Vous êtes sur la page 1sur 4

Méthodes de solution itérative

pour les études non linéaires


Etudes statiques non linéaires
Dans une analyse statique non linéaire, l'ensemble d'équations de base à résoudre à n'importe quel
pas de temps, t+Δt, est :

{R} - t+Δt{F} = 0,
t+Δt

où :

{R} = Vecteur de chargements nodaux appliqués en externe


t+Δt

{F} = Vecteur de forces nodales générées en interne.


t+Δt

Dans la mesure où les forces nodales internes t+Δt{F} dépendent des déplacements nodaux au temps
t+Δt, t+Δt{U}, une méthode itérative doit être utilisée. Les équations suivantes représentent les grandes
lignes de base d'un schéma itératif permettant de résoudre les équations d'équilibre à un certain pas
de temps, t+Δt,

{ΔR}(i-1) = t+Δt{R} - t+Δt{F}(i-1)

[K](i) {ΔU}(i) = {ΔR}(i-1)
t+Δt

{U}(i) = t+Δt{U}(i-1) + {ΔU}(i)
t+Δt

{U}(0) = t{U}; t+Δt{F}(0) = t{F}
t+Δt

où :

{R} = Vecteur de chargements nodaux appliqués en externe


t+Δt

{F}(i-1) = Vecteur de forces nodales générées en interne à l'itération (i)


t+Δt

{ΔR}(i-1) = Vecteur de chargement déséquilibré à l'itération (i)

{ΔU}(i) = Vecteur de déplacements nodaux incrémentiels à l'itération (i)

{U}(i) = Vecteur de déplacements totaux à l'itération (i)


t+Δt

[K](i) = Matrice Jacobienne (raideur tangente) à l'itération (i).


t+Δt

Il existe différents schémas pour l'exécution des itérations ci-dessus. Une description succincte de
deux méthodes de type Newton est fournie ci-dessous :
SUJET PARENTProcédures numériques
CONCEPTS ASSOCIÉS
Techniques de contrôle par incrément
Schémas de terminaison
Procédures de solution pour les problèmes non linéaires
Etudes dynamiques non linéaires

Méthodes de solution itérative -


Schéma de Newton-Raphson (NR)
Dans ce schéma, la matrice de raideur tangentielle est formée et décomposée à chaque itération dans
un pas particulier (voir la figure ci-dessous). Le taux de convergence de la méthode NR est
particulièrement élevé et est quadratique. Toutefois, dans la mesure où la raideur tangentielle est
formée et décomposée à chaque itération, qui peuvent être particulièrement chères pour les grands
modèles, il peut être plus avantageux d'utiliser une autre méthode itérative.

CONCEPTS ASSOCIÉS
Etudes dynamiques non linéaires

Méthodes de solution itérative -


Schéma de Newton-Raphson modifié
(MNR)
Dans ce schéma, la matrice de raideur tangentielle est formée et décomposée au début de chaque
étape (ou comme spécifié lors de la définition des propriétés de l'étude) et est utilisée dans toutes les
itérations (voir la figure ci-dessous).

Etudes dynamiques non


linéaires
Pour l'analyse dynamique non linéaire, la même procédure est suivie que pour l'analyse statique
linéaire: contrôle, itération et terminaison

Dans l'analyse dynamique non linéaire, les équations d'équilibre du système dynamique au pas de
temps, t+Δt, sont les suivantes :

où :

[M] = Matrice de masse du système

[C] = Matrice d'amortissement du système

[K](i) = Matrice de raideur du système


t+Δt

{R} = Vecteur de chargements nodaux appliqués en externe


t+Δt

{F}(i-1) = Vecteur de forces nodales générées en interne à l'itération (i-1)


t+Δt

[ΔU](i) = Vecteur de déplacements nodaux incrémentiels à l'itération (i)


t+Δt

{U}(i) = Vecteur de déplacements totaux à l'itération (i)


t+Δt

 {U'}(i) = Vecteur de vitesses totales à l'itération (i)


t+Δt

[M] t+Δt {U''}(i) = Vecteur de vitesses totales à l'itération (i)


En utilisant des schémas d'intégration en temps explicite tels que les méthodes Newmark-bêta ou
Wilson-thêta et une méthode itérative de Newton, les équations ci-dessus sont exprimées sous la
forme :

Schémas de terminaison
Pour que la procédure incrémentielle basée sur des méthodes itératives soit efficace, des schémas de
terminaison pratiques doivent être fournis. A la fin de chaque itération, la convergence doit être
évaluée avec des tolérances réalistes. Des tolérances très vagues entraîneront des résultats imprécis
alors que des tolérances très strictes peuvent augmenter inutilement les coûts des calculs. Une
mauvaise vérification des divergences peut interrompre le processus itératif lorsque la solution ne
diverge pas ou lui permettre de se poursuivre à la recherche d'une solution impossible à atteindre.

Quelques procédures ont été introduites comme critères de convergence pour la terminaison d'un
processus itératif. Ces critères de convergence, au nombre de trois, sont décrits ci-dessous :

Convergence de déplacement
Ce critère est basé sur les incréments de déplacement au cours des itérations. Il est obtenu par :

|{ΔU}(i)| < εd |t+Δt{U}(i)|

où |{α}| correspond à la norme euclidienne de {α} et ε d représente la tolérance de déplacement.

Convergence de force
Ce critère est basé sur les chargements déséquilibrés (résiduels) au cours des itérations. Il requiert
que la norme du vecteur de chargement résiduel s'inscrive dans une tolérance ε f de l'incrément de
chargement appliqué, à savoir

|t+Δt{R} - t+Δt{F}(i)| < εf |t+Δt{R} - t{F}|

Convergence d'énergie
Dans ce critère, l'incrément de l'énergie interne pendant chaque itération, qui représente le travail
effectué par les forces résiduelles via les déplacements incrémentiels, est comparé à l'incrément
d'énergie initial. La convergence est considérée réalisée lorsque la condition suivante est remplie :

({ΔU}(i))T (t+Δt{R} - t+Δt{F}(i-1)) < εe ({ΔU}(1))T (t+Δt{R} - t{F})

où εe représente la tolérance d'énergie.

En outre, des schémas sont utilisés comme critères de divergence. L'un de ces schémas est basé sur
la divergence des chargements résiduels. Un autre est basé sur la divergence de l'énergie
incrémentielle.

Vous aimerez peut-être aussi