Vous êtes sur la page 1sur 43

Fracture – Luxations du coude

Dr. Halliche
I. Définition
c’est une perte de contact totale et
permanente post traumatique entre
l’extrémité inférieure de l’humérus et
l’extrémité sup des 02 os de l’avant
bras.
II. Interets de la question
Frqce : 2e position après la luxation de l’épaule
Terrain : frqte chez l’adulte jeune
Anapath : plusieurs variété anapath les plus
frqte sont les luxations postérieures
Dc : est clinique, confirmé par la Rx
TRT : urgence thérapeutique, réduction en
urgence ++++
Pronostic : dépend de la précocité de la prise
en charge et des lésions associée, risque
majeur de raideur du coude et d'instabilité
chronique.
III. Rappel anatomique
• A. Ostéoloie :
Le coude est une articulation intermédiaire du membre
sup mettant en contact 03 os : humérus, radius,
cubitus, il comprend 03 articulations
fonctionnellement distinctes, entourées d’une même
capsule on distingue
Articulation humero–ulnaire : trochléene, participe à la
flexion- extension.
Articulation humero–radiale : condylo- radiale :
énarthrose, articulation passive, participe à la fois à
la pronosupination PS et flexion extension FE.
Articulation Radio- ulnaire sup : trochoïde, avec son
homologue inf, PS .
• B. Moyens d'unions :

1. Capsules articulaires : c’est une


enveloppe résistante, entourant
l’ensemble de l’articulation, elle s’insère
au tour des surfaces articulaires,
remontant en avant au dessous de
fossette coracoïdienne et en arrière au
dessous de la fossette olécranienne.
2. Les ligaments :
a. Ligt antérieure : représente essentiellement par un
faisceau oblique tendu du bord sup de la fossette
coracoïdienne au bord antérieur de l’apophyse coronoïde.
b.Ligt postérieure : tendu du bord sup de la fossette
olécranienne au bord sup de l’olécrane (03 faisceaux :
oblique, transversal, vertical)
c. Ligt collatéral ulnaire ou médial « LCU » : le plus
puissant tendu de l’épitrochlée à la face Ant de l’olécrane
et de l’apophyse coronoïde, Il est formé de 03 faisceaux :
Ant, moy (le plus puissant), et post.
d. Ligt collatéral radial ou latéral« LCR » : puissant ligt,
tendu de l’épicondyle à la face ext de l’olécrane et de
l’apophyse coronoïde, formé de 03 faisceau : Ant, Moy (le
plus puissant), et post .
e .Ligt annulaire : il est tendu entre le bord Ant et post
de la petite cavité sigmoïde, entourant dans sa concavité
la tête radiale.
f .Ligt carré de DENUCE : c’est un court ruban reliant
le col du radius au bord inf de la petit cavité sigmoïde.
• C. les éléments vasculo–nerveux :

• Artère humérale : antérieure, au niveau


du pli du coude donne 02 branches, l'A
radiale et l'A cubitale.
• Nerf cubital : superficiel, passe en
arrière dans la gouttière épitrochléo
olécranienne
• Nerf médiane : ant, accompagne l’artère
humorale.
Constituent des rapports dangerux avec
l'articulation.
le nerf cubital
• D. Les structures musculaires :

renforcent l’action de l’appareil


ligamentaire
• Muscles épitrochléens.
• Muscles épicondyléens.
• Muscle anconé : rôle certain dans la
stabilité du coude.
La stabilité du coude
• Plan frontal : LCU ++++, LCR.
• Plan sagittal ; Antéro – post : apophyse
coronoïde en avant et l’olécrane en arrière.
• Plan horizontal : stabilité articulaire de la
radio cubitale sup
• Ligt annulaire.
• Ligt carré de DENUCE.
• Partie Sup de la membrane interosseuse.
• Capsule articulaire .
IV. Anatomopathologie
Luxations convergentes : les 2 os de l’avant bras
gardent des rapports normaux
Luxations postérieures 90%
Postéro-latérale ( fréquente )
Postéro-médiale ( rare )
Luxations antérieures : L.ant pure et L.trans
olécranienne de BIGA –THOMINE (L.ant+ fracture de
l’olécrane).
Luxations latérales et Médiales
Luxations divergentes: les 2 os de l’avant bras
sont déplacés dans des directions différentes.
Luxation isolée d'un os .
Luxation récidivante .
V. Mécanisme
Mécanisme 1 : chute sur la main membre en
rétropulsion, coude proche de l’extension,
contrainte en valgus : déchirure des
structures antérieures puis distension ou
ruptur du lig. collatéral médial luxation
postéro-latérale.
Mécanisme 2 : chute sur la face postérieure
de l’avant bras coude fléchi : fracture de
l’extrémité proximale de l’ulna luxation
antérieure trans-olécranienne.
VI. CLINIQUE :
TDD: Luxation postéro-externe

• Forme la plus fréquente

• Chute sur la main

• Sensation de déboîtement

• Impotence fonctionnelle

• Rupture ou distension des


ligaments internes
A/ L'Examen clinique
L'inspection:
• Coude volumineux
• Élargissement antéro-postérieur
• L’avant bras paraît plus court
• L’olécrane fait saillie en arrière
• La palette humérale est en avant
• Attitude en flexion et pronation
Examen : 3 repères du coude
Épicondyle, épitrochlée et olécrâne

Triangle de Nélaton en flexion.

Ligne de Hunter en extension.


Les 3 repères du coude délimitent Ils sont dans un plan frontal de profil
un triangle isocèle de face
PALPATION
En avant :
• Relief de la trochlée

En arrière :
• Olécrâne
• La cupule radiale
• Les 3 repères du coude sont
modifiés
Rechercher d’emblée les complications

• L’ouverture est rare


• Compression vasculaire (pouls ,
couleur, chaleur)
• Compression nerveuse
(sensibilité, motricité)

• Lésions associées : fracture


– Apophyse coronoïde
– Épicondyle
– Épitrochlée
– La tete radiale
Arrachement de l’épicondyle
Arrachement de l’épitrochlée
Interposition possible de l’épitrochlée

Les muscles épitrochléens attirent le fragment qui bascule


Lors des grands déplacements : compression du cubital
Luxation postérieure avec arrachements osseux au
niveau de l’épicondyle et de l’épitrochlée
Fracture de la tete radiale
B/ Radiographies
Deux incidences : de face et de profil
( clichés comparatifs chez l’enfant)

▪ Type de la luxation
▪ Lésions associées éventuelles

NB: Radiographies sous anesthésie


avant tout geste de réduction.
VII. Traitement de la luxation du
coude
1. Réduction sous A-G en urgence
Traction sur l’avant-bras
en flexion du coude
contre-extension sur le bras
± pression sur l’olécrâne
2. Radiographies de contrôle avant toute
immobilisation: ( incarcération de fragment
osseux dans l’articulation).

3. Critères de bonne réduction :


Interlignes articulaires réguliers
Alignement axe du radius - centre du
Capitulum de face et surtout de profil.

4. Immobilisation : attelle postérieure 60° à 90°


en fonction de la stabilité primaire pendant 1 à
21 jours.
. Rééducation : très douce,
pour récupérer une
mobilité normale

Pas de massage : pour éviter


le développement
d’ostéome du brachial
antérieur
raideur et ossification visible et
palpable
VIII.Évolution
A. Favorable : la luxation du coude réduite en urgence, immobilisée Pdt 15-
21 JRS puis rééduquée rapidement et activement donne un résultat
fonctionnelle excellent, reprise des activités fonctionnelles au bout de 06
semaines.

B. Complications :
1_ Immédiates : sus citées.

2_ Secondaires : . Syndrome de WOLKMANN.

. déplacement secondaire.
3_ Tardives : . raideur articulaire.
. Ostéome.
. luxation négligée du coude.
. instabilité chronique résiduelle.
. Arthrose.
Ostéome antérieur dans les suites d’une fracture luxation opérée

Doc. J.Y. Nordin


En cas de fracture de l’épitrochlée déplacée :
ostéosynthèse avec une vis
Ou une broche
En cas de fracture déplacée de l’apophyse coronoïde :
ostéosynthèse
En cas de Fractures de la tête radiale
de l’adulte

Fractures
comminutives
Forme plus rare : luxation interne
Luxation antérieure
Luxation pure: exceptionnelle.
Luxation associée à une fracture de l’Ulna :
luxation trans-olécranienne ( Biga et
Thomine).

Mécanisme: hyper extension.


–Stade I: olécrane sous la palette
–Stade II: olécrane en avant de la palette.
Fracture Olécrane
Forme rare : luxation divergente
Exceptionnelle
Lésions supplémentaires de l’art
radio-ulnaire proximale
–Ligament annulaire
–Ligament carré de Dénuce
Tenter la réduction orthopédique,
tester la stabilité et vérifier sur les
radiographies la congruence parfaite
de tous les interlignes.
Traitement chirurgical si
irréductibilité ou congruence
imparfaite; en profiter pour réparer
les lésions rencontrées
Fin

Vous aimerez peut-être aussi