Vous êtes sur la page 1sur 115

UNIVERSITÉ INTERNATIONALE ABULCASIS

DES SCIENCES DE LA SANTE

BIOLOGIE CELLULAIRE
ET GENETIQUE FONDAMENTALE
1ère Année Médecine Générale

BIOLOGIE CELLULAIRE
- SHEMA I -
Pr Jamal Eddine KHANFRI

Année universitaire : 2018-2019

Page 1 | 115
UNIVERSITÉ INTERNATIONALE ABULCASIS
DES SCIENCES DE LA SANTE

BIOLOGIE CELLULAIRE
ET GENETIQUE FONDAMENTALE
1ère Année Médecine Générale

BIOLOGIE CELLULAIRE
- SHEMA I -
Pr Jamal Eddine KHANFRI

Année Universitaire 2018-2019

Page 2 | 115
Page 3 | 115
Page 4 | 115
Page 5 | 115
Page 6 | 115
SCHEMAS I : BIOLOGIE CELLULAIRE

A. BIOLOGIE CELLULAIRE

I. LA CELLULE PROCARYOTE

Bactéries

Page 7 | 115
II. LA CELLULE EUCARYOTE

III. VIRUS

Page 8 | 115
IV. QUELQUES UNITES DE MESURE

1. FROTTIS SANGUIN

Page 9 | 115
2. MGG. DESSIN

Page 10 | 115
B. INSTRUMENTS D’ETUDE DE LA CELLULE
I. TECHNIQUES DE PREPARATION POUR MICROSCOPIE

 Microscopie optique
1. Fixation : éthanol, acide picrique…
2. Déshydratation
3. Inclusion : paraffine…
4. Microtomie : coupe de 1μm à 10μm d’épaisseur
5. Etalement sur lame de verre
6. Coloration
7. Observation

 MET :

Echantillon de petite taille (1 mm3)


1. Fixation: glutaraldéhyde, tétroxyde d’osmium
2. Déshydratation
3. Inclusion : résine dans gélule
4. Ultramicrotomie: coupe fines, environ 30 nm d’épaisseur;
5. Recueil sur grilles métalliques
6. « Coloration » : métaux lourds : citrate de Pb, acétate d’uranyle
7. Observation

II. PREPARATION DE L’ECHANTILLON POUR L’OBSERVATION DU MICROSCOPE

Page 11 | 115
III. TECHNIQUES DE PREPARATION POUR MICROSCOPIE OPTIQUE

Page 12 | 115
IV. COMPARATIF : MO, MET, MEB

Page 13 | 115
V. ULTRAMICROTOMIE

M.E.T Microtome

Page 14 | 115
C. LA MEMBRANE PLASTIQUE : STRUCTURE, COMPOSITION CHIMIQUE, ORGANISATION
MOLECULAIRE
I. LA MEMBRANE PLASMIQUE
MET. Représentation Schématique

Page 15 | 115
II. CRYOFRACTURE/ CRYODECAPAGE ET PREPARATION DE REPLIQUE

Page 16 | 115
Page 17 | 115
Page 18 | 115
III. LES GLUCIDES

Page 19 | 115
1. LES GLYCOAMINOGLYCANES (GAG)

Page 20 | 115
2. PROTEOGLYCANES OU MUCOPROTEINES

Page 21 | 115
IV. ACIDE PHOSPHORIQUE. PHOSPHORYLE

Page 22 | 115
V. PHOSPHATE. GLYCEROPHOSPHATE

VI. PHOSPHOLIPIDE MEMBRANAIRE

Page 23 | 115
VII. LE CHOLESTEROL

VIII. Les acides aminés


Les 20 acides aminés entrant dans la constitution des protéines

Page 24 | 115
 Liaison peptidique

 Pont disulfure

Page 25 | 115
IX. STRUCTURE DES PROTEINES
 Structure primaire : séquence d’acides aminés

 Structure secondaire – Hélice 

Page 26 | 115
 Structure secondaire - Feuillet 

Page 27 | 115
Modèle de structure tertiaire

Modèle compact d’une protéine

Page 28 | 115
Les bases

Nucléosides, nucléotides

Page 29 | 115
X. LES PRINCIPAUX PHOSPHOLIPIDES MEMBRANAIRES

Page 30 | 115
XI. LES GLYCOLIPIDES

Page 31 | 115
D. METHODES DE SEPARATION DES PARTICULES ET DES PROTEINES
I. FRACTIONNEMENT SUBCELLULAIRE PAR CENTRIFUGATION
- La centrifugation différentielle ou zonale
Les particules peuvent être séparées selon leur forme et leur taille par centrifugation et ultracentrifugation

Page 32 | 115
- La centrifugation isopycnique
Les fractions obtenues par centrifugation zonale ne sont pas suffisamment pures. Elles peuvent être soumises
à une centrifugation isopycnique qui consiste en une centrifugation à l’équilibre en gradient de densité.
Les fractions seront ainsi séparées en une série de bandes, indépendamment de leur forme et de leur taille mais
selon leur densité de flottaison, dans un gradient de densité contenant une forte concentration de saccharose.

Page 33 | 115
 Préparation de fractions de MP de GR

II. CHROMATOGRAPHIE

 Principe
Elle permet de séparer de petites molécules (oses, acides aminés, nucléotides), ainsi que des macromolécules au
sein d’une phase mobile qui circule sur un support solide ou matrice
Deux grands types de chromatographie :
 Chromatographie de partage
 Chromatographie sur colonne

1. CHROMATOGRAPHIE DE PARTAGE

Sur papier ou sur couche mince


La séparation des molécules est fonction de leur solubilité relative dans un mélange de solvants (par exemple eau
et alcool).
Les molécules les plus solubles dans la phase mobile migrent le plus loin, alors que les molécules les plus solubles
dans la phase aqueuse migrent le moins loin

Page 34 | 115
2. CHROMATOGRAPHIE SUR COLONNE

Le mélange de protéines entraîné par le solvant (phase mobile) passe à travers une colonne contenant une matrice
poreuse (phase stationnaire). Les composants de l’échantillon se déplacent à des vitesses différentes selon leur
interaction avec la matrice.
La matrice peut être de différents types :
- chromatographie par échange d’ions
- chromatographie par gel filtration

3. CHROMATOGRAPHIE PAR ECHANGE D’IONS

 Permet la séparation de molécules selon leur charge électrique


 La matrice (phase stationnaire) est constituée de billes de cellulose auxquelles sont liées des
groupements chargés + ou –
Le solvant constitue la phase mobile

Page 35 | 115
4. CHROMATOGRAPHIE PAR GEL FILTRATION

 Les molécules sont séparées selon leur taille


 La matrice est faite de microbilles poreuses et réticulées
 Les grosses molécules ne pénètrent pas dans les billes et sont non retardées
 Les petites molécules traversent les billes et sont retardées

III. ELECTROPHORESE DES PROTEINES

Page 36 | 115
Les protéines sont de grosses molécules qui peuvent être chargées électriquement. Elles migrent vers "plus"
si elles sont chargées négativement, vers "moins" si elles sont chargées positivement.
La méthode la plus performante est l’électrophorèse des protéines en présence de sodium dodécylsulfate
(SDS). Le SDS est un détergent anionique.
En présence de fraction MP, le SDS en excès forme des micelles aussi bien avec les lipides qu’avec les protéines.

Le SDS, (ajouté à l’action d’une température élevée qui dénature les protéines et à l’action du mercaptoéthanol
qui réduit les ponts disulfures éventuels) permet le dépliement des protéines et leur assure la même densité
de charge. Ainsi les protéines vont migrer selon leur poids moléculaire (PM)

Le SDS est un détergent anionique

Dans le cas de la MP, on obtient un tracé électrophorétique sur lequel apparaissent plusieurs bandes après
coloration correspondant à des protéines de différents PM.
NB: plus la bande est colorée, plus il y a de protéines.

Page 37 | 115
IV. ELECTROPHORESE SDS-PAGE

V. LES LIPIDES MEMBRANAIRES


Les lipides membranaires sont des molécules amphiphiles

Page 38 | 115
VI. LIPOSOMES

MET. Cryodécapage

Page 39 | 115
1. ORGANISATION MOLECULAIRE DE LA MP

Page 40 | 115
 Protéine bitopique
Exemple: Glycophorine

 Protéine polytopique

Page 41 | 115
Page 42 | 115
2. DIFFERENTS MODES D’ANCRAGE DES PROTEINES PERIPHERIQUES DANS LA MP

3. REVETEMENT CELLULAIRE OU CELL COAT OU GLYCOCALIX

Page 43 | 115
Organisation moléculaire de la MP
Les oligosaccharides des glycolipides et des glycoprotéines sont situés sur la face extracellulaire de la MP ;
ils contribuent à la structure du revêtement cellulaire (cell coat).

Les ponts S-S éventuels sont du côté extracellulaire alors que les SH sont du côté intracellulaire.

Page 44 | 115
Corrélations entre les images de MET de coupes minces et de répliques d’une part, et
l’architecture moléculaire de la MP d’autre part

Page 45 | 115
VII. MOBILITE DES LIPIDES

Page 46 | 115
VIII. MOBILITE DES PROTEINES

Page 47 | 115
1. HYBRIDATION SOMATIQUE ET MARQUAGE PAR ANTICORPS FLUORESCENTS

Page 48 | 115
2. TRANSPORT MEMBRANAIRE

Concentrations (en mM) des principaux ions dans les milieux intracellulaire
et extracellulaire d’une cellule de mammifère typique

Page 49 | 115
3. LES TRANSPORTS PASSIFS

Page 50 | 115
Page 51 | 115
4. LES CANAUX IONIQUES

Page 52 | 115
Les canaux ioniques potentiel-dépendants
(Voir cours de physiologie en 2ème année)

Page 53 | 115
5. TRANSPORT FACILITE

Page 54 | 115
6. LES TRANSPORTS ACTIFS

Page 55 | 115
Page 56 | 115
7. L’ENDOCYTOSE

Vésicules non recouvertes

Vésicules recouvertes

Page 57 | 115
Page 58 | 115
IX. L’IMPORTATION DU CHOLESTEROL

1. RECEPTEUR DE LDL

Page 59 | 115
Page 60 | 115
Page 61 | 115
Page 62 | 115
E. LA MEMBRANE PLASMIQUE : DIFFERENCIATIONS, MOLECULES D’ADHERENCE
ET JONCTIONS CELLULAIRES

I. UN EPITHELIUM

II. LES DIFFERENCIATIONS DE LA MP APICALE

Page 63 | 115
III. LES MICROVILLOSITES SIMPLES

MET Faible grossissement

La microvillosité simple
MET. Schéma et micrographies

MET. lymphocyte

Page 64 | 115
IV. LE PLATEAU STRIE

Le plateau strié

Page 65 | 115
Le plateau strié
MET. Représentation schématique

MET. Représentation schématique

Page 66 | 115
V. MICROVILLOSITES

Microvillosités

Plateau strié d’entérocyte au MET ou Microvillosités

Page 67 | 115
Page 68 | 115
VI. AUTRES DIFFERENCIATIONS DE LA MP APICALE

Page 69 | 115
Page 70 | 115
Page 71 | 115
Page 72 | 115
Page 73 | 115
Page 74 | 115
Page 75 | 115
Les intégrines

Page 76 | 115
Page 77 | 115
Page 78 | 115
Page 79 | 115
Page 80 | 115
Page 81 | 115
Page 82 | 115
Page 83 | 115
Page 84 | 115
Page 85 | 115
Page 86 | 115
Les invaginations

L’hémidesmosome

Page 87 | 115
F. LE CYTOSQUELETTE

Le cytosquelette

Page 88 | 115
I. LES MICROTUBULES

Page 89 | 115
II. LA METHODE DE COLORATION NEGATIVE

Page 90 | 115
III. LES MICROTUBULES

Polymérisation des MT

Page 91 | 115
IV. DYNAMIQUE DES MT

V. MODE D’ACTION DE LA COLCHICINE

Page 92 | 115
VI. LES MAPS

Page 93 | 115
MT et Maps : transport de vésicules

Page 94 | 115
VII. LES FILAMENTS D’ACTINE

Dynamique des filaments d’actine

Page 95 | 115
Les protéines associées à l’actine

Page 96 | 115
Filaments d’actine et protéines associées

Page 97 | 115
Page 98 | 115
Les filaments d’actine

Page 99 | 115
Schéma et MO fluorescence

Page 100 | 115


Les filaments intermédiaires

Organisation moléculaire

Page 101 | 115


Classes des filaments intermédiaires

Page 102 | 115


G. LE CENTRIOLE ET SES DERIVES
I. LE CENTROSOME

Diplosome = une paire de centrioles

Page 103 | 115


II. LE CENTRIOLE

Page 104 | 115


Le centriole

Page 105 | 115


Le cycle cellulaire

Page 106 | 115


III. DUPLICATION DES CENTRIOLES

Page 107 | 115


Formation des corpuscules basaux

Représentation schématique au MO

MO. La trachée : épithélium cilié

Page 108 | 115


IV. FLUX MEMBRANAIRES ENTRE RE ET AG

Centrosome et transport de vésicules

Page 109 | 115


Page 110 | 115
Le cil dans ses parties moyenne et basale

Page 111 | 115


V. LE CIL VIBRATILE

Page 112 | 115


Mécanisme moléculaire du mouvement ciliaire

Page 113 | 115


Page 114 | 115
Pr Jamal Eddine KHANFRI
Professeur chercheur titulaire du Doctorat de l’université Français (DF) en
Biologie cellulaire et Histologie délivré par la faculté de médecine de
l’université de Nancy I.
Professeur à la faculté de médecine et pharmacie de Rabat, assurant les cours
magistraux de la biologie cellulaire et de l’histologie spéciale pour les étudiants
en médecine, médecine dentaire, pharmacie et de l’UIASS depuis sa création.

www.uiass.ma

Page 115 | 115