Vous êtes sur la page 1sur 59

Republic of Cameroon

République du Cameroun
Peace-Work-Fatherland
Paix-Travail-Patrie
-------------
-------------
Ministry of Higher
Ministère de l’Enseignement
Education
Supérieur
-------------
--------------
University of Maroua
Université de Maroua
-------------
--------------
B.P./P.O. Box : 8 Kaélé Faculty of Mines and
Faculté des mines et des Tel : (237) 653 397 589 Petroleum Industries
Industries Pétrolières (237) 656 860 354 -------------
-------------- Email :fmip_uma@yahoo.fr
Department of
Département de Génie
Mechanical, Oil and Gas
Mécanique, Pétrolier et Gazier
Engineering

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES PRESENTE EN VUE DE L’OBTENTION


DU DIPLOME D’INGENIEUR DE CONCEPTION

OPTION: PRODUCTION PETROLIERE ET GAZIERE

DEFIS DE LA RECUPERATION AMELIOREE D’HUILE PAR


INJECTION DU CO2 DANS LES RESERVOIRS
CARBONATES

Présenté et soutenue par 

TCHEMAKA MASSAI Olivier


Matricule 15B467IM

ENCADREUR PROFESSIONNEL ENCADREUR ACADEMIQUE


KOSGA FATOING Pr KOL Guy Roger
Chargé de Cours
Faculté des Mines et des Industries Pétrolières
Université de Maroua

Année académique 2019/2020


Republic of Cameroon
République du Cameroun
Peace-Work-Fatherland
Paix-Travail-Patrie
-------------
-------------
Ministry of Higher
Ministère de l’Enseignement
Education
Supérieur
-------------
--------------
University of Maroua
Université de Maroua
-------------
--------------
B.P./P.O. Box : 8 Kaélé Faculty of Mines and
Faculté des mines et des Tel : (237) 653 397 589 Petroleum Industries
Industries Pétrolières (237) 656 860 354 -------------
-------------- Email :fmip_uma@yahoo.fr
Department of
Département de Génie
Mechanical, Oil and Gas
Mécanique, Pétrolier et Gazier
Engineering

DEFIS DE LA RECUPERATION AMELIOREE D’HUILE PAR


INJECTION DU CO2 DANS LES RESERVOIRS
CARBONATES

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES PRESENTE EN VUE DE


L’OBTENTION DU DIPLOME D’INGENIEUR DE CONCEPTION

TCHEMAKA MASSAI Olivier


Matricule 15B467IM

ENCADREUR PROFESSIONNEL ENCADREUR ACADEMIQUE


KOSGA FATOING Pr KOL Guy Roger
Chargé de Cours
Faculté des Mines et des Industries Pétrolières
Université de Maroua

Année académique 2019/2020


FICHE D’AUTHENTIFICATION DE L’ORIGINALITÉ DU TRAVAIL

Je soussigné, TCHEMAKA MASSAI Olivier, étudiant au département de Génie


Mécanique, Pétrolier et Gazier de la Faculté des Mines et des Industries Pétrolières de
l’Université de Maroua atteste que la présente étude est le résultat de mes propres travaux
effectués, sous l’encadrement de KOSGA FATOING, Ingénieur et la supervision du Pr KOL
Guy Richard, Chargé de cours à la Faculté des Mines et des Industries Pétrolières de
l’Université de Maroua

Ce mémoire est authentique et n’a jamais été antérieurement présenté pour l’obtention
d’un quelconque grade universitaire.

TCHEMAKA MASSAI Olivier

DATE : …………………………….

VISA DE L’ENCADREUR ACADEMIQUE

Pr KOL Guy Richard

DATE : …………………………….

VISA DU CHEF DE DEPARTEMENT

Pr KOL Guy Richard

DATE : …………………………….

i
FICHE DE CERTIFICATION DES CORRECTIONS APRES SOUTENANCE

Le présent mémoire a été revu et corrigé conformément aux observations du jury.

NOM ET SIGNATURE DE L’ETUDIANT

TCHEMAKA MASSAI Olivier

Date……………………….

VISA DE L’ENCADREUR ACADEMIQUE VISA DU PRESIDENT DU JURY

Pr KOL Guy Richard Dr KAMMOGNE Jean

Date…………………… Date………………………

VISA DU CHEF DE DEPARTEMENT

Pr KOL Guy Richard

Date……………………….

ii
Dédicace
Je dédie ce projet à Dieu tout puissant et à la mémoire de mes chers parents MASSAI Martin
et MAYIMI Elise.

iii
Remerciement
Je tiens à remercier :

- Dieu tout puissant par qui ce travail a été rendu possible


- Pr LOURA, Doyen de la Faculté des Mines et des Industries Pétrolières et tous les
professeurs de cette école qui, par les connaissances transmissent m’ont permis de
mieux m’intégrer.
- Dr KOL Guy Richard, Chef de Département de Génie Mécanique, Pétrolier et Gazier
pour son sacrifice, dévouement et générosité à nous encadrer.
- Mr KOSGA pour son suivi, sa disponibilité et ses conseils.
- Mes frères et sœurs (YANO Solange, TALI Nathalie, BAMLE Sabine, ISSA
Abraham, MAWANG Brigitte) ; mon oncle DOUBLA Pierre et son épouse MARING
Rachel pour tout le soutien qu’ils m’ont apporté pendant cette période.
- Tous mes camarades de la promotion 2015/2016 de la Faculté des Mines et des
Industries Pétrolières.

iv
Résumé

v
Table des matières
Dédicace....................................................................................................................................iii

Remerciement............................................................................................................................iv

Résumé........................................................................................................................................v

Liste de figure............................................................................................................................ix

Liste des tableaux........................................................................................................................x

Sommaire...................................................................................................................................xi

Introduction générale..................................................................................................................1

Contexte............................................................................................................................................1
Identification et justification du problème.....................................................................................2
Structure du mémoire......................................................................................................................2
Objectifs du mémoire.......................................................................................................................3
Chapitre 1: Revue de la Littérature.............................................................................................4

1.1 Propriété fondamentale du réservoir.............................................................................................4


1.1.1 Porosité...........................................................................................................................4
1.1.2 La saturation en fluide...........................................................................................................4
1.1.3 Perméabilité....................................................................................................................5
1.1.4 Mobilité.................................................................................................................................6
1.1.5 Mouillabilité...................................................................................................................7
1.1.6 Miscibilité.......................................................................................................................9
1.2 APERCU GENERAL ET DESCRIPTION DES RESERVOIRS CARBONATES..............11
1.2.1 Classification des réservoirs carbonatés........................................................................11
1.2.2 Caractérisation des réservoirs de carbonates.................................................................14
1.2.3 Problemes majeurs associes aux reservoirs carbonatés.................................................16
1.2.4 Mécanismes de récupération du pétrole dans les réservoirs carbonatés........................17
1.3 Processus de récupération du pétrole dans les réservoirs......................................................18
1.3.1 Récupération primaire...................................................................................................19
1.3.2 Récupération secondaire...............................................................................................19
1.3.3 Récupération tertiaire....................................................................................................19
1.4 Méthodes actuelles de récupération améliorée du pétrole...........................................................20
1.4.1 Methodes thermiques....................................................................................................21
1.4.2 L’injection du gaz.........................................................................................................22
1.4.3 Methodes chimiques.....................................................................................................22
1.4.4 Methodes microbiennes.......................................................................................................22

vi
1.5 Critères de sélection EOR.....................................................................................................23
1.5.1 Methodes de depistage du EOR....................................................................................24
1.5.2 Estimation de la pression minimale de miscibilité pour l’injecttion du CO2................25
1.6 RECUPERATION AMELIOREE DE L’HUILE PAR INJECTION DU CO2 (CO2 EOR). .26
1.6.1 Aperçu générale du CO2 EOR.......................................................................................26
1.6.2 Application du CO2 EOR dans les réservoirs carbonatés..............................................27
1.6.3 Mécanismes du CO2 EOR.............................................................................................29
1.6.4 Technique d’injection du CO2.......................................................................................30
1.6.5 Avantages généraux du CO2 EOR.................................................................................32
Chapitre 2 Méthodologie..........................................................................................................33

2-1-Description du réservoir.............................................................................................................33
2-1-1-Propriétés du réservoir et du fluide.....................................................................................33
2-1-2-Description du modèle........................................................................................................35
2.2 Modélisation du réservoir de carbonate à l'aide du simulateur Eclipse...............................35
2.3 Description des scénarios étudiés............................................................................................37
2.3.1 Cas de base.........................................................................................................................37
2.3.2 Scénario 1a - Effet de l' injection de CO 2 sur le facteur de récupération d'huile........38
2.3.3 Scénario 1b - Effet de l'injection de CO2 sur la perméabilité du réservoir de carbonate
......................................................................................................................................................38
2.3.4 Scénario 2 - Effets de l' injection de CO 2 sur la perméabilité relative de l'huile.........38
2.3.5 Scénario 3 - Effets de viscosité des taux d'injection de CO 2 sur la viscosité de l'huile 39
2.4 Analyse de sensibilité................................................................................................................39
Chapitre 3 : Résultats et Discussion..........................................................................................40

3.1 Résultats et discussion..............................................................................................................40


3.2 Effet du CO2 sur le facteur global de récupération du pétrole.............................................40
3.3 Effet du CO 2 sur la perméabilité des réservoirs de carbonate.............................................41
3.4 Effet du CO2 sur la perméabilité relative...............................................................................42
3.5 Analyse de sensibilité sur le facteur de récupération d'huile................................................43
3.5.1 Sensibilité aux taux d'injection de CO2...........................................................................43
3.5.2 Sensibilité à la densité de CO2..........................................................................................44
3.5.3 Sensibilité à la densité d'huile...........................................................................................45
Conclusion générale..................................................................................................................46

Conclusions.....................................................................................................................................46
Recommandations..........................................................................................................................47
Bibliographie.............................................................................................................................48

Annexes.....................................................................................................................................49

vii
viii
Liste de figure
Figure 1-1 Perméabilité relative en fonction de la saturation en eau (Lien,2011)----------------4
Figure 1-2 Mouillage dans les pores (Abdallah et al,2007)------------------------------------------6
Figure 1-3 Déterminations de la mouillabilité par angle de contact (Anderson, 1986)----------7
Figure 1-4 Calcaire composé de calcites de Tyrone, Pennsylvanie (King, 2015)---------------10
Figure 1-5 Cristaux de dolomites de penfield, New York (King, 2015)--------------------------11
Figure 1-6 Roche carbonatée fracturée au Moyen Orient de Ras AL Khaimah (Statoil, 2013)
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------12
Figure 1-7 Différents scénarios de mouillabilité expérimentés dans les réservoirs
d'hydrocarbures (Abdallah et.al., 1986)---------------------------------------------------------------15
Figure 1-8 Etape de la récupération du pétrole d’un réservoir (Jelmert et al. 2010)------------18
Figure 1-9 Différentes techniques et classifications de la récupération du pétrole (Kokal et Al-
Kaabi, 2010)----------------------------------------------------------------------------------------------19
Figure 1-10 Résumé des critères généraux de sélection EOR (Terry, 2001)---------------------21
Figure 1-11 Vue d’ensemble du procédé CO2-EOR miscible-------------------------------------25
Figure 1-12 Méthode de tube mince au laboratoire pour estimer la MMP montrant les effets
de pression sur la récupération du pétrole (Yellig et Metcalfe, 1980)----------------------------27
Figure 1-13 Diagramme de Gantt montrant les différentes techniques et plans d'injection de
CO2 (Jarrel------------------------------------------------------------------------------------------------29
Figure 2-1-------------------------------------------------------------------------------------------------32
Figure 2-2-------------------------------------------------------------------------------------------------32
Figure 2-3-------------------------------------------------------------------------------------------------32

ix
Liste des tableaux
Tableau 1-1 Détermination de la mouillabilité à l'aide de la règle empirique de Craig (Satter,
Iqbal et Buchwalter,2008)...........................................................................................................7
Tableau 1-2 Proprieté physique de certains roche carbonatée (Freas, Hayden et al. 2006).....11
Tableau 1-3 Caractéristiques typique de réservoir de carbonate pour le CO2-EOR (Boutdarot
et Ghedan, 2011).......................................................................................................................13
Tableau 1-4 Critères de dépistage des inondations de CO2 miscible ou non miscible (USGS,
2014).........................................................................................................................................22
Tableau 1-5 Résumé des meilleurs coefficients d’ajustement utilisé dans l’équation 1-14 pour
la MMP du CO2 développé par (Bourdarot et Ghedan, 2011).................................................23
Tableau 1-6 Résumé des meilleurs coefficients d’ajustement utilisé dans l’équation 1-15 pour
la MMP du CO2 développé par (Bourdarot et Ghedan, 2011).................................................24
Tableau 1-7 Comparaison de base des options d'injection de CO 2 -EOR (Andrei et al., 2011)
...................................................................................................................................................26
Tableau 2-1 Reservoir d’etude avec les proprietes du puits.....................................................31

x
Sommaire

xi
Introduction générale.
Contexte

Le dioxyde de carbone a été considéré comme l'un des principaux gaz à effet de serre
(GES) causant le réchauffement climatique dans le monde aujourd'hui (Reichle et al., 1999).
Au fil des ans, le stockage du CO 2 en tant que processus de séquestration a cependant été
considéré comme une technique viable non seulement pour la réduction de la concentration
atmosphérique du CO2, mais aussi pour la récupération assistée du pétrole (EOR) dans
l'industrie pétrolière et gazière. Habituellement, ces volumes de CO 2 injectés dans les
réservoirs de pétrole et de gaz épuisés ou les aquifères d'eau, trouve leur chemin à travers un
puit injecteur jusqu'à la formation où ils se trouvent soit stocké en permanence ou utilisé pour
maintenir la pression du réservoir épuisé afin d'améliorer la récupération d'huile.
Cependant, l'histoire de l'utilisation du CO 2 comme technique EOR remonte au début des
années 50 lorsque l'utilisation précoce du CO2 dans les inondations gazeuses et la récupération
du pétrole réalisée (McPherson et al., 2001). Depuis lors, des études ont été menées et sont
toujours en cours pour rechercher les meilleurs moyens et les plus efficaces mais aussi
économiques de séquestration du CO2 pour être utile dans la récupération du pétrole.
L’injection du CO2 dans les réservoirs géologiques comme les carbonates, les grès, le schiste
et les réservoirs salins ont été appliqués les mécanismes suivants qui permettent au CO 2 de
déplacer les pores de roche initialement saturés sous forme de gaz libre ou de gaz dissous. Ces
mécanismes sont : le piégeage hydrodynamique, le piégeage par solubilité (Reichle et al.,
1999) et le piégeage minéral (McPherson et al., 2001 et Goldberg et.al, 2001). Par conséquent
cela suggère que le stockage majeur du CO2 peut idéalement être réalisé dans les réservoirs
appauvris de pétrole et le gaz.
La région du Moyen-Orient est caractérisée principalement par les formations de carbonate et
au fil des ans ont été considérées comme une zone de production mondiale majeure de
pétrole, qui représente environ un quart de l'ensemble de la production mondiale de pétrole
(Petroleum Economist Magazine, 2010 et Al-Mutairi, Menahi et Kokal, 2011). Avec une
tendance prometteuse, il y a eu une augmentation de la disponibilité de CO2 aux fins de l'EOR
dans la plupart des pays du Moyen-Orient, contribuant ainsi à réduire la concentration
atmosphérique de GES dans ces zones touchées. Par exemple, aux Émirats Arabes Unis
(EAU), les cibles ont été fixés pour réduire le CO 2 atmosphérique de 14 à 15% en vue de
l'atteindre que par les techniques CO2 -EOR (Canty, 2011).

1
Bien que la tendance mondiale à l'utilisation du CO 2 comme technique EOR continue
d'augmenter en raison de la capacité du CO 2 à récupérer environ 60% ou plus de l'huile
d'origine en place, ils peuvent se poser des défis lorsque ce gaz est injecté dans des réservoirs
de carbonate. Cependant, cela peut être dû à la nature hétérogène des matrices de roches
carbonatées et à la distribution de pores serrés en général (Manaar, 2013). Le CO 2 en lui-
même a d'autres problèmes imminents associés à son utilisation dans les réservoirs de
carbonate et certains de ces problèmes peuvent inclure : une percée gazeuse précoce du CO 2
injecté en raison de la digitation et peut conduire à peu ou pas de récupération d’huile ;
problèmes liés à la corrosion dus aux effets de l'acide CO2 au contact des fluides dans les puits
forés et problèmes résultant du grand volume de gaz CO 2 utilisé dans l'EOR (Salman, Juma et
Matrouk, 2007)

Identification et justification du problème

La nature hétérogène de la plupart, sinon de tous les réservoirs de carbonate a toujours


été un problème dans l'ingénierie des réservoirs et la récupération assistée du pétrole. Afin
d'enquêter sur certains de ces défis auxquels sont confrontés les réservoirs de carbonate,
modélisant un carbonate typique de réservoir du Moyen-Orient en utilisant un développement
de champ et des données de production est important afin d'étudier certains problèmes
concernant la récupération du pétrole à partir des réservoirs de carbonate comme la
perméabilité des réservoirs de carbonate, la mouillabilité des réservoirs, le taux injection de
CO2, et les mécanismes d'injection ont tous été considérés dans cette recherche afin de
identifier la propriété la plus difficile face aux réservoirs de carbonate lors de l' injection de
CO2 pour une récupération améliorée du pétrole; en particulier ceux situés au Moyen-Orient.

Structure du mémoire

Ce mémoire est structuré dans l'ordre suivant ;


• Le chapitre 1 met en évidence le contexte général de la récupération assistée du pétrole en
utilisant technique d'injection de gaz dans les réservoirs de carbonate. Il montre également la
structure de la recherche ainsi que les objectifs de la recherche.

2
• Le chapitre 2 donne un aperçu détaillé de la littérature sur les réservoirs de carbonate ;
propriétés et types, injection de dioxyde de carbone (CO 2) dans des réservoirs épuisés pour la
récupération assistée du pétrole et certaines des pratiques actuelles d'EOR.
• Le chapitre 3 fournit des procédures détaillées impliquées dans la modélisation d'un milieu
typique de réservoir de carbonate et les diverses données requises pour la simulation. Ils
impliquaient également des scénarios modifiés afin d'étudier les effets du CO2-EOR sur les
carbonates ainsi que l'analyse de sensibilité réalisée sur le facteur de récupération du pétrole.
• Le chapitre 4 propose une interprétation des résultats de la simulation et des discussions sur
scénarios modélisés au chapitre 2 avec un raisonnement critique et une technique
comparaison avec d'autres recherches antérieures et existantes examinées.
• Le chapitre 5 met en évidence certaines des conclusions tirées de l'étude et recommandations
pour les recherches ultérieures sur le CO 2 -EOR dans le carbonate formations.

Objectifs du mémoire

Les objectifs de ce mémoire ont été rationalisés pour :


1. Modélisez un réservoir de carbonate typique du Moyen-Orient pour l’injection de CO 2 en
utilisant le logiciel de simulation Schlumberger Eclipse (E-100) afin d'avoir une
compréhension du comportement des réservoirs de carbonate vis-à-vis du gaz CO2.
2. Étudier les effets de l’injection de CO2 sur la perméabilité des réservoirs de carbonate et la
récupération du pétrole.
3. Créer des scénarios pour étudier les effets du CO 2 sur la perméabilité relative du pétrole
réservoirs fracturés.
4. Étudiez les effets de l'injection du gaz CO 2 à différentes concentrations sur la viscosité de
l'huile du réservoir.
5. Évaluer la performance du réservoir dans différents scénarios et sensibilités au facteur de
récupération du pétrole afin de proposer le meilleur scénario de travail possible à utiliser pour
les projets CO2-EOR dans les réservoirs de carbonate.

3
Chapitre 1: Revue de la Littérature

4
1.1 Propriété fondamentale du réservoir

Le but principal de la caractérisation des réservoirs est de construire une image de trois ou
quatre dimensions des propriétés petrophysiques. L’écoulement des fluides du réservoir est
considéré comme un écoulement en milieu poreux et il est régi par la loi de Darcy
(Zolutukhin, 2000). Compte tenu de ce principe certaines des propriétés du fluide et du
réservoir contrôlant en général le débit d’huile, d’eau et de gaz dans un réservoir poreux
pendant le CO2-EOR sont décrits comme suit

1.1.1 Porosité

La porosité est une propriété importante de la roche car c’est la mesure du potentiel de
stockage volumique des hydrocarbures. Dans les réservoirs carbonatés la porosité est entre
10% et 35%. Aux Etats unis par exemples la moyenne est de 10% dans les dolomites et 12%
dans les limestones.

La porosité est définie comme le rapport du volume des pores par le volume total de la
matrice rocheuse

Volume des pores Volume total−Volume solide


Porosité= = (1- 0)
Volume total Volume total
Lors de l’estimation du volume global de fluide à l’intérieur (fluide en place) d’un
réservoir particulier, la porosité est considérée comme un paramètre très important. La
porosité peut exister sous deux formes majeures dans un réservoir : porosité effective et
porosité absolues. Alors que la porosité effective est simplement le rapport entre volume de
pores connectés et le volume global de la roche, la porosité absolue est cependant le rapport
entre volume total des pores et le volume global de la roche.

Lorsqu’on mentionne la porosité dans l’ingénierie des réservoirs, on parle


généralement de porosité effective. En effet les pores interconnectés conduisent à la mobilité
des hydrocarbures.

1.1.2 La saturation en fluide

La saturation décrit la fraction du volume des pores qui est occupé par un fluide. Etant
donné que les pores peuvent être remplis d’eau, d’huile et de gaz, la teneur en pore peut
être écrite comme suit :

V p=V w + V o +V g (1- 0)

5
Où V p est le volume des pores et V w , V o et V g sont les volume respectifs d’eau d’huile et
de gaz. Cela conduit à la définition de la saturation S comme une fraction du volume des
pores occupé par un fluide particulier :

Vi
Si= i=1 , .. ,n (1- 0)
Vp

Où n désigne le nombre total de phase fluide présente dans le milieu poreux (Zolotukhin,
2000), ce qui conduit à :
n

∑ S i=1 (1- 0)
i=1

Selon Ezekwe (2010), le pétrole global en place dans un reservoir est fonction de la
saturation du fluide, de la porosité et du volume du reservoir et ceci est exprimé
mathématiquement par :

OOIP=Volume du reservoir∗Porosité ∗(1−S wi ) (1- 0)

OOIP=Volume du reservoir∗Porosité∗S oi (1- 0)

1.1.3 Perméabilité
a- Perméabilité absolue

Lors de l’étude de l’écoulement d’un fluide dans un milieu poreux, qu’il s’agisse d’un
réservoir ou d’un noyau d’échantillon, il est important de regarder un paramètre appelé
perméabilité. La perméabilité d’une roche est la capacité de cette roche à transmettre les
fluides à travers son réseau de pores (Zolotukhin, 2000). La perméabilité absolue qui est la
perméabilité de la roche, est exprimé de façon empirique par la loi de Darcy (Ahmed,
2010)

A ∆P
q=−K (1- 0)
μ L
Où q est le débit de fluide (cm3/s), A est l’aire de la section transversale à la direction de
l’écoulement [cm2], u la viscosité [cP], L est la longueur du milieu poreux [cm], P est la
perte de charge sur la longueur L et K est la perméabilité. Le signe moins désigne que la
pression diminue avec le sens de l’écoulement. La perméabilité se mesure en Darcy [D]
qui est égale à 0.98692.10-8 cm2

6
b- Perméabilité effective et relative

Dans un réservoir de pétrole, l'espace poreux est rempli par plus d'un fluide, par exemple de
l'huile, eau et gaz. Et si ces fluides ne sont pas miscibles, la capacité de chaque fluide à
s'écouler diminuer en raison de la présence des autres. La loi de Darcy peut être modifiée pour
déterminer chacun des perméabilités aux fluides à saturation donnée :

A ∆ Pi
q i=−K e ,i (1- 0)
μi L

Où Ke,i est la perméabilité effective et i désigne chaque fluide. La somme des perméabilités
effectives est toujours inférieure à la perméabilité absolue en raison de l'interférence entre
fluides partageant les mêmes canaux ( Honarpour, 1988). La perméabilité relative est le
rapport entre la perméabilité effective du fluide et la perméabilité absolue du milieu poreux.

K e ,i
K r ,i= (1- 0)
K
Où Kr,i, est la perméabilité relative, Ke,i est la perméabilité effective et K la perméabilité
absolue. La perméabilité relative et la perméabilité effective dépendent toutes deux de la
saturation du fluide, ce qui signifie qu'elle changera à mesure que la saturation change. La
figure 1-1 montre une courbe de perméabilité relative vs saturation en eau

7
Figure 1-1 Perméabilité relative en fonction de la saturation en eau (Lien,2011)

1.1.4 Mobilité

La mobilité, λi, est le rapport entre la perméabilité effective au point final, Ke,i, et la viscosité
de un fluide, µi , et elle décrit la facilité avec laquelle le fluide s'écoule à travers un milieu
poreux.
K e, i
λ i= (1- 0)
μi

Le rapport de mobilité, M, est un paramètre important lorsque plusieurs fluides circulent dans
le réservoir. Il est défini comme le rapport entre la mobilité du fluide déplaçant et la mobilité
du fluide déplacé :

λ(déplaç ant) k r (dépla çant ) . μ(déplacé )


M= = (1- 0)
λ(déplacé ) k r (déplacé ) . μ(déplaç ant)

1.1.5 Mouillabilité

Lorsque deux ou plusieurs fluides non miscibles sont près d'une surface solide, les
molécules des fluides ont une force adhésive qui les attire les molécules vers la surface. Le
fluide dont l’adhérence la plus forte, collera préférentiellement à la surface et définira la

8
mouillabilité du milieu solide. Par conséquent, la mouillabilité est définie comme «la
tendance d'un fluide à se répandre ou s’adhérer sur une surface solide en présence d'autres
fluides non miscibles. » (Craig, 1971 ).
Dans un système roche / huile / eau, la mouillabilité est une mesure de la préférence que la
roche a pour soit l'huile, soit l'eau (Anderson, 1986) . Si la roche est préférentiellement
mouillable à l’eau, l'eau a tendance à entrer en contact avec la majorité de la surface de la
roche, en particulier les petits pores. De même, l'huile aura une tendance à entrer en contact
avec la majorité de la roche et les petits pores dans une roche est préférentiellement
mouillable à l’huile. Si le rocher n'a aucune préférence de mouillage, il sera considéré comme
neutre ou intermédiaire.
La mouillabilité peut également être répartie de façon hétérogène, ce qui signifie qu'une
partie de la roche la surface est mouillée d'eau et certaines sont mouillées d'huile, comme une
mouillabilité mixte (Salathiel, 1973 ), qui déterminé par la taille des pores, figure 1-2

Figure 1-2 Mouillage dans les pores (Abdallah et al,2007)

Selon Anderson (1987), il a été observé que la mouillabilité affecte la perméabilité car la
mouillabilité joue un rôle clé dans la localisation, la migration et le piégeage de fluides dans
les réservoirs.

Méthodes de mesure de la mouillabilité


Il existe de nombreuses méthodes utilisées pour déterminer la mouillabilité d'un
réservoir ou d'une roche.
Selon Anderson (1986), les méthodes de détermination de la mouillabilité peuvent être
catégorisées comme quantitatif ou qualitatif.
Les méthodes quantitatives comprennent :

9
- Mesure de l'angle de contact
C'est l'une des méthodes quantitatives largement utilisées pour déterminer le réservoir
mouillabilité et est généralement utilisé pour les variations de température, de pression et
d'eau chimie dans les réservoirs artificiels avec des fluides purs.
Pour les réservoirs à classer comme humides, l'angle de contact varie de 0 à 75. Pour
réservoirs neutres humides, il est d'environ 75 à 120 et tandis que pour les cas humides
d'huile, contactez l'angle est mesuré autour de 120 à 180 (Anderson, 1986). La figure 1-3 tente
de montrer diverses variations d'angle de contact pour la mesure de la mouillabilité.

Figure 1- 3 Déterminations de la mouillabilité par angle de contact (Anderson, 1986)

D'autres formes de mesure quantitative de la mouillabilité comprennent : Amott, US


Bureau of Mine (USBM), résistivité électrique.
D'autre part, la mesure qualitative de la mouillabilité fait intervenir des méthodes telles
que perméabilité relative, courbes de récupération et méthode de flottation.
Une autre méthode largement utilisée pour déterminer la mouillabilité est la « règle
empirique de Craig » et est mis en évidence dans le tableau 1.1.

10
Tableau 0-1 Détermination de la mouillabilité à l'aide de la règle empirique de Craig (Satter,
Iqbal et Buchwalter,2008)

Water-Wet Oil-Wet

In general, 15% PV and


Connate water Saturation 20%-25% PV
frequently 10%

Saturation at which Kro=Krw 50% PV of water Saturation 50% PV of Water Saturation

Krw at maximum water


In general 30% 50% and approaches 100%
saturation (i.e at floodout)

1.1.6 Miscibilité

La miscibilité entre les fluides est déterminée par les forces électrostatiques entre les
molécules dans chaque fluide. Si l'attraction entre les molécules d'un même fluide est plus
forte qu’avec le fluide adjacent, les deux fluides ne sont pas miscibles. Par conséquent, si
l'attraction entre les molécules différentes est plus forte, les deux fluides sont miscibles.

L'injection de gaz dans les réservoirs de pétrole peut être miscible, en fonction du gaz et
des conditions du réservoir. L'injection de gaz miscible en tant que méthode de récupération
améliorée a reçu une grande attention dans l’industrie du pétrole car l'huile est déplacée avec
une efficacité maximale et le résultat de la récupération est élevé. Des exemples de gaz
pouvant être utilisés comme processus de déplacement miscible sont les hydrocarbures
gazeux enrichis, les gaz de combustion, l’azote et le CO2.

1.1.7 Viscosité

La viscosité d'une huile ou d'un fluide de réservoir a été étudiée par de nombreux
chercheurs et est vue comme la capacité d'un fluide à résister à l'écoulement (Terry, 2001).
C'est une propriété fluide qui affecte le taux de récupération ou de migration du pétrole d'un
endroit à un autre. Généralement dans le cas d’un EOR par injection de gaz, la différence de
viscosité et de densité du fluide de déplaçant (gaz) et du fluide déplacé (huile) entraîne une
faible mobilité dans le réservoir.

11
Bien qu'avec l'injection de CO2 comme gaz pour l'EOR, la viscosité de l'huile de réservoir
est fortement réduite en raison de la solubilité du CO 2 dans l'huile, quelques préoccupations
sur la viscosité de l'huile et la récupération existe en ce qui concerne la façon dont le gaz est
injecté dans le réservoir et le nature du réservoir. L'injection directe du gaz peut entraîner une
production précoce de gaz provenant des puits producteurs et un dépassement de gravité dû au
doigté visqueux. C'est principalement l'un des problèmes rencontrés lors de l’injection de gaz.
Mais en augmentant la densité du gaz injecté à l'aide de saumure, dans une technique
d'injection alternée avec le gaz (WAG), cet effet peut être réduit car un excès de gaz peut
conduire à une percée précoce du gaz tandis que l'excès d'eau correspondant peut entraîner le
piégeage d'huile du réservoir par l'eau (Terry, 2001).

1.2 APERCU GENERAL ET DESCRIPTION DES RESERVOIRS CARBONATES

Les réservoirs carbonatés sont des roches sédimentaires issues de la décomposition et


dépôt d'organismes biogènes (c’est à dire organismes qui vivent dans le sol et l'eau qui
peuvent sécréter des carbonates de calcium). En raison de leur nature biogénique, les roches
carbonatés sont principalement considérées comme des sédiments naturels et des récifs dans
les océans ainsi que les réservoirs pour l'accumulation et le stockage des minéraux.

Chimiquement, les réservoirs de carbonate sont considérés comme des matériaux


complexes de cations comprenant le calcium (Ca), le magnésium (Mg), le baryum (Ba), le
zinc (Zn), le fer (Fe) et en combinaison avec le groupe carbonate (CO 3)2-. Il existe la présence
d'une liaison interne entre les groupes (CO3)2-, bien que cette liaison soit considérée comme
une liaison plus forte que la liaison entre les cations et les carbonates, elle est toujours
considérée une liaison plus faible par rapport à la liaison covalente existant entre les
molécules de dioxyde de carbone (CO2). Selon (Ahr 2011), les carbonates peuvent facilement
se décomposer en présence d'ions hydrogène pour former du dioxyde de carbone (CO 2) et de
l'eau. Un exemple de ceci peut être observée dans la réaction du calcaire (CaCO 3) avec un
acide fort comme indiqué dans l'équation 1.12

12
CaCO 3 + H 2 SO 4 →Ca SO 4 +CO2 + H 2 O (1- 0)

Cette réaction ci-dessus est un test majeur utilisé pour différencier les carbonates des
plastiques et d'autres roches non carbonatées et est donc connue sous le nom de « test de
pétillement » (Ahr 2011). Le test pétillement (en anglais fizz test) peut également être utilisé
pour différencier les classes de roches carbonatées (par exemple les calcaires et dolomies) les
uns des autres. On considère que les calcaires réagissent rapidement (pétille) que les
dolomites ou dolomies (Ahr 2011).

1.2.1 Classification des réservoirs carbonatés

Les réservoirs carbonatés sont généralement classés en fonction de la disposition des


atomes dans leur noyau ou la structure cristalline des carbonates. Les calcites et les dolomites
sont les plus dominantes des classes et notablement de réservoirs carbonatés et ils ont leurs
structures sous forme d’hexagones (King, 2015).
 Les calcites

Ce sont essentiellement des minéraux qui aident à la formation des roches. Ils sont trouvés
pratiquement dans tous les types de roches, soit des roches sédimentaires, ignées et
métamorphiques. Ils ont leur formule chimique comme CaCO3. Le calcaire et le marbre
(figure1-4) sont parmi les roches sédimentaires communes principalement composées de
calcites (King, 2015).

Figure 1-4 Calcaire composé de calcites de Tyrone, Pennsylvanie (King, 2015)


 Les dolomites

13
Les dolomites sont également des minéraux formant des roches typiques des carbonates. Elles
sont principalement composées de calcium et de magnésium avec le groupe carbonate. Ils ont
leur formule chimique comme CaMg(CO3)2 (King, 2015).

Figure 1-5 Cristaux de dolomites de penfield, New York (King, 2015)

Les réservoirs carbonatés de calcite et de dolomite contiennent des minéraux comparables


mais peuvent être différent en termes de dureté. Alors que les dolomites sont constituées de
carbonates de calcium-magnésium (CaMg (CO3)2) ce qui les rend un peu plus durs que les
calcites à une plage de dureté de 3,5 à 4, les calcites à elles seules sont composées de
carbonate de calcium (CaCO3) et ont une dureté de 3 (King, 2015). Le tableau 1-2 résume
certains des propriétés physiques de certaines roches carbonatées majeures par rapport à leur
composant minéraux.

Tableau 0- 2 Proprieté physique de certains roche carbonatée (Freas, Hayden et al. 2006)

Mineral Properties Colour


- Hexagonal cristal structure
Calcite (CaCO3) - Mohs hardness of 3 White or Colourless
- Specific gravity of 2.72
- Hexagonal cristal structure
Dolomite
- Mohs hardness of 3.5-4.0 White or Pink
(CaCO3.MgCO3)
- Specific gravity of 2.87
- Hexagonal cristal structure
White, Colourless or
Aragonite (CaCO3) - Mohs hardness of 3.5-4.0
Yellow
- Specific gravity of 2.93-2.95
- Hexagonal cristal structure
Sederite (FeCO3) - Mohs hardness of 3.5-4.0 Black or Brown
- Specific gravity of 3.79-3.9
Ankerite - Hexagonal cristal structure White, Pink or Grey
14
- Mohs hardness of 3.5-4.0
(Ca2MgFe(CO3)4)
- Specific gravity of 2.9
- Hexagonal cristal structure White or Yellow
Magnesite (MgCO3) - Mohs hardness of 3.5-4.0
- Specific gravity of 2.96-3.1

1.2.2 Caractérisation des réservoirs de carbonates

Les réservoirs d'hydrocarbures ont tous été décrits comme des réservoirs de stockage
poreux et perméable contenant des hydrocarbures et d'autres minéraux en quantités
économiques (Ahr 2011). Habituellement, la présence de ces pores et la perméabilité dans
l'hydrocarbure les réservoirs ont tous été attribués au degré de fracturation dans le noyau
rocheux et leurs processus diagéniques après le dépôt et la formation des sédiments rocheux
(Ahr 2011). Une roche carbonatée fracturée typique est illustrée à la figure 1-6, mettant en
évidence certaines des fractures transversales visibles sur la matrice rocheuse.

Figure 1-6 Roche carbonatée fracturée au Moyen Orient de Ras AL Khaimah (Statoil, 2013)

Toutefois avec les travaux basés sur la récupération assisté du pétrole dans les réservoirs
carbonatés par injection du CO2, des études antérieures ont montré que la plupart des
fractures et des pores sont de bon acquière souterrain ainsi que de bon piège pour le stockage
des hydrocarbures (Ahr, 2011). D’autres recherches (Sheng, 2013) ont montré que les
réservoirs de carbonate sont connus pour avoir une hétérogénéité très complexe en raison de
la nature biogénique de leur processus de dépôt et de formation, leur mouillabilité
(préférentiellement mouillable à l’huile ou mixte) et leur faible perméabilité moyenne faisant

15
ainsi leur description complexe et la plupart du temps difficile à comprendre lors de la
production du pétrole et du gaz (Denney, 2013). Dans la plupart des réservoirs carbonatés, la
présence de fracture, le processus diagénique, la porosité variable ont contribué à rendre
difficile l’exploration et la production de pétrole dans ces réserves. Souvent dans le passé, les
géologues et les ingénieurs réservoir ont tenté de résoudre ce problème complexe des
réservoirs de carbonate grâce à une approche systématique impliquant la description du
réservoir par la classification en termes de porosité, perméabilité, dureté Mohs,
compressibilité et développement des modèles de grille du réservoir (Denney, 2013).

Par convention, l'utilisation de plusieurs données géologiques est requise pour une
description et une caractérisation du réservoir afin de décrire ses propriétés physiques en
termes de porosité (stockage) et de perméabilité (production) (Slatt, 2006). Par la suite de
cette méthode conventionnelle, les descriptions des réservoirs de carbonate doivent donc
essayer de souligner :
 Une bonne description des différents faciès lithologiques du réservoir.
 La formation de porosité et perméabilité dans le réservoir par le processus
diagénétique.
 L'historique des fractures et des défauts de la formation.
 Les saturations de fluides dans un réservoir particulier

La mise en œuvre de ces descriptions avec une bonne pétrophysique et des données
géologiques sismiques peuvent alors aider à comprendre l'hétérogénéité des carbonates
(Garland et al., 2012) et pourrait fournir une aide pour construire un modèle typique de
géologie carbonatée.

Tableau 0-3 Caractéristiques typique de réservoir de carbonate pour le CO2-EOR


(Boutdarot et Ghedan, 2011)

Parameter Description
Reservoir-Carbonate Limestone with dolomites
Good (above 50mD)
Permeability
Bad (below 50mD)
High salinity formation water 220-2040 g/l
High temperature Above 220°F
Relatively high pressure 3800-4950 psi
Relatively light oil (API) 35°-40°

16
Low viscosity Below 0.5 cp
Fractured : 1
Heterogeneous reservoirs
Not fractured : 2
Some are saturated with gas caps while
some are undersatured

1.2.3 Problemes majeurs associes aux reservoirs carbonatés

Classiquement, le taux de récupération moyen pour les réservoirs de carbonate et de


grès est estimé à environ 35% (Sheng, 2013). Bien que dans cette moyenne combinée, le taux
de récupération dans les grès a été étudié pour être supérieur au taux de récupération dans les
carbonates car la taille des pores et la distribution de l'échelle dans les grès sont considérées
comme supérieurs à ceux des carbonates. Cela suggère donc qu'à l'échelle moyenne, le taux
de récupération dans la plupart des réservoirs carbonatés est considéré comme inférieur à 35%
(Sheng, 2013).
En raison de leur hétérogénéité complexe en termes de réseau de pores et de texture, la
classification de la porosité dans les carbonates peut être regroupée en trois (3) :
 Porosité connectée : essentiellement composée des pores connectés entre les grains
de carbonate et la matrice.
 Vugs : généralement les pores non connectés en raison de la dissolution diagénique
des calcites dans l’eau salée.
 Porosité de rupture : pores résultant de la contrainte pendant le dépôt.
Généralement, dans les réservoirs carbonatés, la dissolution des calcites (diagenèse) peut
entraîner la formation de barrières horizontales aux voies de l'écoulement ce qui empêcherait
invariablement l’efficacité de la récupération des hydrocarbures. Cela peut cependant être
considéré comme l'un des inconvénients de l'injection de gaz acides (par exemple CO 2) dans
des formations carbonatées contenant de la saumure (Mohamed, He et Nasr-El-Din, 2011 et
Sheng, 2013) comme décrit dans l’équation 1-13
H 2 O+C O 2+CaC O 3 →Ca(HC O 3)2 (1- 0)

Cependant, il convient également de noter que dans la plupart des formations où le


doigté de gaz, la percée d’eau et une perte de boue pendant le forage sont ressenties, ces
problèmes sont généralement en raison de la présence de fractures dans les pores des matrices
de formation. La combinaison de ces défis de porosité provoque des problèmes d'écoulement

17
de fluide dans les carbonates et peut donc conduire à une baisse de la productivité des puits
(Sheng, 2013).
Un autre problème important rencontré souvent dans la plupart des réservoirs de
carbonate est le problème de mouillabilité. Selon Abdallah Wael et.al (1986), la mouillabilité
est simplement considérée comme la capacité d'un matériau solide (réservoir) ayant beaucoup
de préférence pour le fluide dans lequel il se trouve en contact, sur ceux avec lesquels il n'est
pas en contact. Il y a donc trois (3) scénarios basiques de mouillabilité expérimentés dans les
réservoirs d'hydrocarbures et ce sont ; la préférence à l’huile, la préférence à l’eau et mixte.
La plupart des réservoirs de grès sont naturellement préférentiellement mouillable à l’eau,
tandis que le les réservoirs de carbonate subissent une mouillabilité mixte ou préférentielle à
l’huile. Ce problème explique donc pourquoi la récupération du pétrole à partir des carbonates
peut être considérée comme plus difficile que dans les grès car l'huile adhère aux pores plus
petits des carbonates (en contact avec le réservoir) les rendant difficiles l'accès ou la
récupération pendant l’injection (Sheng, 2013).

Figure 1-7 Différents scénarios de mouillabilité expérimentés dans les réservoirs


d'hydrocarbures (Abdallah et.al., 1986)

1.2.4 Mécanismes de récupération du pétrole dans les réservoirs carbonatés

Selon Statoil (2014), la plupart des réservoirs carbonatés sont caractérisés par une double
porosité et perméabilité, avec leur porosité fournissant des pièges pour le stockage d'huile
tandis que les couches perméables agissent comme des voies de circulation du pétrole dans les
réservoirs carbonatés. Cette double propriété hétérogène des carbonates est donc la principale
raison derrière laquelle les réservoirs carbonatés sont considérés comme des réservoirs

18
difficiles à produire. Cependant, divers des mécanismes ont été étudiés pour comprendre
comment les hydrocarbures sont souvent récupérés des réservoirs carbonatés. Ces
mécanismes impliquent généralement la récupération naturelle du pétrole dans les réservoirs
carbonatés fracturés en fonction de la différence de pression (capillarité) entre le réservoir de
carbonate et ses fractures et la nature du déplacement des fluides (Firoozabadi, 2000 ;
Haugen, 2006).

Les 4 mécanismes de récupération de base d'huile des réservoirs carbonatés selon Haugen
(2006) comprennent :
 Drainage par gravité
 Effet visqueux
 Imbibition naturelle ou spontanée
 Diffusion moléculaire

Cependant, il est important de noter que la plupart des réservoirs carbonatés sont
caractérisés comme étant soit mouillable mixte ou à l’huile, ce qui favorise l’imbibition du
CO2 mais retarde l’imbibition d’eau naturelle (Fernø, 2012). C'est principalement la raison
pour laquelle dans les réservoirs carbonatés mouillable à l’huile, le gaz peut être considéré
comme le fluide déplaçant préférer ou par une réorientation possible de la mouillabilité en
injectant des produits chimiques et des tensioactifs pour la rendre mouillable à l’eau (c.-à-d.
gaz peut être considéré comme cher) tandis que pour les réservoirs mouillables à l’eau, l'eau
est la plus préféré. Habituellement, si dans des conditions de mouillabilité à l'huile, le gaz
injecté est dans des conditions non miscibles avec l'huile de réservoir, la récupération d'huile
du réservoir de carbonate serait principalement le drainage par gravité (Golabi, 2012)

1.3 Processus de récupération du pétrole dans les réservoirs

Généralement le processus de production de pétrole à partir des réservoirs implique le


déplacement du pétrole du réservoir (c’est-à-dire de la formation) vers le puits de production.
Ceci est cependant contrôlé principalement par la différence de pression entre la tête puits et
le réservoir. L'huile, comme tout autre fluide a tendance à s'écouler d'une zone de haute
pression (réservoir) vers une zone de basse pression (tête de puits) sans aucune forme
d’assistance à la pression, le réservoir est dit engagé dans une production primaire ; ainsi

19
utilisant sa propre énergie et pression interne pour déplacer les fluides. La réduction de la
saturation en huile à l'intérieur du réservoir au fur et à mesure de la production, entraîne une
perte de pression à l'intérieur du réservoir et cette baisse de pression se poursuit jusqu'à ce
qu'elle atteigne pression de fond du puits de production, à laquelle le pétrole et les autres
fluides du réservoir cessent d’être produit à partir de l’énergie propre du réservoir. Ce défi
nécessite donc une forme artificielle d'énergie ou de support de pression (c'est-à-dire une
forme récupération secondaire) afin d'aider le réservoir à produire d’avantage son huile
d'origine en place (Andrei et al, 2010 ; Jelmert et al, 2010).

1.3.1 Récupération primaire

Il s'agit simplement de la production conventionnelle et initiale d'un réservoir utilisant sa


capacité connue sous le nom de « pression naturelle ». Il s'agit d'une production basée sur un
différentiel de pression entre la pression du réservoir et la pression de fond du puits.
Normalement durant la phase de récupération primaire, des pompes sont utilisées pour
soutenir la pression du réservoir car elle a tendance à baisser mais cette phase de récupération
est dite terminée lorsque la pression du réservoir baisse, jusqu’à son point le plus bas. La
récupération primaire peut représenter environ 5 à 25% de l'huile d'origine en place (OOIP)
selon les caractéristiques du réservoir (Andrei et.al, 2010).

1.3.2 Récupération secondaire

La phase de récupération secondaire des hydrocarbures d'un réservoir est généralement


appliquée après la phase de récupération primaire, lorsque la chute de pression du réservoir a
atteint un point où il ne peut plus produire seul. De manière conventionnelle, l'eau et d'autres
formes de liquides ou même des gaz sont injectés dans le réservoir pour accumuler et
maintenir l’épuisement de la pression dans le réservoir, ce qu'on appelle un mécanisme de «
drainage artificielle ». Le CO2 est l'un des gaz qui ont été utilisés efficacement et avec succès
dans cette phase de récupération. En fonction également des caractéristiques et de la
description du réservoir, cette phase peut compter environ 6% - 30% du OOIP.

1.3.3 Récupération tertiaire

20
Cette phase est généralement appelée récupération améliorée du pétrole ou, dans la plupart
des cas, « enhaced oil recovery  » (EOR). En fonction de la manière dont il est examiné, la
phase EOR s'est avérée productive dans un réservoir, représentant ainsi environ les deux tiers
(60%) du OOIP (Denney 2013). Il est essentiellement appliqué pour améliorer l'écoulement
de l'huile du réservoir à travers le puits de production (Andrei et.al, 2010) en modifiant la
viscosité du le fluide déplacé (huile) afin d'alléger l'huile et permettre à l'huile immobile de se
mettre en déplacement facilement (Denney 2013). L'une des techniques de EOR largement
utilisées étant l'injection de CO2 serait considérée comme le cas de ce projet.
Cependant, le choix et le type de technique (s) EOR ne s’applique pas à tout hydrocarbure
le champ du réservoir dépend largement des critères de sélection appliqués (Shuker, Buriro et
al. 2012) lors des plans de développement sur le terrain du projet.

Figure 1-8 Etape de la récupération du pétrole d’un réservoir (Jelmert et al. 2010)

1.4 Méthodes actuelles de récupération améliorée du pétrole

La récupération du pétrole des réservoirs d'hydrocarbures fait appel à diverses techniques


et procédés. La récupération améliorée du pétrole ou telle quelle est communément appelée ``
EOR '' est l'un des diverses techniques utilisées pour décrire la récupération de pétrole
secondaire ou tertiaire d'un réservoir donné à l'approche de sa durée de vie. Andrei et.al
(2011) ont cependant exprimé l'EOR comme un processus de récupération d’huile effectué
dans des réservoirs épuisés au-delà de la production primaire et secondaire.
(Denney 2013) dans son rapport sur le « EOR potential in the Middle East : Curent and
Future Trends », a souligné que si la récupération primaire et secondaire conventionnelle du

21
pétrole axé sur la capacité naturelle du réservoir à produire l'huile mobile dans ses pores en ce
qui concerne les pressions capillaires et la viscosité, les techniques EOR se sont plus
concentré sur la récupération d'une plus grande quantité d'huile immobile. En outre, l'EOR
dépend énormément de l'économie du développement d'un champ ainsi que le prix du pétrole
sur le marché. C'est tellement parce que les récupérations primaires et secondaires ont été
estimées à environ 1/3 (soit 33-40%) du pétrole total en place dans un réservoir, tandis que
l'EOR représente 2/3 (soit environ 60%) des réserves pétrolières du réservoir (Denney 2013).

Figure 1- 9 Différentes techniques et classifications de la récupération du pétrole (Kokal et


Al- Kaabi, 2010)

Il existe différentes méthodes de mise en œuvre de la récupération primaire, secondaire ou


tertiaire toutes visant à diminuer le taux de mobilité du fluide, augmenter de la perméabilité
relative de l'huile, augmenter du nombre de capillaires, réduire la viscosité de l'huile et réduire
la saturation résiduelle d'huile du réservoir (Andreiet.al, 2011).

Dans cette perspective, les méthodes EOR sont donc regroupées en quatre (4) catégories
différentes selon le type et la nature du fluide injecté ou le processus utilisé dans la
récupération.

1.4.1 Méthodes thermiques

Cette catégorie du EOR implique l'utilisation de chaleur ou d'énergie thermique et se


concentre principalement sur la récupération des hydrocarbures lourds et visqueux. En
utilisant la technique du EOR thermique, la chaleur est introduite dans la formation sous
forme de vapeur ou par combustion in-situ de l'huile visqueuse dans la formation, augmentant
ainsi la température de l'huile tandis que sa viscosité est réduite (Kokal et Al-Kaabi, 2010).

22
Selon le type de formation, l'injection de vapeur est largement utilisée dans les réservoirs de
grès avec du pétrole lourd avec la plupart des projets actifs situés au Venezuela, Canada,
Indonésie et Oman.
D'autre part l’EOR thermique, l'air est injecté dans le réservoir à haute pression et
généralement dans des réservoirs plus profonds en utilisant la méthode de combustion in situ.
Ceci est orienté pour enflammer l'huile très visqueuse dans la formation de manière à générer
de la chaleur qui sont utilisés pour produire certains gaz de combustion qui contribuent au
processus global de récupération (Kokal et Al-Kaabi, 2010).

1.4.2 L’injection du gaz

C'est l'une des techniques EOR les plus populaires et les plus largement pratiquées
dans le monde. Selon la nature et les propriétés du gaz utilisé, cette technique peut être la
plupart temps appelés EOR de gaz miscible, inondation de gaz solvant ou inondation générale
de gaz. Le CO2 est essentiellement utilisé comme technique EOR pour l'huile légère car il
réduit la viscosité de l'huile, ce qui la rend plus légère ainsi facile à récupérer. Il est également
important de noter que l'efficacité des projets CO2-EOR dépend largement des propriétés du
réservoir comme la température, la pression et la composition du fluide en place.

1.4.3 Méthodes chimiques

Le processus d'injection de produits chimiques dans les réservoirs pour une récupération
améliorée du pétrole en est une technique qui est essentiellement appliquée dans les champs
afin de réduire la tension interfaciale entre les fluides du réservoir. Les produits chimiques
injectés pour cette technique EOR sont principalement des surfactants et des polymères qui
sont injectés lors des crues d'eau afin de réduire les impacts et la présence d’une la tension
interfaciale ainsi que d'augmenter la viscosité de l'eau tandis que la viscosité de l'huile est
réduite. Cette action de tensioactifs et de polymères contribue à rendre l'huile facilement
récupérable (Andrei et.al, 2011).

1.4.4 Méthodes microbiennes

23
La récupération améliorée microbienne du pétrole est également l'un des mécanismes de
récupération du pétrole tertiaire qui impliquent l'utilisation de microbes comme des bactéries
qui ont la capacité de survivre sous les conditions du réservoir. Ces microorganismes
anaérobies (c'est-à-dire en absence d'oxygène) sont injectés pour modifier les propriétés du
fluide (huile et eau) à l'intérieur du réservoir de manière à augmenter la récupération du
pétrole (mobilité du pétrole) du réservoir (Donaldson, Chilingarian et Yen, 1989 ; Youl,
2007). Certaines des limites associées à cette technique EOR est essentiellement en termes
d'applicabilité car il ne s'agit pas d'une méthode largement pratiquée. Bien que des avancées
récentes visent à développer ce mécanisme de récupération tertiaire du pétrole.

1.5 Critères de sélection EOR

L'augmentation mondiale de la demande énergétique ces dernières années a mis en


évidence la nécessité pour une récupération efficace des réserves restantes dans les champs
pétrolifères. Cette demande a donc a poussé la plupart des sociétés d'exploitation pétrolière et
gazière à considérer non seulement l'EOR comme un mécanisme de récupération tertiaire,
mais aussi planifier et mettre en œuvre dès le début de la vie de production d'un réservoir
(Bourdarot et Ghedan, 2011). Bien que les projets EOR soient considérés comme projets à
haut risque et nécessitent donc d'énormes capitaux pour être mis en œuvre, pratiquement des
projets sont proposés pour passer un certain critère. Ces critères comprennent :
 Examen préalable de l'EOR
 Analyse en laboratoire
 Analyse de simulation de réservoir
 Projets pilotes EOR
 Application complète du EOR sur le terrain si le projet pilote réussit

24
Figure 1-10 Résumé des critères généraux de sélection EOR (Terry, 2001)

Pour le cas des réservoirs de carbonate, préalablement à leurs études de laboratoire et de


simulation, identification des techniques futures et prometteuses ainsi que les défis la mise en
œuvre de différentes techniques EOR a également été adoptée dans la selection EOR
(Bourdarot et Ghedan, 2011).
En résumé, pour un processus EOR optimal, la figure 1-10 montre les critères de sélection
des technique EOR en fonction du réservoir et des propriétés du fluide. Alors que pour
l’inondation miscible et immiscible du CO2, le tableau 1-4 résume certains des critères
envisagés tels que modifiés par l'USGS.

Tableau 0- 4 Critères de dépistage des inondations de CO2 miscible ou non miscible (USGS,
2014)

Screening Criteria Immiscible Miscible


Oil API (°) 13 to 22 >25
Oil Viscosity (cp) <10
Reservoir Pressure (psia) MMP ≤ Fracture Pressure-400
Depth (ft) >1400 ft

1.5.1 Methodes de depistage du EOR

25
Les bénéfices du criblage EOR pour les ingénieurs pétroliers afin de prendre les décisions
quant au type de technique EOR à appliquer, réside dans l'objectif d'optimisation la
récupération du pétrole des réservoirs tout en réalisant des bénéfices. Stalkup (1983) et Taber
(1990) étaient tous deux d'avis qu'un profit optimal dans l'application de l'EOR peut être
obtenu avec moins de volume (barils) de fluides d'injection, produisant un baril (1bbl) d’huile
aux conditions du réservoir.
Après un examen global de certains projets EOR en mettant l'accent sur l'application de
projets EOR réussie, Taber, Martin et Seright (1997) dans leurs études ont proposé un critère
de sélection connu sous le nom de « pression minimale de miscibilité (MMP)». Schlumberger
(2015) l'a définie comme la pression la plus basse possible à laquelle un premier contact ou un
contact multiple la miscibilité peut être obtenue (c'est-à-dire la pression minimale de
miscibilité à laquelle le la tension interfaciale entre deux phases de fluides séparés est
considérée comme nulle).

1.5.2 Estimation de la pression minimale de miscibilité pour l’injecttion du


CO2

Yuan et al (2005) ont développé la corrélation pour l'estimation du MMP pour l’injection du
CO2 gazeux dans des réservoirs en utilisant des « ajustements quadratiques de MMP
analytique avec température ». Cette corrélation a été développée à partir de 70 données
analytiques MMP calculées avec l'équation de caractérisation de l'état (EOS) pour 9 huiles et
41 tube mince MMP expérimentées afin de tenir compte de la précision des prévisions.

MM P pure =a1 +a2 M C 7+¿+a P


3 C 2−6 +¿ ¿ (1- 0)

Where

MM P pure =estimated MMP ¿ correlation of pureCO 2 gas injection

a 1−a10=coefficients¿ a regression of the data

M C 7+¿=molecular weight of C 7 +¿¿

PC 2−6=total mole percent of C 2−C 6 composition∈injected gas ( % )

T=temperature of the reservoir (°F)

26
Il est également important de noter que les valeurs de M C 7+¿ ¿et PC 2−6 vont de 139 à 319 et
2,0 à 40,3% respectivement, tandis que la température du réservoir varie de 71 à 300
(Bourdarot et Ghedan, 2011).

Tableau 0- 5 Résumé des meilleurs coefficients d’ajustement utilisé dans l’équation 1-14 pour
la MMP du CO2 développé par (Bourdarot et Ghedan, 2011)

a1 =-1,4634E+03 a2 = 6,612E+00 a3 = -4,4979E+01 a4 = 2,139E+00 a5 =1,1667E-01


a9 = -4,0152E-
a6 = 8,1661E+03 a7 = -1,2258E-01 a8 = 1,2283E-03 a10 =-9,2577E+04
06

Cependant, pour tenir compte des impuretés dans la composition du gaz injecté, qui
peuvent être de la teneur en méthane (CH 4), en éthane (C2H6) ou en sulfure d'hydrogène (H 2S)
contenu dans le flux gazeux de CO2 du à l'inefficacité de la séparation et du recyclage, une
nouvelle corrélation a été développé (Bourdarot et Ghedan, 2011) pour ne prendre en compte
que les flux de gaz CO2 avec à 40% de CH4.
MM P Imp
=1+m( PC O −100) (1- 0)
MM P Pure 2

Où,
m=a1+ a2 M C 7 +¿+a P
3 C 2−6 +¿¿

Alors que les valeurs correspondantes de a1 à a10 sont obtenues à partir du tableau

Tableau 0- 6 Résumé des meilleurs coefficients d’ajustement utilisé dans l’équation 1-15 pour
la MMP du CO2 développé par (Bourdarot et Ghedan, 2011)

a1=-6,5996E-02 a2=-1,5246E-04 a3=-1,3807E-03 a4 =6,2384E-04 a5=-6,7725E-07

a6=-2,7344E-02 a7=-2,6953E-06 a8=1,7279E-08 a9=-3,1436E-11 a10=-1,9566E-08

1.6 RECUPERATION AMELIOREE DE L’HUILE PAR INJECTION DU CO2


(CO2 EOR)

1.6.1 Aperçu générale du CO2 EOR

27
Le CO2-EOR est une technique de récupération assistée tertiaire de pétrole qui implique
l'utilisation de CO2 comme gaz dans la récupération des fluides hydrocarbonés (pétrole et gaz)
des réservoirs sous une très haute pression d'injection. Ceci est réalisé en injectant le gaz CO 2
de manière à le mettre en contact avec l'huile restante dans le réservoir « en augmentant
respectivement le balayage volumétrique d'huile du réservoir (Ev) et de déplacement (Ed) »
(Verma, 2015).
Dans d'autres cas pour améliorer l'efficacité de récupération du procédé CO 2 -EOR,
souvent le CO2 est injecté avec l'eau et comme le CO 2 est hautement soluble dans l'eau, les
deux fluides sont ensuite injectés dans un ordre alterné avec l'eau principalement concentrée
augmentant tout gonflement tandis que le CO2 s'occupe de la réduction de la viscosité de
l'huile ainsi facilitant l'écoulement de l'huile du réservoir.

Figure 1-11 Vue d’ensemble du procédé CO2-EOR miscible

Cependant, au point de récupération ou de production, tout le CO2 injecté dans le réservoir


n’est pas récupéré lors de la production car une partie du volume injecté du CO 2 se trouve
stocké en permanence dans le réservoir (Perhsad et.al, 2012). En injectant en continu du CO2
dans le réservoir, le volume d'huile saturée dans le réservoir diminue à mesure que la
saturation du gaz CO2 augmente. Cela a été prouvé comme un moyen majeur de séquestrer la
concentration du CO2 dans l’atmosphère, en l'utilisant ainsi pour améliorer la récupération du
pétrole (Metz et.al, 2005). L’injection du CO2 pour la pratique de l'EOR principalement sur la
récupération de la saturation d'huile résiduelle dans un réservoir après la production du

28
réservoir et l'injection secondaire d'eau ont été réalisées avec du CO 2 capable de récupérer
environ 54% du pétrole d'origine en place dans le réservoir (Ghedan, 2009).

1.6.2 Application du CO2 EOR dans les réservoirs carbonatés

L'application de CO2 -EOR est généralement effectuée en deux (2) options comme inondation
miscible ou inondation non miscible ou immiscible.

Tableau 0- 7 Comparaison de base des options d'injection de CO2 -EOR (Andrei et al., 2011)

Miscible Option Immiscible Option


Potentiel for Oil recovery Less at (4-12) % OOIP More at about 18% OOIP
Applied Project Scale Small scale Large scale
Oil producton timing Early(<3years) Late(>5years)
EOR Duration Short Long
Mechanism od Oil recovery Complex Simple
Injection Period Prior to water flood or after Usually after water flood
Storage potential of CO2 Low High

 Option miscible

C'est l'une des principales options d'injection de CO 2 appliquées dans les réservoirs de
carbonate. Ça implique d’injecter le gaz CO 2 à une pression connue sous le nom de pression
minimale de miscibilité (MMP). À cette pression, environ 80% du OOIP du réservoir peut
être effectivement produit lorsque le CO2 injecté se brise (Holm et Josendal, 1974).
Cependant, les récents progrès de la recherche sur le CO2 -EOR continuent de montrer un
meilleur potentiel récupération existants pour les projets CO2 -EOR et la règle conceptuelle
appliqué aujourd'hui (Yellig et Metcalfe, 1980) pour estimer la pression minimale de
miscibilité montre que l'injection de CO2 à environ 1,2 du HCPV, peut récupérer jusqu'à 90%

29
OOIP cela est vrai car lorsque la pression croit; soit par injection de gaz (CO 2) ou à l'intérieur
du réservoir, la récupération du pétrole est également augmentée comme le montre la figure 1-
12

Figure 1-12 Méthode de tube mince au laboratoire pour estimer la MMP montrant les effets
de pression sur la récupération du pétrole (Yellig et Metcalfe, 1980)

 Option Immiscible

Contrairement à l'option miscible, l’injection du CO 2 non miscible est souvent appliquée


aux réservoirs avec une huile plus lourde ou lorsque la pression du réservoir tombe en dessous
de la pression minimale de miscibilité qui rend impossible un mélange homogène des fluides
en raison de la présence d'une tension interfaciale entre l'huile et d'autres fluides à l'intérieur
du réservoir.
Dans un procédé au CO2 non miscible, une partie du CO2 injecté est absorbée dans les
fluides de réservoir et une partie forment une phase gazeuse libre dans le réservoir.

1.6.3 Mécanismes du CO2 EOR

30
Pour l’efficacité de la récupération assistée du pétrole avec le CO 2, un grand volume de
CO2 est initialement injecté dans le réservoir qui est généralement d'environ 30% et plus du
HCPV (huile en place). À ce volume et cette injection élevé, les mécanismes suivants ont été
observés et étudiées pour améliorer la récupération du pétrole (Taber, Martin et Seright, 1997)
:

 Le CO2 se dissout dans l'huile du réservoir en raison de sa solubilité avec l'huile et


provoque un gonflement d'huile
 Le CO2 réduit la viscosité de l'huile.
 Le CO2 réduit ainsi l’existence d’IFT entre les phases pétrolière et gazière
encourageant la miscibilité.
 Le CO2 atteint la miscibilité avec l'huile du réservoir à haute pression, améliorant ainsi
la récupération d'huile.

1.6.4 Technique d’injection du CO2

L'injection de gaz CO2 dans les réservoirs pour la récupération du pétrole dépend de
nombreux facteurs. Une part de nature du réservoir, la composition et les propriétés des
fluides en place dans le réservoir, emplacement et modèle du puits. Une partie des techniques
d’injection basique du CO2 appliquées aujourd'hui comprennent (Jarrell , 2002; Verma 2015):
 Technique d’injection continue ou sèche de CO2
Cette technique d'injection utilise l'injection constante d'un seul volume de CO 2 dans le
réservoir. Il peut également être complété par l’injection de gaz plus légers pour des effets de
ségrégation par gravité. L’injection continu du CO 2 est la plus appropriée pour les réservoirs
fortement mouillables à l’eau et les réservoirs ayant une huile moyenne légère car le CO 2
injecté à sec peut aider au drainage par gravité permettant ainsi de récupérer ou de drainer
plus d'huile.
 Technique d’injection de gaz par alternance avec l’eau (WAG)
Ceci est généralement considéré comme la technique conventionnelle d'injection de CO 2
dans la plupart des réservoirs car elle implique une injection intermittente de gaz et d'eau qui a
une meilleure efficacité de balayage que les autres techniques. C'est aussi bénéfique en raison
de sa capacité à surmonter les effets de la percée précoce du gaz due effet de doigté par

31
gravité, permettant ainsi un meilleur contact et un meilleur balayage l'huile résiduelle dans le
réservoir. Le WAG est le plus approprié pour les réservoirs de carbonates qui ont une
perméabilité verticale variable.

 Injection continue de CO2 plus eau


Cette technique est assez similaire à la technique d'injection de CO 2 sèche ou continue et
le WAG, mais ici un volume fixe de gaz CO 2 est injecté dans le réservoir et après que le
volume connu a été injecté, une eau de chasse est alors injectée pour aider le gaz injecté à
avoir un bon effet de balayage de l'huile lorsqu'il entre en contact avec l'huile du réservoir. La
technique continue CO2 plus eau peut être appliquée réservoirs légèrement homogènes et
étanches (peu perméables) comme le schiste.
 Technique d'injection de gaz à alternance d'eau conique (Tapered WAG)
Le Tapared WAG en tant que technique d'injection de CO 2 est comparable au WAG. C'est
principalement utilisé pour améliorer l’utilisation du CO 2 et l'efficacité de balayage à des
volumes de CO2 injectés limitant ainsi le volume de CO2 recyclé dans le réservoir.
L'utilisation du CO2 est ainsi décrite comme le volume total de gaz (CO2) nécessaire pour
récupérer un baril (1bbl) d'huile d'un réservoir.

 WAG plus gaz

Il s'agit simplement d'une technique d'injection modifiée du WAG conventionnel. Ici, de


l'air, de l'azote ou d'autres gaz bon marché sont injectés après un grand volume de CO 2 et de
l'eau a été injectée à intervalles. Il est principalement utilisé pour un balayage amélioré et
drainage pétrolier dans des formations très étroites.

32
Figure 1-13 Diagramme de Gantt montrant les différentes techniques et plans d'injection de
CO2 (Jarrel

1.6.5 Avantages généraux du CO2 EOR


Bien que l'application de l’injection de CO2 à des fins EOR dans les réservoirs de carbonate
ne soit pas largement utilisé en raison de certaines considérations économiques concernant le
coût de l'efficacité du captage du CO 2 ou du CO2 générée industriellement à des fins EOR, il
en existe plusieurs mérites associés à cette technique, en particulier dans les formations
carbonatées. Selon Hughes (2006), certains de ces avantages identifiés comprennent :
 L'aptitude du CO2 à être appliqué dans une variété de réservoirs contrairement à
d'autres fluides injectés.
 Le CO2 peut facilement atteindre la miscibilité avec l'huile de réservoir à très faible
MMP, qui est peu probable pour d'autres gaz tels que le N2 et les gaz naturels.
 Lorsqu'il est injecté avec de l'eau dans une technique WAG, le CO2 a un très haut
efficacité de déplacement sur l'huile de réservoir car elle est soluble dans l'eau et aide
à rendre l'huile plus dense en gonflant tandis que l'eau aide au drainage de l'huile
résiduelle.
 CO2 -EOR aide à réduire les forces interfaciales existant entre l'huile et les phases
aqueuses augmentant ainsi la miscibilité.

33
 Contrairement aux autres fluides et gaz, le CO2 peut être appliqué dans des réservoirs
avec hydrocarbures lourds (c'est-à-dire en C15 à C30).
 L'application de CO2 -EOR par injection de CO2 contribue à réduire les effets du
réchauffement climatique par la réduction de la concentration atmosphérique des gaz à
effet de serre.

34
Chapitre 1 Méthodologie

35
2-1-Description du réservoir
2-1-1-Propriétés du réservoir et du fluide

Le réservoir d'étude provient d'un réservoir sous-saturé de carbonate du Moyen-Orient


(Odeh, 1981). La description du réservoir et certaines autres propriétés sont décrites dans le
tableau 2.1. Les propriétés des fluides, y compris les données PVT, les données de
perméabilité relative sont également mises en évidence dans Figures 2-1, 2-2 et 2-3.
Cependant, des modifications ont été apportées à ces propriétés réservoirs afin de garantir
correctement son efficacité vis-à-vis de l’injection de CO 2 et modélisé à l'aide du logiciel
Eclipse Blackoil Simulation de Schlumberger Ltd. Le problème initial du réservoir impliquait
la production d'huile à partir de ses pores et donc il était considéré comme sous-saturé (c'est-
à-dire que la pression du réservoir a été observée comme étant supérieure à la pression de
bulle d'huile). Le réservoir a été caractérisé pour avoir trois couches de perméabilité variable
mettant en évidence l'hétérogénéité des réservoirs de carbonate

Tableau 2-8 Reservoir d’etude avec les proprietes du puits

CARBONATE RESERVOIR PROPERTIES


Reservoir Type Carbonate
Parameters Value Units
Original Pressure at Datum (8400ft) 4800 psia
Minimum miscibility pressure 1000 psia
Porosity 0.3 -
Permeability Range (along X,Y and Z directions) 35-80-200 mD
Rock Compressibility 3.0x10-5 Psi-1
Temperature 200 °F
Capillary pressure 0 -
Welbore Diameter 0.5 ft
CO2 Injection Rate 100 MMSCF/D
Minimum Oil Production Rate 1000 STB/D
Maximum Oil Production Rate 20000 STD/D
Oil API° Gravity 32.75 °(degrees)
Gas Density 0.06054 lb/ft3
Gas Specific Gravity 0.792 -
Skin 0 -
Initial oil saturation 0.88 -

36
Figure 2-14

Figure 2-15

Figure 2-16

37
2-1-2-Description du modèle

Le réservoir simulé a été modélisé à l'aide d’un système de quadrillage cartésien


d’Eclipse pour avoir 300 blocs de grilles répartis le long des directions X, Y et Z
respectivement (10x10x3) comme sur la figure 2-4. Deux puits verticaux (un injecteur et un
producteur) ont été développés dans le modèle utilisant le schéma d'injection en ligne directe
où les puits étaient directement situés face à face avec le puits injecteur situé au niveau de la
grille (1,1) et le puits producteur situé à la grille (10,10). La profondeur du réservoir a été
modélisée à 8400ft avec une pression de 4200 psia et le contact gaz-huile (GOC) et le contact
huile-eau (OWC) étaient respectivement à 8200ft et 8500ft. Du CO 2 a ensuite été injecté dans
la couche supérieure du réservoir à une profondeur de de 8335ft pour laisser gonfler l'huile du
réservoir et que le CO2 entraîne l'huile vers le puits producteur, alors que le pétrole produit
provenait du fond à une profondeur de 8400ft. Le puit producteur a été modélisé avec une
cible de production de 20000 STB / jour et une pression minimale au fond du trou de 1000 psi
alors que le puits d'injecteur de CO2 a été modélisé afin d'injecter constamment un grand
volume de gaz CO2 à 100000 Mscf / jour afin d’avoir un volume suffisant de gaz pour balayer
efficacement le pétrole jusqu'au puit producteur. La figure 2-5 montre les différents profils de
saturation du réservoir aux conditions initiales.

38
2.2 Modélisation du réservoir de carbonate à l'aide du simulateur Eclipse

Le logiciel de simulation de réservoir sous licence de Schlumberger, connu sous le nom


d'Eclipse, a été choisi pour la partie modélisation de ce travail basé sur la vaste utilisation
industrielle du logiciel dans grandes sociétés pétrolières et gazières du monde. Il consiste
également en une approche conviviale vers le calcul, le traitement des données et les
impressions de résultats lisibles par l'homme qui sont également compatible avec d'autres
logiciels de modélisation et de description de réservoir et de traitement de données comme
Petrel, CMG et Microsoft Excel.
Le modèle de réservoir a été construit comme un modèle Black Oil en utilisant Eclipse 100
(E-100). Tandis que certaines des paramètres d'entrée ont été fournis par Odeh (1981),
certains autres paramètres comme la distribution de la taille des pores, la perméabilité, la
gravité API de l'huile a été modélisées pour représenter un milieu typique Réservoir
Carbonaté du Moyen-Orient.
L'organigramme de modélisation suivi dans la construction du modèle de réservoir de
carbonate est décrit dans la Figure 2-6 à côté de certaines des étapes d'entrée de données à
l'aide de l'E-100 (Schlumberger, 2010)

39
2.2.1 Exigences en matière de données pour la modélisation Eclipse d'un réservoir de
carbonate

L'une des approches importantes pour construire un bon réservoir implique un


compréhension du processus de collecte de données d'un simulateur car pour un bon réservoir
les données peuvent avoir un effet positif sur le résultat du modèle simulé et peuvent
également avoir une importance économique par rapport au coût (Satter et.al , 2008).
Les données d'entrée générales nécessaires à la construction d'un réservoir varient
beaucoup selon les type et nature de la formation à modéliser. Eclipse 100 utilise une
approche systématique pour modélisation comme décrit dans la figure 2-7. Il s'agit de
construire les modèles de réservoirs en huit (8) segments, à savoir ; « Runspec, Grid, Edit,
Props, Regions, Solutions, Summary et Schedule ».

40
RUNSPEC
Il s'agit généralement de la section de début lors de la création d'un fichier de données Eclipse
et il met en évidence des fonctionnalités telles que le titre du modèle, les dimensions des blocs
de grille utilisés dans le modèle, les unités de mesure, la date de début de la simulation, les
phases fluides présentes dans le modèle, etc.
Habituellement, comme il est propre aux fichiers de données d'éclipse, les données associées
de l'éclipse, les mots-clés sont accompagnés d'une barre oblique (/) qui marque la fin ou la
résiliation d'un mot-clé spécifique.
• GRID
Il s'agit de la section d'un fichier d'entrée de données de simulation Eclipse 100 qui implique
la définition des caractéristiques géométriques du réservoir comme la porosité, la
perméabilité, ratios bruts (NTG) pour les cellules individuelles de la grille dans le modèle de
bloc de réservoir.
Eclipse comprend deux (2) options de grille, soit la géométrie de grille radiale, soit la
géométrie de la grille cartésienne et le choix des options de grille affectent le type et choix des
mots-clés à utiliser dans cette section de grille (Schlumberger, 2010).
• EDIT

41
Cette section du fichier de données d'entrée est principalement axée sur les
commandes permettant de définir le volume des pores, la transmissibilité, la diffusivité et les
connexions non voisines des données de grille entrées dans la section GRID. Il est également
important de préciser que la section d'entrée EDIT est une section facultative dans la
compilation de données d'éclipse et peut donc être automatiquement calculé par Eclipse lors
de l'exécution du programme.
• PROPS
Cette section est principalement utilisée pour saisir les propriétés du réservoir de
carbonate comme la perméabilité relative, la pression, la compressibilité, le volume et la
température comme ainsi que les propriétés de base du fluide telles que la viscosité et la
densité du fluide. Ils sont parmi les sections obligatoires dans le fichier de données d'Eclipse.
• REGIONS
La section des REGIONS est une section facultative dans le fichier de données
d'Eclipse, mais elle est cependant importante pour les modèles qui ont des données de
perméabilité relative différentes.
• SOLUTION
Cette section est principalement utilisée pour l'initialisation du modèle et l'équilibrage
du fichier de données avant la simulation. C'est également une section obligatoire pour la
compilation des données d'Eclipse.
• SUMMARY
La section SUMMARY est cependant une section facultative, mais elle est très utile
pour définir l'impression du résultat attendu et les sorties des exécutions de simulation qui
seraient écrites aux fichiers de rapport.
• SCHEDULE
La section de SCHEDULE est la dernière section du fichier de données d'Eclipse
utilisée pour définir les propriétés des puits telles que l'emplacement des puits, le type de
fluides d'injection, les techniques d’injection, taux d'injection, type de fluide de production,
taux de production et durée de la simulation (time step).

42
2.3 Description des scénarios étudiés
2.3.1 Cas de base
En modifiant les données de champ géologique du carbonate du Moyen-Orient décrit
réservoir, un modèle de cas de base a été développé pour cette étude et exécuté en utilisant le
Blackoil simulateur de réservoir Eclipse développé par Schlumberger Ltd. Le cas de base a
été développé pour que le réservoir produise à la récupération primaire en utilisant son propre
énergie et pression initiale de 4800psia en fermant le puits d'injection de gaz situé au niveau
du réseau (1,1) tandis que le pétrole peut être produit à partir du puits du producteur à un taux
cible de 20000 STB / jour à partir de la grille (10,10). Le modèle du cas de base a également
été caractérisé ont une porosité effective de 30% (0,30) sur tout le réservoir tandis que la
perméabilité en les directions X et Y ont été modélisées à 200mD pour la couche supérieure
(Z1), 80mD pour le couche intermédiaire (Z2 ) et 35 md pour la couche inférieure (Z3) comme
illustré à la figure 2-8.

2.3.2 Scénario 1a - Effet de l' injection de CO 2 sur le facteur de récupération d'huile


Dans un autre cas pour étudier l'effet du gaz CO2 injecté sur le taux global de
récupération d'huile du réservoir, le modèle du cas de base a été modifié pour avoir du CO2

43
injecté à 100% taux de volume élevé de 100000 MScf / jour, avec les facteurs de récupération
du cas de base et scénario 1a comparé.

2.3.3 Scénario 1b - Effet de l'injection de CO2 sur la perméabilité du réservoir de


carbonate
En raison des limites du simulateur Eclipse pour estimer les changements sur la
perméabilité des roches dans ses fichiers de sortie, le scénario 1a a été modifié en modifiant la
perméabilité à proximité du puits de forage producteur à haute perméabilité (100mD),
perméabilité moyenne (12mD) et faible perméabilité (0,9 mD) et ayant également du gaz CO 2
injecté à divers taux de volume poreux de 0%, 15%, 50% et 100% de saturation dans le
réservoir de carbonate. Le résultat de cette la modification a été appelée « scénario 1b ». Ce
scénario a été principalement développé pour étudier les effets dominants de la perméabilité
des roches et des taux d'injection de CO 2 sur le pétrole récupération mettant ainsi en évidence
les effets résultants des taux d'injection de CO2 sur la perméabilité du réservoir de carbonate.

2.3.4 Scénario 2 - Effets de l’injection de CO2 sur la perméabilité relative de l'huile


Le scénario 2 a été développé en modifiant initialement les données de perméabilité
relative humide d'huile utilisé dans le cas de base avec une nouvelle donnée de point final de
perméabilité relative à partir d'un cœur de CO 2 expérience d'inondation sur des réservoirs de
carbonate à faible perméabilité menée par Chukwudeme et Hamouda (2009). Une donnée de
perméabilité relative en 2 phases pour le scénario 2 était cependant développé en utilisant

44
l'équation exponentielle de Corey (équation 2-3 et 2-4) et en appliquant la fine perméabilité
relative ponctuelle (Kro = 1,0 et Krg = 1,58) à 80°C et 140 bars de l’expérience de
Chukwudeme et Hamouda (2009).

S o−S¿
So¿ = Pour la perméabilité relative au drainage (2-1)
1−S¿

¿ S o−S¿
So = Pour la perméabilité relative à l’imbibition (2-2)
1−S¿ −S gr

K ro =¿ ¿ ¿ (2-3)

K rg =¿ ¿ ¿ (2-4)

Ce scénario a été principalement développé pour étudier les effets de l'injection de


CO2 à différents taux de volume et ses effets résultants sur la perméabilité relative de l'huile
(Kro)

45
2.3.5 Scénario 3 - Effets de viscosité des taux d'injection de CO 2 sur la viscosité de
l'huile

Etudier les effets du CO2 et ses différents taux d'injection mis en évidence dans le
scénario 2 sur la viscosité de l'huile, le scénario 3 a été développé en utilisant la nouvelle
perméabilité relative au CO2 données dérivées de la corrélation de Corey et l'implémentation
dans le scénario 1b en injecter du CO 2 à 0%, 15%, 50% et 100% de saturations afin d'étudier
son effet sur la viscosité de l'huile du réservoir et son influence sur la récupération d'huile.
Cependant, en raison de ces scénarios développés (Base, 1a, 1b, 2 et 3), une huile
générale une analyse comparative des facteurs de recouvrement a été réalisée sur chacun des
scénarios et cas de base pour étudier les effets globaux de l'utilisation du gaz CO 2 comme
fluide EOR. Cette analyse a été suivie d'une analyse de sensibilité sur les taux d'injection de
gaz CO2, perméabilité du réservoir, perméabilité relative à l'huile et viscosité de l'huile du
réservoir pour en savoir plus sur les paramètres les plus et les moins efficaces qui affectent le
plus le CO2-EOR et qui pourraient être pris en compte lors de la planification et du
développement de projets CO2-EOR pour les réservoirs de carbonate, en particulier dans les
formations du Moyen-Orient.

2.4 Analyse de sensibilité

Afin d'évaluer les impacts des variations positives et négatives du taux d'injection du
CO2, de la densité d'huile et densité de CO 2 sur la récupération globale du pétrole, une analyse
de sensibilité de 20% a été réalisée sur ces paramètres pour déterminer comment leurs
changements peuvent affecter la récupération de pétrole réservoirs de carbonate. Cela a donné
un cas bas, bas et élevé pour chacun de ces paramètres. Le tableau 2.1 montre les différentes
valeurs de paramètres à ± 20%

Tableau 2- 1 Valeurs d’analyse de sensitivité (+-20%) pour les paramètres étudiés

Parameter Low Base High


CO2 injectio rate 80000 100000 120000
Oil Density 39.28 49.1 58.92
CO2 Density 0.04843 0.06054 0.07265

46