Vous êtes sur la page 1sur 48

Cour

s : Gest
iondur
abl
edesr
essour
cesnat
urel
l
es
Pr
ogr
amme 
I
ntr
oduct
iongénér
ale 
:

CHAPI
TREI
 : Déf
ini
ti
ondequel
quesconcept
s
Ressour
cesnat
urel
l
es-Dégr
adat
iondesr
essour
cesnat
urel
l
es
Fact
eur
sdedégr
adat
iondesr
essour
cesnat
urel
l
es
I
mpact–Dur
abi
l
ité-Ut
il
isat
iondur
abl
edesr
essour
cesnat
urel
l
es
Conser
v at
iondesressour
cesnaturel
l
es-
Gest
iondur
abl
edesr
essour
ces
nat
urel
les,Dével
oppementdurable

CHAPI TREI

:Anal
ysedescomposant
esdudév
eloppementr
ural
etde
l
’Env
ironnement
 :
1.Ressour
cesensol
2.Ressour
ceseneaux
3.Ressour
cesenf
auneetenf
lor
e
CHAPI
TREI
II
 :Not
iondeBi
odi
ver
sit
éetd’
Écosy
stème

CHAPI
TREI
V :
Probl
émat
iquedel
agest
iondesécosy
stèmest
ropi
caux

CHAPI
TREV 
:Gest
iondesr
essour
cesnat
urel
l
esetdév
eloppement
dur
abl
e

CHAPI
TREVI
 :Lesgest
ionnai
resdel

Env
ironnement

CHAPI
TREVI

:Légi
slat
ionl
i
éeàl

Env
ironnementetàl
aBi
odi
ver
sit
é

CHAPI
TREVI
II
 :Gest
iondesr
essour
cesnat
urel
l
esdansl
esai
res
1
pr
otégées
I
NTRODUCTI
ON
Lesmécanismesqui
sontl’
ori
ginedescrisesdramati
quedel abiodiv
ersit
ésont
essent
iel
l
ementd’
ori
gineant
hropique.Depui
ssonappar i
ti
onsurt er
re,l
’hommea
prof
ondémentmodif
iésonenvironnementafind’ent
irersespropresressour
ces.
Avantl
arévol
uti
onindustri
ell
e,cett
eempr i
sehumainefr
einéeparunecr oissance
démographi
quefai
bleetpardescont rai
ntest
echni
quesnes’ estopéréequet r
ès
l
entementpermett
antdansdenombr euxcasauxespècesetcommunaut ésdes’ adapt
er
auxchangementsi
ntervenus.Cependant,l
esprogr
èsconsidérabl
esdesconnai ssances
sci
enti
fi
quesetdel’
industr
ial
isat
ionontpermisàl’
hommed’ exploi
terdepl usenplus
i
ntensi
vementl’
envi
ronnement .
EnAf ri
queetchezlaplupar
tdespeuplesqual i
fi
ésd’indi
gènes,l

équil
ibrehomme-
nature a ét
é aut
antque possible préserv
éj usqu’
à un passé récent 
.Maisà
l
’avènementdelacolonisat
ion,l
acivil
i
sationoccidental
e,doncindustr
iel
l
eaét é
plaquéecommemodèlecequiapr ovoquélescompor t
ementsdégradantsci
-dessus
évoqués.
Eneffet
s,lesEur opéensontmoder ni
sésceconti
nent,notammentenyef fectuant
degrandstrav aux
.Tout efois,i
lsontti
rédegrandsprof
it
s, d’
unepartenpuisantdans
cesressourcesnat urel
les,d’autr
epartenmobi l
i
santseshabi t
antsquiontverséleur
sangdurantl esdeuxguer resmondi al
esetd’autr
esguerr
escol oni
ales.
C’estainsiquelesforêt
st r
opicalesafr
icai
nesetl
ati
no-
américai
neslesplusri
chesen
diversit
ébiologi
queontf ai
tetf ontencorel’
obj
etd’
unesurexpl
oit
ationaveccomme
conséquences l a dégradati
on des écosy st
èmes,les menaces d’exti
ncti
on de
certainesespècesanimalesetv égétal
es.
Faceàcet t
esi t
uation,laconservat
iondelabi odi
versi
téestdevenu undéf imajeur
tantpourdesraisonsécol ogi
ques(stabi
l
itédesécosy st
èmes,cyclesgéochimiques)
etsocio-
économi que( ali
mentati
on,agri
cult
ure,pêche,appli
cati
onindustri
ell
e)que
pourdesraisonssimpl ementéthi
quesàsav oi
rlavaleuri
ntr
insèquedelavie.
 

Pour
quoi
lagest
iondel

env
ironnement
 ?
Causes et conséquences de l
a per
te de l
a bi
odi
ver
sit
é et des
écosyst
èmes
etnécessi
téd’
unegest
iondur
abl
e.
A/
-Expl
oit
ati
onnondur
abl
e etcondi
ti
onscl
i
mat
iques 
:
1-
Not
resoci
étéestent
rai
nd’
out
repasserl
esl
i
mit
espl
anét
air
es 
:
-
Nousutil
i
sonsl
esr
essour
cesdel
ater
repl
usr
api
dementqu’
el
lesnepeuv
entêt
re
r
égénér
ées ;
-
Nousrej
etonsdesdéchetsetdespol
luant
spl
usv
itequel
ater
ren’
estàmesur
ede
l
esabsor
beroudelesrendrei
noff
ensi
fs 
;
-Ilfautdeplusenplusdecapit
aux,d’
éner
gie,demat ér
iauxetdemainsd’œuvre
pourexpl
oit
erdesressour
cest
oujour
splusél
oignées,pl
usenfoui
esouplusdi
luées
2
etpourcompenserl
aper
tedesser
viceécol
ogi
quesquel
anat
urenousof
frant
gr
atui
tement
.
Cet
tesur
expl
oit
ati
onestcar
act
éri
séepar
 :
 Ledécl
i
ndesr
éser
vesd’
eauxsout
err
aines 
;
 Desr
essour
ceshal
i
eut
iques 
;
 Dessol setparl
’accumul
ati
oncr
oissant
edesdéchet
setdespol
l
uant
s.
(conséquences)
2-Poursat
isf
air
elesbesoi
nsdeconsommat i
onoupayerlesdett
es,ondét
éri
orel
e
capit
alphy
siqueetonr
éduitl

inv
est
issementdansl
esr
essourceshumai
nes.
3-Onvoitsurgi
rdepl usenpl
usdeconfli
tsausuj
etdesr
essour
cesoudesdr
oit
sde
poll
ueretunaccroissementdel aconcent
rat
iondesbi
ensqu’
unplusgr
andfossé
séparel
esr i
chesetlespauvr
es.
Iln’
yapl usdésaccordsséri
euxdansl acommunaut éscienti
fi
quesurl efai
tquet ous
l
esécosy stèmesdelaplanèt
esontl aproi
edeboul eversement .
*D’aprèsuneanalyse
avant- gardist
edesécosy stèmesmondi auxr éali
sésparl esnat ionsuniespour
l
’envi
ronnement( PNUE) ,l
epr ogrammedesnat i
onsuni espourl edév el
oppement
(PNUD) ,labanquemondi aleetlawor l
dr essourcesInstit
ute,« onv oi
tdessi gnes
i
mpor tantsdudéclinrapi
dedel acapaci
tédesécosy st
èmes, lesmot eursbiol
ogiques
delaplanèt e,àpr
oduirepl
usi
eursdesbiensetserv i
cesdontnousdépendons  ».
- Lamoitiédest
err
eshumi
desdumondeontdi
spar
uaucour
sdessi
ècl
es
der
nier
 ;
- Lamoi
ti
édesf
orêt
sontét
écoupées 
;

- 70%despr i
nci
palesressourcesdepêcheenmerontétéépui
séesett
ousl
es
réci
fsdecorai
ldelaplanèt
esontendanger.(
conséquences)
C’estpar foisimput abl
eauxchangement ssystémiquesacci dentels(changement
dans l’Arctique Nord)souv entau v andal
isme des exploi
tants( perte des f
orêts
tr
opicales, desressourceshali
eutiquesetdesrécifsdecorai
l),
etlapl upartdutemps
àl ’
érosiongr aduell
edel af ert
il
it
é( di
spari
ti
onpr ogressi
vedel apl upartdesterres
arables,desf or
êtstempér éesetdesmi li
euxhumides)pourdemul t
iplescauses.
Lesbi ologist
essontd’ avi
squecescondi ti
onsconduisentàl apl usi mport
ant
e
dispari
ti
on d’ espèces depuisl ’
exti
nct
ion des dinosaures.Cet t
e per te de l
a
biodiv
ersitéetdel ’
int
égr i
tédesécosyst
èmesamèner adesév èresdégr adat
ionsqui
vontgr aduell
ementetdef açoncumulative,i
nter
act
iveetconst ante,menacerla
survi
edeshumai ns,d’aborddansdesl ieuxpréci
setdepl usenpl usàl ’
échel
l
e
planétai
re.
Cesdégr adati
onsneserontpasuniquementdenatureécol
ogi
que.Lapert
egraduell
e
delaf erti
li
tédessol s,delacouv er
tur
ef or
esti
èreetduboi sdechauffage,des
pl
antesmédi cinal
esetdesressourceseneaupot abl
e,amèner
alapopulat
ionrural
e
vi
cti
medesf amines,desmal adi
esetdu désespoi rquecettepert
eent r
aine,à
émigrerdanslesvil
lesavecl
echômageetl escri
sespoli
ti
quesquienr
ésult
ent.
4-Lacorr
uptionetl
avi
olence,l
esvoy
ous,l
esdespot
esetlesj
euneshommesar més
sontlaplupartdut
empslelotdespayssoumi
sàunstressenvi
ronnement
alsévèr
e
3
dontontrouv
ehabituel
lementl
acausedansdespol
i
tiquesi
ncohér
ent
esetnon
écl
air
éesparl
abi
ologie.

B/
-Lacr
oissancedémogr
aphi
que 
:
Lacr
oissancedémogr
aphi
queaexpl
osécesder
nièr
esdécenni
es.
De1950à2000,
lapopul
ati
onmondi
aleapr
esquedoubl
é!
Noussommesaujourd’
huipl
usde6mi l
l
iar
dsd’
i
ndivi
dussurt
err
eetl
esdémogr
aphes
éval
uentl
apopul
ati
onmondialeen2050à9mill
iar
dsd’
hommes.
Cettecr
oissanceconsti
tueunfact
eurderégr
essiondesressour
cesnat
urel
l
esqui
renddi
ff
icil
elapér
ennisati
ondenot
remodedev i
eactuel
.
Leprobl
èmequiseposeav
eccetteexpl
osion,c’
estcommentnour
ri
rleshommeset
l
eurpermet
tredev
ivr
eenconser
vantoud’acquér
irunbonniv
eaudeconfort
 ?
KofiAnnan,Secr
étai
regénéraldesNat
ionsUni
esde1997à2006dansunedeces
décl
arat
ionssoul
ignecequisuit
 :
«
 Sinous conti
nuons dans cet
tev oi
e,sinous ne f
aisons r
ien pourenr
ayer
l

accroi
ssementdelapopulat
ion,nousall
onspay
erlepri
x,nousall
onsnousnous
r
etr
ouverdansunmondesurpeuplé.
Ladémographi
eauni mpactsurledével
oppementéconomi
que,
surl

env
ironnement
etsurl
esr
essourcesdel
aterrequisontl
imi
tées 
».
UNFPR (fondsdesnat
ionsuni
spourl
apopul
ati
on)danssonr
appor
t2009/
P66
décl
are 
:
« 
L’ef
for
tàl ongter
menécessai r
epourmaintenirunbi
en-êtr
ecoll
ecti
fquisoiten
équil
i
breavecl’
atmosphèr
eetlecl i
matexi
geraenfi
ndecompt edesmodesv iabl
es
deconsommat i
onetdeproductionquinepeuventêt
reatt
eint
setmaintenusquesi
l
apopulati
onmondialenedépassepasunchif
freécol
ogi
quementviabl
e »
Pourleprogr
ammedesnat
ionsUni
spourl

Env
ironnement(
PNUEouUNEP)dans
sonrappor
t2014/
P.107
« 
Unepoli
ti
queeffi
cacedemaî t
ri
sedel afer
ti
li
téhumaine,etdoncdelacroi
ssance
delapopul
ati
onmondi al
e,pour
rai
tavoirunimpactpl
uspr ononcésurl
’av
enirdela
sécur
it
éali
mentai
requeleseff
ort
svisantàaméli
orerl
esrendementsdescult
ures 
».

C/-l
a méconnai
ssance de cer
tai
nes r
essour
ces 
:
 l
es pot
ent
ial
i
tés
cachées
De nombr euses servi
ces écosystémi
ques ou d’ aut
res r
essources (i
ntér
êt
économi queouautre)n’
apparai
ssentcommer essour
cesquequandilscommencent
à manquer ,ou quand on a pr i
s consci
ence de leur exist
ence etqu’on est
techniquementcapabledel esuti
li
ser.D’
autr
enesontpasencor edécouverteset
étudiésàcausedelacompl exi
tédesécosyst
èmes.

Concl
usi
on 
:
Lesconséquencesdel asurexpl
oit
ati
ondesr essources,d’
unecroi
ssanceaussi
rapi
dedelapopulat
ionetdet
outcequis’ensui
testl
’écl
atementdesl
imi
tes.
4
Silescondit
ionsquicausentcet
tedémesur
enesontpascor
ri
géesel
l
esv
ont
condui
reàl
’effondr
ement
.
L’
êtr
ehumains’estlongt
empscomportécomme unexpl
oit
antetnoncomme un
gér
antdesr
essourcesnatur
ell
esqui
ontét
émisàsadi
sposi
ti
on.
Face à t
ous ces déf
is,i
lest auj
our
d’huii
mpor
tant de f
air
e év
aluer nos
compor
tement
s.
D’
oùl
anécessi
téetl

urgencedegér
erl

Env
ironnementnot
recapi
tal
àtous.

CHAPI
TREI
 :DEFI
NITI
ONDEQUELQUESCONCEPTS
1-L’
ENVI
RONNEMENT

L’
env
ironnementestcequinousent
our
eetagi
tsurnous 
;ilestcomposé
d’
él
émentt
rèsv
ari
és.

Certai
nsél
ément
srel
èventent
ièr
ementouengr
andepar
ti
edescar
act
èresde
l
anat ur
e,quiéchappentpourunepartaumoinsauxact i
onshumaines 
;c’est
l
ecasdur eli
ef,ducl
imat,deseauxconti
nentalesetmar i
nes,delapell
icule
dessolsetdesêt r
esviv
ants 
:ani
mauxouv égétaux.Cesélémentsconst
it
uent
l

« 
 envi
ronnementnaturel
 
»,ouencor
ele 
« mili
eunat ur
el 
».

Lessoci
étéshumai
nest
rouv
entaussienf
aced’
el
lesdesi
mmeubl
es,des
usines,desv oiesdecirculati
on,t
outcequeleshommesontconst ruit
.Avec
l
’env i
ronnementnaturel
,cesœuv r
eshumainesconsti
tuentunenv i
ronnement
ausensl ar
ge,quel ’onpeutappeleraussi « mili
eugéographi
que » ou«  
milieu aménagé  ».Ils’ anal
yse a plusi
eur
s échelles 
:local
e,r égi
onale,
cont i
nental
e,voir
eplanétair
e.

L’
env
ironnementnat
urel
 
:unensembl
eder
elat
ionscompl
exes.

Toutmi
l
ieuestf
aitd’
unensembl
edecomposant
esquiagi
ssentl
esunessur
l
esaut res( 3)
 ;micr
ocl imat,sol,f or
mat i
ons v égétales,modelé,sonten
i
nteract
ion,const
it
uantungéosy stème( 2).Ainsi,unefor êtdeconif
èrespeut
vi
vresurdessol squel’ondit« acide » ;mai sl esaiguillesdecesar bres,en
sedécomposant ,augment el’
aci
ditédessol s :cell
e-ciestàl afoi
scauseet
conséquencedescar actèresdufor etqui estdoncbi endueàunei nteracti
on.
Une des conséquences maj
eures de ces i
nter
act
ions est que t
oute
i
nter
vent
ionextér
ieur
esurunélémentdumi l
i
eupeutaffect
erpr
ofondément
pl
usi
eursaut
res.
Lesgrandsv
olumesdur el
iefetlesmicr
oscli
matssontessenti
elsdans l
agenèse
desmi l
i
eux enagissantsurtoutesl
esautr
escomposantes,mai sil
ssontmoins
aff
ect
ésparell
es 
;i
lsoccupentdoncuneposi
ti
onassezpar
ticul
i
ère.

5
 ENVI
RONNEMENT
Toutcequientourel
eshommesor gani
sésensociét
és,quii
nfl
uenceleurv
ieetqu’i
ls
i
nfl
uencent à leur tour
. Le t
erme de «  
mili
eu 
» est synony me de celui
d’
envi
ronnement 
;ilestd’unempl
oiplusancienenFr ance.Il estcommode de
di
sti
nguerl’
envi
ronnementoulemi l
ieuausensl ar
ge,del ’
envi
ronnement(mil
ieu)
nat
urel
.

Ensci
enceshumai
nesetsoci
ales,l

env
ironnementdési
gnel
emi
l
ieusoci
ale
qui
ent
our
eetqui
inf
lue(
exer
cedesact
ions)surl
esact
ivi
téshumai
nes.

Ensci
encesnat
urel
l
es,i
ldési
gnel
esécosy
stèmesnat
urel
sindépendant
sdes
êtr
es humains ent
our
antun organi
sme v
ivant
,un ani
malou une pl
ant
e
(Vai
ll
ancour
t1995 ;
André1999)
.

Ensembl
eint
égr
é des composant
es nat
urel
l
es,mat
éri
ell
es,économi
ques,
cult
urell
esetest hét
iquesquinousentourent
,quiint
eragi
ssententr
eell
es,
avecl esindiv
idusetav eclescommunautésenexerçantuneinf
luencesur
l
eursact i
vit
és,leursrel
ationetl
eurv
ieetencondi
ti
onnantlebi
enêtrehumain
(Bernard,
1996) .

L’
ensembl
edesél
ément
s phy
siques,chi
miquesetbi
ologi
ques naturel
sou
art
if
iciel
setdesfacteurséconomiques,soci
aux,poli
ti
quesetcult
urel
s,quiont
un effetsurle processusde mai nti
en de l
av ie,latransf
ormati
on etl e
développementdumi l
ieu,l
esressourcesnatur
ell
esounon etl esact i
vit
és
humai ns(loin°005/ 97/ADPpor t
antcode del ’
envi
ronnementauBur ki
na
Faso).

L’
ensembl
esdesél
ément
snat
urel
setar
ti
fi
ciel
saussi quedesf act
eurs
économiques,soci
auxetcultur
elsquif
avori
sentl
’exi
stence,l
atr
ansf
ormation
etle dével
oppementdu mi li
eu des or
ganismes vi
v ant
s etdes acti
vi
tés
humaines (codedel’env
ironnementduSénégal,l
oin°2001-01du15Janv i
er
2001).

 L’
ensemble des él
éments nat ur
els etarti
fi
ciels aussique des f
act
eurs
économiques,soci
auxetculturelsquiinf
luencesurl esêtresvi
vant
setque
ceux-
cipeuventmodif
ier(
loicadreduBeninsurl ’envir
onnementdu12Févri
er
1999) 
;

Leconceptd’
env
ironnementestassezcompl
exeetpeutsesubdi
vi
serent
roi
s
axest
radui
santl

int
eract
ionent
rel

hommeetsonmi
l
ieu 
:

L’
env
ironnementphy
sique 
:communémentappel
éle mi
l
ieu phy
sique,i
lest
caract
éri
séparlesf
act
eur
sabi
oti
ques(
cli
mat
,sol
,eteau)etl
esf
act
eur
sbi
oti
ques
(f
auneetflor
e).

L’
env
ironnementsoci
al,économi
queetcul
tur
el 
:ilestcar
act
éri
séparl
es
f
act
eur
sant
hropi
ques(
soci
été,
act
ivi
tésdel

homme)
.

L’
env
ironnementpol
i
tique etj
uri
dique 
:ilest car
act
éri
sé par l
e cadr
e
i
nst
it
uti
onnel
,l
égi
sl
ati
fetr
ègl
ement
air
e.
6
L’
env
ironnementestconst
it
uéàl
afoi
sdesêt
resv
ivant
sexi
stantdansl
e
mili
eunatur
eletdesél émentsnonv i
vant
squilecomposent,commel esol
,
l
’eau,l’
atmosphère,le cl
imat,l’ensemble déf
ini
ssantun écosy
stème.A
l
’échel
l
edelaterre,onparl
ed’écosphère.

L’
env
ironnement
ali
sme 
:estuncour
antdepenséesetd’
i
déespol
i
tiques
quisedonnepourobj ect
ifdepr éserv erl anaturedel ’actionhumai neen
prônantsonr espectetsar estauration.L’ envir
onnement al
ismes’ appui esur
l
es ét udes sci entifi
ques pour al iment er sa r éfl
exion et ét ayer son
augment at
ion.Inv ersementi lper metaux sci enti
f i
ques de bénéf i
cierdes
observ ati
onsaccumul éesparl esécol ogi stes,notammentencequiconcer ne
l
a di spar
iti
on d’ espèces ani mal es. Une des cr it
iques f ai
tes à
l
’environnement ali
sme estqu’ il ne r emetpas en quest ion l
e mode de
foncti
onnementdel asoci ét
éetqu’ ilconcer neunev isionut i
li
tari
stedel a
nature,of fr
antauxhommes d’ affaires l ’
opportunit
é de dév elopperl eur
businesssouscouv ertducapital
ismev er t.

Li
enent
rel
aNat
ureetl

Env
ironnement
 :
Danslel angagecommun,onar ri
vemalàdi sti
nguerl sde«nat
esconcept ure»et
«d’
envir
onnement» .Cestermessontsouv entconfondus.
..carl
esécologi
stesles
uti
l
isentd’unefaçoni
nter
changeable.Mai
s,enréal
ité,i
lyaunediffér
enceentreces
deuxtermes.
Déf
ini
ti
ondut
erme«Nat
ure»
Lanatur
epeutêt r
ecomparéeausy st
èmeécologi
quedumondeoud’ unel
ocal
i

par
ti
culi
ère.Ensomme,
c’estl
afl
oreetl
afaunequetoutendr
oitpossède.
L’
envir
onnement,parcont
re,seréfèr
eàl apéri
phéri
ei mmédi
atedel’
homme.Cela
peutêtr
el’
envi
ronnementbiol
ogi
queouchimiquedel’hommeaussibi
enquecul
tur
el
ousocial
.L’
envi
ronnementpeutdoncêtr
enatur
eletcult
urel
àlafoi
s.

2-
Ressour
cesnat
urel
l
es 
:
Gail
lard Joël
(1991),déf
inil
esr essour
cesnat
urel
lescommeét antcommeétant
l
’ensembl edesél ément
snaturels(eau,v
égét
ati
on,sol
,faune)dontl
’hommeti
re
profi
tpoursasur v
ieetsondével
oppement.
Sel
onMer cr
oiret.M.R( 1994),onentendparr essour
cenat ur
ell
e,l
esélémentsdu
mil
ieu physiquequel eshommesetl essoci étésuti
li
sentetdansl esquels«il
s
pui
sent»poursat i
sfai
redi r
ectementoui ndirectementleursbesoi
nsalimentai
res
domestiques,monét ai
r e:ressourcesvégétalesetani males,eau(soustoutesles
for
mes) ,l
esol,l’
air
.Ell
econst ituel
e«Capit
al écologi
que».
RamandeFr ançoi
s(1993)av antMercr
oir
et,
appell
eressourcesnatur
ell
esl
esdi
ver
se
ressour
cesmi nér
alesoubi ologi
quesnécessai
reàl aviedel ’
hommeetpar t
antà
l
’ensembledesacti
v i
téséconomiquespropr
esàlacivi
li
sati
onindustr
iel
l
e.
a)
-Ressour
cesnaturell
esrenouv
elablesoui népui
sabl
es 
:Dontlestocknefi
nipas.
Autr
ementditdesressour
cesderésistanceousubsist
anceàl
’épui
sement.

7
b)
-Lesr
essour
cesnat
urel
l
esnonr
enouv
elabl
esouépui
sabl
es 
:
Dontl
esst
ocksf
ini
setqui
cor
respondentàuneof
frel
i
mit
eenv
olumeetent
emps.
3-Dégr
adati
ondesr essourcesnatur
ell
es 
:Ladégradati
ondesressour
cesnat
urel
l
es
estunedécr oi
ssancedel aquanti
tédesressourcesnat
urel
l
esdueàuneact i
on
anthr
opiqueounaturel
les.(
I.Tour
é2009).
4_Facteursdedégr adati
ondesr essourcesnatur
ell
es :Sel
onI.Toure( 2009),l
es
facteurs de dégr
adati
on des r
essources nat
urel
les sontd’
ori
gines nat
urel
les et
anthropiques.
4-
1Fact
eur
snat
urel
s
a)Cl
imat 
:baissedespl ui
es,bai
ssesdesnappesphr
éat
iques,i
rr
égul
ari
tédes
pl
uies,
sécheresse,
inondat
ion,
foudr
e,v
ent
b)Mouv
ement
stect
oni
ques 
:Séi
sme,
vol
can,

4-
2-Fact
eur
sant
hropi
ques 
:
a)
-Pol
i
tiquededév
eloppement
,légi
slat
ionetr
ègl
ement
ati
on.
Caract
èresector
ieldespolit
iquesdedével
oppement(agr
icul
tur
e,él
evage,
eauxetf
orêt
s,pêche,aménagementdest
err
oir
svil
l
ageoi
s).

 Manque d’i
ntégr
ati
on entr
e le syst
ème d’
expl
oit
ati
on et l
e sy
stème
conser
vat
iondelafauneetdef
lor
e.

 Inadéquat
iondest exteslégi
slati
fsetr èglements(souventinexi
stantdans
certai
nspays)
 :codedel ’
eau,del’envi
ronnement,for
esti
er,del’
hygi
ène,dela
chasseetdeprotecti
ondel afaune ;

 Non-
respectdel
arègl
ement
ati
on
b)
-Expl
oit
ati
ondesr
essour
cesf
orest
ièr
es
Fi
xat
iondesquot
asd’
expl
oit
ati
onsansét
udespr
éal
abl
es 
;
Mauv
aisepr
ati
qued’
expl
oit
ati
on
c)-Acti
vi
tésagr
icoles :
-
Mauvai
sepr atiquecul
tur
ale(
déf
ri
chement
,cul
tur
eint
ensi
vei
ti
nér
ant
esur
br
ulis)
 ;
-Réductiondutempsdejachèr
eousuppressi
ondesjachèr
es.-Epandagedes
engrais,pest
ici
desàgr
andeséchel
l
es(Intoxi
cat
iondelafaune,fl
ore,i
nsect
e
etpoisons).
d)
-Feux de brousse 
:Inf
luence di
rect
e ou i
ndi
recte des pr
opri
étés phy
siques,
bi
ologi
queset hydri
quedusol.Cesi
nfl
uencess’exer
centàtrav
ers 
:
-l
aDest
ruct
iondel acouvert
urev égét
aleetdel
adi
spar
it
iondel
acouche
d’
humusnécessai
reauxcul
tures 
;
-L’alt
érat
ionàl
asur
faceparlachal
eurqu’
i
lsdégagent
,lesselsminéraux
contenusdansl
esolcondui
santai
nsiàlalat
éri
sati
on,later
refer
til
eest
8
r
ecouvert
ed’unecouchepl
usoumoi
nsépai
ssedel

lat
éri
tequiempêchet
out
e
v
égétati
on.
e)Act
ivi
tésPast
oral
es
-sur
pât
urageetdi
vagat
iondubét
ail
 
; -Tr
anshumance
-Risquededislocati
ondesr acesl
ocal
esdecer
tai
nesr
acesanimal
esadaptées
aumi l
i
euetr ésist
antesàcer t
ainesmaladi
esdufai
tesdel
’i
ntr
oduct
ioni
ncont
rôlée
decert
ainesraces(biosécur
it
é).
f
)Expl
oit
ati
onmi
nièr
e
Dest
ruct
iondesécosy
stèmesetdeshabi
tat
s ;
Déver
sementdesprodui
tstel
squelecyanur
eetl
acont
ami
nat
ion del
afaune
aquat
ique etdesmi
croor
gani
smesdusol
.
g)Et
abl
i
ssement
shumai
nseti
nfr
ast
ruct
ure 
:
-Const
ruct
iondesv
oiesdecommuni
cat
ion -I
mpl
ant
ati
onanar
chi
quedenouv
eau
v
il
lage.
-Hameaux,
Campement
sdansl
esf
orêt
s-Ur
bani
sat
ion.
h)
-Car
boni
sat
ion(
Char
bonnage)
 :
-Végét
ati
ondét
rui
te 
;-Sol
exposéànu 
;-Régi
medescour
sd’
eauper
tur
bées 
;
-Pol
l
uti
onat
mosphér
ique 
;
5-
IMPACT :D’
aprèsvel
l
ou(1975),l
’i
mpactestunei
nci
dencenégat
iveouposi
ti
ve
d’
uneact
ionsurunél
émentdel
’envi
ronnement
.
I
MPACTPOSITIF 
:C’
estl

amél
i
orat
ionetl
aval
ori
sat
iond’
uneoudesr
essour
ces
(
Vel
l
ou1975)
 ;
I
MPACT NEGATI
F :C’
estl
a dégr
adat
ion ou l
a di
spar
it
ion d’
un cer
tai
nty
pe de
r
essour
ce.
6-UTILI
SATION 
DURABLE 
:ut
il
isat
iondesr
essour
cesàunseui
ll
eurper
met
tantdese
renouvel
er.
7-GESTION DURABLE DES RESSOURCES NATURELLES  : c’est une gesti
on
rai
sonnabl
e,unegest
ionquipermetàsesr essour
cesdeser enouveleretd’
êtr
e
conserv
éesdemanièr
epér
enne,sansêt
remenacéesparl
asurexploi
tat
ion.
8-
LADURABI
LITE 
:
Lemotdur abl
eestemprunt
édul ati
n « 
dur
abi
li
s »quidur
e.Ilqual
if
iedesr
éal
i
tésqui
subsi
stentl
ongtemps,
quisontsujet
tesàchangerouàdisparaî
tr
e.
Ladurabi
li
téestdoncdéfi
niecommeét
antl
acar
act
éri
sti
qued’
unét
atoud’
un
pr
ocessusêtr
emaint
enui
ndéfi
niment
.
Lacl
édeladur
abil
i
tédet outét
atoupr
ocessusset
rouv
edansl
anot
iondej
ust
e
pr
opor
ti
onoud’
équi
li
bre.

9
CHAPI
TRE I

:ANALYSE DES COMPOSANTES DU DEVELOPPEMENT
RURALETDEL’ENVI
RONNEMENT.
I
I-
1RESSOURCESENSOL 
:
Connaissance des sol
s :Boulei
ne.J ( 1975)di
tque « l
e solestle produi
tde
l
’al
térat
ionetduremaniementdel ’
organi
sati
ondescouchessupér
ieur
esdel acr
out
e
ter
restr
esousl ’
acti
ondel avie,del’at
mosphèreetdeséchangesd’éner
giequis’
y
manifeste 
»
Pr
opr
iét
ésphy
siques
a)Text
ure :l
atext
ureoulacompositi
ongranul
omét
ri
que,
lacomposi
ti
oncent
ési
mal
e
desdif
férentesfr
act
ionsminér
alesetsol
i
dedusol.
b)Last
ruct
ure 
:estlemoded’
agencementetdel
i
aisondes par
ti
cul
esdusolpar
desmat
ièr
esorgani
ques
Vect
eur
sdechangement
s(menaces,
fact
eur
sdedégr
adat
ion)
,impact
setsol
uti
on.
Vect
eur
s :
L’ér
osi
on,
ladéf
orest
ati
on,
lacar
boni
sat
ion(
char
bonnage)
L’
urbani
sat
ion,
lesi
nondat
ions,
lesur
pât
urage,
l’
agr
icul
tur
eit
inér
ant
esurbr
uli
s …
Et
udesdequel
quesv
ect
eur
s :

a)Agr
icul
tur
eit
inér
ant
esurbr
uli
s
a-
1Sousv
ect
eur
s :
Déf
ri
chement
-Abat
tage-mi
sedef
eu-l
abour
a-
2-I
mpact
sdecet
teact
ivi
té 
:
a-
2-1-I
mpact
sposi
ti
fs 
:

 Modededéfri
chementplusaisé,moinsf
ati
guant
,coûtt
rèsfai
ble,net
toy
age
desadv
ent
icescul
tur
alesdansleschampsavantl
amiseencult
ure 
;

 Expl
oit
ati
ondust
ockd’
humus,
fer
ti
li
sat
ionparl
escent
res 
;

 Pourl
essol
saci
des,
remont
éeduPHsur
toutdansl
esbas-
fonds
a-
2-2-
Impact
snégat
if
s :
- Sav
ani
sat
ionr
api
deàf
aibl
eremont
éebi
ologi
que 
;

- Er
osionàcaract
èreir
réver
sibl
eapr
èsdi
spar
it
iondel
afor
êtcondui
santàune
di
spari
ti
ondelastr
ateli
gneuse 
;
- Déf
orest
ati
on,
exposi
ti
ondusol
auxi
ntempér
iesdel
anat
ure 
;

- Dest
ruct
iond’
unepar
ti
edel
ali
ti
èreetdel

humusdusol
 
;

- Epui
sementdel
afer
ti
li
tédessol
s…

3Sol
uti
on 
:

10
a-
3-1Techni
quespr
évent
ives
- Li
mit
erl

ext
ensi
ondel
acul
tur
eit
inér
ant
e ;
-Pr
otégerl
esespacesmenacés 
;

- Promouvoirdenouvel
lessour
cesder
evenus 
;-Aménagementdesbas-
fonds
etpl
aines 
;-Améli
orat
iondusyst
ème 
;-Prati
quedel’
agrof
orest
eri
e.
a-
3-2Mesur
esder
est
aur
ati
on
- Fair
eler eboi
sementdesli
euxdét
ruit
sav ecde préférencedesespècesà
croi
ssancesrapi
de 
:Funt
umiael
ast
ica,
vismiagui
neensis…

b-
Inf
rast
ruct
urer
out
ièr
e :
b-
1sousv
ect
eur
s :
const
ruct
ionetmai
ntenancedesr
out
esetpi
stesr
ural
es
b-
2IMPACTS
b-
2-1I
mpact
sposi
ti
fs 
:
- tr
anspor
tdes hommes etde l
eur
s bi
ens 
; -Bon f
onct
ionnementde
l

économie 
;
- Ledésencl
avement

b-
2-2I
mpact
snégat
if
s
- Dégr
adat
iondessol
s-del
avégét
ati
on

- Di
spar
it
iondecer
tai
nesespècesv
égét
alesetani
mal
es,

- Pol
l
uti
onat
mosphér
ique-del

eau-
pol
l
uti
onsonor
es 
;

- Dépl
acementdespopul
ati
ons,
per
tur
bat
ionsdur
égi
mehy
dri
quedeci
rcul
ati
on

- Réduct
iondest
err
esagr
icol
esetdesécosy
stèmes

b-
3Mesur
espr
évent
ives
Et
udedebase(
Impact
senv
ironnement
al,
soci
aleetdef
aisabi
l
ité)
Tr
avauxder
est
aur
ati
on
-Dédommagementdespopul
ati
onsdépl
acées 
;-const
ruct
iondesi
nfr
ast
ruct
ures
sani
tai
res 
;
-ar
rosagedesr
out
espourl
alut
tecont
rel
apoussi
ère 
;-t
rai
tementdeseaux…

I
I-
2-Ressour
ceseneau 
:Vect
eur
sdechangement
-Impact
s-Sol
uti
ons

Vect
eur
s
-Cont
rôl
edel

eauparst
ockagedeseauxdesur
face 
;
-Sur
expl
oit
ati
ondesr
essour
ces
eneau ;
- Hy
draul
i
quer
ural
eetpast
oral
e ; - Déf
orest
ati
on…

Exempl
ed’
appl
i
cat
ion 
:
11
I
I-
2-1-
Cont
rôl
edel

eauparst
ockagedeseauxdesur
faces
- Ouv
ragesdet
ypes(
bar
ragehy
droél
ect
ri
que)

- Di
guei
mpor
tant
ecr
éantuner
éser
ved’
eau(
étangpi
sci
col
e)

I
mpact
sposi
ti
fs 
:
- Pr
oduct
iond’
éner
giehy
droél
ect
ri
que 
;

- Di
minut
ion,
suppr
essi
ondesr
isquesd’
i
nondat
ionàl

aval
 
;

- Amél
i
orat
ion,
créat
iond’
act
ivi
tésdepêchesetdet
our
isme 
;

- Al
i
ment
ati
ondel
anappephr
éat
iquedansl
aret
enuedubar
rage…

I
mpact
snégat
if
s
- Al

amontdubar
rage 
:

- Per
tedest
err
esagr
icol
es,
for
êtsetpât
uragesi
tuésdansl
aret
enue 
;

- Di
spar
it
iondesv
il
lagesethabi
tat
sdi
ver
sdansl
azonedubar
rage 
;

- Modi
fi
cat
iondel
afaunehal
i
eut
ique(
Mouv
ementl
i
mit
é) 
;

- Ri
squedepol
l
uti
onsetdemal
adi
es(
Ver
sdeGui
née)

Al

aval
 
:
Modi
fi
cat
iondudébi
t,dusy
stèmedecr
ue.
Techni
quespr
évent
ives
- Et
udespr
éli
minai
resdessy
stèmeshy
drol
ogi
quesetdesi
mpact
s

- Et
udesd’
i
mpactenv
ironnement
aldesbar
rages

Tr
avauxder
éhabi
l
itat
ion 
:Pr
iseenchar
gedesper
sonnesdépl
acées 

I
I-
2-2-
Hydr
aul
i
quer
ural
eetpast
oral
e :
I
mpact
sposi
ti
fs
- Ali
mentat
ioneneaudescol
l
ect
ivi
tésr
ural
es - Al
i
ment
ati
oneneaudu
bétai
l
 ;
- Réal
i
sat
iond’
adduct
iond’
eauetd’
abr
euv
oir

I
mpactsnégat
if
s :Sur
expl
oit
ati
ondel
aressour
ceeneauparr
appor
tàsacapaci

derenouv
ell
ement
.
Techni
quespr
évent
ives 
:
- Et
udesdesr
essour
cesàmobi
l
iser
 :nappesphr
éat
iques

- Choi
xdest
ypesdesi
tesd’
aménagement

12
- El
abor
ati
ond’
unschémadegest
iondespoi
ntsd’
eau.

Tr
avauxdeRéhabi
l
itat
ion
Rest
aur
ati
ondespoi
ntsd’
eaudégr
adés(
Sour
cesouf
orages)

I
I-
3 :
Faune-f
lor
e-bi
odi
ver
sit
é
Déf
ini
ti
ondest
ermes
Laf
aune 
:estl

ensembl
edesani
mauxd’
uner
égi
ondét
ermi
née
Fl
ore 
:estl

ensembl
edespl
ant
esd’
unemêmer
égi
on
Bi
odi
ver
sit
é :
Ladi
ver
sit
é,v
ari
abi
l
itéausei
ndumondev
ivant
Ondi
sti
ngue 
:
- Ladi
ver
sit
égénét
ique - Ladi
ver
sit
éspéci
fi
que

- Ladi
ver
sit
éécosy
stémi
que - Ladi
ver
sit
écul
tur
ell
e

1-
Elémentdudi
agnost
icdel

étati
nit
ial
1-
2Mét
hodedeconnai
ssanceetdesui
vi
Obj
ect
if
 :anal
yserl

étati
nit
ial
etl

évol
uti
ondumi
l
ieu
Pourcel
ail
fautsebasersur

 Ladi
mensi
onécol
ogi
que

- Ledynami
smedessol
s ;-
Ledy
nami
smedel
avégét
ati
on 
;
-Ledy
nami
smede
l
afaune

 Ladi
mensi
onsoci
ocul
tur
ell
e

- Laper
cept
iondel

env
ironnementparl
apopul
ati
on

- Ledr
oitd’
usagedesr
essour
ces

- Lesmodesd’
expl
oit
ati
onetdegest
iont
radi
ti
onnel
l
es

- Lessy
stèmesf
onci
ers,

- Lessy
stèmesdepr
oduct
ionl
ocal
e(agr
icul
tur
e,chasse,
élev
age,
pêche…)

 Fai
reuneét
ude(
inv
ent
air
e)desdi
ff
érent
sty
pesd’
uti
l
isat
iondesr
essour
ces

- Lacol
l
ect
eduboi
sdef
eu

- L’
exploi
tat
iondecer
tai
nesespècesar
bust
ivespourl
afour
nit
uredeboi
sde
ser
vice
- Lacol
l
ect
edepr
odui
tssecondai
res(
feui
l
les,
fleur
s,f
rui
ts,
raci
nes…)

- Ledéf
ri
chementdeszonesboi
séespourl

inst
all
ati
ondescul
tur
es

13
- L’
él
evage(
Bov
ins,
Capr
ins,
Por
cins…)

I
I-
3-1Vect
eur
sdechangement
- Le défri
chementdes f
oret
s etdes sav
anes 
;-I
ntr
oduct
ion d’
espèces
exot
iques
- Dév
eloppementd’
act
ivi
tést
our
ist
iques

- Sur
expl
oit
ati
ondesr
essour
ceshal
i
eut
iquesdeseauxcont
inent
ales.

- Modi
ficat
ion des r
égi
mes des eaux 
;
 -
Dév
eloppement d’
i
nfr
ast
ruct
ures
r
outi
ères
- Lachasse-L’
expl
oit
ati
ondeszoneshumi
des

Et
udedequel
quesv
ect
eur
s
I
I-
3-2-Déf
ri
chementdesf
oret
setdessav
anes
Sous-
vect
eur
sdechangement
 :
a)Déf
ri
chement
sdesf
orêt
snat
urel
l
es 
;b)I
nfr
ast
ruct
uresr
out
ièr
es
c)Expl
oit
ati
ondescar
ri
ères/mi
nes 
; d)Sur
expl
oit
ati
on,
cal
ami
ténat
urel
l
e
e)Ur
bani
sat
ion 
;f)Chasse/br
aconnage 
;g)Lesbr
iquet
eri
es 
;h)El
evage
i
) Mi
seenpl
aced’
unef
orêtar
ti
fi
ciel
l
e
Lesdéf
ri
chement
soul
adi
spar
it
iond’
unecouv
ert
urear
bor
éspeuv
entêt
redûà 
:

 Unemi
seenv
aleuragr
icol
ecr
oissant
e ;

 Unbesoi
nenéner
gief
our
nieparl
escombust
ibl
esboi
setsesdér
ivés 
;

 L’
expl
oit
ati
oni
rr
ati
onnel
l
eduboi
sd’
œuv
reetdeser
vice 
;

 L’
él
evage 
;

 Auxi
nfr
ast
ruct
uresetéqui
pement
s.
I
mpact
s
I
mpact
snégat
if
s :
dudéf
ri
chementdesf
orêt
snat
urel
l
es
 Changementdumi
crocl
i
mat
 Régr
essi
ondessol
s
 Di
spar
it
iond’
espècesi
mpor
tant
es
 Réchauf
fementcl
i
mat
ique(
plui
esaci
des,
sécher
esse)
 I
nondat
ion
 Les déf
ri
chements engendrentdes changement
s mi
crocl
i
mat
iques au
ni
veaudelazonedégradée 
;

14
 Ladispar
it
iondesespècesconcer
néesetparconséquentdesbi
otopes
associ
és 
;
 Lacréat
iond’
écosy
stèmenéof
orméou l
amodi
fi
cat
iond’
écosy
stèmes
voi
si
ns ;
 Leséconomiesdecueil
let
te(phar
macopéet
radi
ti
onnel
l
erégr
essantau
prof
itdesy
stèmesdepr
oducti
onmixte)
I
mpactposi
ti
fs 
:l
edév
eloppementdel

agr
icul
tur
e.
Techni
quespr
évent
ives 
:
 C’estd’i
denti
fi
ertout
esleszonesàv ocat
ionpar
ti
cul
ière,voi
edeprotect
ion
rapprochée,
règl
ementéeenconcer
tat
ionavecl
espopulati
onsl
ocal
es.
 El
abor
erunpl
andegest
ionél
ément
air
edesr
essour
cesnat
urel
l
es 
;
 Pr
oposerl
arev
alor
isat
ionéconomi
quedesr
essour
cesmenacées 
;
 I
ntégr
erpr
ogr
essi
vementl

élev
ageetl

agr
icul
tur
e ;
 I
ntégr
erl

arbr
edansl
epay
sageagr
air
e ;
 El
abor
erun plan degest
ion él
ément
air
edel

espaceagr
o-sy
lvo-
past
oral
e,
cy
négéti
que.
 Lut
tercont
rel
esf
euxdebr
oussei
ncont
rôl
é.
Rest
aur
ati
on/Réhabi
l
itat
ion 
:

 Uneprotecti
ondupl
usgrandnombrespossibl
ed’
échant
il
lonsr
epr
ésent
ati
fs
d’
écosystèmesmenacésdedégr
adati
on(miseendéf
ense)

 Rest
aur
ati
ondesespècesf
auni
sti
quesetf
lor
ist
iquesdégr
adéesoust
éri
l
isée.

 L’
él
abor
ati
ondepl
andegest
ion.

 Réhabi
l
itat
iondesespècesdégr
adéesoust
éri
l
isées.

II
-3-
3-La surexpl
oit
ati
on des r
essour
ces hal
i
eut
iques des eaux
conti
nent
ales 
:
Sousv
ect
eur
sdechangement
 :LAPECHE
- Capaci
tédeproduct
ionrenouv
elabl
edel
afaune,deseauxi
nsuf
fi
sant
espar
rappor
tauxpr
élèv
ements.
I
I-
2Impact
s :
I
mpact
snégat
if
s :
Ledéséquili
breécologi
quedelafaunedeseaux(poi
ssonsetpr
édat
eurs)et
paupér
isat
iongr avedesgroupessoci
auxspéci
ali
sésdanslesacti
vi
tésde
pêche,
celas’expli
quepar
 :
- L’
i
nfl
uencesurr
epr
oduct
iondesespècesdef
aunes(
poi
sson)

15
- Ladestruct
ionmassi
vedelafauneetf
lor
eparl
apol
l
uti
ondeseaux dueaux
act
ivi
tésdelapêchear
ti
sanal
es
- Ladi
spar
it
ionpr
ogr
essi
vedespr
édat
eur
sparl
apêcheexcessi
vedespr
oies

- Ladi
minut
iond’
espècedepoi
ssonsest
imés

- L’
abondance du nombre de pécheur
s aussiune i
nfl
uence gr
ave surl
a
di
spari
ti
ond’espècesdef
aune.
Impact
sposi
ti
fs 
:lapêcheestl

unedesact
ivi
tésl
espl
uspr
ati
quéesdansl
emonde,
ell
eper
met 
:
L’
augment
ati
ondur
evenudespêcheur
s
- Lacr
éat
iondel

empl
oi

- Ler
avi
tai
l
lementdupani
erdel
aménagèr
e

- Captur
e d’
espèces de poi
ssons pourl
eurét
atest
hét
ique à des f
ins de
tour
ismeoudedistr
acti
on
Lessol
uti
ons
Techni
quepr
évent
ive 
:
El
l
eper
metde 
:
- Connai
tr
elesst
ocksetl
escondi
ti
onsder
enouv
ell
ement

- Fai
redesét
udesd’
i
mpact
s.

- Réper
tor
ierl
esi
mpact
ssurl
avi
epi
sci
col
e(mor
tal
i
tédespoi
ssons)

- Etude préal
abl
eàl

int
roduct
ion d’
espèces exot
iques,or
gani
sat
ion des
pécheurs.
Techni
queder
éhabi
l
itat
ion 
:
- Lecont
rôl
edel
apêche

- L’
i
nvent
air
epi
sci
col
e

- Lecompt
agedesf
ray
èresetl
esui
videscapt
uresef
fect
uéesparl
espêcheur
s

16
Chapi
tr
eII

:Not
iondeBi
odi
ver
sit
éetd’
Ecosy
stème
1-Déf
ini
ti
on 
:unef
ract
ionv
ivant
edel
a nat
ure,c’
estl
evi
vantdanst
out
esadi
ver
sit
é
etcomplexi
té.
Labiodi
versi
té=ensembledesf or
mesdev i
esurter
re.El
l
eestlavari
étéduvi
vantet
seconsidèreàplusi
eursniveaux 
:ladi
ver
sit
édesgènes,desespècesetcel
l
esdes
écosyst
èmesdessinantlespaysages.
LaBiodi
ver
sit
édansunecommunautécorrespondàsadi
ver
sit
éspéci
fi
que,c'
est
-à-
di
reàlavar
iét
édesespècesqui
lacomposent.
Sel
onlaconv enti
onsurladiver
sit
ébiologi
queissuedu2èmesommetdel
ater
reàRio
deJaneiro en1992,labi odiv
ersit
éenglobel adiver
sit
édumondedesv i
vant
s :
di
versi
téspécifi
que,
diver
sit
édeshabi t
atsetdesécosyst
èmes.
Pour
quoi
dev
ons-
nouspr
otégerl
abi
odi
ver
sit
é ?
 Raisons Scient
if
iques 
:conser
verdes échanti
l
lons de r éfér
ence pour
évaluer les changement
s des écosystèmes, l
a r echerche sur les
écosy st
èmesafindedével
opperdesappl
i
cati
onsprati
que.
 Rai
sonséconomi
ques 
:lasécur
it
éal
i
ment
air
e,l

appl
i
cat
iondesr
essour
ces
médici
nal
es,…
 Rai
sonsét hi
ques(moral
es)
 :l
a générat
ion act
uel
leàt ’
ell
ele droi
tde
dét
rui
retouslesél
émentsdelacréat
ionenpor t
antat
tei
nteauprocessus
del
’évol
uti
ondemanièr
eirr
émédiabl
e ?
I
lesti
mpor
tantdecompr
endr
eque 
:

 Chaquefoi
squenoustouchonsàunélémentdel

env
ironnement nous
avonsunpr
obl
èmesoci
alquisepose.

 La biodi
ver
sit
é estune réponse aux changement
s env
ironnement
aux,
changementd’or
igi
nehumaineounon.

 La di
ver
sit
é cesse pourl

homogénéi
té ou l

uni
cit
é(monocul
tur
e par
exempl
e)

 Labiodi
ver
sit
és’expri
medansl av ar
iat
iongénét
iquequidéf
ini
tlanat
ure
uni
quedetoutêt
rev i
vantetdi
ff
érenci
edeuxindi
vi
dusd’unemêmeespèce.

 Labi
odi
ver
sit
écompr
enddescommunaut
éseni
nter
act
ion.
Touslesêtresvivantspeuplentdesécosystèmesoùi l
spartagentl
emêmehabi tatet
l
es condit
ions phy siques d’un même mi li
eu,liés dans une de vie.Dans cet
envi
ronnementpar tagé,l
eursv i
essontentr
elacéesdansunt i
ssuderelati
onsr
églées
parlacoopér at
ion,lacompét i
ti
on,l
apr édati
on,lasymbiose,leparasit
ismeoul e
commensalisme.
17
L’
équil
i
brefragi
ledecetensembled’i
nter
acti
onsrépondauxbesoinsdenourr
it
ureet
d’
habit
at,auxtransf
ert
sd’éner
gieetàl arepr
oducti
on.Ainsichaquemembredel a
communaut éjoueunr ôl
eessentieldansl emainti
endudél i
catéqui
l
ibr
edece
syst
ème.
Leshumai
nsf
ontpl
einementpar
ti
edel
abi
odi
ver
sit
é.
Quelquesoitl’él
oignementappar
entdenot r
eenvironnement« nat
urel
 
»dansnos
modesdev i
edepl usenpl usurbai
nsnousr est
onsi nti
mementconnectésàl a
bi
osphère,à sesécosy st
èmes,età leursfoncti
onnement sparnosl oi
sir
s,nos
act
ivi
tés,l

uti
l
isati
ondesmat i
èrespremi
ères,
del’
eauetdebi end’
autresr
essources.

Ecosy
stème 
:QUELQUESBASESCONCEPTUELLES
Déf
ini
ti
ond’
unsy
stème
Pl
usi
eur
saut
eur
sontessay
édedonnerunedéf
ini
ti
onàunsy
stème 
:
PourSaussure,l
esy st
èmeestunet ot
ali
téorgani
séefai
ted’él
ément
ssoli
dai
resne
pouvantêt
redéfi
nisquelesunsparr
apportauxaut
resenfoncti
ondel
eurpl
acedans
cet
tetotal
i
té.
PourVonBer
tal
anf
fl
y,l
esy
stèmeestunensembl
ed’
uni
téeni
nter
act
ionmut
uel
l
e.
PourJ.Lesour
ne,l
esy
stèmeestunensembl
ed’
él
ément
sli
ésparunensembl
ede
rel
ati
ons.
Decest r
oisdéf
ini
ti
ons,ilr
essor
tlesnoti
onsd’
int
err
elat
ion,det
otal
i
téai
nsiquedes
aspect
ssuivant
squicaract
éri
sentlesy
stème:
Unécosyst
èmeestunCompl exedynamiqueformédecommunaut ésdeplant
e,
d’
ani
mauxetdemi cr
oor
gani
smesetdel eurenv
ironnementnonv
ivantqui
,parl
eur
i
nter
act
ionf
ormentuneuni
téfoncti
onnel
l
e.
Un écosystème corr
espond à une communauté d’
êtr
es v
ivant
s etau mil
i
eu
(l

ensembledesél ément
snonv i
vants)dansl
equell
acommunaut éévol
ueetavec
l
equelel
leinter
agi
t.
L’
écosystème 
:Estl
ebiome+envir
onnementetlesinter
act
ionsdel
’unsurl’
autr
e.
Une communaut é estun ensemble de populati
on d’
espèces di
ff
érentes qui
i
nter
agissentl
esunesavecl
esautr
esdansl’
écosystème.
Unepopul
ati
onestunensembl
ed’
i
ndi
vi
dusdel
amêmeespèceoccupantunmi
l
ieu.
Uneespèceregroupetouslesindi
vi
dusquiontlescar
act
éri
sti
quessemblables.Ces
i
ndi
vidusdevr
ontaussi êt
recapabl
esdesereprodui
reent
reeuxetl
eursdescendants
dev
rontêtr
eviablesetf
éconds.
UnHabit
atestunmi
l
ieuoùpl
usi
eur
sespècest
rouv
entl
escondi
ti
onsnécessai
resà
l
eursur
vie.
Uneni
cheécologi
que:
 Uneni cheécologi
qued’uneespèceestlaposi
ti
onqu’occupecett
eespèce
dansunécosy stèmedonnéenf onct
iondesr
essour
cesqu’el
leexpl
oit
eetde
18
sesrelati
onsav eclesaut
resespèces.
 C’ estunendr oi
toùunani malt r
ouvepourcer t
ainscompor t
ement sdesav i
e
(nourr
itur
e,repos,r epr
oducti
on,etc.)les condit
ions opt
imales aussibi
en
cli
matique,édaphiquequebiot
ique.
Lebi ome  :Estl ’
ensembl edeshabitatsréunisenbi océnosesdiversesdansun
espacedonnégr andoupet i
t.
PROPRI
ETESETSTRUCTURESDESECOSYSTEMES
L'
ensembl
epossèdedespr
opr
iét
ésquen'
ontpasl
esél
ément
sconst
it
uti
fs.
Unécosyst
èmen’estpasunesi
mpl
ecol
l
ect
iond’
espècesetd’
habi
tat
s:i
lexi
stedes
i
nter
acti
onsent
reeux.
 
Touslessystèmesbiol
ogi
quespossèdentdenombr eusesint
eract
ionsent
rel
eur
s
él
émentsconsti
tut
if
setent
rel
'ensembl
eetlesdi
ff
érentsconsti
tuant
s.
Lessyst
èmesbiologiquesmontr
entégal
ementunet
endanceàl'
autoconser
vat
ion:la
str
uct
uresemaintienttel
lequel
l
eestendépitàlaf
oisdesfl
uctuati
onsdumilieuet
desfl
uct
uat
ionsinternesausyst
ème.
C'estlà une conséquence di
rect
e de l
eurst
ruct
ure etde l
eurf
onct
ionnement
,
responsabl
esdenombr eusesrégul
ati
ons.
L'
exi
stencedet el
ssyst
èmesaut orégulésestévi
demmentliéeàlasél
ecti
onnat
urel
le
:enl '
absencedemécani smesder égul
ati
on,unsy st
èmenepour r
aitpasper
sist
er
l
ongtemps, desort
equ'
ilnesubsistequeceuxqui enbénéf
ici
ent
.
Dansécosystème,lorsquelesfeui
l
lesdesplant
estombes,pourqu’
el
lestr
ouventà
manger,i
lfautquel esfeui
ll
essedécomposentafi
nd’avoi
rdesélémentsminér
aux
nécessai
re(phosphore,pot
assi
um,duzincdel’
azot
e,dumagnési
um,…)
Lemagnésium estcemét alquioccupelecent r
edel amol écul
edel achl
orophyll
e
grâceauquellacolorat
ionv er
teestpossibleauni veaudel aplant
e.Sonabsence
donnelachlorose.Lesmi cr
oorganismesdel eurcôtéj ouentunr ôl
eimportant 
:il
s
décomposentlesanimauxetl esvégétaux(l
it
ièr
e)etlibèrentdesélémentsmi nér
aux
ci
tésci
-dessusquelesplantesabsorbentcarnécessaireàleurv i
e.
Cesmi croorgani
smesdépendentdesani
mauxetdesv égét
aux.Ai
nsi
,lesél
éments
minéraux absorbés sonttr
ansf
ormés parles pl
ant
es en él
ément
s organi
ques
desquelslesanimauxetl’
hommesenourri
ssent
.

19
Lerecycl
agedesél
émentss’i
lnefoncti
onnepas,alorsl’
écosyst
èmen’exi
stepas.
C’
est-
à-di
rel
aphot
osynt
hèse,
laci
rcul
ati
ondelamatière,l

écoulementd’
éner
gie.
On ne peutpas conser
versans connaî
tr
el a not
ion etl
efonct
ionnementdes
écosy
stèmesetsavoi
rquetousl
esélémentsquil
ecomposentsontl
i
ésentreeux.
Dansunécosy
stème,
iln’
yapasdedéchet
,toutestmi
nér
ali
sabl
e.
Unécosy
stèmepermetdecoordonnerdesétudesde v égét
ati
on,despopulati
ons,
desmicr
oorgani
smesenmontr
antl’i
nter
dépendancequiexi
steent
recesdi
fférentes
for
mesdevie.
Unécosy st
èmeév olueàsonpr oprer y
thmeonnepeutpasl ’i
mposersamani ère
d’évol
uer.Dusolnuonpar tjusqu’àlaforêtdenseent endantver sunét atd’
équili
bre.
Etdèsl orsquelecli
matl ocalresteàpeupr èsst able,l’
écosystèmesui tlatr
ajectoire
quiestassez pr év i
si
ble etdéf i
ni.Cettet r
ajectoire 
:une v égét
ation herbacée ;
herbeuse,arbust
ive,arborescente.Cetét atcli
maci quequiestunét atdest abi
lit
é,
sonmai nti
endemandeunecer tai
necapaci t
éder ésil
ience,pourl esespèceset
l
’écosystèmedepouv oirrésist
eràunecer t
ainest ransformationafinder esteren
équili
bre.
Selonl’i
ntensi
tédespert
urbat
ions,l’
écosyst
èmeresteplusoumoinsfi
dèl
eàsa
tr
aject
oireinit
ial
e.Mai
ssil ecli
matchangedef açondur abl
eetsur
toutbr
utal
e,
l
’écosystème peutchangercompl ètementsa t
raject
oir
e etfor
merun nouvel
écosystème.
Dansces condi
ti
ons,delafor
êtdenseonvaàl aforêtsecondai
re,àl
asav
ane
ar
borée,
sav
anearbust
ive,
sav
aneher
beuse,
lapr
air
iepui
sausol nu.
Ainsi
,labiodi
ver
sit
ésuitlatr
aject
oir
edel’
écosy
stèmecar
,c’
estel
l
equidonnecet
te
physionomieàl’
écosystème.S’i
ln’yaquedesherbesondi
tquelavégét
ati
onest
herbacée.
20
Pl
usl
afor
êtestdense,pl
usilyaladiversi
téquiestunél
émentd’
appr
éci
ati
on.Et
pl
usl
afor
êtestdi
ver
sif
iéepl
usel
leeststabl
e.
La diversi
té des espèces joue un rôl
e d’amorti
sseur de réper
cussi
on des
changementsenv i
ronnementauxsurlefonct
ionnementglobal
edesécosy stèmes.
C’est
-à-
dire que dans l’
écosyst
ème avec l
a plur
ali
té d’
espèces,chacune peut
s’
adapteretrédui
rel’
eff
etdeschangementscl
imati
que.
Lef oncti
onnementd’ unécosy stèmeestcaract
érisépardesr el
ati
onsdecompét i
ti
on
(l
ast rati
fi
cati
on :dispositionétagéedel avégétati
onquij oueunr ôl
edef acil
i
tati
on
de l a circul
ati
on de l ’
ai r
,de l alumi èr
e) de pr édati
on,de par asit
isme,de
coopér at
ion/mutualisme, commensalisme.Mai ssilesréponsesdumai nti
enobservé
tendentàdi ff
érer
,lesi nt
eractionsent
relesespècesser ontaussimodif
iées.

Per
tur
bat
iondel
abi
odi
ver
sit
éetdesécosy
stèmes
Les pert
urbat
ions sont des év ènement s qui modi
fi
ent temporai
rement ou
dur
ablementlesconditi
onsd’ un mil
ieu.La destr
uct
ion t
otal
e ou par
tiel
l
e d’
une
communautéconsti
tueaussiuneperturbat
ion.
El
lepeutêtrecauséepardescat astr
ophes,desphénomènesbrutauximprévi
sibl
es,
al
éatoi
res,
pouv antconcernerdevastesespaces commel estempêtes,l
es
i
ncendi
es,lesérupti
onsv ol
caniques,l
escruesbrut
ales,
l’
att
aquesd'i
nsectesetc.
).

Ell
epeutégalementrésul
terdel’act
iond’herbi
voresoudesacti
onsanthr
opiques
depuisdesmi l
l
énair
esqui marquentprofondémentleuremprei
ntesurl
espaysages
actuel
setqui sontàl’
ori
ginedel adiv
ersif
icat
iondestraj
ect
oir
esdynamiques
observées.

L’act
ionrépét
éedecertainesper
turbati
onspeutori
ent
erlasuccessi
ondansunsens
diff
érentdecelui
normalementattendu.L’
exempledessuccessi
onsécol
ogi
queetdu
rôledesprati
quesagri
colesil
l
ustr
entcephénomène.

I
lenrésulteunecommunaut évégétaleavecuncert
aincort
ègeflori
sti
que,
moment anémentst able,
quiévoluepr ogr
essi
vementavecl'
apportdenouv ell
es
semences.Apr èsunepér i
odeoùl ehasardjoueunrôl
etrèsimportants'i
nstaure
une 
logique quipeutcependantêtr
er emiseencauseparlesimpactsd'une
pert
urbati
on.

Lasuccessi
on 
estainsi
,latransf
ormati
onpr ogressi
vedut apisvégét
alv
ers 
l
epl
us
hautdegr
édematurati
on quepermett
entlocalementlesol
etl ecl
i
mat .

Exempl
edesuccessi
onécol
ogi
que 
:
Terr
ainnu=>v
égét
ati
onpi
onni
ère=>pr
air
ie=>ar
bust
es=>
for
êt 
:
Lapr
emi
èrecommunaut
éàs’
i
nst
all
ersurunsol
nuestdi
tepi
onni
ère;
Lescommunaut
éssubséquent
essontl
essér
ies;
Lacommunaut
éfi
nal
eestunét
atd’
équi
l
ibr
est
abl
eat
tei
ntparl
ecompl
execl
i
mat
-sol

21
-
fl
ore-
fauneenunl
i
eudonné.Cetét
atd’
équi
l
ibr
eestappel
é cl
i
max.
Une successi
on estdi
te 
pri
mai
re 
quand l
a dy
nami
que se dév
eloppe à par
ti
r
d'
espacesdénudés.
Danscesdeuxcasl
ady
nami
queest
 pr
ogr
essi
ve.
Onpar l
edesuccessionr égressi
ve 
lorsquelavégétat
ionret
ourneàunephaseouun
stadedemoi ndrematurati
on,soi tbrusquement,caslepl usfréquentaprèsune
pertur
bati
on,soitl
entement( paracti
ondupât urageenforêtconduisantàunef or
êt
cl
aire etf i
nal
ementà une pel ouse,parl '
eff
etd'une surpopulati
on de gr
ands
mammi f
ères(ongul
és),outoutsimplementparunegest i
onforest
ièredégr
adante).

Causesdel

érosi
ondel
abi
odi
ver
sit
éetdesécosy
stèmes 
:
Lapauvret
é,l

anal
phabéti
smeetl
emanquedesui
vi
.Acel
ailf
autaj
out
erl
esi
mpact
s
duchangementcl
i
matique.

Conséquences 
:
Lespay ssudontdesf orêtsrichesendi versi
témai smanquedespéci ali
stepour
menerdesét udest axonomi ques, c’estl’
unedescausesdel apertedel abiodi
versit
é.
Lesestimat
ionsdi sentquesousl est r
opiquesi ly’
aenv ir
on10mi ll
ionsd’espèceset
onneconnai tqu’unf ragment .Ainsil esespècesnonét udi
éesetquisontdét ruitont
unr ôl
edansl ef onct i
onnementdesécosy st
èmesquenousi gnor ons.Enpl us,le
changementcl i
mat iquen’ apasdef ronti
ère ;lapolluti
on,l’
émissiondesél ément s
radi
oacti
fsdepuisl espay sdunor dpeutav oirdesi mpact sdanslespay sdusudà
trav
erscert
ainesespècescommel epoi ssonquipeutsef air
eabsor berparunaut re
delamêmeespèceetai nsidesui teetsedépl acerd’uneeaucont i
nentaleàuneaut re
etd’unpaysàunaut reetunef oisconsommerparl ’
hommei ltombemal ade.C’est
aussil
ecasal i
ment simpor t
és :paume, …

CHAPI
TREI
V :
LEBI
OCLI
MAT
V-
1-Déf
ini
ti
onducl
i
mat
Le«temps»estdéfi
nicommel ’ensembledesv al
eursqui,àunmomentdonnéeten
unl
ieudéter
miné,car
actér
isel’
étatphy
siquedel ’
atmosphère.Dansl
apr
ati
que,
cet
te
not
ionestét
endueàdesdur éesfi es(
ni parexemplelajournée)
.
 
C.W.Thor ntwai
te a déf inile cl
imatcomme ét ant« l
 ’
int
égr
ati
on des f
acteur
s
météor
ologiquesetclimatiquesquiconcourentàdonneràunerégi
onsoncaractèr
e
etsonindivi
duali
té »
.D’autresauteurstel
squeKoppen,RubneretL.Ponceletont
misunaccentpar t
icul
iersurl’
aspectbiol
ogi
queducli
mat .
 Le pr emier défini
t le cli
mat comme « l
’ensemble des condi
ti
ons
atmosphériquesquirendentunli
eudelasurf
acet er
rest
repl
usoumoi ns
habi
tableparleshommes, l
esani
mauxetl
espl
antes 
».
 Leseconddésignaitleclimatcomme« toutesl esinf
luencessurl
asanté,
dét
erminéesparl’
emplacementduli
eu»-Connai ssancedet ousl
esfact
eur
s
ougroupesdefact
eursmétéorol
ogi
quesquiagissentsurlasanté.
 Enf
in,l
etroi
sième,considér
aitl
e cl
i
matcomme un «ensembl
ef l
uctuant
d’
él
émentsphy si
que,chi
miquesetbiol
ogi
quescar
act
éri
santl’
atmosphère
22
d’
unl i
eudontl’
act
ioncompl
exei
nfl
uencel

exi
stencedesêt
resv
ivant
squiy
sontsoumi
s »
.
 Pourlamét éor
ologi
eint
ernati
onale,l
ecli
matestdéf i
nicomme« unensemble
fl
uctuantdesconditi
onsatmosphér i
quescaractér
iséesparlesétat
setl es
évolut
ion du t emps d’un domai ne spati
al déterminé ou un mi l
i
eu
déterminé 
».
 Decett
edéfi
nit
ionressortt
roi
sidéespri
ncipal
es 
:
a)-l
ecl
i
matestuneexpr
essi
onducompor
tementdel

atmosphèr
e;
b)-l
ecl
i
matestunensembl
edef
luct
uat
ions;
c)-l
ecl
i
matconcer
neundomai
nespat
ial
ouunl
i
eudét
ermi
né.

Comptet enudecet tediver


sit
édedéf i
nit
ions,lecl i
matappar aî
tcommeunenot ion
synt
héti
quecompl exe.Acetef f
et,ilestimpor tantdesoul i
gnerqueleclimatn’est
pasunenot ionabstrai
tequel
quesoi tladéfinit
ion retenue.I
lestimpor
tantdesav oi
r
que l’
atmosphèr eterr
est
redemeur edet out eév i
dencel emil
ieunatur
eldanslequel
nousdev onsv ivr
eetnousadapt erdontl esêt resv i
vantsetlamat i
èreorganisée
subi
ssentl’act
ion.

I
V.2-El
ément
setFact
eur
scl
i
mat
iques
 Él
ément
sducl
i
mat
L’
étatde l’at
mosphèr e ou let emps en un l i
eu déterminé s’
expr i
me parl a
combinai
son de diverses grandeurs physi
ques :température,humi di
té de l’
air
,
absence ou présence de pr écipi
tat
ions,force etdir
ection du v ent,pression
atmosphéri
que, visi
bil
it
é, indice de conf ort de l’
homme. Ces gr andeurs
communiquentau l ieu ses pr opri
étés etses caract
ères par t
iculi
ers appelés
« 
élémentsducli
matoudut emps  ».
En dehorsdecesél émentsdu cl i
mat,d’autresinter
viennentdanslecompl exe
cl
imati
quetelsque :l
echampél ectri
quedel ’
atmosphère,l’
ioni
sat
ionetr
adioact
ivi

del’
air,sat
eneur enmi cro-
organismeetcer tainsélémentsd’or
igi
netel
luri
queou
cosmique.Cesélément sducl i
matv ar
ientdansl ’
espaceetdansl etempssous
l
’i
nfl
uenced’uncert
ainnombredef acteurs.
I
V.3-Fact
eur
scl
i
mat
iques
En météor
ologi
e,les fact
eur
s du cl
i
matsontdéfi
nis parcert
aines condi
ti
ons
phy
siquesquii
nfl
uenthabit
uel
l
ementsurl
ecl
i
matetcomprennent
 :
1.Ler
ayonnementsol
air
eetl
alat
it
ude
 
Premi
èresour
ced’
éner
giequel
anat
urenousagr
atui
tementof
fer
te.El
l
eestà
23
l
’ori
ginedet outel’
acti
vit
éat mosphéri
que,ungrandnombr ederéact
ionsphysico-
chimiquesetdepr ocessusbiologi
ques.L’
éner
giepr oduit
eparleglobet er
restre
grâceauxmat ièr
esradioacti
vesestextr
êmementf ai
bleparrappor
tàcelledusoleil
.
Lescausesquimodi fi
entconstammentcet t
eénergi
esol ai
resurleglobeter
restre
i
nterviennentcommesui t
 :
  
l
adur
éei
négal
edesj
our
setdesnui
ts
 l

inci
dencev
ari
abl
edesr
ayonssol
air
es
 v
ari
ati
ondel
adi
stanceTer
re-Sol
eil

2.Nat
uredel
asur
facet
err
est
reetdesonr
evêt
ement
Lanatureetl’étatdusolsontdéf i
nisparplusieurscaractéri
sti
ques 
:Albédo,capaci

calor
if
ique,degr éd’ humidi
té,densi
téappar ente,couleur,absenceoupr ésencede
revêt
ementv égét al.Touscesélémentsinterviennentdansleséchangesd’ éner
gieet
d’humidi
téent r
el’atmosphèr eetl
asurfaceterrestre.Acela,s’
ajout
entl’
exposit
ion,
la
formeetl’or
ientation. 
Lanatur
edusoletsacouv er
turev égét
aleexercentunei
nfl
uencepr épondér
ant
esur
l
esphénomènesmi crocl
imatiques :l’
échauff
ementetlerefroi
dissementdusol-
qual
i
tésli
éesàsanatureetsonét atphysique.

3.Rel
i
efetl

Alt
it
ude
 
Ler el
iefexer
ceunei nfl
uenceper manentesurl esélémentscli
mat i
ques.Lorsque
l
’al
ti
tudeaugment e,onassi steàunedi minut
iondel apressi
on,unecr oi
ssancede
l
’i
ntensit
édelar adiati
onsol air
einci
dent
eetunabai ssementdelat empératurede
l
’ai
r,desmodifi
cationsdel ’
i
mpor t
ancedeprécipi
tat
ions.Parai
ll
eurs,onassisteàla
per
turbati
ondescour antsaériensdueàlaprésencedur el
i
ef.

24
I
ll
ust
rat
iondur
eli
ef

4.Ci
rcul
ati
onGénér
aledel

Atmosphèr
e(CGA)
Cettecircul
ati
onestunensembl edephénomènesext rêmementcomplexesdontl a
régular
it
éestdenat ur
est at
ist
ique.Lesgr andstrait
sdecettecir
cul
ati
onconsistent
enl’exi
stenced’uncourantaéri
end’ Estdansl esrégi
onséquator
ial
esetpolair
eset
d’un mouv ementd’Ouestauxl atit
udes tempér ées.A cel
a,se superposentdes
mouv ement sàcomposantemér i
dionale(Fig.
)

5.Cour
ant
socéani
ques
 
Al ’act
ion des masses d’eau océanique s’aj
out
e cell
e des courants mar i
ns
permanentschaudetfr
oid.L’exist
encedecourantsdedéri
vedueàl’acti
ondir
ectedu
ventetlescourantsdegradi entcausésparl’
accumulat
ionouler et
raitdeseaule
l
ongdesr i
vagessousl
’eff
etdesv ent
setlescourant
sdedensitédusauxi négal
it
és
dedistr
ibuti
ondanslat
empér atur
eetlasal
ini
tédesocéans.

25
6.Cy
cledel

eaudansl

atmosphèr
e
 
L’eaudansl ’
atmosphèrerésult
edespr ocessusphy si
ques.Deschangement sd’état
surviennentaucour sdesonév olut
ionetsepr odui
sentdeséchangesd’ énergieavec
l
’ai
r,condensat i
on de l
av apeurd’eau en cédantde l ’éner
gie sous forme de
chaleur. 
L’exi
stencedel ’
eau dansl ’
atmosphèreconst i
tueen el l
e-mêmel ecy cle
hydrologiquequ’ell
edécr
itpar 
:évaporat
ion,condensati
on,préci
pit
ati
on.
C’estunvéri
tabl
ef acteurcl
imat i
quebi enquesamasse moy ennenedépasseguèr e
2%demasset otaledel ’
atmosphèr e.Letauxdel avapeurd’ eaucontenudansune
masse d’airestune i ndi
cation de l a capacité de celle-cietde son or igi
ne
géographi
que.La v apeurd’eau exer ce un « eff
etsél ectifd’absor
ption 
» surle
rayonnementsolairedansl esrégionséquat ori
alesettropicalesocéaniques.Cequi
expli
queenpar t
iedel afai
blesserelati
vedest empér at
uresdanscet tezone.

I
ll
ust
rat
ionducy
clehy
drol
ogi
que

7.Massed’
ai
r
Lamassed’ ai
restunv ol
umed’ airétenduedontl escar act
éri
sti
quesphy siques
(Pressi on,Tempér
ature,Degréd’humi di
té)présent entuner el
ati
vehomogénéi t
é.Sa
positionaucour sdel’annéeestcondi t
ionnéeparl emouv ementapparentdusol ei
l
entrel esdeuxhémisphères.Ledépl acementsai sonnierdesmassesd’ ai
rapparaîtau
niveaudel aConver
genceI nter
tropical
e( CIT).Cesmasses d’
airrésul
tentde
l
’ascendancedel ’
airchaudethumi deau- dessusdel azoneéquat ori
aleetdel a
conv ergencedesventsduNor detduSud.
I
V.4-VARI
ABI
LITEDUTEMPSETDUCLI
MAT
La variabil
it
é du t
emps estun f aitd’obser
v at
ions courantes.Les v al
eurs des
élément scli
mati
quesv ar
ientd’heuresenheur esetd’ unjouràl ’aut
re.Tandisque
cell
educl i
matestdiff
ici
l
eàappr éhender.L’
analysedecesdeuxpar amètresexige
unebanquededonnéesét enduessurl eplanspat i
o-t
empor eletappuy éessurdes
repèresfiabl
es,t
émoinsd’unpassépl usoumoi nsrecul
é.
I
lrest
edansl’
hi
stoi
redel ’
humani
té,cer
tai
nsboul
ever
sementsmajeur
squiontété
per
çus comme des changement
s de cli
mat,même sileurint
erpr
état
ion ét
ait
26
consi
déréecommeunemanif
estat
iondi
vi
nequipour
rai
tvar
ierd’
uner
eli
gionàl

aut
re
(l
edélugeenestl

exempl
elepl
usemblémati
que)
.
Parailleur
s,i
lestévidentd’
admet t
requel
orsqu’
ondécr
itunclimat
,ilestnécessai
re
depr écisercommentetdansquel lemesurepeutseproduir
elafluctuat
ionoul a
vari
ation.Ainsiilestintéressantdedéter
minerl’
i
mportancedel av ari
ati
on par
rapportàl av
aleurderéfér
ence.
Lavari
ati
onetlaf l
uctuati
onsontdesaspect
si mportant
sducl i
matquinousl ai
ssent
comprendrequel ecl i
matsubitunemodi f
icati
on.Engénér al
,pourindiquercette
var
iat
ion,onpréci
sepourchaqueél émentcl
imatiqueunev al
eurderéfér
enceaut our
delaquelledesdivergencespeuventêt
reobservées.Cett
ev al
eurderéférence est
appel
ée« Moyenne »
.
L’
imagest at
ique(demeurantaumêmepoi nt,
sansmouv ement
)d’uncli
matn’estpas
uneimagev r
aiemaisilestpréfér
abledel uidonneruneimagedynami queavecla
descr
ipt
ionpr éci
sedelav ar
iat
ion 
:vari
ati
ondespar amètr
escli
matiquespermett
ant
decompr endreunphénomènemét éorologi
que.
Parlantdusy st
èmecl imati
que,ons’aperçoitqu’i
l n’
ajamaisét éexempledev ar
iati
on.
Lecl i
matact uelner epr
ésentequ’unesi t
uationpr ovisoi
re,quiestl’
expressi
ond’ un
équili
bredy namiqueàl afoisfr
agil
eetcompl exe.Lescomposant esdecesy stème
i
nteragissent à des v i
tesses dif
férentes : échanges at mosphériques rapides
répondantàuneci rculat
ionocéani
quel ente,dotéed’unefor t
einert
ie.
Certainescausessontàl ’ori
ginedeschangement scl
i
mat i
quesetparopposi tion
parmiel l
es.Cell
esqualif
iéesd’ int
ernes,spécif
iquesdel aplanèteTerr
eetcel les
externes,dépendantes du ray onnementsol aire.En réal
it
é,t ous l
es facteurs
i
nteragissentsans cesse avec un poi ds r
elati
fquidépend de l ’
échel
le spati
o-
tempor el
leadopt
éedansl’analy
se.

I
V.5Lechangementcl
i
mat
ique
1-Onentendpar« changementscli
mat i
ques»deschangementsquisontattr
ibués
di
rect
ementouindi
rectementàuneact i
vi
téhumaineal
tér
antlacomposit
ionnormale
del’
atmosphèr
emondi al
eetquiv i
ennents’aj
out
eràlavari
abi
li
ténat
urel
leduclimat
obser
véeaucoursdespér i
odescomparables.
 
2-EnMét éorol
ogi
e,leschangementscli
mati
quessontunevariati
onde«  
conditi
ons
météorol
ogiquesmoy ennes 
» 
dansunerégi
ondonnée.Cett
ev ari
ationsetradui
tpar
des changements dans tous l
es él
ément
sl i
és auxcondit
ions météorologi
ques
comme  :l
atempérature,
laconf
igur
ati
ondesvents,
lespr
éci
pit
ationsettempêtes.
3-Lechangementclimatiquecorrespondàunemodi ficati
ondurable(del adécennie
aumi l
l
iond’années)desparamèt resstatisti
ques(paramèt r
esmoy ens,variabi
l
ité)du
cli
matglobaldelaTerreoudesdi v er
scl i
mat srégi
onaux .Ceschangement ssontdus
à des processus i
ntr
insèques à l a Terre,à des i
nf l
uences extér
ieures ou plus
récemmentauxact i
vit
éshumai nes.

I
V.6-
Causedeschangement
scl
i
mat
iques
 
Causesnat
urel
l
es
Lephénomènedechangementcli
matiqueditnat
urel(
ouvar
iati
oncli
mati
que)n’
est
pastot
alementcompr
is.Mai
silexi
steplusi
eurst
héori
esquitent
entdedonnerune
27
cer
tai
neexpl
i
cat
ionàcephénomène 
:
a)-
Var
iat
iondel
aposi
ti
ondel
aTer
re
Cettethéor i
eaét épr oposéeparMi luti
nMi lankovic( 1911et1941)etl argement
approuv éeparl acommunaut ésci entif
ique.El l
eexpl iquelescyclescli
mat i
ques
gl
aciaires etinter
glaci
air
es parl es v ar
iati
ons de l’excentr
ici
té,d’obl
i
quit
é etde
précessiont err
est
res( Mouvementl entqu’ effectuel’axeder otat
ionautourd’une
positi
onmoy enneetquiestdûàl ’
attracti
ongr avit
ati
onnel l
eduSolei
letdelalunesur
l
er enfl
ementéquat ori
aldelaplanète).
Sel
oncettethéori
esansaucunf or
çage anthr
opi
que( tr
ait
ementqu’oni nf
li
geà
quel
quechosepourl ’
obligeràsedév el
opper
),lapl
anètedev r
aitent
rerdansune
nouvel
l
eèrederefroi
dissementoudansunephaseinter
glaci
air
eexcepti
onnell
ement
l
ongueetst
able(envi
ron50. 000ans)
.
b)-Var
iat
iondel

act
ivi
tésol
air
e
Cet tethéori
eestbaséesurl escy clessol air
es,dével
oppéeparl ’
al
lemandHei nri
ch
Schwab( 1840)pui sparl’amér i
cai
nGeor gesHal een1906.Cet t
ethèseestcont re-
verséeent antqu’ expl
icationuniquedur échauff
ement .Elleexpl i
quelesf aibl
es
vari
ationsclimatiquesquiontl i
eut ousl es11ans( cyclecorrespondantàceluides
tachessol air
esquiontune pér i
odi cit
é de 11 ans) .Lorsque lesr ay
onssol air
es
traversentl
est achessolaires,pl
usf roides( 4500k)quel asurfacesolair
e(5800k) ,
ce
rayonnementi nfluedemani èr
ecompl exesurl anébulosité,l’
albédoplanét
air
eetsur
l
’effetdeserrenat ur
el.
c)-Nuagesi
nter
stel
l
air
esdepoussi
ère
Cett
ethéori
eestl
apluscont
roversée.Pourcer
tainssci
enti
fi
queslor
squelesyst
ème
sol
air
epassedansunnuagei nter
stel
lai
redepoussi èr
e,unepar t
iedel ’
énergi
e
l
umineuseestabsor
bée.Cel
ainfl
uesurl aquanti
té dechal
eurquiarr
ivesurTer
reet
doncsurlecl
imat
.
d)
-Causesv
olcani
ques 
Lesémi
ssi
onsgazeusesdesv
olcansontdeuxef
fet
sinv
erses 
:
-lesaér
osol
s(émissi
onsdeH2S etdepoussièr
es)obscur
cissentl

atmosphèr
e,
augment
entl
apl
uvi
ométri
eetr
efr
oidi
ssentl
ecl
i
mat ;
-lesgrandesquanti
tésdegazàef f
etdeser
reémi
sespr
ovoquentunef
fetdeser
re
addit
ionneldoncunréchauf
fement

e)
-Causesant
hropi
quesouduesauxact
ivi
téshumai
nes
Aujourd’
huiestmaint
enantcert
ainqueleréchauf
fementdelaplanèteTer
reesten
cours.Larai
sonestimputabl
eàl’accumul
ati
ondansl’
atmosphèr
edesgazàef f
etde
serre(GES)commel eCO2,CH4,pr ot
oxy
ded’ e(
azot NO2)ainsiqueleshal
ocarbur
e
(CFCouc hl
orofl
uor
ocarbone)

28
I
ll
ust
rat
iondel

érupt
ionv
olcani
queetéj
ect
iondesoncendr
edansl

atmosphèr
e

Changement
scl
i
mat
iquesetl
aconf
érencedespar
ti
es

Fondat
ion

Lar econnaissanceduchangementcl i
matiquedatedebi enpl usde30ans.En1990,
l
epr emi errapportduGrouped'expertsint
ergouvernemental surl'évolut
ionducli
mat
(GIEC)aconf i
rmésagr avit
é.I
ladébouchésuruneConv enti
on- cadredesNat i
ons
uniessurl eschangement scli
matiquesadopt éepar154pay sl orsdel aConventi
on
deRi ode1992etqui appellel
espay sàagi renfoncti
ondel eursr esponsabil
i
téset
capacitéspourst abi
li
serlaconcentrati
ondegazàef fetdeser redansl ’
atmosphère1.
Puiselleaét érati
fi
éepar189pay sen2004.Depui slasignaturedecetaccor d
mondi aldel ut
tecontr
el eschangement sclimati
ques,uneconf érencedespar ti
es
prenantesàcetaccor d, uneCOP,set i
entchaqueannéeennov embr edécembre.

Li
stedesConf
érences

LesConf
érencesdespar
ti
es(
COP)sontconv
oquéeschaqueannéedepui
s1995.

Depui
sl'
entr
éeenvigueurduPr
otocol
edeKyotoen2005,
laConf
érencedespart
ies
agi
ssantcommeréuniondesPart
iesauPr
otocol
edeKyot
o(CMP)estconvoquée
conj
oint
ementàl
aCOP.

Depui
sl'
entr
éeenvigueurdel
'AccorddePar
isen2016,aConf
l ér
encedespar
ti
es
agi
ssantcommeréuniondesParti
esàl'
AccorddePari
s(CMA)estconv
oquée
conj
oint
ementàl
aCOPetàl aCMP.

Lesconfér
encesontl i
euchaqueannée,ell
esontli
euàBer l
in,
siègedusecr ét
ari
atde
l
aConv ent
ion-cadr
edesNat i
onsuniessurleschangementscli
mat i
ques,saufsiune
par
tieoff
red’accuei
ll
irl
asessionquiestal
orsorgani
séeparrotati
ondescont i
nents
(Af
ri
que,Asie,AmériqueLat
ine,Eur
opecentral
eetdel’est
,Europedel’ouestet
4
aut
respays) .

5
Li
stedesConf
érences(
COP,
CMP,
CMA)
Année Pays Nom Ty
peder
éuni
ont
enue Accor
dtr
ouv
é
or
ganisat
eur
COP CMP CMA

1995 Al
l
emagne Conf
érencede COP1 — —
Ber
li
n

1996 Sui
sse Conf
érencede COP2 — —

29
Genèv
e

1997 Japon Conf


érencede COP3 — — Pr
otocol
ede
Kyot
o Ky
oto

1998 Ar
gent
ine Confér
encede COP4 — —
BuenosAir
es

1999 Al
l
emagne Conf
érencede COP5 — —
Bonn

2000 Pay
s-Bas Conf
érencede COP6 — —
LaHaye

2001 Al
l
emagne Conf
érencede COP6- — —
Bonn bi
s

2001 Mar
oc Conf
érencede COP7 — —
Marr
akech

2002 I
nde Conf
érencede COP8 — —
NewDelhi

2003 I
tal
i
e Confér
encede COP9 — —
Mil
an

2004 Ar
gent
ine Confér
encede COP10 — —
BuenosAir
es

2005 Canada Conf


érencede COP11 CMP1 —
Montr
éal

2006 Keny
a Confér
encede COP12 CMP2 —
Nai
robi

2007 I
ndonési
e Conf
érencede COP13 CMP3 —
Bal
i

2008 Pol
ogne Confér
encede COP14 CMP4 —
Poznań

2009 Danemar
k Confér
encede COP15 CMP5 — Accordde
Copenhague Copenhague

2010 Mexi
que Confér
encede COP16 CMP6 —
Cancún

2011 Afr
iquedu Confér
encede COP17 CMP7 —
Sud Durban

2012 Qat
ar Conf
érencede COP18 CMP8 —

30
Doha

2013 Pol
ogne Confér
encede COP19 CMP9 —
Varsov
ie

2014 Pér
ou Conf
érencede COP20 CMP10 —
Li
ma

2015 Fr
ance Confér
encede COP21 CMP11 — Accordde
Pari
s Pari
s

2016 Mar
oc Conf
érencede COP22 CMP12 CMA1
Marr
akech

2017 Fi
dji Conf
ér encede COP23 CMP13 CMA1
Bonn e1
not
-
2

2018 Pol
ogne Confér
encede COP24 CMP14 CMA1
Katowi
ce -
3

2019 Chi
l
i Conf
érencede COP25 CMP15 CMA2
Madrdnote2
i

2021note Roy
aume- Conf
érencede COP26
3
Uni Gl
asgow

I
V.7-
EFFETDESERRE
« 
Ildoitsonnom paranal
ogi
eent
rel

atmosphèr
eter
rest
reetuneser
redest
inéeà
abri
terdespl
ant
es ».
Déf
ini
ton: L
i ’
eff
et de ser
re est un processus nat
urelde r échauffement de
l
’atmosphèreter
rest
reinduitpardesgaz(notammentleCO2)quilar endentopaque
aur ay
onnementinfr
arougeémi sparl
aTerre.Cett
eénergi
eestabsorbéeparl esGES
présentsdansl’
atmosphère 
;l’
éner
gieémiseparlasurf
aceterr
estr
eestdoncpi égée
danslesbassescouchesdel ’
atmosphèr
equel ’
onappell
e« Ef
fetdeserre 
» .

C’estgrâceàcephénomènenatur
elquel avi
eapusedév el
oppersurTerrecarsans
l
ui,latempératuremoy
enneàlasur f
acedel aTer
reser aità-18°Ccontre+15°Cen
moy enneactuell
ement
.Sanssapr ésence,not
replanèteser ai
tcongelée,excl
uant
quasimenttout evi
esurTerr
eetsi t
uantlestempér atureslesplusbassesaux
31
al
ent
our
sde-
100°
C.
Paraill
eur s,l’
eff
etde serreint
ervi
entdans le bil
an radiati
fdu sy st
ème Terre-
atmosphèr e.C’
estl’
undesélémentspri
ncipauxdusystèmecl i
mat i
que.Comptetenu
delacr oissanceexponenti
ell
edel apopulati
onmondi ale,ledév el
oppements’
est
accr
u,principal
ementmar quéparl
ar év
oluti
onindust
riel
l
edansl espaysdével
oppés
etémergeant s.
Résult
at 
:l es t
ranspor t
s, l

activi
té i
ndustr
iel
le, le chauffage, l
a combusti
on
domestiqueetlebr ûlagedesf orêt
stropi
calesinjectentdansl ’
atmosphèr
esous
formedeCO2,7mi ll
iardsdet onnesdecarboneparan.LeCO2 at mosphéri
quea
presqueaugmentéde1/ 3enunsi ècl
eetsaprogressions’accél
ère.
Paraill
eurs,l
’i
ntensi
fi
cat
iondel’él
evagedebov i
nsetdel acul
turedur i
zontf ai
t
doublerlateneuratmosphéri
queenCH4.Quantàl ’
accumul
ati
onduN2O,l ’usage
i
ntensifd’
engrai
sazotésetl
’i
ndustr
iedufr
oidetdesmoussesenplast
iqueser
aientà
l
abase.

Mécani
smesdel

eff
etdeSer
re
Lasurfacedel
aTer r
eabsorbe50%del ’
énergiepr
ovenantduSol ei
l.Lesolàsont our
réémetcetteénergi
esousf ormedechal eur( r
ayonnementi nfr
arouge)dontune
part
ieestabsorbéeparlesnuagesetcertainsgazdel ’at
mosphèr e.Cepr ocessus
équil
i
bréappelé 
« Ef
fetdeserr
e »assureunet empératurerel
ativ
ementst ableàl a
surf
acedelaTerrecommesusment i
onnée.
Enmoy enne,l’
énergieprovenantdel’
espaceetreçueparl aTerr
eetl’énergi
eémi se
parl a Terr
ev ersl’
espace sontquasimentégal es.Lorsque l
e cascont rai
re se
produisai
t,latempér at
uredel aTer
reévoluer
aitversl
echaudoul efroid.Eneffet
,si
l
eséchangesmoy ensd’énergieavecl’
espacenesontpaséqui l
ibr
és,ilyaur aun
stockaged’ énergi
eparl aTerre.Cedéséquil
ibr
epr ovoquealor
sunchangementde
tempér at
ure.
EMI
SSI
ONSDESGAZÀEFFETDESERRE(
GES)ETCHANGEMENTS CLI
MATI
QUES

 
Lesgazàef f
etdeser r
e(GES)sontdescomposantsgazeuxdel ’
atmosphèrequi
contr
ibuentàl’
effetdeser r
eenabsor bantl
esrayonsinfr
arougesréf
léchisdans
l
’espaceetréchauffantlasurf
aceterr
estredansdesplagesdet empératureque
nécessit
elav
iehumai ne.
 
LesGESquel ’
onret
rouveàl’étatnat ur
elsont 
:lavapeurd’eau,leCO2,l
’O3,l
eCH4,
l
’oxydenit
reux(oupr
otoxyded’azoteN2O).Cesgazcréentensembl euneff
etdeserre
naturel
etd’aut
resef
fet
scatastrophiquessurlecl
imatdecertainesrégi
onsduglobe.
Parai
ll
eurs,
ilexistel
esgazàef f
etdeser reindust
ri
elsquiincluentl
eshalocarbones
l
ourds(fl
uorocarburechloréincl
uantl esCFC,lesmol écul
esdeHCFC- 22commel e
fr
éonetleper foli
émét hane)etl’hexafl
uoruredesouf re(SF6).Cespri
ncipauxgaz
32
appor
tentdescont
ri
but
ionsappr
oxi
mat
ivesàl

eff
etdeser
re 
:
H2O 
: 55% 
; CO2 
:39% 
; O3  2% 
; CH4 
:2% 
; N2O 
: 2%
St
ati
sti
quedesGES 
L’
augmentati
ondel
ateneurdecer
tai
nsconst
it
uant
sat
mosphér
iquedepui
sledébut
e
du19 si
ècle 
:
CO2 30%  
; CH4 145%  
; N2O 15%
Enconclusi
on,l
eCO2 cont
ri
bueàpl usde55% aur échauf
fementcl
imat
iqueetces
émissi
ons anthr
opi
ques prov
iennent maj
ori
tairement des pays i
ndustr
ial
i
sés
not
ammentl esUSA(25%desémissi
onsmondiales).

GESdûàl

act
ivi
téhumai
ne
La plupartdes GES sontd’ ori
gine naturell
e.Mais certai
ns d’ ent
re eux sont
uni
quement dus à l ’act
ivi
té humai ne.Leur concentr
ation dans l ’
atmosphère
augmenteenr ai
sondecet teactivi
té.C’estlecaspar t
iculi
erdel ’
ozone(O3)
,du
di
oxydedecar bone(CO)etdemét hane( CH4).L’
ozoneestfourniengr andequanti

parl
’acti
vi
téindust
ri
ell
ealorsquelesCTCencor elar
gementdétruisent.Cequiper
met
deconstaterundoubl
ephénomène  :
 uneaccumulat
iond’
ozonedansl
abasset
roposphèr
eau-
dessusdeszones
i
ndust
ri
ell
es 
;
 unedest
ruct
iondel

ozonedansl
ast
rat
osphèr
epol
air
e.
Tandisquel acombust iondescar bonesf ossi
l
escommel echar bon,lali
gni
te,le
pétr
oleoul egaznaturel(CH4)rejet
teduCO2engr andequant i
tédansl’at
mosphèr e.
Onconst atequelaconcentrat
ionduCO2estpasséede280ppm ( parti
eparmill
ions),
enmoy enneaucoursdumi ll
énaireà380ppm en2005( c'
est-à-dir
e380mol écul
esde
CO2 surunmi ll
i
ondemol écul
ed’ ai
r)etconti
nud’augmenterchaqueannéede1à3
ppm/ an.Unniveaujamaisat t
eintaucoursdes400. 000dernièresannées.Cequine
l
aisse pourde nombr eux scienti
fiques pl
us de doute à pr ésentsurl ’
origi
ne
majorit
airementhumainedecet teaugmentati
on.
Enef f
et,lamoiti
éestrecycléeparlanat
ureetl’
autremoit
iérestedansl’at
mosphèr e,
ce quiaugment el’
effetde ser r
e.Les acti
vi
tés humaines dégagentd’ énor
mes
quantit
ésdeGES.C’ estpour quoi
,l
essci
enti
fi
quesquiétudientlecli
matpensentque
l
’augment ati
on des teneurs en gaz d’
ori
gine anthr
opique està l a base d’un
réchauffementclimati
que.Ces gaz à ef f
etde ser r
ef onctionnentcomme une
couverturechaudeàlasurfacedenotreTerr
eetl’empêchentainsideref
roi
dir.
Conséquencesenv
ironnement
ales
L’
effetdeser r
eauniveaudusoln’estpasensoinocifauxécosy
stèmescarsanslui
,
l
at empératureavoi
si
nerai
t-18°
C.Cependant,unexcèsdeGESdépassantlacapaci

desécosy stèmesàlapiégeretabsorberestundangerpourlaplupar
tdesespèces
évoluées.
 
Unréchauf
fementgl
obalpour
rai
tpr
ovoqueruneaugment
ati
onmécaniqueduv ol
ume
d’
eaudemer pardi l
atat
ionetparl
af ont
edescalot
tespolai
res(
englout
issement
33
des terres basses :îl
es,îlot
s…) ,mettanten pér i
lde nombr euses espèces par
acidif
icati
on des océans ( l
es phy t
opl
anct ons quiabsorbentl’
essenti
eldu CO2)
dissousdansl ’eaudemer( CO2 est60f oisplusprésentdanslamerquedansl ’ai
r
6 3
(1,8%) au lieu de (0,03%) pour un v ol
ume est i
mé à 1370. 10km .D’ aut
res
conséquencesdéj àenv uesontl ’augmentationdelapluvi
ométrieetlamodi f
icat
ion
descour antsmar ns(
i niveaumoy endesmer s).
Conséquencespourleshumains 
:Lechangementcli
mati
quenepeutqueper t
urber
l
es activ
ités humaines pl
us ou moi ns di
rect
ement :v agues de chaleur
,
l

augmentat i
onde0,
5m duniv
eaudesmer sdesrégi
onspolai
res.
Lebiocl
imatestdoncl’
i
nter
acti
onentrel
ecl
i
matetl
esêt
resv
ivant
soùl

étudede
l
’i
nfl
uenceducli
matsurl
esêtresvi
vant
s.
I
mpor
tanceducl
i
mat
 :
Lecl
i
matestunf
act
eurr
égul
ateurdel
avi
e :
Fav
ori
sel
apr
oduct
ionv
égét
ale,
del

eau,
del

air
e,desani
maux
,l’
agr
icul
tur
eet
c.

I
mpact
snégat
if
sducl
i
mat
 :
- Sécher
esse 
;Changementcl
i
mat
ique 
;Per
tedev
ari
abi
l
itégénét
ique 
;

- Modifi
cati
on du r
égi
me des cour
s d’
eau 
;Modi
fi
cat
ion des cul
tur
es v
oir
dest
ructi
on ;
- Dest
ruct
iondessol
s ;
Per
tedel
abi
odi
ver
sit
é

Techni
quepr
évent
ive
- Sensi
bil
i
sat
ion-Reboi
sement
-Agr
ofor
est
eri
e

CHAPI
TREV 
:PROBLEMATI
QUEDELAGESTI
ONDESECOSYSTEMES
Equil
ibr
edesécosystèmes :Surcet
tepl
anètedynamique,aucunécosyst
èmen’ est
stabl
emaiscer
tains,àcourtter
me,sontbeaucoupplusstabl
esquel esaut
res.Du
pointdevudelagest i
on,unedesquest
ionsfondamental
esconsist
eàsav oirsila
34
v
égét
ati
onset
rouv
eàaust
adecl
i
mat
ique.
Ai
nsisurlestr
opi
ques,i
lexi
stedeuxt
ypesdebi
otopespl
usr
épandus 
:lesf
orêt
s
pl
uvi
alesetl
essav
anes.
Lessavanes 
:Lessavanessontdesécosy
stèmesi nst
abl
es,el
l
essontsoumi sesà
diver
sfact
eursdedégradat
ion 
:Feuxdebrousse 
;Acti
ondelafaune 
;Inf
luencede
l
’homme
A-
1Modedegest
ion 
:
Afi
n de conser ver une sav ane, i
l est essent
iel d’
appl
iquer une gest
ion
i
nter
vent
ionnist
e :feucontrôl
és,popul
ati
onsanimalescontrôl
ées,équipedebois
cont
rôl
ées,chassecontr
ôlée.
B-
For
etspl
uvi
ales 
:l
esf
orêt
spl
uvi
alespr
imai
ressontenr
evanche,
enét
atcl
i
mat
ique.
B-
1Modedegest
ion
Danslesf orêtspluv
ial
es,i
lestsouhai
tabl
edelimi
terl
esi
nterv
enti
onsautantque
possi
ble,pourmai nt
eni
rlecli
maxécologi
queetper
mett
rel
ar égénér
ati
ondansles
régi
onsperturbées.

Dév
eloppementdescommunaut
ésetdesécosy
stèmes

Lasér ieév olutiveestl aséquencedesmodi ficat ionsquesubi tunecommunaut éau


cour sdut emps.
Lessy stèmesv i
vantsontdy nami quesàcausedel eurdemandei ncessant ed’éner gie.
Lesmodi fi
cati
onsdel ’
envir
onnementquiaf fect entl acapaci téd’ unécosy st èmeà
accumul eretut il
iserl’énergi
emodi fi
eronti név it
abl ementpl usoumoi nsl esy stème.
Théor iquementonpeus’ att
endr eàunest abi li
tépl usgr andesil al umi ère( ouune
aut resour ced’ éner gieut i
li
sabl e)estdi sponi blesansi nterrupt ion.Onpeutal ors
s’appr ocherd’ unét atd’ équil
ibre :l’énergiequient reestcompenséeparcel l
equisor t
ett ousl escomposant sdel ’
écosy stèmesontst ablesauni veaudespopul ations.
Cer tains écosy stèmes peuv ent se r appr ocher de cet ét at ,mai s en génér al
uni quementpourdecour tespér iodesdet empsetseul ementsi l
’onappr éciel’étatdu
sy stèmeenobser vantdesét enduesassezv ast es.Unedespr incipalest âchedes
écol ogi stes est de compr endr e comment se modi fi
ent l es écosy st
èmes et
d’ex pliquerpour quoi certainssembl entév oluerv er sunét atàpeupr èséqui l
i
br é,alors
qued’ autressemodi f
ientdef açoni mprév uetpassentpardescy clesdedest ruction
etder econst ruct i
on.Lesf ondat eur sdel ’
écol ogi eontsur toutconst atéquel es
écosy stèmes f ontsouv entpr euv e d’une r ésilience  ;Il
s peuv entêt re grav ement
per tur bésetser appr ocher,aprèsuncer tai
nt empsdel eurét ator igi
nel .Onpar tede
sér ieév olutivepourdési gnercer établissementpr évi
sibleapr èsuneper turbat i
on.
Gr âceauxdest ructionsi mput abl esàl ’
homme,onpeutt rèssouv entobser v
erl a
progr ession d’ une sér i
e.Sui te aux modi ficat i
ons des pol itiques agr i
coles,des
champs sontabandonnés ets’ ils sont ent our és ou pr oches d’ une v égét ation
nat urel l
e,onconst atequecesanci ennescul turesr ev
iennentàl eurét atpr éagr icole,
parexempl eàl af orêt.Dansl ar égi onf orestière, lasér iedébut ecommeunchampde
mauv aisesher bespourpasseràdeszonesher beuses,despr airi
esar bustivesav ec
despl ant ulesd’ arbres,desf orêt sd’ arbresàcr oi ssancer api deetf inalementaux
for êtscomposéesd’ arbresàl onguedur éedev iecapabl esdef or merdespopul ations
plusdenses.

35
Bienquel apl upar tdesexempl esl espl uscl airssoi entl i
ésauxact ivitéshumai nes,on
a aussiconst até qu’ une sér i
e pouv aitav oirune or igi
ne nat urell
e.Tout es les
format ionssontsouv entsoumi sesàl ’
unoul ’
autret ypedeper turbat i
onpourdes
rai
sons pur ementnat urell
es :f eu,inondat i
on,t empêt es,v olcanisme,sécher esse
extrême,gelhor ssai sonetat taquesexcept ionnel l
esdepat hogènesetd’ herbiv
ores
parexempl e.
LeschémadeCl ément sn’ afinal ementpuêt reunani mementr econnuparcequel e
modèl esous- jacentét aitt ropsi mpl epurpr endr eencompt et out esl esmodi fi
cati
ons
possi blesdesécosy stèmes.Auj ourd’huilesécol ogistesontt endanceàcr oir
equel es
écosy stèmesnecessentdesemodi f
ier,demul ti
plesf acteursagi ssantsurl av it
esseet
l
e sens de ces modi fi
cations.Les écol ogi stes pr éfèrentpar l
erde pr opr i
été plus
génér alecommel ar ési l
ience(facul téder ev eni ràl’étator i
ginelapr èsuneper tur
bation)
etdest abi
lité( ni veauder ési
st anced’ unsy stèmeauxper t
ur bati
ons) .Lesécol ogistes
dout entégal ementdel acapaci téder établi
ssementdel anat ureetbeaucouppensent
aujour d’huiquel esécosy st
èmespeuv entsubi rdesmodi fi
cationscat astr
ophiquess’ il
s
sontpoussést ropl oin.Lesécosy stèmesser ét abli
rontencor e,mai si l
speuv entabout i
r
àunnouv eausy stèmet r
èsdi ff
ér entdel ’ancien.

CHAPITREVI 
:LESGESTIONNAIRESDEL’
ENVI
RONNEMENT
1-
L’ét
atetl
essoci
étésparaét
ati
ques
L’ét
atcompr end l
es cadres,les f
oresti
ers,l
es gest
ionnai
res quir
elèv
entde
l
’admini
str
ati
ondanslesdif
férent
essociét
ésparaét
ati
ques.
Nousav onsaussilessociét
ésmixtesdanslesquel
lesonappli
quela r
ègl
edu
gagnant
-gagnant
,c’
est
-à-
dir
elasoci
étéàsapar
tetl’
étataussi
àlapar
t.
Exempl
e :
LaSOGUI
PAH(
Soci
été,
gui
néennedepal
mieràhui
l
eetd’
hév
éa)
.

2-
Organi
sat
ionsoci
opr
ofessi
onnel
l
es
Ce sontles gr
andes soci
étés pr
ivées,mi
xtes 
:el
l
es sonti
ndépendant
es.Par
exemples:
Quandunesoci
étéarr
ivedansunelocal
i
tépoursoni
nst
all
ati
on,si
gnedescont
rat
s
debai
lavecl

étatenpayantl
est
axes.
Pourquoisoci
oprof
essi
onnel
l
es 
?Par cequ’el
lesontun statut
,un r
ègl
ement,un
agr
ément ,t
ouslesdocumentsj
uri
diquesqu’i
lfautetconnusparl

étatsurl
eplan
nat
ional.

3-
Agent
séconomi
quesext
éri
eur
s :I
lsconst
it
uentl
acouchedesper
sonnes
hor
sdel al
ocali
téoudel ar
égi
onmaisquiytrav
ail
lenttoutencont
ri
buantau
dév
eloppementsoci
o-économi
quedecet
ter
égi
onoulocali

Exempl
e :
Unfil
sdeN’ zérékor
éenser vi
ceàFaranahetquiprati
quedel ’
agri
cul
tur
e.Non
seul
ementi
ln’estnat
ifdeFar
anahmai
scontr
ibueaudév
eloppementdeFar
anah.
Les r
efugi
ées l
ibér
iens etIv
oir
iens quitrav
ail
l
entà N’
zér
ékor
é cont
ri
buentau
dével
oppementéconomiquedeN’zér
ékoré.

4-
Lescol
l
ect
ivi
tésv
il
lageoi
ses 
:Compr
endl
esCR,
lesdi
str
ict
setl
escommunes

36
Unefoi
squev
ousar
ri
vezdanscesl
i
eux
,ilf
autobl
i
gat
oir
ementpr
endr
econt
actav
ec
eux.

St
ruct
ure 
:
- Commune 
:l
amai
ri
e

- Lasous-pr
éfect
ure:
laCR(
Communer
ural
ededév
eloppement
)

- Lev
il
lage 
:l
eDi
str
ict

- Lesect
eur
 :chefdesect
eur
.

Déci
deur
srur
aux
A ceniveaunousavons 
:lesagri
cult
eurssédent
air
es(
coopér
ati
ves)
,lesgr
andes
popul
ati
ons(f
ermesagri
col
es,él
evage).
Propr
iét
air
emarginali
sésquin’
ontqu’
uneseulepl
antati
on(Cafés,cacao)onpeutles
appel
eraussipl
anteur
soupet i
tspr
opri
étai
re 
;l
espasteurst
ranshumant s 
:quif
ontla
tr
anshumancedelieuenli
eu.

Rôl
esdesgest
ionnai
resdel

Env
ironnement
 :
 Assur
erl
esui
videl
alégi
slat
ionenv
ironnement
ale 
;

 I
nfor
mer
,vei
l
leraur
espectdel
alégi
slat
ionenv
ironnement
ale 
;

 Pr
ésent
erdesmét
hodespr
oduct
ionr
espect
ueusedel

Env
ironnement
 ;

 Fair
e en sor
te que l
es mesur
es env
ironnement
ales soi
entpr
ise à
temps 
;

 Teni
ràj
ourdesr
appor
tsenv
ironnement
aux
 ;

 Assur
erl
acommuni
cat
ioni
nter
neetext
ernemat
ièr
e d’
env
ironnement
 ;

 Fai
redesaudi
tsenv
ironnement
auxpourét
abl
i
rdespoi
ntschauds 
;

 Rédi
gerchaqueannéedesr
appor
tsdet
rav
ail
eff
ect
ué 
;

 Renf
orcerl
’i
nfor
mationdespopul
ati
onsetles aideràt r
ouv
erdes
sol
uti
onsdur
ablesdanst
ousl
esaspectsdel
eurquot
idi
en 
;

 Fai
relapromot
iondel’écogeste.Exemple 
:tri
erlesdéchet
s.Cet
te
act
ionper
metdev al
ori
seretrecycl
erlesdéchet
s.

37
CHAPITRE VI
I:LEGI
SLATI
ON LI
EE A L’
ENVI
RONNEMENT ET A LA
BI
ODIVERSI
TE
VI
I-
1/LACONVENTI
ONSURLADI
VERSI
TEBI
OLOGI
QUE

Sect
ion1 
:Cont
ext
e,obj
ect
if
setobl
i
gat
ions
Cont
ext
ed’
adopt
ion 
:
o Syst
èmemondi aldel
aFAO,conser
vat
ionetut
il
isat
iondesr
essour
ces
phyt
ogénét
iques 
;
o Engagementaffi
rmantquecesr
essour
cessontpat
ri
moi
necommun
del’
humanit
é ;
Suit
eaur apportdelaCommi ssionmondial
esurl ’
envi
ronnementde1987indi
quant
l
anécessi t
éd’adopteruneconventi
onsurlesespècesdansl emêmeespr itquela
conventi
ondesNat ionsuniessurledroi
tdel amer ,l
eConseild’
admini
str
ati
ondu
PNUEami senplaceungr oupedetravai
lsurlesujet
.LaConventi
onseraadoptéeà
l
aConf ér
encedeRi osurl’
envi
ronnementetledével
oppementde1992.
LaConv
ent
ionsurl
adi
ver
sit
ébi
ologi
queat
roi
sobj
ect
if
sessent
iel
s(ar
ti
cle1)
 :
 l
aconser
vat
iondel
adi
ver
sit
ébi
ol quei
ogi nsi
tuetexsi
tu 
 l
’ut
il
isat
ion dur
able de ses élément
s ( accès aux ressources
généti
ques 
auxtechnol
ogi
esquiendér
ivent
)etsécuri
tédesactiv
ités
port
antsurl
esOGM
 Lepartagejusteetéquit
abl
edesav antagesdécoulantdel
’expl
oitation
desressourcesgénéti
ques,not
ammentgr âceàunaccèssat i
sfaisant
auxressourcesgénéti
quesetàunt r
ansfertappr
opriédestechniques
per
ti
nent esetaussigr
âceàunfinancementadéquat .
Sonobj ecti
festdedév el
opperdesstrat
égiesnat
ional
espourl
aconserv
ati
onet
l
'ut
il
isationdurabl
edel adiv
ersi
tébiol
ogique.I
lestconsi
dér
écommel edocumentcl
é
concernantle 
développementdurable
LaConv enti
oncompr endquatr
ecatégori
esd’obl
igat
ionsspéci
fiquesconcernantles
droi
tsetlesresponsabil
i
tésenver
sl’env
ironnement,
laconserv
at i
onetl’
uti
li
sation
dur e(
abl ar
ti
cle7),l
esquesti
onsli
éesàl ’
accèsauxressour
cesetàl atechnologie
38
(
art
icl
es15,
16,
19)etenf
inl
esobl
i
gat
ionsf
inanci
ères(
art
icl
es20,
23)
.
LaConvent
ionti
entcompt
edesbesoi
nsspéci
fi
quesdespay
sendév
eloppement
pourl
esdomainessuiv
ant
s :

 créationdecapaci
tésscient
if
iques,
techniqueseti
nsti
tut
ionnel
l
esaf
in
def ourni
runsupportàlagesti
onetlami seenœuv r
edemesur es
appr opri
ées

 l
arecher
cheetl
afor
mat
ion(
art
icl
e12)
 l

éducat
ionetl
asensi
bil
i
sat
i c(
ondupubl
i ar
ti
cle13)
 échanged’
inf
ormati
onspr
ovenantdet
out
esl
essour
cesaccessi
bles
aupubli
c(art
icl
e17)

 l
acoopér
ati
ontechni
queetscienti
fi
quequidoi
têt
ref
aci
l
itéesparl
a
cr
éat
iond’
uncentr
ed’échanges(art
icl
e18)
.

Sect
ion2 
:Ev
olut
iondesdomai
nesd’
act
ion
En1993,lor
sdelasignat
uredelaConvent
ionsurl
aDiver
sit
éBiologi
que,168pays
ét
aientPart
iespr
enant
es.LaConfér
encedesParti
esadopt
el al
istedesdomaines
d’
acti
on.
L’organe subsidiair
e chargé de fourni
r des avis sci
ent
if
iques,techni
ques et
technologiques se r éuni
t pour f
aire des recommandati
ons sur des t hèmes
particul
i
ers.Ondi sti
nguelesprogrammesdet r
avai
lthémati
ques,desdomai nes
transsectori
els.

VI
I2 :CONTROLE D’
ACTI
VITES DANGEREUSES POUR LA DI
VERSI
TE
BI
OLOGIQUE
Sect
ion1 
:Lecommer
cei
l
li
cit
edel
afauneetdel
afl
oresauv
ages
§1 :LaConvent
ionsurlecommerceint
ernat
ionaldesespècesdef
auneetdef
lor
e
menacéesd’
exti
nct
ion(CITES)
,Washi
ngt
on,1973
La Convent
ionsurlecommer cei nt
ernati
onaldesespècesdef auneetdef lore
sauvagesmenacéesd' ext
inct
ion (
enangl ai
s Conv enti
ononI nter
nationalTradeof
Endangered Speci es, 
CITES) est un  accord i
nter
gouvernemental 
signé
l
e 3 mars 
1973 
à Washi
ngton.Ilestaussiappel Conv
é  enti
ondeWashi ngton
Laconventi
onsurlecommerceinter
nationaldesespècesdef auneetflor
esauv ages
menacésd’exti
ncti
onaétépréparéesuiteàuner ésolut
ionadopt éeen1963dur ant
unesessi
ondesmembr esdel’uni
oninternati
onalepourlapr otect
iondelanature.Le
text
edeconv ent
ionaétéadoptélor
sd’ uneréuniondesr epr
ésentant
sde80pay sà
er
Washingt
onDCl e3mars1963.Laconv entionestentréeenv igueurl
e1 j ui
l
let1975.
Object
if 
:LaCI TESdoi
tgaranti
rquelecommer cei
nter
nati
onaldesespècesinscri
tes
dansses annexes,ainsiquedesparti
esetprodui
tsquiensontissus,nenuitpasà
l
a conservat
ion del
abiodiver
sit
é etr
eposesuruneut i
li
sat
iondurabl
edesespèces
sauvages.
Àcet
tef
in,
laCI
TESf
ixeuncadr
ejur
idi
queetdespr
océdur
espourf
air
eensor
teque

39
l
es espèces sauv ages faisantl'
objetd'
un commerce i
nter
nat
ionalne soi
ent
pas 
sur
exploi
tées.LaCI TESmetpér iodi
quementàj
oursesdonnéesducommer ce
i
nter
nati
onald'espècesprotégéesetl
espubli
e
LaCI TES cont r
ôleetr égl
ementel ecommer ceinternati
onaldesspéci mensdes
espèces i nscr
it
es à ses annexes.Touteimpor t
ation,exportat
ion,réexpor
tat
ion
(export
ationd'unspécimeni mporté)ouintr
oducti
onenpr ov
enancedel amerde
spécimensdesespècescouv er
tesparlaConvent
iondoi têt
reautor
iséedanslecadre
d'unsystèmedeper mis.
ChaquePart
ieàlaConvent
iondoi
tdési
gneraumoi nsunorganedegesti
onchar

d'
admini
str
erlesystèmedepermisetaumoi nsuneautori
tésci
ent
ifi
quequilui
donnesonavi
ssurlesef
fet
sducommercesurlesespèces.
Lesespècescouv
ert
esparl
aCITESsontinscri
tesàl'
unedest
roi
sannexesdel
a
Conv
entionsel
onl
edegr
édeprot
ect
iondontel
lesontbesoi
n.
-L'
AnnexeIcomprendtout
eslesespècesmenacéesd'ext
inct
ion.Lecommer
cede
l
eur
sspécimensn'
estautor
iséquedansdescondi
ti
onsexcepti
onnell
es.
-L'Annexe IIcomprend t
outes l
es espèces quine sontpas nécessai
rement
menacéesd'ext
inct
ionmaisdontlecommer cedesspécimensdoi
têtr
er égl
ementé
pourévi
teruneexpl
oit
ati
onincompat
ibl
eavecleursur
vie.
LaConférencedesPar t
ies,quiestl'
organedécideursuprêmedel aConv entionetqui
comprendt ouslesEt atsPar t
ies(169en2012)àl aCITES,s' estaccordéesurune
séri
edecr itèr
esbiologiquesetcommer ciauxquicontribuentàdét ermi nersiune
espècedevraitêt
reinscr i
teàl '
AnnexeIouàl '
AnnexeII.Achaquesessi onor dinai
re
delaC.d.
P, l
esParti
essoumet tentdespr oposi
ti
onsrempl issantlescri
tèresetv i
sant
àamendercesannexes.Lespr oposit
ionssontdiscut
éespui smi sesauxv oix.
-L'AnnexeII
Icomprendt out
esl esespècesprot
égéesdansunpay squiademandé
auxaut r
esParti
esàl aCI TESl eurassi
stancepourencontrôl
erlecommer ce.La
procédureàsuivr
epourpr océderàdeschangement sdansl'
AnnexeII
Iestdi
stincte
de cell
e pourles AnnexesIetI Icarchaque Parti
e esthabi
li
tée à yapporter
unil
atér
alementdesamendement s.
Unspécimend' uneespèceCITESnepeutêt reimpor
tédansunEtatPart
ieàl
a
Convent
ionouenêt reexporté(ouréexpor
té)quesiledocumentappr
opr
iéaét
é
obt
enuetprésentéaupointd'
ent
réeoudesor t
ie.
Princi
pes :les quel ques 5000 espèces ani males etv égétales concer
nées sont
réparti
esdanst roisannexes, I,I
IetI
II
,enf oncti
ondel agravi
tédur i
squequeleurfai
t
courirlecommer cei nter
nat i
onal.LaCITESv i
seàmaî tri
sercer i
squeenlimitantl
es
mouv ement sinternationaux, qu'
il
ssoientcommer ci
auxoupas, auxseulsspécimens
accompagnés de per mis/ cert
ifi
cat
s prouv antque leurpr él
èv ementestl égalet
compat ibl
e av ec la pér ennit
é de l '
espèce concernée.Les document s CITES
représententdoncunesor tedecer t
ifi
cation,degarantied'util
isat
iondurabl
e.Leur
authentici
té,leur r ecev abil
ité et l
eur adéquat i
on av ec l es spécimens qu'il
s
accompagnentsontcont rôléesparlesdouanesenf r
ontière.
LaCI TESai nstaur
édesmécanismesdecontrôleducommer cei nternat
ionaldes
espècesenv oi
ededispari
ti
onetmenacéd’ext
incti
onetdespr oduitsdér i
vés.En
2012,prèsde5000espècesd’ani
maux(mammifères,oi
seaux,amphi biens,
poissons
etinv
ertébr
és)et28000espècesdepl
ant
essontvisésparlaconvention.
40
Auniveauducommer cei nt
er nat
ional
,laCITESami ssoussanct i
onlaRépubl i
quede
Guinée en 2013 en r aison de pr at
iques frauduleuses concernantl’émission de
cert
ifi
cats d’export
ation d’ espèces inscrit
es à l a Conv ent
ion. Les pr atiques
fr
auduleusesconcer nentprincipalementlesoiseauxmai slaGuinéeseraitégalement
uneplaquet ournantepourl ecommer cei l
l
ici
tedegr andssingesdontl echimpanz é
etlegoril
le.Àcej our,laRépubl i
quedeGui néen’apasencor eréponduauxat tentes
delaCITESetdespr oblèmesdegouv ernancel uisontreprochés.

§2 
:Lal
utt
econt
rel
ecommer
cei
l
li
cit
edansl
econt
ext
eaf
ri
cai
n
Accor
d concernantl
’ex
écuti
on commune de mesures vi
santà l
utt
ercont
rel
e
commerceil
légaldef
auneetdefl
oresauv
ages,
Lusaka,1994.

Sect
ion2 
:Lal
utt
econt
rel

int
roduct
iond’
espècesexot
iques
Beaucoupd’ activi
tésent r
aînantdesi ntroduct ionsd’
espècessontt rèsrégl
ement ées
(aquacult
ure,élev age,peausserie,animauxdecompagni e…)cependantunnombr e
i
mpor tantd’introducti
onal ieuparhasar douàl asuited’erreurshumai nes.Les
moy ensdet ransportactuelssontunecausei mport
anted’introducti
ond’ espèces
nonv oulues.En2004onév alueà5mi l
liardsdet onnesd’eaudemert r
anspor t
ée
chaqueannéeetdév er
séedansdi ffér
ent sécosy st
èmesmar ins.Celaent r
aîneune
modi f
icati
ondesécosy st
èmesetduf onct ionnementdeschaî nesalimentaires.De
mêmel esinsectesdansl escar l
i
nguesd’ av i
onsontt r
ansport
ésd’ unerégi
onàl ’
autr
e
d’oùdesmesur esdedési nfecti
onsurcer tainesprovenances.
LaDécl arati
ondeSt ockhol
m de1972aénoncél epr i
ncipequel esEtatsnepeuv ent
admettresurl eurt
erri
toi
redesacti
vi
t éssuscepti
blesdenui r
eàl ’envi
ronnementdes
Etat
sv oisinsoudansdeszonesner elev
antd’aucunesouv er
aineté ;l
ebrassagedes
espècespour rai
tdoncentraî
nerl
aresponsabili
tédel’Et
atlaxi
steencedomai ne.
Uner égl
ementat
ioninter
nat
ionales’estpeuàpeui mposéeetaujourd’
huiledr oi
t
i
nter
nat i
onali
nstaur
eunei nterdi
cti
ondepr inci
peàt outeint
roducti
ond’ espèces
exot
iquesmenaçantl asurvi
ed’ espècesendémiques.LaConventiondeBonn,l a
Conventon de Mont
i ego Bay i mposent aux Etats de contr
ôler str
ictement
l
’i
ntr
oduct i
ond’
espècesexot
iques.
Laconventi
ondeRiosurl abiodi
versi
técont
ientl
amêmei nter
dict
ion :chaqueParti
e
cont
ractant
e« empêched’int
roduir
e,cont
rôl
eouér adi
quel esespècesexot i
quesqui
menacentdes écosy st
èmes,des habi t
ats ou des espèces »( art8 à 10) .La
conf
érenceint
ernat
ional
esurl agesti
ondeseauxdeballastaadopt éuneconv enti
on
i
nter
nati
onalepourl
econt r
ôleetlagesti
ondeseauxetdessédi ment sdeballast
.
Prévenirl
’i
ntr
oducti
ond’ espècesexotiquessupposel amiseenœuv redupr i
nci
pede
précauti
on quiest i ciessent i
elpour pr otéger les ter
ri
toi
res nationaux.Les
conséquences de l ’introduct
ion d’ espèces non endémi ques sont souv ent
i
rréversi
bles même siel les ne sontpas t out es gr
aves.Les possibi
lit
és réelles
d’
éradicati
onsontsouv entf ai
bles(exempl eenFr ancedel acaulerpe,l
er apportde
l
’Académi edessciencesconsi dèrequel ’
éradicat
iondecet tealguene«  
constitue
pasunobj ecti
fcr
édibl
e » )
.

Sect
ion3 
:l
econt
rôl
edesor
gani
smesgénét
iquementmodi
fi
és
La modif
icati
on génét
ique d’or
ganismes peutdonner l
ieu à de nombr euses
appl
i
cat
ions :agr
icol
e,agroal
i
ment ai
re,phar
maceut
iquesetindust
ri
ell
es.Faceaux
41
dangerspossibl
esdel adissémi
nat
iond’
OGM danslemi l
ieunatur
el,l
’appli
cat
iondu
pri
nci
pe de pr écaut
ion sembleindi
spensabl
e.Les dépôts de brev et
s surles
bi
otechnol
ogiesontaugment éde600%danslesannéesquatr
e-v
ingt.
L’
adoptionduPr otocol
edeCar t
hagènesurl asécurit
ébi ologiquele29j anv i
er2000
const
itueuneav ancéeimport
anteenét abli
ssantunepr océdured’accordpr éalabl

l
’i
mpor tat
iond’OGM.L’absencedecer ti
tudesci ent
ifi
quen’ empêchepasdepr endre
des décisions pour évit
er ou réduirel es ef f
ets déf avorabl
es pot entiels de
l
’i
mpor tat
iond’OGM.Denouv el
l
esi nformationsscientifi
quesper mettentàunEt at
d’
annuleruneaut ori
sati
ond’i
mportati
onaccor déeant éri
eurement .Lepr otocolene
tr
anchepassurl aquesti
ondesav oirsil’OMCpour rai
tjugerd’ unéventuelr ecours
pourrefusd’i
mporterdesOGM.
Lorsdelasessiond’av
ril2002duComi téintergouver
nementalcrééàceteff
et,un
progr
amme d’ act
ion a été proposé pouraccr oî
trela capaci
té des Et
ats en
dével
oppementà appliquerce t ext
e en incluantdes procédur
es pourmesurer
l
’i
mpact,sécur
iserlamanutent
ion,letranspor
tetl ’
emball
ageainsiquepourassur
er
l
’i
denti
fi
cati
ondesOGM.

Le pr
inci
pe de pr
évent
ion 
:La pr
évent
ion doi
t êt
rel
arègl
e d’
or pour
l
’envir
onnementà l af oispourdesr aisonsécol
ogiques etéconomi ques.Ilest
souventi mpossi
bleder emédierauxdommagesécol ogiques.L’
object
ifdepr esque
tousl esinstr
ument sdudr oi
tint
ernat
ionaldel’
environnementestdepr év
enirla
détéri
orati
ondel ’envi
ronnement .Leprincipedepréventi
oni mpli
quel’uti
li
sati
onde
techniquesparti
culi
èrest el
lesquel’
analysedesri
squesapr èsl’
éval
uati
ondesef f
ets
possiblesdesactivi
téspr év
ues.
Lamét hodeprévent
iveexi
gedechaqueEtatqu’ilexer
ceune« 
dil
igence 
»c’estàdire
qu’
ilagisse r
aisonnabl
ementetde bonne f oietqu’i
lrégl
ement el es act
ivi
tés
publi
quesetpriv
éesquirelèventdesaj
uri
dict
ionoudesoncont r
ôle,siell
espeuvent
êtr
edangereusespourl’
envir
onnement.

Lepr
inci
pedepr
écaut
ion 
:
Alors que le principe de pr évention r
estelef ondementgénér aldes mesur es
protectr
icesdel’env i
ronnement ,lepr i
nci
pepréventi
on, l
apr écaut
ionchercheàév iter
l
es dommages à l ’
envir
onnement ,mai s ell
e doi t être appli
quée quand l es
conséquencesdel ’appli
cati
onpeuv entêtreparti
cul
ièrementgr avesoui r
réversi
bles,
comme l a dégradat i
on à gr ande échel l
e de l’
env i
ronnementou l a dispar
it
ion
d’
espèces.Tout efois de t els concepts sontdi ff
icil
es à déf i
niren r aison de
l
’i
ncer t
it
udesci entifi
que ;Lespol it
iquesdoiventét udierunesi tuat
ion donnéeet
détermineruneappr ochesci ent
ifiqueenf onct
iondel apr euvelapluscrédibleetl a
pl
ussci enti
fi
que.
« 
Pourpr ot
égerl’
environnement,desmesur esdepr écauti
ondoi ventêtr
el argement
appl
iquéesparl esEt atsselonleurscapacités.Encasder isquededommages
grav
esoui rr
éversi
bles,l’
absencedecerti
tudesci ent
if
iqueabsoluenedoi tpasser vi
r
depr ét
extepourr emet t
reàpl ust ar
dl’adoptiondemesur esef fect
ivesv isantà
prév
enirladégr
adationdel ’
envi
ronnement »
.Pr i
ncipe15Déclarati
ondeRi o.

42
CHAPITRE VI
II : GESTI
ON DES RESSOURCES NATURELLES ET
DEVELOPPEMENTDURABLE
 Dév
eloppementdur
abl
e :
Cont
ext
e
Danslesannées70, ungrandnombr ed’
exper
tetscientif
iqueti
rentlasonnet ted’alar
me
quantàl’
impactdesact i
vit
ésdel ’
hommesurlaplanète.Depuislarévoluti
oni ndustri
ell
e,
notr
esociétéaconnuundév el
oppementsansprécédentmai ssanst ouj
our smesur er
l
esconséquencesdel ’évolut
iondesonmodedev i
e.Acel as’estajoutéel’accélérat
ion
des échanges avec ler este du monde (l
a mondi ali
sati
on),l’accroi
ssementdes
i
négali
tésentrepaysri
chesetpay spauvr
esetl acroi
ssancedémogr aphiqueest iméeà
9mill
ionsd’habi
tant
sd’ici2050.
Commentassur erdemainunaccèsàl’al
iment
ati
onetàl’eaupot
able,àlasantéet
l
’éducat
ionpourtous 
?Commentassur
erlaprot
ect
iondel
abiodi
ver
sit
éetlut
tercont
re
l
echangementcl i
mati
que 
?
I
lestdoncur gentdetrouverunnouveaumodèlepourl
esgénér
ati
onsdedemai n
pui
ssentconti
nueràvivr
esurunepl anèt
eenbonnesanté.D’
oùledével
oppement
dur
ableunerépondeàt
outescespr
oblémati
ques.
 Dével
oppement 

estdéfinicommeét ant« l

ensembl
edest ransf
ormat
ions
soci
alesquir
endentpossibl
eunecroi
ssanceéconomi
queaut
onomeetquise
nourr
itel
l
e-même »(Per
roux,1963)

43
 Durable 
:ilestempr untédulat
in« 
durabil
i
s »si
gnif
ie« 
quidur
e ».
ilqual
i
fiedes
réal
it
ésqui subsi
stentlongt
emps,suj
ettesàchangerouàdi
sparaî
tr
e.
Ledéveloppementdur abl
epardéf
ini
ti
onestundével
oppementquirépondaux
besoi
nsdupr ésentsanscompromett
rel
agénér
ati
onfut
ureàrépondr
eauxleur
s.
Il
estsynonymede  :

 Dév
eloppementv
iabl
e ;

 Dév
eloppementsout
enabl
e ;

 Ecodév
eloppement
.

 Enj
eux,
Obj
ect
if
setmét
hodesdudév
eloppementdur
abl
e
La révol
ution industri
ell
eai ntr
oduitdes cr i
tèr
es de croi
ssance essent
iel
l
ement
économiques,pr i
ncipalcri
tèremesur abl
e :ai
nsileprodui
tint
éri
eurbrutdontl’
ori
gine
remonteauxannées1930estsouv entvucommel ’
i
ndicat
eurdelari
chessed’unpay s.
Descor r
ectionsontét éappor t
éesdansl adeuxièmemoi téduXXe si
i ècl
esurlepl an
soci
al,
av ecd’importantesavancéessocial
es.
L’
expr
essi
on«
 économi
queetsoci
ale 
»fai
tdepui
spar
ti
eduv
ocabul
air
ecour
ant
.
Maisl espaysdév el
oppésontprisconsciencedepuisl
eschocspét r
oli
ersde1973et
1979quel eurprospéri
tématéri
ell
eét ai
tbaséesurl’
uti
l
isat
ionintensi
veder essour
ces
naturell
esfi
nies,
etparconséquent,outr
el’
économiqueetlesocial
,untroi
sièmeaspect
avaitéténégl
igé 
:l’
envi
ronnement.
Pourcer tainsanal ystes,le modèl ededév el
oppementi ndustrieln’estpasv iableou
soutenable surl e pl an env i
ronnement al.Les poi nts cr uciaux en f av eurde cet te
affi
rmationsontl ’épuisementdesr essourcesnat ur elles( mat i
èrespr emi ères,éner gies
fossil
espourl eshumai ns)
,lapénur iedesr essour ceseneauxdoucessuscept i
ble
d’af
fecterl’agri
cul
t ure,ladestructi
onetl afragment at i
ondesécosy stèmes, notamment
l
a déf orestati
on quise mani f
est e parl a destruct ion des f orêtst ropicales ( f
orêt
amazoni enne, f
orêtdubassi nduCongo, forêtindonési enne) ,
ainsiquel adi mi nutionde
l
abi odiversit
équidi mi nuelarésiliencedel aplanète.Lescat astrophesi ndust ri
ellesde
cest r
ent edernièresannées( Sev eso( 1976) ,Bhopal( 1984) ,Tcher noby l(1986) ,Exxon
Valdez( 1989),etc. )onti nt
erpell
él ’opini
onpubl i
queetl esassoci ationst ell
esquel e
WWF, l
esAmi sdel aTer reouencor eGreenpeace( voirl achr onologiedel ’écologisme) .

Obj
ect
if
s
Ledéveloppementdur abl
evisedoncàréconci
l
ierl
acr
oissanceéconomi
queav
ecl
a
pr
otect
iondel’env
ironnementetl
acohési
onsoci
ale.
Ils’
agitdoncdedéfini
rdesschémasviablesquiconci
l
ientlest
roi
saspectsécol
ogique,
social et économique des acti
vi
tés humai nes appelés 
:les troi
s pili
ers du
développementdurablequelescoll
ectiv
ités,l
esentrepr
isesetlesindi
vidusdoivent
prendreencompt e.
C’
estquoi
réel
l
ementl
edév
eloppementdur
abl
e ?
Commentyar
ri
ver
 ?
Le dév
eloppementdur
abl
e doi
tteni
rcompt
e si
mul
tanémentde 
:l’
équi
té soci
ale,

44
l
’eff
icaci
tééconomiqueetl
aqualit
éenv i
ronnement
ale.Lacombi
nai
sondecest
roi
s
pil
i
erss’appui
esurquatr
epr
inci
pesfondamentaux
.

Lespi
l
ier
sdudév
eloppementdur
abl
e :
Tr
oispi
l
ier
sàpr
endr
eencompt
eparl
escol
l
ect
ivi
tés,
lesent
repr
isesetl
esi
ndi
vi
dus.
 Ef
fi
cacit
ééconomi
que :ils’
agitd’
assurerunegest
ionsai
neetdur
abl
e,sans
pr
éjudi
cepourl

env
ironnementetl
esocial.
 Equi
tésocial
e :sati
sfai
relesbesoi
nsessent
iel
sdel ’
humani
téenlogement,
al
iment
ati
on,santé,éducationenrédui
santl
esinégal
i
tésent
relesi
ndiv
idus,
dansl
erespectdeleurscul
tures.
 Quali
téenvir
onnemental
e :pr
éserverl
esressour
cesnat
urel
l
esàl ongtermeen
maintenant l
es grands équil
ibr
es écologi
ques et l
imi
tant des impact
s
envi
ronnementaux
.
Laf i
nali
tédudéveloppementdur ableestdetrouverunéqui l
i
br ecohérentetviabl
e
entrecestroi
senj
eux.Acest r
oispili
erss’
aj
out
eunenj eut
ransv ersal
,deplusenplus
considérécommel equat r
ièmepi l
ierdudével
oppementdur able,indi
spensabl
eàl a
défi
niti
onetlamiseenœuv r
edepol i
ti
quesetd’act
ionsr
elati
vesaudév el
oppement
durable 
:l
abonnegouvernance.
La bonne consist
e en la par
ti
cipat
ion de t
ous les act
eur
s(ci
toyens,ent
repr
ises,
associ
ati
ons,élus…)au processusdedéci sion 
;ell
eestdecef ai
tunef ormede
démocrat
ieparti
cipat
ive.
Ledév eloppementdur ablen’estpasunét atst
ati
qued’harmoni e,maisunprocessusde
transf
ormat i
on dans l equell ’
expl
oit
ati
on des ressources nat ur
ell
es,le choi
x des
i
nv est
issement s,l’
ori
ent at
ion des changementst echniques eti nst
it
uti
onnels sont
renduscohér entsavecl’aveni
rcommeav eclesbesoi
nsdupr ésent.
C’estune r
ègl
e de j
eu f
ondée surde nouv
eaux modes de pr
oduct
ions etde
consommati
onquirempl
acelacroyanceenunecroi
ssanceil
l
imit
éet abondance
i
nf i
nie.
Sonpr
inci
peestd’
accr
oît
rel
ebi
en-
êtr
esansdét
rui
rel

env
ironnementnat
urel
.
Le dével
oppementdur
able condui
tà un r
éexamen en pr
ofondeurdu r
appor
tdes
soci
étésàlanat
ure,
àl’
économieetaut
ravai
letfi
nal
ementàladémocrat
ie.
Ilexpri
meuneruptur
eavecl’
idéol
ogi
edudév
eloppementetdel
a moder
nisat
ionquia
préval
uapr
èslasecondeguer
remondial
e.
Ledéveloppementdur
abl
edonci
mpl
i
quel
erespectetl

équi
l
ibr
edansl
arecher
chedu
bi
en-
être :
 Equil
i
breentr
ebesoi
nshumai
nsetl
acapaci
tédel

env
ironnementdel
es
sat
isfai
re 
;
 Equi
l
ibr
eent
rebesoi
nsdesgénér
ati
onsact
uel
l
esetf
utur
es 
;
 Equi
l
ibr
eent
rebesoi
nsdesr
ichesetdespauv
res.
Lanot
iondedév
eloppementdur
abl
ereposesurdeuxconcept
scl
és 
:leconceptde

45
besoi
netd’
équi
l
ibr
e.
Onpeutrepr
ésenterces3pi
l
ier
s,parceschéma:t
roi
scer
clesent
remêl
ésav
ecenl
eur
cent
re,
le«dur
able»;

Lesquat
repr
inci
pesf
ondament
aux 
:
 Lasolidari
téent r
elespays, entr
elespeuples,ent
relesgénér
ati
ons,etentr
eles
membr esd’unesociété:partagerlesr
essourcesdel aTer
reavecnosv oi
sinsen
l
aissantànosenf ants.
Parexempl e: économiserlesmat i
èrespremièrespourqueleplusgrandnombre
enprofite.
 Laprécauti
ondansl esdécisionsafi
ndenepascauserdecatastr
ophesquand
onsaitqu’i
lexi
stedesrisquespourl asant
éoul’
envir
onnement.
Parexemple: l
i
mi t
erlesémi ssionsdeCO2pourfr
einerl
echangement
cl
imatique.
Laparti
cipati
ondechacun,quelquesoitsaprof
essionousonstat
utsoci
al,
afi
n
d’
assurerlaréussi
tedepr
ojetsdurabl
es.
Parexempl e:mettr
eenplacedesconseilsd’
enfant
setdejeunes.
 Laresponsabil
it
édechacun,ci
toyen,
industr
ielouagri
cult
eur.Pourquecel
uiqui
abî
me, dégradeetpol
l
ue,répar
e.
Parexemple: f
air
epayerunetaxeauxindustri
esquipol
luentbeaucoup.
Ell
ereposesurunegest i
onglobaledesbesoinshumai
ns,penséesurl
elong
ter
me, del’
échell
elocal
eàcelledelaplanète.
Cettegesti
onv i
sel’
équi
li
breentrecroi
ssanceéconomi
que,bien-
êtr
edes
personnesetrespectdel’
envi
ronnement :
Economie :dével
opperl a cr
oissance etl’
eff
icaci
té économi
que pourfavor
iserl
a
créat
ion de ri
chesses pourt ous à t r
aver
s des modèl es de pr
oduct
ion etde
consommat i
ondurables.
Social
 
:sati
sfai
relesbesoi
nshumains(enmati
èredesant
é,l
ogement
,consommat
ion,
éducati
on…)etrépondr
eàunobject
ifd’
équi
tésoci
ale.
Envi
ronnement
 :préser
ver
,amél
i
oreretv
alor
iserl

env
ironnementetl
esr
essour
ces
nat
urell
essurl
elongter
me. 

46
Lesact
eur
sdudév
eloppementdur
abl
e
Toutle monde estconcer
né,chaque i
ndi
vi
du j
usqu’
àl’
Etatetl
es or
gani
sat
ions
i
nter
nat
ional
es.
Toutl
emondepeutr
éfl
échi
retagi
rpourchangerl
eschoses 
:
Lesenf
antsetlesparents-l
esécol
es-l
esv
il
les-l
esr
égi
ons-l

Etat
-lesassoci
ati
ons-l
es
ent
repr
ises-l
esagr
icult
eurs…

Lesf
inal
i
tésdudév
eloppementdur
abl
e
 Lut
tecont
rel
echangementcl
i
mat
iqueetpr
otect
iondel

atmosphèr
e ;
 Pr
éser
vat
iondel
abi
odi
ver
sit
éetpr
otect
iondesmi
l
ieuxetdesr
essour
ces 
;
 Epanoui
ssementdet
ousl
esêt
reshumai
ns 
;
 Cohési
onsoci
aleetsol
i
dar
it
éent
rel
esgénér
ati
ons 
;
 Dynamiques de dév
eloppementsui
vantdes modes de pr
oduct
ion etde
consommationr
esponsables.

Lesél
ément
sdét
ermi
nant
sdel
adémar
che
 Lapar
ti
cipat
iondesact
eur
s ;

 L’
organi
sat
iondupi
l
otage 
;

 Tr
ansv
ersal
i
tédesappr
oches 
;

 L’
éval
uat
ionpar
tagée 
;

 L’
amél
i
orat
ioncont
inue

Schémasdudév
eloppementdur
abl
e

I
lnousr
evi
entdenousposerl
esquest
ionssui
vant
es 
?
Lemodedev i
edessociét
ésdeconsommat
ionest
-i
lcompat
ibl
eav
ecl
agest
iondur
abl
e
desr
essour
cesnatur
ell
es?
47
Commentpeut
-onconj
uguerdév
eloppementdur
abl
eetpr
ospér
it
ééconomi
quedansun
marchémondi
aldepl
usenpluscompéti
ti
f?
Quelssontlesimpact
sréelsd'
uneexpl
oit
ati
oni
ntensi
vedesf
orêt
soudel
'
eaupot
abl
e,
parexemple,surl
esécosyst
èmesnatur
els?
EnAf r
ique,commeai l
l
eursdansl emonde,lagesti
ondesr essourcesnatur
ell
esest
sourcedenombr euxdébats.Laf orêt
,l'
eaupot
able,lester
resar ables,l
esstocksde
poissons,lesmi nes,lagestiondesdéchets,l
abi odiv
ersi
tésontaucœurd' enj
eux
cruciauxpourl'
avenirdenotr
esoci
ét é.
Eneffet
,toussoul
èventl
aquesti
ond'undével
oppementqual
if
iédedur
abl
e,c'
est-
à-di
re
quir
épondauxbesoinsduprésentsanscompromett
relapossi
bil
i
tédesat
isf
air
eceux
desgénér
ationsf
utur
es.
Danscet teper specti
ve,unegest i
onopt i
maledesr essourcesnenécessit
er i
ende
moinsqued' él
imi nerl
esmodesdeconsommat i
onetdepr oducti
onnondurablesdans
notresociét
é.Cechangementdecappasseparl aréducti
onàl asour
ce,
lavalori
sat
ion
etlarestaurat
iondesr essour
ces.Ilsupposeégal
ementl '
uti
li
sat
iondeprocédésplus
eff
icacesetdet echnologiespr
opres.
Auquot idi
en,celadev rai
tsetraduir
epardesgest esconcretscommeceluid'
adopterde
nouvell
eshabi tudesder ecyclage,d'év
iterlegaspi l
lageoudepr iv
il
égi
erl'
achatdes
produit
say antpeud' impactsnégat i
fssurl'envi
ronnement.Quantauxentr
epri
ses,ell
es
peuventamél i
or erleursprocédésetcr éerdenouv eauxprodui
tsquiexi
gentmoinsde
ressourcesouut il
isentdesmat ièr
esrésiduell
es.
Lat ransformationdenosmani èr esdef air
edansl er espectdel '
env i
ronnementetl a
vol onté d'assurerl av i
gueuréconomi que en Af ri
que ai nsique le bi en-être de sa
popul at
ion dépendentde not re capacité d'i
nnover.La r echerche sci entifi
que et
technol ogiqueestunpui ssantlev i
eràcetégar d,quecesoi tenmat ièredev alorisati
on
de l a bi odiversit
é,de décont aminat
ion des sol s,d' exploi
tati
on des r ésidus ou
d'économi esoci ale,parexempl e.Desdémar chesder echerchesontencour ssur
plusieur sfrontsdansuneopt i
quededév eloppementdur ableetilimpor t
edecont inuerà
faire pr ogresser l es connaissances pour ai der l
’Afrique à al ler plus l oin et
év entuellement, àdevenirunchefdef il
edansl edomai ne.

48