Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre 6 : Suites arithmétiques et géométriques

I. Définition

Suite arithmétique Suite géométrique

Une suite est arithmétique si l’on passe d’un terme au terme suivant en ajoutant Une suite est géométrique si l’on passe d’un terme au terme suivant en multipliant
toujours le même nombre réel. toujours par le même nombre réel non nul.
Une suite  un  est donc arithmétique s’il existe un réel r tel que pour tout n  , Une suite  un  est donc géométrique s’il existe un réel q non nul tel que pour tout
un 1  un  r n , un 1  q  un
Ce réel r est appelé la raison de la suite arithmétique. (par récurrence) q est appelé la raison de la suite géométrique. (par récurrence)
Ce réel

u0 u1 u2 u3 ….. ….. ….. un 1 un un 1

u0 u1 u2 u3 …. …. …. un 1 un un 1

Exemples : Exemples :
• 2 ; 0 ; –2 ; –4 ; … est arithmétique, de raison –2. • 2 ; –4 ; 8 ; –16 ; … est géométrique, de raison –2.
• La suite des entiers naturels est une suite arithmétique de 1 terme u0  0 et de • La suite des puissances de 2 ; 3 ; 4 … sont des suites géométriques de 1 terme
er er

raison r  1 . u0  1 et de raison q  2 ; 3 ; 4 ... .


• Placements à intérêts simples à t % :
Chaque année, le capital augmente d’une somme fixe égale à t % du capital initial. • Placements à intérêts composés à t % :
t Chaque année, le capital augmente de t % (ce qui revient à multiplier le capital de
C’est une suite arithmétique de raison r   C0 et de 1er terme le capital initial.
100 t
l’année en cours par 1  ). C’est donc une suite géométrique de raison
100
t
q  1 et de de 1er terme le capital initial.
100
1
Application : Application :
Pour un taux annuel de 5 % à intérêts simples et un capital initial C0  1 000 € . Pour un taux annuel de 5 % à intérêts composés et un capital initial C0  1 000 € .
5 5
Chaque année, l’augmentation est de 1 000  50 . Chaque année, le capital est multiplié par 1   1, 05 .
100 100
Cette suite des capitaux à intérêts simples est une suite arithmétique de raison 50 et La suite des capitaux à intérêts composés est une suite géométrique de raison 1,05 et
de 1er terme 1 000 €. de 1er terme 1 000 €.

Remarques : Remarques :
 un  est une suite • Si q  0 , alors tous les termes de la suite, hormis peut-être le 1 terme, sont nuls.
er
• Si r  0 , alors tous les termes de la suite sont égaux et
constante. • Si le 1er terme est nul, tous les termes de la suite sont nuls.
• La raison peut être positive ou négative. En dehors de ces 2 cas inintéressants, tous les termes d’une suite géométrique sont
non nuls. On se placera dans ce cas dans toute la suite du chapitre.
• La raison est comme un coefficient multiplicateur.

II. Comment montrer qu’une suite est ou n’est pas arithmétique ou géométrique ?

Attention ! La plupart des suites ne sont ni arithmétiques, ni géométriques !

Suite arithmétique Suite géométrique


• Pour montrer qu’une suite  un  est arithmétique, il suffit de montrer que la un 1
• Pour montrer qu’une suite  un  est géométrique, il suffit de montrer que
différence un 1  un est constante, indépendante de n . La constante obtenue est
un
(le rapport de deux termes consécutifs) est constant, indépendante de n . La
alors la raison de la suite  un  .
constante obtenue est alors la raison de la suite  un  .
• Pour montrer qu’une suite  un  n’est pas géométrique, il suffit de trouver trois
• Pour montrer qu’une suite  un  n’est pas arithmétique, il suffit de trouver trois
termes consécutifs dont les quotients ne sont pas constants.
termes consécutifs dont les différences ne sont pas constantes. u2 u1
En général, on calcule u0 , u1 et u2 et on montre que  .
En général, on calcule u0 , u1 et u2 et on montre que u2  u1  u1  u0 . u1 u0
Remarque : On peut aussi montrer que la différence un 1  un dépend de n . Remarque : On peut aussi montrer que le rapport
un 1
dépend de n .
un

2
Exemples : Les suites  un  ,  vn  et  wn  sont-elles arithmétiques, géométriques ou ni l’une ni l’autre ?
a) un  n 2  1 b) vn  3n  4 c) wn  5  32 n 3

Attention ! Le calcul des premiers termes ne permet en aucun cas de prouver qu’une suite est arithmétique ou géométrique.

III- Expression du terme général

Suite arithmétique Suite géométrique

Soit  un  une suite arithmétique de raison r (et de premier terme u0 ). Soit  un  une suite géométrique de raison q (et de premier terme u0 ).
Pour tout entier naturel n , on a : un  u0  nr . Pour tout entier naturel n , on a : un  u0  q n .
Plus généralement, pour tous entiers naturels n et p , on a un  u p   n  p  r . Plus généralement, pour tous entiers naturels n et p , on a un  u p  q n  p .
En particulier, pour p  1 , on a : un  u1   n  1 r En particulier, pour p  1 , on a : un  u1  q n1

Remarque : Une suite arithmétique est donc entièrement définie lorsque l’on connaît Remarque : Une suite géométrique est donc entièrement définie lorsque l’on connaît
son 1er terme et sa raison. son 1er terme et sa raison.

Démonstration : Démonstration :

U1=U0+r
U2=U1+r
.
.
.
.
Un-1=Un-2+r
Un=Un-1+r

3
IV- Sens de variation

Suite arithmétique Suite géométrique


Pour tout n  , un 1  un  r • sens de variation de la suite q  n

Le sens de variation de  un  dépend donc du signe de r .


Soit q un réel strictement positif.

Soit  un  une suite arithmétique de raison r .  


• Si 0  q  1 , alors la suite q est strictement décroissante.
n

 
• Si q  1 , alors la suite q est constante.
n

• Si r  0 , alors la suite  un  est strictement croissante.


 
• Si q  1 , alors la suite q n est strictement croissante.
• Si r  0 , alors la suite  un  est constante.
• Si r  0 , alors la suite  un  est strictement décroissante.

q1 0q1 q1


u0  0  un  str croissante.  un  str décroissante.  un  constante.

u0  0  un  str décroissante.  un  str croissante.  un  constante.

V- Représentation graphique

Suite arithmétique Suite géométrique

Une suite arithmétique  un  de raison r et de 1er terme u0 est représentée Les points représentants une suite géométrique appartiennent à une courbe
graphiquement par des points isolés alignés sur la droite d’équation y  rx  u0 . exponentielle.

y  raison  x  1er terme  r x  u0 Exemples : Représenter les 6 premiers termes des suites géométriques suivantes :
y
a) u n  2 n y
2 32
Exemples : En ne calculant que u0 , 28
1 24
représenter les 6 premiers termes 20
des suites arithmétiques suivantes : 16
12
1 0 1 2 3 4 5 x
a) Cas r  0 : r  et u0  1 8
2 4
-1
-40 1 2 3 4 5 x

4
y
y
b) Cas r  0 : u0  3 3
b) un  5 5
4
La suite  un  est constante. q  1 et u0  5 3
2
La suite  un  est constante.
2
1 1

-11
-10-9-8-7-6-5-4-3-2-1
-10 1 2 3 4 5 6 7 8 9 101112131
0 1 2 3 4 5 x -2
n
1 y
y c) un  4  
2 4
c) Cas r < 0 : r  1 et u0  4 4
1 3
3 0q1 : q et u0  4
2
2 2
1
1

0 1 2 3 4 5 x
-1 0 1 2 3 4 5 x

VI- Somme des termes

Suite arithmétique Suite géométrique

Calcul de la somme des n premiers entiers naturels.


S=0+1+2+3+4+5+...+(n-2)+(n-1)+n
S=n+(n-1)+(n-2)+...+5+4+3+2+1+0

2S=n+0....
Il y a (n+1) termes. 2S=(n+1)n
2S=n+n+n....
S=(n+1)n/2

4+7+10+...+64
Suite arithmétique de raison 3 de terme u0=4.
Un=Uo+3n

Vous aimerez peut-être aussi