Vous êtes sur la page 1sur 19

Jacques Chailley

174 ESSAI SUR LES STRUCTURES MÉLODIQUES


ESSAI SUR LES STRUCTURES MÉLODIQUES 175
une suprématie mème fugitive), mais on peut combiner entre
eux plusieurs fragments ou plusieurs formes de la série (récur- Il Les ~ravaux des hommes, dans la recherche de l'histoire natu-

rence, renversements, transpositions, etc.) ce qui ifitroduit sur relle, dOlvent ~~e?dre u~e route opposée à celle que l'on suit à
une base fortuite les proximités récusées' à titre délibéré. La ver- ~résent. Jusqu. ICI, on 5 est beaucoup et curieusement occupé
ticalité récusée sur la base des consonances, phénomène naturel, c noter la vanété des choses... De telles conn":ssan t
de l' é t cu ces on certes
est réintroduite à titre d'audition simultanée (non forcément agr men et servent quelquefois dans la prati ue M .
contrapuntique) des numéros de la série appelés par l'ordre adopté, ?O~S ~aire pénétrer Ies secrets de la nature, elles n~nt qU~:~ po?r
ce qui introduit entre l'ordre vertical et l'ordre horizontal une mSlgmfiant ou nuI. Ce à quoi il faut que l'espn't to t prue
soin ' t à dé . urne ous ses
confusion que la perception auditive ne semble pas susceptible . s, c es couvnr et à observer les ressemblances et I
de dominer. Le principe mélodique de conjonction, dont les appli- Iogles des ch~ses, soit dans l'ensembie soit dans le détail ~a~na­
cations ont varié, mais qui semble à peu près constant dans toutes sont elles qUI forment les liens et l'unité dans la nature 't ce
mencent à constituer Ies sciences. » e com-
Ies structures, est égaIement éliminé comme susceptible d'intro-
duire des relations étrangères au système en cause: d'où un aspcct
stéréotypé de ft 'zig-zag » mélodique à grands intervalles (surtout Jacques CHAILLEY.
dans la descendance de Webern) que ne relie aucune structure
perceptible - bien que celle-ci existe souvent dans l'esprit du TABLE DES PARAGRAPHES
compositeur sur la base du numéro dans la série. Principes directeurs.
Enfin aucun des éléments de structure dont nous avons vu Structure théorique d~ '~~cl~ .d~ 'q~~t~ ................... . 139
précédemment la permanence et l'évolution sous les formes les Rate de l'attraction. .. ................ .. 141
plus diverses n'est ici retenu, tandis qu'aucun des élémcnts ici ROte de l'égalisation .........•............................ 148
retenus n'apparait, mème sous une forme différente, dans les Le principe de conj~~c'ti~~' ............................... . 149
Le sy tè ............................................................... . 150
structures antérieures. 5 me ............... .
C'est pourquoi, sans émettre aucun jugement de valeur, et en Systèmes simptes et multipl~::::::::::::::::::::"""'" 153
faisant abstraction de tout sentiment d'agrément ou de désagré- Les exemples notés de musique grecque ........ . 155
L'unification des systèmes multiples ..................... . 156
ment, il est permis de s'étonner que le système sériel soit si volon- La notion de tonique mélodique ....................... . 157
tiers présenté comme le résultat logique et la conséquence iné- Le mode primitif et sa structure: .......................... . 159
luctable de l'évolution. On m'excusera de n'avoir pu trouver La structtire modale par finale et 'd~~ht~t~' .............. . 159
jusqu'à ce jour sur quoi se basait cette affirmation. ROte des agréments ............... . 160
ROle de la tierce .. : : : : : : : : ......•......................... 161
La polyphonie de consonan~~""""""""""""""" 161
CONCLUSION. - Les notes qui précèdent, forcément condensées La signature tonale. . . ............................ . 163
et fragmentaires, ne visent ni à épuiser la question, ni à apporter L'harmonie de réson~~~~""""""""""""""""" 164
Le chromatisme. . ............................ . 164
des solutions définitives. Elles soulignent, au contraire, combien
de problèmes restent encore en suspens et combien de suggestions Résurgence des st~~t~;~ '~~ci~~~~ ....................... . 167
CLa°nséq1uenhces. mélodiques de l'extensi~~ 'd~' i~' ~~~~~~~~~ ... . 169
id faites ne peuvent encore étre considérées que com me des hypo-
po yp ome de dissonance ...• 170
thèses de travail. Du moins peuvent-elles, nous l'espèrons du L'atonalité schOnbergienne ............................... . 172
moins, pourvoir une base de départ à d'utiles discussions, comme La Série dodécaphonique ........................•...... 172
ce1les que prépare le colloque de Mai prochain organisé à l'Insti- Conclusion ............•.....•................ 173
tut de musicologie sur la. Résonance dans la. formation des échelles ..............................................................................................
174
musicales. Il semble en effet que l'on puisse aujourd'hui appliquer
... à la musique ce qu'écrivait en 1620 FrançoisBacon dans son
Novum organum :