Vous êtes sur la page 1sur 1

Critères d’élaboration d’un plan d’affaires²

Les questions les plus fréquentes concernant la conception d’un plan d’affaires sont:

- quelle doit être la taille du plan? Le petit plan comporte environ une dizaine de pages: - petits emprunts.

- nouvelle demande d’un emprunteur déjà couronné de succès;

- sujets faciles par leur haute estime économique.

Le plan moyen (une trentaine de pages) - c’est le plan de plus courant.

Le gros plan est destiné aux entreprises très structurées. Il y est un document de base qui permet de définir les
buts de chacun et organise un suivi du projet.

- quel style employer?

Le style doit être court et condensé, sans optimisme. Une vision positive orientée vers l’action doit se dégager
de sa lecture:

- Le choix des termes eux- mêmes doit refléter l’orientation vers l’action. (éviter au mieux des termes comme
cesser, interdire, arrêter, etc... qui reflètent l’immobilisme là où le mouvement doit impressionner le lecteur.
Exemple, on évitera la phrase «la loi interdit les solutions non végétales» et on préférera «la loi privilégie les
solutions végétales».

- Préférer le temps présent à tout autre temps, et même à la place du futur (exemple:

«en 2025, nous actualisons la stratégie»). Le présent est le temps de l’action.

- Éviter l’imparfait, souvent remplaçable par le participe présent, ou une autre tournure

de la phrase. Exemple: «Mr Fall, qui dirigeait le service commercial de la société X, ...» peut être

remplacé par «ancien dirigeant du service commercial de la société X, Mr Fall ....»

- Préférer les phrases affirmatives aux négatives. (Par exemple, on évite les

expressions comme «pour ne pas dépenser» ou «pour éviter de dépenser», mais on choisit

«pour économiser»)

- Prohiber de manière absolue les boursouflures à la mode, qui consistent à cumuler

des négations pour affirmer! (Exemple: «on ne peut penser que le client ne viendra pas»)

Un plan d’affaires doit comporter les points suivants:

la page de titre (dénomination proposée pour l'entreprise, nom de l'entrepreneur, adresse et autres coordonnées)

■ l'objet résumé de l'entreprise ■ un sommaire ■ la structure de l'entreprise projetée

■ le produit ou le service que l'on entend vendre ■ un plan marketing (fondé sur une étude de marché)

■ un plan de financement ■ le retour sur investissement escompté ■ d'autres documents d'appui, tels que lettres
de recommandation, documents attestant les études et la formation suivies, certificats attestant
l'accomplissement de travaux d'intérêt général, etc.

Vous aimerez peut-être aussi