8
3.1.6 Activités socio-économiques et culturelles...........................................................9
3.1.7 Description des systèmes de production.............................................................10
3.1.7.1. Les systèmes de production de la zone................................................................10
3.1.7.2. Les systèmes de culture.......................................................................................10
3.1.7.3. Production céréalière...........................................................................................12
3.2. PRESENTATATION DU VILLAGE DE DJIGUIDALA....................................14
3.2.1. Historique et localisation........................................................................................14
3.2.2 Caractéristiques sociodémographiques....................................................................14
3.2.3. Organisation communautaire..................................................................................16
3.2.3.1 Aspects fonciers....................................................................................................16
3.2.3.2 Infrastructures et équipements..............................................................................17
3.2.3.3. Moyen de transport..............................................................................................17
3.2.3.4 Potentialité hydraulique........................................................................................17
3.2.4. Activités économiques............................................................................................18
3.2.4.1 Agriculture............................................................................................................18
3.2.4.2 La Production animale..........................................................................................19
3.2.4.3. Pèche....................................................................................................................19
3.2.4.4. Production forestière............................................................................................19
3.2.4.5. Marchés fréquentés..............................................................................................19
3.2.4.6 Contribution des bénéficiaires..............................................................................19
3.2.4.7. Disponibilité des matériaux.................................................................................20
3.2.4.8. L’entretien des aménagements.............................................................................20

3
3.2.4.9 L’équité dans la distribution des terres aménagées...............................................20
3.2.4.10 Les atouts et contraintes......................................................................................20
3.2.4.11 Impact social et économique de l’aménagement................................................21
3.3. PRESENTATION DU VILLAGE DE NIAME........................................................22
3.3.1. Profil historique......................................................................................................22
3.3.2. Caractéristiques sociodémographiques...................................................................22
3.3.3. Organisation communautaire..................................................................................24
3.3.4. Aspects fonciers......................................................................................................25
3.3.5. Infrastructures et équipements................................................................................25
3.3.6 Moyen de transport..................................................................................................25
3.3.7 Potentialité hydraulique...........................................................................................25
3.3.8. Activités économiques............................................................................................26
3.3.8.1. La production agricole.........................................................................................26
3.3.8.2. La Production animale.........................................................................................27
3.3.8.3. Marchés fréquentés.............................................................................................27
3.3.9. Contribution des bénéficiaires................................................................................27
3.3.10. Disponibilité des matériaux..................................................................................28
3.3.11 L’entretien des aménagements...............................................................................28
3.3.12 L’équité dans la distribution des terres aménagées................................................28
3.3.13 Engagement OHVN et la Mairie............................................................................28
3.3.14 Impact social et économique de l’aménagement...................................................28
4. DONNEE DE LA MISE EN VALEUR.............................................................29
4.2.1 Recettes avant l’aménagement.................................................................................31
4.2.2 Recettes nettes prévisionnelles après aménagement................................................32
4.2.3. Investissements.......................................................................................................32
4.2.4 Calcul du taux de Rentabilité Interne (TRI (%).......................................................32
Conclusion........................................................................................................................33

4
Liste des tableaux
Tableau N° 1 : évolution de la production céréalière au cours des cinq dernières
années à Bancoumana...................................................................................................12
Tableau N° 2 : Le type de culture et leur importance en termes d’occupation de
l’espace.........................................................................................................................15
Tableau N° 3: Effectif des élèves.................................................................................16
Tableau N° 4: Infrastructures........................................................................................17
Tableau N° 5: Les superficies, les rendements et le prix et le nombre d’UPA dans le
secteur de Base de Djiguidala et Niamé.......................................................................18
Tableau N° 6 : Nombre d’animaux à Djiguidala en 2016............................................19
Tableau N° 7: Marchés fréquentés................................................................................19
Tableau N° 8 : Disponibilité des matériaux dans le village..........................................20
Tableau N° 9 : Population de Niamé............................................................................22
Tableau N° 10: Effectif des élèves...............................................................................24
Tableau N° 11 : Situation des organisations paysannes...............................................24
Tableau N° 12: Infrastructures......................................................................................25
Tableau N° 13: Nombre d’animaux à Niamé en 2017..................................................27
Tableau N° 14 : Marchés fréquentés.............................................................................27
Tableau N° 15: Disponibilité des matériaux dans le village.........................................28
Tableau N° 16: Superficies et revenus par culture avant le projet …………………. 29
Tableau N°17: Superficies par culture et par saison …………………………….….30
Tableau N°18 : Charges exploitation. ……………………………………………….31
Tableau N°19 : Production et valeurs ………………………………………………31
Tableau N°20 : Production et valeurs ………………………………………………31
Tableau N°21 : Charges d’exploitation .……………………………………………32
Tableau N°22 : Recettes avant aménagement ………………………………………32
Tableau N°23 : Recettes nettes prévisionnelles après l’aménagement .……………32
Tableau N°24 : superficies, rendements, productions et les prix des principales
cultures ……………………………….……………………………………………33
Tableau N°25 : Taux de rentabilité Interne …………………………………………33
Tableau N°26 : Test de sensibilité sur le coût de l’aménagement et les recettes..…34

5
I. CONTEXTE ET DE LA JUSTIFICATION DE L’ETUDE

II. METHODOLOGIE 

La démarche méthodologique adoptée pour la réalisation de cette étude socioéconomique a


porté sur :
 La phase préparatoire

 Au cours de cette étape, le consultant a rencontré le bureau d’étude pour avoir la même
compréhension des termes de références pour mieux orienter l’étude, et partager tout autre
document pouvant permettre le bon déroulement de l’étude.
 Des rencontres ont eu lieu sur le terrain avec les autorités administratives et politiques. En
effet la mission a rencontré le maire et secrétaire général de la commune rurale de
Bancoumana, le chef secteur de l’OHVN et les notabilités. Ainsi sous l’impulsion du chef
secteur OHVN, l’agent du secteur de Base de Djiguidala et de Niamey a été associé à l’étude
pour mieux comprendre. Au cours de cette phase nous avons procédé à la collecte des
données secondaires auprès des services techniques locaux de l’administration (Mairie,
secteur OHVN, élevage, santé, éducation, etc.)

 Enquêtes
L’enquête a porté sur un échantillon 20 producteurs par village, choisit au hasard suivant la
base de données de l’agent de l’OHNV.
 L’entretien individuel et en focus groupe avec comme objectif d’avoir l’avis des différents
groupes socioprofessionnels notamment celui des femmes et des jeunes et de confronter ces
différents avis;
 L’entretien informel à travers des échanges informels visait également à compléter les
informations reçues ;
 L’exploitation des questionnaires ou des données secondaires collectées sur le terrain ;
 Le traitement, l’analyse et la synthèse des données ayant permis d’aboutir au présent rapport

 Outils utilisés et hypothèse de calculs

Pour les enquêtes, les questionnaires ont été utilisés pour collecter des informations auprès
des exploitations et sur le village.
Quant aux services techniques, nous avons fait recours à un guide d’entretien et des
interviews individuels.
Pour traiter les informations, les logiciels, SPSS et Excel ont été utilisés.

6
III. GENERALITES SUR LA ZONE D’ETUDES

3.1. PRESENTATION DE LA COMMUNE DE BANCOUMANA

3.1.1. Historique
La Commune rurale de Bancoumana a été créée par la loi N° 096-059 du 04/04/1996
portant création des communes au Mali. Elle est le fruit de l'union de trois pôles de
développement économique :
 le Sendougou prenant en compte spécifiquement le village de Bancoumana
 le Finadougou composé majoritaire des zones de Kéniéroba
 le Balaouléna et Kanibaoulena, constitués autour de Djiguidala.
La commune regroupe 14 villages que sont : Bancoumana, (chef-lieu de commune),
Djiguidala, Gonsolo, Kéniéroba, Kollé, Madina. Missira, Nankilabougou, Niaganabougou,
Niamé, Ouoronina, Samako, Tema et Ticko,
De sa date de création à aujourd’hui, la commune a connu quatre conseils communaux,
composés de 17 membres. Le premier conseil communal a été dirigé par M. Adama
CAMARA comme maire. Le deuxième par M. Issa TRAORE et le troisième par M. Adama
CAMARA de retour aux affaires.
L'équipe actuelle du conseil communal, est toujours composée de 17 conseillers dirigée par
Bakary Magada CAMARA comme maire.
L’agriculture et l’élevage constituent les principales activités des populations. Les cultures
principales étaient le tabac et le riz, les autres cultures sèches (Maïs, mil, sorgho, fonio, etc.)
et le maraîchage (Tomate, Oignon, Aubergine etc).

3.1.2. Situation Géographique


La commune rurale de Bancoumana situé au cœur du Mandé, est limitée :
 Au Nord par la commune rurale de Siby.
 Au Nord-Ouest par la commune rurale de Narena
 A l'Est par la commune rurale du Mandé
 Au Sud et au Sud-Ouest par la commune rurale de Minindian
 A l'Ouest et au Sud-Ouest par la commune rurale de Karan
 Au Sud-Est par les communes rurales de Niagadina et Kourouba (situées toutes
sur la rive droite du fleuve Niger).

7
3.1.3 Population
La commune rurale de Bancoumana a une population de 29 000 habitants avec une densité de
52 habitants au km2. La population est à majorité composée de malinké. L’activité principale
qui occupe l’essentielle de la population est l’agriculture, cependant on y rencontre des
éleveurs et des pêcheurs. La population est jeune à l’instar de toutes les communes du Mali et
l’exode rural saisonnier est très rependu. Les femmes constituent une couche très importante
et sont au centre des activités économiques.
Avec le mouvement des populations, la commune est composée de plusieurs autres ethnies.
Des peulhs venus faire le berger et les Bambaras pour le petit commerce des produits
agricoles.
Les ethnies représentées dans la commune sont :
 Malinkés (90 %),
 Peulh (3 %),
 Bambara (3 %),
 Sarakolés (2 %),
 Bozos (1 %)
 Autres (1 %).
Le Malinké est la langue principale de communication de la zone.

3.1.4 La Pluviométrie
La commune de Bancoumana se situant dans la zone soudanienne, est comprise entre l’isoète
800 à 1000 mm d’eaux par an.
La situation pluviométrique en 2016, a été caractérisée par un déficit pluviométrique de mai à
juin, la situation a été normale de mi-juillet à fin août et des poches de sécheresses ont apparu
à partir du mois de septembre. Le cumul de pluies du 1 er Mai au 30 Septembre 2016 est
inférieur à celui de l’année dernière à la même période au niveau de la station de
Bancoumana. Cependant il est supérieur à la moyenne interannuelle (Normale cumulée).
La commune connait un problème très important par rapport au déficit de pluies. La zone
atteint rarement les 1000 mms d’eau et la répartition dans le temps est souvent mauvaise, ce
qui est à la base des pertes en eau dans la commune.

3.1.5 Hydrographie
Les fleuves : La commune de Bancoumana est dominée par les eaux de surface. Elle
est arrosée par le fleuve Niger (26 km) et de nombreux petits cours d’eaux. Ces cours

8
d’eaux sont temporaires et ne permettre pas de réaliser des activités agricoles de contre
saison. Il est alors important de mettre en œuvre des mécanismes pour la maitrise de
l’eau de surface.
Les mares : il existe plusieurs mares dans la commune qui sont très importantes pour leur
exploitation agricole, piscicole et pastorale.
La commune de Bancoumana compte 43 forages, 24 puits grand diamètre et 2 puits citernes.
Le village de Bancoumana est alimenté par un système d’adduction d’eau potable et dispose
de plusieurs bornes fontaines.
3.1.6 Activités socio-économiques et culturelles.
La commune de Bancoumana est une zone d’agriculture par excellence. Elle est sous
l’encadrement de l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN) depuis plus de cinquante ans.
Elle était réputée par sa production de tabac, remplacé aujourd’hui pour la culture de coton.
La zone est propice également à la riziculture avec de nombreuse plaine le long du fleuve
Niger. Le maraichage est beaucoup pratiqué et permet d’améliorer le revenu des producteurs
et de maintenir les populations durant les périodes de contre saison sur place.
La production de fruits est très importante, on y trouve de la mangue, de l’anacarde, de la noix
de Karité, du néré et bien d’autres.
L’élevage et la pêche sont également pratiqués.
Le petit commerce est très rependu. Les gros villages de la commune ont leur jour de marché
et sont fréquentés autant par les autochtones que par des commerçants venant de partout à
travers le Mali pour l’achat de produits agricoles.
A en croire le responsable de la caisse d’épargne de la commune, Bancoumana regorge une
quantité importante d’argent en liquide. La caisse peut atteindre souvent un chiffre d’affaire
de plus de Cinq cent millions (500 000 000) de FCFA par an. Les actions à ce niveau tournent
autour de l’appui à l’achat des intrants (engrais et semences) avec un taux de crédit à 22%.
L’artisanat est moins florissant et reste très en retard dans la commune.
Le tourisme, malgré, des potentialités énormes, il reste très peu développé. L’éco-tourisme
pourrait être une source de revenu très important et partant un moyen de développement de la
commune. Une station touristique a été créé avec l’appui des partenaires étrangers. On y
pratique la canoë cayake et vélo
Les disponibilités céréalières sont moyennes à importantes sur les marchés. Le prix des
céréales reste globalement stable sur tous les marchés par rapport au mois précèdent.
Comparé à l’année dernière à la même période, le prix moyen (350FCFA) de la principale
céréale de consommation, le riz est resté stable à Bancoumana.
9
L’offre de bovins est en baisse par rapport au mois dernier, celle des petits ruminants
(moutons et chèvres) est en hausse.
Les prix des animaux sont jugés bons pour l’éleveur dans toutes les localités. Par rapport à
l’année dernière à la même période, le prix de la chèvre est en baisse de -5% à Bancoumana.
Les activités culturelles ont tendance à disparaitre dans la commune, les manifestations
culturelles sont très rares. La maison des jeunes de Bancoumana est en ruine et mérite d’être
rénover. Il n’existe pas de centre de loisir dans la commune.
La commune dispose des potentialités minières. En effet, plusieurs sites de production de
sable pour la construction sont dans la zone. Il existe également des zones d’orpaillage
traditionnel qui doivent être mieux encadrées.
La commune dispose d’une centrale hybride pour l’électrification des ménages qui alimente la
ville de 16h00 à 00H00 tous les jours.

3.1.7 Description des systèmes de production

3.1.7.1. Les systèmes de production de la zone


Les activités qui occupent la majorité de la population dans la commune sont l’agriculture,
l’élevage, la pêche et autres activités extra agricoles. Elles sont essentielles pour la
satisfaction des besoins monétaires et sociaux de la population. Ces activités ne sont pas
cloisonnées et sont plutôt les éléments d’un processus dynamique pouvant entraîner des
relations de complémentarité ou de compétition dans l’utilisation des ressources : eau, terre et
main- d’œuvre. Le système de production principal est l’agriculture associée au pastoralisme.
Les pasteurs sont en nombre insuffisant et ont tous adopté l’agriculture comme partie
intégrante de leur système de production. La culture attelée joue un rôle très important et
permet aux agriculteurs d’emblaver les superficies à temps.
L’analyse de ce système est consacrée à la description et au fonctionnement des sous-
systèmes de cultures, d’élevage, de pêche et des activités extra agricoles réalisées dans la
commune. Elle traite aussi les contraintes liées à leur performance et à leur développement.

3.1.7.2. Les systèmes de culture


La commune rurale de Bancoumana est traversé par le fleuve Niger, cette partie inondée reste
propice à la culture du riz. La zone située du côté de Siby aux abords du mont manding est le
lieu de production de maïs et du Mil/sorgho. La commune fait l’objet d’encadrement par
l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN), qui jadis avait fait le bonheur des populations
dans la culture du tabac. Le système coton a pris la place du tabac, cependant l’agriculture
10
dans la zone est toujours confrontée à des problèmes réels. Le système coton est une
association du coton avec des céréales sèches (maïs, mil/sorgho) qui bénéficient de l’arrière
effet des intrants utilisés dans la culture du coton.
La culture du Tabac et du riz ont longtemps dominé la production agricole de la commune. De
nos jours, le maïs et mil ont pris le dessus. Les populations font du mil et du sorgho en culture
pure et en association avec le niébé. La rotation des cultures est beaucoup pratiquée. A la suite
des champs de maïs, les producteurs font des pastèques ou de l’oignon.
Depuis plus d’une décennie on a assisté à une dégradation du régime pluviométrique, d’une
part, et à la régression de la crue des fleuves, d’autre part. Le riz irrigué, en submersion
contrôlée, dans les plaines aménagées est en perte de vitesse par rapport aux cultures sèches,
surtout le maïs. Dans tous les villages, les associations de cultures les plus courantes sont :
Maïs/niébé, mil/niébé, sorgho/niébé. L’arachide et le dah sont surtout pratiqués par les
femmes.
Pour le maïs, le mil et le sorgho en culture pure ou en association avec le niébé et/ou l’oseille,
l’itinéraire suivant est pratiqué :
- Transport du fumier sur les champs. Dans certains cas, le champ a fait plutôt
l’objet d’un parcage d’animaux. On procède préalablement au transport du fumier, au
défrichage et au nettoyage lorsqu’il s’agit d’un champ nouvellement mis en culture ;
- Labour du champ ;
- Semis (en ligne après premières pluies);
- 1er sarclage (environ 15 à 20 jours après semis). Pendant cette période on procède
au démariage du mil et / ou du sorgho à 3-4 plants par poquet. Le semis du niébé
et/ou l’oseille suit immédiatement ;
- 2ème sarclage manuel. Il n’y a pas de 3 ème sarclage, sauf en cas d’enherbement
excessif ;
- Surveillance des champs contre les animaux, oiseaux ;
- Récolte à maturité.

Pour le riz :
- Labour de début de cycle suivi d’un hersage;
- Semis à la volée du riz suivi d’un recouvrement ;
- Désherbage à sec (manuel) ;
- Désherbage dans l’eau ;
- Récolte manuelle ;
11
- Mise en meules ;
- Battage suivi du vannage ;
- Mise en sacs et transport à la maison.
A travers l’itinéraire technique, on constate la possession et l’utilisation de certains
équipements tels que la charrue et la charrette rendant ainsi certaines pratiques culturales
presque courantes. Ceci a beaucoup facilité l’adoption de certains thèmes techniques
vulgarisés (utilisation de semences améliorées, apport de fumure organique et minérale etc.).
Les effets bénéfiques de l’utilisation de la fumure et des semences améliorées sont bien
connus au niveau des producteurs. La fumure organique (fumier, compost) bien
qu’insuffisante est cependant apportée sur toutes les cultures (sèches). La fumure minérale est
utilisée mais reste inaccessible à cause du prix d’achat.
Actuellement, une large gamme de variétés de semences améliorées est utilisée. En effet,
quand la saison pluvieuse était longue et régulière les variétés traditionnelles de cycle
généralement long (tardif) étaient couramment utilisées. La réduction et / ou l’irrégularité des
pluies ont imposé l’utilisation de variétés plus précoces qui viennent s’ajouter aux variétés
locales tardives qui sont en voie d’abandon.
Les techniques de récolte et de conditionnement sont traditionnelles et pour toutes les cultures
la récolte est manuelle. Partout dans la commune, les paysans utilisent les résidus de récolte à
toutes les fins possibles : comme combustibles, la confection des hangars et des enclos etc.
Les pailles du maïs, du mil, du sorgho, du riz et les fanes de niébé et d’arachide sont aussi
utilisées dans l’alimentation du bétail.

3.1.7.3. Production céréalière


Tableau N°  : évolution de la production céréalière au cours des cinq dernières années à
Bancoumana.
Mil Sorgho Mais Riz

Sup Rdt Prod Sup Rdt Prod Sup Rdt Prod Sup Rdt Prod
2010-
(ha) (kg) (T) (ha) (kg) (T) (ha) (kg) (T) (ha) (kg) (T)
2011 1050 824 865 7800 953 7437 6500 2049 13323 2620 2473 6479
2011- 820 717 588 7455 790 5961 7388 1128 8334 1896 805 1551
2012
2012- 960 750 720 7212 975 7031 8312 1250 10390 2132 1350 2878
2013
2013- 713 796 568 6274 1056 6625 9532 1415 13488 2656 938 2491
2014
12
2014- 903 1002 904 7707 1109 8547 7944 1616 12838 2111 950 2005
2015
2015- 627 1110 695 5579 1118 6237 8315 1536 12772 2596 1133 2941
2016
2016- 568 1104 970 4583 1144 6748 11462 1675 19199 3153 1 525 4808
2017
Source : OHVN
 Contraintes de production
Les contraintes enregistrées se résument en:
 La dégradation du régime pluviométrique.
Depuis les années 1974, on assiste à une diminution de la pluviométrie. Cette tendance est de
nature à rendre mauvais le développement des cultures sèches (maïs, mil, sorgho, niébé,
arachide). Pour la riziculture, cette dégradation du régime hydrique empêche la croissance
adéquate des variétés Oriza Glaberrima et Oriza Sativa avant les crues.
 La dégradation du régime hydrologique
Parallèlement aux déficits pluviométriques, le retard et /ou la faiblesse des crues actuelles
compromet dangereusement la culture du riz dans la commune de Bancoumana. Ces aléas
climatiques influent aussi sur la productivité de l’agriculture de céréalière (maïs et mil/
sorgho).
 Les insectes et autres ravageurs des cultures et récoltes
Le Maïs, le mil et le niébé sont beaucoup attaqués par les insectes aux champs et en stockage.
Il en est de même pour le riz qui subit souvent des pertes énormes. D’autres dégâts sont
causés par les termites, les souris, les rats et les oiseaux granivores.
Les cultures maraichères sont compromises dans la commune avec la pullulation de l’araigne
rouge et les pucerons. Si aucune solution n’est trouvée pour maitriser ces deux ravageurs, la
production maraichère restera toujours déficitaire.
 Les maladies adventives
Les maladies sur les céréales sont moins fréquentes dans la zone, pour le maïs, le mil et le
sorgho. Le riz sauvages (Oriza, Longistaminata) colonise les champs de riz. La virose et la
panachure jaune du riz ont affecté beaucoup la production dans les plaines.
En termes de contraintes économiques et socioculturelles, la sècheresse prolongée et
l’absence de fourrage pour le bétail bovin a débouché sur une insuffisance de bœufs de
labour.
 Autres contraintes.

13
L’insuffisance de tracteurs, de charrues, de charrettes et d’autres équipements agricoles a été
très souvent citée comme contrainte majeure.
Comme autres contraintes de production de la région, nous avons : la mauvaise maitrise des
eaux, le manque d’intrants et l’alphabétisation des producteurs. Les néo alphabètes qui
servaient de relai entre les services techniques et les producteurs se font rare et sont pas bien
formés.

3.2. PRESENTATATION DU VILLAGE DE DJIGUIDALA

3.2.1. Historique et localisation


Le village de Djiguidala a été créé vers les années 1832 par Nakouré Mansaman CAMARA,
venu de Niéguema près de Siby. Le village est composé essentiellement de malinké. La
population vivait d’agriculture, de pêche et de cueillette.
Située à 12 km de Bancouman, chef-lieu de commune, Djiguidala est situé entre Tema et
Niamé. Il est à 25 km de Sidy l’arrondissement centrale abritant la route principale Bamako
Kouremale à la frontière Guinéenne. La communauté s’est beaucoup agrandie et a en son sein
aujourd’hui plusieurs autres ethnies.

3.2.2 Caractéristiques sociodémographiques


 Population
La population de Djiguidala est estimée à 791 habitants dont 401 hommes et 390 femmes.
Elle est composée principalement de Malinké.
 Religion
La principale religion pratiquée est l’Islam. On note l’existence d’une mosquée.
 Occupation des terres.
Les principales cultures pratiquées dans le village sont : les cultures céréalières (riz, maïs, mil
et sorgho), le niébé, les cultures de rentes (l’arachide) et les légumes (tomate, oignon,
aubergine). L’arboriculture fruitière y est pratiquée. On rencontre des vergers de manques et
d’agrumes.
La production du maïs et du mil/sorgho est exclusivement dédiée à l’autoconsommation. Par
contre, les productions du riz, de l’arachide et le niébé sont autoconsommées respectivement à
hauteur de 80, 70 et 60%.
La production de fruits est destinée principalement à la commercialisation. En termes
d’occupation de l’espace, le mil/sorgho occupe une place de choix comme le démontre le
tableau ci-dessous.

14
Tableau N° : Le type de culture et leur importance en termes d’occupation de l’espace
Activités réalisées Part de la culture en termes d’occupation de
l’espace
Maïs 28%
Riziculture 5%
Mil /Sorgho 25%
Coton 5%
Oignon 5%
Arboriculture 2%
Jachère 7%
Forêt 3%
Reserve foncière/pâturage 20%
Source : enquêtes
Le maïs occupe à lui seul 28% des espaces. La réserve foncière et le pâturage occupe 20%.
Cependant, il faut préciser que l’oignon est cultivé en contre saison sur les parcelles de maïs
après la récolte. Le pourcentage donné dans le tableau pour l’oignon représente la situation de
cette culture au passage de la mission dans le village.
 Santé et assainissement
 Santé
Il ressort des enquêtes que le village dispose d’un CSCOM créé en 2015. Il est fonctionnel
mais a besoin de personnel (infirmier). Les malades sont référés au centre de santé de
Bancouman à 15 Km. Les malades sont transportés par ambulance et d’un accès difficile en
saison des pluies.
Les principales maladies rencontrées sont par importance :
- Le paludisme
- La Diarrhée,
- Les infections respiratoires
 Assainissement
Le village est dépourvu de système d’évacuation des eaux usées. Il faut signaler que les
ménages disposent de latrines.
 Education
Le village dispose d’une école primaire depuis les années 1961et de second cycle à partir des
années 1987. Les enfants ayant atteints le niveau secondaire poursuivent leur scolarisation soit
à Bancoumana où à Bamako.
Tableau N° : Effectif des élèves
CENTRE DATE DE NBR DE NOMBRE Nombre de Nbre d’élèves
CREATION CLASSES ENSEIGNANT NOMBRE TOTAL D’ELEVES village qui venant de ces

15
fréquente villages
Total Garçon Fille Garçons Filles
Ecole 1961 9 10 368 210 158 3
primaire
Source : Enquête.
N.B : Les contraintes exprimées sont : Insuffisance des tables, des fournitures scolaires et de
personnel enseignant.
 Migration de la population
En raison de leur situation géographique et d’une pauvreté grandissante, la population se
déplace beaucoup vers Kita, Bamako et surtout vers les zones d’orpaillage pour ce qui est de
l’intérieur du pays et à l’extérieur du pays, vers la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Généralement,
après la fin des récoltes, les jeunes filles et garçons quittent le village à la quête d’une
meilleure condition de vie. La durée des séjours peut varier, elle va d’une période de 6 mois
juste pour passer la saison sèche à plus de 5 ans.

3.2.3. Organisation communautaire

Dans le village, il y a plusieurs groupements, coopératives ou associations :


- deux Associations villageoises pour les femmes;
- Cinq coopératives des producteurs;

3.2.3.1 Aspects fonciers


Le village n’est pas affecté par des conflits fonciers, jusqu’à preuve du contraire, Djiguidala
semble être épargné sur ce plan. L’accès à la terre s’effectue à travers une demande entre
famille ou au niveau du chef de village qui après consultation du conseil de village peut prêter
une parcelle à usage agricole. Le site du barrage fait aujourd’hui l’unanimité et reste la
propriété de l’ensemble du village.

3.2.3.2 Infrastructures et équipements 


 Les infrastructures
Tableau N° : Infrastructures
Infrastructures Nombre Etat Actuel
Puits cimenté 0
Puits à grand diamètre 20 5 Fonctionnel
Adduction d’eau 1 Fonctionnel
Moulin collectif 4 Fonctionnel
Source : Enquête
 Les équipements
16
La culture attelée est pratiquée dans le village, cependant, la houe (daba) reste fortement
utilisée. Les producteurs du village disposent de plusieurs, charrues et semoirs avec des bœufs
de laboure, des batteuses de maïs et décortiqueuse d’arachides La moto pompe constitue un
équipement très important dans le cadre de la culture maraichère surtout de l’oignon. Il faut
signaler que le village reste sous équipé dans le domaine de l’agriculture.

3.2.3.3. Moyen de transport


Le mini car, sotrama est le moyen de locomotion aux services des villageois. Pour aller et
venir à Bancoumana le chef-lieu de commune, ils payent 300 F CFA comme frais de
transport. La majorité des producteurs disposent de moto pour relier les différentes localités
avoisinant le village.

3.2.3.4 Potentialité hydraulique


Le village de Djiguidala est parcouru par quatre marigots temporaires et quelques mares qui
sont fonctionnels du mois de Mai à Décembre. Le village dispose de deux barrages dont un
n’est pas encore achevé. Ils sont utilisés pour les activités agricoles et l’abreuvement des
animaux. On note l’existence de cinq puits à grand diamètre fonctionnels et d’une adduction
d’eau.

3.2.4. Activités économiques


Les populations du village sont à 100% producteurs agricoles. Les cultures céréalières sont
principalement autoconsommées et sont très peu vendues. La culture des fruits et légumes
constitue la principale activité économique génératrice de revenus.
Les produits de cueillette (Karité et néré) procurent aux femmes l’essentiel de leurs revenus.
L’exode rurale permet aux jeunes filles d’avoir les moyens pour le trousseau de mariage et
aux jeunes garçons de connaitre d’autres cultures, de se faire un peu d’argents et de s’ouvrir
au monde.
Le tourisme est très peut pratiquer
Le village ne dispose pas de caisse de crédits. Avec la culture de l’oignon, les semences sont
données soit à crédit ou payées au comptant. Le taux d’emprunt appliqué est élevé soit 22%
du montant.

17
3.2.4.1 Agriculture
Le maïs, mil, le sorgho, le riz et le niébé constituent les principales cultures pratiquées dans le
village. Les superficies, les rendements et le prix de vente de ces cultures sont présentés dans
le tableau ci-dessous sur les campagnes 2016/17.
Tableau N° : Les superficies, les rendements et le prix et le nombre d’UPA dans le secteur de
Base de Djiguidala et Niamé.
Spéculations Nombre Superficie (ha) Rendement (Kg) Prix unitaire/Kg
Riz 122 99 1500 300
Maïs 210 560 1800 110
Coton 138 488 110 250
Mil 8 25 950 200
Sorgho 455 275 1100 150
Niébé 95 47 550 420
Oignon 15 7 9500 125
Source : OHVN

18
3.2.4.2 La Production animale 
Tableau N° : Nombre d’animaux à Djiguidala en 2016
Type Nombre
Bovins 250
Ovins 450
Caprins 350
Anes 50
Volailles 650
Source : Enquêtes

3.2.4.3. Pèche
La pêche est pratiquée pour la consommation familiale et elle est faite par les hommes du
village. La production est très insuffisante et reste une activité lucrative.

3.2.4.4. Production forestière 


Le bois de chauffe est le moyen de prédilection pour la cuisine. Cette ressource est menacée
pour cause de surexploitation et du modèle d’agriculture extensive.

3.2.4.5. Marchés fréquentés 


Les marchés les plus fréquentés par les villageois sont Bancoumana, Siby et Kouremalé.
Tableau N° : Marchés fréquentés
Ordre Lieu des Fréquence du Distance en Km Spécialisation
marchés marché
1 Bancoumana Chaque lundi 12 km Riz, maïs et Mil
2 Siby Samedi 15 km tous produits
3 Kouremale 80 km
N.B : Le village ne dispose pas de marché hebdomadaire.

3.2.4.6 Contribution des bénéficiaires


 En phase d’extraction de matériaux
Les villageois ont accepté de servir de la main d’œuvre pour les activités de construction de
l’ouvrage.
 En phase de réalisation des travaux
Le village mettra à la disposition de l’entreprise pour la réalisation du barrage de la main
d’œuvres (environ 20 personnes par jours), jusqu’à la fin des travaux et sans contrepartie. Une
contribution financière aussi sera envisagée, à travers la cotisation de chaque ménage dans le
village.

19
Selon nos informations, la période propice à la réalisation de l’ouvrage est le début du mois de
Janvier.

3.2.4.7. Disponibilité des matériaux


Tableau N°  : Disponibilité des matériaux dans le village
Matériaux Disponibilité Lieux Distance Accessibilité
Eau Oui Barrage Sur le site Bon
Sable Oui Bancoumana 15 km Difficile
Pierres Oui Siby 25 km Difficile
Gravier Oui Bancoumana 15 km Difficile
Source : Investigation sur le terrain

3.2.4.8. L’entretien des aménagements 

Le comité qui est déjà en place sera redynamisé pour la gestion et l’entretien de l’ouvrage. Le
village sollicite l’accompagnement des partenaires pour la formation en Alphabétisation, en
gestion d’entreprise agricole et en parcellement du périmètre.  

3.2.4.9 L’équité dans la distribution des terres aménagées


Bien que des efforts soient faits par le Mali pour rehausser le taux d’accès à la terre en
général, il reste encore faible en ce qui concerne les femmes, surtout en milieu malinké.
Le projet, prenant en compte, la loi d’orientation agricole et la Politique Nationale du genre
du Mali, va s’employer à renforcer la prise en compte des femmes et des jeunes dans la
répartition des parcelles aménagées (au moins 30%).

3.2.4.10 Les atouts et contraintes


 Les atouts
Les atouts au niveau agricole s’articulent autour de la disponibilité en ressource en eau, en
terre cultivable, l’existence d’un service d’encadrement technique et surtout la volonté de la
population à s’investir dans la riziculture et les cultures maraichères.
Les contraintes :
Les contraintes sont entre autre
- Manque d’organisation des producteurs
- Bradage de la production agricole
- accès difficile aux marchés
- le manque d’équipement agricole
- la difficulté d’accès au crédit agricole
20
- les maladies des plantes surtout le maraichage.

3.2.4.11 Impact social et économique de l’aménagement 


 Au plan sociologique 
Les populations de Djiguidala cohabitent ensemble dans une entente cordiale. La religion
musulmane unie tous le village. La société est constituée de différentes classes d’âges (Carré)
qui sont responsables du suivi des activités et gardiennes des uses et coutumes. Cette situation
est de nature à diminuer tous les genres de conflits qui peuvent survenir entre différentes
familles.
La construction de cet ouvrage va contribuer sans nul doute à créer un cadre de concertation
au sein du village. Cadre qui prendra en compte le genre (homme, femme, jeune et personne
âgée).
La distribution des parcelles avait été déjà réalisée et a tenu compte du genre (prise en compte
des femmes et des jeunes) selon le représentant du chef de village et ses conseillers.
Les agriculteurs sont regroupés en association, cependant ces groupements et coopératives de
producteurs doivent être redynamisés et réorganisés pour une meilleure gestion du barrage.

 Au plan économique
L’aménagement va donner une nouvelle dynamique au village. Il permettra d’introduire la
double culture dans la zone, donc diminution de l’exode rurale. L’introduction de cette double
culture avec la maitrise de l’eau va sans nul doute, beaucoup augmenter les revenus des
ménages.
Le surcreusement de la mare va promouvoir la pisciculture et augmenter la production de
poissons dans le village. Cela permettra de lutter contre la malnutrition en diversifiant la
consommation alimentaire par la disponibilité de protéines animales.
Il va amoindrir les tâches domestiques des femmes qui consacrent l’essentiel de leur temps
pour la recherche de l’eau.

3.3. PRESENTATION DU VILLAGE DE NIAME

3.3.1. Profil historique 


Le village de Niamé a été fondé en 1700 par Naba Mory KEITA venu de Tégouédjé du côté
de Naréna. Originaire de Bofan, village situé entre Niamé et Karan, Naba Mory Keita s’est
installé avec le soutien du village de finédugu. Comme le village de Djiguidala, Niamé est à

21
majorité peuplé de Malinké. Le chef de village est monsieur Sidiky KEITA assisté de 9
conseillers. Le village est sous l’administration de la commune rurale de Bacoumana.

3.3.2. Caractéristiques sociodémographiques


 Population
Le village de Niamé compte une population 3003 habitants, dont 1440 hommes et 1963
femmes. On remarque une nette prédominance des femmes sur les hommes.
La population est composée de 90% malinké, 9% peulh et 1% Bambara.
Tableau N° : Population de Niamé
Village Hommes Femmes Total Ménages
Niamé 1440 1963 3003 361

 Religion
L’Islam est la religion pratiqué dans le village.
 Santé et Assainissement
 Santé
Le village dispose d’infrastructure socio-sanitaire (CSCOM) créé en 2014. L’accès au centre
n’est pas difficile mais, la fréquentation est moyenne par faut de moyen suffisant. Les
populations font toujours recourt à la médecine traditionnelle.
Les maladies les plus fréquentes sont :
- Paludisme
- Diarrhée
- Mal nutrition
- Infections respiratoires
 Assainissement
Le village dispose de latrine, cependant il faut signaler le manque de système d’évacuation
des eaux usées. La collecte des ordures de ménages se fait pour être utiliser dans les champs.
 Education
Le village dispose d’une école primaire de la 1ère année à la 9é années et d’une Medersa. Ces
infrastructures scolaires sont ouvertes aux enfants de plusieurs autres villages avoisinant.
Tableau N° : Effectif des élèves
CENTRE DATE DE NBR DE NOMBRE Nbre de Nbre d’élèves venant
CREATION CLASSES ENSEIGNANT NOMBRE TOTAL village qui des villages voisins
D’ELEVES fréquente
Total Garçon Fille Garçons Filles
Ecole 2001 7 8 103 63 42 1 5 3
22
primaire
Second 2010 3 5 86 44 33 5 6 3
cycle
Medersa 1976 6 5 174 80 94 2 1 1
Source : Enquête.
N.B : Les besoins exprimés sont : Insuffisance d’enseignants, des tables bancs et des
fournitures scolaires.
 Migration de la population
La pluviométrie faisant défaut et rendant la saison des pluies très courte, la saison sèche est la
période choisie par les jeunes pour aller vers d’autres localités. Ils vont surtout à la recherche
de moyens financiers et avoir une ouverture d’esprit sur le monde en général. Les jeunes filles
vont à la recherche du trousseau de mariage. Les jeunes garçons se rendent le plus souvent
dans les zones d’orpaillage traditionnel à la recherche du métal jaune. Les destinations les
plus prisées à l’interne sont : Kita, Kéniéba et Bamako, pour l’extérieur du pays, on peut
citer : la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Le temps de séjour peut dépasser souvent une saison et
peut aller de 5 à 6 ans.

3.3.3. Organisation communautaire 

Les organisations au niveau du village sont consignées dans le tableau ci-dessous:


Tableau N° : Situation des organisations paysannes
Organisation Nombre Activité principale Observation
Pour les travaux champêtres et
Association les questions concernant le Solidarité entre les
villageoise 3 village. partisans.
Coopérative pour Une cotisation hebdomadaire Qui servira de caution
les hommes  7 de tous les membres. morale entre les membres.

3.3.4. Aspects fonciers  


Selon nos investigations, le foncier qui est la source principale de conflits dans plusieurs
villages au Mali semble ne pas poser de problèmes à Niamé. La possession de terre à usage
d’exploitation agricole se fait sur demande auprès du chef de village et ses conseillers qui,
après consultation octroi la terre par don ou par prêt. Aucun conflit foncier n’a été déclaré
dans le village.

3.3.5. Infrastructures et équipements 


 Les infrastructures

23
Tableau N° : Infrastructures
Infrastructure Nombre Etat Actuel Date de création
s
Puits à grand diamètre 5 Fonctionnel Plus de 20 ans
Forage 3 Fonctionnel 13 ans
Moulin collectif 2 Fonctionnel 3 ans
Moulin individuel 2 Fonctionnel 7 ans
N.B : Pénurie d’eau pendant la saison sèche.
 Les équipements
Equipement agricole
Dans le village on y trouve un tracteur, deux batteuses de maïs et plusieurs charrues et
charrettes. Cependant, la daba reste toujours utilisées par les exploitations agricoles.
Le niveau d’équipement des UPA est très faible et cela à cause de l’insuffisance de moyen
financiers des producteurs de la zone. Les agriculteurs disposent des ânes et des bœufs de
labour.

3.3.6 Moyen de transport


Dans le village, on remarque la présence des charrettes qui sont souvent utilisées pour
l’acheminement des marchandises vers les marchés. En plus des charrettes, la population
dispose des vélos et motos comme moyen de locomotion.
Les minibus, sont utilisés comme moyen de transport pour rallier Bancoumana et autres villes.

3.3.7 Potentialité hydraulique


Disposant de 5 puits à grand diamètres, de trois forages à motricité humaine et de quatre
marigots temporaires. Les infrastructures faites dans le village sont dans un état de
dégradation avancé et sont asséchées pendant la période sèche de l’année.
Les sources d’eau utilisées par la population sont :
 Les puits à grand diamètre et les forages pour la boisson et cuisine ;
 Les marigots pour la lessive ;
 Les puits, forages et les marigots pour l’Agriculture et l’abreuvement des animaux ;

3.3.8. Activités économiques


La population vie exclusivement de l’agriculture. L’oignon et fruits et légumes constituent les
principaux produits destinés à la vente. Les femmes travaillent dans la transformation des
produits forestiers non ligneux. Le Karité et le néré constituent les produits les plus
transformés et procurent aux femmes un revenu conséquent. L’artisanat est peu pratiqué, le
24
tourisme également. Le petit commerce de produits agricoles est de nos jours l’activité qui
procure plus de revenus aux populations.

3.3.8.1. La production agricole


Il faut signaler à ce niveau que Niamé et Djugidala faisant partie du même secteur de Base
OHVN, sa production agricole est consignée dans le tableau N°5.
 Les cultures pratiquées
Les différents types de cultures pratiquées par la population sont :
- Le maïs, le riz, le mil, le sorgho, la banane, les agrumes et les cultures maraîchères ;
 Les cultures pratiquées par les femmes
Les femmes ont un rôle important dans le village. La production maraichère et la
transformation sont les activités majeures pratiquées par elles, à savoir la tomate, l’oignon, le
karité, le néré etc.
 Les atouts et contraintes
 Les atouts
- Disponibilité de la main d’œuvres ;
- Disponibilité de l’eau et de la terre ;
- Existence de terres cultivables.
Les contraintes :
- Maitrise de l’eau de surface ;
- Insuffisance de moyens d’équipement pour l’irrigation ;
- Insuffisance de financement ;
- Difficulté d’accès aux crédits ;
- Accès aux marchés pour l’écoulement des produits.

3.3.8.2. La Production animale 


Tableau N° : Nombre d’animaux à Niamé en 2017
Type Nombre
Bovins 450
Ovins 270
Caprins 540
Anes 60
Volaille 760
Source : Enquête

25
3.3.8.3. Marchés fréquentés 
En plus du marché du village qui se tient chaque vendredi, la population de Niamé fréquente
les marchés de Bancoumana, de Siby et de Karan.

Tableau N° : Marchés fréquentés


Ordre Lieu des Fréquence du Distance en Km Spécialisation
marchés marché
1 Bancoumana Lundi 12 km Céréales et Maraîchère
2 Siby Samedi 25 km Céréales et autres
3 Karan jeudi 17 km Céréales

3.3.9. Contribution des bénéficiaires


 En phase d’extraction de matériaux
La population de Niamé est engagée. Elle entend participer aux travaux de construction de
l’ouvrage à travers la mise à disposition de groupes de jeunes comme main d’œuvre. Ainsi au
moins 20 jeunes seront disponibles par jour pour toute la durée de la mise en œuvre des
activités. Le village s’est engagé à fournir également sa cote part à titre de contribution
financière.
 En phase de réalisation des travaux
Le village mettra à la disposition de l’entreprise 20 manœuvres par jour pour la réalisation du
barrage jusqu’à la fin des travaux et sans contrepartie.
La période idéale pour le démarrage des travaux est le mois de Janvier.

26
3.3.10. Disponibilité des matériaux
Tableau N° : Disponibilité des matériaux dans le village
Matériaux Disponibilité Lieux Distance Accessibilité
Eau Oui site - -
Sable OUI Bancoumana 15 km Difficile
Pierres (moellon) OUI Siby 25 Difficile
Source : Enquête auprès du village.

3.3.11 L’entretien des aménagements 


Pour la bonne gestion de l’ouvrage après l’aménagement, un comité sera mis en place par le
village. Ce comité se chargera de l’entretien et du suivi de l’ouvrage. Il faut toutefois signaler
que village avait un comité de gestion pour le barrage qui n’a jamais fonctionné.
L’engagement est pris cette fois ci pour rentre opération un nouveau comité.

3.3.12 L’équité dans la distribution des terres aménagées 


Cette question a été abordé dans le focus groupe et l’ensemble de la population a accepté de
donner une partie au moins aux femmes et aux jeunes du village. Cela conformément aux
textes en vigueur au Mali (Loi d’Orientation Agricole).

3.3.13 Engagement OHVN et la Mairie.


Il ressort de notre étude que le secteur OHVN et la mairie de la commune rurale de
Bancoumana sont tous d’accord pour la réhabilitation de l’ouvrage. L’OHVN a procédé au
surcreusement de la mare lors de la campagne précédente. Il a passé également un contrat
avec une entreprise de BTP pour changer les bat tardes d’eaux en fer et renforcer le barrage
Ainsi toute bonne volonté sera la bienvenue pour appuyer l’aménagement correct du
périmètre en vue d’accroitre la production agricole dans la zone et améliorer le revenu des
producteurs.
La mairie a montré tout son engagement pour accompagner la réalisation de l’ouvrage de
Djiguidala au bénéfice de ses communautés.

3.3.14 Impact social et économique de l’aménagement 


 Au plan sociologique 
Le village de Niamé est constitué de grande famille, le nom de famille Keita se retrouve dans
la majorité des ménages. Les populations cohabitent ensemble dans une entente cordiale. La
religion musulmane unie tous le village ce qui est un facteur cohabitation et dans l’entente.

27
Cette situation est de nature à diminuer tous les genres de conflits qui peuvent survenir entre
différentes familles.
La construction de cet ouvrage va créer un cadre de concertation au sein du village. Cadre qui
prendra en compte le genre (homme, femme, jeune et personne âgée).
La distribution des parcelles sera équitable (prise en compte des femmes et des jeunes) et
concernera tous les aménagés dixit le représentant du chef de village et ses conseillers.
Les agriculteurs sont regroupés en association, cependant ces groupements et coopératives de
producteurs doivent être redynamisés et réorganisés pour une meilleure gestion du barrage.

 Au plan économique
L’aménagement va maintenir la population juvénile sur place, donc diminution de l’exode
rurale. L’introduction de la double culture avec la maitrise de l’eau sera sans nul doute pour
beaucoup à l’augmentation des revenus des ménages et diminuer la malnutrition en
diversifiant la consommation alimentaire.
Il va amoindrir les tâches domestiques des femmes qui consacrent l’essentiel de leur temps
pour la recherche de l’eau.

4. DONNEE DE LA MISE EN VALEUR

4.1. Situation avant le projet

Avant le projet, le site était occupé par les cultures suivant : le riz et le maïs.

Tableau 16: Superficies et revenus par culture avant le projet


Nbre
d’exploitant Sup Revenus
s Cultures exploitées Rendement Production Prix brutes
Ha Kg Kg FCFA/Kg FCFA
26 Riz 9 1200 10800 175 1 890 000
6 Maïs 3 1800 5400 90 486 000
Total 12 2 376 000

Il ressort de nos investigations que le site est très peu utilisé. Les cultures présentes au passage
de l’équipe sont ; le riz, le Maïs et les cultures maraichères (tomate et aubergine). Le tableau
ci-dessus donne la situation des productions agricoles dans le périmètre.
Le prix des cultures est une moyenne de la zone. Le prix des principales cultures varie en
fonction des périodes de production et reste souvent lié à l’offre et à la demande.

28
4.2. Schéma de mise en valeur après réalisation du PIV

Selon les estimations de l’étude, la superficie exploitée sera de 73 ha. Par ailleurs, la
réalisation du barrage peut permettre la réalisation de deux cycles de production. Ainsi, une
superficie de 10ha pourrait être utilisée après la récolte du maïs pour faire le maraichage
(culture de tomate).
Selon les prévisions pour la répartition des parcelles, le nombre de bénéficiaires sera de 272
composée de 180 producteurs de riz, 52 producteurs de maïs et 40 producteurs maraîchers.
Tableau 17: Superficies par culture et par saison

Hivernage Superficies Nbre d’exploitants


Riz 47 188
Maïs 26 52
Contre saison
Riz 0
Tomate 10 40
Total (ha) 83 272

Pour la réalisation du projet, les superficies exploitées par an sont estimées à 73ha. Toutefois
avec la culture de contre saison (10ha), les superficies exploitées seront estimés à 83ha.
Dans le cadre de la mise en œuvre du périmètre, la démarche de répartition se fera comme
suit : Pour le riz, la parcelle sera morcelée en des lots de 0,25ha, le maïs à 0,50 et maraîchage
à 0,25ha également.

4.3 Charge d’exploitation


Les charges prévisionnelles d’exploitation sont de 29 350 058 FCFA pour les deux saisons et
pour l’ensemble des cultures.

Le tableau ci -dessous donne la situation détaillée du compte d’exploitation avec le projet.


Tableau 18 : Charges d’exploitation.

Cultures Superficies (ha) Charges/ha (FCFA) Total

Hivernage      
Riz 47 312 500 14687500
Maïs 26 162 983 4237558

Contre Saison      

Tomate 10 1 042 500 10 425 000


Total  73 1 442 018 29 350 058

4.4 Production brute attendue et valeurs


29
Les données de production (superficies, rendement et productions brutes) par culture
et par saison et la valeur des productions brutes (67 562 500FCFA), sont présentées
dans le tableau ci –dessous.
Tableau N° 19 : Production et valeurs
Rendement P.U Valeur
Cultures Superficie Production
(Kg) (FCFA/Kg) Production
Hivernage          
Riz 47 2500 117 500 175 20 562 500
Maïs 26 25000 650 000 100 6 500 000

Contre saison          

Tomate 10 13 500 135 000 300 40 500 000


Total valeur
67 562 500
de la production      

ANALYSE FINANCIERE ET ECONOMIQUE

4.2.1 Recettes avant l’aménagement


Tableau N°20: Charges d’exploitation
Sup
Cultures exploitées Charges/ha Total
Riz 9 199 500 1 795 500
Maïs 3 75 330 225 990
Total 2 021 490

Tableau N°21: Recettes avant aménagement


Recettes brutes 354 500
Charges avant-projet 2 021 490
Recettes nettes avant-projet 2 376 000

4.2.2 Recettes nettes prévisionnelles après aménagement


Les recettes nettes prévisionnelles après la réalisation du barrage se chiffrent à 39 155
000FCFA par an (saison et contre saison). Le tableau ci-dessous donne la situation détaillée :

Tableau N°22 : Recettes nettes prévisionnelles après l’aménagement

Cultures Recettes brutes Charges d'exploitation Recettes Nettes


Hivernage  
Riz 20 562 500 14 687 500 5 875 000
Maïs 6500000 4237558 2 262 442
Contre saison  

30
Tomate 40 500 000 10425000 30 075 000
Total 67 562 500 29 350 058 38 212 442

4.2.3. Investissements
Les hypothèses de base de l’analyse financière sont les suivantes :
 3 spéculations proposées : Riz et maïs en saison et tomate en contre saison
Les superficies, les rendements, les productions et les prix de vente des produits sont donnés
dans le tableau suivant.
Tableau N°23 : superficies, rendements, productions et les prix des principales cultures
Saison Contre saison
Rubrique Riz Maïs Riz Tomate
Superficie (ha) 47 26 0 10
Rendements (Kg/ha) 2500 2500 0 13 500
Productions (Kg) 117 500 65 000 0 135 000
Prix Unitaires (FCFA) 175 100 - 300

4.2.4 Calcul du taux de Rentabilité Interne (TRI (%).


L’analyse financière dégage un TRI de 22% suivant l’hypothèse de base. Les éléments du TRI
sont présentés dans le tableau ci - après :

Tableau N°24 : Taux de rentabilité Interne (TRI).


Rubriques/Années 1 2 à 20
1. Investissement 110 553 263  
2. Recettes nettes prévisionnelles  
Saison et contre saison
Vente du riz 20 562 500 20 562 500
Vente Maïs 6 500 000 6 500 000
vente Tomate 40 500 000 40 500 000
Total Recette avec le projet 67 562 500 67 562 500
3. Recette avant le projet 2 376 000 2 376 000
5. Recettes dues au projet 65 186 500 65 186 500
Cash Flow 644 961 398
TRI 22%

NB : Le projet atteindra un taux d’exploitation de 100% à la quatrième année. En


année 1 le taux sera de 40%, la deuxième année 60% et la troisième année 80%.
Le test de sensibilité réalisé, donne les résultats consignés dans le tableau ci-dessous.

31
Tableau N°25 : Test de sensibilité sur le coût de l’aménagement et les recettes.
Hypothèses Pourcentage d’augmentation de TRI (%)
l’investissement et de diminution
des recettes
Augmentation du coût de 20% 37
40% 33
l’Aménagement
50% 31
Diminution des recettes 20% 36
40% 28
nettes
50% 24

Conclusion
De l’analyse globale, il ressort que la réalisation du présent projet sera d’une importance
capitale pour les populations de la localité. En effet ce barrage va permettre la réalisation
d’activités agricoles après la campagne d’hivernage et garantir les productions de saison à
travers l’irrigation d’appoint. Cette nouvelle approche est une alternative crédible contre les
changements climatiques en assistant les plantes à boucler leur cycle.
Le barrage pourra permettre également de mettre fin à la pénurie d’eau, partant réduire la
corvée des femmes et relever le niveau de la nappe souterraine.
L’analyse financière et économique montre que la réalisation de l’aménagement est rentable
d’une manière générale. Les taux de rentabilité estimés en situation normale sont
respectivement de 22%. L’analyse du test de sensibilité effectué met en évidence que :
- une augmentation du coût des investissements et une diminution des recettes de 20%
donne respectivement un TRI de 37% et 36% ;
- une augmentation des investissements et de diminution des recettes de 50%, donne
respectivement un TRI de 31% et 24%.
De ces analyses financières, nous pouvons confirmer, dans l’optique d’un aménagement
complet et d’une augmentation du nombre des bénéficiaires, que la présente variante s’adapte
mieux au contexte socioéconomique du projet.

32
33
ANNEXE.

34
Année Invest Entretien Bénéfice Bénéfice net Observation
1 110 553 263 0   -110553263  
40% des recettes dues au
2   29350058 27025000 -2325058 projet
60% des recettes dues au
3   29350058 40537500 11187442 projet
80% des recettes dues au
4   29350058 54050000 24699942 projet
5   29350058 67562500 38212442
6   29350058 67562500 38212442
7   29350058 67562500 38212442
8   29350058 67562500 38212442
9   29350058 67562500 38212442
10   29350058 67562500 38212442
11   29350058 67562500 38212442
12   29350058 67562500 38212442
13   29350058 67562500 38212442 100% des recettes dues au
14   29350058 67562500 38212442 projet
15   29350058 67562500 38212442
16   29350058 67562500 38212442
17   29350058 67562500 38212442
18   29350058 67562500 38212442
19   29350058 67562500 38212442
20   29350058 67562500 38212442
      Cash Flow 644 961 398
      TRI 22%

Test de sensibilité
Augmentation de l'investissement
Année Recettes 20% Recettes 40% Recettes 50%
1 -132663916 110 553 263 -154774568 110 553 263 -165829895 110 553 263
2 27025000   27025000   27025000  
3 40537500   40537500   40537500  
4 54050000   54050000   54050000  
5 67562500   67562500   67562500  
6 67562500   67562500   67562500  
7 67562500   67562500   67562500  
8 67562500   67562500   67562500  
9 67562500   67562500   67562500  
10 67562500   67562500   67562500  
11 67562500   67562500   67562500  
12 67562500   67562500   67562500  
13 67562500   67562500   67562500  
14 67562500   67562500   67562500  
15 67562500   67562500   67562500  
16 67562500   67562500   67562500  
17 67562500   67562500   67562500  
18 67562500   67562500   67562500  
35
19 67562500   67562500   67562500  
20 67562500   67562500   67562500  
  TRI 37% TRI 33% TRI 31%

Test de sensibilité
Baisse des recettes
Année 20% Recettes 40% Recettes 50% Recettes
1 -110553263 110 553 263 -110553263 110 553 263 -110553263 110 553 263
2 21620000   16215000   13512500  
3 32430000   24322500   20268750  
4 43240000   32430000   27025000  
5 54050000   40537500   33781250  
6 54050000   40537500   33781250  
7 54050000   40537500   33781250  
8 54050000   40537500   33781250  
9 54050000   40537500   33781250  
10 54050000   40537500   33781250  
11 54050000   40537500   33781250  
12 54050000   40537500   33781250  
13 54050000   40537500   33781250  
14 54050000   40537500   33781250  
15 54050000   40537500   33781250  
16 54050000   40537500   33781250  
17 54050000   40537500   33781250  
18 54050000   40537500   33781250  
19 54050000   40537500   33781250  
20 54050000   40537500   33781250  
  TRI 36% TRI 28% TRI 24%

36
Liste des personnes rencontrées
N° NOM PRENOM LOCALITE Fonction
1 CAMARA Bakary Bancoumana Maire
2 Siaka Dembélé Bancoumana Secrétaire Général
3 Mahamane KONDO Bancoumana Chef secteur OHVN
4 DEMBELE Salif Bancoumana Agent OHVN
5 TRAORE Issa Bancoumana Ancien maire
6 COULIBALY Niagalé Bancoumana CAMIDE
7 KEITA Balla Niamé Producteur
8 KEITA Harouna Niamé Producteur
9 KEITA Brehima Niamé Producteur
10 KEITA Moussa Niamé Producteur
11 KEITA Drissa Niamé Producteur
12 KONE Fadjounkou Niamé Producteur
13 KEITA Broulaye Niamé Producteur
14 CAMARA Moussa Niamé Producteur
15 CISSE Balla Niamé Producteur
16 KEITA Missifin Niamé Producteur
17 KEITA Balla Niamé Producteur
18 KEITA Harouna Niamé Producteur
19 KEITA Brehima Niamé Producteur
20 KEITA Broulaye Niamé Producteur
21 CAMARA Moussa Niamé Producteur
22 KEITA Drissa Niamé Producteur
23 KEITA Mariam Niamé Producteur
24 KEITA Kiatou Niamé Producteur
25 BAGAYOGO Djelika Niamé Producteur
26 CAMARA Mamadou Djiguidala Producteur
27 TRAORE Issa Djiguidala Producteur
28 CAMARA Morissigue Djiguidala Producteur
29 CAMARA Bandiougou Djiguidala Producteur
30 CAMARA Mahamadou Djiguidala Producteur
31 CAMARA Namory Djiguidala Producteur
32 CAMARA Balla Djiguidala Producteur
33 DOUMBIA Adama Djiguidala Producteur
34 CAMARA Salif Djiguidala Producteur
35 CAMARA Daouda Djiguidala Producteur
36 CAMARA Bakary Djiguidala Producteur
37 CAMARA Namakan Djiguidala Producteur
38 CAMARA Seydou Djiguidala Producteur
39 TRAORE Nassan Djiguidala Producteur
40 CAMARA Oumou Djiguidala Producteur
41 CAMARA Mariam Djiguidala Producteur
42 TRAORE Adja Djiguidala Producteur

37
PLUVIOMETRIE 2015-2016 DANS LA ZONE

Mai Juin Juille t Aout Se pte mbre 1 er mai au 30


Ce rcle s Se pte mbre
Haut Norm Haut Norm Haut Norm Haut Norm Haut Norm Haut Nor
NJ NJ NJ NJ NJ NJ
(mm) al (mm) al (mm) al (mm) al (mm) al (mm) mal
Koulikoro
2016 86,6 4 133 8 113,3 8 276 14 102,9 7 851 46
40,4 111 103,3 226,3 104,9 585,9
2015 36,6 5 162,3 13 191,3 9 204 16 150,8 11 879,3 59
Banamba
2016 42 4 153 8 73,5 8 415 13 134 6 943 44
23,6 87 53,7 206,2 106,7 477,2
2015 7,5 1 107,6 6 75 6 297 13 238 10 808,1 41
Dioïla
2016 87 4 74 4 131 9 281 12 113 8 754 41
57,3 111 60,5 246,9 126,9 602,5
2015 8,5 3 129,3 10 45 5 315 17 204,5 13 835,8 54
Kangaba
2016 116 11 114 9 153,7 11 310 19 201 11 1005 68
75,4 146 69,5 273,8 175,8 740,7
2015 25,7 5 201,6 9 185 12 166 19 226,5 18 906 69
Kati
2016 86 6 161 7 97 8 244 14 93 9 759 50
54,1 93,3 61 205,7 156,4 570,5
2015 13 2 91 6 110 5 276 15 208 13 816 45
Kolokani
2016 38,1 6 92,7 3 177,9 7 260 18 127,3 11 745 54
28,5 96,2 50,3 206,7 131,2 512,9
2015 6,9 1 96,4 10 95,2 5 292 17 118,6 11 713,8 49
Nara
2016 0 0 31,4 5 43 7 118 7 99,5 10 324 36
9,9 36,8 37,6 135,3 65,6 285,2
2015 2,4 1 19,9 6 53,4 3 169 13 81,2 12 434,7 41

Source : Météo

38

Vous aimerez peut-être aussi