Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiches Pathologie

FONDATIONS ET INFRASTRUCTURES

« Mouvements de fondations de maisons individuelles » - Première partie : Tassements courants

Le constat
Les maisons individuelles sont habituellement fondées superficiellement par des semelles en béton armé.

En présence d'un sol déformable, ces fondations peuvent subir des mouvements susceptibles d'engendrer des dommages importants.
Un tassement différentiel de 1 cm entre deux points d'appui distants de 5 m suffit à provoquer la fissuration.
Les tassements entraînent principalement des dommages structurels (fissures sur les murs extérieurs), pouvant être tantôt en diagonale
suivant les joints des blocs de maçonnerie, tantôt horizontales et verticales.
Les aménagements intérieurs, surtout s'ils sont en dur (cloisons en carreaux de plâtre, carrelage…) peuvent aussi subir les contrecoups
de ces mouvements.

L'apparition du phénomène peut être immédiat ou différé suivant degré de consolidation du sol.

Le diagnostic des désordres


Les maisons individuelles concernées ont généralement été construites en maçonnerie (briques ou blocs de béton), sans sous-sol
complet, sur des fondations en béton armé de faible profondeur (en général entre 0,50 et 1 m).

Ces fondations ont pour fonction de diffuser les charges du bâtiment (poids des matériaux et charges d'exploitation) dans le sol jusqu'à
une profondeur qui ne dépasse pas, en principe, 3 à 4 m sous leur niveau d'assise.

Si, dans ces limites, le terrain est fait d'éléments rocheux, aucun incident grave n'est à craindre. Le pavillon risque, en revanche, de
subir les conséquences de mouvements du sol si celui-ci comporte une couche déformable (argileuse, limoneuse, sableuse …).

Trois conditions doivent être réunies pour déclencher la fissuration :


1. Un sol compressible sous le niveau d'assise des fondations. La présence de sols compressibles dans cette limite d'influence des
fondations peut amener le sol à se déformer trop fortement sous le poids des structures.
2. Des charges irrégulièrement réparties aux fondations. Ce déséquilibre des efforts sur le sol provoque un tassement différentiel. Le
sol se déformera donc plus ou moins selon les points d'appui.
Le schéma suivant permet de mieux comprendre l'importance de la nature du sol dans toute l'étendue du “ bulbe de pression ” sous
fondation et les différences de sollicitation du sol sous des charges hétérogènes.
3. La fragilité de la superstructure. Les déformations différentielles du sol sont pour la superstructure des déplacements imposés, qui
engendrer des contraintes de traction et de cisaillement dans la superstructure. Les points les plus faibles et notamment les joints de maçonnerie seront les premiers à ne pas résister à
ces contraintes.

Les autres causes :


● L'implantation du bâtiment sur un sol hétérogène, renfermant des inclusions rocheuses qui constituent autant de points durs ou, au contraire, des débris végétaux (tourbes) ou des
matières organiques en décomposition (vases) qui forment des zones compressibles ;
● L'implantation de la maison directement sur la terre végétale de surface ou à si faible profondeur que le sol n'est pas à l'abri du gel;
● La présence juxtaposée de deux remblais d'âge différent sous les fondations : un ancien, peu compressible, et un récent, mal compacté lors des travaux ;
● La création ultérieure d'une plate-forme contre une façade du pavillon. Elle crée une charge parasite excessive au droit de la semelle de ce mur ;
● La rupture d'une canalisation enterrée ou d'un regard d'eau pluviale, voire simplement la chute de précipitations dans les fonds de fouilles pendant l'exécution. Elle provoque une
arrivée d'eau qui change localement la consistance du sol en pied de mur.

Les points sensibles


● Le DTU 13.11 fixe les conditions de mise en œuvre des fondations superficielles.
● Le DTU 11.1, maintenant retiré, fixait les conditions applicables pour la reconnaissance des sols.

Les conseils de prévention

Hors des zones notoirement connues et répertoriées, le recours à un BET spécialisé pour étudier les principales caractéristiques géotechniques du sol est indispensable.

L'étude de sol doit tenir compte de la construction projetée et indiquer les valeurs de tassement prévisibles.

Les sols compressibles ou argileux nécessitent une vigilance toute particulière et l'adoption de mesures spécifiques.

Fiche mise à jour : novembre 2008

© Copyright SMABTP, 2002 - Tous droits réservés


© Copyright Agence Qualité Construction, 2006 - Tous droits réservés
Fiches Pathologie - Glossaire
FONDATIONS ET INFRASTRUCTURES

« Mouvements de fondations de maisons individuelles » - Première partie : Tassements courants

Sol déformable (ou compressible)


Le terme compressible qualifie d'une manière générale tout matériau dont le volume peut être réduit sous l'action d'une force extérieure ; un sol sera dit compressible s'il est susceptible d'affaissements ou de tassements.

Consolidation
Le tassement d'un sol compressible n'est pas un processus instantané mais progressif au fil du temps.

L'état de consolidation d'un sol compressible traduit l'avancement du sol dans ce processus de compression.

Un sol récent, peu consolidé, présentera des caractéristiques de résistance faibles, associées à un risque de forts tassements.
Au contraire, les sols anciens et profonds seront mieux consolidés et présentent de meilleures caractéristiques mécaniques que les sols récents et/ou superficiels.
La succession et le poids des couches superficielles favorisent la consolidation des sols sous-jacents.

Superstructure
Ensemble des parties supérieures d'une construction, ou des parties situées au-dessus du niveau du sol, par opposition aux infrastructures, fondations et locaux enterrés.

Tassement différentiel
Le tassement (ou tassement absolu) désigne un mouvement d'enfoncement du sol.
Si ce mouvement n'est pas uniforme, on parle alors d'un tassement différentiel. Ce phénomène se produit lorsque les efforts transmis aux fondations par les superstructures sont irréguliers (façades portant les dalles plus
lourdement chargées que les autres, refends intermédiaires également plus ou moins chargés par rapport aux façades etc…). Les différences de compression qui en découlent entraînent le tassement différentiel qui reste
bien sûr toujours inférieur au tassement absolu.

Limite d'influence (ou bulbe de pression)


Cette limite encore appelée bulbe de pression est la courbe représentant toute la partie du sol comprimée sous la fondation sous l'effet des charges apportées par les
superstructures (murs et planchers notamment).
Le sol situé à l'intérieur de ce bulbe est donc susceptible de se comprimer et de tasser.

Hors-gel
Qualifie tout élément à l'abri de l'action du gel et des désordres qui en résulteraient. En particulier les fondations sont protégées par leur garde-au-gel, qui correspond à la
distance la plus courte qui sépare les fondations de la surface du sol.

La garde au gel minimale n'est pas définie de manière réglementaire. Il existe néanmoins une carte, mise au point par M. CADIERGUES en 1949, qui fixe des profondeurs suivant
les zones climatiques. Pour des altitudes inférieures à 150 m, ces profondeurs s'élèvent à un minimum de 50 cm sur tout le littoral, Bretagne, Manche et Landes ; en Auvergne,
Bourgogne, Champagne-Ardennes et à l'Est de ces régions, 70 à 90 cm ; et entre ces zones, des valeurs intermédiaires entre 50 et 70 cm selon l'exposition au froid. Pour les
altitudes supérieures à 150 m, on rajoute 5 cm de profondeur par tranche de 200 m d'altitude au dessus de 150 m.

Semelles en beton armé

Schéma de principe d'une semelle de fondation

Fonds de fouille
DTU 13.11 - 2.1 protection des fonds de fouilles
Les fonds de fouille doivent rester le moins longtemps possible soumis aux actions des intempéries.

Commentaire
Le coulage du béton de propreté ou du béton de fondation est habituellement réalisé dès l'achèvement de la fouille.

Certains sols sont sensibles aux intempéries tels que les marnes qui présentent une résistance satisfaisante au moment de l'achèvement de la fouille, et se détrempent en quelques heures sous l'action de la pluie.

D'autres sols, tels que les schistes, ont tendance à gonfler et à se détacher des parois lorsqu'ils sont exposés à l'air. Les argiles, marnes et limons desséchés se détachent également des parois.

Contre les effets de la mise à l'air des terrains gonflants, on peut exécuter une chape en mortier de ciment, appliquée directement sur le terrain, ou procéder à la mise en place d'une feuille de polyéthylène d'épaisseur et
de caractéristiques appropriées à l'état de surface du terrain.

Etudier les principales caracteristiques geotechniques du sol


● Classification des missions types d'ingénierie géotechnique

Bibliographie
Textes de référence
● DTU 11.1 Travaux de sondage des sols de fondation (Boutique Afnor)
● NF P94-500 Missions d'ingénierie géotechnique (Boutique Afnor)

Sols : reconnaissance et essais - Description - identification - dénomination des sols

Fiche mise à jour : novembre 2008

© Copyright SMABTP, 2002 - Tous droits réservés


© Copyright Agence Qualité Construction, 2006 - Tous droits réservés