Vous êtes sur la page 1sur 3

Réglementation, contrats de vente à distance, code de la consommation et aspect

juridique
Toute personne désirant se lancer dans des activités commerciales
en ligne est tenue de se conformer à un certain nombre de règles et
remplir certaines conditions qui la rendent éligible à cette activité.
Cela implique de respecter plusieurs obligations légales,
notamment au niveau du processus de commande, de l’information
des consommateurs et de la protection des données clients… cette
conformité doit exister, d’un côté de la part de l’e- commerçant,
mais aussi de la part de l’internaute (le vendeur doit respecter les règles
imposées par la loi, et le client doit respecter les clauses du conrat electronique qu’il
aura signé)Le non-respect d’une ou plusieurs règles imposées par la
loi peut entraîner des sanctions financières ou pénales pour l’e-
commerçant. Allant d’amendes à la suspension du flux de données
(arrêt pur et simple des activités)
Dans un premier temps, l’entreprise doit remplir certaines conditions
pour avoir le droit de créer un site vente en ligne.
1. D’abord, si vous voulez vous adonner à des activité commerciales
en ligne, vous êtes absolument obligé d’inscrire votre entreprise au
registre du commerce, sans cela vous ne serez pas éligible à
pratiquer des activités commerciales.
1. Aussi, les pratiques commerciales que vous mettrez en œuvre dans
le cadre de votre activité ne doivent pas être déloyales,
trompeuses ou agressives.

Une pratique commerciale est déloyale quand elle est susceptible


d’amener le consommateur à prendre une décision commerciale qu’il
n’aurait pas prise autrement.

.En outre, Un site commercial qui collecte des informations nominatives


(nom, courriel) et constitue des fichiers de clients et de prospects, doit
respecter les obligations en matière de protection des données
personnelles

Dans un autre temps, toute relation commerciale entre vendeur et


acheteur est régie par un contrat stipulant les droits et les obligations
des deux parties. En effet, Les ventes réalisées par des professionnels
à des consommateurs via un site internet marchand constituent
des contrats de vente à distance soumis au respect des articles
L.121-16 suivants du Code de la consommation (le code de la
consommation c’est le code qui regroupe les dispositions législatives
relatives au droit de la consommation)

 En outre, Le client qui achète sur internet est protégé par une
législation spécifique qui lui confère des droits :

 Droit de confidentialité et protection des données personnelles


 Droit de rétractation : l’acheteur en ligne a un droit de rétractation
de 14 jours à partir du lendemain ou il accepte l'offre pour une
prestation.
 Droit de Retour du produit (par exemple en cas de livraison non
conforme à la commande ou défectueuse)

En plus des obligations et des droits des deux parties, les clauses du
contrat regroupent également les aspects essentiels de la transaction :
Moyens de paiement, date et délai de livraison… :
 Moyens de paiement

Le paiement peut être effectué lors de la commande ou à la livraison


contre remboursement (dans ce cas des frais supplémentaires peuvent
être appliqués).

Le vendeur peut proposer différents types de paiement : paiement


crypté, par carte bleue (CB), par porte-monnaie électronique…

 Date de livraison
La livraison doit intervenir au plus tard 30 jours après la commande en
ligne.

Le fournisse doit indiquer, avant la conclusion du contrat, la date limite à


laquelle il s'engage à livrer le bien ou exécuter la prestation.

En cas de retard de livraison ou de la prestation, le client peut demander


à être remboursé dans les 14 jours suivant le paiement.
En terme générale, le commerce en ligne comme tout autre activité
commerciale est soumis à une réglementation et une juridiction qui le
maintien dans le cadre de la loi :

La FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) est


chargée de représenter les professionnels du secteur de la vente à
distance, dont le e-commerce, et de défendre leurs intérêts auprès
des autorités.

Un certain nombre d’accord ont été conclu entre des organismes


internationaux comme l’OMC, les nations unis, le conseil d’état européen
 Le Parlement européen et le Conseil ont adopté le 8
juin 2000 une directive européenne sur le commerce
électronique nommée « Directive 2000/31/CE du Parlement
européen et du Conseil relative à certains aspects juridiques des
services de la société de l’information, et notamment du
commerce électronique, dans le marché intérieur.
 Au mois de mai 2016, de nouvelles dispositions ont été prises par
la Commission européenne dans le but de favoriser davantage le
commerce en ligne entre les différents pays de l'Union européenne.
Ces directives consistent à lutter contre la discrimination
géographique, à multiplier les options de paiement en ligne, à
favoriser une meilleure transparence des délais et frais de livraison
et à inciter à la collaboration entre les différents organismes de
protection des droits des consommateurs.
 Dans les pays européens pendant la vente à distance, quand un
professionnel vend à un particulier le produit, la facture est
obligatoire : » Tout achat de produits ou toute prestation de service
pour une activité professionnelle doivent faire l’objet d’une
facturation. » (art. L441-3 du code de commerce).

En Algérie :
Le e-commerce est règlementé par la loi n°18-05 du 10 mai 2018
relative au commerce électronique (Diapo 1 à 5, La charte)
Voici quelques articles de la charte des lois du 10 mai 2018 et de

Vous aimerez peut-être aussi