Vous êtes sur la page 1sur 4

ANALYSE III

Série 11 Hiver 2009-2010 informations: http://cag.epfl.ch


sections IN + SC

Exercice 1.
(i) Calculer la série de Fourier en notation complexe de f (x) = e(x−π) sur [0, 2π) et étendue par
2π-périodicité.
(ii) Soit S(x) la série obtenue dans la partie (i). Donner la valeur de S(kπ) pour k ∈ Z.
(iii) A l’aide des deux questions précédentes, calculer
�∞ ∞

(−1)n 1
et .
n=1
1 + n2 n=1
1 + n2

Corrigé exercice 1.
(i) On trouve, après calcul,
� 2π � 2π
1 −inx 1
cn = f (x)e dx = e(x−π) e−inx dx
2π 0 2π 0
−π � 2π �2π
−π

e e e(1−in)x
(1−in)x
= e dx =
2π 0 2π 1 − in 0
� � � π �
e−π e(1−in)2π − 1 1 e − e−π
= =
2π 1 − in π(1 − in) 2
sinh(π)
= .
π(1 − in)
Par conséquent, la série de Fourier de f est

� sinh(π) inx
S(x) = e .
n=−∞
π(1 − in)

(ii) Comme f et f � sont continues par morceaux avec des discontinuités de type saut, la série de
Fourier de f converge ponctuellement vers [f (x+) + f (x−)]/2 pour tout x ∈ R. On obtient
donc � π −π
e +e
2
= cosh(π) si k est pair,
S(kπ) =
1 si k est impair.

(iii) En utilisant les deux questions précédentes on trouve :




sinh(π)
cosh(π) = S(0) =
n=−∞
π(1 − in)
� ∞ � ��
sinh(π) � 1 1
= 1+ +
π n=1
1 − in 1 + in
� ∞

sinh(π) � 1
= 1+2 ,
π n=1
1 + n2
1
2

et donc

� 1 π coth(π) − 1
2
= .
n=1
1+n 2

De la même façon on trouve :


� �∞
sinh(π) inπ (−1)n sinh(π)
1 = S(π) = e =
n=−∞
π(1 − in) n=−∞
π(1 − in)
� ∞ � � �
sinh(π) � (−1)n (−1)n
= 1+ +
π n=1
1 − in 1 + in
� ∞

sinh(π) � (−1)n
= 1+2 ,
π n=1
1 + n2

et donc

�∞
(−1)n π 1
2
= − .
n=1
1+n 2 sinh(π) 2

Exercice 2. Soit f :]0, 2π[→ R la fonction définie par

1
f (x) = , 0 < α < 1.

Pour quel α la série de Fourier de f converge-t-elle en moyenne vers f ?

Corrigé exercice 2. Il suffit d’avoir f ∈ L2 (]0, 2π[). On a, pour α �= 12 ,

� 2π � 2π
1 � 1−2α �2π
2
|f (x)| dx = x−2α dx = x 0
0 0 1 − 2α
� �
1 1−2α 1−2α
= (2π) − lim+ x
1 − 2α x→0

qui converge ⇐⇒ 1 − 2α ≥ 0 ⇐⇒ α ≤ 12 .
/ L2 (]0, 2π[) pour α = 12 .
Puis on vérifie que f ∈
Donc, la série de Fourier de f converge en moyenne vers f pour α < 12 .
3

Exercice 3. Déterminer le spectre d’amplitude et le spectre de phase du train d’impulsion suivant


(utiliser les séries de Fourier complexes) :

1 � �
� �
� �
� � �
� � �
� � �
� � �

0 1 2 3 4 x

Corrigé 3. Calculons les coefficients de Fourier complexes pour la fonction f (t) = t si t ∈ [0, 1],
f (t) = 0 si t ∈]1, 2[, f 2-périodique. On a :
� �
1 T 1 1 1
c0 = f (t) dt = t dt = ,
T 0 2 0 4
� T
1
ck = f (t)e−iωk t dt avec ωk = kπ
T 0
� � 1
1 1 −iωk t 1 � i −iωk t �1 i
= te dt = t e − e−iωk t dt
2 0 2 ωk 0 2ωk 0
(−1)k − 1 (−1)k
= + i .
2ωk2 2ωk
Si k = 0, alors ck = 14 et on a donc |ck | = 14 , φk = arg(ck ) = 0.
Si k est pair, k �= 0, alors ck = i 2ω1k = i 2kπ
1
et on a donc |ck | = 1 k π
et φk = arg(ck ) = |k|
2|k|π 2
.
√ 2
ω +4
Si k est impair, alors ck = − ω12 − i 2ω1k 1
= − 2ω2 (2 + iωk ), et on a donc |ck | = 2ωk2 et φk =
k k k
arg(ck ) = −π + arctan( kπ
2
).

Exercice 4. Déterminer le spectre d’amplitude et le spectre de phase du signal dont le graphe est
le suivant (utiliser les séries de Fourier complexes).

1
❅ �❅ �❅ �❅ �❅ �
❅ � ❅ � ❅ � ❅ � ❅ �
❅ � ❅ � ❅ � ❅ � ❅ �
❅� ❅� ❅� ❅� ❅� x
−4 −3 −2 −1 0 1 2 3 4 5 6
4

Corrigé 4. La fonction f est paire et de période T = 2. On a donc, pour les coefficients complexes :
� � +1
1 +1 1 1
c0 = f (t)dt = (1 − t)dt = 1 − = ,
2 −1 0 2 2
et � � +1
1 +1
ck = f (t) cos kπt dt = (1 − t) cos kπt dt.
2 −1 0
1
En intégrant par parties (u = 1 − t, u� = −1, v = kπ sin kπt, v � = cos kπt), on a :
� +1
� 1−t �t=1 1 −1 �� �t=1 1 − (−1)k
ck = � kπ sin kπt�t=0 + sin kπt dt = cos kπt � =
t=0
, k = ±1 ± 2 . . . .
kπ 0 (kπ)2 k2π2
Finalement,
k pair ⇒ ck = 0, |ck | = 0, arg(ck ) = indéfini,
2 2
k impair ⇒ ck = k2 π 2
, |ck | = k2 π 2
, arg(ck ) = 0.