Vous êtes sur la page 1sur 38

lOMoARcPSD|10184704

Physiologie Nerveuse

Physiologie (Université Clermont-Auvergne)

StuDocu is not sponsored or endorsed by any college or university


Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)
lOMoARcPSD|10184704

Physiologie Nerveuse

Généralités :

Système nerveux central (reçoit les infos de l’extérieur) : MO et cerveau. Système nerveux
périphérique : nerfs.
Volontaire : celui qui permet la contraction du muscle
Autonome : automatique, stimule les organes
Orthosympathique : activé en cas de stress.
Parasympathique : correspond au repos.
Relais entre le sympathique et le nerveux

Différents types cellulaires

Le neurone (émet des PA et véhicule l’information sous forme de PA au niveau des synapses)

->Cellule particulière (20% cellules


nerveuses) :
-Amitotique (ne subit plus de division), ne
se régénère pas
-Métabolisme élevé (besoin d’oxygène)
-Grande longévité (1µm – 1m)
-Rôle : intégrer et acheminer les
informations
-Taille variable (transmet l’information chimique ou électrique)

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Parties d’un neurone


-Corps cellulaire : noyaux, réticulum endoplasmique, Golgi,
mitochondries -> synthèse importante, activité métabolique
importante

- Des Dendrites : aux extrémités -> récepteurs. Les dendrites sont


fines, ramifiée, épines dendritiques).
-1 Axone : inexistant ou plus/moins long. Transport antérograde
(neuromédiateurs synthétisaient par les golgi et véhiculaient jusqu’à
la synapse) et rétrograde (lors d’une exocytose, la vésicule de
sécrétion est recaptée par la cellule, et les informations vont pouvoir
remonter jusqu’au noyau). Transporte les PA et vésicules

-Bouton synaptique : vésicules de sécrétion neuromédiateurs mitochondries.

Les cellules gliales

Cellules très nombreuses ,cellules mitotiques=80% (peuvent se diviser) n’émettent pas de PA


10 fois plus de cellules gliales que de neurones

Les Astrocytes

– Protection chimique et mécanique des neurones


– Guidage axonique
– Croissance et différentiation (NGF)
– Myélinisation
– Immunité
– Maintien de la barrière hématoencéphalique
– Maintient du fonctionnement synaptique

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Si on maintient le glutamate (excitateur) on aura un message perpétuel. L’astrocyte a le pouvoir de


réguler le glutamate, il va récupérer le glutamate (= neuromédiateur) et le transformer en glutamine
qui va être redonner au neurone. L’astrocyte a un rôle dans le recyclage des neuromédiateurs.
L’astrocyte capte le glucose et le stocke puis le transforme en glycogène. Et si on manque de glucose
on va pouvoir transformer le glycogène en lactate qui sera envoyer au neurone.
Glucose utilisé comme source d’énergie. L’astrocyte régule le potassium et le sodium cellulaire avec
l’ATP.

Les oligodendrocytes
peut être à l’origine de la gaine de myéline de plusieurs
axones.

-Développement tardif
-Anhydrase carbonique (maintien du pH)
-Nœud de Ranvier

Les cellules de la microglie (défense)

-Équivalent aux macrophages et monocytes


-Rôle dans l’élimination de synapses ou de corps
étrangers
-Inflammations

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Les cellules épendymaires

-sécrète le liquide Céphalorachidien->permet de protéger les


cellules
-limite les ventricules cérébraux

Les cellules Schwann (Myéline)


à l’origine de la myéline au niveau de la périphérie, plusieurs cellules de Schwann sont à l’origine de la
gaine de myéline pour 1 axone
SNP

-Nœud de Ranvier
-Guidage des neurones vers leur cible
-Synthétise une matrice extra cellulaire

Origine du potentiel de repos

Origine du potentiel de repos membranaire

Mise en évidence

-Si les deux électrodes sont à l’extérieur de la cellule pas de différence de


potentiel.

-Une des deux électrodes est dans la cellule il apparaît une dpp de -70mv

-V=Vint-Vext V(voltage)

- Origine de cette ddp?

Rappel de physique : Diffusion

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Membrane perméable

Membrane semi-perméable

Quel est le potentiel entre les deux côtés de la membrane ?

-Entre les deux compartiments on observe une différence de concentration.


-Entre les deux compartiments apparaît une ddp. La valeur de la ddp est donnée par
l’équation de Nernst
-V= RT/ nF x Ln([C] ext /[C] int)
- R: constante des gaz parfait 8,314 J/mol.°k F: Faraday 96500 Coulombs
- n: Valence de l’ion T: Température en ° Kelvin
- Cste = 62 mv ( 38°C), 58 mv 20°C avec (log 10)

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Applications aux neurones-Ions impliqués

• Le sodium si on augmente la concentration pas de modification et Eq> Em


• Em et Eq proche pour le K + et le Cl- .
• On fait varier la concentration du K + et le Cl- extra cellulaire. Seul le K + extra cellulaire a
un effet.
• Le K + est responsable du potentiel de membrane au repos.

• Remplacement du sodium par de la choline.


• Une petite entrée de sodium existe.
• Les ions sont mus par le gradient électrochimique (Em - Eeq)
• I = G * (Em - Eeq) • Les ions potassium sortent de la cellule et les ions sodium y entrent
• G pour le sodium 20 fois plus faible que pour le potassium

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Origine du potentiel de repos membranaire

Mise en évidence de la pompe Na+ / K+

- Le Na entre perpétuellement dans la cellule et le potassium sort de la cellule  disparition


du gradient de concentration.
- Utilisation d’isotope
- On met l’axone dans du Ringer contenant du sodium radioactif

• On transfert l’axone dans du Ringer froid. On mesure l’efflux de sodium radioactif : Efflux du
sodium radioactif par minutes

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

1 : effet de la température, on passe de 21° a 0°->l’efflux de sodium radioactif diminue très


fortement ; si l’on réchauffe cela réaugmente.
Système catalytique, processus enzymatique
Diminue au cours du temps
On a une dilution isotopique du sodium radioactif, ce qui fais qu’en permanence on a une « perte »
de sodium radioactif

Le potassium est donc indispensable à la sortie de sodium. Le flux sortant de Na+* dépend de la
concentration externe en K+ : les deux flux sont couplés.

2 : a 21°C, lorsqu’on supprime le potassium la pompe s’arrête


Echange entre du potassium et du sodium
Le DNP (Dinitrophénol) supprime l’ATP dans la mitochondrie. Avec du DNP on n’a plus d’ATP et sans
ATP on voit que ça ne fonctionne plus.
 L’ATP est essentielle à la sortie de sodium

Même type d’expérience

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

1 : DNP->empêche le fonctionnement de la mitochondrie, plus de production d’ATP, donc


plus d’énergie.
Avec du DNP, l’efflux de sodium radioactif disparait
Besoin d’énergie

2 : Si en présence de DNP, on rajoute de l’ATP->redémarrage de la pompe

Activité de la pompe en fonction de la concentration de sodium intracellulaire ou de


potassium extracellulaire.

La pompe sodium potassium :


-Est enzymatique.
-L’échange des ions Na+ et K+ se fait en sens opposé
-Requiert de l’énergie
-Cette énergie est fourni sous forme d’ATP
-Ce système fonctionne en condition physiologique à 50 % de ses capacités

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Potentiel d’action

Mise en évidence

Au début de l’expérience, on est a -70mV (potentiel de membrane au repos)


Choc électrique= artéfact de simulation

Stimuli infraliminaire (pas suffisant pour déclencher un potentiel d’action) ->potentiel reste
constant

Stimulation efficace=observation d’un potentiel d’action, très bref (quelques ms), latence
dépend de la distance entre le stimulateur et les électrodes de réceptions. Plus la distance
sera grande plus la latence sera importante.

La vitesse de propagation du potentiel d’action est bien inférieure a celle d courant électrique

Propriétés

-Phénomène transitoire, court


-Apparaît quand une cellule est stimulée

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

-Seuil de stimulation (liminaire)


-Caractérisé par une dépolarisation, inversion de la polarisation de la membrane et
repolarisation
-Il se propage de façon non décrémentielle.
-Le potentiel d’action obéit à la loi du tout ou rien.

Période réfractaire

Stimulation successive très proche


Période réfractaire absolue : état d'inactivation pendant lequel il ne peut pas y avoir de
deuxième potentiel d'action.
Période réfractaire relative : période pendant laquelle il faut une dépolarisation plus
importante pour provoquer un deuxième potentiel d'action (réponse partielle du
neurone).

Stimulation avec des fréquences variables

Voltage Clamp Que se passe-t-il à chaque instant ?

Le courant entrant est transitoire (à peine


1ms), il s’inverse vers +30mV. Le
potentiel d’équilibre du sodium est vers
+30 mV : donc le courant entrant
correspond au sodium.
Si on dépasse +30mV il devient négatif.
Donc le courant sortant se trouve être le
potassium. E=+60mv  le courant
entrant est devenu le courant sortant.

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Voltage clamp

• I = G* (Em-Eq)
• Si Em = Eq alors les ions ne bougent pas.
• Courant entrant transitoire (sodium).
• Courant sortant voltage dépendant (Potassium)

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

 Technique de Patch clamp

Quand on analyse un canal, on voit que le canal s’ouvre ou ne s’ouvre pas, et plus ou moins
longtemps. Donc ici on n’aura pas de « courbe » comme avant, car avant on étudiait tous les canaux
en même temps, et on regardait leur moyenne.

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Modèle du canal sodique :

Les canaux s’ouvrent en fonction du potentiel


de membrane, plus on dépolarise plus on a de
change qu’il y ait les 4 domaines ouvert. Mais
ils s’ouvrent que pendant un temps limité
Inactif redevient actif (ouvert/fermé) quand on
aura un potentiel de -30mv. Il faut repolariser
suffisamment les canaux inactifs pour qu’il se
réactive.

L’inactivation des canaux sodiques explique la


période réfractaire.
Il faut d’abord qu’ils s’activent pour être à
nouveau stimulables.

Potentiel gradué

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

 Choc infraliminaire et potentiel gradué


 Potentiels qui peuvent être des hyperpolarisations ou
dépolarisations (inférieur au potentiel seuil).
 Nom synonyme : potentiel récepteur postsynaptique
 L’asymétrie de la figure est dû au recrutement des canaux
sodiques.
 Réponse graduée du neurone tant que l’intensité de stimulation
est inférieure au potentiel seuil.
 Pas de période réfractaire, sommable.
 Décroissance dépend de l’épaisseur de la membrane
 Plus loin donc plus rapide

Le potentiel gradué est une modification locale et brève (dépolarisante ou hyperpolarisante) du


potentiel membranaire. Ce potentiel gradué, comme tous les autres potentiels membranaires, est
provoqué par des mouvements ioniques à travers la membrane plasmique de la cellule
Ce potentiel gradué est appelé :
- Potentiel postsynaptique quand un neurone est stimulé par un autre neurone grâce à la
libération d'un neurotransmetteur dans la fente synaptique ;
- Potentiel récepteur quand un récepteur sensoriel est stimulé par une énergie
(mécanique, thermique, photonique…)

Constante de temps
• � = �0 (1 − � − � ) avec � = �� ∗ � constante de temps
• Plus la résistance est grande (moins il y a de canaux) plus le potentiel met de temps pour atteindre
sont maximum.

Effet de la distance : constante d’espace

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Décroissance exponentielle du potentiel de membrane en fonction de la distance d’enregistrement.


−t resistance menbranaire
� = �0 � avec � = √
❑ resistance longitudinale

resistance menbranaire
constante d’espace : � = √
resistance longitudinale
Constante d’espace
Plus la résistance trans membranaire est importante plus la constante d’espace sera grande.
Plus la résistance longitudinale est faible plus la constante d’espace sera grande.

Propagation du Potentiel d’action

• Un potentiel d’action génère des courants locaux plus la constante d’espace sera grand plus le
courant local se propagera loin
• Plus la constante de temps sera grande plus un courant local durera longtemps

Cas des fibres non myélinisée

Fibre myélinisée

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Les neurommédiateurs

Généralités
Le neurone est composé d’un corps cellulaire, de dendrites et d’un axone qui se termine par une
synapse qui va reconnaitre une autre cellule. On n’a pas de continuité entre les 2 cellules. L’espace
entre les deux va créer une obligation d’utiliser les neuromédiateurs. On aura besoin d’un système
pouvant dégrader le neuromédiateur : pour éviter d’en avoir trop et éventuellement arrêter la
transmission d’information.

La transmission synaptique

Synapse : Liaison jonction


 Synapse chimique
Structures caractéristiques :
- Le bouton synaptique contient des vésicules de sécrétion.
Un espace synaptique ou fente synaptique
- Une membrane post synaptique
- Cette membrane contient les récepteurs aux
neuromédiateurs.
La transmission de l’influx nerveux est unidirectionnelle et n’est
pas instantanée (délai synaptique).
Etapes importantes : la libération, la diffusion, la reconnaissance
et fixation du neuromédiateur sur les récepteurs, les phénomènes de transductions, la dégradation
du neuromédiateur.
 Synapses électriques

Mise en évidence

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

 Au niveau de la plaque motrice


 Délais synaptique (1ms)
 L’utilisation d’antagoniste permet de visualiser l’existence d’un PPM (post potentiel de plaque
motrice)
 Curare (molécule qui va bloquer la transcription synaptique, on va avoir un PPSE qui va très lentement se dépolariser si
plus de curare)
 Présence de neuromédiateurs

Activité basale

Caractéristiques des postpotentiels synaptiques


• Post potentiel synaptique excitateur PPSE

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

• Post potentiel synaptique inhibiteur PPSI.


• Post potentiel miniature PPmin
• Post potentiel de plaque motrice PPM

Les postpotentiels synaptiques sont: sommables


présentent une propagation décrémentiel
ne présentent pas de période réfractaire

Position des synapses

la position de la synapse et d la morphologie du neurone jouent un rôle important.


Plus la synapse est proche de la zone gâchette ou segment initial plus elle a d’influence sur
l’apparition d’un potentiel d’action (l’influence de la constante d’espace).

Inhibition présynaptique

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

• Très nombreux contacts synaptiques


• PPSE et PPSI sont sommables
• pas de période réfractaire
• Influence de la constante d’espace et de temps
• Importance de la position des synapses
• Intégration au niveau du neurone (transmission de l’information que si le potentiel seuil est atteint)

Libération du neuromédiateur -Entrée de calcium

Indicateur fluorescent du Ca2+


Suppression du calcium
Courant calcique est sécrétion

Arrimage, Ancrage des vésicules


Assemblage des SNAREs et Amorçage de la
fusion
entrée de Ca 2+ et déclanchement de la fusion
Dissociation de la membrane plasmique et
recyclage des vésicules

Snap 25: Synaptosomal Associated Protein of 25 kDa


SNARE: (Soluble N-éthylmaleimide-sensitive-factor
Attachment protein Receptor)

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Devenir du neuromédiateur

• Diffuse dans la fente synaptique


• Reconnait les récepteurs
• Métabolisé ou Capté par le neurone ou par les cellules gliales

Dégradation par des enzymes présent dans la fente synaptique


Repompage par les cellules nerveuses généralement cotransport avec des ions
Recapture par les cellules gliales dégradation ou recyclage Endocytose ( peptide)

• Arrivée du potentiel d’action


• Ouverture de canaux calciques voltage-dépendant.
• Entrée de calcium
• Fusion de vésicules de sécrétion avec la membrane plasmique
• Libération du neuromédiateur

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

La réponse post synaptique

• La nature de la réponse post-synaptique va dépendre:


• Type de récepteur: réponse inhibitrice ou excitatrice
• L’amplitude de la réponse au NT dépend de: •
-la quantité de NT libéré
-du nombre de récepteurs
-de l’état des récepteurs
• 2 principaux types de récepteurs aux neurotransmetteurs:
•Récepteurs ionotropiques et métabotropiques

Récepteurs ionotropiques

• Récepteurs sont des canaux: complexes protéiques avec des régions spécifiques traversant la
membrane
• peuvent être composés de protéines identiques ou différentes
• (Pentamères, tétramères ou dimères,….)
• Activation très rapide (sub-milliseconde): changement
conformation du récepteur qui entraîne l’ouverture d’un canal
ionique
– Influx de cations (Na+, Ca2+) : DEPOLARISATION (PPSE)
– Influx d’anions Cl- (ou efflux de K+) :HYPERPOLARISATION (PPSI)
• Effet très rapide des neuromédiateurs qui agissent sur des
récepteurs-canaux : de 1 à 10-20 ms.
• Désensibilisation rapide rapide après exposition à 1 agoniste
• Principales familles de récepteurs ionotropiques
- nAChR, GABAA, glycine, sérotonine-3 (5-HT3), récepteurs
Glutamate (NMDA, kaïnate, AMPA)
• ROLE CLEF DE CES RECEPTEURS DANS LA PLASTICTE SYNAPTIQUE…

Récepteurs Métabotropiques

• Protéines à 7 domaines transmembranaires ( protéine G)


• Le neuroédiateur induit un changement de conformation qui induit ensuite une succession
d’événements métaboliques variés.
– Directement sur une protéine-canal
– La formation d’un second messager intracellulaire messagers (AMPc, GMPc,IP3, DAG, Ca2+) qui, à
son tour, provoque l’activation d’une protéine-canal ;
– L’expression du génome, activant la synthèse de nouveaux canaux ioniques. Cela est généralement
par l’activation d’une protéine kinase AMPc-dépendante (PKA) qui phosphoryle CREB (cAMP
Response Element Binding protein), un facteur de transcription.
• La réponse est lente à initier et est de longue durée comparativement aux récepteurs ionotropes.
• le transfert est plus lent pour les neuromédiateurs qui se lient à des récepteurs couplés à des
protéines G : de 10-20 ms à plusieurs secondes
• il est très lent pour les neuropeptides : de quelques secondes à plusieurs minutes.
• Effet de neuromodulation.

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Rétroaction présynaptique

Neurotransmission chimique

• Libération de neuromédiateur
• Reconnaissance du récepteur
• Ouverture de canaux directement ionotropique ou indirectement métabotropique (protéine G).
• Modification du potentiel de membrane
• Rétroaction sur le cellule présynaptique.

Critères d’un neuromédiateur

Neurotransmission chimique
Le neurotransmetteur doit être présent dans l'élément présynaptique.
L'élément présynaptique doit contenir les précurseurs et les enzymes nécessaires à sa synthèse.
Le neurotransmetteur doit être libéré en réponse à l'activation du neurone présynaptique.
Le neurotransmetteur doit rencontrer des récepteurs spécifiques au niveau de la membrane
postsynaptique.
Les éléments du complexe synaptique doivent posséder des mécanismes capables d'inactiver le
neurotransmetteur.
L’injection du neuromédiateur dans la fente doit mimer la réponse obtenue par stimulation.
Un neuromédiateur par neurone (principe de Dale)

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Classification des neuromédiateurs

A) L’acétylcholine
B) Les amines biogènes
• Les catécholamines: dopamine ,noradrénaline ,adrénaline
• La sérotonine
• L’histamine
C)Les acides aminés
– GABA
– Aspartate NMDA
– Glutamate
– Glycine
D) Les peptides

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Exemple de neuromédiateurs- L’acétylcholine

• Synthétisé à partir de la choline (nutriment essentiel) et l’acétylcoenzymeA (Mitochondrie).


• Dégradé par la choline estérase
• Action sur les récepteurs cholinergiques: de type nicotinique ou muscarinique

• Action sur les récepteurs cholinergiques:


– Nicotinique N2(muscle) et N1 (ganglion). Curare empêche la liaison de l’acéthylcholine sur le
récepteur N2.
• Récepteur ionotrope: récepteur canalaire (dépolarisant).
• Ces deux récepteurs sont composés de 5 sous unités 2β

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

• 2 molécules d’Ach se fixent sur les unités α pour ouvrir le canal


– Muscarinique agoniste la muscarine (amanite tue mouche). Antagoniste
l’Atropine et scopolamine. Récepteur métabotropique couplé à la protéines
G. 5 types de récepteurs de M1 à M5

• Sites de sécrétions.
– Système nerveux central: Noyaux gris centraux, cortex moteur de
l’encéphale….
– Système nerveux périphérique: Jonction neuromusculaire( plaque
motrice). Innervation des muscles lisses. Au niveaux des neurones
préganglionnaires du système nerveux végétatif et des neurones post
ganglionnaire du système nerveux parasympathique.

• Remarques:
– Toxine botulique inhibe la libération de l’acétylcholine (SNARE)
– Action des insecticides organophosphorés.
– Eserine

Amine Biogène-Catécholamine

A)Dopamine

Synthèse:
Précurseur la Tyrosine (Acide aminé essentiel).
Synthèse en plusieurs étapes.
L’étape limitante est la 1 er étape

Dégradation:
Dans la fente synaptique ou dans la cellules nerveuses après recaptage.
Enzyme Monoamine oxydase (MAO) ou Cathecol O Methylamine Transférase
(COMT).
Dosage des métabolites

Récepteur : De D1 à D5
– Récepteurs D1 et D 5 augmente la production de AMPc.
– Les D2 D3 D4 inhibe la production d’AMPc Antagonistes Halopéridol (D2)
neuroleptiques

Récepteurs

Répartition
SNC voie motrice secondaire, système limbique.
SNP Ganglion sympathique

Fonction:
le contrôle la motricité
La récompense

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

La motivation

Divers :
Cocaïne bloque sa recapture.
Amphétamine augmente sa libération.
Insuffisance de sécrétion provoque dépression maladies de Parkinson.
Schizophrénie

Noradrénaline et adrénaline

• Synthétisées à partir de la Dopamine.


• Les cellules qui possèdent la dopamine hydrolase synthétisent la noradrénaline et celles qui
possèdent la phényl éthanol N methyl transférase de l’adrénaline
• Récepteurs sont toujours couplés aux protéines G.
• Les récepteurs sont de deux types classés en fonction de l’affinité pour certaines drogues.

Alpha
– Les récepteurs sont subdivisés en 1 postsynaptiques ( PLC (DAG IP3)) antagoniste prazosin>
phentolamine
– les  2 présynaptiques ( Gi, AMPc) prazosin < phentolamine

Bêta affinité différentielle entre Adrénaline et Noradrénaline antagoniste propanolol:


– 1 (cardiaque) (Noradrénaline > Adrénaline) (practolol)
–  2 (Adrénaline > Noradrénaline) ( antagoniste butoxamine, agoniste ventoline)
–  3 adipocytes.

L’activation des récepteurs alpha présynaptiques généralement inhibent la synthèse du


neuromédiateurs ou sa libération

• Localisation:
-SNC Noradrénaline substance réticulée, système limbique structure responsable de l’éveil ,
comportement alimentaire, attention.
-SNP Noradrénaline médiateur du neurone postganglionaire du système nerveux orthosympathique.
-La médullo surrénale
Très important pour le système circulatoire

La
serotonine

• Synthétisé
à partir du
tryptophane
(facteur
limitant.
• Les
récepteurs
de la
sérotonine

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

sont classés en 7 groupes 5-HT1, 5-HT2, 5-HT3, 5-HT4, 5-HT5, 5-HT6 et 5-HT7, chaque groupe
pouvant avoir des sousclasses A, B etc. Leur distribution n'est pas homogène.
• Certains récepteurs comme les 5-HT1A et 5-HT1B sont surtout présynaptiques et modulent la
libération de sérotonine mais la plupart sont postsynaptiques.
• Les récepteurs sérotoninergiques sont liés aux protéines G selon diverses modalités, sauf le
récepteur 5-HT3 qui est un récepteur canal qui, à l'état ouvert, est perméable aux cations sodium et
potassium.
• Impliquée dans:
– Sommeil vigilance
– Humeur
– Vomissement
– Céphalée

• Le GABA, NH2 - CH2 - CH2 - CH2-COOH, est synthétisé à partir de l'acide glutamique, grâce à l’acide
glutamique décarboxylase (GAD) avec le phosphate de pyridoxal comme cofacteur. .
• Recapture: Une partie du GABA libéré est recaptée par les terminaisons présynaptiques (recapture
neuronale), l'autre diffuse et est en partie captée par les cellules gliales (capture gliale).
• Récepteurs et effets
Deux types de récepteurs post synaptiques : GABA-A et GABA-B.
GABA-C ont été décrits récemment.

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

• Récépteurs GABA-B
• Il existe deux types de récepteurs GABA-B, GABA-B R1 et GABA-B R2, présents sous forme de
dimères et liés aux protéines G. Ils sont présynaptiques et postsynaptiques.
• L'activation des récepteurs GABA-B présynaptiques modère la libération du GABA et de divers
autres médiateurs .
• L'activation des récepteurs GABA-B postsynaptiques module l'ouverture de canaux potassium, ce
qui provoque une hyperpolarisation membranaire.
• Localisation: SNC Moelle épinière et cellule de purkinge
Propofol anesthésique a une action sur le GABA A gaz anesthésique sur le même récepteur.
Baclofen effet sur le GABA B inhibe les contractures musculaires.
Valium potentialise l’effet du GABA sur le récepteur GABA A

Glycine

• Glycine
• Précurseur la Sérine (hydroxymethyltransférase).
• Canal Chlorure les récepteurs-canaux spécifiques de structure pentamérique, perméables aux ions
Cl- et a un effet hyperpolarisant.
• Reconnaît un cite de fixation sur le récepteur MNDA. (Présence obligatoire pour l’activation du
récepteur)
• Moelle épinière, tronc cérébral.
• Inhibiteur strychnine.

LES ACIDES AMINÉS EXCITATEURS :

GLUTAMATE ET ASPARTATE

Principal acide Aminé excitateur du SNC

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Types de récepteurs:
1. NMDA (N-Méthyl-D-aspartate)
2. Non-NMDA:
- Kaïnate
-AMPA (5-amino-3-hydroxy-5-méthylisoazol-4-propionate)
1. Métabotropique mGlu

Le Glutamate

• Les récepteurs AMPA laisse passer les ions Na et K. Les NMDA sont inactifs
lorsque la membrane est à son potentiel de repos. Un ion magnésium bloque
son activités. Par contre quand la membrane est dépolarisés et que le glutamate
vient se fixer sur le récepteur le Mg 2+ part alors et il devient perméable au Ca.
L’entrée de calcium se lie à la calmoduline activation de diverse kinase qui
phosphoryle les récepteur AMPA. Cette phosphorylation augmente le le temps
d’ouverture de ces canaux.
• Répartition Cortex cérébral cervelet…
• Mémorisation.

E)4) Les peptides

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Ils sont constitués d’une suite d’acides aminés. Ils sont d’une très grande diversité.
Des peptidases spécifiques assurent leurs dégradations. Quelques exemples

E)4)1)Endorphine et enképhaline

Généralement elles ont une action inhibitrice, elles réduisent la douleur en inhibant la libération la
substance P.
Localisation dans le SNC elles sont très abondantes dans l’encéphale, l’hypothalamus, le système
limbique, l’hypophyse et la moelle épinière
Les analogues utilisés sont par exemple la morphine, l’héroïne, la méthadone. (la concentration
d’endorphine s’élève chez les sportifs)

E)4)2)La substance P

C’est un neuromédiateur excitateur . Il est utilisé dans la transmission nociceptive.


Localisation dans le SNC noyaux gris centraux, mésencéphale hypothalamus, cortex cérébral,
Localisation dans le SNP Certains neurones sensitifs des ganglions de la racine postérieur de la moelle
( afférences nociceptives.) .

E)4)3)La somatostanine est inhibitrice en général. Elle inhibe la libération de la GH et inhibe le


système digestif. Elle est localisée au niveau de l’ hypothalamus,de la rétine, du pancréas,

E)4)5) La Cholescistokinine
cortex cérébral et intestin rôle dans les comportements alimentaires

Le système nerveux végétatif

Système nerveux végétatif = système viscéral, autonome ou involontaire


Il peut être défini par :
- Son rôle, c’est le système nerveux qui règle de façon involontaire toutes les grandes
fonctions vitales de l’organisme

- Son organisation : présence de ganglions, il innerve principalement les muscles lisses, les
glandes et le cœur.

Les systèmes effecteurs

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

le système parasympathique
le système orthosympathique ou sympathique.

Action généralement antagoniste:


- Le parasympathique. Action trophotrope, recrée des réserves
- Le sympathique activé durant les périodes de stress.

Effets des deux systèmes sur les différents organes


Le système parasympathique et le sympathique :
 Innervent muscles lisses, glandes et tissus adipeux.

 Présentent une activité tonique permanente.

Equilibre entre les deux systèmes. Jamais l’un sans l’autre.


Le tonus est l’activité d’un système au repos (on est pas à 0 qm).

Actions sur les différents organes


-Lorsque les deux systèmes innervent un organe. Ils ont généralement une action opposée.
- Quelques fois synergie de leurs actions.
- Les trois quart des organes ont une double innervation Quelques organes ne sont sous la
dépendance que du sympathique.
Tout organe innervé par le parasympathique est innervé par le sympathique alors que la
proposition inverse est fausse.

a) Le système orthosympathique :
Deux neurones :
- Un premier, dit pré ganglionnaire myélinisé.
Dont le corps cellulaire est localisé dans la moelle
épinière dorsale ou lombaire
- Un second, dit post-ganglionnaire non myélinisé.
Dont le corps cellulaire est localisé dans un ganglion

Les corps cellulaires sont dans la zone grise latérale de


la de moelle épinière (T1 à L2).
Le premier neurone est généralement court, puis fais synapse sur un neurone post-
ganglionnaire qui lui-même innerve le tissu cible.
Trois ganglions cervicaux : le supérieur, le moyen et l’étoilé. Des neurones thoraciques
empruntent la voie para vertébrale.
Il va jusqu’à des ganglions périphériques (plexus hypogastrique, mésentérique, cœliaque) ou
à la glande surrénale
Au niveau des ganglions on observe un phénomène de convergence et un phénomène de
divergence.

b) Le système parasympathique ou cranio sacré

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Les axones des neurones pré ganglionnaires sont présents au niveau des nerfs crâniens (3, 7,
9 et 10) ou sacrés.
Le 10 est le plus important, il est appelé nerf vague (à connaitre) ou pneumogastrique (cœur,
poumons, foie, système digestif). Ramifications au niveau des plexus cardiaques et
œsophagiens.
Les nerfs parasympathiques sacrés innervent le colon, le rectum, la vessie et les organes
génitaux.
Le neurone pré ganglionnaire est toujours très long. Il va jusqu’à un ganglion situé tout près
ou dans l’organe effecteur. Le neurone pré ganglionnaire est myélinisé. Le neurone post
ganglionnaire est très court.

Les neurotransmetteurs impliqués dans les deux systèmes.


Les neurones pré ganglionnaires des deux systèmes sont des neurones cholinergiques .

Le neurone post ganglionnaire du système parasympathique est cholinergique. On trouve sur les
tissus cibles les deux types de récepteurs les nicotiniques et les muscariniques.
Celui du système orthosympathique est généralement noradrénergique. Adrénergique dans le cas de
la médullo-surrénale et Cholinergique dans le cas de l’innervation des glandes sudoripares
(acétylcholine qui est libérée) et des vaisseaux sanguins des muscles striés squelettiques (avant
même l’effort  vasodilatation).

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Contrôle du système nerveux végétatifs à plusieurs niveaux

Contrôle au niveaux segmentaire:


Viscérale
Ganglionnaire.
Médullaire.
Supramédullaire.
Au niveau de la substance réticulée Tronc cérébral.
Au niveau hypothalamus

Le contrôle hypothalamique

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)


lOMoARcPSD|10184704

Centre supérieur du contrôle nerveux végétatif.


-Il reçoit des afférences venant du cerveau ( cortex limbique et amygdale en particulier) et de la
périphérie.
-Il envoie des informations par l'intermédiaire du système nerveux végétatif et de l'hypophyse.
-Il joue un rôle dans le contrôle endocrinien, l'homéostasie, la survie de l'espèce, la genèse des états
de motivation et des conduites élémentaires, la vie instinctive, la programmation des réactions
endocrino-végétatives du stress et des comportements affectifs spécifiques( analgésie du stress).
Il est composé de 4 noyaux :
-Les noyaux trophotropes (noyaux antérieurs et supérieurs), parasympathiques et cholinergiques,
jouent un rôle d'économie et d'épargne.
- Les noyaux ergotropes (postérieurs) noradrénergiques, jouent un rôle dans la dépense énergétique
et les notions d'urgence.
- Les noyaux mnémotropes (noyaux prémamillaires), jouent un rôle dans le filtre des souvenirs, des
comportements appris et dans les situations de stress.
- Les noyaux hypophysiotropes jouent un rôle dans le contrôle endocrinien et la sécrétion de l'anté-
hypophyse.Les noyaux supra-optiques, rôle dans les rythmes circadiens et les rythmes biologiques.

Application

La pupille
Le cœur
La transpiration

Downloaded by Meriem Serghir (meriemserhir33@gmail.com)

Vous aimerez peut-être aussi