Vous êtes sur la page 1sur 2

Ecole N ationale Supérieure d’Arts et Métiers

Anné universitaire : 2016/2017

Algèbre des Structures


TD n˚2 : Groupes, Anneaux et Corps

Exercice 1. On muni R∗ × R de la loi de composition interne "?" définie par

∀(x, y), (x0 , y 0 ) ∈ R∗ × R, (x, y) ? (x0 , y 0 ) = (xx0 , xy 0 + y).

1) Montrer que (R∗ × R, ?) est un groupe. Ce groupe est-il commutatif ?


2) Montrer que ]0, +∞[×R est un sous-groupe de R∗ × R.

Exercice 2. Soit G un groupe d’élément neutre e tel que x2 = e pour tout x ∈ G. Montrer que G est abélien.

Exercice 3. Soient n ∈ N∗ et Un = {z ∈ C : z n = 1}.


1. Montrer que Un est un sous-groupe de C∗ pour la multiplication.
2. Soit g : Z → Un l’application définie par
2kπ
g(k) = e n i , ∀k ∈ Z.

a) Montrer que g est un homomorphisme de groupes.


b) Déterminer le noyau de g. L’application g est-elle injective ?
3. Déduire que le groupe Un est isomorphe à Z/nZ.

Exercice 4. Soient A l’ensemble des applications affines de R, c.-à-d. l’ensemble des applications de la
forme x 7→ ax + b, avec a un réel non nul et b un réel.
1. Montrer que A est un groupe pour la composition des applications.
2. Soit N l’ensemble des applications de la forme x 7→ x+b, b ∈ R. Montrer que N est un sous-groupe
de A.
3. Montrer que A/N est un groupe isomorphe à R∗ .

Exercice 5. Soit σ une permutation de degré n et σ = c1 c2 ...ck sa décomposition en cycles opérant sur des
parties disjointes deux à deux de {1, 2, ..., n}. Montrer que l’ordre σ est le p.p.c.m. des ordres des cycles
ck .

Exercice 6. Pour un entier n ≥ 2 on désigne par Sn le groupe symétrique de degré n et par An le groupe
alterné de degré n.
1. Soit C = (a1 , a2 , ..., ap ) un cycle de Sn de longueur p.
a) Décomposer dans Sn le cycle C en produit de transpositions.
b) Déduire la signature C en fonction de p.
2. Montrer que tout cycle de longueur 3 est un élément de An .
3. On admet que tout produit de deux transpositions de Sn et un produit de cycles de longueur 3.
Montrer que le groupe An est engendré par les cycles de longueur 3.
 
1 2 3 4 5 6 7 8
Exercice 7. On considère dans S8 la permutation σ =
3 7 5 4 1 8 2 6
1. Calculer σ −1 , et décomposer dans S8 les permutations σ et σ −1 en produit de cycles disjoints.
2. Déterminer l’ordre, la parité et la signature de σ et de σ −1 .
3. Calculer σ 2016 .
Exercice 8. Soient p un nombre premier et Z[ p1 ] = { pan : a ∈ Z, n ∈ N}.
1. Montrer que Z[ p1 ] est un sous anneau de (Q, +, ×).
2. Montrer que (Z[ p1 ])∗ = {εpn : n ∈ Z, ε = ±1}.
3. Z[ p1 ] est-il un idéal de Q ?

Exercice 9. (Anneau de Boole)


Un anneau A est dit de Boole si : ∀x ∈ A, x2 = x.
1. Soit E un ensemble non vide. Montrer que (P (E), 4, ∩) et ((Z/2Z)E , +, ×) sont des anneaux de
Boole.
2. Soit A un anneau de Boole.
a) Montrer que A est commutatif.
b) Montrer que xy(x + y) = 0 pour tous x, y ∈ A.
c) En déduire que si card(A) ≥ 3, alors A n’est pas intègre.

Exercice 10. Soit A un anneau unitaire.


1. Montrer que si x ∈ A est un élément nilpotent, alors 1 − x est inversible et déterminer son inverse.
2. Montrer que si x ∈ A est un élément nilpotent, alors
n n+1
(1 + x)(1 + x2 )...(1 + x2 ) = (1 − x)−1 (1 − x2 ) pour tous n ∈ N.
3. On suppose que A est commutatif. Montrer que I = {x ∈ A : x est nilpotent} est un idéal de A.

√ √
Exercice 11. Montrer que Q[ 2] = {a + b 2 : a, b ∈ Q} est un corps commutatif qui contient Q.

Exercice 12. Soit K un corps.


1. Montrer que les seuls idéaux de K sont {0} et K.
2. Déduire que si f : K → A un homomorphisme non nul d’anneaux unitaires, alors f est monojectif.

Exercice 13. Soit n un entier naturel.


1. Montrer que : Z/nZ est un corps ⇐⇒ n est premier.
2. Soit p un nombre premier.
a) Montrer que l’équation x2 = 1 n’a que deux racines à préciser dans le corps Z/pZ, et que
1.2.3 ... p − 1 = −1.
b) Déduire que p divise (p − 1)! + 1.

Exercice 14. Soit p un nombre premier.


1. a) Montrer que les seuls idéaux d’un corps K sont {0} et K.
b) Déduire que tout endomorphisme non nul du corps Z/pZ est un automorphisme de Z/pZ.
p!
2. Pour tout entier k ∈ {0, 1, 2, ..., p}, on pose Cpk = .
k!(p − k)!
a) Montrer que p divise Cpk pour tous 1 ≤ k ≤ p − 1, et que
(x + y)p = xp + y p , ∀x, y ∈ Z/pZ.

b) Déduire que l’application ϕ : Z/pZ → Z/pZ, x 7→ xp est un automorphisme du corps Z/pZ.


3. Montrer que le seul automorphisme du corps Z/pZ est l’application identique.
4. En déduire le théorème de Fermat : ∀x ∈ Z/pZ, x 6= 0 ⇒ xp−1 = 1.

Vous aimerez peut-être aussi