Vous êtes sur la page 1sur 6

Exemples de types de protection sociale

Typologie
Comme vous avez pu le voir dans ce cours en ligne, la protection sociale peut être classée selon différents types :

Le présent document s’intéresse à des exemples de :


• Aide sociale/filets sociaux de sécurité
→ Transferts sociaux
→ Travaux d’intérêt public
→ Dispenses de frais
→ Subventions
• Services d'aide sociale
• Assurance sociale, par ex. :
→ Assurance
→ Pension contributive
• Politiques de marché du travail.
Chacun des exemples suivants ont été mentionnés brièvement dans le cours, toutefois vous pouvez les consulter ici
en détail.

Protection sociale
Le terme de « protection sociale » fait référence à un large éventail de programmes ou de politiques. Certains pays
disposent d’un « système de protection sociale » composé de plusieurs programmes ou politiques.

Contributif ou non contributif


Une manière de classer ces programmes et politiques consiste à déterminer le mode de financement de leurs
prestations, à savoir, dépendent-ils ou non de la contribution financière des citoyens sous quelque forme que ce
soit ?
• Certains programmes de protection sociale sont à caractère « non contributif » : ils sont financés par les
recettes fiscales de l'État (ou par des aides extérieures), non pas par les bénéficiaires individuels.
En gros, il existe deux catégories de programmes de protection sociale qui sont à caractère « non
contributif » : l’assistance sociale et les services d’aide sociale.
• D’autres sont des « prestations contributives » : un individu qui bénéficie du programme, ou toute personne
en son nom (par ex. son employeur, ou l’État), verse régulièrement une contribution financière (une
cotisation) pour avoir accès à de l'aide lorsqu’il en a besoin. La fiscalité peut aussi être utilisée. L’assurance
sociale fait partie de la catégorie de programmes de protection sociale classés comme étant à caractère
« contributif ».
Catégories de politiques et de programmes de protection sociale
Il existe quatre principales catégories de politiques et programmes de protection sociale : l’assistance sociale/les
filets sociaux de sécurité, les services d'aide sociale, l'assurance sociale et les politiques actives du marché du travail.

Type de protection sociale Exemple(s)


Aide sociale/filets sociaux de sécurité
On a tendance à utiliser indifféremment les termes
« assistance sociale » et « filets sociaux de sécurité »
pour désigner la même chose, à savoir une assistance
non contributive, régulière et prévisible. L'assistance
sociale peut être classée dans quatre autres types
distincts de programme/politique.

Assistance sociale - Transferts sociaux


Transferts réguliers et prévisibles sous forme de
transferts monétaires, de nourriture ou de coupons,
que l'État distribue à des particuliers ou des ménages
pauvres ou vulnérables. Les transferts sociaux, et plus
particulièrement les transferts monétaires, sont l’un
des types les plus courants d’assistance sociale. Ils
constituent une composante essentielle des systèmes
de protection sociale dans le monde.

Exemple - transferts monétaires : Le Programme de


transferts sociaux monétaires (SCTP) du Malawi a été
introduit en 2006 en tant que projet pilote dans le
district de Mchinji. Il visait à fournir des transferts
monétaires aux ménages ultra-pauvres ne comptant
aucun membre adulte valide (c’est-à-dire des ménages
« limités en matière de main d'œuvre »). Le
programme avait pour objectif de réduire la pauvreté
et la faim dans les ménages vulnérables et de
consolider le nombre d’enfants scolarisés. Le
programme SCTP est actuellement mis en œuvre dans
18 districts, profitant à près de 170 000 ménages ultra-
pauvres et limités en matière de main d'œuvre et
environ 750 000 personnes.

Exemple - pension de retraite universelle : Depuis 2011,


le gouvernement ougandais a progressivement
introduit une pension de retraite universelle (la Senior
Citizen Grant - SCG). La SCG est versée à toutes les
personnes de 65 ans et plus, excepté dans la région de
Karamoja où l’espérance de vie est plus courte et le
seuil d'éligibilité a été abaissé à 60 ans. Le versement
s’élève à 24 000 shillings ougandais par mois (soit
environ 9,50 $).

Exemple - transfert de nourriture : Au Ghana, le


Programme d'alimentation scolaire du Ghana a été
introduit en 2007 pour face face aux défis que
représentaient le faible taux de réussite scolaire et
l’abandon scolaire des enfants issus de ménages
pauvres. La stratégie consiste à garantir un
environnement propice, favorisant l’enseignement et
l’apprentissage tout en luttant contre la faim. Le
programme distribue des repas scolaires à plus de
1,7 million d’enfants dans des écoles primaires
publiques de communautés défavorisées dans les dix
régions du pays.

Assistance sociale - Travaux d'intérêt public

Ces programmes fournissent des transferts, sous forme


soit monétaire soit de nourriture, à la condition que les
bénéficiaires participent à des emplois à court terme,
par exemple à des projets d’infrastructure publique.
Ceux-ci sont relativement répandus dans les pays à
revenu faible et intermédiaire pour contribuer aux
moyens de subsistance des ménages pauvres en
mesure de travailler.

Exemple 1 de travaux d’intérêt public : Le Programme


de filet de sécurité sociale productif (PSNP) en Éthiopie
distribue aux ménages pauvres des transferts
monétaires et/ou de la nourriture. On attend de la
plupart des bénéficiaires du programme à ce qu’ils
participent à des programmes de travaux d'intérêt
public, tout en sachant que les personnes âgées, les
personnes handicapées et les femmes enceintes
touchent des allocations sans être tenues de travailler.

Exemple 2 de travaux d’intérêt public : En Inde, la loi


nationale Mahatma Gandhi sur la garantie de l'emploi
en milieu rural donne droit aux citoyens à 100 jours de
travail par an. Ce droit est accordé à l’ensemble des
citoyens et devrait être concédé à toute personne qui
émet une demande de travail au gouvernement local
des zones rurales. L’emploi se traduit souvent par
plusieurs activités non qualifiées dans les zones rurales,
sous la supervision du gouvernement local. Le
paiement est fixé au seuil du salaire minimum de l’État.

Assistance sociale - dispenses de frais


Il s’agit d’un moyen indirect d’augmenter le montant
des revenus d’un ménage en réduisant le coût des
services et des produits de base dont il a besoin pour
vivre. Les dispenses de frais peuvent ainsi s'appliquer
aux coûts d’accès à des services de première nécessité,
comme la santé et l’éducation.

Exemple de dispense : Dans le domaine de la santé, les


îles Fidji ont mis l’accent sur l’équité, la protection des
risques et l’accès des personnes pauvres aux services
de santé gratuits, ou presque gratuits, sous la
supervision du ministère de la Santé. Même constat
pour ce qui est de l’éducation primaire et secondaire
universelle et gratuite. En 2014, le gouvernement a
alloué 34 millions de dollars à une initiative en faveur
de l’accès universel à l’éducation primaire, avec pour
objectif de veiller à ce que les parents ou tuteurs
d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne
contribuent aux frais de scolarité, aux livres scolaires, à
la construction de bâtiments, et tout autre frais.

Assistance sociale - Subvention


Les subventions sont similaires aux dispenses de frais,
en ce sens qu’elles augmentent les revenus des
ménages de manière indirecte. Elles ont pour effet de
diminuer le coût d’achat de produits et de services de
première nécessité, tels que le carburant ou les
produits agricoles. Elles peuvent faire l’objet de
controverse en raison du risque de « régressivité »
qu’elles présentent, dès lors que davantage
d’indemnités sont versées aux ménages plus aisés qui
consomment plus.

Exemple de subvention : Dans les îles Fidji, le ministère


de l’Éducation a lancé la subvention des bus scolaires
(School Bus Subsidy) en 2010. Grâce à cette subvention,
tous les écoliers issus des ménages gagnant moins de
15 000 dollars de Fidji (Fj$) disposent des transports
gratuits. L’objectif de cette initiative est de lever les
barrières financières à l’éducation. En 2013, le budget
de cette subvention s’élevait à 11 millions de dollars
afin de profiter à 71 000 enfants. Il existe par ailleurs
une subvention pour financer le transport en bus de
tous les enfants handicapés.

Services d'aide sociale


Les « services sociaux » sont des interventions offrant
un soutien social plutôt qu’un soutien économique ou
des transferts de ressources. On peut citer les services
de soutien aux familles, les services de protection de
l’enfance, la prise en charge extraparentale et l'aide
des services sociaux apportée aux personnes
handicapées. Dans de nombreux pays en
développement, les prestations restent modiques.

Exemple de services d’aide sociale : Dans les îles Fidi, le


ministère de la Protection sociale, des femmes et de
réduction de la pauvreté est chargé de mettre en
œuvre plusieurs programmes qui se concentrent sur la
protection de l’enfance, la création d’établissements
pour les orphelins et enfants vulnérables, la réinsertion
et la formation de jeunes délinquants et toxicomanes,
l’aide à domicile et les soins résidentiels pour les
personnes handicapées et les personnes âgées
Assurance Sociale
« L’assurance sociale » se compose de programmes
d'assurance qui sont gérés ou supervisés par l'État et
financés par les cotisations payées par les participants
ou en leur nom, et par la fiscalité. En général, ces
programmes prennent en charge une population
donnée pour la protéger contre les risques
économiques causés par une crise. Soit la participation
y est obligatoire, soit le programme est
subventionné par l’État pour permettre aux particuliers
admissibles d’y participer. Ils remédient aux risques de
perte pour un individu ou un ménage par une méthode
qui concrètement consiste à regrouper les risques. On
peut citer comme exemples la pension de retraite
d'État contributive pour la vieillesse, les régimes
nationaux d'assurance maladie et les allocations
maternité. Dans les pays à revenu faible ou
intermédiaire, ces programmes se concentrent sur la
population active du secteur formel, d’où leur
couverture faible, surtout parmi les ménages pauvres.

Assurance sociale - assurance

Exemple - assurance maladie : En 1999, un système


national d’assurance maladie a été instauré au Rwanda.
Les paiements sont peu élevés, aux alentours de trois
dollars par an, et plus de 90 % de la population a
souscrit à ce régime. L’enquête sur la pauvreté des
ménages évalue la capacité des ménages à payer et ces
coûts sont subventionnés pour les ménages considérés
comme très pauvres.

Assurance sociale - pension contributive

Exemple de pension contributive : Au Royaume-Uni,


l’assurance nationale consiste en un système de
cotisations versées par les travailleurs et les
employeurs pour couvrir le coût de certaines
allocations de l’État. Tous les adultes en exercice
doivent payer une partie de leur salaire sous forme de
cotisation aux assurances sociales, appelées « National
Insurance ». En contrepartie de ces cotisations, ils ont
droit de recevoir un éventail de mesures de soutien
financier (connues comme « prestations
contributives ») de la part de l’État en cas de besoin.
Notamment, la pension de retraite d'État de base
lorsqu’ils atteignent l’âge de la retraite.
Les adultes actifs peuvent également percevoir une
retraite professionnelle. Dans le cadre de la réforme de
2008 relative aux régimes de retraite, les employeurs
doivent automatiquement inscrire leurs employés à un
régime professionnel de retraite, bien que les employés
peuvent choisir de se retirer de ce régime. Les
employés, et les employeurs bien souvent, doivent
cotiser durant l’exercice de leurs fonctions, ce qui leur
confèrera des prestations déterminées au moment de
la retraite.

Politiques actives du marché de l'emploi


Les « politiques actives du marché du travail » sont les
mesures du marché du travail qui ont été conçues pour
protéger les emplois existants et pour stimuler
l’emploi. Ces mesures peuvent inclure des services de
recherche d’emploi ou de formation ainsi que des
politiques qui empêchent l’exploitation et la
discrimination sur le lieu de travail. Elles ont tendance à
profiter aux employés du secteur formel.

Cette catégorie d’instruments de politique de


protection sociale ne peut être classée en fonction du
mode de financement des prestations. Ces politiques
ne constituent pas des distributions d'aide concrètes,
et par conséquent elles ne s’accompagnent pas de
méthode de financement.

Exemple - salaire minimum : En 1974, le Botswana a


introduit une politique de salaire minimum « afin de
protéger les travailleurs de l’exploitation d’employeurs
qui pourraient tirer profit du chômage urbain pour tirer
les salaires vers des niveaux excessivement bas »
(Sesinyi 1998 : 8). Toutefois, elle ne couvre que les
entreprises prisées (industrie, construction, transport,
commerce) et les fonctionnaires. La main d'œuvre
agricole et les travailleurs domestiques en sont exclus.
Exemples - droits sur le lieu de travail : Au Royaume-
Uni, différentes législations protègent les droits des
travailleurs et réduisent le risque d’exploitation de la
part des employeurs ou de discrimination envers les
employés. Elles comprennent : le droit à un congé
maternité ou paternité ; le droit à un congé maladie ;
et des mesures de protection contre tout licenciement
abusif.

Vous aimerez peut-être aussi