Vous êtes sur la page 1sur 12

Les fonctions oro-faciales

I. La Respiration
1. Rappel Anatomique des cavités nasales :
Le Squelette osteo-cartilagineux :
a) Les Parois :
 Paroi supérieure (Voûte):
-Segment antérieur fronto-nasal: Os nasaux + épine nasale du
frontal
-Segment supérieur ethmoïdal : lame criblée de l’éthmoïde
-2 segments postérieurs sphénoïdaux : face antérieure verticale et
face inferieure ( presque horizontale ) du corps du sphénoïde
 Paroi inferieure (Plancher) :
-processus palatin du maxillaire + lame horizontale du palatin
 Paroi mediale (septum) :
-Lame perpendiculaire de l’ethmoide en haut
-Le vomer en bas et en arrière
-le cartilage du septum en avant
 Paroi laterale :
-etage superieur ethmoidal 
-etage inferieur maxillaire ( separant la cavité nasale du sinus
maxillaire en avant et la fosse infra-temporale en arrière)
 Cette Paroi presente les 3 cornets ( sup, moyen , inf) et les
meats

La croissance des fosses nasales dans le sens sagittal , en deture


mixte , est liée à l’activité des synchondroses spheno-occipitales
b) Les orifices :
 Orifice anterieur ( Ouverture piriforme) 
 Orifice posterieur ( Les choanes ) : au niveau du naso-pharynx
o limitées medialement par le bord posterieur du Vomer
o Lateralement par la lame mediale du processus pterygoide ,
o En haut par la face anterieure du cors du sphenoide
o En bas par le bord posterieur de la lame horizontale du
palatin qui se termine medialement sur l’epine nasale
postérieure
c) Le squelette cartilagineux :
-3 cartilages principaux : cartilage septal , lateral , grand cartilage alaire
-cartilages accessoires
Le Revêtement cutanéo-muqueux :
a) Région vestibulaire :
-A revêtement cutané adherent , glandes et poils filtrant l’air
b) Région olfactive :
-Au-dessus du bord libre du cornet sup, jaune et à surface reduite
c) Région respiratoire :
-Au-dessous de la région olfactive , rouge vive , riche en glandes et vaisseaux
Les sinus para-nasaux :
a) Labyrinthe ethmoidal : 7 à 9 cellules ethmoidales de chaque coté
b) Sinus de la face : frontaux , maxillaires , sphenoidaux ( le maxillaire s’ouvre
dans le méat moyen

2. Physiologie de la respiration :
a) Mecanique :
 Mouvements :
-Inspiration : Diaphragme et M. intercostaux externes ,
accessoirement les elevateurs des cotes
-Expiration : M.intercostaux internes et abdominaux
-Mouvements accessoires : Narines et glottes pour la phonation
 Rythme : 40 inspiration/minute a la naissance , 16/min adulte ,
500ml à chaque inspiration
3. Physio-pathologie de la respiration :
La respiration buccale s’installe lors d’une gene de la respiration nasale ( arrivée
d’air par le nez insuffisante ). Un comportement atypique se crée pour permettre
cette respiration de secours :
 Langue basse et anterieure
 Levres entrouvertes
 Abaissement de la mandibule
 Diminution de l’activité des muscles dilatateurs des narines
 baisses de la pression intra-sinusienne

Ce qui entraine :

 Malocclusions dans les 3 sens


 Augmentation de l’hauteur de l’étage inf et rotation postérieure de la
mandibule
 Croissance de la face en vertical
 Diminution du diametre transversal du maxillaire ( position basse de la
langue, defaut de pneumatisation des sinus , pas de stimulation de la suture
mediopalatine)

Etiologies

Non
Obstructives obstructives

Fonctionnelles:
-hypotonie des ailes du nez -Endoganthie maxillaire
-Hypertrophie des cornets -Les fentes maxillaires
par remplissage sanguin -Anomalie linguale :
. Macroglossie
Organique : . Ankyloglossie
-Hypertrophie adénoïdienne -Succion du pouce
-Tuméfaction inflammatoire -Syndrome de Robin
de la muqueuse linguale
-déformation squelettique
4. Consequences de la respiration buccale :
a) Au niveau de l’etage moyen (nasal) :

-inflammation chronioque de la muqueuse nasale


-hypotrophie du maxillaire ( par hypodeveloppement des sinus ) et
hypodeveloppement maxillo-malaire dans les 3 sens , entrainant un
affaissement des pommettes
-etroitesse des fosses nasales
-Hypotonie des muscles dilatateurs narinaires et M. para-nasaux
b) Au niveau de l’étage inferieur ( buccal) :
 Adaptation posturale : la nécessité du maintien d’une bouche
entrouverte crée une nouvelle position de repos de la mandibule et
donc apparition du « Long face syndrome »
 Effet sur les arcades dentaires :
o Sens transversal :
-endognathie maxillaire , avec palais étroit ogival
-articulé croisé bilateral , unilateral isolé ou associé à une
deviation mandibulaire.( l’étroitesse de l’arcade superieur
aboutit à une occlusion cuspide-cuspide des molaires
temporaires qui est une situation instable , l’enfant va faire
une latero-deviation mandibulaire pour une occlusion plus
stable = articulé croisé du coté du glissement)
o Sens sagittal :
-Aspect de pseudoprognathie mandibulaire avec articulé
croisé anterieur , du à l’hypodeveloppement du maxillaire
o Sens vertical :
-Beances dentaires ( infraclusion ) ou basales par
hypodeveloppement du prémaxillaire
 Alteration de la position de repos linguale : position basse de la
langue induit une déglutition atypique et troubles phonatoires , et
des répercussions nocives sur la croissance des maxillaires et
l’agencement des arcades
c) Manifestations generales :
 Voussure du dos par hypo développement de la cage thoracique
 Absence d’air frais nasal indispensable au bon
sommeil/fonctionnement cerebral
 Faible resistance aux efforts physiques
 Infections tracheo-branchiques
5. Diagnostic :
a) Interrogatoire :

 Angines/Otites / Sinusites /Rhino pharyngites


 Ecoulements et croutes narinaires
 Intervention antérieur sur les amygdales et les végétations
adénoïdes
 Renflements nocturnes
 Allergie et Asthmes
 Comportements para fonctionnels : interposition linguale
b) Examen general :
 Epaule voutée
 Poitrine effacée
 Pieds plats
 Aspect endormi
c) Examen facial :
 Visage pale
 Yeux cernés
 Ailes du nez atoniques
 Incompétence labiale
 Lévres desséchées
 Menton allongé vers le bas (Face hyperdivergente et angle goniaque
ouvert )
d) Examen intra-buccal :
 Poly caries
 Gencive rouge enflammée
 Amygdales hypertrophiées
 Articulé inversé uni ou bilatéral
 Palais profond ogival
 Langue basse et en avant
 Malocclusion CLII CLIII
 Encombrement dentaire
e) Tests fonctionnels :

Test de Rosenthal :
Mesure du poul du patient en respiration naso-nasale
 Negatif si après 15 cycles le patient ne presente aucun signe
de fatigue et n’ouvre pas sa bouche 
 Positif si :
-Le patient ouvre sa bouche
-acceleration du poul et de la ventilation
-apparition de taches rouges sur les pommettes et
elevation des épaules

Test de Gudin :
Pincement du nez du patient pendant 2 secondes , 4 possibilités lors
du relâchement
 Leger battement des ailes du nez : reflexe correct
 Battement apparait quelques secondes plus tard : reflexe
bon mais retardé
 Nez reste pincé : reflexe nul
 Narines se decollent sans battement : reflexe nul
Test du miroir de Glatzell:
Un miroir refroidi interposé entre la lèvre sup et les narines se
couvre de buée lorsque la respiration nasale est normale
f) Examen radiologique :
 Radio panoramique : visualiser les parois et muqueuses du sinus
maxillaire
 La téléradiographie de profil :
-Amygdales hypertrophiées
-Rétrécissement du carrefour aéro-digestif
-Langue basse et recul de l’os hyoide ( plaqué contre le rachis)
-Ouverture de l’angle goniaque et rotation postérieure de la
mandibule
-Ascension et recul de l’ENA

6. Traitements :
 Preventif :
-Ablation des amygdales
-traitement des allergies
-fermeture des fentes congenitales
-eradication des parafonctions

(il faut situer l’enfant sur sa courbe de croissance ( avant pic pubertaire ) pour le TTT orthodontique
et orthopedique)

 Orthodontique: par le quad hélix : est un appareil d’expansion soudé sur 2


bagues molaires , amovible
Le quad hélix est déposé et réactivé tous les 2 ou 3 rendez-vous jusqu’à
l’obtention de l’expansion souhaitée ( 6 à 9 mois )

 Orthopedique : Par le disjoncteur HIRAX on réalise une disjonction


maxillaire rapide ( sur bagues ou gouttières
Rupture de la suture médio palatine ( synfibrose )

II. La deglutition :
1. La deglutition fonctionnelle :
 Lèvres jointes non contractées
 Arcades serrées dents en occlusion
 Langue contenue à l’interieur des arcades
 Pointe de la langue en appui palatin anterieur
2. Deglutition Dysfonctionelle (atypique , infantile ) :
 Persistance de l’interposition linguale entre les dents
 Crispation de la musculature peri-orale

Le diagnostic necessite l’etablissement du mur incisif = 8 ans

3. Etiologies :
 Facteurs neurophysilogiques : Trouble de maturation du SNC
 Facteurs occlusaux : mauvais calage mandibulaire
 Facteurs morphologiques :
-amygdales hypertrophiées ( langue basse et en avant)
-macroglossie
-brieveté du frein lingual
-deformation alveolaire dues aux parafonctions
-Respiration buccale (langue basse et en avant)
 Parafonctions
 Grands syndromes :
-Syndrome de Robin : Glossoptose et micrognathie mandibulaire
-Cauhepe et Fieux : interposition de la langue en deglutiton , endoalveolie
maxillaire , laterodeviation mandibulaire
4. Consequences des dysfonctions linguales :
a) Dans le sens vertical :
 Beance anterieure : beance incisive fonctionnelle due à la
propulsion de la pointe de la langue
 Beance laterale : par interposition linguale , empêchant l’eruption
des dents et croissance des processus alveolaires
b) Dans le sens transversal :
 Endoalveolie/endognathie maxillaire : par hypodéveloppement
maxillaire du a la position basse de la langue ( maxillaire étroit , en
lyre ou en V, incisives latérales en palato-position , canines en
ectopie vestibulaire)
 Mandibule bien developpée large
 Ceci entraine une instabilité occlusale et donc une
laterodeviation(decalage à cause de prématurités lors de
l’occlusion )/laterognathie (decalage en RC et PIM)

Cascade morphodysfonctionnelle : V.A.S non permeable –


ventilation buccale – position basse de la langue et deglutition
dysfonctionelle – desequilibre musculaire – manque de
développement maxillaire
c) Dans le sens sagittal :
 Proalveolie : vestibulo-version des incisives et diastemes interincisifs
 Biretroalveolie et supralveolie incisive (supraclusie incisive) : due à
langue petite en position postérieure et levres toniques a action
retrusive
 Retroalveolie sup et proalveolie inf : ( fausse classe III/articulé
inversé) la position basse de la langue entraine un
hyperdeveloppement mandibulaire et hypodeveloppement
maxillaire
 Promandibulie fonctionnelle : (classe III fonctionnelle ) langue basse
propulsive obligeant la mandibule à s’anterioriser pour augmenter le
volume disponible.
d) Consequences articulaires :
 Claquements/douleurs articulaires
 Deviations aux mouvements d’ouverture ou de propulsion
e) Consequence fonctionnelle :
 Respiration buccale favorisée par la deglutition atypique , à cause de
la langue propulsive et basse ( bouche ouverte)
5. Diagnostic d’une deglutition dysfonctionelle :
a) Examen lingual :
 Frein lingual : sa longueur affecte la posture linguale . Il faut que la
langue puisse toucher la papille retroincisive tout en ayant une
ouverture buccale de 3 doigts.
 Le Volume lingual :
-Test de Romette : à l’aide d’un miroir , on demande au patient
d’abaisser la langue au dessous du plan d’occlusion. Operation
impossible en cas de macroglossie.
-Presence d’indentations latérales indique une macroglossie
b) Exploration de la deglutition :
On demande au patient d’avaler , et on note les contractions des muscles
peri-oraux et les signes de dysfonctions labio-linguales : ascension de la
levre inf pour assurer l’etancheité buccale , et une forte contraction
mentonniere
On ecarte légèrement les lèvres en cherchant une interposition anterieure
de la langue (uni/bilaterale)
6. Traitement :
a) Prevention :
 Encourager l’allaitement maternel
 La position du bébé alimenté au biberon doit être modifié et
verticalisée ( maximum de propulsion mandibulaire )
 La section du frein lingual court pour libérer la langue
 Elimination des obstacles des VAS et les parafonctions
 Alimentation variée
b) Rééducation neuromusculaire :
 Rééducation active :
- Exercice de galop de cheval :
Un contrôle visuel devant un miroir
Claquer la langue pour imiter le bruit des sabots du cheval
Jusqu’à une position ventouse par accolement de la partie
antérieure et postérieure de la langue au palais
Le frein lingual est mis sous tension
En occlusion l’enfant devra continuer a percevoir le même contact
intime
- Exercice d’élastique :
Placer un seul élastique sur la pointe de la langue
L’élastique doit rester en place lors du mouvement de déglutition
S’il y a pulsion ou étalement de la langue on aura un déplacement
de l’élastique
- Exercice de gouttes d’eau :
Une goutte d’eau est déposée sur le dos de la langue
Placer la langue en position correcte puis serrer les arcades
Demander au patient d’avaler sa salive sans modifier la position de
la pointe en poussant et écrasant la goutte contre le palais
 Rééducation passive avec appareils utilisant la seule voie reflexe :
-Grille anti-langue :
Formé de deux bagues soudées à une barrière en fil métallique
derrière laquelle le patient doit appliquer sa langue a chaque
déglutition
(+fixe +ne dépend pas de la coopération du patient -encombrant)
-Enveloppe linguale nocturne :
Est une coque en résine avec :
Des crochets latéraux supérieurs et bandeau métallique antérieur
Une ouverture sélective antérieure palatine rétro-incisive
représentant une cible tactile pour la langue
Un toboggan antérieur : rôle d’empêcher le contact entre les lèvres
et la langue et verrouillage de la pulsion linguale
Duré de port : essentiellement nocturne, port diurne de 2 à 4h
durant 6mois
(+amovible -necessite une prise d’empreinte et étapes labo
-cooperation du patient)
 Rééducation passive avec appareils utilisant la motricité spontanée :
- Perle de Tucat ou guide langue :
La perle est située dans le champ d’action de la pointe de la langue,
elle incite cette dernière à « jouer » en position palatine haute.
Peut-être fixe ou amovible
-Ecran vestibulaire :
Corrige la succion du pouce
La respiration buccale
La déglutition dysfonctionnelle
-Educateurs fonctionnels souples :
Ce sont des appareils adaptables, de type gouttière souple, en
silicone ou polyuréthane, incorporant différents dispositifs.

III. La mastication :
1. Acquisition de la fonction masticatrice :

Eruption des 1ères molaires temporaires vers


1 an : verrouillage de la relation sagittale et
transversale entre les maxillaires.

A 2 ans, la denture temporaire est complète


et fonctionnelle et mise en place des cycles
masticatoires.

Phases du cycle
2. Angles fonctionnels masticateurs de
Planas :
Mesurés entre le plan d’occlusion et la trajectoire du milieu interincisif mandibulaire ,
lors des mouvements de lateralité en bout à bout.

3. Diagnostic d’une mastication dysfonctionnelle :


 Existe-t-il un coté préférentiel de mastication ? (absence de
mastication unilatérale alternée)
 Performance masticatoire : mesure de la taille des particules du bol
 Efficacité masticatoire : nombre de cycles nécessaires pour réduire
la taille du bol
 Etude des AFMP ( valeur , symétrie)

4. Paramètres influençant la fonction masticatoire :


 Type constitutionnel :
- hypo-divergent , musculature developpée ,cycles puissants
-hyper divergent , cycles peu puissants
 Nature des aliments
 Forces masticatoire ( denture naturelle > prothese totale)
 Morphologie occlusale
 Mouvements masticatoires : Unilateraux alternés , unilateraux , bilateraux ,

5. Repercussion dentaire :

Croissance transversale :
 Occlusion attritionelle :
- Expansion de la distance inter canine par apparition de diastemes
interincisifs , espace pour eruption des dents P . Prevention des
occlusions croisées latérales .
 Occlusion non attritionelle :
-Insuffisance de l’espace pour les dents permanentes

 Installation d’une occlusion inversée unilatérale par glissement  :


Étroitesse de l’arcade supérieure par rapport a l’arcade inférieure et un premier contact instable
en bout à bout

Obtention de l’intercuspidation par latéro glissement mandibulaire vers la droite ou la gauche


(occlusion croisée du coté vers lequel la mandibule a glissé)

Fonctionnement : Mouvement de latéralité vers le cote normal = AFMP oblique

Mouvement de latéralité vers le cote croisé = AFMP moins oblique


6. Deverouillage occlusal et avancée de la mandibule :

Avancée mandibulaire en présence d’une Verrouillage de l’intercuspidation initiale en


occlusion attritionnelle en denture présence d’une occlusion non attritionelle
temporaire : ( plan terminal à marche en denture temporaire : ( plan terminal
mésial et bout à bout incisif ) droit)

• Déverrouillage de l’occlusion • Relation en bout à bout sagittal des


• Relation de classe I d’Angle des 1er 1éres molaires permanentes ( risque de
molaires permanentes Cl II)

7. Lois du développement de l’appareil manducateur de Planas :

Elles sont au nombre de 4 :

– La loi du développement antéro-postérieur et transversal : La première zone de


stimulation se situe dans la partie supérieure de l’ATM stimulant le développement
antero-post mandibulaire bilatéral. Et Le glissement occlusal des dents entraine
l’élargissement maxillaire.

– La loi du développement vertical des prémolaires et molaires. (egression compensant


l’abrasion physiologique )

– La loi du développement vertical des incisives. ( par les mouvements de propulsion)

– La loi du développement du plan occlusal

8. Traitements :

 Meulage selectif : Les reliefs cuspidiens prononcés constitue des verrous pour les
mouvements mandibulaire il faut supprimer les verrous occlusaux
coté travaillant : MUDL . Cote balançant : DUML
 Les appareils a piste de rodage : S’il y a un hypodéveloppement des structures
maxillofaciales du fait d'une mastication inefficace
Il va permettre de rééduquer les mouvements masticateurs et une réponse de croissance
adaptative pourra apparaître
Fonctions des pistes :
– Lèvent les interférences dentaires grâce aux contacts entre les plaques et permettent ainsi
la liberté des mouvements mandibulaires.
– Recréent un plan d'occlusion physiologique.
– Permettent le fonctionnement de l'ATM dans de bonnes conditions.
– Permettent la correction précoce des mésio et distopositions et des occlusions inversées
latérales

-parallele au PO :Cas de classe 1

-vers le haut dans le sens disto-


mesial : Cl II

- Cas de Cl III

IV. Phonation :
1. Diagnostic d’une dysphonie :
 Examen des fosses nasales
 Examen du larynx
 Examen neurologique
2. Répercussions de la dysphonie sur le développement maxillo--mandibulaire :

 Consonnes linguo-palatales: ( T D N lieu de l’articulation la papille rétro


incisive) :
Anormalement la pointe touche les incisives supérieures ou s’interpose entre les
dents ou appui sur les incisives mandibulaire ( incisives incluses, proalveolie
incisive sup , supraclusie incisive, beance anterieure, deglutition atypique par
interposition linguale )
 Les consonnes linguo palatales latérales ( ch , j entre le dos de la langue et le
palais dur) :
Anormalement la langue appuie sur les incisives ou s’interpose antérieurement
ou latéralement ( à l’origine d’une infra alvéolie molaire et une supraclusie
incisive

3. Traitements ( Rééducation neuromusculaire ) :

 Exercices phonetiques
 Passive : appareils modifiant l’appui lingual ( perle de Tucat , Grille anti langue) ,
ou modifiant la posture de la langue ( ELN , gouttiere souple )

Vous aimerez peut-être aussi