Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

sur les aspects financiers, les causes des violences et


la prévention, les questions de gouvernance, voire de
Violences sexuelles : à Lourdes, les évêques
dogme religieux.
lâchent enfin du lest
PAR MATHIEU PÉRISSE (WE REPORT)
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 9 NOVEMBRE 2021

Lourdes, le 7 novembre 2021. Messe dans la basilique du Rosaire, lors de l’Assemblée


plénière des évêques de France. © Photo Laurent Ferriere / Hans Lucas via AFP

Pendant une semaine, les prélats ont travaillé à l’abris


Lourdes, le 7 novembre 2021. Messe dans la basilique du Rosaire, lors de l’assemblée
plénière des évêques de France. © Photo Laurent Ferriere / Hans Lucas via AFP des regards, lors de débats à huis clos, sans parler
Vente du patrimoine immobilier des diocèses pour à la presse, avant de voter de manière secrète, les
financer les indemnisations des victimes, audit résultats précis n’étant pas rendus publics. Selon les
du Vatican, reconnaissance d’une responsabilité responsables de la CEF, les décisions ont été adoptées
institutionnelle et systémique… L’assemblée générale largement au-delà de la majorité des deux tiers des
des évêques de France a fait un grand pas vers les voix nécessaires.
victimes, un mois après la publication du rapport Plusieurs évêques interrogés évoquent un «déclic»,
Sauvé. après l’impression de flottement au lendemain du
Enfin du concret. Un mois après la publication du rapport de la Ciase laissée par l’Église, qui semblait
rapport choc de la Commission indépendante sur les rechigner à aborder frontalement le dossier, incapable
abus sexuels dans l’Église (Ciase), présidée par Jean- par exemple de reconnaître la prédominance des lois
Marc Sauvé, la Conférence des évêques de France de la République sur le secret de la confession, ou
(CEF) a fait connaître lundi 8novembre son panel se contentant de répéter son horreur, sans aborder la
de mesures pour répondre aux violences sexuelles question de sa responsabilité.
commises au sein de l’Église catholique française Ce premier abcès a été crevé assez nettement
depuis des décennies, en annonçant notamment qu’elle vendredi. Lors d’un point d’étape, les évêques ont
allait vendre une partie de son patrimoine pour fait savoir qu’ils reconnaissaient par un vote «la
financer l’indemnisation des victimes. responsabilité institutionnelle de l’Église» catholique
Les 120évêques catholiques de France étaient réunis dans les violences sexuelles subies par les victimes,
à Lourdes depuis mardi 2novembre, à l’occasion de ainsi que la «dimension systémique» de ces crimes.
l’assemblée générale de la CEF. Après des semaines Une formulation beaucoup plus directe que celle
de sidération à la lecture des centaines de pages du utilisée en mars 2021, lors de la précédente assemblée
rapport Sauvé et de son chiffre effarant de 330 000 de la CEF.
victimes de violences sexuelles dans l’Église depuis « Il était temps que nous franchissions ce
1950, l’heure était à l’étude des 45préconisations faites pas», analysait lundi MgrÉric de Moulins-Beaufort,
par la Ciase. Des mesures «clefs en main», pour président de la CEF. «On ne peut pas dire que
reprendre l’expression d’un évêque, portant aussi bien c’est le cas de quelques individus isolés», résume
l’archevêque de Reims, estimant qu’«un système
ecclésiastique s’est perverti et a rendu possibles ces
agressions en grand nombre».

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Sur la question de l’indemnisation des victimes, la à connaître les sommes en jeu et la manière dont
CEF a confirmé les grandes lignes d’un dispositif les territoires – les finances de certains diocèses sont
déjà largement connu, basé sur un fonds de dotation fragiles – seront mis à contribution. «Y aura-t-il un
d’une part, et sur une commission indépendante pour quota par diocèse? Je ne sais pas encore», s’interroge
instruire les demandes d’autre part, comme nous le MgrGiraud.
relations en octobre.
Avec deux précisions. La CEF a annoncé que
la nouvelle instance nationale indépendante sera
pilotée par Marie Derain de Vaucresson, juriste
spécialisée dans les droits de l’enfant, passée par le
cabinet de Laurence Rossignol avant d’être nommée
secrétaire générale du Conseil national pour la
Les évêques ont évoqué la possibilité de vendre une partie du patrimoine immobilier ou
protection de l’enfance en 2017. Cette instance, dont mobilier des diocèses afin d’indemniser les victimes. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart
le fonctionnement s’inspire largement de celui de
La CEF demande également au pape l’envoi d’une
la commission Sauvé, aura la charge d’établir un
«équipe de visiteurs» pour «faire un point sur la
protocole d’indemnisation précis, de procéder à une
manière dont chacun d’entre nous a agi dans ses
estimation individuelle des préjudices et d’évaluer les
diocèses sur ces cas de violences», a fait savoir Éric
besoins financiers.
de Moulins-Beaufort. Une sorte d’inspection de Rome
La CEF a aussi franchi un grand pas sur la question qui permettrait de traiter a minima, en se défaussant
de l’origine des finances qui abonderont le fonds de sur un Vatican jusqu’ici peu offensif sur ces sujets, les
dotation lancé depuis septembre, en ouvrant la porte agissements des évêques ayant couvert des agressions
à la vente d’une partie du patrimoine immobilier ou sexuelles, et jusqu’à présent peu inquiétés. L’idée
mobilier des diocèses et en leur permettant de piocher d’un tribunal canonique national, décrit comme un
dans leurs réserves financières. L’Église pourra aussi moyen de «dépayser» les dossiers pour éviter un
recourir à des prêts. La CEF n’a pas précisé la somme traitement en interne, va dans le même sens.
totale qu’elle espérait collecter. «Notre intention est
Enfin, et ce n’est pas la moindre des avancées, les
que toute personne victime qui se présentera sera
responsables de l’Église catholique ont acté le besoin
honorée. Nous abonderons autant que nécessaire au
d’une ouverture plus large aux laïques dans leur
fur et à mesure», a fait savoir Éric de Moulins-
prise de décision. Neuf groupes de travail, pilotés
Beaufort.
par des laïques, auront pour tâche de proposer des
Par cette annonce, l’institution entend montrer qu’elle mesures concrètes pour mettre en place le reste des
prend sa part dans le processus de réparation, alors 45préconisations de la Ciase, dont certaines, relatives
que l’idée d’un appel à dons auprès des fidèles avait au dogme ou à la gouvernance, relèvent davantage
été vivement critiqué par le rapport de la Ciase, et des compétences du Vatican. «Il faut associer un
que l’épiscopat avait dans un premier temps agité des maximum de gens aux décisions des évêques, assure
arguments juridiques pour affirmer que la vente de MgrGiraud. Nous ne sommes que des hommes et nous
patrimoine était impossible. sommes fatigués.»
« Il y a un peu un côté “quoi qu’il en coûte”. L’Église Cette méthode fait toutefois courir le risque de
a un dû envers les victimes, analyse MgrHervé Giraud, renvoyer à plus tard certains sujets brûlants et
archevêque de Sens-Auxerre et prélat de la Mission complexes, comme l’intégration des femmes dans les
de France. Dans mon diocèse, je vois bien un ou instances de l’Église ou le suivi des prêtres auteurs
deux bâtiments que nous pourrions vendre, mais tout de violences après leur condamnation. Sur ce dernier
cela doit se discuter avec les fidèles.» Reste aussi

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

aspect, des pistes sont déjà étudiées de près, comme la Mais ce sont surtout les victimes qui ont pesé
vérification systématique des antécédents judiciaires fortement pour sortir l’Église catholique de sa torpeur.
des clercs ou des laïques travaillant auprès de mineurs. Le collectif «De la parole aux actes» a organisé
« Nous avons compris que nous avions besoin d’aide une manifestation devant le siège parisien de la
extérieure [...] Nous ne sommes pas formés à être CEF samedi, appelant les victimes à arborer un
des procureurs ou des enquêteurs, ni des juges ruban violet. D’autres, dans le sillage du mouvement
d’instruction», a affirmé lundi MgrÉric de Moulins- #MonÉgliseAussi sur les réseaux sociaux, ont réclamé
Beaufort, en évoquant les dix-sept protocoles d’accord bruyamment la transformation des préconisations de
déjà signés entre des diocèses et des procureurs de la Ciase en décisions concrètes.
la République pour améliorer le traitement des cas Invité à s’exprimer, avec quatre autres victimes, lors
signalés. de la première journée de l’assemblée de la CEF
À la sortie de l’assemblée plénière, les évêques lundi dernier, le père Jean-Luc Souveton a fustigé
se félicitaient d’avoir répondu sur plusieurs points (lire son discours) une Église donnant l’impression
aux attentes des victimes, après des années d’espoir «d’avancer à reculons» sur ce sujet. «Vous attendez
déçu et d’annonces sans lendemain. «Il ne fallait d’être rattrapés par les évènements pour réagir! C’est
pas qu’on soit dans le bricolage. Il fallait prendre lamentable, déplorable, pathétique»,a-t-il lancé aux
des mesures sans tergiverser», estime MgrOlivier évêques venus l’écouter.
Leborgne, évêque d’Arras et vice-président de la CEF, Joint après les annonces de la CEF, Jean-Luc Souveton
joint par Mediapart, qui décrit «une bascule» chez se dit «satisfait» d’avoir «entendu des choses assez
la majorité des prélats, après une «maturation par claires» et de voir que, «cette fois, les choses bougent
palier» ces derniers mois. de manière concrète». Le prêtre se réjouit que l’Église
Rien n’était pourtant gagné. Quelques jours avant accepte «un regard extérieur» en intégrant davantage
l’assemblée plénière, l’archevêque de Poitiers, les laïques, une manière de «sortir d’un entre-soi
MgrPascal Wintzer, a publié une tribune sur le site mortifère». Non sans prudence: «Il faudra être vigilant
de La Croix intitulée «Mes résistances au rapport sur la mise en place. Mais il faut savoir être juste
Sauvé», dans laquelle il s’interrogeait sur la légitimité quand ça avance dans le bon sens. Je ne suis pas dans
de la commission Sauvé à demander une réforme de le combat pour le combat.»
l’Église. «En quoi ceci concerne-t-il une commission Créé à la suite de la publication du rapport Sauvé par
dont les expertises appartiennent avant tout aux des catholiques laïcs et religieux, le collectif «Agir
sciences sociales?», questionnait-il. pour notre Église » qualifie quant à lui les annonces de
Des résistances réelles mais largement minoritaires, «très encourageantes». «Ces mesures arrivent certes
selon les évêques interrogés. «Malgré parfois des avec du retard, mais nous nous réjouissons que le
difficultés entre nous, nous sommes arrivés à un processus soit enfin entamé», estime-t-il auprès de
consensus. Il nous a fallu renoncer à certaines idées, Mediapart. Le groupe fait part de son souhait de
comme dans toute discussion saine. C’est une vraie travailler avec la CEF et la Corref (chargée des
conversion intérieure», analyse MgrGiraud. congrégations religieuses), tout en avertissant qu’il
veillera à ce que les groupes de travail «aient les
En réalité, les évêques n’avaient pas vraiment le choix,
moyens concrets d’accomplir leurs tâches».
tant cette assemblée plénière se tenait sous pression.
Dans une lettre adressée en amont à la CEF, le pape « Ça commence enfin à ressembler à quelque chose!»,
avait demandé à l’épiscopat français de «prendre lance de son côté François Devaux, l’ancien président
toutes les mesures nécessaires afin que l’Église soit de La Parole libérée, très critique envers l’institution
une maison sûre pour tous».

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

catholique. «Dès qu’on reconnaît la responsabilité de a un mois. Ce sont des dizaines de rapports dans le
l’institution, tout va plus vite, on arrête de repousser monde entier depuis 20ans. Il ne peut pas ignorer la
le calendrier.» dimension systémique du problème. Pourquoi n’a-t-il
Le Lyonnais, victime du père Preynat, pointe pas engagé cette démarche avant?», interroge-t-il. «Le
cependant la «procrastination du pape», coupable Vatican doit réformer ses positions sur la sexualité,
selon lui d’avoir manqué de réactivité sur ce sujet. sur la théologie, sur cette espèce de monarchie
«Lui, ce n’est pas le rapport Sauvé qu’il a reçu il y catholique dépassée… C’est l’étape d’après, alors que
cela aurait dû être l’étape d’avant.»

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

4/4