Vous êtes sur la page 1sur 6

Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude


Le mémoire de recherche se rédige au cours de la dernière année de votre Master 2. A la fin de votre
Master 2, vous devez en effet prouver que vos cinq années d’études ont porté leurs fruits et que vous
êtes capable de mener des recherches de manière autonome.
Dans nombre de formations de l’enseignement supérieur, lors de votre dernière année de master, cette
mission vous sera confiée.

C’est l’évaluation de votre mémoire de recherche qui va déterminer si vous obtenez votre diplôme de
Master ou non.

Comment rédiger un mémoire ?

Par quelle étape commencer ?

Comment le finaliser ?

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

Voici tous les conseils pour réussir les différentes étapes de la rédaction de son
mémoire.

Les étapes de la rédaction du mémoire

La rédaction d’un mémoire passe par différentes étapes. De la recherche d’un sujet à la rédaction, en
passant par la définition de la problématique, petit rappel des différentes phases par lesquelles vous
devrez passer.

1- Trouver un sujet

La première étape, et non des moindres, est de trouver un sujet pour votre mémoire. La meilleure idée
que vous puissiez avoir est de trouver un sujet qui vous plaît et que vous souhaitez creuser. Étant
donné que vous allez passer des heures à travailler sur votre mémoire, autant que ce soit un sujet qui
vous passionne. Vous n’en serez que plus impliqué.

1
Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

Faites en sorte que votre sujet soit en adéquation avec la formation que vous suivez. Et faites également
tout pour que ce mémoire puisse vous servir lorsque vous aurez terminé vos études. Certains sujets
peuvent en effet directement vous aider à trouver un emploi lors de votre entrée sur le monde du
travail.

2- Définir la problématique

La définition de la problématique est une étape très importante dans la


rédaction d’un mémoire.
Une fois que votre sujet sera défini, vous allez devoir essayer de dégager une problématique.

Quel angle de votre sujet n’a pas encore été traité ?

Quel phénomène est susceptible d’être creusé ?

Pour définir votre problématique, vous allez devoir effectuer un certain nombre de recherches. La
définition de la problématique est une étape très importante dans la rédaction d’un mémoire. Au cours
de cette période, vous allez devoir «étudier de la littérature, rechercher des articles académiques et
scientifiques sur le sujet.

Votre problématique devra être simple et cohérente. Souvent, les problématiques sont présentées sous
forme de question fermée. Il vous sera alors possible de répondre par oui et par non, au cours de la
rédaction de votre mémoire.

3- Faire de la recherche

Il faut éviter de mettre le plan en place immédiatement. C’est une erreur assez classique.

Il faut commencer par réfléchir, par lire, par synthétiser. Les étudiants doivent savoir de quoi ils
veulent parler, le plan viendra facilement par la suite.

La partie recherche est très importante : c’est grâce à elle que vous arriverez à connaître votre sujet.
Faites des recherches dans la bibliothèque de votre établissement pour trouver des œuvre qui évoquent
votre sujet. Vos professeurs peuvent également être d’une aide précieuse dans votre recherche
bibliographique. En outre, vous trouverez de nombreuses ressources sur internet.

Il ne faut pas avoir d’idées préconçues sur la partie théorique et conceptuelle. Les étudiants pensent
qu’il y a forcément une réponse évidente, mais les sciences humaines ne sont jamais exactes il faut
donc étudier les différentes écoles de pensée, les différentes façons de voir les choses. C’est une
initiation à la recherche et tout sujet mérite débat. Il faut donc s’ouvrir un maximum et garder un
regarde critique sur tout ce qu’on peut lire pour essayer de comprendre ce qui fait les débats.

4-Faire le plan

2
Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

Une fois que vous aurez votre problématique et que vous aurez avancé sur vos recherches, vous
pourrez faire le plan. En fonction de l’établissement dans lequel vous étudiez, vous recevrez des
consignes sur le type de plan à mettre en place. Plan de dissertation argumentative, plan de dissertation
explicative, plan de dissertation narrative : les possibilités sont multiples.

Le plan, c’est la partie la plus simple. Il faut consacrer:

 la première partie à une revue de la littérature,


la deuxième partie est dédiée à votre sujet,
la troisième partie est constituée des recommandations.
Puis il faut faire une conclusion avec une ouverture.

Les plans les plus simples sont les plus efficaces.

Pour composer votre plan, n’hésitez pas à feuilleter les mémoires rédigés par d’anciens élèves de votre
promotion. Vous vous donnerez des idées et vous rendrez compte de ce qui peut (ou non) se faire.

5-Passer à la rédaction

Puis vient la partie rédaction. Vous avez votre problématique, votre plan, vos hypothèses, vos
recherches documentaires. Vous n’avez plus qu’à articuler le tout et à rédiger votre mémoire.

Pour la rédaction, essayez d’être exhaustif, de donner tous les éléments qui puissent aider à la
compréhension de votre sujet et faire avancer votre argumentation. Essayez de faire des phrases courtes
afin de donner plus de force à vos propos. N’hésitez pas à mettre des notes de bas de page si vous avez
besoin de faire une précision qui n’apparaisse pas dans le corps de votre texte.

6-Consulter son directeur de mémoire parallèlement à ces étapes

Non, le rôle de votre directeur de mémoire n'est pas seulement de vous donner le feu vert pour le sujet
et valider votre mémoire une fois celui-ci finalisé ! Posséder un "référent" pour la rédaction de ce
rapport, qui conditionne l'obtention de votre diplôme, vous permet d'être rassuré vis-à-vis de votre
avancée. N'associez pas l'image quelque peu autoritaire de "correcteur" à votre directeur de mémoire,
mais plutôt celle d'accompagnateur".

Beaucoup d'étudiants n'ayant pas contacté leur directeur de mémoire tout au long de la période de
recherche se trouvent anxieux à l'approche du rendu. Rien de plus normal car non seulement ils ne
savent pas si leur angle tient la route, mais le silence radio au cours de longs mois est rarement apprécié
par les professeurs...

7-Les erreurs à ne pas commettre !

Un certain nombre d’erreurs ne doivent pas être commises durant la rédaction de votre mémoire.

Il faut bien travailler la partie forme, il faut avoir un compte rendu plutôt professionnel du travail

 Ne pas citer ses sources

3
Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

Il est très important de citer ses sources lors de la rédaction de votre mémoire. En effet, lorsque vous
énoncez une idée, pensez à dire d’où celle-ci vient. Donnez le nom de l’auteur et le nom du texte. Cela
donnera beaucoup plus de poids et de force à votre argumentation.

 Faire du copier-coller
Il existe des logiciels anti-plagiat, s’ils n’y font pas attention ils vont se faire prendre et le
mémoire sera nul et non avenu. Ainsi, faites attention à ne pas faire de copier-coller lors de la
rédaction de votre mémoire. Vous pouvez citer, mais mettez toujours les phrases entre guillemets.
De même, n’hésitez pas à reformuler certaines citations en précisant l’auteur afin de ne pas être
accusé de copier-coller.

 Ne pas se lire

Il faut bien travailler la partie forme, il faut avoir un rendu plutôt professionnel du travail qui passe par
une relecture importante sur la partie orthographe, vocabulaire et grammaire.

La relecture est une partie importante de la rédaction de votre mémoire. Malheureusement, beaucoup la
sous-estiment. Passez du temps à relire vos écrits et faites-les également relire par vos proches et vos
camarades avant de les envoyer à votre professeur ou de les imprimer.

Des correcteurs professionnels relisent et corrigent votre document en se focalisant sur :

 Le style académique
Les fautes de français
La structure de votre texte
La clarté et logique de vos propos

 Négliger la forme

Sur la mise en forme:

 les interlignes,
la police,
la pagination,
les graphiques,
les citations,

un effort particulier doit être fait. Si le contenu est important, sa mise en forme l’est tout autant. Si
vous ne lui donnez pas envie de lire, votre lecteur lâchera plus rapidement. Il est donc important que la
mise en forme soit belle et soignée.

 La taille du mémoire est fixée entre 60 et 100 pages.

4
Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

Avant de commencer la rédaction, prenez rendez-vous avec votre directeur de mémoire pour faire
valider votre plan.

Le plan doit être impérativement mis en relation avec la problématique. Chaque paragraphe doit
s’enchaîner logiquement avec le précédent et il doit y avoir une progression.

Les titres doivent être simples et clairs.

La construction du plan doit s’adapter à votre pratique de recherche et être équilibré.

Vous pouvez utiliser la structure suivante:

• Partie I

• Sous partie I.1.

Vous pouvez aussi consulter un exemple de plan de mémoire.

Le mémoire peut être rédigé en langue française, avec l’accord du directeur de mémoire. Toutefois, un
résumé en arabe devra figurer dans le document.
Il est recommandé de ne pas employer la première personne et de bannir le «on». Assurez-vous que le
mémoire est clair et fluide.

Les données empiriques doivent être détaillées (lieux, dates, sources des documents, entretiens
réalisés) et prouver ce que vous dites.

Indiquez dans votre développement les citations que vous faites: mettez la citation entre guillemets
(sans mettre le texte en italique) et précisez les références en notes de bas de page.

Super important: n’oubliez surtout pas de faire corriger et relire votre mémoire de recherche avant
de le remettre. Aucune université n’acceptera un mémoire avec des fautes d’orthographe!

8-Les règles typographiques et de mise en page

Le texte doit être en Times new roman, taille 12, interligne 1,5 et surtout justifié.

Pour les marges:

 Marge de gauche: 3
Marge de droite: 2,5
Marge du haut: 2,5
Marge du bas: 2,5

9-La structure du mémoire

5
Conception et réalisation d’un mémoire de fin d’étude

 Page de garde ( Voir le modèle autorisé)


Page de remerciements
Liste des abréviations
Liste des Symboles
Sommaire des figures indiquant la page
Sommaire des tableaux indiquant la page
Sommaire avec pagination
Introduction
Plan
Conclusion
Sources et bibliographies
Annexes
Résumé en Arabe

10-La soutenance ?

La soutenance est une étape du mémoire à ne pas négliger. Il s’agit du moment où vous pourrez
prouver à votre directeur de mémoire et aux autres examinateurs que la question autour de laquelle
vous avez travaillé des mois durant, a un réel intérêt. Mais à quoi ressemble la soutenance et comment
gérer cette étape ?

 Une synthèse ou une ouverture

Il y a plusieurs écoles concernant la soutenance du mémoire. Si certains examinateurs attendent des


étudiants qu’ils sachent synthétiser leurs hypothèses et leurs résultats, d’autres préféreront que ces
derniers s’éloignent des parties qu’ils ont rédigées pour engager une nouvelle réflexion. Toutefois, le
plus souvent, on vous demandera de préciser votre méthodologie, redéfinir votre problématique,
présenter vos objectifs et vos résultats. Il est aussi attendu des étudiants que ces derniers portent un
regard critique sur leur travail afin de présenter ses éventuelles limites.

 20 minutes qui peuvent (presque) tout changer

Votre mémoire a beau être dans le casier de votre professeur, il n’est pas encore l’heure de crier
victoire... ou de se décourager. En effet, votre travail ne sera pas noté en une seule fois, mais bien en
deux fois: votre note finale sera composée de la note de votre mémoire, mais aussi de celle de votre
prestation orale. Si vous pensez ne pas avoir assez développé à l’écrit un aspect important de votre
mémoire, l’oral peut vous permettre de rattraper vos étourderies. Aussi, si vous estimez ne pas avoir
assez montré votre implication dans votre dossier, la soutenance vous donne l’occasion de dévoiler à
quel point ce sujet vous tient à cœur. À l’inverse, si votre mémoire a eu une excellente note, ne perdez
pas le fil lors de l’oral, il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin !

Vous aimerez peut-être aussi