Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre IX les énergies renouvelables

Chapitre IX :

LES ENERGIES RENOUVELABLES

I- INTRODUCTION

De nos jours, l'homme a à sa disposition sur la Terre de nombreuses sources d'énergie.


Les plus utilisées sont les énergies dites fossiles (charbon, pétrole, gaz) car elles ne sont pas
renouvelables et sont issues d'un long processus de transformation de la matière organique,
parce qu'elles sont faciles à exploiter, et rentables.

Cependant, pour différentes raisons, il s'avère que ces énergies ne peuvent plus être
utilisées. Tout d'abord, les réserves d'énergie fossiles commencent à s'amoindrir. Ensuite, en
raison de la très forte demande en provenance des pays en voie de développement comme la
Chine et l'Inde, les prix de ces énergies ne cessent d'augmenter, les rendant inabordables pour
certaines personnes. Et puis, lors de leur utilisation, ces énergies émettent une grande quantité
de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, notamment) qui participent fortement au
réchauffement planétaire, qui devient un problème grandissant pour la Terre et les êtres
vivants.

Pourtant de nombreuses énergies non polluantes, ou renouvelables, ou abondantes


partout à la surface du globe pourraient être utilisées par l'homme. Entre autres, on distingue
l'énergie éolienne, l'énergie géothermique, l'énergie hydroélectrique et l'énergie solaire dites :
Energies renouvelables.
Chapitre IX les énergies renouvelables

II- DEFINITION DES ENERGIES RENOUVELABLES

Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d'eau, les marées ou
encore la croissance des végétaux, les énergies renouvelables n'engendrent pas ou peu de
déchets ou d'émissions polluantes.

Elles participent à la lutte contre l'effet de serre et les rejets de CO 2 dans l'atmosphère,
facilitent la gestion raisonnée des ressources locales, génèrent des emplois.

Le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l'hydroélectricité, l'éolien, la


biomasse, la géothermie sont des énergies flux inépuisables par rapport aux « énergies stock »
tirées des gisements de combustibles fossiles en voie de raréfaction : pétrole, charbon, lignite,
gaz naturel.

Il existe 6 familles d'énergies renouvelables qui sont :

II-1- Energie solaire

II-1-1- Définition

Le soleil émet un rayonnement électromagnétique dans lequel se trouvent notamment


les rayons cosmiques, gamma, X, la lumière visible, l'infrarouge, les micro-ondes et les ondes
radios en fonction de la fréquence d'émission. Tous ces types de rayonnement
électromagnétique véhiculent de l'énergie. Le flux énergétique mesuré à la surface de la Terre
dépend de la longueur d'onde du rayonnement solaire.

Deux grandes familles d'utilisation de l'énergie solaire à cycle court se distinguent :

 l'énergie solaire thermique, utilisation de la chaleur transmise par rayonnement,


 l'énergie photovoltaïque, utilisation du rayonnement lui-même pour produire de
l'électricité.

II-1-2- Méthodes de la production d'énergie

II-1-2-1- Energie solaire thermique

 Energie solaire thermique à haute température : La concentration du rayonnement


solaire sur une surface de captage permet d'obtenir de très hautes températures
généralement comprises entre 400 °c et 1000 °c. La chaleur solaire produit de la
Chapitre IX les énergies renouvelables

vapeur qui alimente une turbine qui alimente elle-même un générateur qui produit de
l'électricité, c'est l'héliothermodynamie. Trois technologies distinctes sont utilisées
dans les centrales solaires à concentration:
- Première technologie : Dans les concentrateurs paraboliques, les rayons du soleil
convergent vers un seul point, le foyer d'une parabole.
- Deuxième technologie : Dans les centrales à tour, des centaines voire des milliers de
miroirs (héliostats) suivent la course du soleil et concentrent son rayonnement sur un
récepteur central placé au sommet d'une tour.
- Troisième technologie : Des capteurs cylindro-paraboliques concentrent les rayons du
soleil vers un tube caloporteur situé au foyer du capteur solaire.
 Energie solaire thermique à basse température : Les rayons du soleil, piégés par des
capteurs thermiques vitrés, transmettent leur énergie (énergie solaire) à des absorbeurs
métalliques - lesquels réchauffent un réseau de tuyaux de cuivre où circule un fluide
caloporteur. Cet échangeur chauffe à son tour l'eau stockée dans un cumulus. Un
chauffe-eau solaire produit de l'eau chaude sanitaire ou du chauffage généralement
diffusé par un "plancher solaire direct". Tous les dispositifs qui agissent comme
capteurs solaires thermiques sont de plus en plus intégrés dans les projets
d'architecture bioclimatique (maisons solaires, serres, murs capteurs, murs Trombe...).
Les capteurs solaires thermiques et les chauffe-eau solaires connaissent une croissance
spectaculaire en France. Crédit d'impôt et aides des collectivités locales sont
particulièrement incitatives.

Schéma de la production d’énergie thermique


Chapitre IX les énergies renouvelables

II-1-2-2- Energie solaire photovoltaïque

L'énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil en


électricité au sein de matériaux semi-conducteurs comme le silicium ou recouverts d'une
mince couche métallique.

Ces matériaux photosensibles ont la propriété de libérer leurs électrons sous l'influence
d'une énergie extérieure. C'est l'effet photovoltaïque.

L'énergie est apportée par les photons, (composants de la lumière) qui heurtent les
électrons et les libèrent, induisant un courant électrique. Ce courant continu de micro-
puissance calculé en watt crête (Wc) peut être transformé en courant alternatif grâce à un
onduleur.

L'électricité produite est disponible sous forme d'électricité directe ou stockée en


batteries (énergie électrique décentralisée) ou en électricité injectée dans le réseau.

Un générateur solaire photovoltaïque est composé de modules photovoltaïques eux


même composés de cellules photovoltaïques connectées entre elles.

Les performances d'une installation photovoltaïque dépendent de l'orientation des


panneaux solaires et des zones d'ensoleillement dans lesquelles vous vous trouvez.

L'avenir du photovoltaïque dans les pays industrialisés passe par son intégration sur les
toits et les façades des maisons solaires.

Schéma de la production d’énergie solaire photovoltaïque


Chapitre IX les énergies renouvelables

II-2- Energie éolienne

II-2-1- Définition

Comme les moulins à vent du passé, les éoliennes génèrent des forces mécaniques ou
électriques.

Avec une puissance mondiale installée de 200 GW en 2011, l'énergie éolienne est
devenue un producteur majeur d'énergies renouvelables électriques. L'énergie éolienne est
produite par des aérogénérateurs qui captent à travers leurs pales l'énergie cinétique du vent et
entraînent elles-mêmes un générateur produit de l'électricité d'origine renouvelable

Une éolienne est composée de 4 parties :

- Le mât
- L'hélice
- La nacelle qui contient l'alternateur producteur d'électricité
- Les lignes électriques qui évacuent et transportent l'énergie électrique (lorsqu'elle est
raccordée au réseau)

Aujourd'hui, ce sont les éoliennes qui prennent la place des moulins à vent.

Les éoliennes transforment l'énergie mécanique en énergie électrique, soit pour l'injecter
dans un réseau de distribution soit pour être utilisée sur place (site isolé de réseau de
distribution). Pour résoudre le problème d'espace, elles sont de plus en plus souvent placées
en mer.

L'éolien se développe également à l'échelle individuelle. Le petit éolien est


généralement utilisé pour produire de l'électricité qui sera consommée directement sur place.
De nombreux problèmes sont apparus pour des éoliennes installées en zones bâties sans étude
préalable sérieuse sur les vitesses de vent et les turbulences.

Des concepts d'éolienne aéroportée sont à l'étude pour aller chercher les vents d'altitude,
plus puissants, plus réguliers.

II-2-2- Méthodes de la production d'énergie

Une éolienne est constituée d'un rotor à 2 ou 3 pales, d'un système de transmission
mécanique directe ou à multiplicateur et de circuits de gestion du courant (régulateur,
Chapitre IX les énergies renouvelables

onduleur, etc., selon le type de machine). L'ensemble se trouve dans la nacelle posée sur le
mât, ou la tour, de l'éolienne. Le vent fait tourner les pales qui entraînent le générateur
électrique, d'où l'appellation aérogénérateur pour désigner les éoliennes qui fabriquent de
l'électricité. Le courant produit est rendu compatible avec le réseau de distribution qui le
reçoit.

Tous les éléments d'un aérogénérateur font appel à ce que la technologie offre
d'aujourd'hui de mieux. Ainsi les pales ont des profils et des matériaux issus de l'aéronautique.
Quant aux parties électriques, leur rendement avoisine souvent 100%, les pertes étant plutôt
d'origine mécanique (frottements, rendements des engrenages, etc.). Globalement, les
aérogénérateurs sont des machines qui affichent un bon rendement, puisqu'elles sont en
mesure de transformer en électricité 30 à 50 % de l'énergie du vent.

Schéma d’une éolienne

II-3- Energie hydraulique

II-3-1- Définition

L'énergie hydraulique est l'énergie fournie par le mouvement de l'eau, SOUS toutes ses
formes : chute, cours d'eau, courant marin, marée, vagues. Ce mouvement peut être utilisé
directement, par exemple avec un moulin à eau, ou plus couramment être converti, par
exemple en énergie électrique dans une centrale hydroélectrique.
Chapitre IX les énergies renouvelables

L'énergie hydraulique est en fait une énergie cinétique lié au déplacement de l'eau
comme dans les courants marins, les cours d'eau, les marées, les vagues ou l'utilisation d'une
énergie potentielle comme dans le cas des chutes d'eau et des barrages.

II-3-2- Méthodes de la production d'énergie

Le premier impératif est d'avoir beaucoup d'eau.

Le rôle du barrage consistera à la retenir. Le barrage s'oppose à l'écoulement naturel de


l'eau, sauf en cas de forts débits, qu'il laisse alors passer. De grandes quantités d'eau
s'accumulent et forment un lac de retenue.

Lorsque l'eau est stockée, il suffit d'ouvrir des vannes pour amorcer le cycle de
production d'électricité. L'eau s'engouffre alors dans une conduite forcée ou dans une galerie
creusée dans la roche suivant l'installation, et se dirige vers la centrale hydraulique située en
contrebas.

A la sortie de la conduite, la pression ou la vitesse (ou les deux en même temps)


entraîne la rotation de la turbine.

La rotation de la turbine entraîne celle du rotor de l'alternateur.

Un transformateur élève alors la tension du courant produit par l'alternateur pour qu'il
puisse être plus facilement transporté dans les lignes à haute et très haute tension. L'eau
turbinée qui a perdu son énergie s'échappe par le canal de fuite et rejoint la rivière.

Schéma de différentes étapes de production d’énergie hydraulique


Chapitre IX les énergies renouvelables

II-4- Energies marines

II-4-1- Définition

L'énergie marine est une source d'énergie qui dépend des ressources naturelles des eaux
de la mer et des océans. Elle permet de fabriquer de l'électricité, essentiellement grâce aux
mouvements de ces eaux.

L'eau recouvre en grande partie notre planète, principalement à travers les mers et les
océans.

Elle constitue donc une source d'énergie importante, aujourd'hui encore peu exploitée.

Les énergies marines n'émettent aucun gaz à effet de serre et leur matière première est
disponible dans de nombreux pays du monde.

II-4-2- Méthodes de la production d'énergie

II-4-2-1- L'énergie des marées

La force du flux et du reflux de la marée est utilisée pour produire de l'électricité en


temps réel, dans une usine marémotrice. Son fonctionnement est un peu identique à celui
d'une centrale hydroélectrique de basse chute :

 En montant et en descendant, la marée fait tourner des turbines.


 Les turbines font à leur tour fonctionné un alternateur, qui produit un courant
électrique alternatif.
 Un transformateur élève la tension du courant électrique produit par l'alternateur pour
qu'il puisse être plus facilement transporté dans les lignes à très haute et haute tension.

II-4-2-2- L'énergie des courants marins

Leur énergie est captée pour produire de l'électricité grâce à des hydroliennes, comme
les éoliennes le font avec la force des vents.

Leur fonctionnement est aussi simple que celui d'une éolienne :

 La force des courants marins actionne les pales d'une ou plusieurs hélices.
 L'énergie mécanique produite par la rotation des pales est transmise à un alternateur.
Chapitre IX les énergies renouvelables

 L'alternateur produit de l'énergie électrique, acheminée par des câbles sous-marins


jusqu'au rivage.

Ce mode de production d'énergie possède de nombreux atouts :

 Il est prévisible : les marées, donc le mouvement des courants, peuvent être calculées à
l'avance.
 Il occupe peu d'espace : du fait de la densité de l'eau, les machines peuvent donc être
plus compactes.
 Il possède un gros potentiel du fait des courants qui baignent les côtes de nombreux
pays dans le monde.

II-4-2-3- Les autres sources d'énergies marines

D'autres modes de production d'électricité, actuellement en recherche ou


expérimentation à des stades plus ou moins avancés, utilisent les richesses de la mer telles
que:

 L'énergie thermique des mers : qui exploite la différence de température entre les eaux
superficielles et les eaux profondes des océans.
 L'énergie osmotique, qui exploite le phénomène d'osmose entre l'eau douce et l'eau
salée, par exemple au voisinage des estuaires, où ces deux eaux se mélangent.
 La biomasse marine, qui exploite les algues et le phytoplancton par gazéification,
fermentation ou combustion

II-5- Biomasse

II-5-1- Définition

À l'échelle internationale, l'utilisation énergétique de la biomasse solide est la méthode


la plus ancienne et demeure également la plus répandue parmi les technologies des énergies
renouvelables. En raison de la disponibilité constante de la biomasse solide, la production
d'électricité à partir de cette matière peut compenser l'énergie éolienne ou solaire, dont la
production est irrégulière. Sont considérées comme étant de la biomasse toutes les
marchandises de détail et marchandises en vrac sèches ou déshydratées obtenues à partir de
plantes ou de parties de plantes.
Chapitre IX les énergies renouvelables

II-5-2- Méthodes de la production d'énergie

Trois méthodes principales sont utilisées pour convertir la biomasse en énergie :

 La conversion thermique : Le procédé le plus ancien et le plus courant, qui consiste à


brûler la biomasse pour générer de la chaleur. On peut y recouvrir directement pour le
chauffage, la cuisson et les procédés industriels, ou directement à fin de produire de
l'électricité. Dans les centrales alimentées à la biomasse, on brûle celle-ci dans une
chaudière pour générer de la vapeur à haute pression. Cette vapeur active une turbine
qui produit de l'électricité.
 La conversion thermochimique : En chauffant (et non en brûlant) de la matière
végétale, il est possible de transformer la biomasse en différentes substances gazeuses,
liquides et solides qui peuvent faire l'objet d'un traitement plus poussé afin de produire
des combustibles gazeux et liquides tels que du méthane et de l'alcool. Les
bioréacteurs chauffent la biomasse dans un environnement faible en oxygène afin de
produire un gaz combustible (généralement du méthane) pouvant être utilisé pour
alimenter des chaudières à vapeur, des turbines à combustion, des technologies à cycle
mixte ou des piles à combustible.
 La conversion biochimique : En ajoutant des bactéries, des levures et des enzymes à
la biomasse liquide, celle-ci fermente et se transforme en alcool. Un procédé
semblable est utilisé pour convertir les produits agricoles en éthanol (alcool de grain),
auquel on ajoute de l'essence pour produire un mélange éthanol-essence. L'utilisation
de bactéries pour dissoudre la biomasse produit également du méthane que l'on peut
récupérer à partir de sites d'enfouissement et d'usines d'épuration pour produire du
combustible aux fins de chauffage et d'électricité.

Schéma de fonctionnement d’une usine biomasse


Chapitre IX les énergies renouvelables

II-6- Géothermie

II-6-1- Définition

La géothermie est l'exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol. L'utilisation des


ressources géothermales se décompose en deux grandes familles : la production d'électricité et
la production de chaleur. En fonction de la ressource, de la technique utilisée et des besoins,
les applications sont multiples. Le critère qui sert de guide pour bien cerner la filière est la
température. Ainsi, la géothermie est qualifiée de :

 La géothermie très basse énergie : qui s'applique aux nappes d'une profondeur
inférieure à 100 m et à faible niveau de température (moins de 30°c). La chaleur
extraite est utilisée généralement pour assurer le chauffage et le rafraîchissement des
locaux après élévation de la température au moyen d'une pompe à chaleur.
 La géothermie basse énergie : appelée aussi basse température ou basse enthalpie,
explore des aquifères situés entre 1 500 et 2 500 mètres de profondeur. La température
atteint entre 30°c et 90°c : trop faible pour produire de l'électricité mais idéal pour
produire de la chaleur. Les applications vont du chauffage urbain au thermalisme, en
passant par le chauffage des serres et le séchage des produits agricoles.
 La géothermie moyenne énergie : aussi appelée moyenne enthalpie, explore le plus
souvent des gisements d'eau chaude ou de vapeur humide compris entre 90 et 150°c.
Dans les bassins sédimentaires, il faut atteindre des profondeurs de 2 000 à 4 000
mètres pour obtenir ces températures. Dans des zones plus propices, la géothermie
moyenne énergie pourra être exploitée à moins de 1 000 mètres. Cette voie est utilisée
pour produire de la chaleur, valorisée notamment dans des processus industriels, et
éventuellement de l'électricité.
 La géothermie haute température : ou haute enthalpie, exploite des fluides atteignant
des températures supérieures à 150°C, pour produire de l'électricité. Les réservoirs
sont localisés entre 1 500 à 3 000 mètres de profondeur, généralement dans les zones
de volcanisme ou de tectonique active.
 La géothermie profonde assistée : est une voie de recherche qui consiste à extraire la
chaleur des roches chaudes fissurées situées entre 3 et 5 kilomètres de profondeur.
Contrairement à la géothermie haute température classique qui exploite des réservoirs
capables de fournir des débits de fluides élevés, la géothermie profonde assistée
Chapitre IX les énergies renouvelables

nécessite de stimuler les roches peu perméables en injectant de l'eau sous forte
pression dans le sol.

II-6-2- Méthodes de la production d'énergie

 Production d'électricité : La production d'électricité géothermique consiste à convertir


la chaleur des nappes aquifères haute température (de 150 à 350°c) à l'aide de
turboalternateurs. Si la température de la nappe est comprise entre 100 et 150°c, il est
également possible de produire de l'électricité, mais en utilisant la technologie du
cycle binaire. Dans ce cas, un échangeur transmet la chaleur de la nappe à un fluide
(isobutane, iso pentane, ammoniaque) qui a la propriété de se vaporiser à une
température inférieure à celle de l'eau.
 Production de chaleur : Il existe deux façons de produire du chauffage par la
géothermie. La première est d'utiliser les nappes d'eau chaude du sous-sol profond..
Par le biais de forages profonds de 1 à 2 km, l'eau chaude (30°c à 150°c) remonte à la
surface. Un échangeur de chaleur transfère ensuite les calories au réseau de chauffage
urbain. L'autre voie de chauffage exploite les sources géothermiques très basse
température, c'est-à-dire inférieures à 30°C. La température est élevée à l'aide de
pompes à chaleur (PAC). Cette géothermie est à la portée de tous ou presque, quelle
que soit la situation géographique.

Schéma de fonctionnement de captage d’énergie géothermie


Chapitre IX les énergies renouvelables

III- CHIFFRES CLES DES ENERGIES RENOUVELABLES

III-1- Production primaire d'énergies renouvelables par filière en 2012

En 2012, la production primaire d'énergies renouvelables dans les DOM s'élève à


380,1ktep. La biomasse, filière la plus importante, représente 40 % de cette production.

Elle est surtout constituée de bagasse, résidu fibreux issu de l'exploitation de la canne à
sucre. Cette filière est implantée à la Réunion, en Guadeloupe et en Martinique. La deuxième
filière, l'hydraulique renouvelable, représente 24 % de la production primaire. Elle est
principalement implantée à la Réunion et en Guyane.

III-2- Pays producteurs d'énergies renouvelables

La Chine reste en 2011 le premier producteur d'énergies renouvelables dans le monde,


suivie de l'Inde. L'Union européenne arrive en troisième position, avec une production plus
diversifiée en termes de filières. C'est dans l'UE qu'à la fois l'éolien, le solaire photovoltaïque,
le biogaz ou l'incinération des déchets urbains sont les plus répandus. Plusieurs pays d'Asie du
Sud ou d'Afrique, tels l'Inde ou le Nigeria, se distinguent dans le classement du fait d'une
population relativement nombreuse couplée à une utilisation importante de biomasse solide,
généralement en dehors des circuits commerciaux.
Chapitre IX les énergies renouvelables

III-3- L’énergie en Algérie :

Le développement des énergies nouvelles et renouvelables, considéré comme la clé de


réussite du développement durable en Algérie, a été mis en exergue, au séminaire de
Ghardaïa.

Les participants à ce séminaire ont insisté sur l'importance du rôle des énergies
renouvelables, notamment solaire et éolienne, pour palier l'épuisement des combustibles
fossiles, affirmant que l'Algérie "ambitionne de produire, à l'horizon 2020, plus de 40% de la
consommation énergétique nationale à partir des énergies renouvelables et propre.

Pour atteindre cet objectif, un programme de réalisation de fermes éoliennes et de


centrales photos voltaïques et géothermiques dans les hauts plateaux, le Sud et l'extrême sud,
vient d'être lancé pour la production d'électricité.
Chapitre IX les énergies renouvelables

IV- CONCLUSION

Le monde de nos jours est économiquement très instable. En effet, les réserves
s'épuisent et la demande est pourtant toujours aussi élevée, voir en hausse.

D'ici 2050 les prévisions scientifiques indiquent que les ressources de la Terre seront
épuisées, il ne faut donc pas attendre et agir dès maintenant en investissant dans les énergies
renouvelables, qui certes coûtent beaucoup plus chères que d'autres installations mais qu'elles
ne polluent pas et qu'elles sont de plus en plus rentables dans la société actuelle. Il est temps
d'agir !

Les énergies renouvelables sont ce qu'il y de mieux pour notre environnement et pour
notre avenir.

Par ailleurs, La Terre est si importante à la survie de l'espèce humaine que cela ne peut
pas être ignoré, car demain risque d'arriver plus tôt qu'on ne le pense.

L'écologie de nos jours est tombée bien bas, alors le mode de vie de l'être humain doit
changer, bien que cela sera difficile, il faut tout de même faire des efforts et penser aux
générations à venir.

Vous aimerez peut-être aussi