Vous êtes sur la page 1sur 8

Semaine 1 - Session 7

Eolienne offshore flottante


Ph. Gilbert

MOOC TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET INNOVATION


IFP SCHOOL
Introduction Mis en forme : Français (France)

Plusieurs sources d'énergie peuvent produire de l'électricité et les sources fossiles


doivent être réduites parce qu'elles émettent trop de CO2, au bénéfice des énergies
renouvelables. Parmi elles, l'énergie éolienne prend les devants dans la transition de
l'énergie fossile.

Aujourd'hui, bien que les éoliennes terrestres soient utilisées dans la majorité des cas,
les éoliennes offshore sont de plus en plus attrayantes. Ci-dessous, l'évolution des
éoliennes offshore cumulées installées, en rouge, est plus importante que l'évolution
de la capacité éolienne mondiale cumulée installée.

Mais d'abord : pourquoi les installer en mer ?

En premier lieu, parce que le vent est de meilleure qualité au large : il est plus fort et
plus régulier. Comme nous pouvons le voir sur le graphique, nous sommes plus près
d'une vitesse nominale du vent au large (c'est la courbe rouge) que sur terre (c'est la
courbe verte), ce qui signifie que, pour une éolienne similaire, la production
d'énergie sera plus importante au large. Il a un facteur de charge plus élevé.

Eolienne offshore flottante Page 1 sur 7


De plus, dans le cas des éoliennes offshore flottantes, la tour n'est pas fixée au sol et
peut donc accepter des contraintes plus importantes. Nous pouvons utiliser des
rotors plus gros en mer que sur terre et donc produire plus d'énergie par mètre carré.
Nous avons alors une meilleure densité de production.

Deuxièmement, il y a aussi des raisons environnementales. Habituellement, les gens


sont en faveur de l'énergie éolienne, mais personne ne veut d'une éolienne dans son
jardin !

Avec les éoliennes offshore, le bruit et la pollution visuelle ne sont plus un problème.
Plus loin, l'installation résout à elle seule le problème du bruit et des problèmes visuels.

De plus, il y a plus de zones disponibles dans le monde pour installer des éoliennes en
mer que sur terre.

Défis et solutions innovantes


Concentrons-nous maintenant sur certains des défis auxquels nous devons faire face
et sur la façon dont on les a relevés ! Sur le marché de l'énergie, le principal défi est
la minimisation du coût de l'énergie, le LCOE. Et cela mène à d'autres défis, parmi
lesquels les défis technologiques et industriels. Pour illustrer cela, nous nous
concentrerons sur deux solutions exemplaires qui montrent comment l'innovation est
LA voie à suivre pour relever ces défis.

Design et stabilité

Le premier défi est la stabilité du flotteur pendant son remorquage vers le site de
production. Plutôt que d'assembler l'éolienne en mer, une solution plus économique
est de l'assembler sur le quai et de la remorquer jusqu’au site de production. Pour y

Eolienne offshore flottante Page 2 sur 7


parvenir, la stabilité du flotteur pendant le remorquage est obligatoire. Toutes les
technologies de flotteur développées par diverses compagnies n’offrent pas une
telle possibilité de remorquage, mais dans les cas que nous présentons ici, ce sera le
cas et, bien entendu, la stabilité pendant le remorquage est une question
importante.

Ainsi, pour ces deux flotteurs, une masse relativement faible, une envergure assez
grande et une excellente flottabilité répartie maintiennent l'ensemble stable, prêt à
être tiré ou poussé par des remorqueurs jusqu'à la zone de production où ils seront
ancrés.

Systèmes d'amortissement de mouvement


En ce qui concerne la stabilité du flotteur une fois installé sur le site de production,
tout chavirage est interdit. De plus, la stabilité du flotteur est cruciale pour une
production d'énergie optimale et une atténuation de l'excès de fatigue. En effet,
pour optimiser la production d'énergie et la fatigue, il est préférable de maintenir la
surface balayée de la pale perpendiculairement à la direction du vent.

Nous présentons ici deux méthodes innovantes pour améliorer la stabilité du flotteur
en configuration production.

Le premier exemple utilise deux systèmes pour limiter les mouvements du flotteur. Une
jupe et un ballast sont là pour atténuer les mouvements induits par les vagues et les
contraintes aérodynamiques dues au vent. Ils sont situés à la base des bouées pour
la jupe et à l'intérieur des bouées pour le ballast.

La jupe a un plus grand coefficient de traînée verticale, ce qui va ralentir la réponse


verticale aux vagues (le pillonement). Le rôle du ballast est de réduire le mouvement
de tangage et de roulis.

Eolienne offshore flottante Page 3 sur 7


Dans le deuxième exemple, l'innovation réside dans le bassin d'amortissement que
l'on peut voir au centre du flotteur.

Grâce à une dynamique des fluides intérieure différente de celle de la mer, les
mouvements imposés par les vagues sont amortis, ce qui rend l'ensemble plus stable
et donc plus efficace.

Contrôle
Autre défi : maximiser la production et minimiser la fatigue. L'une des solutions à ces
problèmes est le contrôle.

Le contrôle est la possibilité d'ajuster un ou plusieurs paramètres d'un système


d'exploitation pour permettre à ce système d’être plus efficace. Ici, les paramètres à
régler sont le couple, l'orientation de la nacelle et des pales et le système à utiliser
est la turbine.

Par conséquent, nous avons 3 niveaux de contrôles que nous pouvons activer :

 le contrôle en lacet qui consiste à faire tourner la nacelle autour de l'axe de


la tour pour l'aligner avec le vent

Eolienne offshore flottante Page 4 sur 7


 Le contrôle en pitch qui est une rotation des pales autour de son propre axe
pour optimiser la production et la fatigue
 Et le contrôle du couple du générateur qui change le couple du générateur
afin de maintenir la vitesse du rotor constante et d'augmenter la puissance.

Le contrôle peut être utilisée dans la phase de production et aussi pour arrêter le
système et le garder en sécurité en cas de vitesse de vent excessive ou en cas
d'urgence, ce qui est illustré dans la figure suivante :

La première zone de contrôle se trouve dans la zone de production et est


essentiellement une question de contrôle du couple de lacet et du couple du
générateur. Il s'agit ici de maximiser la puissance pour une vitesse du vent inférieure
à la vitesse nominale du vent.
La deuxième zone de contrôle démarre lorsque la puissance nominale est atteinte.
L'objectif est d'utiliser le contrôle en pitch pour maintenir un niveau de production
avec une vitesse du vent supérieure à la vitesse nominale du vent.
La troisième zone de contrôle se trouve dans la zone d'arrêt et démarre lorsque la
vitesse du vent est atteinte. À ce moment-là, le système doit être arrêté et les pales
doivent être mises en drapeau pour préserver l'intégrité du système et minimiser la
fatigue.
Tels sont les principes de contrôle qui, dans la vie réelle, seront affinés et optimisés.

Eolienne offshore flottante Page 5 sur 7


La direction du vent peut passer d'une direction dominante à une autre et,
idéalement, la nacelle doit suivre le vent et tourner autour de l'axe de la tour. Ceci
maximisera la production et évitera tout déséquilibre qui pourrait être induit par un
vent latéral.
Le contrôle en pitch vise à contrôler l'angle d'attaque des pales qui peut être réglé
en tournant les pales autour de leur propre axe.

L'illustration montre comment le signal de vitesse du rotor est moins perturbé dès que
la commande est activée. Ainsi, grâce à une vitesse de rotation stabilisée du rotor, la
durée de vie en fatigue va être prolongée, et ce, sans dégradation de la production
d'énergie.

Eolienne offshore flottante Page 6 sur 7


Conclusion
Les éoliennes offshore flottantes constituent une solution aux problèmes auxquels les
éoliennes terrestres sont confrontées. Elles permettent une mise à l'échelle tout en
réduisant énormément la pollution visuelle ou sonore qui sont une source majeure de
plaintes ou de recours.
L’innovation est indispensable pour améliorer l’efficacité des systèmes.
Nous avons vu 2 exemples de conceptions ingénieuses de flotteurs qui ont permis de
remorquer la turbine montée sur le flotteur et qui ont également augmenté
l'efficacité de la turbine grâce à un système d'amortissement améliorant sa stabilité.

Enfin, le contrôle est un moyen d'optimiser à la fois la production d'énergie et la


fatigue de l'éolienne.

Mais en fin de compte, le principal défi à relever en matière d'innovation est


d'abaisser le LCOE.

Eolienne offshore flottante Page 7 sur 7