Vous êtes sur la page 1sur 1

ORDONNANCE n° 10/PR-MTPS du 6 Janvier 1976

Portant extension de la Législation de la Sécurité Sociale.

Article premier. — II est institué une branche de distribution gratuite de médicaments aux travailleurs
salariés et à leur famille, gérée par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.
Les médicaments, figurant sur la liste des 79 produits pharmaceutiques jointe en annexe à la présente
Ordonnance et qui pourra être modifiée par Décret, seront distribués dans les Centres aménagés à cet
effet par la Caisse ou par les Services Médicaux des Entreprises, qui feront parvenir chaque année
leur demande à la Direction de la Consommation Pharmaceutique.

Article 2. — La remise des médicaments se fera sur présentation, par les bénéficiaires, d'une
ordonnance médicale en deux exemplaires dont un sera adressé à la Direction Pharmaceutique et
l'autre sera remis au malade après visa.

Article 3. — Le bénéfice des Prestations Familiales et des avantages sociaux accordé à l'enfant
légitime du travailleur salarié, est étendu :
— à l'enfant naturel reconnu par le salarié célibataire ;
— à l'enfant né hors mariage, reconnu par le salarié.

Article 4. — Le nombre des enfants définis à l'article précédent, susceptible de bénéficier des
prestations de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale est limité à quatre par allocataire, à la condition
que ces enfants soient nés de la même mère.

Article 5. — Outre le respect des conditions exigées pour le versement des allocations familiales dues
au titre d'enfants légitimes, la perception des allocations familiales au titre de la présente Ordonnance
est subordonnée à la production annuelle d'un certificat, délivré par une autorité administrative
compétente ou par une assistante sociale de la Caisse, attestant que l'enfant est à la charge effective
de l'allocataire et vit sous son toit.

Article 6. — Le bénéfice des allocations prénatales, de la layette, et de la prime à la naissance, est


subordonné à la production d'une déclaration sur l'honneur, signée conjointement par le salarié auteur
de la grossesse et la femme enceinte, et légalisée par un Officier d'Etat Civil.
Cette attestation de reconnaissance de paternité et de maternité doit être fournie dès le sixième mois
de grossesse. Elle est remise à la Caisse en même temps que les certificats médicaux délivrés à
l'occasion des examens prénataux subis aux troisième et sixième mois de grossesse.

Article 7. — Le plafond des enfants à charge fixé par l'article 4 de la présente Ordonnance, sera révisé
par Arrêté du Ministre du Travail et de la Prévoyance Sociale, chaque fois que la situation financière
de la Caisse le permettra.

Article 8. — Le montant mensuel de la pension de vieillesse ou de la pension anticipée prévue à


l'article 78, alinéa 1 du Code de la Sécurité Sociale est porté de 35 à 40 de la rémunération mensuelle
moyenne.

Article 9. — Les modalités d'application de la présente Ordonnance seront en tant que de besoin
fixées par Décret.

Article 10. — La présente Ordonnance, qui prend effet à compter du 1er Janvier 1976, sera exécutée
comme Loi de l'Etat et publiée selon la procédure d'urgence.

Fait à Libreville, le 6 Janvier 1976.

Vous aimerez peut-être aussi